Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Une semaine après la révélation du canular, l’improbable « Jean-Pierre Tremblay » n’est déjà plus qu’un souvenir et un spectre-qui-hante sur la plateforme Cairn.info. L’article a en effet été retiré par la rédaction de la « revue des Sciences Humaines et Sociales » Sociétés. Son directeur, qui en appelle à la raison pour une fois, s’est fendu d’un étonnant – c’est peu dire – mot d’excuse. Alors, on arrête ? Non, surtout pas. Le travail de démontage et d’enquête collective doit pouvoir continuer parce que ces moments de vérité sont trop rares dans nos disciplines. Dans le prolongement donc de l’article de révélation et d’analyse du canular co-signé par Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin (et publié le 7 mars 2015), la rédaction du Carnet Zilsel propose d’approfondir la discussion les semaines prochaines. Bernard Lahire, le premier, enfonce le clou dans l’article qui suit. Il revient d’abord sur les suites douces-amères de la thèse d’astrologie d’É. Teissier, puis met en avant les vertus du canular lorsque la cible visée par la critique rationnelle finit par se dérober.

Le canular soigneusement préparé par deux jeunes sociologues français, Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin, pour porter un éclairage critique sur la nature très problématique de ce qui se publie dans la revue française Sociétés, dirigée par Michel Maffesoli, est un formidable coup de maître dont on se souviendra longtemps. Par une mystification démystificatrice, les auteurs de ce canular provoquent l’éclat de rire, mais font surtout voler en éclat le sérieux d’une entreprise anti-scientifique qui se pare des attributs de la science.

Flash-back : l’« affaire Teissier » comme révélatrice d’une faute professionnelle et d’une imposture collective

Comme ils le rappellent dans le texte qui révèle les tenants et aboutissants de ce canular[1], la décision d’élaborer une telle farce s’inscrit dans l’histoire récente de la discipline sociologique. Il y a bientôt près de quatorze ans, la très médiatique astrologue, Elizabeth Teissier, soutenait une « thèse » de sociologie à l’Université Paris V-Sorbonne, sous la direction de Michel Maffesoli[2]. Alertés par Jean-Paul Krivine (rédacteur en chef de la revue Science et pseudo-sciences) de l’imposture (la toute nouvelle doctorante ne cachant pas son souhait de voir entrer l’astrologie à l’université), Jean-Claude Pecker (astrophysicien, membre de l’Institut, professeur honoraire au Collège de France) et Jean Audouze (astrophysicien, directeur du Palais de la découverte) prirent l’initiative de former un comité de relecture pluri-disciplinaire de la « thèse ». Les défenseurs de la candidate, et en tout premier lieu son directeur de thèse, s’étaient indignés publiquement du fait que les premières dénonciations de cette soutenance de thèse dans la presse avaient été émises par des personnes n’ayant pas lu la thèse. Une telle indignation était, malheureusement, assez classique : ceux qui méprisent en permanence les règles les plus élémentaires de la vie scientifique n’hésitent jamais à accuser ceux qui ont l’impudence de le dire tout haut, de faire preuve d’un manquement coupable aux règles. Ils évoquaient, par ailleurs, de simples « dérapages » dans la thèse, et banalisaient le scandale en laissant penser que la chose était courante en sociologie.

Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)
Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)

Continuer la lecture de Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular