Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie

« La sociologie n’est pas une science », a déclaré le directeur-fondateur de la revue Sociétés dans un entretien donné au Monde le 18 mars 2015. Le canular de l’ineffable Jean-Pierre Tremblay tout comme l’article de debunking signé par le duo Quinon & Saint-Martin témoigneraient donc d’un immense, « juvénile » et regrettable malentendu. Sans qu’il soit nécessaire de pousser loin l’effort d’argumentation, le duo et l’équipe solidaire du Carnet Zilsel ne sont pas convaincus. Vraiment pas. Et c’est pourquoi, malgré les critiques (encore rares, il faut dire) et les quelques blasé-e-s qui, ici ou là, pensent que l’expérimentation « Tremblay » est un coup d’épée dans l’eau, nous poursuivrons le travail d’enquête collectif encore quelque temps. Car ce n’est pas tous les jours que nos disciplines s’agitent sur le fond. Dans ce nouveau billet, Michel Dubois livre une expérience de pensée suggestive : si Jean-Pierre Tremblay était encore de ce monde et qu’il se décidait à faire carrière à l’aide de son marteau critique (car on ne se refait pas), quelle serait pour lui la stratégie la plus optimale pour s’établir durablement en France ?

L’accusation est évidemment injuste : les revues scientifiques, entend-on trop souvent, seraient par principe fermées aux travaux des jeunes chercheurs. Il faut savoir gré à la revue Sociétés d’en finir une bonne fois pour toutes avec cette idée-reçue. « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années »… disait Corneille. Et à l’évidence les évaluateurs de la revue Sociétés ont tôt fait de reconnaître l’« âme bien née » de Jean-Pierre Tremblay, ce jeune sociologue inscrit à l’Université de Laval (sic). Son article au titre prometteur « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris » s’est depuis hissé en un temps record dans le top 10 des articles les plus consultés sur la plateforme Cairn.info[1].

Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l'enquête et lorgne désormais du coté des Vélib' (crédits : ASM, mars 2015)
Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l’enquête et lorgne désormais du coté des Vélib’ (crédits : ASM, mars 2015)

Jean-Pierre, ou plus exactement les farceurs dont il est le porte-parole, a du talent à revendre. Malgré la supercherie dont elle a été victime, la revue Sociétés tient là sans doute l’un de ses très bons papiers pour la période 2014-2015[2]. Comme cela a été souligné à de multiples reprises, l’article présente bien quelques menus défauts. Avec son absence de terrain, sa phraséologie obscure, son surrégime interprétatif permanent, etc. il n’apprend rien à son lecteur. Mais il a le mérite indéniable d’être souvent très drôle. Jean-Pierre aurait d’ailleurs été inspiré de conserver cette drôlerie au-delà de la publication initiale, dans son texte de « révélation »[3]. Mais le souffle potache initial cède désormais un peu de terrain à l’« esprit de sérieux » et à l’usage du « marteau » auquel ont recours certains habitués du Carnet Zilsel[4].

A ce stade, il est trop tôt pour savoir si Jean-Pierre Tremblay fera école (une refondation « tremblaysienne » de la sociologie est-elle envisageable ?), mais son succès fulgurant soulève à mon sens au moins trois questions. Une question d’usage tout d’abord : on sait qu’un sociologue ne se déplace jamais sur ses terrains sans sa « boîte à outils », mais a-t-il réellement besoin d’un marteau ? Autrement dit le debunking est-il utile à la sociologie ? Une question généalogique ensuite : Jean-Pierre (Tremblay) est-il réellement, comme le prétendent certains, le fils caché d’Alan (Sokal), physicien de l’Université de New York rendu célèbre par un autre canular ? J’ai quelques doutes à ce sujet. Et pour finir une question d’avenir professionnel (à ne jamais négliger pour un doctorant) : si Jean-Pierre décide de faire carrière dans le debunking, mais il est jeune, et ses choix ne sont sans doute pas arrêtés à ce stade, à quels critères se fier pour identifier ses prochaines victimes ? Continuer la lecture de Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie