L’ontologie badiousienne parodiée par Benedetta Tripodi ou ce qu’il fallait démonter

Le 1er avril 2016, jour poissonnier s’il en est, le Carnet Zilsel révélait la parution d’un nouvel article bidon, cette fois dans les Badiou Studies : « Ontology, Neutrality and the Strive for (non)Being-Queer » (téléchargeable ici : 100-337-1-PB). Un débat s’est amorcé ici et là, mais comme c’était prévisible, l’essentiel des arguments des auteurs du canular, Anouk Barberousse et Philippe Huneman, sont passés à la trappe. Rien de bien surprenant. L’explication de texte, longue et austère, demande un surcroît d’attention. Passé l’effet de surprise et l’éclat de rire, l’article précise les motifs de la critique et commence le démontage. La lecture en est de fait coûteuse. C’est pourquoi, prévenant les risques de misreading à l’heure du commentaire à la volée et de l’in(di)gestion de contenus médiatiques, nous publions aujourd’hui un résumé étendu dont le but est d’expliquer à nouveau le sens de la démarche et, espérons-le, réamorcer la discussion.

Le canular Benedetta Tripodi vise à démonter la stratégie de légitimation qui consiste à présenter la philosophie d’Alain Badiou comme horizon métaphysique et politique de notre temps. Notre analyse ne se veut évidemment pas une refutatio une bonne fois pour toutes de Badiou, encore que la mise au jour de ses faiblesses fragilise sensiblement l’édifice. En jetant le doute sur le sérieux philosophique de ses écrits et des commentaires de ses admirateurs à travers le monde, elle défait l’argument qui, sur la seule base de sa renommée intellectuelle indéniable, conclut à l’éminence de sa valeur métaphysico-politique.

Si la revue consacrée à Badiou laisse publier un article strictement vide de sens que nous avons écrit, quelles qu’en soient les raisons – négligence, manque de sens critique, amateurisme, etc. –, cela montre bien qu’il y a un problème avec le cercle des lecteurs qui se revendiquent de Badiou. À partir de ce constat, la renommée internationale de Badiou peut difficilement justifier son éminence objective comme philosophe. Il faut au contraire analyser la structure de cette renommée, ainsi que ses bases sociologiques.

Trois grandes lignes d’explication sont développées dans le texte d’explication publié le 1er avril sur le Carnet Zilsel. La première a trait à la réception paradoxale du badiousisme dans et surtout à la lisière de la philosophie académique, en France mais surtout à l’étranger ; la deuxième concerne les conditions sociales de l’avènement et de l’agrandissement de la figure de Badiou ; la dernière, enfin, propose de démonter cette machinerie textuelle close qui encourage autant qu’elle autorise les discours « hors sol » et l’exégèse fétichiste. Nous ramassons dans le présent texte leurs conclusions.

La philosophie de Badiou n’est pas « postmoderne ». D’inspiration platonicienne et politiquement toujours dans la lignée maoïste, elle est intrinsèquement dogmatique et contredit en tous points l’idéologie relativiste et constructiviste qui fait florès sous plusieurs labels de consommation ordinaire (« French Theory », « Theory »), en particulier dans des disciplines universitaires récentes de type X-studies (Cultural studies, Heritage studies, Media studies, Film Studies, White Studies, etc.). Néanmoins (et spécialement dans le monde anglo-américain), la pensée de Badiou bénéficie d’un soutien intellectuel de la part de lecteurs venus de ces disciplines et campant sur ces positions postmodernes, ainsi que le démontre un rapide examen des affiliations de ses fans, des principaux lieux de publications, ou du support académique des conférences invitant ou glorifiant Badiou. Le canular montre l’inanité d’un tel attelage, en poussant jusqu’à l’absurde la rhétorique d’inspiration badiousienne retraduite par l’inénarrable Tripodi. L’article de Tripodi publié dans les Badiou Studies observe en effet fidèlement les codes d’une telle rhétorique, et notre présentation donne des exemples de textes analogues. N’importe quel philosophe sérieux pourra voir les parentés de notre texte parodique ou des écrits cités avec d’autres pris au hasard dans ces sous-domaines des X-studies où Badiou et quelques autres sont devenus les nouvelles icônes, et dont certaines caractéristiques rhétoriques sont analysées dans la dernière partie de notre texte explicatif. Continuer la lecture de L’ontologie badiousienne parodiée par Benedetta Tripodi ou ce qu’il fallait démonter