Les scansions du monde. L’épaisseur des rythmes à l’époque médiévale

À partir de Jean-Claude Schmitt, Les rythmes au Moyen Âge, Paris, Gallimard, 2016.

Jean-Claude Schmitt s’est fait une spécialité des objets historiques complexes et denses : qu’il s’agisse des cultes inscrits dans le temps long (comme celui rendu au Saint Lévrier[1]), des gestes[2], des revenants[3] et des rêves[4], l’anthropologie historique qu’il a entreprise depuis une quarantaine d’années explore les replis les moins saisissables de l’époque médiévale. Son dernier ouvrage – qu’il classe lui-même dans le registre de l’« histoire transversale » (p. 687) – ne déroge pas à la règle : l’objet visé, les rythmes, imprègne toute la société du Moyen Âge et pourtant il ne se donne pas à voir dans une claire évidence en toute circonstance. C’est donc à une archéologie des scansions que se livre Jean-Claude Schmitt dans cet opus très richement illustré.

a17769-1Pour rendre compte d’une telle somme, il faut à la fois donner à voir l’ampleur des domaines couverts par l’auteur (car les scansions sont disséquées dans leur multiplicité la plus grande), et sonder les lignes de force (théorique et empirique) qui informent des avancées historiographiques. Je reviendrai donc, dans une première partie, sur l’économie générale du livre, les choix opérés, les terrains couverts et les points de jonction repérés entre les secteurs de la vie humaine travaillés par la question des rythmes. Dans une deuxième partie – Carnet Zilsel oblige –, je détaillerai quelques exemples de scansions liées aux savoirs, à leur organisation, à leur production et à leur diffusion. Si j’insiste sur ce point plus longuement, c’est qu’il m’a semblé que les pratiques savantes étaient profondément structurées par les rythmes à l’époque médiévale. Il y a dans ce rapport étroit des productions de connaissances aux rythmes une question anthropologique d’importance que les appels contemporains insistants à la « slow science » rendent aiguë.

L’entrelacement des rythmes

L’ouvrage se découpe en six grandes parties, comme les six jours de la Création – et ce choix ne doit rien au hasard. Il s’agit de donner au livre « une scansion en rapport avec son objet ». Le découpage en six jours (le septième étant consacré au repos) dans la Genèse est en quelque sorte « le rythme originel le plus fondamental de la civilisation » que Jean-Claude Schmitt étudie (p. 18). Toutefois, cette articulation entre l’entreprise historique et la scansion principielle du Moyen Âge n’est pas la seule raison de cette découpe singulière. En effet, la première journée s’organise autour d’un contraste entre notre conception moderne des rythmes et celle de l’époque médiévale. Puis, c’est aux scansions corporelles et planétaires qu’est consacrée la deuxième journée. Le troisième jour vise les césures temporelles, le quatrième les rythmes spatiaux, le cinquième les cycles narratifs et le sixième introduit les disruptions. L’objet rythme est donc saisi dans une économie spiralaire qui débute au plus près de nos préoccupations, suit les mouvements des corps, intègre la rythmique sociale des heures et des jours, détaille la mesure des voyages, rend compte des temps mémoriels et interroge ce qui brise les scansions. Du proche au lointain, de l’organique au cognitif, le livre décompose non pas seulement les rythmes, mais toute la société médiévale dans ses structures les plus fines. Si la question religieuse traverse l’ensemble des espaces sociaux travaillés par les rythmes, les mesures et les scansions, l’approche adoptée qui incite le lecteur à suivre un rythme oscillant entre la familiarité des questions évoquées (l’anniversaire, la danse, le calendrier) et l’étrangeté de leur scansion, permet de suivre la cadence d’une recherche. C’est ce rythme fondamental de l’historien (celui qui lui fait s’interroger sur le passé à l’aune de problématiques nécessairement contemporaines[5]) qui sert de trame à l’ensemble du livre.

Jean-Claude Schmitt (source : datuopinion.com)
Portrait en scansion : Jean-Claude Schmitt (source : datuopinion.com)

En reprenant la méthode régressive déjà expérimentée par Nathan Wachtel[6], Jean-Claude Schmitt commence par étudier la question des rythmes à l’époque contemporaine. Les rythmes, pour les 19e et 20e siècles, saturent toutes les pratiques sociales : du travail (avec le taylorisme) à l’éducation (avec les rythmes scolaires), toute la vie humaine est prise dans des scansions multiples. Si les rythmes concernaient prioritairement – de façon réflexive – la musique et le langage jusqu’au 18e siècle, l’industrialisation progressive de l’Occident a introduit une nouvelle politique des scansions. Les déplacements, la soumission aux impératifs machiniques, la structuration du travail et de toutes les activités par des horaires fixes transforment toute l’armature sociale. Le monde dans lequel évolue un individu en 1900 est quasiment définissable par les rythmes qui le composent. Jean-Claude Schmitt opère un détour par les arts pour rendre compte non pas de l’omniprésence des rythmes, mais de leur consubstantialité à l’époque contemporaine : Paul Klee et Leopold Survage ont obsessionnellement travaillé les scansions en décomposant jusqu’aux mouvements du corps (p. 45). Continuer la lecture de Les scansions du monde. L’épaisseur des rythmes à l’époque médiévale