Réponse à Marc Joly

Dans un billet précédent paru sur le Carnet Zilsel, Marc Joly répondait au compte rendu de son ouvrage La révolution sociologique que Jean-Louis Fabiani venait de faire paraître sur le site En attendant Nadeau. Le propos y est vif et tranchant. Au tour de Jean-Louis Fabiani de répondre à la réponse. Inutile d’en rajouter : aux lecteurs/lectrices de reprendre le dossier (i.e. de lire l’ouvrage) et de se faire leur propre opinion. Commentaires bienvenus !
La rédaction

Le lecteur qui n’aurait en main que les critiques très violentes que M. Joly adresse à mon compte rendu pourrait être conduit à penser qu’il est négatif. Il n’en est rien. J’ai salué à plusieurs reprises les qualités de son ouvrage, et je l’ai encouragé à développer son point de vue de manière plus systématique et plus raisonnée. Je rappelle ici ma conclusion : « Ce compte rendu est donc à la fois admiratif et critique. Si Marc Joly est loin d’avoir corroboré sa thèse, il l’a proposée avec une telle audace et une telle vivacité intellectuelle qu’on doit lui savoir gré d’avoir partagé ses riches dossiers et sa verve polémique, tout en témoignant de l’air du temps, qui est plus tardien que durkheimien ».

J’apparais dans son texte, qui me semble témoigner d’une violence inutile, et sans doute, à terme, contre-productive, comme un individu « aux abois » qui n’a rien compris à la sociologie des sciences. Ce n’est pas la réputation que j’ai dans d’autres cercles que le sien, et si j’ai beaucoup de respect pour le travail des gens de Zilsel, je ne pense pas pour autant qu’ils aient le monopole de la compétence. Si j’aime la controverse, je déteste la police de la pensée, laquelle me semble gagner au sein des jeunes générations. Je crois que mon travail plaide pour moi : je suis convaincu que mon compte rendu restera comme une évaluation sérieuse et que M. Joly aura bien vite oublié son coup de colère.

Nous sommes l’un et l’autre sociologues, et il ne m’en voudra pas si, en passant, je fais un peu de sociologie du champ sociologique contemporain. Continuer la lecture de Réponse à Marc Joly