L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7). Continuer la lecture de L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales