Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale

Depuis l’engagement du Processus de Bologne et de la Stratégie de Lisbonne, l’Union européenne et les pays membres ont pour ambition de bâtir « la première économie mondiale fondée sur la connaissance ». L’accélération du rythme de la recherche et des processus de « transmutation » des énoncés scientifiques en Startups innovantes est au cœur des préoccupations politiques, de droite comme de gauche. La réalisation d’un tel projet requiert de former les chercheurs à l’entrepreneuriat et de leur inculquer « l’esprit d’entreprise ».

Le « mode 2 », prophétie à réaliser

La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)
La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)

Il ne sera pas question ici de retracer l’histoire de la construction de l’Espace européen de la recherche et celle de l’Espace européen de l’enseignement supérieur (voir I. Bruno, 2008). On peut néanmoins constater, à la suite de P. Brunet et M. Dubois (2012), que du point de vue des registres de justification ces dynamiques de reconfiguration de la recherche procèdent pour partie de l’influence de certaines « théories » des Sciences and Technology Studies (STS), les mêmes qui vantaient hier – et plus timidement aujourd’hui – l’avènement d’un « mode contextualisé de production de connaissances » et l’affaiblissement corrélatif des frontières entre laboratoires académiques et industries. Comme le rappelle D. Pestre, l’analyse posée par H. Nowotny (actuellement président de l’European Research Council) et M. Gibbons dans le manuel à l’usage des « décideurs » en matière d’économie du capital cognitif (The New Production of Knowledge, 1994), et selon laquelle « nous serions passés d’un mode historique et top down […] à un modèle plus hybride de co-formation des savoirs dans des espaces d’un nouveau type […] a beaucoup influencé les administrateurs de sciences, notamment à l’échelle européenne » (2011, p. 217). Si ces thèses descriptives-normatives jouent un rôle certain dans les réorganisations contemporaines de la recherche et de l’enseignement supérieur – en ce qu’elles justifient la construction d’un monde « en réseau » et « par projet » où la circulation des travaux scientifiques et leur transformation en innovation iraient en s’accélérant –, l’influence des théories néoclassiques d’économie de la connaissance semble également décisive (C. Laval, 2009). Selon D. Plihon (2003), nombre de ces analyses reposent en effet sur une observation simple : qu’il s’agisse d’informatique ou de biotechnologie par exemple, les coûts fixes d’élaboration d’une innovation donnée sont extrêmement élevés quand, symétriquement, leur coût de duplication sont relativement faibles – cela étant particulièrement vrai au sujet du marché des logiciels. Ce faisant, cette économie de la connaissance est une économie de rendements croissants. Dès lors, les acteurs économiques soucieux de rentabilité doivent moins tenter de concevoir un bien standard au meilleur prix et le vendre au prix le plus fort que de viser la conception d’un bien innovant afin de pouvoir être le premier à le commercialiser et de s’assurer, conséquemment, d’une « rente de situation » (D. Plihon, 2003, p. 15). Dans un tel monde, les individus animés par l’ambition de créer une entreprise et possédant des connaissances et des compétences rares – dont les savoirs et les savoir-faire scientifiques font sans doute partie – occupent une place de premier plan.

Continuer la lecture de « Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale »

Les rimes de la modernité

MusesÀ propos de Hugues Marchal (ed.), avec la contribution de Philippe Chométy, Caroline De Mulder, Bénédicte Elie, Laurence Guellec, Sophie Laniel-Musitelli, Muriel Louâpre, Catriona Seth, Nicolas Wanlin et Alexandre Wenger, Muse et ptérodactyles. La poésie de la science de Chénier à Rimbaud, Paris, Le Seuil, 2013, 650 p.

 

Les 214 poèmes qui constituent cette anthologie de la poésie scientifique au 19e siècle sont bel et bien les éléments entr’aperçus d’un « continent disparu », comme le soutient Hugues Marchal. Le plus souvent en vers, parfois en proses, ces textes portent témoignage d’un genre littéraire qui fut au centre de la production artistique. Présenter des découvertes scientifiques sous la contrainte d’une métrique parfaite, ou faire rimer « phosphates » et « carbonates » (comme l’ose Jules Arbelot en 1882), la forme littéraire la plus recherchée s’est, un temps, conjuguée sur le mode de la science triomphante. C’est un moment dense de l’histoire des relations tumultueuses entre littérature et science que cette anthologie restitue ; une période où ces grands secteurs de l’activité humaine se sont affrontés, accordés, distendus, rapprochés, sur un mode particulier. L’arc chronologique s’étend de la Convention (dont on connaît le rôle, en France, dans la structuration des savoirs disciplinaires) à 1900, époque à laquelle la poésie scientifique n’apparaît plus que comme un exercice désuet, sinon ridicule.

L’époque moderne se prolonge un peu au 19e siècle en imposant encore pour quelques temps la figure de « l’honnête homme » capable de circuler entre différents espaces d’expression. Mais la scission s’opère à travers une série de processus historiques croisés : les pratiques scientifiques se fractionnent en segments cognitifs fins, la littérature forge ses propres canons réflexifs sur le romanesque et, enfin, l’idéal du progrès scientifique continu est sérieusement remis en question à la fin du 19e siècle.

Continuer la lecture de « Les rimes de la modernité »

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)

Ultime séquence de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. Dans les paragraphes qui suivent, Francis met en série des prises de position sur différents sujets et les restitue dans leur contexte de pertinence. Comme les intervieweurs — Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin — sont légèrement insistants sur ce point précis, il se situe très explicitement par rapport aux STS. Il prend ses distances aussi avec certains développements scolastico-scolaires de la sociologie pragmatique. Par contraste, on comprend d’autant mieux le sens et la portée de la « pragmatique des transformations » qu’il a conçue et fait progresser au sein du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. L’originalité de la sociologie pratiquée par Francis et ses collègues du GSPR* ressort également dans sa conception de l’engagement et de la prise (sociologique) sur le cours du monde (la banalisation de la figure du « lanceur d’alerte » en fut un révélateur) ou la part d’expérimentation anarchisante qu’il est de bonne méthode d’instaurer dans la recherche (mais pas à la Feyerabend !). Refuser le confinement académique, s’ouvrir aux processus disruptifs et aux surgissements phénoménaux inattendus, proposer de nouveaux jeux de langage et des prises conceptuelles contre-intuitives : autant d’exigences pragmatiques pour les chercheurs qui ne se satisfont pas des bonnes vieilles recettes et du confort mental qu’offre leur discipline native. Dans ses variations balistiques cette sociologie a des chances de rebondir encore et encore à l’avenir, et c’est en cela que réside sans doute sa force. Dont acte !

* Disclaimer : à ce point de l’entretien, les intervieweurs confessent qu’ils ne sont pas neutres, qu’ils ont déjà travaillé et même qu’ils continueront de travailler avec Francis sur différents dossiers, au GSPR et ailleurs. Ils assument leurs préférences et leurs affinités épistémologiques, et le choix des collègues interviewés pour le Carnet Zilsel en est l’expression. On l’aura deviné, la stratégie d’enquête restituée — et incarnée — dans ces trois billets leur apparaît productive, et ils sont fort ravis d’avoir contribué à la rendre préhensible par des publics qui ne la connaissaient pas ou peu.

 

Tu as dit, à plusieurs reprises, qu’il existait trois pragmatismes au moins : les « pères fondateurs », le nouveau pragmatisme (Rorty, Putnam), le pragmatisme à la française (qui se décline lui-même en trois branches avec un pragmatisme durkheimien, une version plus interactionniste et l’ANT). Peux-tu les caractériser ?

Mon point de vue a pas mal évolué sur cette question des rapports entre sociologies et pragmatismes. Je prépare d’ailleurs un texte sur ce sujet pour un volume de Raisons pratiques coordonné avec Yves Cohen, qui se définit comme un historien des pratiques. Il approfondira les liens entre pragmatisme et sciences sociales, et s’intéressera à la place de l’histoire là-dedans, afin de donner une suite ou une réplique francophone aux réflexions de James Kloppenberg (2004). La sociologie pragmatique est revendiquée comme label par ceux qui en proposent désormais un « mode d’emploi ». Mais elle est plurielle, ne serait-ce que parce qu’elle a subi pas mal de chocs et de transformations au fil des décennies qui nous séparent des premières formulations théoriques dont nous avons déjà parlé et qui n’avaient pas véritablement le pragmatisme comme source d’inspiration. Les philosophes pragmatistes sont absents de la bibliographie de De la justification (1991), et si l’on trouve des références à James ou à Dewey du côté de l’ANT, ce n’est pas central avant les années 2000 — c’est surtout Antoine Hennion qui a le plus réinvesti les auteurs pragmatistes ces dernières années. Dans les nouvelles sociologies, le pragmatisme a essentiellement été présent par le biais de la pragmatique de l’énonciation en linguistique, qui mettait l’accent sur les performances en situation comme révélatrices mais aussi créatrices des compétences linguistiques, ou encore via l’ethnométhodologie des sciences — le coup de force de Latour a d’ailleurs consisté à lier cette orientation avec des courants de pensée comme la sémiotique d’Algirdas Greimas et la philosophie des sciences de Michel Serres… Mais il y a d’autres options possibles, comme celles qu’explore Daniel Cefaï avec qui j’entretiens des échanges continus.

Continuer la lecture de « Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3) »

L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)

Suite et fin de la restitution de la première séance du séminaire SoS du laboratoire Printemps. Comme on le constatera, les deux séquences sont parfaitement complémentaires et apportent chacune un éclairage sur le thème du séminaire « science/politique ». Les recherches embryonnaires de Morgan Jouvenet sur les sciences de la stratosphère et leur politique trouvent en effet un écho dans le programme de recherche que Jérôme Lamy s’efforce de consolider depuis quelques années. Ce programme ambitieux déploie l’hypothèse d’un « régime régulatoire » des sciences et techniques, laquelle hypothèse serait en mesure de rendre compte à nouveau frais l’énigme du gouvernement « par » et « pour » les sciences. Respectant à la lettre le protocole « exposé/commentaire critique » du séminaire, Frédéric Lebaron discute ensuite l’exposé. Il propose notamment des pistes d’approfondissement à partir de ses propres travaux sur la science économique.

D’une improbable expérience de tourisme scientifique naquit une hypothèse

Dans son introduction au séminaire, Arnaud Saint-Martin s’est dit très curieux d’écouter Jérôme développer son hypothèse, pour au moins deux raisons. La première, d’ordre scientifique, tient à l’envie de savoir jusqu’où ce cadre théorique général est en mesure de démontrer sa pertinence explicative dans l’approche d’une gamme très étendue de savoirs et de pratiques savantes à diverses échelles spatiotemporelles. D’après Arnaud, le travail d’interprétation sélective d’une grande variété de données et l’ajustement conjectural-expérimental des interprétations auxquels se risque Jérôme constituent une originalité. Cette stratégie d’enquête procède par abduction, et non pas classiquement à l’aide de lourdes déductions ou d’inductions fastidieuses, et c’est pourquoi elle engendre des (re)découvertes théorico-empiriques.

La seconde raison qui explique la curiosité d’Arnaud est plus personnelle, quoique tout à fait dicible. Il se trouve que dans une vie antérieure, il a fait émerger les prémisses de ce programme avec Jérôme et qu’il se sent donc concerné. Sans l’épuiser, il évoque ce moment de créativité en roue libre au terme duquel la vague notion d’un « régime officiel » (et non point « régulatoire », à l’époque) est apparue. C’était en novembre 2006, à l’occasion d’un congrès terne et décevant de la History of Science Society (de concert avec la Society for Social Studies of Science et la Philosophy of Science Association), dans la ville pluvieuse de Vancouver. L’ambiance n’était certes pas propice à la sérendipité. C’était un séjour morne, lost in translation, une réunion pour scholars nord-américains se sur-connaissant dans laquelle les jeunes Frenchies avaient des chances de se sentir paumés. Très ironiquement il faut dire, les sociologues-historiens étaient pris dans le même complexe de dépaysement contrarié qu’éprouvèrent les astronomes-voyageurs français découvrant « l’Amérique » un siècle plus tôt, complexe dont Arnaud devait d’ailleurs restituer la rationalité dans sa communication au congrès (Saint-Martin 2008)…

Continuer la lecture de « L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2) »

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (2/3)

Reprise de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. La thèse soutenue et publiée, Francis pose ensuite les premiers jalons d’un programme de recherche qui s’étayera sur différents objets et terrains à partir du début des années 1990. Il reconstitue la maturation de ses recherches sur la preuve et la genèse d’Experts et faussaires (1995). Des concepts-clés apparaissent alors (« prise », « tangible », etc.) et révèlent peu à peu leur pouvoir de rupture avec le mainstream des théories de l’action. C’est l’occasion également de réitérer des critiques énoncées à l’encontre de la théorie de l’acteur-réseau qui commence de s’imposer, au Centre de Sociologie de l’Innovation et ailleurs, par la force d’enrôlements et de traductions redoutablement efficaces. C’est notamment en explorant les points aveugles et les implicites politiques (qui le sont de moins en moins avec le temps) de cette approche aujourd’hui résistible que Francis s’est donné les moyens de progresser.

Comment es-tu passé du cadre qui sous-tend La Faute professionnelle, ouvrage qui, dans sa forme, est encore très académique, à celui, plus surprenant, en tout cas singulier, que présente le livre avec Christian Bessy, Experts et faussaires ?

Comme Christian Bessy, j’avais obtenu de rester au Centre d’Études de l’Emploi après ma thèse. Nous n’avions pas de direction précise, en dehors de celle qui consistait à valoriser et à publier comme il se doit – même si à l’époque la pression était bien moindre qu’aujourd’hui. Nous avions aussi en charge un séminaire consacré aux conventions de qualité. Dès 1991, l’idée a ainsi émergé de travailler sur des objets qui résistaient aux cadres théoriques dans lesquels nous baignions en allant regarder du côté des affaires de faux et de contrefaçons. Drôle d’idée quand on y pense. Cela dit, les investissements consentis vis-à-vis du droit – Christian Bessy ayant lui aussi fortement étudié le droit social – nous aidaient à explorer les enjeux liés à la propriété intellectuelle. Et c’est aussi à ce moment-là qu’eut lieu la première rencontre avec Marie-Angèle Hermitte, déjà bien engagée dans les questions de brevetabilité du vivant et des lignées végétales en particulier (voir son récit dans Le droit saisi au vif, [Hermitte 2013]). Et de fil en aiguille, la logique d’enquête sur l’étrange jeu entre experts et faussaires nous a conduits dans des directions inattendues. À travers plusieurs textes intermédiaires, on a fini par fixer les choses autour du concept de « prise » qui nous semblait concentrer les qualités requises pour dire ce que les autres modèles ne disaient pas.

Nouvelle édition d'Experts et faussaires, augmentée d'une postface, à paraître fin mars 2014 dans la collection « Pragmatismes » des Éditions Pétra
Nouvelle édition d’Experts et faussaires, augmentée d’une postface, à paraître fin mars 2014 dans la collection « Pragmatismes » des Éditions Pétra

Entre temps, l’expérience informatique amorcée quelques années plus tôt avait changé de régime avec l’arrivée de Jean-Pierre Charriau. Ensemble, nous avons conçu les grandes lignes du logiciel Prospéro – le nom a été choisi fin 1994, à l’issue d’une représentation de La tempête mise en scène par Peter Brook aux Bouffes du Nord, un des plus beaux moments de théâtre auquel j’ai assisté, qui m’a conduit à lire et relire l’œuvre de Shakespeare. Dans la même période, sur les conseils de Luc Boltanski et de Claudine Herzlich, je me suis présenté au concours des maîtres de conférences de l’EHESS, en 1993, puis en 1994. Bruno Latour m’avait invité à rejoindre le CSI mais pour des raisons multiples je ne m’y voyais pas – la forte imbrication du CSI dans les montages de projets en réseaux m’effrayait quelque peu. En même temps, j’avais de plus en plus de choses à faire et à dire sur les sciences et les techniques. D’ailleurs, mon projet pour l’EHESS était intitulé « Pour une sociologie de la preuve ». Ce projet a donné lieu à un texte exploratoire, Essai sur le tangible (1996, toujours en ligne), et transformé beaucoup plus tard en article pour Raisons pratiques sous le titre « L’épreuve du tangible » (Chateauraynaud 2004). C’est là un point qui vous intéresse plus particulièrement : au fil du temps, j’avais acquis un certain background en sociologie des sciences, dépassant largement les seuls travaux de Callon et Latour, et qui prenait sa source dans un séminaire animé par Benjamin Matalon – quelqu’un qui a eu une certaine influence sur ma manière de lire la sociologie et l’histoire des sciences. Avec la question de la preuve, j’explorais l’espace des possibles théoriques et empiriques au-delà du partage un peu convenu entre constructivisme et positivisme : il s’agissait de regarder systématiquement, dans un large éventail d’activités, comment s’y prennent les acteurs pour élaborer des preuves. Et sur cette question, il me semblait clairement intenable de passer en force avec des expressions comme celle de « réseau hétérogène ». La difficulté à former des preuves allait, dans le même mouvement, devenir un des ressorts de l’étude des alertes et des controverses autour des risques, ce qui tombait plutôt bien puisque le principe de précaution commençait à s’imposer et que la notion d’incertitude devenait de plus en plus centrale – ce qui m’a conduit, sans doute par esprit de contradiction, à remobiliser l’opuscule de Wittgenstein, De la certitude (1965).

Continuer la lecture de « Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (2/3) »