L’historien sur la table des opérations

À partir de Sylvie Lindeperg, La voie des images. Quatre histoires de tournage au printemps-été 1944, Paris, Éditions Verdier, 2013, 288 p.

La voie des imagesPenser par le cinéma, penser par les images, sérieusement s’entend, c’est-à-dire en les considérant comme producteurs de savoirs, suppose d’en dépasser l’usage purement illustratif. Pour ma première contribution à Zilsel, je vais user d’un tour connu des amateurs de cinéma des premiers temps, l’escamotage, puisqu’à la place d’un billet en bonne et due forme je reviens sur la dernière publication d’une historienne du cinéma, Sylvie Lindeperg. Cela me permettra en effet d’introduire une réflexion élargie qui, au fil des billets, portera à la fois sur les statuts de l’« image » et du « visuel » dans la recherche en sciences humaines et sociales et dans les science studies, mais également sur le possible (l’improbable ?) métier de chercheur-spécialiste-en « études cinématographiques et audiovisuelles » et/ou en « études visuelles ». Je dis bien « possible » car de récents exemples montrent que n’importe quel universitaire, à condition qu’il se munisse d’un appareil d’enregistrement et glose sur ses photos de séjours vagabonds, à l’occasion de colloques ou de vacances, peut se ranger parmi lesdits spécialistes et commettre des ouvrages qui traiteront de tout sauf d’image. De la même manière, les films à succès (Matrix et consorts) — car je m’intéresse au premier chef aux films — n’ont pas été comme on dit bankables seulement pour les producteurs : certains philosophes en quête de reconnaissance ont su en tirer un profit (symbolique) non négligeable. Seulement, existe-t-il un véritable domaine, je n’ose parler de « champ », qui régulerait tout ça ? L’entreprise passionnante d’André Gunthert et des contributeurs du carnet « culture visuelle » le réalise à sa façon. Le travail historiographique dont je rendrai compte maintenant également.

Continuer la lecture de L’historien sur la table des opérations

Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée

Reprendre un ouvrage lu pendant les années d’études est toujours une expérience intellectuelle intéressante : les souvenirs des exaltations primitives se mêlent à l’effet d’une sédimentation lointaine. J’ai lu, lors de mes études de troisième cycle, le Galilée hérétique de Pietro Redondi, paru en France en 1983 (Redondi 1983). Il en restait les préventions des enseignants : le livre était une pyramide inversée, en ne s’appuyant que sur une archive unique, il remontait vers une généralisation douteuse, et la thèse défendue n’a pas été retenue par la communauté des historiens des sciences… Quelques mots, avant de revenir à ces arguments d’autorité (et pour cause), sur la progression du Galilée hérétique adoptée par Pietro Redondi.

Les pièces du dossier

Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985.
Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985

À l’origine du travail historien il y a une source étonnante, une archive inattendue, une irruption intempestive. Noté G3, un texte anonyme accuse le Saggiotore de Galilée de suivre la voie d’un atomisme hérétique. Ce ne serait donc pas la défense de l’héliocentrisme copernicien qui aurait initié le procès contre Galilée, mais une accusation plus grave encore, le retour à Démocrite, la remise en question des subtilités de l’Eucharistie. Dans le contexte post-tridentin, à l’ombre d’une puissance jésuite qu’on a cru, à tord, diminuée, au sein d’une géopolitique dont l’équilibre est menacé par la progression huguenote, les audaces du camp moderniste (dont Galilée est l’un des représentants les plus dynamiques) sont surveillées avec attention. Dès lors, dans le secret des commissions d’enquête, l’accusation anonyme (dont Redondi dévoile l’auteur en la personne du père Grassi) d’atomisme semble plus redoutable que celle d’héliocentrisme. L’accusation d’hérésie (et la possible condamnation à mort) pèse sur les discussions (dont nous n’avons pas la trace). Dans cette perspective, la défense de Copernic est un péché moins grave.

Continuer la lecture de Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée

Séminaire Sociologie des sciences (SoS) : programme de l’année 2013/2014

Co-organisé par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, chercheurs au laboratoire Printemps, le séminaire de Sociologie des Sciences (SoS) mensuel se donne pour objectif de présenter divers aspects de l’actualité de la recherche sur la production, la régulation et l’usage des données scientifiques. La première séance se déroulera le 29 novembre 2013.

A noter, l’organisation à venir en mai 2014 d’une journée d’étude consacrée aux rapports entre sciences et politique.

Informations pratiques :

Date : 4 séances, de novembre 2013 à mars 2014
Ouvert à tous

Lieu : Laboratoire Printemps – UVSQ, 47 bd. Vauban – 78280 Guyancourt, Bât. Vauban – 6e étage – salle 604

29 novembre 2013, de 14h à 16h

Jérôme Lamy (Labex SMS, Université de Toulouse) : « Des sciences par et pour le gouvernement. Sur le régime régulatoire des sciences et techniques ».

Discutant : Frédéric Lebaron (Printemps)

10 janvier 2014, de 14h à 16h
Morgan Jouvenet (Printemps) : « Les sciences de la stratosphère et leur politique. Une étude cas (et un programme de recherche) ».
Discutant : Jérôme Lamy (Printemps)

7 février 2014, de 14h à 16h
Michel Dubois (GEMASS, CNRS/Université Paris-Sorbonne) : « Réguler la recherche sur l’embryon : approche comparée des instruments de politique scientifique et de leurs effets ».
Discutants : Ronan Le Roux (CETCOPRA, Université Paris 1), Arnaud Saint-Martin (Printemps)

28 mars 2014, de 14h à 16h
– Romain Juston (Printemps) : « Les pratiques de recherche au-delà du slogan : pour une sociologie combinée de la science et du droit dans l’étude de l’expertise médico-légale ».
Discutants : Caroline Protais, Arnaud Saint-Martin (Printemps)
– Morgan Jouvenet & Arnaud Saint-Martin : présentation de la journée d’études « Sciences/politiques » du mois de mai.

 

Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques