Archives par mot-clé : Activités de recherche

À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Dans cet article, Ronan Le Roux nous montre dans quelle mesure les buzzwords scientifiques et techniques (BST) restent un phénomène mal défini. Il l’illustre avec le cas des biologies « -omiques » (génomique, protéomique, etc.), pour questionner l’existence de critères objectifs permettant de construire les BST comme objets d’étude. Il envisage d’abord que les BST puissent être un artefact, dus à l’hétéronomie de notre perception, et/ou à une interférence entre instrument et phénomène observé (performativité de la scientométrie sur les pratiques d’écriture et de mise en visibilité à l’heure du numérique). Il met en doute ensuite le fait que la lexicométrie fournisse un modèle naturel de BST. Comme il le souligne, on ne peut définir les BST sans jugement de valeur, notamment en cherchant à les situer dans une typologie des néologismes scientifiques et techniques. Ils semblent devoir rester des objets flous et hétérogènes, convenant mieux à des études de cas comparatives.

Difficile aujourd’hui d’échapper aux « buzzwords » : mots à succès, mots à la mode, mots-phares, mots-étendards, formules, « petites phrases », mantras… Qui n’en a vu ou entendu, en tweet ou en 4×3, dans le cadre d’une conférence plénière ou d’une conversation de couloir, savamment agencés ou glissés comme en passant ? Fleurant la futilité sinon l’entourloupe, progéniture d’un brainstorming entre consultants ou trouvaille nec plus ultra de ténor cathodique, ils semblent pareillement destinés à conquérir le marché des temps de cerveaux disponibles ou à aveugler les masses par quelque tour de passe-passe sémio-cognitif, suscitant par réflexe d’humanisme cultivé la méfiance de tout citoyen nourri à l’esprit des Lumières et soucieux d’un bon usage du λόγος pour l’harmonie de la Cité.

Métastases lexicales d’une société hyperconnectée, on ne les conjure qu’en les détournant par des rituels jubilatoires consistant à les neutraliser par un excès d’usage (écholalies ironiques et autres « business lotos »). Cet exorcisme par mithridatisation impliquant a minima pour les locuteurs d’amplifier l’usage même de ce qu’ils souhaiteraient éventuellement voir disparaître, de vaincre le mal par le mal, la nature du buzzword apparaît en pleine lumière : sitôt franchi le seuil critique d’adoption qui le fait exister en tant que tel, son cycle de vie ne peut être interrompu et ne s’épuisera qu’en parvenant à son terme, après quoi il ira rejoindre le cimetière des expressions ringardes – sauf à trouver une seconde jeunesse dans son recyclage par un autre groupe social. C’est sans doute parce qu’un buzzword en tant que buzzword ne peut avoir de détracteur qu’il est aussi bien une instance remarquable de cette « voix de personne » (Valéry), atteignant précisément sa performativité maximale lorsqu’il n’a plus d’auteur et que sa signification s’attrape aussi peu que fumée entre les doigts.

alliageUn dossier récent de la revue Alliage est consacré au « Technobuzz »[1], les buzzwords de la technoscience. Le sourcil se lève spontanément : les buzzwords ne font-ils pas des ombres dans la caverne, ne sont-ils pas l’arsenal terminologique du sophiste contemporain, toute communication de leur part avec l’Académie et le ciel des Idées n’est-elle pas antinomique ou impitoyablement filtrée ? C’est le point de vue adopté, semble-t-il, dans l’article « Buzzword » de Wikipédia : « Les buzzwords dénoncés comme tels ont une fonction inverse du vocabulaire scientifique », ils seraient en fait du côté de la charlatanerie et de ce que les psychologues appellent « effet Dr Who ». Pourtant, ces frontières entre science et société ne sont pas perçues aujourd’hui si étanches qu’elles fassent du thème abordé par ce dossier d’Alliage un non-sujet. Bien au contraire, cette circulation transfrontalière est sans aucun doute un terreau fertile pour les buzzwords, pour le meilleur comme pour le pire : le meilleur, lorsque la société civile se saisit des Frankenstein de la « technoscience » (OGM, dépistage prénatal, nanotechnologies, etc.) comme d’autant d’objets de sains débats démocratiques ; le pire, avec ce que l’on pourrait appeler cette fois « l’effet Omega 3 », lorsque l’industrie, produisant des molécules comme M. Jourdain de la prose, épate le bourgeois avec un terme savant magnifiant tel aspect parfois trivial en guise d’argument de vente.

Foucault à tort et à travers (1/2)

« Vous savez, quand on mange froid, on sent le froid, pas le goût. Quand on mange chaud, on sent le chaud, pas le goût. Quand c’est dur, on sent le dur, pas le goût. Quand c’est liquide, on sent le liquide, pas le goût. Donc, il faut manger tiède et mou ».

Alexandre à Véronika dans La Maman et la Putain de Jean Eustache (1973)

Il n’est qu’à consulter l’index de n’importe quel ouvrage de sciences sociales édité récemment pour percevoir combien l’espace est saturé par la référence  foucaldienne (à laquelle, je dois l’avouer, je participe activement). Les écrits de Foucault ont cette particularité de s’échelonner dans le temps. Il y eut, d’abord, de son vivant, ses ouvrages traçant un parcours original de l’Histoire de la folie à l’Histoire de la sexualité, en passant par la naissance de la prison et l’archéologie des sciences humaines. Puis il y eut, après sa mort, les Dits et écrits, rassemblant des textes épars et très hétérogènes : interviews, articles de fond, tracts, pétitions, etc. Depuis la fin des années 1990, ce sont les cours au Collège de France qui viennent densifier et épaissir le corpus foucaldien. Cette matrice d’écrits sert bien souvent aujourd’hui de référentiel un peu fourre-tout. Rappelons qu’après avoir été longtemps au purgatoire de la philosophie, Foucault connaît un retour en grâce (pas totalement inattendu) depuis les années 2000 après un détour américain (Cusset 2005), qui n’est pas sans conséquence sur cette nouvelle réception française. La geste foucaldienne est à ce point disséquée qu’il s’agit maintenant de cerner les usages de Foucault, comme une sorte de prise au deuxième degré : non plus les textes eux-mêmes, mais l’exégèse, non plus la matrice, mais ses résonnances actuelles. Reconnaissons qu’il y a de quoi se perdre parfois dans cette profusion  d’utilisations nombreuses, traversant tous les champs disciplinaires des sciences humaines et sociales.

Il faut également admettre, après Judith Revel, que les attitudes contemporaines face à Foucault ne peuvent sortir du triangle suivant : les juges, les détracteurs et les sauveurs (Revel 2005 :219-230). Échapper à ce triptyque s’avère délicat : comment faire travailler les textes, y porter des critiques productives, dégager les aspects conjoncturels de certaines propositions pour faire surgir des jeux d’écho plus profonds, sans pour autant tomber dans la police épistémologique la plus détestable ? D’un autre côté, comment suivre une œuvre (volontairement) sinueuse, hystérésique et méandrique, sans se croire obliger de génuflexer à chaque chapitre ? C’est donc une posture (très) inconfortable de proximité-critique que je défendrais ici (et que j’ai défendue ailleurs) : il s’agit de prendre les textes de Foucault pour ce qu’ils sont, à savoir des productions prises dans leur époque, visant malgré tout un dépassement théorique de leur horizon de contemporanéité. Ambition frustrante, sans doute, mais néanmoins tenable, en ce sens qu’elle garantit de n’être ni un gardien du temple (non Foucault n’avait pas raison sur tout et non ses analyses n’ont pas toutes été pertinentes), ni un contempteur bas du front (non Foucault n’était pas un postmoderne inconséquent et oui ses travaux ont été parmi les plus originaux de l’après guerre).

Continuer la lecture de Foucault à tort et à travers (1/2)

Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale

Depuis l’engagement du Processus de Bologne et de la Stratégie de Lisbonne, l’Union européenne et les pays membres ont pour ambition de bâtir « la première économie mondiale fondée sur la connaissance ». L’accélération du rythme de la recherche et des processus de « transmutation » des énoncés scientifiques en Startups innovantes est au cœur des préoccupations politiques, de droite comme de gauche. La réalisation d’un tel projet requiert de former les chercheurs à l’entrepreneuriat et de leur inculquer « l’esprit d’entreprise ».

Le « mode 2 », prophétie à réaliser

La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)
La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)

Il ne sera pas question ici de retracer l’histoire de la construction de l’Espace européen de la recherche et celle de l’Espace européen de l’enseignement supérieur (voir I. Bruno, 2008). On peut néanmoins constater, à la suite de P. Brunet et M. Dubois (2012), que du point de vue des registres de justification ces dynamiques de reconfiguration de la recherche procèdent pour partie de l’influence de certaines « théories » des Sciences and Technology Studies (STS), les mêmes qui vantaient hier – et plus timidement aujourd’hui – l’avènement d’un « mode contextualisé de production de connaissances » et l’affaiblissement corrélatif des frontières entre laboratoires académiques et industries. Comme le rappelle D. Pestre, l’analyse posée par H. Nowotny (actuellement président de l’European Research Council) et M. Gibbons dans le manuel à l’usage des « décideurs » en matière d’économie du capital cognitif (The New Production of Knowledge, 1994), et selon laquelle « nous serions passés d’un mode historique et top down […] à un modèle plus hybride de co-formation des savoirs dans des espaces d’un nouveau type […] a beaucoup influencé les administrateurs de sciences, notamment à l’échelle européenne » (2011, p. 217). Si ces thèses descriptives-normatives jouent un rôle certain dans les réorganisations contemporaines de la recherche et de l’enseignement supérieur – en ce qu’elles justifient la construction d’un monde « en réseau » et « par projet » où la circulation des travaux scientifiques et leur transformation en innovation iraient en s’accélérant –, l’influence des théories néoclassiques d’économie de la connaissance semble également décisive (C. Laval, 2009). Selon D. Plihon (2003), nombre de ces analyses reposent en effet sur une observation simple : qu’il s’agisse d’informatique ou de biotechnologie par exemple, les coûts fixes d’élaboration d’une innovation donnée sont extrêmement élevés quand, symétriquement, leur coût de duplication sont relativement faibles – cela étant particulièrement vrai au sujet du marché des logiciels. Ce faisant, cette économie de la connaissance est une économie de rendements croissants. Dès lors, les acteurs économiques soucieux de rentabilité doivent moins tenter de concevoir un bien standard au meilleur prix et le vendre au prix le plus fort que de viser la conception d’un bien innovant afin de pouvoir être le premier à le commercialiser et de s’assurer, conséquemment, d’une « rente de situation » (D. Plihon, 2003, p. 15). Dans un tel monde, les individus animés par l’ambition de créer une entreprise et possédant des connaissances et des compétences rares – dont les savoirs et les savoir-faire scientifiques font sans doute partie – occupent une place de premier plan.

Continuer la lecture de Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)

Ultime séquence de l’entretien avec Francis Chateauraynaud. Dans les paragraphes qui suivent, Francis met en série des prises de position sur différents sujets et les restitue dans leur contexte de pertinence. Comme les intervieweurs — Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin — sont légèrement insistants sur ce point précis, il se situe très explicitement par rapport aux STS. Il prend ses distances aussi avec certains développements scolastico-scolaires de la sociologie pragmatique. Par contraste, on comprend d’autant mieux le sens et la portée de la « pragmatique des transformations » qu’il a conçue et fait progresser au sein du Groupe de sociologie pragmatique et réflexive. L’originalité de la sociologie pratiquée par Francis et ses collègues du GSPR* ressort également dans sa conception de l’engagement et de la prise (sociologique) sur le cours du monde (la banalisation de la figure du « lanceur d’alerte » en fut un révélateur) ou la part d’expérimentation anarchisante qu’il est de bonne méthode d’instaurer dans la recherche (mais pas à la Feyerabend !). Refuser le confinement académique, s’ouvrir aux processus disruptifs et aux surgissements phénoménaux inattendus, proposer de nouveaux jeux de langage et des prises conceptuelles contre-intuitives : autant d’exigences pragmatiques pour les chercheurs qui ne se satisfont pas des bonnes vieilles recettes et du confort mental qu’offre leur discipline native. Dans ses variations balistiques cette sociologie a des chances de rebondir encore et encore à l’avenir, et c’est en cela que réside sans doute sa force. Dont acte !

* Disclaimer : à ce point de l’entretien, les intervieweurs confessent qu’ils ne sont pas neutres, qu’ils ont déjà travaillé et même qu’ils continueront de travailler avec Francis sur différents dossiers, au GSPR et ailleurs. Ils assument leurs préférences et leurs affinités épistémologiques, et le choix des collègues interviewés pour le Carnet Zilsel en est l’expression. On l’aura deviné, la stratégie d’enquête restituée — et incarnée — dans ces trois billets leur apparaît productive, et ils sont fort ravis d’avoir contribué à la rendre préhensible par des publics qui ne la connaissaient pas ou peu.

 

Tu as dit, à plusieurs reprises, qu’il existait trois pragmatismes au moins : les « pères fondateurs », le nouveau pragmatisme (Rorty, Putnam), le pragmatisme à la française (qui se décline lui-même en trois branches avec un pragmatisme durkheimien, une version plus interactionniste et l’ANT). Peux-tu les caractériser ?

Mon point de vue a pas mal évolué sur cette question des rapports entre sociologies et pragmatismes. Je prépare d’ailleurs un texte sur ce sujet pour un volume de Raisons pratiques coordonné avec Yves Cohen, qui se définit comme un historien des pratiques. Il approfondira les liens entre pragmatisme et sciences sociales, et s’intéressera à la place de l’histoire là-dedans, afin de donner une suite ou une réplique francophone aux réflexions de James Kloppenberg (2004). La sociologie pragmatique est revendiquée comme label par ceux qui en proposent désormais un « mode d’emploi ». Mais elle est plurielle, ne serait-ce que parce qu’elle a subi pas mal de chocs et de transformations au fil des décennies qui nous séparent des premières formulations théoriques dont nous avons déjà parlé et qui n’avaient pas véritablement le pragmatisme comme source d’inspiration. Les philosophes pragmatistes sont absents de la bibliographie de De la justification (1991), et si l’on trouve des références à James ou à Dewey du côté de l’ANT, ce n’est pas central avant les années 2000 — c’est surtout Antoine Hennion qui a le plus réinvesti les auteurs pragmatistes ces dernières années. Dans les nouvelles sociologies, le pragmatisme a essentiellement été présent par le biais de la pragmatique de l’énonciation en linguistique, qui mettait l’accent sur les performances en situation comme révélatrices mais aussi créatrices des compétences linguistiques, ou encore via l’ethnométhodologie des sciences — le coup de force de Latour a d’ailleurs consisté à lier cette orientation avec des courants de pensée comme la sémiotique d’Algirdas Greimas et la philosophie des sciences de Michel Serres… Mais il y a d’autres options possibles, comme celles qu’explore Daniel Cefaï avec qui j’entretiens des échanges continus.

Continuer la lecture de Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (3/3)

L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)

Suite et fin de la restitution de la première séance du séminaire SoS du laboratoire Printemps. Comme on le constatera, les deux séquences sont parfaitement complémentaires et apportent chacune un éclairage sur le thème du séminaire « science/politique ». Les recherches embryonnaires de Morgan Jouvenet sur les sciences de la stratosphère et leur politique trouvent en effet un écho dans le programme de recherche que Jérôme Lamy s’efforce de consolider depuis quelques années. Ce programme ambitieux déploie l’hypothèse d’un « régime régulatoire » des sciences et techniques, laquelle hypothèse serait en mesure de rendre compte à nouveau frais l’énigme du gouvernement « par » et « pour » les sciences. Respectant à la lettre le protocole « exposé/commentaire critique » du séminaire, Frédéric Lebaron discute ensuite l’exposé. Il propose notamment des pistes d’approfondissement à partir de ses propres travaux sur la science économique.

D’une improbable expérience de tourisme scientifique naquit une hypothèse

Dans son introduction au séminaire, Arnaud Saint-Martin s’est dit très curieux d’écouter Jérôme développer son hypothèse, pour au moins deux raisons. La première, d’ordre scientifique, tient à l’envie de savoir jusqu’où ce cadre théorique général est en mesure de démontrer sa pertinence explicative dans l’approche d’une gamme très étendue de savoirs et de pratiques savantes à diverses échelles spatiotemporelles. D’après Arnaud, le travail d’interprétation sélective d’une grande variété de données et l’ajustement conjectural-expérimental des interprétations auxquels se risque Jérôme constituent une originalité. Cette stratégie d’enquête procède par abduction, et non pas classiquement à l’aide de lourdes déductions ou d’inductions fastidieuses, et c’est pourquoi elle engendre des (re)découvertes théorico-empiriques.

La seconde raison qui explique la curiosité d’Arnaud est plus personnelle, quoique tout à fait dicible. Il se trouve que dans une vie antérieure, il a fait émerger les prémisses de ce programme avec Jérôme et qu’il se sent donc concerné. Sans l’épuiser, il évoque ce moment de créativité en roue libre au terme duquel la vague notion d’un « régime officiel » (et non point « régulatoire », à l’époque) est apparue. C’était en novembre 2006, à l’occasion d’un congrès terne et décevant de la History of Science Society (de concert avec la Society for Social Studies of Science et la Philosophy of Science Association), dans la ville pluvieuse de Vancouver. L’ambiance n’était certes pas propice à la sérendipité. C’était un séjour morne, lost in translation, une réunion pour scholars nord-américains se sur-connaissant dans laquelle les jeunes Frenchies avaient des chances de se sentir paumés. Très ironiquement il faut dire, les sociologues-historiens étaient pris dans le même complexe de dépaysement contrarié qu’éprouvèrent les astronomes-voyageurs français découvrant « l’Amérique » un siècle plus tôt, complexe dont Arnaud devait d’ailleurs restituer la rationalité dans sa communication au congrès (Saint-Martin 2008)…

Continuer la lecture de L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)