La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

C’est à quatre mains que nous reprenons le compte rendu du colloque « Science, innovation, technique et société » co-organisé par le CR 29 de l’AISLF et du RT 29 de l’AFS (voir la première partie rédigée par Arnaud Saint-Martin). En poursuivant en binôme cette restitution (inter-)subjective, nous proposons une sorte de saisie sur le vif de la sociologie des sciences et techniques actuelles dans l’aire francophone. Sans ériger l’événement en panoptique de la spécialité dans toutes ses dimensions, l’occasion d’un colloque est une chance de saisir, dans leurs grands axes, les nervures du travail – théorique et empirique – en cours.
Mais avant de commencer, précisons qu’à l’inverse de la première partie, nous avons préféré ne pas nommer certain-e-s collègues dont nous présentons les recherches au pas de charge. Car par moments, des critiques seront formulées, la barque sera chargée. Il nous a paru éthiquement préférable et plus juste que l’anonymat soit préservé un minimum, afin de ne pas laisser des traces susceptibles d’atteindre à la « web-réputation » de collègues pour la plupart en thèse, donc éventuellement excusables (mais surtout, vulnérables). Mais, quoique touchés in extremis par la grâce et la compassion altruiste (un effet post-Latouring ?), nous n’en continuerons pas moins de porter la critique dès qu’il le faut. À découvert, cela va sans dire !

Retour de goûter : la session de trop

9 juillet 2014, toujours. À 16h20, les travaux reprennent et nous intégrons l’Atelier 3 dédié au thème « la médiation et la médiatisation ». Première intervention sur les « Fablabs ». Ces espaces de coopération rassemblant des initiatives technologiques et sociales constituent les nouveaux « lieux de savoir » explorés par les sociologues. Le laboratoire traditionnel – celui-là même que Latour et Woolgar exploraient dans la Californie des années 1970 – n’est plus le centre des attentions. C’est d’ailleurs moins la question de la production des savoirs scientifiques qui est en jeu que les formes de « communauté » partageant des projets (avec tout ce que l’imprécision de ce terme peut renfermer…). On s’intéresse aux solidarités socio-techniques dans les hackerspaces, reconduisant les valeurs d’une certaine contre-culture américaine. L’analyse proposée se centre sur des cas français assez variés : des espaces semi-professionnalisés où se mènent des approches d’innovation technique aux tentatives locales de rassembler des acteurs d’une même commune pour faire aboutir une réalisation partagée. On apprendra, au cours de l’exposé, qu’il existe une labellisation officielle « Fablabs », une charte aussi, preuve s’il en est que les nouvelles formes de mise en cohérence des initiatives « citoyennes » ou « collectives » s’appuient sur des modalités d’institutionnalisation finalement on ne peut plus classique. De même le soutien, même virtuel, même très éloigné, même sans logo, du MIT ou d’un autre campus américain prestigieux fait toujours office d’attracteur symbolique. On a certes regretté, dans la présentation, qu’aucune tentative de montée en généralité n’ait été esquissée : l’approche descriptive, appuyée sur des observations denses et des entretiens, manque hélas une partie de son efficace théorique en restant au seuil de l’analyse (la citation expresse de l’inusable boundary object n’aide d’ailleurs pas). La sociologie du travail, la sociologie des organisations ou la sociologie politique aurait pu servir de matrice – même très générale – pour questionner ces plateformes à peine formées. On songe ici à ce qu’un questionnement sur les impensés (ou les trop bien pensés) politiques d’une association d’ingénieurs partageant leur matériel de bricolage pour monter un projet d’imprimante 3D aurait pu donner : l’investissement par le don/contre-don, les socialisations dispersant ou reconfigurant les hiérarchies professionnelles, les modalités de financement et de sponsoring ouvrant la voie à des interprétations intéressantes. L’enquête commençant, le jugement mérite donc d’être suspendu. Continuer la lecture de « La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2) »

Fictions et fonctions de la cosmologie « grand public »

À propos de Jean-François Robredo, Le Big Bang est-il un mythe ?, Paris, PUF, 2014, et de Thomas Lepeltier, La face cachée de l’univers. Une autre histoire de la cosmologie, Paris, Seuil, « Science Ouverte », 2014.

Cosmoagonies

De Stephen Hawking à Trinh Xuan Thuan, de Steven Weinberg aux frères Bogdanov, en passant par Hubert Reeves, les livres sur la cosmologie colonisent les sections « Science » des tables des librairies, aux côtés des livres sur la théorie de l’évolution, la théorie du chaos, des manuels promettant de nous (nous, les « nuls » en puissance) faire comprendre les plus grandes (et compliquées) théories scientifiques en moins d’une minute, et des petits illustrés de science amusante vaguement héritiers de Tom Tit. Exploitant la fascination populaire pour les frontières indéterminées et habilement manipulées entre science et métaphysique, ces ouvrages sur l’univers, véritables marronniers scientifico-existentiels de la vulgarisation, ressassent sans cesse les mêmes interrogations sur le pourquoi-du-comment-des-choses, sur les preuves de l’(in)existence de Dieu, sur l’éventuelle présence de son Doigt dans les lois de la nature ou ailleurs, ou sur la prédestination, l’évolution et la transformation de toute chose.

Chaque année est plus ou moins riche en publications de ce type, et le cru 2014 contient quelques spécimens s’interrogeant, une fois encore, sur la crédibilité scientifique de la théorie du Big Bang. Il s’agit ici de proposer un compte rendu de deux de ces ouvrages, publiés chez deux éditeurs réputés sérieux (les PUF et le Seuil dans la collection « Science Ouverte »), déployant des réflexions connexes, sur l’éventuelle dimension « mythique » de la cosmologie contemporaine, mais dans des directions radicalement différentes, et constituant, il me semble, chacun dans leur genre, des cas typiques. Continuer la lecture de « Fictions et fonctions de la cosmologie « grand public » »

Newton, les Sex Pistols et la pompe à air : l’histoire des sciences généraliste de Simon Schaffer (2/2)

Suite et fin de l’entretien avec Simon Schaffer (première partie ici). Comme c’est un classique incontournable, nous l’avons interrogé sur la genèse du Leviathan and the Air-Pump corédigé avec son camarade Steven Shapin. C’est l’occasion, pour Simon, de revenir sur les usages non anticipés et pas toujours productifs dont le livre – traitant au départ des usages sociaux de la science – a été l’objet dès après sa parution en 1985. La réception n’a pas été sans malentendus et c’est encore une source de perplexité pour l’auteur. Nous n’avons pas manqué de l’interroger également sur ses prises de position critiques dans le champ des STS qui se consolidait à l’époque. Sa recension du Pasteur de Bruno Latour est à cet égard un beau morceau de bravoure. Il est intéressant de découvrir à nouveau comment il l’a composée, pourquoi il maintient son évaluation plus que sceptique et, surtout, encourage en substance à déminer ce dispositif descriptif (plus qu’explicatif) à l’avenir. On apprend beaucoup aussi sur la façon dont Simon a été amené à envisager les études des sciences made in France dans les années 1990. Il faut croire que là encore les perceptions diffèrent des deux côtés de la Manche…
En bout de course, Simon précise son positionnement en tant que professionnel de l’histoire : il est clair, de son point de vue, qu’il faut défendre et incarner coûte-que-coûte une attitude
généraliste, afin notamment de lutter contre les inerties et les dérives de l’hyperspécialisme, taclé avec autant d’énergie et de conviction par Steven Shapin. En résumé, si « l’histoire ça fait bouger, [si en outre] c’est une machine à faire voyager dans le temps », alors il est de bonne méthode de continuer à prospecter sans s’enfermer dans des carcans disciplinaires (quand bien même il est légitime de vouloir défendre une certaine pratique de l’histoire) ou tout type de posture politico-intellectuelle qui plomberait le voyageur sur la route. Donc, en toute simplicité, show must go on !

Tu publies en 1985, avec Steven Shapin, un livre fondamental pour les STS, Leviathan and the Air-Pump. Peux-tu nous raconter comment tu en es venu à collaborer avec Steven Shapin sur cet ouvrage ? Quels étaient les enjeux, pour vous, de publier une étude qui se proposait de construire une vue d’ensemble sur les articulations entre un système politique (en l’occurrence celui de l’Angleterre hobbesienne du 17e siècle) et une nouvelle forme d’administration de la preuve (celle de Boyle et de la méthode expérimentale) ? Aviez-vous pressenti le succès incroyable de cet ouvrage, sa consistance originaire ? Qu’avez-vous pensé de ses réemplois massifs et parfois imprécis, de ses rattachements heuristiques pour le moins contrastés ? Le livre sert par exemple de base au livre-manifeste de Bruno Latour, Nous n’avons jamais été modernes, et il est salué par Pierre Bourdieu dans son dernier cours au Collège de France…

Steven Shapin, Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton University Press, 2011 [1985]
Best-seller : Steven Shapin, Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton University Press, 2011 [1985]
J’avais donc rencontré Steven Shapin lors de ma soutenance de thèse. C’est un très bon historien qui savait mieux que moi exploiter les archives. En 1980, GS Rousseau et Roy Porter publient un livre collectif intitulé The Ferment of Knowledge (avec des textes de Crosland, Forbes, Heilbron, Porter) qui opérait une sorte de triage disciplinaire (chimie, physique…). Shapin insistait pour qu’il y ait, dans le volume, un chapitre sur les « social uses of science » : c’était une exploitation et une réécriture des approches de Robert K. Merton. Le texte de Shapin est formidable, c’est une sorte de recueil d’autres études. Heilbron a écrit un chapitre sur la philosophie naturelle expérimentale au 18e siècle. Roy était très inquiet puisqu’il trouvait qu’il s’agissait d’une approche un peu restreinte, sinon narrow. Il m’a donc demandé si je pouvais écrire un texte qui amplifierait la question. C’est ce que j’ai essayé de faire en introduisant les mots clés : Foucault, Bachelard (je venais de lire La psychanalyse du feu), Kuhn. Cela formait un contraste triangulaire : Shapin, Heilbron, Schaffer. À ce moment Steve voulait écrire un grand livre sur le social/moral uses of science au 17e siècle (le choix n’était pas tranché entre les mots). Nous avions à disposition, à ce moment-là, de grands papiers de Steve tirés de sa thèse (sur la Société Royale d’Edimbourg) notamment : sur la construction des publics, sur l’autorité épistémique, etc. Pour ce grand livre, Steve avait identifié un débat presque ignoré jusque-là entre Hobbes et Boyle que nous devions traiter en deux ou trois paragraphes. Un des problèmes majeur de cette controverse c’est que les textes étaient en latin. Steven me propose après ma thèse de travailler sur Hobbes et de collaborer avec lui sur ce chapitre. Finalement, ces petits paragraphes ont « un peu » grandi pendant les trois années qui ont suivi. Avec Steven nous avions un texte dactylographié qui circulait entre Londres (j’étais à Imperial College à l’époque) et Edimbourg. Nous n’avions ni ordinateurs ni courriers électroniques. La rédaction du livre c’était surtout du papier et du Tipp-Ex, notre fluide de correction. Nous avons travaillé dans un renfermement presque complet, comme les vrais grands historiens, sans aucune idée des implications de ce que nous faisions. Il y avait bien quelques dialogues, notamment avec Harry Collins, que nous essayions de convaincre qu’il était possible de faire des études de controverse avec les morts.

Continuer la lecture de « Newton, les Sex Pistols et la pompe à air : l’histoire des sciences généraliste de Simon Schaffer (2/2) »

Foucault à tort et à travers (2/2)

Dans ce second billet, Jérôme continue l’auscultation. Parce qu’il fallait bien en choisir quelques-uns dans l’océan des références à Foucault pour éviter de sombrer, il a choisi de revenir sur deux articles publiés récemment par Sezin Topçu et Jean-Baptiste Fressoz. Comme leurs travaux sont discutés et relativement visibles, c’est un choix qui s’impose de lui-même. Jérôme met en œuvre le même genre de travail critique qu’il a proposé dans le billet précédent, où Foucault apparaissait à peine entre chiens et loups. C’est direct, cela vise l’essentiel sans trop se perdre en vaines réductions sémantiques. Et puis surtout, cela engage le critique que les références allusives à Foucault continuent d’indisposer. Cela engage d’autant plus que Jérôme vient de publier un ouvrage collectif avec Jean-François Bert intitulé Michel Foucault : un héritage critique (Paris, CNRS Éd., 2014), dans lequel précisément une politique des usages du commun foucaldien est défendue, laquelle suppose un peu plus qu’une utilisation cosmétique des notions ou d’inoffensives et scolaires révisions à la marge. Bref, foucaldiens de tous les pays, encore un peu d’effort !

Une molle gouvernementalité

Dans un article récemment paru dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, Sezin Topçu propose une approche des pouvoirs et des résistances aux technosciences par l’analyse de la gouvernementalité. Il s’agit là d’un concept finalement très peu exploité par Foucault. Le philosophe le définit ainsi dans son cours au Collège de France du 1er février 1978 :

« Par “gouvernementalité”, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, quoique très complexe, de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité. Deuxièmement, par “gouvernementalité”, j’entends la tendance, la ligne de force qui, dans tout l’Occident, n’a pas cessé de conduire, et depuis fort longtemps, vers la prééminence de ce type de pouvoir qu’on peut appeler le “gouvernement” sur tous les autres : souveraineté, discipline, et qui a amené, d’une part, le développement de toute une série d’appareils spécifiques de gouvernement [et, d’autre part], le développement de toute une série de savoirs. Enfin, par « gouvernementalité », je crois qu’il faudrait entendre le processus, ou plutôt le résultat du processus par lequel l’État de justice du Moyen Âge devenu au XVe et XVIe siècles État administratif, s’est trouvé petit à petit “gouvernementalisé” » (Foucault 2004 : 111-112).

C’est peut dire qu’une telle épaisseur définitionnelle laisse peu de place aux envolées exégétiques. Mais dans le même temps, l’incarnation empirique (si l’on peut dire) est conditionnée par cette tri-dimensionnalité, c’est-à-dire le calcul visant les populations, la prééminence du gouvernement disciplinaire et la gouvernementalisation de l’État. C’est donc à l’intersection de ces trois propositions que l’on peut détecter une gouvernementalité en action.

Continuer la lecture de « Foucault à tort et à travers (2/2) »

Des raisons de croire (ou pas) à « la sociologie comme science » de Raymond Boudon

À partir de Raymond Boudon, Le Rouet de Montaigne : une théorie du croire, Paris, Hermann, 2013.

« Quel conseil intellectuel donneriez-vous à un jeune Français de 20 ans ?
Apprendre à distinguer rigoureusement entre l’esprit critique, base du progrès de la connaissance, et l’esprit de critique, expression des passions et de l’idéologie. »

Raymond Boudon, « Les Français sont bien plus soucieux d’équité que d’égalité », propos recueillis par Mathieu Laine, Le Figaro Magazine, 31 août 2012.

« En somme, la sociologie de Raymond Boudon n’est certainement pas loin d’être la meilleure dont nous disposions (…). »
Emmanuel Picavet, compte rendu de Raymond Boudon, Croire et savoir. Penser le politique, le moral et le religieux, Paris, PUF, 2012, in Revue européenne des sciences sociales, vol. 52 (1), p. 277-281.

le-rouet-de-montaigne_opt (1)Le Rouet de Montaigne est le dernier livre publié par le sociologue Raymond Boudon, quelques mois après son décès survenu en avril 2013. Il reprend des textes de conférences et des articles déjà parus ça et là, et réalignés pour l’occasion dans une brève introduction où le « style Boudon » (sobriété, simplicité d’exposition, concision…) est immédiatement reconnaissable. Sans qu’il s’agisse néanmoins d’un livre à part entière[1], Le Rouet fournit une ultime actualisation en cinq chapitres du programme de l’auteur. À quelques coquilles près[2], l’opus se lit vite et bien, entre autres raisons parce qu’il n’excède pas 200 pages (aérées, très peu de notes de bas de page, peu de références bibliographiques) et qu’il est composé comme un recueil d’essais à consulter dans l’ordre qu’il conviendra.

Pourquoi en proposer le compte rendu ? Comme Raymond Boudon s’y emploie à codifier les « principes » de la/sa science sociologique, qu’il s’en réfère à « la science » pour réaliser cet objectif, qu’au surplus il tient un discours sur les études des sciences et techniques (peu convaincant, comme on le verra), son Rouet constitue un parfait matériau pour le genre de sociologie de la connaissance (sociologique) auquel le Carnet Zilsel s’efforce de contribuer.

Continuer la lecture de « Des raisons de croire (ou pas) à « la sociologie comme science » de Raymond Boudon »