D’une polémique à l’autre… en passant par la compréhension. Petite note bio-méthodologique

Le 7 mars 2015 sur le Carnet Zilsel, l’article de Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin sur le « maffesolisme » paraissait, dans lequel ils révélaient le pot-aux-roses : la « revue de Science Humaines et Sociales » Sociétés s’était fait berner par un faux article sur l’Autolib’ d’un sociologue fictif, Jean-Pierre Tremblay, illustrant par l’absurde l’imposture d’un courant (d’air ?) de la sociologie française. L’affaire est désormais si connue qu’il n’est plus lieu de la résumer encore (voir la page sur Wikipédia, pour une synthèse rapide). Deux mois après la publication du billet-fleuve, le constat est clair que la polémique a pris le pas sur la véritable discussion argumentée. Polémiste par défaut, M. Maffesoli a tout fait pour personnaliser le « débat » dans diverses interviews données à la presse. Il fallait sauver la face coûte-que-coûte en usant les vieilles ficelles de l’éristique et du dialogue de sourds. Quitte à laisser filer des contre-vérités et des caricatures. Manuel Quinon reprend le fil de la critique rationnelle et met les points sur les i dans cette note bio-méthodologique. À partir de sa recherche de thèse en cours (de finition) sur la « galaxie de l’imaginaire », il propose une réflexion substantielle sur l’articulation de la compréhension et de la critique dans le travail d’objectivation du « maffesolisme ». De quoi couper court aux spéculations et aux insinuations qui prolifèrent depuis mars. Mais cette mise au point se veut également pédagogique. Ayons confiance dans la perfectibilité cognitive de l’homo sociologicus : les sociologues imaginaires qui, au CEAQ ou à Montpellier, s’inventent des objets et des terrains d’étude trouveront sans doute quelque intérêt à lire la note, et pourraient même se convertir à la sociologie (il n’est pas interdit de rêver, n’est-ce pas ?).

Un samedi soir, Paris, Goutte-d’Or. Soirée pour l’anniversaire d’un ami. Je ne connais pas grand-monde, et c’est tant mieux : des gens à découvrir, des intérêts à partager. Un sympathique physicien, avec lequel nous parlons thèse et post-thèse, et auquel je raconte la publication par la revue Sociétés de notre article bidon sur l’Autolib’, coécrit avec Arnaud Saint-Martin sous le pseudonyme de « Jean-Pierre Tremblay »[1]. Nous rions de bon cœur, alors que je résume le contenu délirant de notre pastiche, le « retour à la matrice », « l’existence qui précède l’essence », et autres calembours grotesques doublés de surinterprétations crépusculaires. Prenant un nouveau verre, je me fraie un chemin entre les ilots interactionnels, jusqu’à un petit groupe situé au fond de la pièce, duquel a émané un mot incongru – si l’on considère en tout cas les circonstances : « psychanalyse ». J’écoute, et interviens. Outre un ami de longue date, l’échange se fait avec un couple de philosophes. Nous évoquons nos intérêts de recherche respectifs : Heidegger, l’Ecole de Francfort, la psychanalyse, l’épistémologie. Le groupe se dissout, et se reforme un peu plus tard dans la soirée, après quelques nouveaux verres. Le léger différend, qui était apparu plus tôt en ce qui concerne notre intérêt respectif pour la psychanalyse, prend cette fois une tournure assez tranchée. Et se déplace, surtout, sur le plan méthodologique, après que j’ai présenté tour à tour mon travail de thèse, et le canular sur l’Autolib’.

Mon interlocuteur : « – Je ne comprends pas… Comment peux-tu travailler sur un sujet que tu critiques en même temps ?
– En, fait, le “maffesolisme”, même s’il est le point de départ de ma thèse, avec l’affaire Teissier, n’est qu’une petite partie de mon terrain, qui porte bien plutôt sur le réseau de chercheurs “ésotéristes” fédéré dans les années 1960, 70 et 80, par l’islamologue Henry Corbin et le sociologue Gilbert Durand…
– Oui, mais même s’il s’agit d’une petite partie, comment peux-tu travailler là-dessus de manière objective, si tu les critiques par ailleurs ?
– Hé bien, comme je te l’indiquais, ce n’est qu’une petite partie de mon terrain… Mais je ne vois pas bien ou serait la contradiction : tu peux bien critiquer, dans un premier ou dans un second temps, les bases épistémologiques d’une théorie particulière, le mode d’administration de la preuve qui y prévaut, et, dans un autre temps, chercher à décrire et à comprendre cette théorie dans toutes ses ramifications conceptuelles, en mettant en suspend la question de son adéquation avec la réalité, non ?
– Tu critiques Maffesoli, mais tu es d’accord avec ce que disent Henry Corbin et Gilbert Durand, Durand que Maffesoli présente pourtant comme son “Maître” ?
– (moi, m’échauffant un peu :) Non, pas du tout ! Leur vision du monde, à Corbin et à Durand, leur conception ésotériste d’une “chevalerie spirituelle” garante de l’équilibre cosmique, n’est pas du tout ma tasse de thé ! Je suis agnostique, moi, je ne crois pas en l’existence d’une connaissance secrète salvatrice, réservée à une élite spirituelle, et capable de sauver l’humanité… Mais so what ? C’est comme si tu reprochais à un ethnologue de faire un terrain exotique, parce qu’il n’est pas acquis à la vision du monde des indigènes qu’il étudie…
– (mon philosophe, toujours calme et sceptique :) Humm… Donc tu travailles sur des objets que tu n’apprécies pas ? Pas plus Maffesoli, que Durand et Corbin…
– (moi, agacé :) – Mais où est le problème, encore une fois ? Moi, je cherche à comprendre ces braves gens, comme le ferait n’importe quel ethnologue perdu en Amazonie. Et même si leurs visions respectives de l’homme et du monde ne sont pas les miennes, ça n’empêche pas que j’ai bien plus de sympathie pour les théories de Durand et Corbin, qui constituent l’objet central de ma thèse, que pour celles de Maffesoli, que je critique à l’occasion. De même, comme je te le disais tout à l’heure, que j’ai beaucoup plus de sympathie pour les grandes fresques philosophico-apocalyptiques de Heidegger et de l’Ecole de Francfort (ce sont de belles histoires, après tout, non ?), que pour les élucubrations et falsifications freudiennes. Même si je ne crois, à titre personnel, à aucune de ces charmantes mythologies intellectuelles.
– (mon philosophe, toujours imperturbable et sceptique) : Mouais… Reste que je ne comprends toujours pas bien comment tu peux…
– (moi, tranchant :) Et moi je ne comprends pas pourquoi tu n’écoutes pas ce que je te répète depuis tout à l’heure, et pourquoi tu me mets dans une boîte qui n’est pas la mienne ! Parlons d’autre chose… »

Car en effet, ce dialogue de sourds aurait pu s’éterniser. Reste que les questions soulevées par mon interlocuteur, et notre incompréhension réciproque, se sont prolongées en moi bien après la fin de l’échange. Si l’excellent vin rouge ingurgité avait probablement contribué à crisper les positions, il reste que mon philosophe posait des questions pertinentes, questions que j’avais vaguement anticipées avant que nous rendions public notre canular sur l’Autolib’, et auxquelles il m’était alors bien difficile de répondre.

Retour sur une polémique, et ses « arguments »

Quelques jours plus tard, à la suite de cette soirée, je prenais connaissance des premiers éléments de réponse de Michel Maffesoli face au canular dont il se déclarera la « victime »[2]. De notre analyse détaillée du « maffesolisme »[3], il n’en sera jamais question dans la bouche ou sous la plume du directeur de publication de Sociétés, qui ne l’a vraisemblablement pas lu : il parle à ce propos d’une simple « lettre » sans « aucun argument »[4] pour désigner… notre texte de 35 pages, dans lequel nous explicitons pourtant les règles de composition « maffesoliennes » que nous avons suivies pour rédiger notre pastiche – pastiche que le premier intéressé jugera toutefois, à différentes reprises, « bien fait […], avec une bonne utilisation […] de mes propres termes [et] expressions »[5], « bien fait et astucieux […], amusant qui plus est »[6], « pas sot du tout », « très bien fait », « corresponda[nt] bien [à mon propre style] »[7].

Rouleau de Complot (crédits : Arturo de Albornoz, tenemosunplan.com, via Flickr)
Rouleau de complot (crédits : Arturo de Albornoz, tenemosunplan.com, via Flickr)

Sans percevoir, semble-t-il, l’aspect contradictoire de ses propos, M. Maffesoli confirmera même de manière très explicite la validité des thèses les plus fantaisistes (car correspondant en effet à sa métaphysique anthropologique et sociale) de notre faux article maffesolien[8]. Sans donc jamais aborder la seule chose pertinente dans le cadre d’une discussion intellectuelle « normale », à savoir les arguments que nous avions avancés, et qui reposaient sur la quadruple analyse de son lexique (opaque), de sa rhétorique (marquée par des oppositions binaires et des oxymores oraculaires), de sa conception conjecturale (mais fortement structurée et axiologisée) de l’homme et du monde, et de son mode d’administration de la preuve (caractérisé par le biais de confirmation), M. Maffesoli formulera, en guise de réponse, des hypothèses hasardeuses tantôt basées sur la théorie du complot (il serait un « bouc émissaire », et nous serions quant à nous deux « chevaux légers », manipulés par de « vieux caciques de la sociologie » souhaitant « régler des comptes » par personnes interposées[9]), tantôt ad hominem (nous serions « jaloux »[10], « malveillants »[11], « infantiles »[12], « frileux »[13], voire même, pour creuser la veine de la psychologie conjecturale que M. Maffesoli semble affectionner, et qui laisse pour le moins songeur, « impuissants »[14]). Continuer la lecture de « D’une polémique à l’autre… en passant par la compréhension. Petite note bio-méthodologique »

Note critique sur le mot « technoscience »

Dans la précédente « Note historique », nous avons montré que le néologisme « technoscience » ne revenait ni à Latour (1987) ni à Hottois (1977). Ce mot a été inventé dans l’immédiat après-guerre et a été utilisé une vingtaine de fois entre 1946 et 1976. Si l’on ajoute à ces premières occurrences, celles qui sont documentées entre 1977 et aujourd’hui (Hottois in Goffi 2006 : 21-38), on dispose d’un ensemble assez complet de significations pour passer de la recension bibliographique à l’étude critique de la notion.

Cette recension fait apparaître sept objections principales auxquelles cette note est consacrée.

1. Le mot technoscience a un périmètre indéfini

La recension des usages du mot « technoscience » entre la fin de la Seconde Guerre Mondiale et aujourd’hui montre que le mot a deux référents principaux :

1/ La « totalité des sciences et techniques », définie dans une perspective écologique (Clement 1965 ; Caldwell et DeVille 1968 ; Caldwell, DeVille, Lindesmith et Schuchman 1969 ; Bandurski 1973) ou, plus fréquemment, dans la perspective utilitariste (Lasswell 1946 ; Roherty 1960 ; LeRoy Collins 1964 ; Blissett 1972 ; Rosenthal 1973 ; Werskey 1975 ; Lambright 1976 ; Suttmeier 1977).

2/ Le « génie chimique » (Durandet 1960), le « génie industriel » (Castellano 1965) et, par extension, les « sciences de l’ingénieur » ou les « sciences de la conception » (Kwa in Nordmann 2011), c’est-à-dire le bloc des disciplines qui produisent des connaissances en fabriquant des objets nouveaux. Le génie ne représente évidemment qu’une part de la totalité des sciences et des techniques.

(source : blogging4jobs.com)
Savoir faire tampon (source : blogging4jobs.com)

Continuer la lecture de « Note critique sur le mot « technoscience » »

Où en est la critique ?

À propos du livre d’Éric Loret, Petit manuel critique, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2015.

L’exercice de la critique est parmi les plus difficiles, puisqu’il affronte directement – pour celui qui la pratique comme pour celui qui s’y soumet en produisant une œuvre – la double question de l’universalité d’un goût et de la subjectivité des points de vue. Abîme philosophique dans lequel on peut aisément se perdre, oscillant d’un point à l’autre de la justification (de la) critique. L’essai d’Éric Loret entend rendre compte de l’état actuel de l’exercice critique, de sa difficulté à l’ère du numérique où toutes les apostrophes en commentaires sont possibles. Cette liberté d’interpellation et d’expression du jugement sur les œuvres est plus que salutaire. Théoriquement, elle devrait permettre de miner les oligopoles de la critique et réarmer une philosophie publique de l’expression du goût. En pratique, les choses sont toutefois moins évidentes. Les problématiques autour de l’autorité critique, comme l’absence d’un renouvellement de la forme même de son exercice laissent dubitatifs sur les effets encore à venir d’une démocratisation de la pratique critique. Abordant le problème sous l’angle d’une interrogation à la fois inquiète et informée, Éric Loret (re)met à l’épreuve les catégories kantiennes de la faculté de juger et trace, dans l’épaisseur d’une bibliographie passée au tamis de la critique (!), les contours de ce que pourrait être une émancipation politique par la formation d’un goût qui ne sombrerait pas dans l’hubris d’un tout à l’égo.

LoretMême s’il se concentre uniquement sur la critique dans le domaine de l’art, l’essai d’Éric Loret offre des pistes prometteuses pour un questionnement plus général sur l’exercice même de la critique, dans le domaine des sciences humaines et sociales notamment. En effet, l’exercice critique, dans le domaine de la science, s’articule à la fois à l’exigence de réflexivité (ce que je fais en tant que social scientist, d’où je parle et quels sont les allants de soi dont je peux essayer de me défaire) et à la mise en commun des résultats sous l’empire du jugement par les pairs (un examen rigoureux de la méthodologie, des données obtenues, du cadre analytique employé, des ressources bibliographiques mobilisées, de la pertinence épistémique du travail produit), et c’est pourquoi il est intéressant de comprendre par comparaison sa mise en œuvre dans le champ des pratiques artistiques et culturelles. 

Kant 2.0

Éric Loret fonde sa réflexion sur l’illusion uchronique de « l’œuvre qu’on emmènera sur l’île déserte ». L’inanité d’un choix de livres ou de films qui serait pour soi sans jamais être soumis à la discussion est évidente. L’expression du goût n’a de sens que dans un cadre collectif. Comme acte autoréférentiel, elle ne renvoie qu’à un égotisme dilaté. Kant et sa Critique de la faculté de juger sont ici utilement mis à contribution pour penser l’expérience disputée de la critique. L’écoute d’une pièce musicale ou la lecture d’un ouvrage sont des recréations potentielles pour l’auditeur : mimer la gestuelle du chef d’orchestre ou placer des formes et des couleurs sur des paysages décrits constituent des pratiques perceptives faisant du jeu le point de pivotement de l’exercice critique.

Éric Loret rapporte des expériences esthétiques-limite, lors de l’exposition One on one à l’Institut pour l’Art Contemporain de Berlin en 2012. L’enfermement solitaire dans un cube transformé en salle d’exposition rend l’exercice de la faculté de juger particulièrement difficile. Le partage du sens, l’appui sur les autres personnes (que l’on ne connaît pas forcément mais qui sont, elles aussi, embarquées dans une expérience esthétique) manquent cruellement. Et la temporalité de l’exposition à l’œuvre de devenir problématique à son tour : quand sortir ? quelle est la juste mise à l’épreuve de la confrontation à l’œuvre ? Autant de questions qui permettent de repositionner la collectivité de la perception artistique au centre de l’exercice critique. On ne saurait absolument juger du beau dans une solitude perceptive. Et la retraite volontaire rousseauiste de n’être, précisément, qu’un moyen de remobiliser l’élan vital par lequel la puissance esthétique peut s’exprimer. Car même l’écoute solitaire de la musique suppose un partage d’immédiateté créatrice avec l’œuvre en cours.

La critique, corps et âme (crédits : One on One , via kw-berlin.de/en/exhibitions/one_on_one_52)
La critique, corps et âme (crédits : One on One , via kw-berlin.de/en/exhibitions/one_on_one_52)

Continuer la lecture de « Où en est la critique ? »

Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie

« La sociologie n’est pas une science », a déclaré le directeur-fondateur de la revue Sociétés dans un entretien donné au Monde le 18 mars 2015. Le canular de l’ineffable Jean-Pierre Tremblay tout comme l’article de debunking signé par le duo Quinon & Saint-Martin témoigneraient donc d’un immense, « juvénile » et regrettable malentendu. Sans qu’il soit nécessaire de pousser loin l’effort d’argumentation, le duo et l’équipe solidaire du Carnet Zilsel ne sont pas convaincus. Vraiment pas. Et c’est pourquoi, malgré les critiques (encore rares, il faut dire) et les quelques blasé-e-s qui, ici ou là, pensent que l’expérimentation « Tremblay » est un coup d’épée dans l’eau, nous poursuivrons le travail d’enquête collectif encore quelque temps. Car ce n’est pas tous les jours que nos disciplines s’agitent sur le fond. Dans ce nouveau billet, Michel Dubois livre une expérience de pensée suggestive : si Jean-Pierre Tremblay était encore de ce monde et qu’il se décidait à faire carrière à l’aide de son marteau critique (car on ne se refait pas), quelle serait pour lui la stratégie la plus optimale pour s’établir durablement en France ?

L’accusation est évidemment injuste : les revues scientifiques, entend-on trop souvent, seraient par principe fermées aux travaux des jeunes chercheurs. Il faut savoir gré à la revue Sociétés d’en finir une bonne fois pour toutes avec cette idée-reçue. « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années »… disait Corneille. Et à l’évidence les évaluateurs de la revue Sociétés ont tôt fait de reconnaître l’« âme bien née » de Jean-Pierre Tremblay, ce jeune sociologue inscrit à l’Université de Laval (sic). Son article au titre prometteur « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris » s’est depuis hissé en un temps record dans le top 10 des articles les plus consultés sur la plateforme Cairn.info[1].

Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l'enquête et lorgne désormais du coté des Vélib' (crédits : ASM, mars 2015)
Pas tout à fait rassasié, Jean-Pierre continue l’enquête et lorgne désormais du coté des Vélib’ (crédits : ASM, mars 2015)

Jean-Pierre, ou plus exactement les farceurs dont il est le porte-parole, a du talent à revendre. Malgré la supercherie dont elle a été victime, la revue Sociétés tient là sans doute l’un de ses très bons papiers pour la période 2014-2015[2]. Comme cela a été souligné à de multiples reprises, l’article présente bien quelques menus défauts. Avec son absence de terrain, sa phraséologie obscure, son surrégime interprétatif permanent, etc. il n’apprend rien à son lecteur. Mais il a le mérite indéniable d’être souvent très drôle. Jean-Pierre aurait d’ailleurs été inspiré de conserver cette drôlerie au-delà de la publication initiale, dans son texte de « révélation »[3]. Mais le souffle potache initial cède désormais un peu de terrain à l’« esprit de sérieux » et à l’usage du « marteau » auquel ont recours certains habitués du Carnet Zilsel[4].

A ce stade, il est trop tôt pour savoir si Jean-Pierre Tremblay fera école (une refondation « tremblaysienne » de la sociologie est-elle envisageable ?), mais son succès fulgurant soulève à mon sens au moins trois questions. Une question d’usage tout d’abord : on sait qu’un sociologue ne se déplace jamais sur ses terrains sans sa « boîte à outils », mais a-t-il réellement besoin d’un marteau ? Autrement dit le debunking est-il utile à la sociologie ? Une question généalogique ensuite : Jean-Pierre (Tremblay) est-il réellement, comme le prétendent certains, le fils caché d’Alan (Sokal), physicien de l’Université de New York rendu célèbre par un autre canular ? J’ai quelques doutes à ce sujet. Et pour finir une question d’avenir professionnel (à ne jamais négliger pour un doctorant) : si Jean-Pierre décide de faire carrière dans le debunking, mais il est jeune, et ses choix ne sont sans doute pas arrêtés à ce stade, à quels critères se fier pour identifier ses prochaines victimes ? Continuer la lecture de « Le sociologue, le marteau et la fausse monnaie »

La ville, lieu (de la) critique ?

À propos de Cécile Gintrac et Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, Paris, Les Prairies Ordinaires, 2014.

C’est peu dire que la géographie urbaine critique est un champ de recherche particulièrement bouillonnant. Profitant des entreprises de croisement multiples favorisées par la montée en puissance des « studies » sur les campus anglo-saxons, l’honorable discipline géographie en a profité pour muter sous diverses formes. Parallèlement à cet éclatement (tout relatif[1]) des espaces disciplinaires classiques, les transformations politiques des années 1960 et 1970 reconfigurent les possibilités d’un discours académique critique et radical, même si ces deux termes recouvrent des positionnements très variés. L’ouvrage dirigé par Cécile Gintrac et Matthieu Giroud est une anthologie d’articles et de chapitres de géographes anglo-saxons et allemands dont les travaux ont porté sur la ville. Cette coupe dans l’épaisseur de la géographie urbaine est – nécessairement – un peu arbitraire, même si la logique des choix qu’opèrent les directeurs de l’édition est parfaitement lisible : postcolonial studies, marxisme et études féministes fixent les points de repères du type de critique mis en œuvre pour comprendre les transformations contemporaines de la ville. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont rassemblé des textes chronologiquement étalés dans le temps, ce qui donne à voir les déplacements successifs de la géographie critique ; ils ont également associé dans le volume des auteurs de générations différentes mais très souvent liés entre eux par des rapports académiques parfois étroits (Don Mitchell est l’étudiant de Neil Smith qui est lui-même le doctorant de David Harvey, figure tutélaire planant sur tout l’ouvrage). Difficile de situer les travaux critiques français sur la mappemonde des géographies radicales (le pluriel s’impose car très clairement toutes les radicalités ne s’organisent pas dans le même plan) et l’on ne s’étonnera pas, donc, de ne trouver aucun auteur français dans l’anthologie.

71QwK+SYrYLL’ouvrage offre donc une vue d’ensemble (avec ses biais et ses points aveugles, c’est inévitable) sur un type de recherche géographique, que l’on pourrait caractériser – en première approximation – comme une géographie instruite des rapports de domination et consciente des efforts analytiques à accomplir pour se défaire du discours commun réifiant sur le monde tel qu’il est. La géographie, comme toutes les sciences sociales, mais peut-être plus que d’autres, est tout particulièrement susceptible de tomber dans le piège d’un surlignement du réel (qu’on cache parfois pudiquement sous le nom de « terrain », terme commode pour parfois contourner les obstacles politiques et épistémologiques). Sans y prendre garde, on en vient vite à naturaliser l’espace, à prendre pour des évidences toute une série de constructions humaines situées, sédimentées dans des histoires sociales et culturelles plus ou moins longues et ressortissant de jeux de pouvoir complexes. Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont bien raison de pointer la nécessité de penser aussi « contre l’espace » (p. 15). Car c’est cette fausse évidence d’un quotidien toujours inscrit dans la spatialité (urbaine en l’occurrence) qu’il faut sans cesse combattre et contre laquelle les outils d’analyse doivent être suffisamment fins pour décrire des échelles géographiques diverses et, en même temps, suffisamment puissants pour prendre dans ses rets des phénomènes aussi massifs que la néolibéralisation des pratiques immobilières ou la criminalisation du territoire par le droit.

Afin de donner à entrevoir (sans l’épuiser) la richesse du livre, je propose de situer quelques-uns de ses chapitres le long de deux axes qui donnent à voir l’amplitude des coordonnées critiques choisies par les éditeurs. Continuer la lecture de « La ville, lieu (de la) critique ? »