Archives par mot-clé : Sociologie des techniques

Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)

La première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps s’est déroulée le 10 janvier dernier. Nous livrons dans ce billet et dans un autre à paraître bientôt un compte rendu de ce qui y a été exposé. C’est pour nous une expérimentation. En effet, les recherches et les discussions de séminaire ne sont généralement pas diffusées — et pour cause —, ou bien alors les notes circulent « sous le manteau » entre collègues plus ou moins impliqués. Animé par les mêmes chercheurs qui contribuent à cet axe « SoS » du Printemps, le Carnet Zilsel propose ici une réimplantation dans la blogosphère scientifique de ces contenus, évidemment retravaillés pour l’occasion. C’est une façon de rendre visibles et préhensibles ces connaissances et hypothèses, énoncées ici sous une forme intermédiaire et assurément provisoire. Autrement dit, une manière de vraiment présenter la recherche « en train de se faire ».

Les coorganisateurs du séminaire, Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ont retenu cette année le thème « sciences/politique ». Dans l’introduction de cadrage, Arnaud en propose une rapide mise en perspective ; puis Morgan présente les grandes lignes d’une recherche en cours sur les sciences de la stratosphère, laquelle met précisément en jeu les relations entre science et politique. Son exposé est ensuite commenté par Jérôme Lamy. Ce billet reconstitue la première partie d’une séance de trois heures. L’autre partie, consacrée à l’enquête menée par Jérôme sur les sciences de gouvernement, sera publiée prochainement sur le carnet.

Quelques associations plus ou moins libres

/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d'écran Word 2010)
/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d’écran Word 2010)
Pour débuter cette première séance de l’année du séminaire de « sociologie des sciences », organisé au laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ) par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ce dernier revient sur la réflexion qui les a conduit à renouveler sa thématique. Cette année ce cycle de séminaires est consacré à un thème classique : « sciences et politique ». Comme l’indique d’emblée Arnaud, les petits malins pourront jouer à l’infini avec les associations de sens stimulées par ce couple qui en appelle d’autres (savoir/pouvoir, typiquement) : science (au singulier) slash politique (au singulier) ; sciences (au pluriel) versus Politique (au singulier majuscule) ; sciences politiques (le tout au pluriel), politiques scientifiques et politiques de la science (pour faire hype) ; sciences du politique (successivement pluriel et singulier), etc. Si l’on ajoute à ces mots des compléments de vocabulaire, les choses iront en se compliquant : champ scientifique slash ou versus ou « et » champ politique ; mondes scientifiques et mondes politiques à l’intersection desquels s’établissent des arènes politiques ; écologies scientifiques arcboutées sur leur territoire socio-épistémique et s’alliant à d’autres (politiques, donc), pour persévérer dans leur constitution native, etc. Par-delà le fétichisme des mots – et pour le dire plus concrètement –, ce qui est visé c’est la relation entre science et politique, soit des espaces socio-intellectualo-professionnels qui continuent d’être à part, ou alors qui ne se recoupent que selon certaines modalités à spécifier et/ou explorer ; autrement dit, ce sont les modes par lesquels s’exerce un effort collectif de démarcation de part et d’autre de la frontière (un boundary work, comme on dit depuis belle lurette en sociologie des sciences).

Continuer la lecture de Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)

Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

un-monde-closÀ propos de Paul Edwards, Un monde clos. L’ordinateur, la bombe et le discours politique à l’époque de la guerre froide, Paris, Éditions B2, 2013, 212 p.

L’ouvrage de Paul Edwards publié par les éditons B2 sous le titre Un monde clos n’en est pas vraiment un. Entendons-nous, il s’agit bien d’un parallélépipède de papier composé de feuilles imprimées et reliées entre-elles. Mais le livre-matériel n’est pas nécessairement un livre-œuvre. Car en fait d’ouvrage, il s’agit d’un chapitre de l’édition américaine de The Closed World (Edwards 1996), chapitre déjà publié en français (Edwards 2004), aujourd’hui (brillamment) retraduit et augmenté d’une introduction conséquente. Le lecteur restera donc sur sa faim de ne découvrir qu’un entremet lorsqu’on lui a promis un repas complet.

Prenons donc cet objet pour ce qu’il est, une version intermédiaire, une « mise en bouche », avant, nous l’espérons la traduction complète de l’ouvrage.

D’un monde clos…

L’introduction (inédite) impressionne par son ampleur de vue. C’est peu dire qu’on adopte ici le point de vue de Sirius pour analyser les transformations massives d’une sphère techno-scientifique aux contours un peu flous il est vrai (la faute à cette hauteur de vue, précisément). La thèse est la suivante : la guerre froide a eu pour conséquence la clôture du monde sur lui-même, enfermant les tensions géopolitiques dans un espace politique, culturel, économique strictement borné. À l’opposé de cette conception, Edwards soutient (en puisant dans la théorie littéraire) que le monde vert (hanté par l’imaginaire et centré sur la nature) offre une alternative à la froide géographie (mentale) de l’après seconde guerre mondiale. Il s’agirait alors de retrouver « la communauté et l’ordre cosmique par la transcendance de la rationalité, de l’autorité, des conventions et de la technologie » (p. 4). À ce niveau de généralité, il est difficile de saisir exactement ce que signifierait une transcendance de la rationalité : s’agit-il de se déprendre des schèmes rationalistes ? Ou bien de considérer qu’il est possible de fonder une autre rationalité ? Visiblement, Edwards installe cette opération transcendantale dans la logique des couples d’opposition : au monde clos de la technologie s’opposent la magie et la nature. Sans que l’on sache très bien néanmoins les opérations cognitives et pratiques qui permettraient de faire jouer ces doublets. D’autant qu’il semble hasardeux, au vu des nombreuses études anthropologiques sur le sujet, d’opposer magie et technologie (voir par exemple : Gell 1988).

Continuer la lecture de Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

L’évidence du point de vue satellisé (2)

science et vieLes images satellites : un avant et un après

Dans le billet précédent, nous avons « vu » combien les images satellites sont omniprésentes. Elles ne cessent de paraître et d’imprimer la rétine. Tenez, le dernier hors-série de Science & Vie vient à nouveau confirmer l’attractivité de ce médium. Le titre, rien que le titre, annonce déjà la formule : « Spécial Terre, en trente ans, tout a changé : la preuve en 100 images satellites ». Dans l’édito titré « La vision du monde », la rédaction prend acte de la versatilité et de l’extra-lucidité de cet « œil », de ces « images qui disent mieux que personne à quel point notre monde a changé. (…) Nettes et sans appel, les réponses [des satellites] sont plus précises que nos souvenirs d’enfance et les témoignages des anciens. À elles toutes, ces images nous font prendre conscience de la puissance de l’empreinte que les sept milliards d’hommes imposent à leur planète. (…) » (p. 3) Une fois explicité le fonctionnement de cet implacable point de vue orbital, le sommaire déroule quantité de thèmes. Rien n’échappe donc aux capteurs embarqués. Ils attestent la progression inexorable des grandes métropoles, l’assèchement de grandes zones humides, la déforestation, la fonte des glaces arctiques, etc. Les vues avant/après sont confondantes et laissent peu de doutes. Dans un autre registre, ces vues sont également utilisées dès après le surgissement d’une catastrophe de grande ampleur. Par exemple au lendemain du passage du typhon Haiyan qui a dévasté des régions entières des Philippines, ces premiers clichés ont été mis en circulation sur les sites Internet des grands journaux, comme le Los Angeles Times.

"Satellite Photos of Japan, Before and After the Quake and Tsunami", NYT, 15 mars 2011
« Satellite Photos of Japan, Before and After the Quake and Tsunami », NYT, 15 mars 2011

J’avais déjà repéré en 2011 l’efficacité de ces techniques visuelles à l’époque de l’enquête réalisée avec les camarades du GSPR. Le site internet du New York Times publiait dès le 13 mars 2011 des clichés avant/après diffusé par Google Earth and Maps, à partir de données acquises par GeoEye-1. Ils rendaient visibles les dégâts engendrés par le séisme survenu deux jours auparavant au moyen. Le même jour, le site d’ABC News dévoilait une animation interactive à partir des mêmes clichés. En déplaçant le curseur de la souris sur l’image, l’internaute s’inclut virtuellement dans le scénario de la catastrophe : il peut inverser le cours temporel (passer de l’après à l’avant), risquer des va-et-vient (avant/après/avant, etc.), ou encore balayer l’image superposée à la façon du tsunami. Sur l’incontournable carnet Culture visuelle, André Gunthert a aussitôt perçu le pouvoir de révélation de ce dispositif médiatique : « La comparaison est saisissante, et la vision des zones côtières comme nettoyées par la vague permet de saisir l’ampleur d’un désastre que les premières images avaient paradoxalement banalisé et atténué. »[1] En effet le montage meut l’image, il réalise d’une certaine façon le projet de l’image-mouvement et crée les conditions d’une perception originale de la temporalité de l’événement.

Continuer la lecture de L’évidence du point de vue satellisé (2)

L’évidence du point de vue satellisé (1)

Application Google Earth sur Android
Application Google Earth sur Android

La dissémination d’images satellites dans les médias et la prolifération d’innombrables applications techniques dans la vie quotidienne (géolocalisation par GPS, applications de smartphones, Google Earth…), ainsi que la publication de plus en plus soutenue d’ouvrages et d’articles de spécialistes sur la question m’ont donné envie de publier une série de billets tirés d’un rapport de recherche qui somnolait sur mon disque dur. Il y est précisément question du statut, de la production et de la mise en circulation de ces images. Rédigé en 2011 en collaboration avec Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz (Groupe de sociologie pragmatique et réflexive, EHESS) dans le cadre d’un contrat de recherche financé par le Centre National d’Études Spatiales (Cnes), ce rapport d’une centaine de pages visait à tester l’efficace d’une sociologie pragmatique sur le thème à spectre large de l’appropriation sociale des données satellitaires[1]. Comment ces dernières sont « domestiquées » par une variété de communautés d’utilisateurs ? Quels changements induisent-elles dans la perception de la réalité ? Quelle en est la valeur ? Parmi la gamme des données analysables à l’aune de cette problématique, les images étaient les plus accessibles et les plus visibles. Leur interprétation sémiologique pouvait faire émerger de nouveaux problèmes sur l’acculturation des données issues de la technologie satellite. C’est en somme une ligne d’enquête classique de la sociologie des usages des techniques, qu’il s’agissait de mettre à l’épreuve d’un nouveau corpus d’objets.

Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)
Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics, par Laura Kurgan (2013)

Pour les étudier, on peut naturellement s’appuyer sur la sociologie et l’histoire des techniques astronautiques, en particulier des techniques d’imagerie par télédétection, mais aussi à la sémiologie, à la philosophie, à l’histoire de l’art et ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui les « études visuelles » (visual studies). Ces croisements peuvent donner de beaux résultats. On peut mentionner, parmi les publications les plus récentes, le très « visuel » ouvrage de Laura Kurgan, Close Up at a Distance: Mapping, Technology, and Politics (MIT Press, 2013). Professeure d’architecture à Columbia University, l’auteure explore avec force images le genre de représentations que les technologies satellites contribuent à engendrer (images, bases de données, GPS, systèmes d’information géographique, spatio-cartes, vues synoptiques offertes par Google Earth) et à diffuser à l’échelle de la planète au moyen notamment des satellites de télécommunication. Depuis les premiers satellites de reconnaissance en opération durant la Guerre froide (cas classique de Corona) jusqu’à l’omniprésence actuelle des images satellites issues des systèmes d’observation à haute-résolution du type SPOT (en France, depuis 1986) ou Quickbird et Ikonos (USA), les exemples ne manquent pas. Laura Kurgan s’arrête notamment sur l’effet de représentation des images produites au moment de la guerre du Golfe (1991), au Kossovo (1999) ou à Manhattan au lendemain du 11 septembre 2001. Dans ces exemples, le flottement est manifeste entre ce qui relève de l’observation et de la surveillance, et il est intéressant d’étudier comment les images sont parlées ou surinterprétées pour servir des fins très terre à terre. On se souvient de l’usage fait par Colin Powell à l’ONU en 2003 d’images supposées objectiver la possession d’armes de destruction massive par le régime de Saddam Hussein. La transparence, souligne Laura Kurgan après Lisa Parks[2] (p. 24-29), était toute relative ; opaques, ces représentations révélaient les manipulations sémiotiques et les montages rendus possibles par cette view from nowhere orbitale. En résumé, Close Up at a Distance passe en revue les différents aspects et la dynamique de diffusion du « régime visuel » institué par ces techniques de télédétection. Ce livre comme d’autres récemment publiés[3] permettent ainsi de prendre toute la mesure de ces fictions de réalité qui frappent la rétine.

Continuer la lecture de L’évidence du point de vue satellisé (1)