Archives par mot-clé : STS

L’art délicat du manifeste épistémologique

À partir de Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2011, 471 p. Reprise revisée (et autorisée) d’un compte rendu paru initialement dans la Revue française de sociologie, n° 4, 2012, p. 571-574.

SKMEn première lecture, Social Knowledge in the Making (SKM) ne laisse pas indifférent et excite la curiosité : pour qui veut étudier les pratiques de savoir des disciplines traitant de la vie sociale, l’ouvrage édité par Charles Camic, Neil Gross et Michèle Lamont fournit une introduction utile et un programme de recherche relativement intégré. Puisque nous vivons censément dans des sociétés saturées par la connaissance, des sociétés de la connaissance, que celle-ci frappe donc par son ubiquité, son caractère expansif et l’extrême variété de ses expressions, le projet d’une sociologie des pratiques du « social knowledge » devrait se justifier par soi selon les auteurs. La notion très extensive de « social knowledge » est le pivot de l’ouvrage et englobe les « informations descriptives et les assertions analytiques au sujet des actions, comportements, états subjectifs et capacités des êtres humains et/ou relatifs aux propriétés et aux processus des unités agrégées ou collectives », auxquelles s’ajoutent des « assertions normatives » empiriquement fondées et les « technologies et outils du savoir » (p. 3, souligné dans le texte). Malgré l’omniprésence de ces réalités, les trois sociologues soulignent l’existence de « lacunes », ces pratiques cognitives étant peu étudiées en tant que telles selon eux. Alors que les sciences de la nature sont l’objet d’innombrables monographies et la chasse gardée d’un domaine aux contours toujours flous, les Science and Technology Studies (STS), il y aurait semble-t-il urgence à se mettre au travail. Ainsi, tous les auteurs contribuant à SKM traitent à leur manière le problème de la construction en pratiques de ces savoirs. Les objets retenus sont très variés (pratiques historiographiques, préparation d’une communication à une conférence, modes d’évaluation des recherches académiques, sondages, usages de l’objectivité, techniques d’anticipation et de modélisation de scénarios dans des conjectures géopolitiques incertaines, analyse financière, etc.) et laissent deviner un champ de recherche extensible à l’envi.

Continuer la lecture de L’art délicat du manifeste épistémologique

Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS

Au mois d’octobre dernier, le colloque annuel de la Society for Social Studies of Science a eu lieu à San Diego. Cette association, la « 4S » pour les intimes, équipée de sa revue, Science, Technology & Human Values, s’est affirmée depuis le milieu des années 1970 comme un lieu central de rassemblement et d’administration collective des études sur les sciences et les technologies, la caisse de résonnance de la communauté « STS » (Science and Technology Studies).

Mise au vert
Mise au vert. Crédits : 4S

À San Diego, plus que nulle part ailleurs, l’espèce du « chercheur STS » se sent chez elle. C’est son écosystème, sa matrice amniotique. San Diego, la Californie, ses plages, ses surfeurs, ses startups, sa base navale, son Institut Salk – dont Bruno Latour a fait, il y a bien longtemps, le terrain de son ethnographie séminale –, sa chaleur, ses phoques et ses lions de mer, sa douceur de vivre. Jeune chercheur, historien des sciences soigneusement acculturé aux diverses tendances des « studies » tout au long de ma formation doctorale, c’est donc avec une certaine fébrilité que je décollais pour San Diego, m’apprêtant à fouler pour la première fois le sol américain et à me joindre aux 1200 participants venus communier lors de cette grand messe annuelle.

Suspendre le jugement, tant faire se peut

L’arrivée au Town and Country Resort and Convention Center est quelque peu effrayante. Un hôtel massif, à l’architecture soviétisante, nous fait face et isole le complexe hôtelier où a lieu le colloque de la route austère et du centre commercial qu’il jouxte. Heureusement, quelques camions remorques aux couleurs éclatantes et aux chromes astiqués sont disposés sur le parking et égayent un peu le cadre. Oui, c’est étonnant : en même temps que le meeting de la 4S a lieu cette année celui de la California Tow Truck Association, l’association californienne des camions remorques. Les hasards du calendrier…

Continuer la lecture de Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS