Du comique de répétition : un nouveau canular, tué dans l’œuf in extremis

Le 8 décembre 2015, une camarade bien intentionnée nous transmet gentiment par courriel un appel à contributions de la revue Management & Avenir. Cette dernière couvre le vaste domaine des « sciences, techniques et pratiques de gestion ». La revue publie huit numéros par an (huit !) et est accessible via Cairn.info. Le thème de ce « cahier spécial » attire aussitôt notre attention : « Émergence de la post-modernité en entreprise : Quel management se met en place ? » Tiens tiens, cela rappelle une littérature que nous connaissons fort bien ici. Il ne nous faut pas longtemps pour deviner qui est à l’origine de cette interrogation frappant la rétine. La liste du « comité scientifique » – alors « en cours de constitution », et il l’est toujours après vérification – permet très vite de situer : François Silva, Aline Scouarnec, Zigmunt Bauman, Michel Maffesoli, Véronique Chanut, Jacques Igalens, Denis Jeffrey, Michel Lallement, Jean Marie Peretti, Fabian Sanabria, Patrick Tacussel, Maurice Thévenet, Manuel Zacklad. En dehors de Z. Bauman, M. Maffesoli et D. Jeffrey ou M. Lallement (mais que vient-il faire dans cette galère ?), nous ne connaissons pas grand monde dans ce comité. De l’extérieur, le mélange est en tout cas assez savoureux : icônes de la sociologie postmoderne slash gestionnaires et formateurs RH d’école de comm… euh de « business school » (notamment la « Kedge Business School », où plusieurs membres du comité enseignent et poursuivent leurs « recherches »). Passons sur la rationalité exotique de la composition du casting pour jeter un œil sur l’argumentaire :

Le cœur des économies aujourd’hui est structuré par la numérisation. Ainsi, l’émergence de la société postmoderne correspond à d’autres logiques que celles de la modernité dans lesquelles les deux premières révolutions industrielles se sont inscrites. Les changements à l’œuvre dans le monde professionnel sont profonds. La numérisation des entreprises correspond à des modifications majeures de leurs prestations. Pour la plupart, leur business model est en train de se transformer. Nos grilles de lecture actuelles ne permettent plus d’appréhender les nouveaux questionnements, tout comme nos modes opératoires sont de moins en moins appropriés pour répondre aux problèmes qui émergent. Nous devons maintenant concevoir de nouvelles grilles de lecture conceptuelles pour lire et traduire les nouvelles réalités émergentes qui sont en ruptures dans toutes leurs dimensions, à la fois culturelles donc symboliques, philosophiques, comportementales, méthodologiques, organisationnelles… Ainsi, si nous voulons comprendre ce qui est en train de se passer, voire savoir anticiper, ou à tout le moins participer à ces changements, nous devons nous appuyer sur des concepts nouveaux et/ou revisités afin de faire émerger des pratiques véritablement innovantes et porteuses d’avenir. (…)

Le cahier spécial souhaite proposer une réflexion sur les différentes démarches en cours dans le monde de l’entreprise centrées sur les conditions d’émergence de ces nouvelles pratiques managériales. Certains évoquent « l’entreprises (sic) libérée » pour décrire ce qui est en train d’émerger. Les managers vont-ils continuer à être des acteurs majeurs de ces changements ? Comment évoluent les modes de fonctionnement des équipes ? Quels sont les leviers d’actions et quelles sont les limites des nouvelles démarches en cours ?  

Nous ne sommes pas déçus : tout est là, scintillant de baroquismes postmodernes que le texte adapte à la lebenswelt du manager de « l’entreprise libérée » (?). On se dit, c’est formidable, la problématique est cousue de fil blanc : pour (se) sauver, les DRH doivent changer le logiciel du management par le truchement de « concepts innovants », ce que la « sociologie postmoderne » d’inspiration maffesolienne apporte sur un plateau depuis bientôt quarante ans. Le salut passerait par la relecture du Temps des tribus (1988) : les managers n’ont qu’à « revisiter » ce paradigme pour hâter l’« enracinement dynamique » de cette « société postmoderne » qui, décidément, n’en finit pas d’émerger. Les orientations de travail suggérées par les responsables de l’appel sont tout aussi édifiantes et annoncent des lendemains qui réenchantent : Continuer la lecture de Du comique de répétition : un nouveau canular, tué dans l’œuf in extremis

L’atome postcolonial

À partir de Gabrielle Hecht, Uranium africain. Une histoire globale, Paris, Seuil, 2016.

Gabrielle Hecht avait livré dans Le Rayonnement de la France[1] une analyse historique aiguisée de la volonté de puissance des autorités politiques françaises incorporée à la technologie nucléaire. Elle poursuit ici son programme de recherche dans Uranium africain, une histoire globale, en étudiant la façon dont l’Afrique, bien qu’au cœur des politiques d’extraction et d’exploitation de l’uranium, a été travaillée en profondeur par des désignations partielles de « nucléarité ». Avouons que le terme n’est pas élégant. Mais il a l’avantage de restituer la spécificité d’un processus de qualification des pratiques de saisie et de transformation du combustible nucléaire. Gabrielle Hecht ouvre son livre sur une distinction qui me paraît fondamentale et qui situe son travail très au-dessus du tout-venant constructiviste lorsqu’il est question du supposé mélange entre science et politique :

« la radioactivité est un phénomène physique qui existe indépendamment qu’il soit détecté ou politisé. La nucléarité, en revanche, est un phénomène technopolitique issu de configurations politiques et culturelles affectant les choses scientifiques et techniques ; elle émerge des relations sociales selon lesquelles le savoir est produit. La nucléarité n’est pas la même partout (…). La nucléarité n’est pas la même pour tout le monde (…). La nucléarité n’est pas la même à tout moment » (p. 22).

En s’intéressant à la nucléarité, Gabrielle Hecht propose donc de comprendre comment une ressource minière donnée est politisée selon les lieux, les circonstances, les époques. On sent bien que d’autres, sans coup férir, aurait confondu volontairement radioactivité et nucléarité pour s’empresser de crier à l’hybridation miraculeuse. Or, Uranium africain démontre avec brio, que la séparation que l’auteure opère dans l’analyse entre les propriétés physiques d’un minerai et le travail de politisation qui peut l’accompagner est fructueux d’un point de vue épistémologique (puisqu’il restitue un effort toujours continué de certains acteurs pour exclure la radioactivité de la nucléarité) comme d’un point de vue politique (la période postcoloniale est toute entière façonnée par cette distinction).

9782021166002

Mais il y a plus encore. Gabrielle Hecht remarque que les différentes intervenants des filières nucléaires en Afrique (industriels, administratifs, politiques, scientifiques ou techniciens) constituent la nucléarité en exception ou en banalité selon les circonstances et les besoins. C’est-à-dire qu’il s’agit de désigner le processus d’incorporation du matériau nucléaire dans la société comme quelque chose d’inédit, devant être traité sous le régime du spécifique ou bien de le qualifier comme une matière absolument classique ne relevant que des règles d’administration communes. Un même combustible pourra, selon les époques, être envisagé comme exceptionnel ou totalement banal selon les intérêts en jeu. On retrouve dans cette attention soutenue aux définitions d’un objet ou d’un processus la « problématisation sous dépendance » mise en exergue par Emmanuel Henry à propos de l’amiante[2]. Ainsi armée, l’analyse des différentes configurations politiques permettant la double qualification d’une nucléarité exceptionnelle ou d’une nucléarité banale offre une série d’études de cas (sur le Gabon, l’Afrique du Sud, le Niger, Madagascar) suffisamment solides pour qu’apparaisse le tableau éminemment complexe d’un postcolonialisme nucléaire articulant domination capitaliste, paternalisme hérité de la colonisation, racisme et négligence sanitaire. Continuer la lecture de L’atome postcolonial

Georges Duby, historien des techniques

Si l’on associe volontiers l’historien Georges Duby à la conceptualisation de la féodalité[1] ainsi qu’au renouvellement de l’histoire de la chevalerie[2], on ne souligne que très (trop) peu souvent son apport à l’histoire des techniques. Bien sûr aucun ouvrage majeur de sa bibliographie n’est entièrement consacré aux techniques ; mais il subsiste un certain nombre d’articles et des pages éparses dans ses livres qui témoignent d’une attention soutenue aux savoirs matériels, aux connaissances pratiques et à l’instrumentation des activités humaines[3]. On peut y déceler la persistance à bas bruit d’un intérêt toujours actif pour cette question des techniques, dont Lucien Febvre regrettait, au début des Annales, qu’elle ne fut pas plus centrale pour la discipline histoire.

Je propose de renouer ici les fils de cette histoire des techniques dispersée dans l’œuvre de Duby, de recomposer – avec les lacunes inhérentes à ce genre d’exercice – les points saillants d’une réflexion qui a porté sur les techniques agricoles, les arts de la guerre et, plus globalement, sur la place des artefacts dans les évolutions sociales et culturelles du Moyen Âge. Dans cette esquisse, on prendra garde de ne point fixer ce qui n’était que quelques lignes de fuite dans une œuvre épaisse de questions nombreuses ; on fera également attention de ne pas considérer ces quelques pierres de touche comme des problématiques totalement closes sur elles-mêmes. Il faut plutôt saisir ces épures d’une histoire des techniques au Moyen Âge comme des points de capiton d’une analyse toujours soucieuse de reconstituer la matérialité d’une époque. Et l’on se demandera, in fine, si le marxisme discret de Duby n’opérait pas avec force à travers cet intérêt obsidional pour les techniques.

Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)
Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)

Assurément, les analyses de Duby ont été corrigées et amendées par des travaux plus récents et une documentation nouvelle[4]. Par exemple, le schéma du passage de l’assolement biennal à l’assolement triennal est aujourd’hui largement remis en cause au profit d’une variation beaucoup plus grande des modes de rotation des cultures. Mais là n’est pas l’important : toutes les recherches en sciences sociales sont vouées à être dépassées, et c’est même l’une de leurs raisons d’être. L’enjeu est davantage de comprendre comment Duby a inscrit une réflexion sur la matérialité et les techniques en lien avec les formes d’organisation et de structuration des sociétés. Loin d’un matérialisme abstrait, l’historien s’est efforcé de construire une réflexion sur la technique comme infrastructure participant aux transformations sociales et culturelles d’une époque. Ce qui méritait bien de développer une mise au point critique. Continuer la lecture de Georges Duby, historien des techniques

Des chercheurs en liberté. Le MT180 sur l’établi de la « sociologie (de) garage »

« Ma thèse en 180 secondes » : en quelques saisons, ce concours s’est imposé avec la force de l’évidence dans le milieu universitaire. Entre Top chef et Star Academy, les doctorant-e-s et docteur-e-s composent avec un cahier des charges expressif qui les transforme en VRP d’eux-mêmes et de l’université (ou plutôt de leur « COMUE »). C’est fun et ludique paraît-il,  les flash crépitent, la twittosphère gazouille, mais ça n’en est pas moins une tendance a priori étrange qu’il convient d’interroger. Plutôt que de plaquer des préconceptions moralistes et binaires (« c’est bien », « c’est mal »), sans doute est-il plus fécond de mener l’enquête : d’observer ces performances de la thèse en cherchant à comprendre pourquoi elles ne manquent pas d’inquiéter la pratique d’une science autrement moins spectaculaire. C’est ce qu’ont entrepris nos camarades Jean Frances, Stéphane Le Lay et Baptiste Pizzinat. Assister à ces événements a apporté plus que des comptes rendus édifiants sur le show. C’est leur propre position de chercheur qu’ils ont fini par interroger au contact de l’objet « Thèse en 180 secondes ». Par différence, ils ont ainsi fait émerger l’idée rock’n roll d’une «  sociologie (de) garage »Et le spectacle de devenir le prétexte d’une pragmatique de la science « un pied dedans, un pied dehors », pour reprendre le slogan de Francis Chateauraynaud déroulé ici même.
NB : Pour le confort de lecture, cet article est également disponible au format PDF : JF, SLL, FP, Des chercheurs en liberté.
 

« On sait que les groupes n’aiment guère ceux qui “vendent la mèche”, surtout peut-être lorsque la transgression ou la trahison peut se réclamer de leurs valeurs les plus hautes. Les mêmes qui ne manqueraient pas de saluer comme “courageux” ou “lucide” le travail d’objectivation s’il s’appliquait à des groupes étrangers et adverses seront portés à jeter le soupçon sur les déterminants de la lucidité spéciale que revendique l’analyste de son propre groupe. »
     Pierre Bourdieu, 1984, Homo academicus, Paris, Éditions de Minuit, p. 15.

Le travail ethnographique constitue un ensemble d’activités dont les contraintes corporelles, psychiques et morales doivent être prises au sérieux par le chercheur s’y engageant[1]. L’ancienneté de la question est là pour en attester[2] et son actualité rappelle la nécessité de la reposer encore à mesure de l’évolution des objets d’études et des reconfigurations des conditions de la recherche en sciences sociales[3]. La pratique de l’observation participante accentue un certain nombre des difficultés relevées par les praticiens de l’enquête de terrain[4], d’autant plus lorsqu’il s’agit, pour le chercheur, de rendre compte des transformations affectant son milieu professionnel[5], comme cela sera le cas dans cet article. En retraçant ici la genèse d’un collectif autonome de sociologues tournés vers l’étude d’un concours de communication pour doctorants et jeunes docteurs, nous montrerons comment nous en sommes arrivés à faire ce que nous appelons une « sociologie (de) garage ». L’enjeu de ce retour réflexif consiste à expliciter la manière dont une telle forme collective d’activité sociologique, en ouvrant un mode alternatif de production de connaissances relatives au monde académique, crée des conditions de plaisir au travail.

Au point de départ de notre réflexion, nous avons anticipé l’irritation que provoque chez de nombreux sociologues la lecture « d’auto-objectivations » qui n’ont de réflexives que le nom et qui, invariablement, narrent des difficultés insurmontables rencontrées sur un terrain finalement conquis de hautes luttes, grâce à un habile mélange de « ruses » et d’« irrévérences ». En plus, nous adhérions en partie aux analyses de Merton, pour qui les chercheurs ne sont pas tenus, lorsqu’ils publient leurs résultats, de dresser un compte rendu de leur activité, ni d’expliquer les raisons poussant à étudier un objet de recherche plutôt qu’un autre : les cadres disciplinaires, dans lesquels s’intègrent les travaux scientifiques, forment un « patron » – au sens de modèle – qui, selon Fabiani[6], stabilise des procédés d’analyse, des schèmes d’interprétation et des objets de recherche. Pourtant, l’écriture ethnographique autorise, et même incite, les récits à la première personne et, souvent, l’auteur explique les raisons de sa venue sur tel ou tel terrain. Il nous fallait dès lors nous (re)demander si ces comptes rendus d’activité tiennent toujours d’une « coquetterie disciplinaire » s’accordant mal aux exigences d’objectivité et d’universalisme partagées dans la majorité des sciences. Viseraient-ils seulement à offrir à des ethnologues et des sociologues un prétexte pour se mettre en scène (à leur avantage) ? En certains cas, les retours des chercheurs sur leurs propres expériences sont effectivement engagés au service de leur ego, jusqu’à la caricature, et nourrissent leur narcissisme[7]. Mais cette situation n’épuise pas la réalité. Le travail d’explicitation des cheminements individuels et/ou collectifs amenant à s’engager sur un terrain donné doit également pouvoir livrer au lecteur un éclairage pertinent quant au sens du projet de connaissance poursuivi – les travaux de Favret-Saada[8] l’illustrent bien. Et c’est ce que nous espérons réaliser ici.

Finale interanationale : Sorbonne, grand-amphi, jeudi 1er octobre 2015 (crédits : Baptiste Pizzinat)
Sociologue embedded, en clair-obscur. Finale internationale : Sorbonne, grand-amphi, jeudi 1er octobre 2015 (crédits : Baptiste Pizzinat)

Cette partie du travail d’objectivation sociologique peut donc emprunter les traits d’une auto-analyse, sous forme de propos liminaire d’une recherche en cours visant notamment à lutter contre une tendance relevée par Gingras[9] : celle amenant les auteurs de sciences sociales à se rendre illisibles les uns aux autres. Dans le cas présent, l’enquête dont il est question porte certes sur le concours « Ma thèse en 180 secondes » (MT180, mt180.fr) : la première partie de cet article en retrace rapidement l’histoire. Revenir sur la genèse de cette communication competition vise certes à dessiner les contours du terrain d’étude afin de mieux préciser les questions sociologiques qui s’y découvrent. Mais l’enjeu principal est avant tout de renseigner les conditions de possibilité pour trois sociologues de domaines, d’âges et de statuts variés à se coordonner en collectif de recherche, en mobilisant des ressources de différents types. C’est ce que l’on peut voir dans le cas de la « biologie de garage », point que nous aborderons dans la deuxième partie de l’article, où il s’agira de déterminer comment et pourquoi des chercheurs en sociologie entreprennent aujourd’hui des projets de recherche en marge des équipes et des structures académiques et quasiment sans financement. Dès lors, un bref retour sur le parcours des trois coparticipants d’un tel collectif, en troisième partie d’article, est un passage obligé qui relève moins d’une tentation nombriliste que d’un préalable réflexif nécessaire à la poursuite d’un projet de recherche autonome visant l’analyse d’un dispositif de mise en spectacle des sciences. Continuer la lecture de Des chercheurs en liberté. Le MT180 sur l’établi de la « sociologie (de) garage »

L’ontologie badiousienne parodiée par Benedetta Tripodi ou ce qu’il fallait démonter

Le 1er avril 2016, jour poissonnier s’il en est, le Carnet Zilsel révélait la parution d’un nouvel article bidon, cette fois dans les Badiou Studies : « Ontology, Neutrality and the Strive for (non)Being-Queer » (téléchargeable ici : 100-337-1-PB). Un débat s’est amorcé ici et là, mais comme c’était prévisible, l’essentiel des arguments des auteurs du canular, Anouk Barberousse et Philippe Huneman, sont passés à la trappe. Rien de bien surprenant. L’explication de texte, longue et austère, demande un surcroît d’attention. Passé l’effet de surprise et l’éclat de rire, l’article précise les motifs de la critique et commence le démontage. La lecture en est de fait coûteuse. C’est pourquoi, prévenant les risques de misreading à l’heure du commentaire à la volée et de l’in(di)gestion de contenus médiatiques, nous publions aujourd’hui un résumé étendu dont le but est d’expliquer à nouveau le sens de la démarche et, espérons-le, réamorcer la discussion.

Le canular Benedetta Tripodi vise à démonter la stratégie de légitimation qui consiste à présenter la philosophie d’Alain Badiou comme horizon métaphysique et politique de notre temps. Notre analyse ne se veut évidemment pas une refutatio une bonne fois pour toutes de Badiou, encore que la mise au jour de ses faiblesses fragilise sensiblement l’édifice. En jetant le doute sur le sérieux philosophique de ses écrits et des commentaires de ses admirateurs à travers le monde, elle défait l’argument qui, sur la seule base de sa renommée intellectuelle indéniable, conclut à l’éminence de sa valeur métaphysico-politique.

Si la revue consacrée à Badiou laisse publier un article strictement vide de sens que nous avons écrit, quelles qu’en soient les raisons – négligence, manque de sens critique, amateurisme, etc. –, cela montre bien qu’il y a un problème avec le cercle des lecteurs qui se revendiquent de Badiou. À partir de ce constat, la renommée internationale de Badiou peut difficilement justifier son éminence objective comme philosophe. Il faut au contraire analyser la structure de cette renommée, ainsi que ses bases sociologiques.

Trois grandes lignes d’explication sont développées dans le texte d’explication publié le 1er avril sur le Carnet Zilsel. La première a trait à la réception paradoxale du badiousisme dans et surtout à la lisière de la philosophie académique, en France mais surtout à l’étranger ; la deuxième concerne les conditions sociales de l’avènement et de l’agrandissement de la figure de Badiou ; la dernière, enfin, propose de démonter cette machinerie textuelle close qui encourage autant qu’elle autorise les discours « hors sol » et l’exégèse fétichiste. Nous ramassons dans le présent texte leurs conclusions.

La philosophie de Badiou n’est pas « postmoderne ». D’inspiration platonicienne et politiquement toujours dans la lignée maoïste, elle est intrinsèquement dogmatique et contredit en tous points l’idéologie relativiste et constructiviste qui fait florès sous plusieurs labels de consommation ordinaire (« French Theory », « Theory »), en particulier dans des disciplines universitaires récentes de type X-studies (Cultural studies, Heritage studies, Media studies, Film Studies, White Studies, etc.). Néanmoins (et spécialement dans le monde anglo-américain), la pensée de Badiou bénéficie d’un soutien intellectuel de la part de lecteurs venus de ces disciplines et campant sur ces positions postmodernes, ainsi que le démontre un rapide examen des affiliations de ses fans, des principaux lieux de publications, ou du support académique des conférences invitant ou glorifiant Badiou. Le canular montre l’inanité d’un tel attelage, en poussant jusqu’à l’absurde la rhétorique d’inspiration badiousienne retraduite par l’inénarrable Tripodi. L’article de Tripodi publié dans les Badiou Studies observe en effet fidèlement les codes d’une telle rhétorique, et notre présentation donne des exemples de textes analogues. N’importe quel philosophe sérieux pourra voir les parentés de notre texte parodique ou des écrits cités avec d’autres pris au hasard dans ces sous-domaines des X-studies où Badiou et quelques autres sont devenus les nouvelles icônes, et dont certaines caractéristiques rhétoriques sont analysées dans la dernière partie de notre texte explicatif. Continuer la lecture de L’ontologie badiousienne parodiée par Benedetta Tripodi ou ce qu’il fallait démonter

Sociologie, histoire, anthropologie et philosophie des sciences et des techniques