L’art délicat du manifeste épistémologique

À partir de Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2011, 471 p. Reprise revisée (et autorisée) d’un compte rendu paru initialement dans la Revue française de sociologie, n° 4, 2012, p. 571-574.

SKMEn première lecture, Social Knowledge in the Making (SKM) ne laisse pas indifférent et excite la curiosité : pour qui veut étudier les pratiques de savoir des disciplines traitant de la vie sociale, l’ouvrage édité par Charles Camic, Neil Gross et Michèle Lamont fournit une introduction utile et un programme de recherche relativement intégré. Puisque nous vivons censément dans des sociétés saturées par la connaissance, des sociétés de la connaissance, que celle-ci frappe donc par son ubiquité, son caractère expansif et l’extrême variété de ses expressions, le projet d’une sociologie des pratiques du « social knowledge » devrait se justifier par soi selon les auteurs. La notion très extensive de « social knowledge » est le pivot de l’ouvrage et englobe les « informations descriptives et les assertions analytiques au sujet des actions, comportements, états subjectifs et capacités des êtres humains et/ou relatifs aux propriétés et aux processus des unités agrégées ou collectives », auxquelles s’ajoutent des « assertions normatives » empiriquement fondées et les « technologies et outils du savoir » (p. 3, souligné dans le texte). Malgré l’omniprésence de ces réalités, les trois sociologues soulignent l’existence de « lacunes », ces pratiques cognitives étant peu étudiées en tant que telles selon eux. Alors que les sciences de la nature sont l’objet d’innombrables monographies et la chasse gardée d’un domaine aux contours toujours flous, les Science and Technology Studies (STS), il y aurait semble-t-il urgence à se mettre au travail. Ainsi, tous les auteurs contribuant à SKM traitent à leur manière le problème de la construction en pratiques de ces savoirs. Les objets retenus sont très variés (pratiques historiographiques, préparation d’une communication à une conférence, modes d’évaluation des recherches académiques, sondages, usages de l’objectivité, techniques d’anticipation et de modélisation de scénarios dans des conjectures géopolitiques incertaines, analyse financière, etc.) et laissent deviner un champ de recherche extensible à l’envi.

Toolkit

Avant de présenter les treize chapitres composant l’ouvrage, il vaut la peine d’examiner les arguments de l’introduction parce que l’ambition de Camic, Gross et Lamont est de proposer une grille d’analyse heuristique. D’emblée, cela supposerait selon eux de déprovincialiser l’objet plastique sur lequel il s’agit de travailler. La « science en action » (Bruno Latour, référence obligée, non interrogée, par moments de l’ordre de l’incantation), en train de se faire et de se défaire, contre les méta-discours épistémologiques : la sociologie et les disciplines connexes s’intéressant à ces phénomènes auraient un mot à dire. Pour Camic, Gross et Lamont, l’affaire est entendue. Plutôt que d’inventer des protocoles et des modes opératoires, ils suggèrent de transposer sur les terrains de SKM les recettes des STS. Sans donner dans la prospective, ils sont visiblement impatients de voir dans quelle mesure une telle greffe peut prendre.

Boîte à outils, fin XIXe – début XXe siècle. Bois, métal. Copyright : Musée des maîtres et artisans du Québec (via Flickr)
Boîte à outils, fin XIXe – début XXe siècle. Bois, métal. Copyright : Musée des maîtres et artisans du Québec (via Flickr)

Leur texte met ainsi en série les uns après les autres les topoï fondateurs des STS tout en les ajustant aux spécificités du social knowledge. Sans entrer dans le détail, on apprend — sans surprise — que les pratiques cognitives sont irréductiblement collectives, « hétérogènes », « multiplexes », « hybrides », « polymorphes », « multidimensionnelles », toujours « situées », possiblement tacites ou formelles, plus ou moins « ancrées », robustes, volatiles et vulnérables ; leur construction est en outre contingente, dépendante de « contextes », les outputs cognitifs sont fabriqués par une multiplicité d’acteurs-producteurs et sont sujets à des appropriations sociales diversifiées ; les espaces dans lesquels ils adviennent sont « poreux », leurs frontières sont souvent floues, du moins constamment réagencées. Ouf ! Les « pratiques » (par moments, il est question d’activités, de travail, d’action, sans qu’on sache toujours si ces mots sont synonymes) sont toujours conjuguées au pluriel. Elles sont pourtant le cœur de l’analyse. Dans les humanités par exemple, quelles activités les verbes d’action « écrire », « lire » et « penser » décrivent-ils concrètement ? Quelles capacités, savoirs, savoir-faire celles-ci engagent-elles ? Où et comment se déroulent-elles ? Questions classiques que l’ethnographie des pratiques scientifiques a pu respécifier sous l’angle de l’émergence in situ des « thèmes épistémiques » (les epistopics de Michael Lynch). À l’aune des pratiques, on imagine combien le spectre des objets possibles est étendu, si bien qu’on surnage vite dans la complexité qui nous est donnée à voir. Pour contenir le vertige, Camic, Gross et Lamont s’appuient heureusement sur une bibliographie choisie et une trame commune. Ce travail de cartographie est maîtrisé sur la forme et permet au profane de repérer l’état de l’art et ce qu’il reste à accomplir. De ce point de vue, l’introduction est un tour de force rhétorique en ce sens qu’elle parvient non seulement à délimiter un espace de recherches possibles sans trop en réifier les frontières, mais aussi à créer des ponts avec des domaines voisins (histoire des méthodes en sciences humaines et sociales, sociologie des intellectuels, épistémologie sociale, etc.).

Making up the TASK

Toutefois, elle ne convainc pas toujours. À l’évidence, le lecteur familiarisé à la théorie sociale et aux STS restera sur sa faim. Hormis quelques bonnes conjectures sur la nature de la connaissance (sociale) et l’esquisse de systématisation de l’approche à l’aide d’un ensemble de dix questions conclusives, l’originalité théorique est finalement réduite. Là n’est peut-être pas l’enjeu pour les auteurs. Ils délaissent les prétentions programmatiques et livrent une boîte à outils prête à l’emploi pour de futurs bricolages. Les éléments les plus discutables de ce travail d’alignement théorique se situent sur un autre plan. Si généreuse soit-elle, l’initiative n’en est pas moins lestée par la présence d’incongruités et de facilités qui peuvent laisser perplexe. Passons sur le point de départ de l’analyse : sur la base d’une recherche bibliographique plus fouillée, il y aurait de quoi nuancer les « lacunes » pointées par les auteurs. Il serait peut-être plus tentant d’ironiser sur les procédés employés pour équiper leur projet. S’efforçant de le singulariser, Camic, Gross et Lamont identifient une « traditional approach to social knowledge » (« TASK » dans le texte, comme pour assouvir la pulsion d’acronymisation si répandue dans les STS), pour dire vite la sociologie de la connaissance émergée des recherches d’un Karl Mannheim. Créer une approche « nouvelle » qui se distinguerait d’approches en déficit et à dépasser pour x raisons : la grosse ficelle, tellement courante dans les STS (un champ qui n’a cessé d’enregistrer différents « tournants », coup d’États et coups d’esbroufe d’entrepreneurs en paradigme), s’avère très pratique. Camic et Gross n’en sont d’ailleurs pas à leur premier coup d’essai, puisqu’ils ont récemment plaidé en faveur d’une « nouvelle sociologie des idées »[1], paradigme très heuristique au demeurant dont on s’étonnera de ne pas retrouver les idées-force ici. Un inventaire d’études pionnières ressortissant de la TASK précède sa caractérisation.

Neil Gross, Richard Rorty The Making of an American Philosopher, Chicago University Press, 2008
Un bel exemple de la TASK : Neil Gross, Richard Rorty
The Making of an American Philosopher, Chicago University Press, 2008

On y trouve pêle-mêle des auteurs aussi divers que Charles Wright Mills, Herbert Marcuse, Lewis Coser, Alvin Gouldner, mais aussi plus récemment Pierre Bourdieu, Randall Collins, Jean-Louis Fabiani, Gisèle Sapiro, George Steinmetz ou encore… Neil Gross, auteur d’une passionnante biographie du philosophe Richard Rorty parue en 2008. Dans ses variantes les plus « dépassables » (et caricaturales), cette TASK pécherait par son acception réductrice de la connaissance, laquelle constituerait un monolithe homogène, toujours déjà là, expliqué après-coup à l’aide de facteurs extrinsèques et généralement macros (contexte historique, etc.). Cette vision des savoirs a pu être endossée par une certaine histoire des idées, mais il s’en faut de beaucoup pour qu’elle soit si prégnante que ne l’estiment les auteurs. La faiblesse la plus dommageable de la TASK resterait, en tout cas, son manque d’attention sur la-science-en-action. Parce qu’elle se refuserait à l’étude des « contenus », elle se concentrerait presque par défaut sur les institutions, les disciplines, les professions, etc., objets plus sociologiquement préhensibles et corrects. Plus étonnant, on découvre que des recherches supposées signifier l’avènement de l’approche « post-TASK » ont été publiées pour certaines il y a plus de vingt ans. Sur les statistiques par exemple, les travaux de Theodore Porter ou Alain Desrosières sont cités en exemple et ont fait date. Dire qu’il n’y avait (presque) rien avant la fin des années 1990 a dès lors un peu moins de poids et la nouveauté de SKM s’en trouve aussitôt relativisée. Dans la foulée, les auteurs qui auraient véritablement pris la mesure du practical turn sont cités (pour certains, comme Bourdieu, à la fois dans la bibliographie de la TASK et de la post-TASK) sans faire l’objet d’un traitement théorique circonstancié (Michel Foucault, en particulier, pourtant très tôt en pointe dans l’auscultation des « pratiques discursives » des sciences humaines…). On est intrigué également par le fait que la démarche de certains contributeurs de l’ouvrage est modérément en phase avec l’ambition programmatique de Camic, Gross et Lamont. Rien n’interdit par exemple de lire les chapitres d’Andrew Abbott et de Johan Heilbron comme des performances dignes des meilleures réalisations de la TASK. Malgré l’effort des auteurs d’arrimer l’ensemble à un socle commun, les études de cas sont autant d’applications peu théorisées qui entrent en résonance lointaine avec le manifeste épistémologique porté par SKM et qui ne se répondent pas les unes les autres. Comme si ça ne prenait pas ; comme si les auteurs ne parvenaient pas à emboîter le pas malgré la mise à disposition de la boîte à outils ; comme si le programme se réduisait à l’état de sympathique promesse éditoriale.

Il me semble que le choix d’une argumentation procédant par l’affirmation paradigmatique crée des problèmes à la marge (les notes de bas de page sont autant de circonvolutions et d’anticipations des critiques) et qu’il eut été peut-être plus simple et efficace de lui préférer une revue de la littérature peu à peu enrichie d’arguments et de concepts. Pour le dire autrement, il résulte de la construction de l’argumentation une impression de cacophonie lors même que le but est de clarifier et de sérier les problèmes. À trop/tout vouloir dire, à énoncer des vérités avec force d’argumentation pour aussitôt les nuancer (et retour), à viser un consensus de plus en plus lâche à mesure que progresse la démonstration : le texte court le risque de perdre un lecteur ballotté entre les propositions. Par ailleurs, les auteurs évacuent de façon trop rapide la problématique, si fondamentale pourtant, de la distinction qu’ils opèrent dès le départ entre les « sciences de la nature » et les « sciences de la culture » (pour utiliser de vieilles expressions). À la fois les auteurs savent que la différenciation relève d’une « construction » et ils capitalisent tout au long de leur démonstration sur l’idée même d’un social knowledge insularisé par rapport aux sciences « dures ». Cela a pour effet de brouiller les cartes et relègue au second plan les agencements socio-cognitifs hétérogènes et disruptifs où la distinction est floue voire secondaire (entre autres exemples, citons les sciences de l’environnement reconfigurant la division nature/culture). Ce point en recoupe un autre : on pourra trouver souhaitable le souci des auteurs de ne pas imposer une grille rigide, ce qui s’exprime notamment à travers l’usage de catégories souples attentives à la variabilité des situations, mais une fois la démonstration achevée les propositions (toujours mises en italique) sont de portée tellement générale qu’elles en perdent de leur force. En résumé, un manifeste de plus ? Un coup pour rien ?

Études de cas « in the making »

Passons en revue les chapitres maintenant. Dans l’ensemble, ils sont composés de la même façon et distribués dans trois parties thématiques : empiriquement denses, clairs quant à la méthode, vertébrés par une ligne théorique précise sans être démonstrative ni envahissante, relativement décomplexés quant aux allégeances disciplinaires. Faute d’espace, je donnerai un aperçu des études qui me semblent les plus pertinentes du point de vue de l’exploration empiriques du social knowledge. La première partie est consacrée à la « production du savoir dans les disciplines ». Chacun pour y retrouver ses billes, ses lubies, sa vie quotidienne de producteur ordinaire du savoir. Dans le chapitre inaugural, Andrew Abbott plante le décor. Il met en lumière les spécificités des pratiques de recherche des « library researchers », c’est-à-dire les utilisateurs des documents conservés dans les bibliothèques universitaires, tout au long du 20e siècle et au-delà. Les problèmes de l’accès et de l’exploitation sélective de ces bases toujours plus massives et extensibles sont cruciaux et pour partie pris en charge par des professionnels, avec la culture et les désidératas desquels les utilisateurs doivent s’accommoder. Le Big data est décidément une vieille affaire ; la canalisation du flux une obsession souterraine du knowledge management. Les sujets sur lesquels portent les chapitres suivants sont plus contemporains. Faisant ressortir la « réflexivité critique » à laquelle l’introduction en appelle in fine, Neil Gross et Crystal Fleming prennent le cas d’un philosophe américain contemporain pour observer le travail ordinaire des universitaires soumis à des contraintes disciplinaires et professionnelles toujours plus fortes. Ils mettent en évidence le processus erratique d’élaboration d’une recherche depuis les premiers brouillons aux présentations in progress, si critiques, lors des colloques et des séminaires, jusqu’à l’éventuelle publication dans un périodique lisible par les pairs. Rien de bien transcendant, pas de révélations fracassantes : là encore, ces pratiques sont un aspect de la lebenswelt de l’espèce homo academicus, laquelle est enjointe à enquiller les conférences et les prises de parole chronométrées, à packager ses menues recherches sous PowerPoint, à se placer avant et après la session ou le panel, au cocktail ou à l’occasion de mondanités auxquelles on peut finir par s’accommoder (le renvoi à l’ethnographie pas vraiment participante de Volny Fages de la 4S s’impose ici).

Pierre Bourdieu, what else ?
Pierre Bourdieu, what else ?

Court-circuitant les réflexes de l’histoire des idées, Johan Heilbron révèle les particularités de la pratique de recherche de Bourdieu. Il montre comment ce dernier, bien qu’en général perçu outre-Atlantique comme « théoricien »  et « penseur » parmi d’autres de la French Theory, s’est pourtant engagé très tôt dans un travail intense d’observation empirique, dès ses ethnographies en Kabylie, un travail collaboratif et qui transcendait les frontières disciplinaires qui prévalaient (et prévalent encore). L’air de rien, Heilbron propose une introduction concise et complète à la science sociale pratiquée par Bourdieu.

La deuxième partie aborde les « sites d’évaluation du savoir ». Dans la ligne de How Professors Think paru en 2010, Michèle Lamont et Katri Huutoniemi réexaminent le problème de l’évaluation par les pairs dans un cadre interdisciplinaire. Les auteures montrent bien comment les « panélistes » siégeant dans les comités, la plupart du temps loyaux vis-à-vis de leur discipline, sont amenés à bricoler avec des règles toujours renégociées au gré des appels à projets et autres structures de financement. Parce que ces pratiques de hiérarchisation de ce qui est supposé « valoir » du point de vue de la recherche (l’ineffable « excellence » est un idéal institutionnel et cognitif) concernent leur monde, Lamont et Huutoniemi n’esquivent pas le débat et fournissent des éléments objectifs pour statuer sur les formes et les outils les plus justes (composition des comités, mode d’évaluation, etc.).

La dernière partie envisage des situations cognitives excentrées du périmètre académique. Sheila Jasanoff analyse les usages par les agences gouvernementales de l’objectivité régulatoire (regulatory objectivity). Elle mène une analyse comparée des cultures nationales de l’objectivité et dévoile ainsi par contraste les variations de sens. L’objectivité à laquelle en appellent les policy makers est en ce sens une valeur épistémique façonnée et validée par des standards culturels ; par exemple, Jasanoff met en évidence une objectivité régulatoire impersonnelle, socialement détachée et transcendant les intérêts aux États-Unis (une « view from nowhere »), se distinguant de la version britannique, d’autant plus crédible publiquement qu’elle est attachée à un porteur déjà crédité d’une certaine autorité épistémique (une « view from everywhere »). L’auteure est une spécialiste reconnue de ces questions et, en phase avec le thème de la partie, quitte régulièrement Harvard pour entrer dans l’arène des problèmes de régulation internationale. Ainsi en bout de chapitre elle décrit par le menu la réception de son travail d’expertise à l’occasion d’un conflit d’expertise au sein de la World Trade Organization. Elle ne se berce pas d’illusions quant à la performativité de son expertise : son aura d’universitaire qualifiée n’empêche pas que les rapports qu’elle a rédigés avec ses collègues sont en fin de compte noyés dans une littérature passablement grise. Heureusement, les chercheurs STS disposent de leurs propres arènes pour faire remonter et confronter leur expertise, dans le vase clos de la 4S par exemple.

*

*        *

Peut-être la justesse de l’esquisse de repérage et de cadrage fournie par Camic, Gross et Lamont doit-elle s’évaluer moins à l’aune de critères théoriques abstraits qu’en fonction des recherches empiriques que celle-ci pourrait stimuler à l’avenir. C’est, à mon sens, le gain cognitif le plus manifeste de SKM.

Arnaud Saint-Martin


[1] Charles Camic and Neil Gross, « The New Sociology of Ideas », in J. R. Blau, The Blackwell Companion to Sociology, Malden-Oxford, Blackwell, 2004. On pourra se reporter à l’entretien « Qu’est-ce que la nouvelle sociologie des idées ? Un entretien avec Charles Camic et Neil Gross », par Mathieu Hauchecorne & Etienne Ollion, in Transeo, No. 1, 2009.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *