Georges Duby, historien des techniques

Si l’on associe volontiers l’historien Georges Duby à la conceptualisation de la féodalité[1] ainsi qu’au renouvellement de l’histoire de la chevalerie[2], on ne souligne que très (trop) peu souvent son apport à l’histoire des techniques. Bien sûr aucun ouvrage majeur de sa bibliographie n’est entièrement consacré aux techniques ; mais il subsiste un certain nombre d’articles et des pages éparses dans ses livres qui témoignent d’une attention soutenue aux savoirs matériels, aux connaissances pratiques et à l’instrumentation des activités humaines[3]. On peut y déceler la persistance à bas bruit d’un intérêt toujours actif pour cette question des techniques, dont Lucien Febvre regrettait, au début des Annales, qu’elle ne fut pas plus centrale pour la discipline histoire.

Je propose de renouer ici les fils de cette histoire des techniques dispersée dans l’œuvre de Duby, de recomposer – avec les lacunes inhérentes à ce genre d’exercice – les points saillants d’une réflexion qui a porté sur les techniques agricoles, les arts de la guerre et, plus globalement, sur la place des artefacts dans les évolutions sociales et culturelles du Moyen Âge. Dans cette esquisse, on prendra garde de ne point fixer ce qui n’était que quelques lignes de fuite dans une œuvre épaisse de questions nombreuses ; on fera également attention de ne pas considérer ces quelques pierres de touche comme des problématiques totalement closes sur elles-mêmes. Il faut plutôt saisir ces épures d’une histoire des techniques au Moyen Âge comme des points de capiton d’une analyse toujours soucieuse de reconstituer la matérialité d’une époque. Et l’on se demandera, in fine, si le marxisme discret de Duby n’opérait pas avec force à travers cet intérêt obsidional pour les techniques.

Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)
Georges Duby (crédits : J. Sassier/Gallimard, via LeMonde.fr)

Assurément, les analyses de Duby ont été corrigées et amendées par des travaux plus récents et une documentation nouvelle[4]. Par exemple, le schéma du passage de l’assolement biennal à l’assolement triennal est aujourd’hui largement remis en cause au profit d’une variation beaucoup plus grande des modes de rotation des cultures. Mais là n’est pas l’important : toutes les recherches en sciences sociales sont vouées à être dépassées, et c’est même l’une de leurs raisons d’être. L’enjeu est davantage de comprendre comment Duby a inscrit une réflexion sur la matérialité et les techniques en lien avec les formes d’organisation et de structuration des sociétés. Loin d’un matérialisme abstrait, l’historien s’est efforcé de construire une réflexion sur la technique comme infrastructure participant aux transformations sociales et culturelles d’une époque. Ce qui méritait bien de développer une mise au point critique.

Les techniques et la terre : une histoire des savoirs agricoles pratiques

C’est probablement le domaine sur lequel les questions de Duby concernant les techniques se font le plus précises, parce que dès sa thèse il étudie le monde paysan, ses ressources, ses mentalités et ses manières de faire sur la région mâconnaise aux 11e et 12e siècles. Dans le chapitre qu’il consacre à l’économie rurale, Duby s’interroge sur la progression de l’allodialité, cette multiplication des terres libres. Les « alleux laïcs » sont consolidés par « les défrichements » nombreux surtout au 12e siècle. Les « pays de bois » comme les zones marécageuses sont peu à peu gagnés par les cultures[5]. L’articulation entre une féodalité qui, paradoxalement, « protège l’alleu »[6], et le net « progrès des techniques agricoles » expliquent, au moins en partie, « une nouvelle forme de peuplement, faite de maisons dispersées entre de gros villages (…) »[7]. Les techniques sont prises – littéralement – dans des enjeux politiques (ici la structuration féodale de la propriété), sociaux (la diversification des peuplements) et intellectuels (l’accès à des connaissances pratiques nouvelles). Même s’il ne s’agit que de quelques pages dans une thèse aussi brillante que foisonnante (et aux enjeux historiographiques bien plus larges), ce schème explicatif saisissant les techniques dans un ensemble d’enjeux sociopolitiques constituera un leitmotiv des analyses ultérieures de Duby.

Charrue à soc, ca. 1330 (source : Wikipédia)
Charrue à soc, ca. 1330 (source : Wikipédia)

Deux articles, dans les années 1950, puis deux chapitres d’ouvrages de synthèse, complexifient ce type d’explication fondée sur la covalence et l’influence réciproque des transformations techniques, sociales, politiques et économiques. Le premier article, publié en 1954 dans la Revue de géographie de Lyon, est le compte rendu d’une communication donnée en décembre 1953 au Cercle d’études géographiques de Lyon. Le propos se veut synthétique et généraliste. L’enjeu est de comprendre la « brusque amélioration des pratiques agricole » à « l’époque féodale et préféodale »[8]. Comme à chaque fois lorsqu’il aborde la question des techniques, Duby fait montre d’une prudence extrême à propos des sources : « mentions éparses et fugitives » rendant « difficile de se faire une idée de l’outillage du paysan médiéval », « documentation (…) insuffisamment inventoriée (…), difficile à dater »[9], les obstacles sont nombreux pour constituer une analyse solide. Toutefois, Duby tire de l’ensemble des éléments disponibles une image relativement nette de la transition technique qui s’est opérée dans les campagnes entre un « système agraire primitif (caractérisé par l’utilisation presque exclusive de la force humaine, un outillage très rudimentaire de bois ou de pierre, le large étalement des cultures dans le temps et l’espace […]) à un système agraire évolué (caractérisé par la domestication des forces auxiliaires, naturelles ou animales, l’utilisation plus poussée du fer dans l’outillage, la réduction des périodes et des espaces improductifs […]) »[10]. La conclusion s’impose pour Duby : ce n’est ni « l’introduction de [nouvelles] cultures », ni l’apport de « méthodes nouvelles » qui expliquent cette révolution agricole, mais bien « une amélioration des techniques »[11]. On notera d’emblée que l’historien associe sous ce terme un ensemble finalement assez hétérogène de pratiques d’extraction et de transformation des ressources chtoniennes, de régulation temporelle et spatiale des végétaux cultivés, de mobilisation des forces animales, hydrauliques et éoliennes. En bref, il s’agit de convertir des éléments naturels (végétaux, minéraux, climatiques) en puissances productives. On retrouve ici, sans forcer le trait, l’un des schémas les plus sûrs de l’analyse matérialiste des techniques. Marx, dans le Livre I du Capital, notait en effet que « la technologie met à nu le mode d’action de l’homme vis-à-vis de la nature, le processus de production de sa vie matérielle, et, par conséquent, l’origine des rapports sociaux et des idées ou conceptions intellectuelles qui en découlent »[12]. Dans cette même veine, Duby retrace les chronologies différenciées des différentes prises humaines sur les forces naturelles et leur transmutation en instruments de production. Il remarque que l’eau est mobilisée très tôt (dès le 8e siècle), le vent plus tardivement. La traction équine est « efficace à partir du 9e siècle »[13]. Il situe la « diffusion de la grande charrue à roue et à versoir »[14] (consécutive à la circulation du fer) entre le 9e et le 12e siècle. Enfin, la rotation triennale des cultures (céréales de printemps, céréales d’hiver et repos de la terre, successivement), se répand dans le même espace de temps. Cette transformation technique profonde (mais relativement lente et étalée) et les meilleurs rendements qui en découlent ont quatre conséquences : (1) « la structure économique de la seigneurie foncière » est affectée puisque les « réquisitions de travail » et les « corvées » se réduisent[15] ; (2) la réserve seigneuriale se rétracte ; (3) le « fractionnement de la grande unité agraire » s’accélère puisque l’on peut vivre sur une portion plus réduite de terre ; enfin, (4) « les divisions économiques à l’intérieur de la classe paysanne s’accentuent »[16], entre ceux qui disposent d’une charrue et ceux qui n’en ont pas.

Voilà une première synthèse qui tente de relier innovations techniques (ou plus exactement, l’optimisation dans l’emploi instrumenté des forces de la nature) et changement social. L’analyse n’est pas univoque, elle ne corrèle pas les mutations techniques à une seule modification de l’ordre social. Globalement, la révolution agricole semble produire une dislocation d’un ordre social relativement homogène.

Le deuxième article qui nous intéresse ici, et que Duby publie en 1958 dans les Annales du Midi, est une étude circonscrite aux Alpes du Sud. Elle concerne, de plus, le 14e siècle, c’est-à-dire une période beaucoup plus tardive que celle pointée dans la synthèse de 1954. L’historien s’appuie sur « les résultats de l’enquête générale qui fut menée, pendant l’automne 1338, dans toutes les maisons de l’ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles ». Le domaine couvert est vaste puisqu’il va de « la vallée de l’Isère jusqu’aux montagnes niçoises, depuis la Camargue jusqu’à l’Embrunais »[17]. Concernant la diversité de l’aménagement dans la répartition des céréales semées, Duby constate « une grande souplesse » dans l’adaptation « à la diversité des conditions naturelles »[18]. Si le sarclage et la moisson réclament des bras, le labour quant à lui nécessite un équipement. « L’instrument de ce travail, précise l’historien, était une équipe constituée de trois éléments : un outil, un attelage, un conducteur ». L’araire (corps en bois, soc en fer) doit régulièrement être changé, ce qui nécessite l’achat, dans les domaines d’un « demi quintal de fer par araire tous les ans »[19]. Et il faut, pour travailler le métal et en faire des outils, « des artisans spécialisés » fournis en « bois, métal et charbon »[20]. Le fer est présent partout, puisque « dans les moindres villages », on trouve « une forge à la portée des exploitants les plus humbles »[21]. Le cheval en revanche, qui assure un labour plus rapide, n’est présent que dans trois seigneuries. Ailleurs, ce sont les bœufs qui tirent les attelages.

Septembre, Les Très Riches Heures du duc de Berry, par les Frères de Limbourg, 15e siècle (source : Wikipédia)
Septembre, Les Très Riches Heures du duc de Berry, par les Frères de Limbourg, 15e siècle (source : Wikipédia)

En faisant un compte des dépenses nécessaires pour la conduite des travaux agricoles, Duby constate que même dans les « exploitations fortement équipées », dotées d’un « attelage de qualité, bien entretenu, bien muni de métal », avec un « régime de rotation des cultures (…) apparemment ajusté aux besoins de la terre »[22], les rendements sont bas. Pour les exploitations paysannes, la situation est plus dramatique encore, puisque sur les maigres gains il faut encore prélever « la dîme et répondre aux multiples exigences du maître de la terre ». L’équipement technique était plus « rudimentaire » dans ces « petites entreprises »[23].

Globalement, sur cette étude de cas bien délimitée, Duby réaffirme son schéma des transformations techniques : un essor instrumental indéniable mais inégalement partagé qui fractionne la classe paysanne. Rappelons toutefois que sur cet exemple, la focale est réduite et l’époque choisie très tardive par rapport aux ambitions diachroniques d’une saisie générale des mutations dans l’ordre des techniques.

C’est finalement dans deux grandes synthèses assez amples que Duby va rendre plus sophistiqué encore son modèle de révolution technique. D’abord dans L’économie rurale et la vie des campagnes, paru en 1962 puis dans Guerriers et paysans, édité en 1973. Je me contenterai de pointer les amendements au schéma général déjà esquissé dans les deux précédents articles. Dans L’économie rurale et la vie des campagnes, Duby insiste sur l’importance des moulins à eau[24] et note que les « meules à bras »[25] sont encore très largement en usage aux 9e et 10e siècle. S’il insiste à nouveau sur l’importance de l’araire, l’historien se fait cette fois plus disert sur l’équipement domestique : « doloires, (…) cognées, (…) tarières, (…) serpettes », mais aussi houe, bêches, faucilles, faux, cognées, gouges et serpes[26]. Duby émet l’hypothèse que les outils dans les grandes exploitations « étaient normalement fabriqués en bois »[27], toujours entre 800 et l’an mille. Dès lors, le forgeron constitue une catégorie très prisée d’artisan : il dispose d’un savoir précieux et d’une compétence particulièrement utile pour renforcer les outils et étendre leur efficacité. L’historien soutient que les ateliers de travail des métaux ne sont pas situés (ou rarement) dans les exploitations elles-mêmes, signalant par là une division du travail assez avancée. Pour la période qui court du 11e au 13e siècle, Duby a recours aux « ouvrages d’agronomie » circulant en Europe à cette époque (dont ceux de Pietro de Crescenzi) rédigés « en langue vulgaire » et visant « un public de gens instruits, mais qui n’étaient pas tous des clercs »[28]. Il recompose une histoire contrastée des cycles de culture, avec un assolement triennal connu dans le Midi mais peu employé[29]. Pour les instruments agricoles du 13e siècle, l’historien intègre à son argumentation une documentation qu’il n’avait pas mentionnée jusque-là : les images. Elles sont nombreuses mais servent surtout à illustrer « les mois dans les calendriers sculptés au portail des églises (…) »[30]. La difficulté d’interprétation est toutefois trop importante pour savoir si ce sont bien des outils réellement utilisés dans les champs ou des représentations passe-partout. Comme pour l’époque précédente, Duby se montre particulièrement intéressé par les lieux de fabrication des outils agricoles : situés non pas seulement dans les forêts mais également dans les villes, les « artisans du fer »[31] prennent une importance de plus en plus considérable dans l’économie médiévale. Enfin, Duby insiste encore sur les nouveautés techniques de la traction animale qui modifie sensiblement la capacité de labour.

L’historien confirme ses propositions sur l’histoire des techniques agricoles dans son Guerriers et paysans. Il y réaffirme avec force une nécessaire prudence à l’endroit des sources et des moyens de bien connaître la technique agricole médiévale :

« De ces outils, nous ne savons à peu près rien. Il (sic) sont sans conteste moins bien connus que ceux des paysans du Néolithique. Les textes, les rares textes de ce temps, n’apprennent rien sur eux ; ils livrent des mots ; encore s’agit-il de mots latins transposant maladroitement le langage vulgaire, désuets et mal faits pour exprimer la réalité quotidienne. Sous ces vocables, comment discerner l’objet, sa forme, sa matière, donc sa plus ou moins grande efficience ? »[32]

L’historien répète sa démonstration concernant, pour la période carolingienne, la piètre efficacité des charrues dont la pointe était au mieux « d’une mince chape de métal »[33]. Les véritables innovations techniques apparaissent après, du 9e au 12e siècle. Des espèces végétales sont sélectionnées, la culture de l’avoine devient essentiel pour la « civilisation cavalière » qui émerge[34]. Duby se montre très attentif à cette diversité des plantes, notamment celles servant à nourrir les hommes. Il évoque « le problème des légumineuses » dont il se demande si elles étaient cultivées « dans les champs », en « alternance avec (…) [l]es grains »[35].

S’il ne change pas son interprétation des progrès de la charrue, Duby avance une hypothèse assez forte sur les raisons de l’irruption massive des techniques de métallurgie, non seulement pour l’agriculture mais aussi pour la vie quotidienne en général :

« Après l’an mille les progrès de la métallurgie sont incontestables dans toute l’Europe, et ce fut d’abord le désir de l’aristocratie d’améliorer son équipement de combat qui les stimula. Mais depuis les demeures des chevaliers, l’usage du métal se diffusa dans la paysannerie. Tout comme l’usage du cheval : le progrès des techniques rurales procède – et c’est un autre aspect du passage d’une économie de la guerre à une économie fondée sur l’agriculture – de l’application, retardée, au travail des champs des outils de l’agression militaire. Ce phénomène se produisit pendant le 12e siècle. »[36]

Une nouvelle fois, cette mutation technique, est corrélée à une série de changements sociaux. L’historien insiste sur le fait que le développement de la métallurgie a eu pour conséquence une rupture dans l’ordre social. L’équipement devient cher, surtout si on le compare à la valeur foncière. Il en résulte un déplacement sensible du rapport de force entre les pauvres ne disposant que de leur force de travail et les riches capables de mobiliser des outils coûteux :

« Parce que la charrue et son attelage sont des biens meubles, parce qu’ils sont moins protégés que la terre par les solidarités familiales, parce que leur possession est plus étroitement liée au mouvement de l’argent, et surtout parce qu’on peut plus aisément les saisir, la classe des travailleurs devient ainsi plus vulnérable à l’égard des riches. »[37]

L’écart est à la fois social et géographique, puisque les régions méridionales sont moins rapidement touchées par ce mouvement d’ensemble.

En résumé, Duby a établi une histoire sociale des techniques agricoles qui s’inquiète des forces de percolation entre les différentes classes sociales. Son insistance à montrer que le fer devient un enjeu pour situer les stratifications sociales lui permet de dégager une vue d’ensemble sur les transformations à l’œuvre entre l’époque carolingienne et le Moyen Âge classique : les guerriers qui commandent l’usage du métal vont accompagner l’émergence d’une activité distincte de la paysannerie. Parallèlement, les équipements mobiles ainsi produits deviennent des points d’inflexion pour affermir des séparations inter-classe.

Techniques de guerre 

Le dimanche de Bouvines (1973) constitue, à mon sens, le chef d’œuvre de Duby, son point d’accomplissement en tant qu’historien. Tout y est : une contrainte impossible pour un historien peu enclin à « l’histoire bataille » (i.e. raconter une de ces « journées qui ont fait la France », comme l’indique le nom de la collection qui accueille le livre), un style flamboyant, une thèse audacieuse (que l’on pourrait résumer comme suit : « la bataille ce n’est pas la guerre (…) c’en est l’inverse. La bataille c’est une procédure de paix »[38]), un appareil critique non pas absent mais à distance. Et Duby de faire de cet exercice historiographique très académique un tour de force épistémologique et stylistique : Bouvines n’est pas seulement une lecture syntagmatique de la guerre au Moyen Âge, c’est aussi une attention soutenue aux réemplois successifs de la mémoire – thème qui nous est aujourd’hui absolument familier, mais qui n’a rien d’évident à l’époque.

le-dimanche-de-bouvines-442626

Dans cet ouvrage innovant à tout point de vue, quelques pages – précieuses – sont consacrées aux techniques militaires. Elles donnent à voir la poursuite d’une réflexion sur l’importance de l’artefactuel dans les transformations sociales et culturelles d’une époque. Non pas qu’il s’agisse de nouer des chaînes causales directes et simples (dans un sens ou dans un autre) entre le surgissement d’une technique spécifique et des mutations sociales ; mais il n’en reste pas moins que les articulations, complexes et parfois contradictoires, entre certains objets nouveaux et des pratiques sociales qui leur sont associées ont particulièrement intéressé Duby.

Dans la poussière et le vacarme du combat, deux classes sociales cohabitent : ceux qui « se battent à pied » et ceux qui « se battent à cheval ». « Deux parts inégales »[39], constate l’historien. Et même si les ajustements ne sont pas parfaits, c’est bien la « division fondamentale »[40] du corps social qui est ici en jeu. La « théorie des trois ordres », dont Duby soutient qu’au moment de Bouvines elle est déjà en place depuis deux siècles, trouve à s’incarner (au moins partiellement) dans la furie des combats guerriers. La vision « sacrale du corps social » impose que « seuls les chevaliers » disposent de

« l’équipement complet du guerrier, dont la pièce symbolique demeure l’épée, la longue épée de la tradition franque, mais dont l’élément majeur, celui dont les progrès dans l’art militaire ont, au cours du 12e siècle, affirmé l’efficacité décisive, est le cheval de combat. »[41]

Mais le réel n’est pas la reconduction parfaite d’un schéma de partition de la société. Car « sur le champ de Bouvines, si tous les piétons sont bien gens de basse naissance, et si tous les chevaliers, tant que leur destrier, étripé, n’a pas été mis hors d’usage, sont effectivement montés, on voit aussi des cavaliers qui n’appartiennent pas à l’ordre chevaleresque »[42]. Les « sergents », « auxiliaires tirés du peuple », ne sont toutefois pas confondus « avec les combattants nobles »[43], même s’ils ont le même harnachement. Les sources de l’histoire des techniques militaires sont aussi minces et dispersées que celles des techniques agricoles. Duby remarque, une nouvelle fois, que s’appuyer sur les images est insuffisant : « il est difficile d’assigner une date certaine à la plupart des œuvres peintes ou sculptées. Et l’on ne peut jamais dire si l’artiste a tenté de reproduire fidèlement ce qu’il voyait, ou s’il a copié d’anciens modèles »[44]. Malgré tout, quelques traits caractéristiques de l’équipement militaire apparaissent. D’abord, il n’y a nulle standardisation des armes et des protections. Les coûts de ces dispositifs de combat déterminent en grande partie cette diversité des protections et des arsenaux. Duby fait remarquer qu’au 13e siècle, la circulation de la monnaie atteint un niveau suffisamment élevé pour que « les dépenses de guerre s’accroissent sans cesse »[45]. Et cette manne financière participe aussi d’une progression sensible des techniques d’armurerie. Les instruments d’attaque anciens sont toujours prisés sur le champ de bataille : « lance » et « épée longue », auxquelles doivent être ajoutés « quelques outils crochus et pointus plus agressifs »[46]. Mal jugées, considérées comme des instruments « perfides », ces armes « n’honorent point. Elles tournent les règles du jeu »[47]. Typiquement, les « crochets » rompent « l’ordre social puisqu’ils aident des guerriers de la classe inférieur à tirer à bas de leur monture les hommes du plus haut rang (…) »[48]. Si la hiérarchie de la société a un sens, c’est parce qu’il est théoriquement impossible de la renverser. Les armes qui ramènent les chevaliers à une condition inférieure sont potentiellement des outils de subversion ; leur efficacité ne réside pas tant dans l’issue du combat qu’elles promettent que dans le geste déstabilisateur qu’elles réalisent.

Chevaliers du Moyen Âge, s.n (S.l) (crédits : BnF, via Gallica.fr)
Chevaliers du Moyen Âge, s.n (S.l) (crédits : BnF, via Gallica.fr)

Si les armes d’attaque se perfectionnent, les ensembles de protection sont également travaillées par une série d’évolutions majeures. L’armure connaît une extension sensible : outre « le crâne, le torse et les cuisses », il s’agit désormais de couvrir « les bras, les jambes, le bas-ventre, le visage et le cou »[49]. C’est ainsi que « manches », « chausses de métal » et « ventaille » enveloppent les parties du corps jusque-là offertes au tranchant des armes. Cette progressive dissimulation du chevalier n’est pas seulement défensive. Car c’est bien « le lent déploiement du courage »[50] qui est rendu possible par cette relative immunité. Et la chevalerie de retrouver, en ce point précis de l’équipement militaire, les valeurs qui la définissent en tant qu’ordre social supérieur.

*

*          *

Pour les techniques agricoles comme pour celles de la guerre, Duby a esquissé un schéma historique que l’on peut résumer de la sorte : l’outillage, l’instrumentation, l’inventivité technique s’enracinent dans un ordre social donné qu’ils viennent ensuite travailler, modifier, modeler jusqu’à, parfois, le transformer sensiblement. C’est ainsi que l’émergence de la charrue et des outils en métal dans les campagnes a introduit une différenciation sociale plus forte. Le capital technique devient peu à peu un moyen pour ceux qui peuvent l’acheter de dépasser les contraintes foncières. De même, l’armure, comme réponse aux poussées sociales tirant le cavalier vers le bas grâce à de nouvelles armes, se conçoit comme un moyen de retrouver les conditions optimales d’une tenue courageuse sur le champ de bataille.

L’on est saisi par ce type d’analyse qui articule avec fluidité les superstructures sociales et les infrastructures techniques. Chez Duby, les unes ne vont pas sans les autres. Et l’arrière-plan marxiste est d’autant plus net que dans ses conversations avec Guy Lardreau, l’historien revendique le droit de penser en termes de classe et de référer à Marx pour penser les rapports idéologiques antagonistes[51]. L’histoire des techniques de Duby est donc une histoire qui se branche directement sur la dialectique entre l’ordre social et l’émergence des techniques. Le rapport qui se noue n’est jamais donné d’avance. Une technique ne permet pas nécessairement l’émergence d’une classe ou la submersion d’une autre. En revanche, il se passe quelque chose qui travaille en profondeur les structures sociales lorsqu’un instrument en vient à transformer la façon de cultiver ou la manière de combattre. Et c’est précisément la plasticité du social que Duby s’est donné pour objet.

Même si cette histoire des techniques d’inspiration marxiste n’est jamais présentée comme telle, elle n’en demeure pas moins un élément essentiel dans l’œuvre de Duby. Cela relève d’une exigence analytique qui porte sur la capacité de l’histoire à rapprocher des plans de l’activité humaine et de ses représentations qui semblent a priori éloignés. Ce n’est pas le moindre des exploits que d’avoir, sans bruit, proposé des juxtapositions dont la suggestivité reste manifeste cinquante ans après leur formulation.

Jérôme Lamy (JeromeLamy79)

Image en bandeau : vigneron, détail de la rosace ouest de la cathédrale Notre-Dame de Paris, via la page Cathédrales gothiques.


[1] Georges Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, Gallimard, 1978.
[2] Georges Duby, Hommes et structures du Moyen Âge I : La société chevaleresque, Paris, Flammarion, 1988.
[3] Je n’aborderai pas dans ce texte les rares allusions aux mathématiques soutenant l’effort architectural dans Le temps des cathédrales. Les remarques sont précieuses mais incidentes (Georges Duby, Le temps des cathédrales. L’art et la société 980-1420, Paris, Gallimard, 1976, pp. 143-144).
[4] Georges Comet, « L’équipement technique des campagnes », Études rurales, n° 145-146, 1997, pp. 103-112, Mathieu Arnoux, « Paysage avec cultures et animaux. Variations autour du thème des pratiques agraires », Études rurales, n° 145-146, 1997, pp. 133-145.
[5] Georges Duby, La société au XIe et XIIe siècles dans la région mâconnaise, in Qu’est-ce que la société féodale ?, Paris, Flammarion, 2002, p. 289.
[6] Ibid., p. 288.
[7] Ibid., p. 290.
[8] Georges Duby, « La révolution agricole médiévale », Revue de géographie de Lyon, vol. 29, n° 4, 1954, p. 361.
[9] Ibid., p. 361.
[10] Ibid., p. 361.
[11] Ibid., p. 361.
[12] Karl Marx, Le Capital, Livre I, chapitre XV, Paris Gallimard, 1963, p. 463, note (a).
[13] Georges Duby, « La révolution agricole médiévale », Revue de géographie de Lyon, vol. 29, n° 4, 1954, p. 362.
[14] Ibid., p. 362.
[15] Ibid., p. 362.
[16] Ibid., p. 363.
[17] Georges Duby, « Techniques et rendements agricoles dans les Alpes du Sud en 1338 », Annales du Midi, vol. 70, 1958, p. 403.
[18] Ibid., p. 404.
[19] Ibid., p. 407.
[20] Ibid., p. 407.
[21] Ibid., p. 407.
[22] Ibid., p. 410.
[23] Ibid., p. 412.
[24] Georges Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes, in Qu’est-ce que la société féodale ?, Paris, Flammarion, 2002, pp. 667-669.
[25] Ibid., p. 668.
[26] Ibid., p. 671.
[27] Ibid., p. 672.
[28] Ibid., p. 747.
[29] Ibid., p. 754.
[30] Ibid., p. 767.
[31] Ibid., p. 769.
[32] Georges Duby, Guerriers et paysans, VIIe-XIIe siècles, Paris, Gallimard, 1973, p. 22.
[33] Ibid., p. 24.
[34] Ibid., p. 213.
[35] Ibid., p. 215.
[36] Ibid., p. 219-220.
[37] Ibid., p. 222.
[38] Georges Duby, Le dimanche des Bouvines, 27 juillet 1214, Paris, Gallimard, 1973, p. 190.
[39] Ibid., p. 33.
[40] Ibid., p. 34.
[41] Ibid., pp. 34-35.
[42] Ibid., p. 35.
[43] Ibid., p. 35.
[44] Ibid., p. 35.
[45] Ibid., p. 36.
[46] Ibid., p. 37.
[47] Ibid., p. 37.
[48] Ibid., p. 37.
[49] Ibid., p. 38.
[50] Ibid., p. 38.
[51] Georges Duby, Guy Lardeau, Dialogues, in Qu’est-ce que la société féodale ?, Paris, Flammarion, 2002, pp. 1652-1661.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *