Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2)

La première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps s’est déroulée le 10 janvier dernier. Nous livrons dans ce billet et dans un autre à paraître bientôt un compte rendu de ce qui y a été exposé. C’est pour nous une expérimentation. En effet, les recherches et les discussions de séminaire ne sont généralement pas diffusées — et pour cause —, ou bien alors les notes circulent « sous le manteau » entre collègues plus ou moins impliqués. Animé par les mêmes chercheurs qui contribuent à cet axe « SoS » du Printemps, le Carnet Zilsel propose ici une réimplantation dans la blogosphère scientifique de ces contenus, évidemment retravaillés pour l’occasion. C’est une façon de rendre visibles et préhensibles ces connaissances et hypothèses, énoncées ici sous une forme intermédiaire et assurément provisoire. Autrement dit, une manière de vraiment présenter la recherche « en train de se faire ».

Les coorganisateurs du séminaire, Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ont retenu cette année le thème « sciences/politique ». Dans l’introduction de cadrage, Arnaud en propose une rapide mise en perspective ; puis Morgan présente les grandes lignes d’une recherche en cours sur les sciences de la stratosphère, laquelle met précisément en jeu les relations entre science et politique. Son exposé est ensuite commenté par Jérôme Lamy. Ce billet reconstitue la première partie d’une séance de trois heures. L’autre partie, consacrée à l’enquête menée par Jérôme sur les sciences de gouvernement, sera publiée prochainement sur le carnet.

Quelques associations plus ou moins libres

/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d'écran Word 2010)
/, (, ©, « », , [AIME] : la virtuosité conceptuelle assistée par traitement de texte (source : copie d’écran Word 2010)
Pour débuter cette première séance de l’année du séminaire de « sociologie des sciences », organisé au laboratoire Printemps (CNRS/UVSQ) par Morgan Jouvenet et Arnaud Saint-Martin, ce dernier revient sur la réflexion qui les a conduit à renouveler sa thématique. Cette année ce cycle de séminaires est consacré à un thème classique : « sciences et politique ». Comme l’indique d’emblée Arnaud, les petits malins pourront jouer à l’infini avec les associations de sens stimulées par ce couple qui en appelle d’autres (savoir/pouvoir, typiquement) : science (au singulier) slash politique (au singulier) ; sciences (au pluriel) versus Politique (au singulier majuscule) ; sciences politiques (le tout au pluriel), politiques scientifiques et politiques de la science (pour faire hype) ; sciences du politique (successivement pluriel et singulier), etc. Si l’on ajoute à ces mots des compléments de vocabulaire, les choses iront en se compliquant : champ scientifique slash ou versus ou « et » champ politique ; mondes scientifiques et mondes politiques à l’intersection desquels s’établissent des arènes politiques ; écologies scientifiques arcboutées sur leur territoire socio-épistémique et s’alliant à d’autres (politiques, donc), pour persévérer dans leur constitution native, etc. Par-delà le fétichisme des mots – et pour le dire plus concrètement –, ce qui est visé c’est la relation entre science et politique, soit des espaces socio-intellectualo-professionnels qui continuent d’être à part, ou alors qui ne se recoupent que selon certaines modalités à spécifier et/ou explorer ; autrement dit, ce sont les modes par lesquels s’exerce un effort collectif de démarcation de part et d’autre de la frontière (un boundary work, comme on dit depuis belle lurette en sociologie des sciences).

Là encore, les mots circulent pour qualifier ces dynamiques multidimensionnelles et il n’est pas toujours aisé de détecter, sous l’apparent concept, le buzzword qui disparaîtra à la première pseudo-révolution conceptuelle. Arnaud en cite toute une série : interaction, dialogue, entremêlement, contrat, entrelacement, ou encore, quand tout s’emmêle, hybridation, confusion, indifférenciation ; sans oublier des mots désignant des formes de sujétion d’un monde à un autre : interférence, influence, pénétration, domination, implémentation, « au service de », pilotage, mise en œuvre, mise en forme, mise à l’agenda, mise en synergie, etc. (Un jour, dit-il, il faudra que quelqu’un se dévoue pour engager une critique socio-sémantique de la formule endémique et paresseusement actualisée dans la novlangue gestionnaire de la « mise en ».) De quoi ajouter au vocabulaire déjà foisonnant des sociologues des sciences et techniques, et possiblement aussi à celui des mondes techno-scientifiques dans lesquels — allez savoir pourquoi, allez savoir comment — leurs recherches « performent ».

Infrastructure cognitive : salle de séminaire, Laboratoire Printemps (crédit : Arnaud Saint-Martin ft. Instagram)
Infrastructure cognitive : salle de séminaire, Laboratoire Printemps (crédit : Arnaud Saint-Martin ft. Instagram)

L’an passé le séminaire de « sociologie des sciences de l’environnement » nous a déjà permis de voir, à partir d’études de cas, comment les mondes scientifiques et politiques entrent en relation, comment les territoires professionnels se transforment lorsque ces contacts s’intensifient, ou comment les instances/organismes contrôlés par l’État peuvent contraindre le « pilotage » de la recherche : entre autres terrains prospectés par les intervenants de l’année dernière, le système (de systèmes) satellitaire(s) Copernicus/GMES, le « gouvernement » des ressources naturelles et/ou humaines, la géo-ingénierie à l’heure supposée de l’anthropocène… Répliquant la même stratégie, l’idée cette année est à nouveau de privilégier l’étude de zones en friche ou des terrains de prospection pour observer ces logiques.

Pour amorcer cette réflexion Morgan nous présente, lors de cette première séance, une recherche en cours sur la dynamique des sciences de la stratosphère au cours des années 1970. Comme le dit encore Arnaud dans son introduction, aux expert ès-cosmopolitique qui, à l’instar de Bruno Latour et sa troupe d’amis, dans Les atmosphères de la politique (2006), glosent sur l’avènement d’un « monde commun » qui serait hébergé par l’accueillante — mais hélas si peu respectée par l’Occident — Gaïa, la tactique consiste ici à redescendre sur terre afin de déceler, archives abondantes et entretiens à l’appui, les raisons du rapprochement du pouvoir politique et de la communauté scientifique. Selon Arnaud, Morgan réactualise, à partir d’un terrain exotique, le questionnement sur les relations entre science et politique, en nous faisant découvrir les activités et le fonctionnement de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique, organisation-frontière ou zone de frottement dont l’étude apporte beaucoup d’éléments pour documenter de façon critique et réflexive le « contrat science-société » et les baudruches aussi gonflées que « l’anthropocène ». Son exposé était discuté par Jérôme Lamy (chercheur postdoctorant au Printemps depuis le 1er janvier), et on trouvera ici un bref compte-rendu de ses remarques, à la suite de la présentation du travail de Morgan.

Les sciences de la stratosphère et leur politique. Une étude de cas

Sphères stratifiées (crédits : Nasa)
Sphères stratifiées (crédits : Nasa)

Pour cette première séance de SoS, Morgan Jouvenet présente les premiers résultats d’un travail sur les sciences de la stratosphère, entamé dans le cadre d’une enquête collective (« Go Science », pour « Qui gouverne la science ? Scientifiques, pouvoirs publics, acteurs économiques et sociaux dans la fabrique de la politique scientifique en France et en Grande-Bretagne (1961-2010) », projet ANR JC n° 2010, cf. http://go-science.fr/). Son exposé du jour se concentre sur un programme de soutien à ces sciences, mis en œuvre en France à la fin des années 1970. L’étude de ce programme permet à la fois de saisir la teneur des échanges entre monde scientifiques et politiques, à une époque charnière, mais aussi la façon dont ces échanges peuvent nourrir la dynamique d’un domaine de recherche alors en expansion. Pour cette séance de SoS, il s’agit essentiellement de restituer la logique du soutien des pouvoirs publics à ce domaine, telle qu’elle se (re)définit à ce moment-là, et la façon dont une communauté scientifique peut se saisir de cette « demande ». Mais la nature de ces sciences ouvre aussi la possibilité de s’interroger sur la manière dont divers acteurs ont pu influer sur la construction du problème du « changement global » comme objet de concertation publique. Pour le dire un peu autrement, l’enquête sur la mise en œuvre d’un programme de soutien autorise à déplier le « contrat science-société » qui sert souvent à caractériser (voire à caricaturer) les relations entre mondes politique et scientifique, ou au moins à contribuer à documenter les formes qu’il a pu prendre depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Morgan appréhende ici la relation entre « savoir et pouvoir » – pour employer à nouveau des gros mots – à travers l’observation d’un espace de relations très concret, i.e. une zone intermédiaire dessinée par des comités mis en place à l’époque sous l’égide de la Délégation Générale à la Recherche Scientifique et Technique (DGRST).

La stratosphère entre en scène

Qu’est-ce qui incite les pouvoirs publics français à inscrire l’étude de la stratosphère parmi les domaines prioritaires à la fin des années 1970 ? Comment peut-on expliquer leur soutien à l’essor de ce domaine ? Bien sûr, les acteurs politiques n’ont pas découvert l’intérêt des recherches sur l’atmosphère dans les années 1970 : dire cela, ce serait oublier l’importance acquise depuis longtemps par les savoirs météorologiques – très utiles pour l’économie nationale, mais aussi en temps de guerre… (voir par exemple Locher, 2008). Il est néanmoins possible de dire que l’agenda politique du soutien à ces recherches évolue à cette époque, le souci pour la prévision du temps à court terme et pour la solidité de ses fondements scientifiques se doublant alors d’un intérêt pour les effets de la pollution sur l’atmosphère, à moyen et long terme. Et il faut rapporter cette évolution aux débats intergouvernementaux sur les émissions de gaz aux effets nocifs pour l’environnement : pour les pouvoirs publics français, la perspective très concrète d’avoir à négocier des accords avec d’autres gouvernements sur ces émissions constitue une motivation explicite du soutien aux scientifiques.

Concorde vintage : décollage du premier avion de ligne supersonique au Farnborough Air Show 1970 (source : flightglobal.com)
Concorde vintage : décollage du premier avion de ligne supersonique au Farnborough Air Show 1970 (source : flightglobal.com)

La stratosphère, en particulier, est désormais perçue comme une « source de préoccupations importantes », du fait de la sensibilité des équilibres du « système Terre » vis-à-vis de certaines pollutions, et du point de vue des pouvoirs publics il devient alors nécessaire en effet de pouvoir consolider la position française dans ces débats, en particuliers « face aux américains » (pour reprendre quelques formules récurrentes issues des archives). Morgan s’intéresse particulièrement à un aspect de ces échanges transatlantiques, qui touche le fleuron de l’aéronautique française de l’époque, i.e. le programme Concorde. En effet, dans les années 1970, les pouvoirs publics américains voient d’un mauvais œil la possible extension de ce programme – qu’ils accusent d’altérer la couche d’ozone stratosphérique. Bien sûr, de leur côté les français apparaissent très énervés par ce soupçon, qui n’est pour eux qu’une manifestation protectionniste mal déguisée sous des arguments environnementalistes. Mais l’important ici est que ces doutes nourrissent la création en France du Comité d’Etudes sur les Conséquences des Vols Stratosphériques (COVOS) – qui finance à partir de 1972 des travaux sur la stratosphère.

Les activités du COVOS s’arrêtent en 1976 sur un bilan rassurant pour le Concorde (ouf !). Les recherches conduites par les chercheurs français laissent en revanche penser qu’il y a un bien un problème au niveau de la couche d’ozone stratosphérique terrestre. C’est une raison qui favorise la poursuite du soutien à ces chercheurs, hors du cadre trop étroit fourni par le programme du COVOS, et donc la mise en place d’une Action Complémentaire Coordonnée (ACC) « physico-chimie de la stratosphère », sur la période 1976-1983. Cette mission est confiée à la DGRST, qui doit « susciter un nouvel effort des laboratoires français » afin d’« améliorer la connaissance de la stratosphère et des processus physico-chimiques dont elle est le siège de manière à être à même de prévoir et éventuellement de prévenir les effets de l’injection de substances polluantes anthropogéniques » (pour citer encore les termes des documents officiels).

Le déroulement de cette mission va laisser beaucoup de traces écrites, au sein des comités mis en place pour l’assurer… et c’est pourquoi, aujourd’hui, les archives de la DGRST constituent un observatoire particulièrement révélateur de la façon dont l’agenda des pouvoirs publics s’est construit dans ce domaine. On voit notamment que, malgré la rhétorique du « retard français » et le ton volontiers cocardier des documents, il ne s’agit pas d’assurer l’autarcie scientifique de l’Hexagone, mais bien plutôt de s’intégrer efficacement au train des programmes scientifiques internationaux (très importants en matière de sciences du climat). Au niveau du fonctionnement de l’ACC, on constate qu’au-delà des sommes distribuées, son efficacité repose aussi sur le rôle de plateforme de coordination et d’échanges entre scientifiques joué par son comité. Son fonctionnement s’accompagne en effet d’une réflexion collective permanente sur l’actualité du domaine et ses perspectives. Ce comité apparait en outre comme le théâtre d’un dialogue entre la communauté scientifique et les hommes politiques : d’une part les discours élaborés collectivement visent aussi à les assurer du bien-fondé de l’investissement public dans un domaine d’activité ; d’autre part élus et représentants des pouvoirs publics y trouvent des spécialistes qu’ils peuvent interroger afin de disposer d’informations fiables pour nourrir leurs interventions devant diverses assemblées politiques.

Émergence d’une arène

Pour terminer, Morgan indique que l’ensemble de ces observations tend à confirmer pour la France l’idée que « les dynamiques internes à la communauté scientifique ne peuvent pas, en elles-mêmes, expliquer la trajectoire à long terme des sciences de l’atmosphère » : celle-ci est aussi liée à des changements d’ordre politique de grande ampleur – ce qui suppose d’analyser les conditions dans lesquelles les communautés scientifiques peuvent acquérir de l’influence (Miller et Edwards 2001). L’analyse de Morgan permet ainsi de préciser les conditions sociales et historiques de la cristallisation du dialogue entre la communauté des « stratosphéristes » et des représentants du pouvoir politique français, au tournant des années 1980. Le soutien apporté à cette communauté s’appuie certes sur une rhétorique nationaliste, mais qui tire sa valeur des enjeux sociopolitiques globaux attachés aux résultats des scientifiques. Autrement dit, il s’inscrit dans le « projet national » qui consiste à « assurer des populations (…) contre un risque » (Mallard, Paradeise et Peerbaye 2006) – ici celui de la pollution anthropogénique.

Rotondité de la Terre observée depuis un ballon stratosphérique (source : Cnes.fr)
Rotondité de la Terre observée depuis un ballon stratosphérique (source : Cnes.fr)

Enfin, si on considère que « la science moderne n’est pas que production d’énoncés », mais aussi (« peut-être surtout », dit D. Pestre) « un mode d’être qui contribue à la maîtrise du monde », dont les savoirs « sont largement orientés vers l’action, et sont donc (…) pris dans des institutions et liés à des objectifs, des intérêts et des valeurs », qu’elle se fait à travers des institutions « qui définissent les critères d’efficacité à retenir, la norme de ce qui fait la bonne connaissance, la connaissance utile » (Pestre 2013), pour autant l’administration scientifique considérée ici (la DGRST et ses comités) n’apparait pas selon Morgan comme un vecteur institutionnel de domination des pouvoirs publics sur la communauté scientifique. Ce que l’enquête révèle en effet, c’est la constitution d’une arène (au sens de A. Strauss) dans laquelle se discutent précisément ces « critères et normes » – et plutôt entre scientifiques, du reste. De ce point de vue, on peut dire que le type de dialogue auquel on peut associer cette arène a contribué à nourrir la fin de « l’âge de l’innocence » en matière d’usage de la science (Jasanoff 2012) en confrontant les scientifiques au sens politique de leurs travaux. Loin d’être le réceptacle passif d’une « demande politique », le comité « physico-chimie de la stratosphère » apparait bien plutôt comme le lieu d’une activité scientifique et politique – non au sens d’une confusion mais bien du travail d’une articulation.

Un changement d’atmosphère ?

Entamant la discussion, Jérôme remarque que l’exposé de Morgan illustre un… changement d’atmosphère dans l’historiographie des sciences du climat : d’une part, il aborde le cas français par la double voie scientifique et politico-administrative (le plus souvent l’apanage des insiders versant dans le mémorialisme) ; d’autre part, il questionne la période charnière de la fin des années 1970 et du début des années 1980, cruciale dans la réorganisation des sciences de l’atmosphère en France (et dans le monde). Ces deux options et les choix d’un passage par les archives permettent d’envisager l’exposé de Morgan comme une sorte d’amorce d’un programme de recherche dont le soutènement serait une remise à plat de la question des rapports entre la pratique scientifique (ici, celle associée à l’étude de la stratosphère) et l’exercice du pouvoir. Cette interrogation n’est pas neutre car, en schématisant, elle fracture les Science and Technology Studies en deux blocs opposés : d’une part les tenants du méli-mélo indémêlable du scientifique et du politique et du « tout est dans tout », de l’autre, les partisans d’une séparation nette dans l’ordre des pratiques sociales, distinguant ce qui relève du politique et ce qui relève du scientifique. Entre les deux un nuancier de positions.

Jérôme souligne que la proposition de Morgan prend parti très clairement pour l’une des options (la deuxième) et qu’elle constitue un examen détaillé de la façon dont les sciences de la stratosphère bénéficient d’une double dynamique : l’une scientifique (avec le développement des sciences de l’atmosphère dans la continuité des sciences météorologiques) et l’autre politique (avec le souci de définir une réglementation susceptible de limiter la pollution, notamment au niveau de la couche d’ozone). Sachant que la dimension internationale des discussions est ici déterminante, sur les deux plans, pour l’élaboration de ce que Morgan appelle « l’agenda politique » du soutien aux sciences de l’atmosphère.

Ouvrir la « boîte noire » de la science post-68

Selon Jérôme, l’exposé de Morgan décrit très finement pour la France l’ensemble des procédures et des appareils bureaucratiques mis en place pour qu’advienne une politique scientifique orientée vers une meilleure connaissance de la stratosphère (et de ce qui peut la dégrader). La DGRST est partie prenante du dispositif (mais pas de tous les dispositifs) et la logique du financement sur projets opère via des comités spécifiques. Jérôme revient sur les espaces d’interactions entre scientifiques et politiques que Morgan décrit à partir de ce qu’Anselm Strauss appelait des « arènes politiques », i.e. des espaces constitués pour le dialogue, le rapport de force et la prise de décision (éventuellement). Il remarque aussi qu’il n’est finalement apparu clairement qu’à la fin de l’exposé que Morgan défend une position « différentiationniste » (cf. Shinn, Ragouet 2005), quand son vocabulaire a explicitement renvoyé à une séparation des pratiques scientifiques et politiques – Morgan indiquant là qu’il s’agissait d’espaces d’articulation à distinguer de zones de confusion.

Une position forte, un livre qui continue d'inspirer : T. Shinn & P. Ragouet, Controverses sur la science (2005)
Une position forte, un livre qui continue d’inspirer : T. Shinn & P. Ragouet, Controverses sur la science (2005)

Il semble à Jérôme que cette révélation tardive résulte d’un double mouvement : d’une part, l’analyse d’un montage scientifico-administratif – sorte de facilitateur et d’accélérateur des souhaits politiques et scientifiques conjugués (parce que débattus et actés en amont) –, d’autre part un cadrage épistémologique qui prend position sur le fameux doublet science-société, syntagme allergisant qui, parce qu’il opère à un niveau de généralité jamais vraiment posé comme tel, réduit le plus souvent les études de cas à quelques traits marquants.

L’étude de Morgan, apparaît, pour Jérôme, d’abord comme une formidable ouverture de la « boîte noire » administrative de la science post-68, un moyen de cerner les suites de la doctrine gaulliste et, enfin, une réflexion empiriquement fondée sur les différents modes d’articulation du savoir/pouvoir. Jérôme signale ici qu’il s’agit du reste de quelque chose de beaucoup plus fondamental qu’une simple variation sur le thème du contrat science-société.

Fécondité d’un programme de recherche

Pour conclure, Jérôme revient sur ce qui à son avis fait l’originalité et la fécondité de ce travail sur les sciences de la stratosphère en France au tournant des années 1980. Centrée sur une période délicate en ce qui concerne les politiques publiques de la recherche (le tournant de la rigueur en 1983 change la donne), l’étude proposée peut aussi mettre au jour les effets directs et massifs des grandes options politiques dépassant (et de loin) les seuls enjeux scientifiques. Autrement dit, il est des politiques publiques qui ne sont pas dirigées vers les pratiques scientifiques mais qui ont néanmoins des effets tout à fait déterminants sur ces dernières. Ensuite, les sciences de l’atmosphère sont l’exemple même d’une réorientation quasi continue de la physique du globe depuis le 19e siècle : la stratification de « l’objet-terre » en zones distribuées selon des disciplines (ou des sous-disciplines distinctes) est un processus socio-épistémique d’importance et l’on peut se demander si l’émergence d’une science consacrée à l’atmosphère ne s’inscrit pas (aussi) dans ce temps long du découpage de plus en plus fin du globe terrestre.

Enfin, la complexité du processus permettant de faire dialoguer les politiques-financeurs et les scientifiques oblige à une analyse longitudinale d’une bureaucratie spécifiquement organisée autour des savoirs de gouvernement, c’est-à-dire ces espaces de dialogue où l’on ne confond pas les rôles mais où l’on confronte les argumentaires. Car considérer la structuration des espaces sociaux d’un point de vue différentiationniste ne suppose pas des frontières infranchissables, ni des oppositions systématiques (l’exposé l’a illustré). La mise au jour de ces zones de dialogue où l’on construit très précisément les articulations du politique au scientifique relève d’une heuristique salvatrice pour défendre une position épistémologique aujourd’hui minoritaire, mais qui n’en demeure pas moins capitale pour comprendre les débats actuels, par exemple sur l’autonomie des universités.

 

Travaux cités :

Broswimmer Franz. 2010. Une brève histoire de l’extinction en masse des espèces. Marseille, Agone.
Jasanoff Sheila. 2012. Science and Public Reason. London & New York, Routledge.
Latour Bruno, Gagliardi Pasquale. 2006, Les atmosphères de la politique. Dialogue pour un monde commun. Paris, Les Empêcheurs de Penser en Rond.
Locher Fabien. 2008. Le savant et la tempête. Etudier l’atmosphère et prévoir le temps au XIXe siècle. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
Mallard Grégoire, Paradeise Catherine, Peerbaye Ashveen. 2006. « Sciences et souverainetés. Les sciences au cœur du projet national ? », Sociologie du Travail, vol. 48, n° 3 : 279-285.
Miller Clark A., Edwards Paul N. 2001. « Introduction: The Globalization of Climate Science and Climate Politics », in Clark A. Miller, Edwards Paul N. (éd.), Changing the Atmosphere: Expert Knowledge and Environmental Governance (Politics, Science, and the Environment). Cambridge & London, The MIT Press: 1-30.
Pestre Dominique. 2013. À contre-science. Politiques et savoirs des sociétés contemporaines. Paris, Seuil.
Shinn Terry, Ragouet Pascal. 2005. Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique. Paris, Raisons d’Agir.

 

 


3 réflexions au sujet de « Une sociologie des sciences de la stratosphère. Compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (1/2) »

  1. À propos de la DGRST, je me permets de signaler les publications de Vincent Duclert que j’ai découvertes seulement récemment (mais que vous connaissez peut-être déjà) :
    – « Fonder une politique de recherche : les débuts de la DGRST » avec Alain Chatriot, 2005 : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DEC_CHEVA_2005_01_0023
    – « La naissance de la délégation générale à la recherche scientifique et technique. La construction d’un modèle partagé de gouvernement dans les années soixante », 2004 http://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2004-4-page-647.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *