L’hypothèse d’un régime régulatoire des sciences et techniques. Suite du compte rendu de la première séance du séminaire de sociologie des sciences (SoS) du Laboratoire Printemps (2/2)

Suite et fin de la restitution de la première séance du séminaire SoS du laboratoire Printemps. Comme on le constatera, les deux séquences sont parfaitement complémentaires et apportent chacune un éclairage sur le thème du séminaire « science/politique ». Les recherches embryonnaires de Morgan Jouvenet sur les sciences de la stratosphère et leur politique trouvent en effet un écho dans le programme de recherche que Jérôme Lamy s’efforce de consolider depuis quelques années. Ce programme ambitieux déploie l’hypothèse d’un « régime régulatoire » des sciences et techniques, laquelle hypothèse serait en mesure de rendre compte à nouveau frais l’énigme du gouvernement « par » et « pour » les sciences. Respectant à la lettre le protocole « exposé/commentaire critique » du séminaire, Frédéric Lebaron discute ensuite l’exposé. Il propose notamment des pistes d’approfondissement à partir de ses propres travaux sur la science économique.

D’une improbable expérience de tourisme scientifique naquit une hypothèse

Dans son introduction au séminaire, Arnaud Saint-Martin s’est dit très curieux d’écouter Jérôme développer son hypothèse, pour au moins deux raisons. La première, d’ordre scientifique, tient à l’envie de savoir jusqu’où ce cadre théorique général est en mesure de démontrer sa pertinence explicative dans l’approche d’une gamme très étendue de savoirs et de pratiques savantes à diverses échelles spatiotemporelles. D’après Arnaud, le travail d’interprétation sélective d’une grande variété de données et l’ajustement conjectural-expérimental des interprétations auxquels se risque Jérôme constituent une originalité. Cette stratégie d’enquête procède par abduction, et non pas classiquement à l’aide de lourdes déductions ou d’inductions fastidieuses, et c’est pourquoi elle engendre des (re)découvertes théorico-empiriques.

La seconde raison qui explique la curiosité d’Arnaud est plus personnelle, quoique tout à fait dicible. Il se trouve que dans une vie antérieure, il a fait émerger les prémisses de ce programme avec Jérôme et qu’il se sent donc concerné. Sans l’épuiser, il évoque ce moment de créativité en roue libre au terme duquel la vague notion d’un « régime officiel » (et non point « régulatoire », à l’époque) est apparue. C’était en novembre 2006, à l’occasion d’un congrès terne et décevant de la History of Science Society (de concert avec la Society for Social Studies of Science et la Philosophy of Science Association), dans la ville pluvieuse de Vancouver. L’ambiance n’était certes pas propice à la sérendipité. C’était un séjour morne, lost in translation, une réunion pour scholars nord-américains se sur-connaissant dans laquelle les jeunes Frenchies avaient des chances de se sentir paumés. Très ironiquement il faut dire, les sociologues-historiens étaient pris dans le même complexe de dépaysement contrarié qu’éprouvèrent les astronomes-voyageurs français découvrant « l’Amérique » un siècle plus tôt, complexe dont Arnaud devait d’ailleurs restituer la rationalité dans sa communication au congrès (Saint-Martin 2008)…

Geôle académique quatre étoiles. Vancouver, si loin, si proche, depuis la chambre d’hôtel (Copyright : A. S.-M. 2006)

Arnaud se rappelle comment Jérôme et lui ont fini par sécher les conférences interchangeables et les keynotes du congrès, qui ronronnaient dans l’enceinte aseptisée du Hyatt’s. Entre deux escapades dans une ville vite explorée, l’idée d’écrire un article s’est insinuée comme trompe l’ennui. Ce papier aurait dû/pu aborder des questions d’historiographie des sciences astronomiques du 19e siècle (un sujet commun) ; mais à mesure qu’ils y réfléchissaient, Jérôme et Arnaud découvraient des points aveugles, des cas qui échappaient à leur beau récit sur l’organisation des observatoires. Et tout d’un coup, une intuition s’est imposée sur la base de ce qui apparaissaient comme autant de « cas-limites ». À l’image de la science contemplative entretenue par l’astronomie populaire se substitua celle, plus contre-intuitive pour le profane, d’une astronomie de bureau pratiquée par des « professionnels » : une science de chiffres, prévisible et hantée par la prévision (météorologique, notamment). Les exemples ne manquaient pas. Entre autres illustrations, les astronomes des observatoires publics (comme celui de Paris) avaient la charge de déterminer l’heure légale et de la diffuser via un réseau d’horloges citadines (ou après 1900, par la T.S.F). Ces pratiques cognitives, Arnaud et Jérôme décidèrent de les subsumer sous la notion d’un « régime officiel des sciences et techniques » : il ne s’agissait plus d’une anomalie à la marge du régime disciplinaire traditionnel, mais d’un régime d’activité spécifique. L’heure fabriquée par les astronomes, c’était bien plus qu’une « application », c’était une activité à part entière (avec ses règles et ses conditions de félicité), à côté de l’astronomie méridienne et de l’astrophysique alors naissante. L’air de rien, c’était là un (grand) pas de côté par rapport à la littérature en histoire des sciences astronomiques (qui négligeait pour diverses raisons les « applications » et les pratiques de calcul dans les « bureaux astronomiques »), et aussi par la bande un enrichissement de l’approche transversaliste des sciences et techniques développée par Terry Shinn[1].

Les années qui ont suivi Jérôme et Arnaud ont travaillé en tandem l’idée du « régime officiel » (voir, entre autres, Lamy & Saint-Martin 2011), respécifiée ensuite sous le syntagme « régime régulatoire » par Terry Shinn (regulatory regime en anglais, cela sonnait bien mieux en effet !). Mais parce que d’autres terrains s’offraient alors à lui, Arnaud a ensuite confié les clés à Jérôme, et depuis lors celui-ci continue de tester l’heuristicité de l’hypothèse. Dans l’exposé au séminaire SoS, Jérôme présente donc une sorte de bilan d’étape dans la définition de ce programme, avec le souci de convaincre les collègues des études des sciences et bien au-delà, de la sociologie politique et de la science politique.

Des sciences par et pour le gouvernement : Sur le régime régulatoire des sciences contemporaines

La boîte noire des sciences de gouvernement, ou comment l'illustrateur du @CarnetZilsel s'avoue en panne sèche d'inspiration
La boîte noire des sciences de gouvernement, ou comment l’illustrateur du @CarnetZilsel s’avoue en panne sèche d’inspiration

Amorçant la séance, cette communication longue d’une heure s’est donnée pour objectif d’approcher les rapports entre sciences et politique par le biais d’un effort de théorisation ancré dans une variété de situations d’enquête. La stratégie consiste à reprendre des séries de cas empiriques de première et seconde main à l’aune d’un concept à visée heuristique : le « régime régulatoire ». Avec force slides et schémas, Jérôme a étayé l’hypothèse qu’il est possible d’étendre les problématiques foucaldiennes intéressant le biopouvoir à un ensemble spécifique des savoirs produits sur l’homme et la nature. Il n’est pas question ici de dire que toutes les connaissances, dans l’absolu, sont susceptibles d’être incorporées à l’administration de l’homme et de la nature, mais de suggérer qu’il existe des modalités spécifiques d’organisation et de production de savoirs (ne portant pas uniquement sur le biologique) construites par et pour le gouvernement. Cette dernière double propriété est particulièrement importante : il s’agit d’envisager les connaissances comme des appuis pour l’action publique et, à ce titre, susceptibles d’être orientées, dans les questionnements initiaux, vers une finalité pratique de prise de décision, d’exercice de la contrainte, d’ouverture des possibles. Appuyée sur des travaux personnels concernant la socio-histoire des sciences de l’observatoire (Lamy 2007, 2010) et la recherche spatiale contemporaine (Lamy 2010 ; Lamy, Saint-Martin 2013), cette proposition théorique ouverte aux tests historico-factuels d’un régime régulatoire des sciences contemporaines est aussi adossée à de nombreuses études de cas menées en histoire, en sociologie et en science politique sans qu’elles aient été, jusqu’ici, fermement reliées entre elles.

Jérôme poursuit l’exposé en énonçant quatre grands principes qui sous-tendent la pratique des sciences régulatoires à l’époque contemporaine :

  1. Le premier principe du régime régulatoire tient compte de la composante juridique, qui est un instrument essentiel de structuration de l’État. Ce principe correspond au cadrage juridique des sciences envisagées dans leurs usages par le gouvernement ; en ce sens, le régime régulatoire est inséparable de formes légales d’organisation. Le régime régulatoire s’instaure donc par et pour le droit ; il actualise la pratique juridique en même temps qu’il déploie des modes d’expérimentation, d’observation et de conceptualisation légalement organisés.
  2. L’entrée par les carrières et la sociologie des professions constitue le deuxième principe définitoire du régime régulatoire Si l’on admet que la production de connaissances par et pour le gouvernement suscite une concurrence interprofessionnelle (Abbott, 1988), la régulation par les savoirs devient donc un « territoire », c’est-à-dire, au sens qu’en donne Andrew Abbott, un ensemble de tâches sur lesquelles un monopole de compétence et d’investissement peut être revendiqué. Ce sont donc moins des statuts professionnels qui caractérisent le régime régulatoire qu’une prise sur des activités et des revendications (plus ou moins consensuelles ou conflictuelles) sur des aires de tâches proposée pour l’action publique : scientifiques incorporés dans l’appareil d’État, experts, conseillers, lanceurs d’alerte, militants… la variété professionnelle des acteurs du régime régulatoire est grande et renvoie à l’hétérogénéité constitutive d’une action par et pour le gouvernement.
  3. Le régime régulatoire, c’est là sont troisième principe, se caractérise par des espaces de transactions temporaires dans lesquels les différents acteurs sont appelés à produire des connaissances et à discuter : commissions ad hoc, consultations plus ou moins élargies, agences gouvernementales ou intergouvernementales, activités de conseil, services scientifiques de l’administration publique forment une bureaucratie de la régulation. Chargée de fournir des perspectives, de tracer des horizons d’attentes politiques et de définir les contours d’une politique publique par la voie du consensus, cette bureaucratie de la régulation n’est pas figée, ni même constituée en tant que telle par le politique.
  4. Le quatrième principe qui permet de définir le régime régulatoire est l’adossement des pratiques à un réseau de valeurs consubstantielles à l’État. L’objectif du régime régulatoire de la science est de servir l’intérêt général (et pas simplement le gouvernement). L’État instaure, gère et contrôle des secteurs spécifiques de l’activité savante dans le but de répondre à une demande sociale plus ou moins large. Ce régime de prestation réglementé par un dispositif juridique repose par conséquent sur un ordre normatif universaliste : l’exercice de la science pour le bien commun est une norme fondamentale par rapport à laquelle un ensemble de normes particulières sont hiérarchisées, le tout formant un système plus ou moins rigide de prescriptions.
Suggestion de lecture pour monter en régime : Jérôme Lamy, L’observatoire de Toulouse aux 18e et 19e siècles (PUR, 2007)
Suggestion de lecture pour monter en régime : Jérôme Lamy, L’observatoire de Toulouse aux 18e et 19e siècles (PUR, 2007)

Le régime régulatoire dont Jérôme fait l’hypothèse se veut avant tout un concept pratique pour travailler des problématiques communes aux science studies et à la science politique. La conceptualisation laisse la part belle à l’hétérogénéité (des acteurs, des pratiques, des référentiels) et la notion même de régime (qui laisse parfois entendre une certaine forme de rigidité heuristique) est ici employée dans un sens ouvert, principalement descriptif d’une certaine convergence d’activités savantes orientées par et pour le gouvernement. Dans le même temps, ce régime régulatoire des sciences contemporaines n’est pas un indéfini sociologique qui se contenterait d’être un surlignement du monde (savant) tel qu’il est. La spécification par le droit, les espaces professionnels, la bureaucratie et les valeurs de référence offre un cadrage souple, mais néanmoins visible qui permet de ne pas tout confondre ou tout amalgamer — faute de quoi on n’y comprendrait plus rien.

L’effort théorique ici entrepris par la proposition théorique de Jérôme tente de faire se tenir ensemble une approche structurée du monde social, des espaces dialogiques aux reliefs prononcés et des principes moraux et juridiques condensés dans des formats d’action. La tendance dans les sciences studies à considérer la « co-construction » de l’activité publique par les chercheurs et les politiques comme une évidence nuit considérablement à la compréhension des processus décisionnels. L’hypothèse d’un régime régulatoire pour penser dans leur généralité la plus grande les pratiques de connaissances orientées par et pour le gouvernement se veut, avant tout, un moyen épistémologiquement robuste de construire des problématiques renouvelées. Il s’agit, en l’état, d’un work in progress qui demande à la fois des mises à l’épreuve empirique et des affinements théoriques.

Gagner (encore) en généralité ?

Frédéric Lebaron est très heureux de participer à ce premier séminaire SoS et tout particulièrement d’introduire la discussion de l’article de Jérôme Lamy, qu’il a trouvé très stimulant, et ouvrant beaucoup de perspectives. Voulant rester bref, Frédéric ne développera pas tous les points qui l’ont intéressé dans l’article, mais seulement quelques éléments particulièrement saillants de son point de vue.

Il commence par souligner qu’il est devenu trop rare de lire des textes ambitieux assumant leur caractère théorique comme celui-ci, du moins sous la forme d’articles dans les revues de sociologie, même c’est plus souvent le cas dans les introductions de livres collectifs ou les livres proprement dits, qui sont souvent des moments d’affirmation dans un parcours intellectuel. C’est d’ailleurs le cas pour Jérôme, cet article étant aussi la base d’un projet de recherche.

En partie synthèse de travaux, en partie exposé d’un cadre et en partie programme, le texte de Jérôme est donc de cette nature ; Frédéric se réjouit d’avoir été conduit à le lire, et remercie les organisateurs du séminaire SoS de l’avoir sollicité pour cela.

L’objectif explicite de ce texte est de créer les conditions d’un dialogue fructueux ou plus fructueux entre les sciences studies et la science politique. Le moyen adopté pour cela est l’élaboration d’un cadre conceptuel forgé autour du concept de « régime régulatoire », qui doit permettre de mieux penser les rapports entre ces deux pôles (qui renvoient donc aussi à des traditions disciplinaires) que sont le politique et la science. La notion de « régime régulatoire » a pour fonction d’éviter la dilution de l’un des pôles dans l’autre sans pour autant entériner une autonomie absolue ou définitive de l’un par rapport à l’autre. Pour éviter les raccourcis et les faux dépassements, le parti pris de Jérôme est celui d’une double historicisation de la science et de l’État, et d’une tentative d’explicitation poussée de son modèle d’analyse.

Jérôme mobilise ainsi de nombreux cadres et concepts sans céder à l’œcuménisme (il prend clairement ses distances avec le « latourisme », sans pour autant suivre toutes les préconisations d’Yves Gingras). Il déploie un modèle souple et transposable tout en critiquant vivement certains concepts et leurs utilisations routinières (avec l’exemple de la notion d’« expertise »).

Le cadre conceptuel adopté mobilise quatre grands principes analytico-théoriques (le droit, la profession et les carrières, la bureaucratie, et enfin l’éthique de l’intérêt général), qui sont articulés pour définir ensemble ce qu’est un « régime régulatoire ». À ce niveau très général est adossé un appareillage conceptuel riche, qui mobilise des notions spécifiques comme « statut professionnel », « prise sur les activités », mais aussi qui récuse certaines notions trop floues (comme celle d’« expertise »). Enfin, chaque analyse est illustrée par des exemples empruntés aux recherches de Jérôme mais aussi à celles de nombreux autres auteurs. Ces exemples riches sont évidemment présentés de façon brève mais suggestive, dans la mesure où ils illustrent bien la portée heuristique de la problématique et des concepts proposés.

La science économique comme nouveau terrain-test

La meilleure façon pour Frédéric de « tester » la pertinence du cadre proposé était de l’appliquer à l’univers de la science économique, sur lequel il travaille depuis (déjà) de nombreuses années (voir notamment Lebaron 2010).

Frédéric Lebaron, La crise de la croyance économique (Croquant, 2010)
Frédéric Lebaron, La crise de la croyance économique (Croquant, 2010)

Frédéric indique d’emblée que le modèle proposé par Jérôme s’applique particulièrement bien à l’univers de la science et de la politique économiques. On y retrouve en particulier un écheveau de groupes professionnels en interactions permanentes et en compétition pour étendre leur « jurisdiction », espace qui se structure dans une autonomie relative, et en perpétuelle relation avec le « monde extérieur » (c’est-à-dire les pouvoirs politiques, administratifs et économiques). Si le cadre juridique est toujours structurant (en fixant des contraintes et des limites à l’activité des économistes, par exemple s’agissant du budget de l’État ou des règles régissant les contrats de recherche, les « expertises », etc.), l’autonomie de l’espace scientifique est un enjeu permanent des relations avec des pouvoirs très divers et plus ou moins prégnants : l’État, à travers les ministres des finances et les banques centrales, le système financier à travers ses principaux acteurs que sont les banquiers et les gestionnaires de fonds, mais aussi les partis politiques, les organisations patronales et syndicales, etc., qui produisent des discours économiques à visée « performative » adossés à des savoirs à prétention scientifique.

Pour Frédéric, on a donc à la fois un espace autonome multidimensionnel, dont les marqueurs sont un certain nombre d’instruments et de pratiques cognitives et discursives propres, et un environnement tout aussi multidimensionnel (que Frédéric, à la suite de Bourdieu, appelle « champ du pouvoir »), qui est en étroite « connexion » avec celui-ci. La multidimensionnalité de ces deux structures fait que le parti d’historicisation et de contextualisation de chacune de leurs relations s’impose au chercheur en sciences sociales. Frédéric constate d’ailleurs que peu nombreux sont les chercheurs à avoir osé s’atteler à ce type d’analyse qui combine la sociologie des politiques publiques, la sociologie de la quantification, la sociologie des discours et des catégories cognitives. Si des travaux récents ont porté sur le Conseil d’analyse économique en France, on sait trop peu de choses sur le fonctionnement des services économiques des banques centrales, des ministères des finances, sur le rôle des économistes au sein des organisations partisanes ou syndicales. Alors que les observations montrent que ce rôle est très important, sinon crucial. Jusqu’aux positions dirigeantes elles-mêmes : des économistes (à divers sens) sont souvent présents à la tête des organisations économiques officielles, voire des ministères et des gouvernements.

Une proposition : raccrocher à la sociologie économique

Frédéric pense même que le modèle proposé s’étend au « champ économique » dans un sens plus large, celui que retient Bourdieu dans son article éponyme : la place du droit, l’espace des carrières, la transformation de l’État et enfin les enjeux normatifs (la redéfinition des catégories de l’intérêt général et de l’universel) sont aussi des grilles d’analyse pertinentes pour qui souhaite étudier un « marché », une « branche » particulière de l’économie, voire la dynamique macroéconomique et monétaire dans son ensemble…

Un terrain déjà arpenté par Jérôme, où le régime régulatoire est accommodé à la sauce néo-libérale. Le Berlaymont, Commission européenne à Bruxelles (copyright : A. S.-M. 2014)
Un terrain déjà arpenté par Jérôme, où le régime régulatoire est accommodé à la sauce néo-libérale. Le Berlaymont, Commission européenne à Bruxelles (copyright : A. S.-M. 2014)

Rares sont les secteurs économiques dans lesquels la « science » sous une forme ou sous une autre n’est pas présente, surtout dans les économies tertiarisées contemporaines, et c’est bien à la nature de cette présence qu’il est nécessaire de s’intéresser et sur laquelle il faut faire porter les investigations empiriques. Ici, Frédéric suggère que l’on prenne au sérieux l’idée d’une « performativité » de la science économique, à condition bien sûr de ne pas séparer l’activité des économistes (production de textes, de rapports, etc.) des « lieux de pouvoir » au sein desquels elle prend sens, est reçue, interprétée, etc. Cela sans bien sûr laisser de côté les autres espaces scientifiques, complémentaires ou concurrents qui participent à la construction des ordres étatiques et marchands contemporains.

D’ailleurs, Frédéric pense que c’est précisément autour des liens avec l’économie que le texte de Jérôme pourrait encore être précisé, en tant que programme de recherche. En effet, si l’on admet la pertinence d’une « économie politique » dans le domaine de la science dans ses rapports avec la politique, il serait intéressant de décrire les acteurs économiques proprement dits (notamment les grosses entreprises dans les secteurs concernés). Leur rôle est central dans la transformation de la définition du « bien commun » et de l’intérêt général, dans la réforme néolibérale de l’État, dans les changements affectant le droit et les groupes professionnels eux-mêmes, avec de plus en plus de carrières aux frontières du « public » et du « privé ». Frédéric plaide ainsi pour un rapprochement de la sociologie politique de la science telle que Jérôme la conçoit et de la sociologie économique, dans une conception large inspirée par les travaux de Fligstein, Dobbin, Bourdieu et d’autres, c’est-à-dire intégrant l’État  dans l’analyse des marchés.

Il pense que l’on peut difficilement aujourd’hui laisser de côté les fondements et les logiques économiques des stratégies, même dans l’espace scientifique, sans pour autant en faire des déterminants « en dernière instance », selon l’expression d’Althusser. De la même façon que Jérôme travaille à faire converger science studies et science politique, Frédéric propose un pas supplémentaire dans le projet théorique, en suggérant une articulation encore plus étroite à l’économie politique au sens large. Évidemment, cela ne peut être l’œuvre d’un seul chercheur (chacun ayant ses compétences et ses intérêts) mais l’enjeu d’un programme de recherche collectif et transdisciplinaire.

 

Travaux cités :

Abbott, A., 2008, The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago, The University of Chicago Press.
Lamy, J., 2007, L’observatoire de Toulouse aux 18e et 19e siècles. Archéologie d’un espace savant, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.
Lamy, J., 2010, « Grandeur scientifique et politiques de l’espace : la création et le transfert du CNES (1958-1974) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 58-1 : 156-177.
Lamy, J., Saint-Martin, A., 2011, « Pratiques et collectifs de la science en régimes. Note critique », Revue d’histoire des sciences, T. 64 : 377-389.
Lamy, J., Saint-Martin, A., 2013, « Faire politique d’un système d’observation de la Terre : l’élaboration du programme européen Copernicus/GMES (Global Monitoring of Environment and Security », L’année sociologique, vol. 63/2 : 429-472.
Lebaron, F., 2010, La crise de la croyance économique, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.
Saint-Martin, A., 2008, « The New Astronomical Eldorado: The French Understanding of American Astrophysics, 1900-1920 », Nuncius. The Journal of the History of Science, vol. 23, n° 1, p. 91-113.

 


[1] Dans un prochain billet, nous reviendrons sur cette approche en termes de « régimes » à laquelle des membres du @CarnetZilsel ont contribué. Près de dix ans après la parution de l’ouvrage de Terry Shinn et Pascal Ragouet, Controverses sur la science (2005), dresser un premier bilan pourrait s’avérer utile.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *