Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale

Depuis l’engagement du Processus de Bologne et de la Stratégie de Lisbonne, l’Union européenne et les pays membres ont pour ambition de bâtir « la première économie mondiale fondée sur la connaissance ». L’accélération du rythme de la recherche et des processus de « transmutation » des énoncés scientifiques en Startups innovantes est au cœur des préoccupations politiques, de droite comme de gauche. La réalisation d’un tel projet requiert de former les chercheurs à l’entrepreneuriat et de leur inculquer « l’esprit d’entreprise ».

Le « mode 2 », prophétie à réaliser

La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)
La thèse, continent perdu ? (Source : Brian Taylor, The Chronicle, 2014)

Il ne sera pas question ici de retracer l’histoire de la construction de l’Espace européen de la recherche et celle de l’Espace européen de l’enseignement supérieur (voir I. Bruno, 2008). On peut néanmoins constater, à la suite de P. Brunet et M. Dubois (2012), que du point de vue des registres de justification ces dynamiques de reconfiguration de la recherche procèdent pour partie de l’influence de certaines « théories » des Sciences and Technology Studies (STS), les mêmes qui vantaient hier – et plus timidement aujourd’hui – l’avènement d’un « mode contextualisé de production de connaissances » et l’affaiblissement corrélatif des frontières entre laboratoires académiques et industries. Comme le rappelle D. Pestre, l’analyse posée par H. Nowotny (actuellement président de l’European Research Council) et M. Gibbons dans le manuel à l’usage des « décideurs » en matière d’économie du capital cognitif (The New Production of Knowledge, 1994), et selon laquelle « nous serions passés d’un mode historique et top down […] à un modèle plus hybride de co-formation des savoirs dans des espaces d’un nouveau type […] a beaucoup influencé les administrateurs de sciences, notamment à l’échelle européenne » (2011, p. 217). Si ces thèses descriptives-normatives jouent un rôle certain dans les réorganisations contemporaines de la recherche et de l’enseignement supérieur – en ce qu’elles justifient la construction d’un monde « en réseau » et « par projet » où la circulation des travaux scientifiques et leur transformation en innovation iraient en s’accélérant –, l’influence des théories néoclassiques d’économie de la connaissance semble également décisive (C. Laval, 2009). Selon D. Plihon (2003), nombre de ces analyses reposent en effet sur une observation simple : qu’il s’agisse d’informatique ou de biotechnologie par exemple, les coûts fixes d’élaboration d’une innovation donnée sont extrêmement élevés quand, symétriquement, leur coût de duplication sont relativement faibles – cela étant particulièrement vrai au sujet du marché des logiciels. Ce faisant, cette économie de la connaissance est une économie de rendements croissants. Dès lors, les acteurs économiques soucieux de rentabilité doivent moins tenter de concevoir un bien standard au meilleur prix et le vendre au prix le plus fort que de viser la conception d’un bien innovant afin de pouvoir être le premier à le commercialiser et de s’assurer, conséquemment, d’une « rente de situation » (D. Plihon, 2003, p. 15). Dans un tel monde, les individus animés par l’ambition de créer une entreprise et possédant des connaissances et des compétences rares – dont les savoirs et les savoir-faire scientifiques font sans doute partie – occupent une place de premier plan.

Considérant ces deux corpus théoriques – le premier allant des théories de l’« acteur-réseau » à celle du « mode 2 » de production des savoirs et, le second englobant les analyses des économistes néoclassiques de la connaissance –, on comprend mieux comme s’autorise et s’oriente normativement cette valorisation politique du chercheur-entrepreneur. En effet, à l’aune de cette littérature savante à finalité pratique, ce type social désigne des individus capables d’initier et de solidifier des réseaux entre laboratoire et entreprise autant qu’il est le détenteur « d’actifs intellectuels », dirait B. Quélin (1999), potentiellement les plus rentables. Parce qu’il est à la fois héros de la science et de la croissance, en industrialiser la production permettrait au Vieux continent de recouvrer sa compétitivité et son attractivité. Ainsi, tous les politiques soucieux de performances économiques s’auto-persuadent de la nécessité de réformer le 3e cycle : faire du doctorat un « incubateur d’innovateurs-entrepreneurs » ne serait plus une option parmi d’autres mais une condition obligée pour survivre à une guerre économique totale, devenue lutte à mort pour l’innovation et les rentes de monopole qu’elle rendrait accessible.

Un poste d’observation

Cette entreprise de redéfinition du parcours doctoral en cursus intégrant une formation entrepreneuriale – une dynamique de solidification d’un curriculum en entrepreneuriat à l’université selon O. Chambard (2013) – repose en France sur un ensemble de dispositifs : « Valoriser la recherche par la création d’entreprise » organisé par le Domaine d’intérêt Majeur (DIM) C’Nano-Île-de-France, « Nouveau chapitre de la thèse » encadré par l’Intelli’agence (anciennement Association Bernard Gregory)… Les « Doctoriales » ou le « Marathon de l’innovation »[1] en sont des illustrations particulièrement visibles et édifiantes. Au cours de ma thèse (J. Frances, 2013), je me suis intéressé à ces séminaires en forme de « business games » à destination d’apprentis-chercheurs. J’ai pu les suivre en tant qu’observateur-participant, ce qui m’a permis de décrire précisément leurs effets sur le doctorat.

Portrait du doctorant en dindon de l’innovation (Copyright : Thomas Daeffler, 2013)
Portrait du doctorant en dindon de l’innovation (Copyright : Thomas Daeffler, 2013)

Ces stages comportent des enseignements dont la précision ne souffrirait la contestation : des juristes ou des business angels viennent présenter aux doctorants les meilleures manières de protéger une innovation ou de démarcher des investisseurs, par exemple. Mais, ils contiennent également des séquences de coaching plus exotiques difficiles à catégoriser pour le profane ; aux Doctoriales grenobloises de 2010 auxquelles j’ai assisté, un « expert » en recrutement expliquait très sérieusement à l’assemblée des doctorants que la population des docteurs se divise en quatre catégories : les lions, les renards, les cigognes et les coucous… Cet anthropomorphisme spontané annonçait la couleur : l’université c’est la jungle et les winners des animaux aux crocs acérés. Durant mes enquêtes sur ces Entrepreneuriales, j’ai d’ailleurs été amené à m’immerger dans une ménagerie… Au séminaire « Valoriser la recherche par la création d’entreprise » suivi en 2011, le tour de table inaugural exigeait des stagiaires qu’ils se présentent sans oublier de préciser quel animal les caractérisait le mieux. D’ethnographe, je suis donc devenu éthologue le temps d’un terrain : j’ai pu observer des chimistes-saumons capables de braver tous les courants jusqu’à l’innovation, des astronomes-bonobos soucieux de faire partager les savoirs et même un jeune lion qui se sentait l’âme d’un leader entreprenant. Je dois préciser que nous étions supervisés par un éléphant.

Comme je l’écrivais plus tôt, j’ai concentré mon regard sur les « jeux de création d’entreprise » qui, s’ils peuvent paraître critiquables d’un certain point de vue, au sens où ils servent à valoriser des visions économicistes du rôle de la science et de l’apprentissage à la recherche, n’en demeurent pas moins « sérieux » et appuyés sur des connaissances et des savoir-faire « experts ». Si j’ai laissé « dormir » dans mes carnets ces comptes-rendus des séquences les plus étranges des stages (les mots me manquent d’ailleurs pour les qualifier), c’est parce que je craignais de les réduire au statut de pures anecdotes grotesques, et ainsi je pensais m’exposer au risque de voir mon objet de recherche s’effondrer de lui-même – alors que ces séminaires, éminemment chargés de valeurs politiques, constituent en soi un bon poste d’observation. À y repenser a posteriori, peut-être ce choix relève-t-il d’une stratégie de renard plus que de de la bravoure d’un lion… Il marque surtout un double embarras. Du point de vue de la méthode d’abord, retranscrire et analyser ces extraits de carnets sans décrédibiliser d’emblée la parole des enquêtés me semblait un exercice hors de portée. Mais, plus important encore, insister sur ces discours et ces pratiques qui continuent de m’apparaître aberrants exposait le lecteurs à croire que ces séminaires se résument à un « gentil » safari entrepreneurial alors qu’ils soutiennent bien une opération – ludique – de gestion néolibérale des significations de la science et du doctorat. La lecture de ces extraits est toujours susceptible de susciter une indignation facile ; il importe toutefois de prendre le risque de montrer ce que les doctorants éprouvent pour bien saisir l’étendue des reconfigurations actuelles du doctorat – et le risque est désormais moins grand car j’ai soutenu ma thèse.

Parce qu’il faut bien faire des choix dans la restitution, je me propose ici de décrire une séance de « ré-énergisation » proposée au « Marathon » par un « coach-catalyseur » (sic.) – directeur de Successful-Consulting[2], il avait pour spécialité d’accompagner des « leaders » vers leur propre succès, mais n’a sans doute pas réussi à appliquer à lui-même les conseils qu’il délivrait puisque son cabinet a déposé le bilan. L’enjeu revient à mettre en lumière les effets collatéraux d’une formation doctorale contextualisée en milieu entrepreneurial. Charge au lecteur de décider d’en rire ou d’en pleurer.

De l’ambition de fonder la première économie mondiale fondée « sur la connaissance »…

Les doctorants constituent la « cible » privilégiée des mesures en faveur de l’avènement du « scientifique-entrepreneur ». D’ailleurs, comme l’écrit Yves le Déaut dans le rapport qui inspire la Loi d’orientation de l’ESR de 2013, « la recherche, […] [a pour but] de décliner les percées fondamentales en innovations industrielles »[3]. « Décliner », c’est dans le texte et il n’est point besoin de surinterpréter cette signification paradoxalement anti-décliniste. Et, poursuit dans le même sens Geneviève Fioraso, « L’enseignement supérieur est une arme anti-crise »[4] à condition qu’il forme des individus « novateurs » et « entreprenants » et, qu’avec la recherche, « ils constituent […] des avantages compétitifs dans un monde où la connaissance est mondialisée »[5].

Le carburant du thésard-entrepreneur ? (Source : site officiel de la marque Red Bull)
Le carburant du thésard-entrepreneur ? (Source : site officiel de la marque Red Bull)

Ces perspectives économicisantes et les embryons de théorie qui les justifient sont articulés à la promotion des compétences en matière de management. Ces dernières sont définies en tant qu’appuis sans lesquels les « producteurs » de connaissances s’exposeraient au « risque » de ne pas pouvoir s’incarner en entrepreneurs à succès ou en passeurs de technologies positionnés à l’interface des laboratoires publics et des entreprises privées. Aux yeux des nouveaux réformateurs, subir un tel « risque » empêcherait de « passer [toujours plus rapidement] du résultat de recherche à sa valorisation industrielle »[6] et entraînerait du même coup une baisse de compétitivité de l’économie nationale. Si l’on suit cet argument, la généralisation des formations à l’entrepreneuriat à destination des doctorants s’impose comme un moyen efficace de dés-inciter les apprentis-chercheurs à faire preuve de désintéressement, à préférer les évaluations de leurs pairs à celles d’investisseurs et à juger que la valeur d’une connaissance ne soit pas nécessairement suspendue à sa transformation en innovation bankable.

Nombre de séminaires dits « professionnalisants » visent à enseigner aux apprentis-chercheurs quelques rudiments d’entrepreneuriat. Le « Marathon de l’innovation » en fait partie. J’ai pu l’observer in situ.

D’une durée effective de 36 heures (sans interruption d’où, sans doute, le partenariat avec Red-Bull), organisé par une École de commerce d’Île-de-France et rassemblant des apprentis-chercheurs de toutes disciplines regroupés en équipes de huit, ce stage consiste en un « business game » de création d’« entreprise innovante ». Parallèlement, des intervenants – juristes, conseillers en business plan et coachs en management – dispensent des conférences. Selon les programmes, elles ont pour but de donner aux doctorants des connaissances d’ordre « technique » en mesure de les aider à définir leur « concept » d’entreprise et à bâtir une présentation susceptible de convaincre un jury d’investisseurs de la faisabilité et de la rentabilité potentielle de leur « projet ».

Ultra fast science et speed-dating de la recherche : ma thèse en 3 minutes (source : Echosciences, http://www.echosciences-grenoble.fr/petites-annonces/participez-au-concours-ma-these-en-180-secondes)
Ultra fast science et speed-dating de la recherche : ma thèse en 3 minutes (source : Echosciences, http://www.echosciences-grenoble.fr/petites-annonces/participez-au-concours-ma-these-en-180-secondes)

Certains enseignements sont d’une extrême précision : les savoirs législatifs ou comptables sont délivrés avec application. Les manier incite les apprentis-chercheurs à appréhender le(ur) travail scientifique à l’aune du droit des brevets et à considérer la poursuite d’un projet de recherche en termes de « besoin en fond de roulement ». En lustrant ce corpus de normes et de valeurs gestionnaires au poliche de l’aventure entrepreneuriale, les intervenants imposent peu à peu leur expertise. En revanche, on ne manque pas d’être déconcerté par le contenu des conférences les moins directement liées aux savoirs managériaux formalisés, qui sont l’œuvre d’intervenants dont l’expérience est pour le moins difficile à objectiver, au moins aux yeux de doctorants habitués aux classements par discipline ou par champ de recherche. Ainsi au « Marathon », la dernière intervention a pour objectif de « ré-énergiser » et de « relaxer » les stagiaires après leur nuit de travail. Claude, qui se qualifie lui-même de coach-catalyseur, est en charge de cette « conférence » organisée pour remobiliser les doctorants avant la dernière étape du « business game » : présenter leur « projet-innovant » devant un jury.

… au coaching catalytique des doctorants

Faisons un effort d’imagination. Debout devant l’estrade, Claude pose une question en guise d’introduction : « Est-ce que quelqu’un a dormi ici ?! Non, je ne crois pas. C’est la première fois qu’on a des doctorants au Marathon. C’est la première fois qu’on a des docteurs au Marathon de l’innovation et c’est la première fois que personne ne dort ! ».

L’intonation me fait penser à celle d’un prédicateur évangéliste (sans rien exagérer). Les doctorants se congratulent de leur résistance. Claude reprend : « Quels mots définissent votre état ? ». Il donne la parole aux doctorants qui manifestent l’envie de répondre. « On est excité », dit le premier ; « À bloc », renchérit une autre ; « On n’en peut plus, mais on continue » assène un troisième.

L’intervenant remercie les stagiaires et reprend :

« Nous sommes ici pour vous aider à présenter et à DÉFENDRE [il insiste lourdement] votre projet ; c’est un atelier de MÉTHODE ! […] Mon intention, c’est qu’à la fin de cette demi-heure, vous soyez à nouveau pleins d’énergie vitale ; il faut que vous soyez à votre maximum pour avoir un impact maximum sur votre auditoire. […] Ce que je vais vous proposer, c’est une méthode que je pratique tous les jours avec des chefs d’entreprise, avec des leaders, avec des entrepreneurs […]. L’enjeu, c’est que vous puissiez vous projeter dans la situation future, que vous ayez une vision de ce qui va se passer face aux jurys […]. Nous allons vous aider à construire le positionnement qui vous permettra d’amener le jury là où vous souhaitiez qu’il aille […]. Vous connaissez ce titre d’un livre de Christiane Singer : Où cours-tu : Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?».

Darwinisme social à tous les étages ? La niche écologique du coaching promise à un bel avenir dans le monde académique (Source : nextscientist.com)
Darwinisme social à tous les étages ? La niche écologique du coaching promise à un bel avenir dans le monde académique (Source : nextscientist.com)

Il commente le titre et demande à un des élèves de l’école de commerce chargé de l’assister de lancer le PowerPoint. Le premier slide affiche l’ouvrage cité. Claude ne regarde pas la projection et après un bref temps d’exposition, lance : « Next ! ». L’assistant change de diapositive et le coach reprend. « Il faut vous rendre compte que LA RESSOURCE, elle est en vous. Tout à l’heure vous en allez en avoir besoin pour mettre un maximum de charisme et d’impact dans votre présentation […]. La première étape est physiologique. Pour se recentrer, il faut en passer par le corps. On va commencer par un exercice de respiration. Et en premier on va expirer. […] On va se vider de tout l’air vicié […] ». Il se cambre et montre comment se positionner pour expirer. La tête balancée en arrière et les yeux fermés, il donne ses consignes. Son intonation a radicalement changé. La voix est douce : « Levez-vous, placez-vous comme moi et expirez trois fois. Le plus longtemps possible ». Les doctorants suivent les consignes. En simulant un monologue intérieur, Claude dit encore plus bas : « Mes doutes s’en vont ; mes soucis s’en vont ; j’expulse l’échec et le ressentiment… et quand vient l’inspire… je suis mieux… ». Il laisse un temps de silence pendant que les participants s’assoient. Le coach reprend alors son exposé, en ré-adoptant une voix de prédicateur : « Le grand professeur David Servan-Schreiber, qui nous a quittés… ». Quelques doctorants esquissent un sourire gêné. Je me demande comment retranscrire la séance sans donner l’impression de caricaturer. Les stagiaires sont toutefois de moins en moins avachis. Puis l’intervenant annonce la partie stretching. « On va faire des exercices, mais pas à la légère ». Dès les premiers mouvements repris par les doctorants, quelques rires s’échappent. Claude interrompt la séance et, avec bienveillance, demande à l’assemblée de rester concentrée : « Allez, relâchez-vous, expirez… laissez venir l’inspire… ». Les doctorants reprennent leur sérieux et suivent docilement les exercices. Claude, en montrant les mouvements, continue de parler les yeux fermés et annonce un changement d’exercice :

« L’étape suivante, c’est la VISION… Maintenant qu’on s’est ré-énergisés, on va apprendre à se projeter dans les situations stressantes pour mieux les maîtriser ». Les changements de slides sont toujours annoncés d’un « Next ! ». Claude ne les regarde pas, mais les diapositives illustrent son intervention. Il connaît la teneur précise du PowerPoint. « Pour être pleinement détendu au bon moment, il faut faire l’expérience de la tension […]. La méthode de visualisation et de relaxation marche […]. La Nasa a montré que plus on lutte contre une angoisse plus on se brusque, moins on peut être performant dans les situations stressantes ».

Les doctorants paraissent attentifs, du moins ils écoutent silencieusement. Certains ont même l’air captivés.

« Pour construire sa confiance, son assurance, il faut visualiser la situation stressante, l’imaginer le plus précisément possible et s’imaginer dedans… Fermez les yeux ». Il ferme lui-même ses yeux. « Projetez-vous dans vos présentations ». Les doctorants obtempèrent. Beaucoup ont les yeux clos, certains ont même la tête légèrement inclinée en arrière. « Projetez-vous le film de votre projet […]. Votre succès vous appartient ! Que vous soient envoyées toutes les images, toutes les pensées de votre finale ! […]. Vous vivez maintenant votre succès ». Il exige le plus grand calme. Néanmoins, quelques rires s’échappent. Claude ne les relève pas et continue : « Il n’y a pas de futur, pas de passé. Juste l’ici et le maintenant ». Paul mime l’endormissement et tente de faire rire Noémie (deux doctorants; la seconde est psychologue), laquelle paraît dépitée. Paul dit : « moi ça m’angoisse son truc » et elle répond : « Et tu imagines ceux qui paient pour ça ». Claude n’entend pas et continue : « Vous devez vous connecter à votre angoisse pour en anticiper l’apparition et pour pouvoir y faire face. Fixez-vous des objectifs : je visualise cette angoisse, je sais que je n’arrive pas totalement à y faire face, j’essaye de faire mieux que la dernière fois ».

Il entreprend alors un discours de motivation et débute en reprenant le discours d’investiture de Nelson Mandela. De tête, il récite (j’ai cherché sur Internet la retranscription du discours pour compléter mes notes) :

« ‘Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne sommes pas à la hauteur. Notre peur fondamentale est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraye le plus. Nous nous posons la question : « qui suis-je moi pour être brillant, radieux, talentueux et merveilleux ?’ En fait qui êtes-vous pour ne pas l’être ? Vous restreindre, vivre petit, ne rend pas service au monde »…

« Vous devez vous rendre compte que la fausse modestie ne marche pas. La vantardise non plus. Misez sur vos forces ; ne bloquez pas sur ce qui ne marche pas. Sinon, vous allez faire baisser votre niveau vibratoire. Posez-vous les bonnes questions : qui prend le lead, quels sont les points forts de notre projet ? […]. Aujourd’hui, vous êtes des chefs d’entreprise. Capitalisez sur chacune de vos expériences. Travaillez votre signature : l’âme de votre projet doit tenir en une phrase […]. Le professeur Mehrabian nous dit que 93 % de la communication est non verbale. C’est la divine dichotomie. Vous n’êtes jamais aussi bon que quand vous êtes derrière votre projet. Vous devez être des messagers de votre projet. C’est en étant derrière votre projet que vous serez là votre meilleur […]. Face aux agressions, vous n’êtes pas obligé de chanceler ». Puis, n’ayant visiblement peur de rien, et certainement pas du ridicule, il cite Chaplin : « Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place, au bon moment. Et, alors, j’ai pu me relaxer ».

Structurer la procrastination scripturale par le PhDometer (source : http://www.phd2published.com/downloads/the-phdometer-2-0/)
Structurer la procrastination scripturale par le PhDometer (source : http://www.phd2published.com/downloads/the-phdometer-2-0/)

En guise de conclusion, il vante le « Marathon », qu’il présente comme une « formation extraordinaire ». Claude, maintenant sur le ton de la confidence, sans doute pour mieux faire sentir à ses auditeurs la chance qu’ils ont de pouvoir l’écouter, donne un dernier conseil : « Gardez le meilleur de cette expérience sur le cœur. Maintenant, vous êtes ambiancés, vous pouvez y aller ». Entre les vieilles recettes de la propagande (la « répétition avec variation », comme l’avait remarqué Robert K. Merton) et la technique d’hypnose light mâtinée de sophrologie, l’« expertise » se livre enfin pour ce qu’elle est : un vent soufflant fort.

Il est 10H15. La séance se termine. Un bon nombre de participants applaudit. En quittant la salle, un doctorant vient remercier chaleureusement Claude. Il lui dit combien son intervention lui a fait du bien, au-delà du « Marathon ». D’autres lui assurent être plus relaxés. Certains rient et sortent en s’esclaffant ; ils sont très peu nombreux. Noémie discute avec Paul. Tous deux font partie de l’équipe que j’ai suivi durant ces 36 heures : lui est biologiste, elle, psychologue. Après avoir expérimenté la position d’une astrophysicienne à une conférence des frères Bogdanoff, elle se dit abasourdie : « Il ne faut pas beaucoup de connaissances pour se rendre compte que c’est bidon ».

*

Le vocabulaire employé par l’intervenant (il parle « d’énergie vitale », de « méthode de visualisation »…), les conseils qu’il délivre (veiller à « se projeter dans des situations stressantes »), les références mobilisées (Christiane Singer et « Le grand professeur David Servan-Schreiber ») et les exercices qu’il propose (expulsion de « l’air vicié » emmagasiné par les stagiaires au long de la nuit) mélangent des éléments de spiritualisme, de stretching et de team building. Aucune autre intervention suivie au « Marathon », ni même aux « Doctoriales », ne paraît plus éloignée des canons de l’exposé scientifique et aucune d’entre elles ne relève d’un tel bricolage conceptuel. Toutefois, et si la forme de l’intervention diffère largement de celle du séminaire universitaire, nombre des références mobilisées proviennent du monde académique. La valorisation de « l’ici et maintenant » comme la promotion de l’idée selon laquelle les individus auraient en eux davantage de ressources qu’ils ne le perçoivent sont autant de reprises des théories psychothérapeutiques les plus à la mode. La référence à la Nasa témoigne du souci de légitimer la pertinence des conseils vendus (Claude ne travaille pas gratuitement) en les amarrant aux travaux d’une autorité techno-scientifique incontestée et grandie par la conquête spatiale. On a donc affaire à un discours enchanté de l’autonomie et de la « mobilisation » (au sens de « se mobiliser ») que l’on retrouve chez les coachs de cadres et qui, pour gagner en efficacité, mêle indistinctement éléments spiritualistes et scientifiques. De même que le « Marathon » repose sur l’intervention d’une chaîne d’intervenants hétérogènes (entrepreneurs, juristes, financiers), l’intervention de Claude s’appuie sur une chaîne disparate de références et d’autorités propre à former un discours d’enchantement de l’entrepreneuriat.

Ph.D? No! Pschitt! (Copyright : Tim Foley, The Chronicle, 2013)
Ph.D? No! Pschitt! (Copyright : Tim Foley, The Chronicle, 2013)

L’étude de cette conférence montre combien la prophétie techno-scientifique et l’horizon rêvé des rendements toujours croissants qu’elle promet ne se diffuse pas sans prêtres. La plupart d’entre eux sont des fonctionnaires zélés du dogme officiel. D’autres deviennent des évangélistes exaltés, sans doute électrisés par la prise directe les reliant avec les forces supérieures du succès entrepreneurial. Maintenant, si on replace cette séance de « coaching-catalytique » dans le cours du stage, le sens de ce qui s’y dit et ce qui s’y fait apparaît plus distinctement. Rappelons que la conférence de « ré-énergisation » était la dernière dispensée au « Marathon ». Suivaient les présentations des projets-innovants devant le parterre d’investisseurs, d’entrepreneurs, de « business angels »…, puis la cérémonie finale de remise des prix et de cadeaux célébrée par une représentante du MESR. Sans doute inspirés par l’actor-network theory, les organisateurs du stage ont placé Claude en position de tenir un pont – ou un nœud – du réseau technico-scientifique-simulé constitué par le « Marathon »[7]. Les doctorants ne pouvaient pas aller présenter leurs projets sans, au préalable, écouter les invectives de notre « catalyseur ». Finalement, la qualification qu’il s’est auto-attribuée n’est sans doute pas si mal choisie et illustre le rôle qui lui était confié. Sans lui, la « réaction chimique » assurant la transformation des apprentis-chercheurs en entrepreneurs-innovateurs risquait d’être incomplète. Un doctorant continuant de penser, à l’instar de certains chercheurs étudiés par E. Lamy et T. Shinn (2006), que la création d’entreprise gagne en valeur si elle est placée au service de la recherche ne serait qu’un « précipité fade ». L’entreprise en moyen et la recherche en fin, voilà sans doute une idée « inhibitrice » des plus dangereuses. Et quoi de mieux pour la bannir que de prêcher un discours d’enchantement de l’entrepreneuriat et de faire du docteur-créateur-d’entreprise-innovante un aventurier, seul capable de s’extraire des hauts murs de la tour d’ivoire académique en se servant de la science comme d’un marchepied.

Jean Frances

Références citées

Bruno I., 2008, À vos marques, prêts… cherchez ! La stratégie européenne de Lisbonne, vers un marché de la recherche, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.
Brunet P., Dubois M., 2012, « Cellules souches et technoscience : sociologie de l’émergence et de la régulation d’un domaine de recherche biomédicale en France », Revue française de sociologie, vol. 53, n° 3, p. 391-428.
Chambard O., 2013, « La promotion de l’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur. Les enjeux d’une création lexicale », Mots. Les langages du politique, n° 102, p. 103-119.
Fioraso G., 2013, Projet de loi d’orientation pour l’enseignement supérieur et la recherche, MESR, p. 2.
Frances J., 2013, Former des producteurs de savoirs. Les réformes du doctorat à l’ère de l’économie de la connaissance, Thèse de doctorat en sociologie, EHESS.
Gibbons M., Limoges C., Nowotny H., Schwarzman S., Scott P., Trow M., 1994, The New Production of Knowledge : the dynamics of Science and Research in Contemporary societies, Londres, Sage.
Laval C., 2009, « Les nouvelles usines du savoir du capitalisme universitaire », Revue du MAUSS, n° 33, p. 173-184.
Le Déaut J-.Y., 2013, Refonder l’université. Dynamiser la recherche, MESR, 2013, p. 5.
Pestre D., 2011, « Des sciences, des techniques et de l’ordre démocratique et participatif », Participations, vol.1 n° 1, p. 210-238.
Plihon D., 2004 (2003), Le nouveau capitalisme, Paris, La Découverte.
Quélin B., 1999, « Recherche et développement, innovation et compétences stratégiques », Revue d’Économie industrielle, vol. 87, no 1, p. 67-74.
Shinn T., E. Lamy, 2006, « L’autonomie scientifique face à la mercantilisation. Formes d’engagement entrepreneurial des chercheurs en France », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 164, p. 23-50.

 


[1] Le nom de ce stage a été changé, par souci de préserver l’anonymat des institutions et des individus qui l’organisent.

[2] Le nom de son cabinet a été changé, mais pas de manière radicale : ce qui laisse présager du style de l’appellation originale.

[3] Le Déaut J-.Y., Refonder l’université. Dynamiser la recherche, MESR, 2013, p. 5.

[4] Fioraso G., Projet de loi d’orientation pour l’enseignement supérieur et la recherche, MESR, 2013, p. 2.

[5] Ibid.

[6] Le Déaut J-.Y., Refonder l’université. Dynamiser la recherche, MESR, 2013, p. 112.

[7] Sur les jeux de rôle en forme de simulation de la réalité, voir : O. Caïra, Les forges de la fiction, Paris, CNRS, 2011.


5 réflexions au sujet de « Les apprentis-chercheurs et le coach-catalyseur. Enquête sur les dispositifs de « réenchantement » de la formation doctorale »

  1. Merci pour ce retour très précis. Diplômé docteur, accompagnant l’insertion professionnelle auprès de futurs docteurs, j’observe ce phénomène depuis deux ans. Je n’osais pas partager cette vision, mais c’est fait grâce à ce brillant article. Un grand merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *