La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2)

C’est à quatre mains que nous reprenons le compte rendu du colloque « Science, innovation, technique et société » co-organisé par le CR 29 de l’AISLF et du RT 29 de l’AFS (voir la première partie rédigée par Arnaud Saint-Martin). En poursuivant en binôme cette restitution (inter-)subjective, nous proposons une sorte de saisie sur le vif de la sociologie des sciences et techniques actuelles dans l’aire francophone. Sans ériger l’événement en panoptique de la spécialité dans toutes ses dimensions, l’occasion d’un colloque est une chance de saisir, dans leurs grands axes, les nervures du travail – théorique et empirique – en cours.
Mais avant de commencer, précisons qu’à l’inverse de la première partie, nous avons préféré ne pas nommer certain-e-s collègues dont nous présentons les recherches au pas de charge. Car par moments, des critiques seront formulées, la barque sera chargée. Il nous a paru éthiquement préférable et plus juste que l’anonymat soit préservé un minimum, afin de ne pas laisser des traces susceptibles d’atteindre à la « web-réputation » de collègues pour la plupart en thèse, donc éventuellement excusables (mais surtout, vulnérables). Mais, quoique touchés in extremis par la grâce et la compassion altruiste (un effet post-Latouring ?), nous n’en continuerons pas moins de porter la critique dès qu’il le faut. À découvert, cela va sans dire !

Retour de goûter : la session de trop

9 juillet 2014, toujours. À 16h20, les travaux reprennent et nous intégrons l’Atelier 3 dédié au thème « la médiation et la médiatisation ». Première intervention sur les « Fablabs ». Ces espaces de coopération rassemblant des initiatives technologiques et sociales constituent les nouveaux « lieux de savoir » explorés par les sociologues. Le laboratoire traditionnel – celui-là même que Latour et Woolgar exploraient dans la Californie des années 1970 – n’est plus le centre des attentions. C’est d’ailleurs moins la question de la production des savoirs scientifiques qui est en jeu que les formes de « communauté » partageant des projets (avec tout ce que l’imprécision de ce terme peut renfermer…). On s’intéresse aux solidarités socio-techniques dans les hackerspaces, reconduisant les valeurs d’une certaine contre-culture américaine. L’analyse proposée se centre sur des cas français assez variés : des espaces semi-professionnalisés où se mènent des approches d’innovation technique aux tentatives locales de rassembler des acteurs d’une même commune pour faire aboutir une réalisation partagée. On apprendra, au cours de l’exposé, qu’il existe une labellisation officielle « Fablabs », une charte aussi, preuve s’il en est que les nouvelles formes de mise en cohérence des initiatives « citoyennes » ou « collectives » s’appuient sur des modalités d’institutionnalisation finalement on ne peut plus classique. De même le soutien, même virtuel, même très éloigné, même sans logo, du MIT ou d’un autre campus américain prestigieux fait toujours office d’attracteur symbolique. On a certes regretté, dans la présentation, qu’aucune tentative de montée en généralité n’ait été esquissée : l’approche descriptive, appuyée sur des observations denses et des entretiens, manque hélas une partie de son efficace théorique en restant au seuil de l’analyse (la citation expresse de l’inusable boundary object n’aide d’ailleurs pas). La sociologie du travail, la sociologie des organisations ou la sociologie politique aurait pu servir de matrice – même très générale – pour questionner ces plateformes à peine formées. On songe ici à ce qu’un questionnement sur les impensés (ou les trop bien pensés) politiques d’une association d’ingénieurs partageant leur matériel de bricolage pour monter un projet d’imprimante 3D aurait pu donner : l’investissement par le don/contre-don, les socialisations dispersant ou reconfigurant les hiérarchies professionnelles, les modalités de financement et de sponsoring ouvrant la voie à des interprétations intéressantes. L’enquête commençant, le jugement mérite donc d’être suspendu.

Stairway to sociological heaven ? (crédits : ASM)
Stairway to sociological heaven ? (crédits : ASM)

L’intervention suivante, sur les partenariats entre science et développements techniques dans le domaine du patrimoine, est l’occasion de la première frustration. Une doctorante sous contrat CIFRE, formée à l’histoire de l’art et évoluant dans le segment professionnel labile-incertain-plurivoque de l’« information-communication » (« Info-com », c’est plus chic), propose un exposé hors du champ de la sociologie. Ça n’est pas grave en soi, nous ne sommes pas protectionnistes, donc nous tendons tout de même l’oreille. Mais les choses se gâtent vite. La quasi-totalité du propos se laisse absorbé par une fastidieuse et scolaire histoire du patrimoine, depuis les travaux de Montfaucon au 17e siècle (!) jusqu’aux lois les plus récentes de protection des monuments. Ce n’est pas que ces informations soient sans intérêt, mais elles ne font l’objet d’aucune véritable problématisation (on ne parle même pas de construction de l’objet, ça sent trop bon la sociologie de papa) ; on en reste dans l’ordre de l’illustratif, voire du décoratif, de la notice Wikipédia rehaussée de quelques vignettes colorées sur PPT. En conséquence, le sujet tarde à émerger. Lorsqu’après 20 minutes de propos, ô miracle ! le terrain apparaît, c’est sous l’angle le plus étroit d’une commande faite par une entreprise dans laquelle la collègue doctorante est embedded. Il s’agit donc de savoir si la technologie d’audioguide (un peu améliorée) conçue par l’entreprise peut plaire aux « usagers potentiels » (vous savez, les fameux « utilisateurs » qui firent le sel de la sociologie des techniques dans les années 1990). D’argent, de promotion entrepreneuriale ou de patrimoine il aura été beaucoup question, de sciences humaines et sociales point du tout. L’on sent bien que, prise entre la nécessité de répondre à une commande, la solidité à démontrer d’un socle de connaissances se rapportant à l’histoire de l’art, ou encore l’incertitude des questionnements para-sociologiques (que l’information-communication paraît générer faute d’ancrage épistémologique un tant soit peu stable), la communicante ne sait que faire de cet exposé, dont on n’est au final pas sûr qu’elle en ait eu l’initiative.

Le malaise est plus palpable encore lors de l’intervention suivante, autour des journalistes scientifiques. Le doctorant, lui aussi en contrat doctoral financé par quelque Région, s’est hâté de présenter ses présupposés : les journalistes scientifiques forment un groupe quasi-homogène dans ses positions relatives à la science. Il paraît ignorer la plupart des références pourtant incontournables dans le domaine (la question lui sera adressée par trois fois dans les échanges avec la salle, sans qu’une réponse émerge…). En dehors de la pétition de principe sur la « communauté-journalistique-focalisée-sur-les-sciences », rien ne se dégage de la construction d’un propos décousu. Le sous texte « info-com » (encore !), qui vise une forme de description un peu molle et surtout lourdement « théorisée » (il dispose en effet d’un « cadre ») des pratiques de « mise en visibilité » des connaissances, mine une présentation qui ne s’appuie jamais sur un raisonnement a minima construit sociologiquement : les macro-catégories (Journaliste, Science…) ne sont pas interrogées (comment sont-elles construites, saisies et/ou utilisées par les acteurs…), les surfaces éditoriales prises en compte sont singulièrement étroites (seule la presse écrite fait l’objet d’une vague description, la radio, la télévision et même les sites internet – on pense ici à Science2 ou à Slate – ne sont pas mentionnés). On ne voudrait pas avoir l’air de s’acharner sur le travail d’un doctorant en première année et dont les fragilités de raisonnement sont, soyons donc bienveillants, une source potentielle de rebonds et d’approfondissements futurs dans la rédaction de la thèse ; cependant, l’assurance et l’aplomb des réponses faites aux questions nourries de la salle sur sa méthodologie, ses présupposés et ses prérequis ont laissé l’impression qu’il se préoccupait peu de répondre à la communauté des chercheurs qu’il était en principe venu convaincre et que, on finit du coup pas l’inférer, il privilégiait le questionnement de ses financeurs. On touche là un problème majeur de la recherche actuelle en SHS : la thèse contractualisée est – ce fut manifeste lors de ces deux journées – un symptôme particulièrement inquiétant d’une perte de l’autonomie scientifique. On sait que cette dernière n’est jamais totale, jamais réalisée et qu’elle est d’abord un effort vers lequel des dispositifs de recherche permettent de tendre. Il s’agit plutôt d’une question de degrés. Mais les exemples de thèse contractualisée montrent que dans le domaine de la sociologie des sciences, c’est de plusieurs degrés d’autonomie que l’on descend. À trop vouloir « co-construire » le risque est grand d’en oublier l’agenda de nos (pas) chères disciplines. Professionnalisez les thèses, qu’ils disent aujourd’hui. Eh bien les voilà, ces thèses « professionnelles ». En trois ans ou en 180 secondes, le résultat inquiète et ferait presque regretter l’héroïsme vain de la grande thèse d’État.

La journée se termine dans le joyeux brouhaha des échanges mi-humoristiques mi-sérieux sur le Devenir de la Discipline. En rangs dispersés, selon les affinités, des petits groupes se forment, s’établissent aux terrasses des cafés pour reparler des interventions (oui, refaire le match en off est inévitable), puis vont dîner dans les troquets bordelais en continuant d’échanger des coups.

Jour 2 : sur le grill

Retour aux affaires, après une nuit particulièrement calme malgré la coupe du monde de Foot au Brésil. L’endormissement bourgeois de Bordeaux ne serait donc pas une légende urbaine. Depuis notre appartement loué, juste au-dessus de l’incontournable librairie Mollat, la somnolence de la cité aux mille cépages s’étend même jusqu’à la lascivité trompeuse des courbes du tramway. (Oui, nous aimons la poésie en prose.)

Points de restauration et de socialisation à proximité des salles (crédits : ASM)
Points de restauration et de socialisation à proximité des salles (crédits : ASM)

La matinée est partagée pour les deux rédacteurs de ce billet. L’un d’entre nous (JL) émarge dans l’Atelier intitulé « Disciplines et domaines ». La session est remarquablement zilselienne puisque Morgan Jouvenet (membre de notre petit collectif autogéré) ouvre les échanges. Sa communication porte sur le retour insistant de la question disciplinaire dans des STS, lesquelles semblaient avoir fait un sort à cette notion jugée parfois ringarde ou peu efficiente. Morgan met au contraire en avant la pertinence analytique de la notion de discipline, notamment dans l’examen de la communauté des paléo-glaciologues. Les modalités de fédération des acteurs, des problématiques, des méthodologies et des instruments sont au cœur d’une analyse des disciplines. Ces dernières émergent de cette sociologie historique des sciences du climat non pas comme des structures rigides, mais au contraire comme des opérateurs de distribution des compétences. L’idée – très abbottienne – d’un renouvellement générationnel des questionnements (la discipline évacuée par la première génération STS revient avec la nouvelle génération de chercheurs, dont nous sommes) motive plusieurs questions sur l’exposé de Morgan. Le juge de paix chronométrique – en cette occasion, Michel Dubois – laisse aux auditeurs ce qu’il faut de questions en suspens pour motiver une frustration relativement heuristique : on veut en discuter plus, tant mieux pour l’après match. L’exposé d’André Grelon porte ensuite sur la constitution des chimistes en « groupe professionnel » dans la France de l’entre-deux guerres. De façon assez frappante, la problématique des frontières et des formations communautaires émerge (encore) de la communication : les outils des chimistes de l’industrie ne sont pas les mêmes que ceux des chimistes universitaires, mais les dispositifs de mise en visibilité (par les annuaires) ou de reconnaissance (par l’appareil légal de justification des compétences) permettent de souligner l’importance des problématiques relatives au travail de césure et de démarcation dans la territorialisation des activités scientifiques.

La communication commune de Béatrice Milard et Nawel Aït Ali tente de répondre à la question qui tiraille les « scientomètres » : de quoi le nombre de citation est-il l’indication ? En effet, un article faux, bourré d’erreurs, scandaleusement erroné sera repris, cité à maintes reprises et fera donc grimper en flèche le sacro-saint « H-index » de son auteur. Comment être certain que citer un texte soit un acte de reconnaissance positive ? La série d’entretiens menés avec des auteurs d’articles confrontés à leurs écrits et à leurs manières de citer permet de signaler des différences disciplinaires et surtout des stratégies assez inattendues de citation. Ainsi, un mathématicien cite-t-il deux articles d’un de ses collègues car il estime que ce dernier s’est contenté de reprendre deux fois la même démonstration. En citant les deux textes, le mathématicien interviewé espérait faire en sorte que toute la communauté des mathématiciens comprenne le message : le collègue cité a des pratiques d’auto-reprises douteuses. Rien ne permet de savoir si la discipline mathématique « comprend » ce genre d’allusion subtile. Il n’en reste pas moins que les citations sont un champ de bataille où chacun utilise une balistique et des effets rebonds comme il l’entend.

Ma propre (JL) contribution porte sur mon terrain postdoctoral de l’année. Je l’ai intitulée « La mesure de toute chose. Sociologie historique de l’océanographie spatiale ». Dans cette communication, j’ai essayé de montrer comment le satellite franco-américain TOPEX/POSEIDON avait cristallisé, à un moment donné, la discipline « océanographie spatiale » en maintenant dans un même alignement des ingénieurs du spatial spécialiste du suivi satellitaire, des géodésiens soucieux de comprendre les dynamiques océanographiques d’ensemble, mais très peu d’océanographes. Je reprenais une de mes marottes théoriques pour concevoir la chose : en suivant les propositions de Spinoza sur les conatus et les affects, il est possible de considérer les disciplines comme des affects sédimentés ; la puissance d’investissement des êtres suppose en effet la possibilité d’investir des conatus dans des passions qui leur permettent de se perpétuer. L’océanographie spatiale, tant qu’elle n’a pas prouvé sa supériorité sur l’océanographie classique, n’est qu’un affect virtuel, qui plus est doté d’une faible capacité d’attraction. Mais la conjonction du lancement de TOPEX/POSEIDON et de la découverte des conséquences du réchauffement climatique sur les océans change la donne. La puissance d’affectation scientifique et politique de l’océanographie spatiale réoriente les affects des océanographes vers l’océanographie spatiale. CQFD. Je m’étais préparé à quelques questions sur la légitimité à faire usage de Spinoza pour des problèmes disciplinaires ultra-contemporains. C’est le contraire qui s’est produit. Une étudiante de Master m’a reproché – à très juste titre ! – de ne pas avoir commencé mon texte par une défense et illustration de l’emploi de reliques philosophiques pour faire de la sociologie. Dans la suite des discussions à la pause déjeuner – prise en plein air sur les sommets de l’aile nord de la fac –  le même reproche me sera fait à plusieurs reprises, mais je n’en démords pas : la sociologie (et les sciences sociales en général) se rue sur les dernières conceptualisation à la mode mais oublie du même coup des expérimentations théoriques certes plus anciennes mais dont la force analytique n’a pas été totalement épuisée. Qu’on se le dise : c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes.

Bordeaux, le charme discret de la bourgeoisie (crédits : _Tophee_, via Flickr)
Bordeaux, le charme discret de la bourgeoisie (crédits : _Tophee_, via Flickr)

Je reprends la main (ASM). J’interviens dans la session « Innovation et marché ». Moi qui ne connaissais peu ou presque rien à la sociologie de l’innovation, me voilà désormais comme un poisson dans l’eau dès lors qu’on cause « innovation ouverte », co-construction par les usages, « inconnus désirables », etc. Ça commence d’ailleurs à devenir suspect. Bref, j’écoute d’abord Nicolas Benvegnu présenter un exposé sur le développement de la filière éolienne en mer et autres instruments de la dite « transition énergétique ». Je redécouvre une technologie « verte » qui ne me paraissait jusqu’ici que brasser de l’air. Le paysage est vite dessiné : on repère les industriels occupés à créer des « parcs » avec ces engins très visibles, travaillant à l’extension d’un marché dont la forme et les mécanismes d’organisation sont contrastés selon les pays. Nicolas identifie deux séquences en France : le temps des « pionniers », vers 2000-2008, puis l’âge des industriels, de 2009 à aujourd’hui. Des quelques éoliennes peu éloignées des côtes testées par des start-ups à l’après Grenelle qui voit la montée en puissance de deux gros industriels, la transition n’a certes pas manqué d’énergie. C’est ce processus de normalisation qui est donc décrit, études de cas à l’appui, avec une attention soutenue sur les logiques institutionnelles, la construction des marchés et les ambiguïtés de la politique énergétique française visant à la fois une forme de souveraineté énergétique et l’exportation vers des marchés à capter.

Bon, j’écoute mais on ne peut pas dire que je suis attentif à 100 %. C’est que je dois parler juste après, et je me repasse en boucle le papier préparé à l’avance. Je confesse que je suis un peu plus stressé que d’habitude parce que, le samedi précédent, Jérôme et moi fanfaronnions sur le Carnet Zilsel dans un improbable billet sur l’étrange rite que constitue la communication dans un colloque. Nous avions révélé quelques préférences et lubies, que peut-être quelques-un-e-s dans l’assistance avaient découvertes, et cela intensifie d’autant plus mon inquiétude. Mais passons sur les états d’âme. J’ai présenté une communication intitulée « “Vendre” des concepts et solutions satellites. Sur quelques évolutions récentes de l’économie des promesses technique ». En 20 minutes montre en main, je livre quelques analyses du fonctionnement du marché des applications dans le domaine de l’observation de la Terre par satellite. J’en fais un analyseur du commerce des attentes technologiques et de la logique de la démonstration subventionnée au cœur des « innovations » satellites, logiques qu’il faut naturellement situer en référence aux transformations actuelles du secteur spatial. Ce qui n’est pas facile de démontrer en si peu de temps, mais bon… Comme je l’ai annoncé dans le billet à quatre mains sur la communication, je procède as usual, lisant sans décoller l’œil un texte agrémenté d’un PPT bricolé avec les moyens visuels à bord. Pas sûr que ça marche si bien, mais au moins j’ai eu le sentiment d’aller au bout de l’exercice. Mission accomplished.

À peine remis, je me rassois et écoute un collègue bordelais présenter une recherche sur l’internationalisation des politiques publiques de santé dans le domaine des médicaments (les Médoc, production locale n’est-il pas). Je ne l’écoute pas vraiment au départ. Je parviens à peine à suivre le développement sur les « freins à l’innovation médicale » et l’état de l’art un peu fastidieux sur l’économie et la sociologie de l’innovation (featuring un certain « Hatchouel » [sic] et le duo « Lascoumes et Legales » [re-sic]). C’est technique, très dense, très informé, avec des débordements intéressants sur l’apparition de l’évaluation médio-économique. Un peu largué, je me suis davantage concentré pendant l’intervention suivante, celle de Philippe Brunet traitant du « biohacking ». Rétro-innovant sur la forme (pas de PPT !), le sociologue évoque sa recherche en cours sur le bricolage façon « do it yourself » en biologie, à partir d’une association toute récente dont il étudie de près les activités. Pour lui, c’est un observatoire du devenir du complexe industrie-science saisi par la bande, c’est-à-dire dans un registre productif qui échappe à logique de la valeur. Exploratoire, l’exposé aborde d’abord la question de l’usage libre des technologies, leur éventuel détournement des usages initiaux. C’est le sens de l’activité qu’il convient de saisir. On repère des ambitions proches du monde professionnel de la science dans l’association, avec le projet de devenir un acteur important dans les biotechnologies. En même temps, la fibre hacker colore une revendication libertaire et créative, guidée par des principes d’action (le travail comme plaisir, passion, gratuité de la production, open source…). Ces positions ne sont néanmoins pas sans ambivalences puisque ces scientifiques d’un genre nouveau sont dans la marge mais rêvent de devenir les nouveaux Steve Jobs. L’open source y inviterait, puisque il s’agit de concilier la gratuité dans le marché, en sorte que les produits sont anticipés comme des futures marchandises. La tension est ainsi forte entre une logique du don et une logique de la valeur (marchandise). L’économie morale de cette activité tient bien au corps : on chercher les subventions, on se livre à la compétition sur projets, on se fixe des deadlines contraignantes, mais on est quand même libre de faire ce qu’on veut. En bref, ces activités se font à l’injonction de faire des biotechs par soi-même comme échappatoire à la science établie et aux contraintes managériales, mais elles n’en incorporent pas moins une forme discrète de capitalisme.

Et le ciel de s'assombrir sur la Victoire  (crédits :  Gustave Deghilage, 2012, via Flickr)
Et le ciel de s’assombrir sur la Victoire (crédits : Gustave Deghilage, 2012, via Flickr)

Voilà, en quelques lignes, ce que je suis parvenu à comprendre de cette dernière intervention (je passe le résumé de celle qui la suivie juste après : à l’approche du déjeuner, j’étais d’autant moins attentif qu’elle traitait d’innovations diverses et (a)variées dans l’alimentation). Je ne suis pas loin de penser que notre modeste Carnet, avec son modèle de « do it by yourself », sa petite contrebande épistémologique, ses coups d’éclat et de glas, mais en même temps, chemin faisant, son rapport contrarié à la Science-comme-profession, sa nécessaire rigueur, son petit travail de la preuve, sa cumulativité anonyme, son ethos contraignant, notre Carnet donc reconduit des ambivalences qui ne sont au fond pas si éloignées.

Et la fatigue de peu à peu gagner les corps

Reprise d’écriture en binôme. L’après-midi nous décidons de suivre la même séance, c’est-à-dire la suite de l’Atelier sur les disciplines. Ah ! les disciplines, on n’y échappe décidément pas. Le regain d’intérêt pour cette problématique de la discipline nous interpelle (au sens policier ?) et nous sommes curieux de voir comment la diversité des approches possibles permet de rendre compte de « ce qui se passe » dans la sociologie des sciences francophones sur ce thème longtemps délaissé.

La première intervention, d’un doctorant tout frais, ne manque pas néanmoins de susciter des questions. Parti en Chine suivre la formation de l’équivalent des étudiants d’une École centrale à la française, le doctorant – ne parlant pas le chinois – s’impose la contrainte « de les suivre » dans les activités périphériques qui nécessitent un recours moins systématique à une idiomatique normée. C’est donc dans le huis clos de l’atelier cuisine qu’il « suit » les échanges entre étudiants chargés de faire un gâteau et donc, pour cela, de coopérer dans l’action, d’échanger autour de l’usage des instruments, de se mettre d’accord sur les tâches à accomplir, leur hiérarchie et leur agencement… La description ethnographie pointue fait office d’attracteur. À grand renfort de mot-valise ANT et crypto-heideggeriens (le couteau-coupant-le-gâteau-dans-la-main-de-l’étudiant constituant un exemple des bizarreries descriptives qui n’ont cessé d’émailler le propos), on reste confiné dans l’atelier de cuisine sans jamais bien saisir ce que cette activité nous dit (promesse de départ) de la formation des ingénieurs chinois. La conclusion du doctorant sidère l’assistance autant par son audace inconsidérée que par la fragilité de l’enquête sur laquelle elle repose : il existerait un décalque parfait entre l’activité cuisine et la formation très pragmatique des étudiants chinois. Les étudiants se comportent devant la pratique culinaire comme on attend qu’ils se comportent dans leurs pratiques d’ingénierie. À bon droit, deux étudiants de Master présents dans la salle font remarquer que cette hypothèse (forte) reste à étayer : rien n’indique que toutes les « pratiques » (on met des guillemets tellement le terme semble ici désigner tout et n’importe quoi) s’articulent à une même modélisation cognitivo-corporelle qui ferait des étudiants des objets répondant toujours et en tout lieu de la même façon aux stimuli extérieurs. On n’ira pas plus loin, on frôle l’indigestion. N’est pas top chef qui veut.

L’intervention d’une doctorante passée de l’écologie scientifique à la sociologie de l’écologie témoigne – pour la première fois dans les exposés que nous avons vus – d’un début de démarche doctorale (avec des imperfections, des essais inaboutis, des incertitudes productives) vraiment pensée comme telle. Ouf, on respire. Même si ce n’est qu’un début, il y aurait donc de l’espace pour des recherches un tant soit peu utiles dans l’effort de compréhension collectif de la science-en-train-de-se-faire. La communication à deux voix de Sébastien Plutniak (disclaimer : Sébastien a déjà contribué au Carnet Zilsel) et Pierre-Éric Mounier-Kuhn semble bien courte au regard du terrain présenté : l’idée est de saisir deux trajectoires d’informaticiens dans le champ de l’archéologie. Les contrastes entre les approches qui ont finalement réussi et celles qui sont restées sans suites véritables permettent de mesurer les effets relatifs des institutionnalisations officielles. Le récit est passionnant et on attend une version finalisée à lire.

La dernière communication de l’atelier « Disciplines et domaines » restera dans la mémoire de celles et ceux qui y ont assisté. Un jeune doctorant présente non pas sa recherche sur les humanités digitales (rien que le sujet nous fait trembler : un chercheur des digital en chair et en os !), mais sa démarche pour faire accepter son projet de thèse auprès de ses financeurs. Le topo est supposé vendeur : enquêter « sur le terrain » pour voir comment les humanités digitales sont fabriquées (enfin, si on a bien retenu). Mêlant cynisme et arrogance, l’exposé est une tentative d’auto-déculpabilisation : conscient d’avoir vendu du rêve à des contractants peu regardants, le doctorant démonte avec aplomb sa propre entreprise d’enfumage. Il mobilise le lexique attendu, déroule un CV encore vierge en guise d’auto-analyse, n’a rien promis de vraiment solide et se demande encore (un peu éberlué) comment il a pu rouler tant de monde dans la farine sans qu’on s’en aperçoive. Les humanités digitales, beau guichet pour qui veut accumuler sans bosser un peu de capital primitif ? On ne tarde pas à le penser, et les vagues promesses d’« ethnographie des pratiques » esquissées en fin d’intervention et raccordées au slogan terrifiant « Il faut sauver les STS par les digital humanities » sont autant de coups d’épée dans l’eau. Méconnaissant la littérature sur le sujet (l’ethnographie des infrastructures numériques, des pratiques de design assistées par ordinateur, c’est révolutionnaire pour lui…), il réinvente la roue. Le malaise est palpable dans l’assemblée : à l’heure où tant de doctorant-e-s peinent à financer leurs recherches, où des milliers de postdoctorant-e-s s’efforcent de se maintenir dans la course académique impitoyable, voir que l’opportunisme le plus froid et le plus assumé peut (provisoirement) triompher n’a rien de réjouissant. C’est la rupture de cadre en direct, le hic dans la représentation. Forcément, il n’y a pas de question. Ou alors, des remarques fusent sur l’inanité d’une recherche qui, telle qu’elle est présentée, paraît déjà finie.

Consolations nocturnes (crédits : Samuel Peters, via Flickr)
Consolations nocturnes (crédits : Samuel Peters, via Flickr)

Après 16h30, l’ultime session « Controverses » est plus difficile à suivre. Malgré les jus d’orange et les viennoiseries de la pause, on ne se remet toujours pas de la performance pubarde sur les digital. Du point de vue d’une sociologie de la connaissance des SHS, on trouve néanmoins intérêt à entrer dans les laborieuses expositions théoriques d’un doctorant en début de thèse, qui tente d’appliquer quelques ficelles de l’analyse des controverses sur des sujets « chauds », type « Loi famille ». Montant ensuite d’un cran cognitif, l’exposé de Marc-Olivier Déplaude, intitulé « La science des industriels. Le Comité des salines de France et la promotion du sel de table (1980-2013) », est enfin ancré dans une enquête rigoureuse. On apprend sur les modalités et les mécanismes de production de l’ignorance dans ce secteur d’activité, qui donc se fabrique une « science » calibrée pour ses intérêts. Comme les marchands de clopes, ces petits industriels s’efforcent de préserver la réputation d’une denrée dont la nocivité commence de s’avérer. Dans l’avant-dernière planche, Mikaël Chambru présente les résultats de la thèse qu’il vient de soutenir (Communication, délibération et mouvements sociaux. L’espace public à l’épreuve du phénomène antinucléaire en France, 1962-2012), réaxés selon une problématique en termes de « territorialisation » des controverses autour du nucléaire. Bouclant la session, Lionel Scotto d’Appolonia présente lui aussi la thèse qu’il était sur le point de terminer, dans un exposé on ne peut plus ambitieux s’intitulant « Rationalisme et pragmatisme sont-ils épistémologiquement compatibles ? Discussion à travers l’analyse socio-épistémique des controverses climatiques ». Se plaçant en Quichotte de l’analyse des controverses, refusant a priori d’entrer dans l’arène avec une « thèse » en tête sur les disputes relatives au changement climatique, il adopte une démarche audacieuse, faite d’observations para-participantes acrobatiques dans les deux camps et d’esquisses de synthèse théorique de modes d’analyse réputés difficilement conciliables (pour dire vite : rationalisme qui tranche entre les vérités et les pseudo-assertions d’un côté, tentation de la symétrisation des modes de véridiction de l’autre). Montrant lui aussi quelques signes de fatigue, le président de la séance, Pascal Ragouet, expert ès-controverses, clôt les débats. Dans un climat de concorde que l’heure de plus en plus tardive peut expliquer, l’heure n’est plus à l’échauffement des esprits.

 *

*             *

De la même façon qu’il n’y a pas eu de véritable introduction au colloque, nous sommes bien en peine d’esquisser le début d’une conclusion. Il serait totalement vain et contreproductif de faire de ce colloque une image cristallisée de ce qu’est la discipline en France (sans ses aires francophones) en 2014. Mais, à l’image des carottes glaciaires ramenées des pôles, cette manifestation constitue un échantillon de ce qui se fait aujourd’hui. Nous voulions participer à un colloque de « sociologie des sciences et techniques », nous avons été enrôlés dans un « forum hybride » : il y avait à boire et à manger, un peu de sociologie par-ci, un peu d’« info-com » par-là, de la philosophie (de sociologue) diluée çà et là, des vieux sujets réactualisés et des bidules hype (digital humanities, Fablabs, etc.) pour donner l’impression que tout cela est encore au goût du jour. Si la casuistique domine assez largement les exposés, si les partis-pris théorico-épistémiques sont largement passés sous silence, c’est la condition même des doctorants qui inquiète : embedded dans des contractualisations paralysantes, certain-e-s de ceux que nous avons vu-e-s semblent donner l’impression de répondre à un questionnaire déjà préparée et non pas entreprendre une recherche originale quitte à tenter des renversements de table un peu maladroit. Alors, la sociologie des sciences est-elle en voie de normalisation, faire-valoir de stratégies de valorisation en bois ? Rien n’est moins certain, mais la cuvée bordelaise de 2014 laisse malgré tout une pointe d’amertume.

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin 

Image en bandeau : mur palimpseste d’un bâtiment de l’Université de Bordeaux (crédits : ASM).


8 réflexions au sujet de « La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (2/2) »

  1. Belle écriture, mais qui vous amène parfois à quelques approximations. Par exemple, un article ne peut pas faire « grimper en flèche le sacro-saint « H-index » de son auteur », mais tout au plus l’augmenter d’une valeur de 1.
    Sur votre critique de la « thèse sur commande », je serais plus pragmatique : c’est moins le cadre (3 ans, financement « privé) qu’il faudrait interroger que les conditions de sa mise en oeuvre. Qui a trouvé le financement : directeur ou doctorante ? comment a été négocié le sujet ? qui finance quoi exactement ? quels accès aux terrains/limites à la diffusion ont été contractualisées ? Moins qu’une emprise du commanditaire sur la mertono-bourdivine autonomie, il faudrait s’interroger sur les conditions d’abandon de ces doctorants à ce monde associé par leurs encadrants.

    1. Merci pour votre commentaire.
      1) La flèche augmentée d’une valeur de 1, l’effet est tout de suite plus modeste. Enregistré !
      2) Pour ce qu concerne la « contractualisation », j’entends bien les réflexions à mener sur la mise en place du deal initial, qui participe ici et là de l’intégration de la sociologie aux stratégies de valorisation. Sans en référer à nos Grands Auteurs de la SoS (ah ! Merton !), nous attirions plutôt l’attention sur l’allure et la publicisation mêmes du questionnement : la capacité du/de la doctorant-e d’articuler des raisonnements qui ne soient pas commandités (et qui ne cèdent pas non plus à l’Empire du Disciplinaire), une forme de jeu critique et réflexif, une marge de manœuvre, bref de l’autonomie (relativement relative, ça va sans dire). Nous ne sommes donc pas contre la thèse acclimatée à la recherche-action (car après tout, nous pratiquons nous-mêmes ce genre de recherche…) ; nous en pointons simplement les dilemmes et les chausses-trappes.
      ASM

  2. Je n’ai pas bien saisi le sens de votre critique moqueuse à l’égard des digital humanities, qui fleure bon l’entre-soi (« (rien que le sujet nous fait trembler : un chercheur des digital en chair et en os !) »). Alors que vous soulignez, au mieux, les errements de vos collègues sociologues… On aimerait percevoir, derrière les ricanements, l’argument qui les motive.

    1. Nous aurions donc fait montre d’une inopportune ironie ? Nous nous MOOCerions des DH ? Nous ricanerions sans argument ? Eh bien oui, il et vrai. Nous ne comptons plus les signes d’une compromission qui voudrait fleurer bon l’académique. Et notre réaction vis-à-vis de la piètre performance du collègue des DH s’en ressent, certes brutalement. Mais après, nous savons qu’il est important de ne pas tout mélanger et nous sommes d’ailleurs les premiers à reconnaître l’intérêt de techniques et de pratiques labellisées « DH ». Tout est pardonné ?
      Salutations.

      1. Inopportune, certes. On ne comprend pas, à lire votre réponse, s’il est sociologue (auquel cas, ce serait une erreur de cible : la charge sautant du collègue incriminé à son objet, pour des motifs demeurant obscurs…) ou représentant des DH (vous évoquez le « collègue des DH »). La fine allusion aux MOOC (DH = MOOC ?) montre le soin avec lequel on traite, même en sociologues, ces objets que l’on n’aime/ne connaît pas. Je suis néanmoins ravi d’apprendre que vous êtes « les premiers » (et surtout pas les derniers, donc) à reconnaître l’importance « de techniques et de pratiques labellisées « DH » ». J’imagine que les « techniciens » et « praticiens » de tous bords, estampillés DH – ne parlons pas de chercheurs, poussent à l’unisson un grand « ouf ! » de soulagement. Bien sûr, j’aurais pu évoquer le traitement réservé sous votre plume aux chercheurs en « info-com » (désolé). En matière de distinction, il me semble que vous opérez une confusion entre le concept et la posture.

        1. Il y aurait beaucoup à dire sur votre commentaire, notamment sur ce que vous inférez/extrapolez de ce que nous serions supposés ne pas aimer/ne pas connaître, et aussi sur la distinction que vous établissez entre le « concept » et la « posture », laquelle nous dépasse (mais sans doute êtes vous plus spécialiste que nous en la matière, la com’ étant experte en « concepts » comme chacun sait). Disons que ne jouons rien d’existentiel ici et avons essayé de transcrire à chaud (c’est refroidi depuis !) une expérience de colloque. Dire qu’il y a de l’esbroufe et de la « posture » dans les usages/mises en scène des DH, voire dans les recherches en info-com (mais c’est un autre sujet), cela ne nous paraît pas relever de l’assertion scandaleuse ou gratuite. Allez, on dira que notre position révèle encore l’arrogance et l’expansionnisme épistémologique de sociologues. Eh bien, certes.

          1. Dommage pour l’attaque ad hominem mâtinée d’une allusion à Deleuze, je ne suis pas spécialiste en « com' » du tout, et je suis donc au regret de vous informer que vous extrapolez. Je ne défends pas mon bout de gras, voyez-vous, je questionne simplement un propos publique sur un blog de recherche.

            J’ajouterai simplement ceci : l’écart entre une position arrogante et une position critique dénuée de cette morgue qui imprègne votre billet (et néanmoins potentiellement tout aussi offensive), tient moins à la vivacité du propos qu’à la volonté de l’argumenter. Je suis au regret de constater que cette volonté fait ici défaut (c’est d’autant plus dommage qu’il y a un véritable enjeu à évaluer, par exemple, les perspectives de la sociologie numérique – n’avez-vous pas interrogé F. Chateauraynaud ? – en les comparant avec les DH voire, horresco referens, l’info-com’…).

          2. Cher « AM », comme l’échange est fort mal engagé et les arguments semblent nous faire défaut (pétition de principe ?), nous vous laisserons bien volontiers le dernier mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *