Charles Wright Mills Unchained

À propos de François Denord et Bertrand Réau, La sociologie de Charles Wright Mills, Paris, La Découverte, « Repères », 2014.

« The badder they are, the bigger the reward. »
King Schultz, Django Unchained, par Quentin Tarantino (2012).

Inglourious Basterd

1460184-gf« Il est de gauche et c’est un plouc » (p. 108). C’est dans ces termes justement choisis que François Denord et Betrand Réau caractérisent en bout de course la personnalité « haute en couleurs » (enfin, surtout rougeoyante) du sociologue américain Charles Wright Mills (1916-1962), dans l’utile ouvrage qu’ils lui consacrent. Il y a de cela en effet. Les témoignages et les récits biographiques convergent : Mills est sans doute ce « plouc de gauche », ce Texan tarantinien un peu bourru/bourrin aventuré dans le Manhattan intello des fifties, pas tout à fait raccord mais fort bien intégré dans les cercles de la gauche étasunienne, il est aussi ce « franc-tireur » radical et par moments passablement binaire, ce héros critique à tous les étages pointant à la prestigieuse université Columbia, sans compromis ni concessions, ce savant intransigeant et tellement franc du collier, mais aussi, faut-il le signaler tant c’est en principe connu, ce praticien inventif de la sociologie (L’imagination sociologique, son best-seller paru en 1959, est un immense classique), cet adversaire de la Théorie avec un grand t (la « suprême théorie » iconifiée par Talcott Parsons, ça n’est pas sa tasse de thé) doublé d’un redoutable analyste de la société américaine. Ces multiples visages de C. Wright Mills, Denord et Réau les dessinent trait pour trait avec efficacité et une juste empathie. Ils parviennent dans l’ensemble à éviter l’hagiographie (c’était tentant !) et mettent en perspective, de façon dynamique et didactique, les recherches et les prises de position de l’auteur. Dans la série « La sociologie de… », ce « Repères » est donc réussi et comble un vide certain pour le lectorat francophone.

Pulp Nonfiction

Le premier chapitre reconstitue les moments d’une existence qui aura été relativement courte. Fauché par une crise cardiaque à seulement 46 ans, Mills quitte la scène alors que la Guerre froide est à son comble dramaturgique. On sent bien l’écart entre son milieu d’origine et celui vers lequel il tendra une fois la carrière de sociologue embrassée. Mills est né à Waco, dans le Texas. Il a tout du red-neck, Stetson vissé sur le crâne. Son milieu originaire est « plutôt pauvre culturellement et attentiste politiquement » (p. 8). Il est élevé par une mère catholique et très pratiquante, et le role model paternel par défaut est agent d’assurance, bref le genre de « col blanc » dont il auscultera l’éthologie plus tard. Denord et Réau soulignent à quel point cette socialisation primaire aura des effets sur sa conception de la société américaine, et notamment sa focalisation sur les classes moyennes et par contraste la méfiance à l’égard d’une « élite » lointaine autant qu’hautaine, loin des valeurs terrestres des petites gens du Texas, incarnées par un grand-père cow-boy. Mills est un enfant solitaire, il est rétif à la discipline, ne lit pas, s’ennuie à l’école. L’université (Austin, Texas) précipitera une mue très conséquente : au mitan des années 30, durant la Grande dépression, il se découvre une appétence pour la sociologie et la philosophie, il finit par lire beaucoup et accélère une forme de rupture avec le milieu social qui l’avait formé. En cours, il assimile le pragmatisme, les basics de ce que l’on nommera ultérieurement l’« école de Chicago », se fait aux problèmes de la social reform, etc. Ce qui est intéressant dans la carrière de Mills (et de ses contemporains), notent les auteurs, c’est qu’il est observateur participant d’un mouvement de professionnalisation de la discipline amorcée depuis la fin du 19e siècle. Cette dernière se fragmente peu à peu, reconnaît des spécialités et des thèmes privilégiés, des départements dominent (Chicago, Columbia) et d’autres apparaissent (Harvard).

(crédits : http://fatosociologico.blogspot.fr/)
Visage 1  (crédits : http://fatosociologico.blogspot.fr/)

Mills fait ses gammes dans un domaine alors de plus en plus visible, la sociologie de la connaissance. C’est pour une large part un produit d’importation. En effet, les exilés allemands et autrichiens l’emportent dans leurs bagages la Wissenssoziologie et des auteurs commencent de capter l’attention aux États-Unis, en particulier Karl Mannheim, dont le récemment traduit Idéologie et utopie (1929) est inévitable. La sociologie de la connaissance développée par le « jeune Mills » est présentée extensivement dans le quatrième chapitre. Ses idées reconduisent des principes du pragmatisme de W. James et Cie, qu’il lit sur les bancs de la fac : la connaissance est rapatriée sur terre, elle est dans l’action, elle est action, et il s’agit d’en jauger les effets pratiques (conséquentialisme). Cette philosophie de la connaissance est sociale : « L’individu réfléchit dans le cadre d’un espace des pensables socialement déterminé qui oriente et restreint sa pensée » (p. 85), et c’est pourquoi, souligne Mills, le langage joue un tel rôle dans la structuration d’un rapport situé au monde. Après des décennies de discussion, ces observations n’ont rien de choquantes, mais sur le moment, il faut les imposer contre un certain idéalisme, ce qui est loin d’être évident. Les sociologues de la connaissance n’ont pas le choix : parvenus à ce constat, ils doivent en passer par la discussion du statut de la vérité, car si les énoncés sont socialement déterminés, a fortiori les énoncés scientifiques, alors la vérité l’est tout autant. Et les prétentions de la sociologie de la connaissance, discipline à prétention scientifique s’il en est, d’être tuées dans l’œuf. Ce problème du relativisme, sur lequel se sont cassés les dents Mannheim et ses lecteurs, Mills le traite de front et nie le concept d’une surdétermination sociale de la connaissance (certes, je suis un petit-fils de cow-boy texan méfiant vis-à-vis des politiciens de D.C., mais les interprétations du pouvoir de l’élite que je risque ne se réduisent pas à cet état natif), tout en reconnaissant que la position sociale et le milieu cognitif influent sur les « choix théoriques » (p. 86). Et c’est précisément la connaissance des conditions et contraintes socio-intellectuelles que les sciences sociales, des sciences réflexives ce faisant, peuvent se donner les moyens de progresser. Son étude critique de l’idéologie, des impensés philosophiques et des effets pratique de la communauté des spécialistes des « problèmes sociaux » (les « social pathologists », comme il les appelle) atteste d’ailleurs l’utilité d’une sociologie de la sociologie. Mills applique également ce programme dans sa thèse (soutenue en 1942) portant sur la genèse et le développement de la philosophie pragmatiste, laquelle se trouve ainsi objectivée tout en constituant un outil d’objectivation pour le sociologue.

Death Prof

Mais c’est lorsqu’il amène l’imagination sociologique au pouvoir que Mills exploite avec la plus grande intensité la sociologie de la connaissance et l’épistémologie. Plus pragmatiques que les « pragmatiqu/stes au goût du jour, il en appelle dans L’imagination sociologique à une connaissance prise dans/par l’action, les « personal troubles » (que Denord et Réau traduisent à dessein par « épreuves ») comme les grands problèmes du moment ; une imagination qui, comme l’écrit Mills, « permet à celui qui en est doué de comprendre le théâtre élargi de l’histoire en fonction des significations qu’elle revêt pour la vie intérieure des individus » (p. 97), bref de rendre intelligibles à la fois les épreuves individuelles et les enjeux collectifs.

(crédits : http://www.cwrightmills.org/)
Visage 2 (crédits : http://www.cwrightmills.org/)

Tel qu’il l’énonce, ce projet-là n’est pas consensuel. L’affaire est cousue de fil blanc. Mills croque d’épouvantables épouvantails dans son essai qui sont aux antipodes de ce qu’il attend : d’un côté, le délirium de la « grand theory » à la Parsons, qui trouverait son autosuffisance dans l’exégèse onaniste des Monuments de la Pensée Sociale ; de l’autre le spectre d’une science sociale bureaucratique-industrielle-positiviste (« l’empirisme abstrait »), personnifiée par Paul Lazarsfeld et le Bureau of Applied Social Research (le « BASR » où Mills est recruté en 1945), sa « petite entreprise » à la solde du grand capital et de l’armée (entre autres méchants). Plutôt que de choisir la voie médiane « centriste » et « conformiste » d’un Robert K. Merton, Mills dégomme tout et, passé le strike, promet l’avènement de l’imagination sociologique. Sa « politique de la vérité » pousse au crime : des tendances les plus funestes de la science sociale professionnalisée il faut précipiter l’extinction, qu’il s’agisse de la théorie fonctionnaliste donnant des raisons d’être au statu quo ou des résultats biaisés par la « demande sociale » de sociologie utilitaire/iste façon BASR. Le programme de Mills, par sa radicalité empirico-théorique et son souci de servir autre chose que les intérêts des dominants, en serait comme le fossoyeur. Cela dit, il est lucide et sait que les intellectuels critiques-engagés forment une espèce rare en Amérique – et si on lit entre les lignes, on devinera sans peine qu’il en est le seul représentant. Donc, à ses contemporains aliénés il préfère la compagnie des classiques, les Weber et Marx. Au moins ces « autruis significatifs » ne risquent-ils pas de le contredire ! Malgré l’immensité de la tâche qui attend le sociologue transfiguré par l’imagination se symétrisant avec les héros de la social theory, Mills donne quelques trucs pour se former à ce qui lui paraît relever du « métier » (craft) ou de l’« artisanat intellectuel ». Denord et Réau copient-collent en encadré d’intéressants passages de L’imagination sociologique (p. 102-103) dans lesquels chacun pourra découvrir comment il s’agirait de procéder. Mills suggère par exemple que « Le fait de travailler sur le mode binaire – oui et non – vous encourage, au niveau de la classification multidimensionnelle, à penser les extrêmes » (p. 103). Binaire, il l’est en effet dans son travail, loin des circonvolutions théoricistes de ses collègues. Et y consacre de longues journées rivé à son bureau, faites de petites routines et de laborieuses séances de lecture et d’écriture (voir l’encadré étonnant p. 104-105, dans lequel Mills décrit ces heures de travail à la maison, lesquelles constituent pour lui une forme d’« action politique » puisqu’il en sort de l’imagination sociologique).

La restitution des ingrédients essentiels de cette recette est bien fichue. Surtout centrés sur le pronostic de Mills, les auteurs ne mettent pas suffisamment en situation le diagnostic initial puis sa portée. Si l’on peut reprendre les pièces du puzzle réordonnées dans le premier chapitre (les dynamiques interactionnelles au BASR, en particulier : ses chicaneries puis la rupture consommée avec Lazarsfeld ; son ambivalence vis-à-vis de Merton, qu’il ne critique pas explicitement dans ses attaques du canon fonctionnaliste, parce qu’il lui doit son poste à Columbia mais n’en pense pas moins…), on perd les nuances dans l’interprétation de la prise de position millsienne. L’association récente de cette imagination sociologique à la « public sociology » prônée par Michael Burawoy n’épuise pas la carrière intellectuelle et politique de cette conception sympathique mais très datée de la « vocation » sociologique, dont Merton pouvait dire bien après sa parution qu’elle reposait sur un état des lieux de la discipline au mieux « trivial et [qui] disait quelque chose de l’état du champ »[1]. Avec d’autres, notamment Alvin Gouldner (autre « franc-tireur » dans l’orbite mertonienne) Mills a contribué à faire émerger l’idée d’un « mainstream » de la sociologie américaine, qu’il aurait été utile de mettre à distance[2]. Cette vision est une simplification superbement binaire et de ce fait aisément préhensible ; ses effets ont été puissants dans la définition de la situation des années 1960, tandis que la contestation monte sur les campus et la critique grandit de l’« establishment » de la sociologie dominante de Harvard et de Columbia. Sans exagérer ni donner dans la réparation, ce qui devrait indifférer l’historiographie des SHS, je dirai que le qualificatif positivement connoté d’« artisanat intellectuel » sied tout aussi bien à la petite industrie du BASR. Le tableau (ici repris) qu’a dressé Michael Pollak de la « multinationale scientifique »[3] de Lazarsfeld ne manque pas de sel et de pittoresque, mais il surinterprète beaucoup l’image « corporate » et très « Mad Men » que le patron du Bureau souhaitait renvoyer de ses activités. Les recherches récentes[4] et la compulsion des archives du Bureau et de ses « artisans » sont autant de détours obligés pour qui veut (enfin) comprendre sans reconduire les légendes surfaites et bancales. Plus de cinquante ans après la fondation de ces mythes tenaces, il est temps de rouvrir ces dossiers. Ici aussi.

Spin city

(crédits : http://fatosociologico.blogspot.fr/)
Visage 3  (crédits : http://fatosociologico.blogspot.fr/)

C’est à Columbia, à New York donc, que Mills bâtit l’essentiel de son œuvre. Pour la restitution de cette dernière dans sa globalité Denord et Réau font bien d’accorder une importance stratégique dans le deuxième chapitre à Character and Social Structure, l’ouvrage que Mills publie en 1953 avec son collègue Hans Gerth, exilé allemand spécialiste de Weber (que l’on se plaira à [re]découvrir, occulté qu’il fut par Mills). Les ambitions théoriques et la composition de cet ouvrage méconnu (et non traduit) sont originales. Sous le sceau de la « psychologie sociale », soit un terrain d’exploration très prisé par les sociologues dans les années 50, les auteurs pensent l’articulation dynamique (socio-historique) entre la personnalité individuelle et les structures sociales, et plus spécifiquement le façonnement de la « structure du caractère » par le truchement de « rôles » intériorisés. Ces derniers sont institués par une société (les États-Unis, en guise de paradigme) elle-même constituée d’« ordres institutionnels » hiérarchisés qui chacun contrôle un pré carré et poursuivent des fins propres : ordres économique (richesse), politique (pouvoir), militaire (violence), religieux (salut) et ordre de la parenté (procréation) (p. 41) – ensemble d’ordres décomposables en « sphères » : symboles, technologies, status, éducation (p. 42). L’ouvrage de Gerth et Mills a ceci d’intéressant que, à l’échelle de l’individu, il ne s’épargne pas l’explication des constituants de la boîte noire de la « structure psychique » : ses perceptions, ses émotions et ses pulsions. Les relectures de G. H. Mead (formation du self, introjection de l’« autrui généralisé », etc.) ou de S. Freud (notamment la psychopathologie de la vie quotidienne) sont dans l’air de ce temps-là et révèlent une certaine ingéniosité conceptuelle dans l’art combinatoire. Contrairement à un certain culturalisme, alors très présent (quoique en perte de vitesse), la culture n’est pas l’alpha et l’oméga pour Gerth et Mills. L’attestent les pages très claires consacrées à l’approche en termes de « vocabulaire des motifs », c’est-à-dire le répertoire socialement institué de justifications mobilisées par l’acteur pour dire/verbaliser son action.

On le devine à la lecture de l’exposé, Character and Social Structure est un travail clairement fondationnel : les étages sont ainsi posés au fur et à mesure d’une architecture cohérente, selon un script (voir le schéma p. 44) et des définitions toujours explicites. Et c’est en cela que ce type de cadre analytique peut encore séduire : toutes les pièces sont là (ordres, institutions, sphères, groupes, rôles, etc.) des poupées gigognes et il n’est plus qu’à les emboîter ; et pour les esthètes de la complétude, des « principes d’intégration » des ordres dominants (correspondance, coïncidence, coordination, p. 45-47) sont posés afin d’expliquer les évolutions sociales-historiques, notamment la centralisation du pouvoir, la bureaucratisation du monde, la division bipolaire du globe, etc. Le livre de Gerth et Mills exprime un souci d’intelligibilité globale qui dépareille avec les visions fragmentées et fragmentaires auxquelles aboutissent nombre de sociologies (notamment celles qui ont fait le deuil de « la société »).

Mills au travail, Mexique, 1960 (crédits : http://www.cwrightmills.org/)
Visage 4 (crédits : http://www.cwrightmills.org/)

C’est lorsque ce lourd modèle est appliqué aux grands enjeux de l’époque (voir par exemple Les causes de la Troisième Guerre mondiale) qu’il montre (ou pas) son potentiel explicatif. Si l’intention d’expliquer des phénomènes empiriques observables ne semble pas la priorité des bâtisseurs de cathédrale théorique, comme Parsons, on perçoit bien que chez Mills les appareillages conceptuels laborieusement montés n’ont de sens que projetés dans l’interprétation « à chaud » et documentée de l’histoire qui se déroule ici et maintenant. Comme le soulignent Denord et Réau, une fois la cohérence du modèle reposée, la lecture millsienne des convulsions de l’histoire exprime une « vision réaliste et désenchantée de l’histoire, perçue comme un processus de monopolisation du pouvoir qui place les citoyens en spectateurs passifs d’un jeu réservé à une étroite minorité. » (p. 53) La transition s’opère ainsi avec le troisième chapitre, véritable mise en branle du modèle, dans lequel les auteurs font la synthèse des recherches de Mills sur le thème « stratification et politique », à partir de trois ouvrages clés : The New Men of Power (1948), Les Cols blancs (1951) et L’élite au pouvoir (1956). Si ces objets ont pu lui être suggérés (notamment via les « commandes » du BASR), Mills ne les approfondis pas au hasard : le sort pathétique du syndicalisme dans l’ordre de l’entreprise, l’avènement du milieu invasif des new little men, et la centralisation des pouvoirs par les patrons, les militaires et les politiciens sont autant de motifs de préoccupation pour le sociologue. À la froide objectivation, il oppose les descriptions denses, le fourmillement des détails et même une « poétique sociologique » (p. 62). La vision désenchantée se manifeste dans les analyses qu’il réserve à la faillite des syndicats et des partis de gauche, à la « foule solitaire » (D. Reisman) des « salariés autoaliénés » (p. 65), dépolitisés et passablement abrutis par les médias de masse (eux-mêmes autoabrutis), ou encore l’irrésistible dominance du triangle « État-armée-entreprise ». Si les deux premiers ouvrages sont d’honnêtes analyses de situations historiques désormais lointaines, d’intéressants documents de sociologie historique donc, L’élite au pouvoir constitue pour Denord et Réau une percée – certes discutable par certains aspects – mais toujours pertinente[5] pour rendre compte de l’agencement actuel et des structures de la classe dirigeante aux États-Unis et aussi en France (les travaux de Bourdieu sur la noblesse d’État ainsi que leurs propres recherches sont citées à l’appui).

Kill Mills ?

Cette Sociologie de Charles Wright Mills est une très bonne référence. On trouvera intérêt à l’utiliser comme point de départ pour réinvestir cette œuvre riche d’une dizaine de livres, sans compter le stock de chroniques et d’articles engagés. Denord et Réau retracent bien dans le premier chapitre biographique les engagements politiques de Mills et notamment son insertion dans des réseaux intellectuels internationaux (il voyage énormément après 1956), de même ils font état de ses interprétations des grands tourments idéologiques au temps de la Guerre froide (voir par exemple ses analyses de la révolution cubaine dans le très lu Listen, Yankee, 1960), cependant qu’ils n’en font pas la clé de voûte de leur présentation, redonnant ainsi toute sa force à la sociologie sous-tendant les jugements tranchés de Mills. Car en effet, ce serait dommage de réduire son œuvre à ses seules prises de position ou ses ouvrages de sociologie « critique ». Mais bien qu’il n’ait pas toujours été ce dangereux « professeur libéral » surveillé par la CIA, la conviction reste là que la sociologie de Mills n’est jamais aussi puissante que lorsqu’elle entend porter publiquement la contradiction à l’élite-qui-gouverne et, ultimement, à la limite du Quichotte, modifier la structure de la société pour en changer.

En revanche, et je conclurai par cet ultime bémol, les tentatives de relecture de l’histoire de Mills rapportée à l’histoire plus générale des SHS m’apparaissent quelque peu maladroites. Je pense, en particulier, aux connexions allusives faites à plusieurs reprises avec Pierre Bourdieu : il y aurait « ressemblances » entre les ordres et les champs (p. 41), l’autrui généralisé et l’habitus (p. 84) et, plus lourdement dans l’antépénultième page de la conclusion (p. 109), l’ensemble de la théorie de Bourdieu et celle de Mills. Parler de « ressemblances », cela peut avoir quelque vertu didactique, cela peut faire sens pour le lectorat francophone (disons même français), mais c’est forcé (i.e. bizarrement généalogique) et vague (i.e. trop intuitif) du point de vue d’une histoire sociale-conceptuelle des SHS qui s’attacherait à dégager les conditions de possibilité du sujet C. Wright Mills et de sa sociologie. Habiles et fins lorsqu’ils dépeignent les sinuosités de la structure du caractère de Mills, Denord et Réau s’autorisent hélas quelques facilités interprétatives. En même temps, c’est sans doute de bonne guerre : on ne reprochera pas aux auteurs de projeter sur leur sujet leurs propres démons[6].

Arnaud Saint-Martin (@ArSaintMartin)

 Image en bandeau : Mills en conférence, ca. 1950s, via oxy.edu.


[1] Mullan B., « Interview with Robert K. Merton », in id., Sociologists on Sociology, Avebury, Aldershot, 1996, p. 317.
[2] Calhoun C., VanAntwerpen J., « Orthodoxy, Heterodoxy, and Hierarchy: “Mainstream” Sociology and its Challengers », in Calhoun C. (ed.), Sociology in America: A History, Chicago, University of Chicago Press, 2007, p. 367‑410.
[3] Pollack M., « Paul F. Lazarsfeld, fondateur d’une multinationale scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 25, 1979, p. 45-59.
[4] Martire F., Come nasce e come cresce una scuolasociologica. Merton, Lazarsfeld e il Bureau, Roma, Bonanno Editore, 2006.
[5] Denord en a préfacé une nouvelle édition : Mills C. W., L’élite au pouvoir, trad., Marseille, Éditions Agone, 2012.
[6] Il faut avouer qu’à cette tentation j’ai également succombé dans mon « Repères » sur Merton, donc je pourrais tout autant plaider coupable.


Une réflexion au sujet de « Charles Wright Mills Unchained »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *