Le sociologue Bourdieu et l’historien Chartier, à voix nue

À propos de Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Le sociologue et l’historien, Marseille, Agone, 2010. Compte rendu initialement paru dans la Revue française de sociologie, vol. 52, n° 2, 2011, p. 384-387.

Le sociologue et l’historien rassemble les textes repris de cinq émissions « À voix nue », diffusées en février 1988 sur France Culture. Pierre Bourdieu s’y entretient avec son hôte Roger Chartier. C’est encore l’occasion pour le sociologue de mettre sa sociologie à la page en présence d’un condisciple, en particulier de se livrer à un exercice subtil d’interdisciplinarité, puisqu’il est question des rapports entre sociologie et histoire. On pourra toujours trouver matière à gloser sur les raisons d’éditer aujourd’hui de tels documents. Il est sûr qu’ils ne tomberont pas dans les oreilles de sourds ; par exemple, de sociologues désirant marquer la différence avec la discipline histoire, d’historiens cherchant chez Bourdieu les indices d’une incurable hégémonie sociologique, ou encore d’historiens des sciences sociales bien heureux de trouver une pièce à ajouter à ce dossier. Mais délaissons pour l’instant ces questions pour découvrir plutôt ce qui est donné à lire.

9782748901184FSUne multitude de thèmes sont traités au cours de ces échanges, certains précisément, d’autres évoqués en passant. Le ton est à la badinerie, à la malice, aux bons mots, aux petites confidences (publiques) entre amis se tutoyant. Bourdieu se montre cabotin, pince-sans-rire, n’hésitant pas à taquiner ses contemporains. Son humeur grinçante s’illustre par endroits. Et des clés apparaissent ça et là, l’air de rien : « Très souvent il y a des choses que j’écris en riant ; malheureusement, il n’y a pas de signe pour exprimer le rire par écrit, c’est une des grosses lacunes de la symbolique graphique. » (p. 22). Aucun smiley n’apparaît dans le texte, mais on y décèle sans peine la satisfaction de Bourdieu, bien conscient des effets potentiels de ses petites piques. Quitte à prêter le flanc à la critique, qu’il ne craint pas (« pour me réfuter, il faut se lever de bonne heure, il faut travailler. C’est un peu arrogant, mais bon… » [p. 26]). À l’évidence, Bourdieu se sait écouté, de la même façon qu’il s’écoute. De l’arrogance au contrepied, il ne cesse de jouer avec ses interlocuteurs (Chartier et l’auditeur) : il fait la leçon aux historiens, pulvérise leurs tentations historiographiques avant-gardistes et déconcerte ses propres lecteurs en bricolant un panthéon imaginaire baroque.

Discipliner les disciplines : confidences d’initiés

L’ambition de l’émission étant aussi de présenter l’œuvre de Bourdieu, Chartier n’oublie pas de référer aux questionnements récurrents qui animent celle-ci. Bourdieu persévère dans un récit désormais bien rôdé. La sociologie, c’est-à-dire sa sociologie, est une entreprise collective qui « dérange », l’outil d’une auto-analyse émancipatoire, d’une extraction des pesanteurs de la doxa, bref la discipline d’un « professeur de judo symbolique » (p. 49). Des thèmes incontournables sont abordés, par exemple, le thème, on l’imagine très attendu sur l’antenne de France Culture, de la distinction culturelle. Bourdieu et al. en ont traumatisé plus d’un, il était donc opportun de faire le point sur la question. À d’autres moments, l’entretien se fait didactique, par exemple lorsque Chartier demande à son ami de situer l’élaboration des notions d’habitus et de champ. Quels que soient les sujets, Bourdieu répond, trie les arguments, procède à d’utiles mises au point ; il parle en son nom tout en s’autorisant de la science.

Roger Chartier (crédits : France Inter)
Roger Chartier, maître de cérémonie radiophonique (crédits : France Inter)

Dans les échanges, Chartier ne joue pas le rôle de faire-valoir ni de simple passe-plat. Quelques recadrages et esquisses de critique l’attestent assez. Mais en même temps, l’historien est un interlocuteur idéal pour Bourdieu. Il abonde généralement dans le sens du sociologue, qui ne se fait pas prier pour signaler, les unes après les autres, les incuries des historiens. Entre autres habitudes rédhibitoires selon Bourdieu, leur « naïveté extraordinaire dans l’utilisation des catégories » (p. 29), leur disposition à céder à l’anachronisme – véritable crime de lèse-méthode –, un certain déficit de réflexivité. Toujours aussi mordant, Bourdieu livre une satire douce-amère de la discipline. Parce qu’il a la « nostalgie du monde historique » (p. 67), il ménage ses critiques. Cependant, à l’en croire, il est un monde qui sépare le corps-à-corps rude qu’impose le métier de sociologue des joutes confinées du « petit » monde historien – tout ce qui touche à l’historien est « petit ». L’historien est dépeint en pourvoyeur de biens symboliques que l’on s’offre ou s’achète à des fins de rassurance identitaire : « il est probable que si j’étais historien, je participerais aussi à la production de cadeaux de Noël » (p. 68). L’histoire est un petit savoir provincial, l’output d’un microcosme scientifique paisible dans lequel chaque petit exploitant cultive « peinard » son « petit fief » (p. 69). Le syndrome de l’histoire à la mode Decaux est au moins l’indice d’une certaine tranquillité, puisque l’histoire n’a pas à justifier son existence – et peu importe qu’il en résulte une léthargie intellectuelle. Le portrait-robot de l’historien, auquel Chartier ne trouve rien à redire, est parachevé par la référence au problème de l’écriture. Chez Bourdieu, c’est peu dire, ça fait nœud. Son ambivalence est ainsi grande entre l’admiration pour le génie descriptif parasociologique d’un Flaubert et la conviction que la science sociale n’advient que dans l’ascèse de constructions froides. Par comparaison, souligne Bourdieu, ces préventions vis-à-vis du « beau style » indiffèrent l’historien. Pire, il cède à son prestige. « [Mes amis historiens], persifle-t-il, ont un souci de l’écriture, de la belle forme, tout à fait légitime, mais souvent ils s’épargnent les rudes grossièretés du concept, qui sont extrêmement importantes pour faire avancer la science. » (p. 103). Même s’il perçoit l’attrait narcissique que l’écriture historienne peut procurer, il met en garde ses usagers : l’ambition d’un scientifique consiste avant tout à se rendre maître de la construction de l’objet. Or, insiste Bourdieu en substance, cela passe par une critique des langages de description et un ravalement des prétentions littéraires de l’historien. Somme toute, les historiens perdraient en jouissance esthétique ce qu’ils gagneraient en lucidité épistémologique. Ces descriptions sont précieuses. Elles indiquent comment un sociologue parvient à instaurer un point de vue sur l’état des disciplines.

https://www.youtube.com/watch?v=YsM3xvEnQV4
Pierre Bourdieu & Roger Chartier, série de cinq entretiens, France Culture, 1988

Plus profondément encore, Bourdieu livre un diagnostic lucide sur l’état d’une discipline historique en plein doute. En 1989, l’éditorial des Annales, intitulé Tentons l’expérience, pointera les apories d’une recherche qui, après s’être ouverte aux autres sciences sociales dans les années 1960 et 1970, se recentre sur un rassurant pré carré. L’époque du triomphe de l’école historique française est révolue ; le temps de la revanche sociologique semble venu. Le dialogue critique avec l’histoire et les historiens que Bourdieu esquisse dans ses entretiens préfigure son célèbre article paru en 1995, « Sur les rapports entre la sociologie et l’histoire en Allemagne et en France ». Le sociologue y contestera – en termes plutôt vifs – les tentatives de quelques historiens (et notamment de Gérard Noiriel) de construire une histoire sociologisée qui esquiverait le travail conceptuel. En 1988, face à Chartier, Bourdieu se contente encore de lancer quelques piques qui préfigurent une critique plus sévère et moins souriante.

Généalogies projectives

Au jeu des références convenues, le dialogue Chartier-Bourdieu substitue un dialogue subtil autour des généalogies réfutées et choisies. Chartier souligne incidemment que le travail de Bourdieu est marqué par « la volonté d’écailler les certitudes pour parler comme Foucault » (p. 27). Le sociologue, dans sa réponse immédiate, esquive le rapprochement avec l’auteur de Surveiller et punir. Mieux, quelques pages plus loin, il prend clairement ses distances avec Michel Foucault, en indiquant que la notion « d’enfermement » le met « un peu dans un état de malaise » (p. 82) parce qu’elle renvoie aux grandes lois tendancielles qu’il a en défiance. Dans ce même passage sur les trends historiques, Chartier tente de rapprocher Bourdieu de Norbert Elias : la formation de l’habitus semble converger, pour l’historien, avec l’économie psychologique dont Elias trace l’histoire dans La dynamique de l’Occident. Bourdieu repousse alors la généalogie Weber-Elias-Foucault parce qu’elle induit un raisonnement téléologique et finalement an-historique. Toutefois, le jugement sur Elias est quelque peu nuancé : la « psychologie sociale évolutive » offre des perspectives épistémologiques stimulantes. Il n’empêche, face à Chartier, qui tente, aux confins des référentiels historiens, un rapprochement avec la sociologie du champ et de l’habitus, Bourdieu joue malicieusement au contre-emploi. Il répudie les généalogies qu’on lui soumet, souligne leur téléologisme potentiel et, finalement, se fait plus historien que l’historien lui-même. Personne n’est dupe, Bourdieu, en choisissant la généalogie dans laquelle il souhaite inscrire son travail, marque aussi (et surtout) son autorité et sa domination. Il est celui qui peut pointer sinon l’inanité, du moins la légèreté des tentatives historiennes de puiser dans des corpus hétérodoxes.

Leçon dans la leçon, Pierre Bourdieu au Collège de France  (crédits : http://bibliobs.nouvelobs.com/)
Leçon dans la leçon : Pierre Bourdieu au Collège de France (crédits : http://bibliobs.nouvelobs.com/)

En miroir de ces généalogies réfutées, Bourdieu fabrique une généalogie choisie qui mêle références attendues et citations insolites. Le panthéon bourdieusien est ambivalent à l’endroit d’Émile Durkheim (ce qui ne laisse pas de surprendre) : l’ambition de l’auteur des Règles de la méthode sociologique de produire « une vérité transcendante aux intérêts particuliers » est étrangère à Bourdieu, mais le « beau » texte de Durkheim s’inscrit dans le prolongement des réflexions de Spinoza (pp. 61-62). Le signe fait en direction de Pascal n’est guère surprenant (p. 71) ; la délectation à citer Karl Krauss comme référence commune joue davantage sur l’effet de surprise attendu. Enfin, la figure de Gustave Flaubert comme sociologue avant la lettre achève de troubler le lecteur qui n’a pas encore lu (et pour cause) Les règles de l’art.

*

 *             *

Au fond, les lecteurs de Bourdieu n’apprendront rien de plus qu’ils ne savaient déjà. Le sociologue et l’historien participe d’un inventaire bibliographique encore ouvert. Pourtant, cette lecture s’impose à plus d’un titre : d’abord, la préface de Chartier fournit une perspective historiographique inédite. Elle permet de saisir en acte l’état d’une pensée. La critique de l’école historique française, les recherches sur Flaubert et le travail sur Manet, futures productions de Bourdieu, sont ici présentés dans leur état d’ébauche. Le mérite de Roger Chartier est de maintenir le propos de Pierre Bourdieu entre l’uchronie d’une œuvre encore à venir et les acquis d’une théorie déjà formulée. La valeur documentaire de l’ouvrage est donc avérée. Son intérêt littéraire n’est pas négligeable non plus : le ton alerte, le tranchant des propos, la subtilité des cadrages et les débordements propres à l’exercice oral restituent, dans une forme originale, une pensée en mouvement, vive et aiguisée.

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

Image en bandeau : leçon de P. Bourdieu au Collège de France, 2000. Crédits : Rainer Ganahl.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *