Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular

Une semaine après la révélation du canular, l’improbable « Jean-Pierre Tremblay » n’est déjà plus qu’un souvenir et un spectre-qui-hante sur la plateforme Cairn.info. L’article a en effet été retiré par la rédaction de la « revue des Sciences Humaines et Sociales » Sociétés. Son directeur, qui en appelle à la raison pour une fois, s’est fendu d’un étonnant – c’est peu dire – mot d’excuse. Alors, on arrête ? Non, surtout pas. Le travail de démontage et d’enquête collective doit pouvoir continuer parce que ces moments de vérité sont trop rares dans nos disciplines. Dans le prolongement donc de l’article de révélation et d’analyse du canular co-signé par Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin (et publié le 7 mars 2015), la rédaction du Carnet Zilsel propose d’approfondir la discussion les semaines prochaines. Bernard Lahire, le premier, enfonce le clou dans l’article qui suit. Il revient d’abord sur les suites douces-amères de la thèse d’astrologie d’É. Teissier, puis met en avant les vertus du canular lorsque la cible visée par la critique rationnelle finit par se dérober.

Le canular soigneusement préparé par deux jeunes sociologues français, Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin, pour porter un éclairage critique sur la nature très problématique de ce qui se publie dans la revue française Sociétés, dirigée par Michel Maffesoli, est un formidable coup de maître dont on se souviendra longtemps. Par une mystification démystificatrice, les auteurs de ce canular provoquent l’éclat de rire, mais font surtout voler en éclat le sérieux d’une entreprise anti-scientifique qui se pare des attributs de la science.

Flash-back : l’« affaire Teissier » comme révélatrice d’une faute professionnelle et d’une imposture collective

Comme ils le rappellent dans le texte qui révèle les tenants et aboutissants de ce canular[1], la décision d’élaborer une telle farce s’inscrit dans l’histoire récente de la discipline sociologique. Il y a bientôt près de quatorze ans, la très médiatique astrologue, Elizabeth Teissier, soutenait une « thèse » de sociologie à l’Université Paris V-Sorbonne, sous la direction de Michel Maffesoli[2]. Alertés par Jean-Paul Krivine (rédacteur en chef de la revue Science et pseudo-sciences) de l’imposture (la toute nouvelle doctorante ne cachant pas son souhait de voir entrer l’astrologie à l’université), Jean-Claude Pecker (astrophysicien, membre de l’Institut, professeur honoraire au Collège de France) et Jean Audouze (astrophysicien, directeur du Palais de la découverte) prirent l’initiative de former un comité de relecture pluri-disciplinaire de la « thèse ». Les défenseurs de la candidate, et en tout premier lieu son directeur de thèse, s’étaient indignés publiquement du fait que les premières dénonciations de cette soutenance de thèse dans la presse avaient été émises par des personnes n’ayant pas lu la thèse. Une telle indignation était, malheureusement, assez classique : ceux qui méprisent en permanence les règles les plus élémentaires de la vie scientifique n’hésitent jamais à accuser ceux qui ont l’impudence de le dire tout haut, de faire preuve d’un manquement coupable aux règles. Ils évoquaient, par ailleurs, de simples « dérapages » dans la thèse, et banalisaient le scandale en laissant penser que la chose était courante en sociologie.

Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)
Boule de cristal (crédits : Mo, 2013, via Flickr)

La relecture de la thèse répondait donc en acte à cette tentative de désarmement de la critique. S’appuyant sur la certitude que peu de monde aurait le temps, et le courage, de lire le document en question, Michel Maffesoli et ses amis pouvaient espérer se faire passer pour des martyrs, victimes d’une « querelle d’écoles », auprès d’une partie de la communauté scientifique. Une fois la thèse lue et commentée publiquement, une telle stratégie devenait cependant plus difficile. Ce n’était pas une « école » ou un « courant » sociologique qu’on assassinait injustement, mais bel et bien une faute professionnelle caractérisée, commise par des enseignants-chercheurs autant dépourvus de rigueur que de scrupules, qui était révélée.

Participant au comité de relecture en tant que sociologue, je fus alors chargé de rédiger un compte rendu de lecture, relu et amendé par deux collègues[3], et qui établissait avec force preuves le fait que le document présenté par la candidate était caractérisé par une totale absence de métier et de point de vue sociologiques[4]. Il ne s’agissait pas d’une « mauvaise » thèse mais, à proprement parler, d’une non-thèse : l’ouvrage en question ne faisait en définitive que développer un point de vue d’astrologue ; il prenait pour cible (avec des arguments naïvement relativistes) la « science officielle » (trop rationnelle, trop matérialiste, trop dogmatique…) qui ferait obstacle à la reconnaissance de l’astrologie comme science ; et il était dépourvu de tout ce qui caractérise un travail scientifique de nature sociologique (problématique, rigueur conceptuelle, dispositif de recherche débouchant sur la production de données empiriques…). Normatif de bout en bout, sans aucun dispositif méthodologique digne de ce nom, illustrant des affirmations péremptoires par des « données » qui consistaient en des anecdotes de la vie personnelle, médiatique et mondaine de son auteure, le texte en question rédigé dans une langue boursouflée n’aurait jamais dû pouvoir être soutenu : un directeur de thèse sérieux n’aurait jamais accepté de présenter un tel travail, les deux rapporteurs n’auraient jamais dû délivrer un avis favorable, et les membres du jury n’auraient jamais dû accepter d’attribuer le titre de docteur à la candidate. On voit donc que c’est toute une chaîne de dysfonctionnements qui rendit possible un tel scandale, et si aucun filtre n’avait pu permettre d’arrêter le processus, c’est parce que celles et ceux qui auraient pu le faire avaient sciemment décidé de ne pas le faire.

Des critiques ont parlé à l’époque d’imposture à propos de la thèse, mais on avait affaire en l’espèce à un cas d’imposture un peu particulier dans lequel l’imposteur ne faisait de toute évidence strictement aucun effort pour rendre son imposture crédible au regard des critères scientifiques les plus ordinairement acceptés. L’auteure de la « thèse » n’entendait pas en l’occurrence duper un jury en lui faisant croire que son enquête empirique, ses données, ses « résultats » étaient scientifiquement contrôlés, car il n’y avait ni enquête, ni données, ni résultats dans son texte. L’imposture n’était donc pas individuelle et n’était même pas le fait de la candidate : il s’agissait d’une imposture collective, rendue possible par un directeur de thèse, puis par des rapporteurs, et enfin par un jury de thèse. Et, puisqu’il fallait bien aller au bout du raisonnement, on pouvait se demander ce qui avait rendu possible l’existence de tout un courant anti-rationaliste dans les sciences humaines. Il n’y a, à proprement parler, d’imposture scientifique que lorsqu’il existe des cadres scientifiques suffisamment solides et collectivement partagés qui permettent d’en juger. Or, force est de constater que dans une discipline comme la sociologie, le pire côtoie le meilleur et que des charlatans peuvent « légalement » (d’un point de vue institutionnel) revendiquer le nom de sociologues au même titre que des scientifiques de renom et dont la qualité du travail est très largement reconnue.

Boule de neige (crédits : redjar, 2001, via Flickr)
Boule de neige (crédits : redjar, 2001, via Flickr)

Toutefois, malgré le travail d’argumentation et de contre-argumentation, malgré l’administration publique de la preuve de la faute professionnelle, les choses n’ont guère changé depuis. On peut même considérer, sans céder au catastrophisme, qu’elles ont tranquillement empiré avec la nomination (contestée) de Michel Maffesoli au conseil d’administration du CNRS en 2005, sa nomination (contestée) comme membre sénior de l’IUF en 2008, la publication de certains de ses ouvrages ou de ceux de ses disciples aux Éditions du CNRS, les nombreuses thèses soutenues sous sa direction ou celle de ses élèves devenus professeurs, les recrutements de maîtres de conférences et de professeurs, sans parler des auto-promotions universitaires de certains d’entre eux.

Faire trembler l’adversaire (collectif) en alliant canular et critique rationnelle

Que faire devant la banalisation d’un tel état de fait ? Difficile de repartir en guerre en permanence (il y a des travaux scientifiques à réaliser, de très belles thèses à faire soutenir, des articles et des ouvrages à écrire…), mais impossible de faire comme si de rien n’était. C’est là qu’une nouvelle génération de chercheurs entre en jeu et, armés d’une saine indignation scientifique et d’un bon sens de l’humour, décident de soulever la poussière qu’on avait un peu trop tendance à vouloir glisser sous le tapis. Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin ont ainsi publié, sous le pseudonyme de Jean-Pierre Tremblay, un article intitulé « Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris » dans la revue Sociétés (2014/4, n° 126, p. 115-124), avant de faire paraître le récit de toute l’histoire[5]. La publication par Sociétés d’un texte calamiteux, ne reposant bien entendu sur aucune données d’enquête et à la rhétorique franchement délirante (de l’analogie sauvage autour de la naissance qui amène à comparer un fil électrique à un cordon ombilical[6], à des phrases dépourvues de sens mais vaguement poétiques ou mystérieuses[7], en passant par un comique relevant du pastiche philosophique[8]), est proprement accablante.

Boule à facette (crédits : Thomas Weidenhaupt, 2008, via Flickr)
Boule à facette (crédits : Thomas Weidenhaupt, 2008, via Flickr)

D’aucuns se demanderont légitimement si le canular est une forme acceptable de critique dans les sciences. Mais juger du canular de façon décontextualisée, ce serait négliger l’histoire récente, résumée à grands traits ci-dessus. Car c’est face au constat de l’inefficacité relative des moyens ordinaires d’action et de réaction (comptes rendus critiques, évaluations des recherches et des candidatures à des postes, etc.) que les auteurs du canular se sont décidés à réveiller les consciences somnolentes en jouant ce que l’on peut appeler un « bon coup ». On pourrait dire de ce point de vue que le canular est une forme de légitime défense lorsque l’adversaire (collectif) lui-même méprise les principes scientifiques de la discipline au nom de laquelle il déploie ses activités et tire sa légitimité.

Il va de soi que toute revue scientifique, même la plus contrôlée et sérieuse qui soit, pourrait être victime d’un canular : imiter les codes de publications scientifiques les plus respectables[9] au point de faire passer un « faux article » – où tout serait falsifié : extraits d’entretiens et notes ethnographiques inventés, données d’enquêtes quantitatives crédibles mais inexistantes, extraits d’archives imaginaires, etc. – pour un « vrai article », ne discréditerait cependant pas la revue, mais l’auteur de l’article dont on parviendrait à prouver l’imposture.

En revanche, le canular devient une arme critique qui se retourne contre la revue, lorsqu’il révèle, par l’imitation « des codes rhétoriques et linguistiques d’un discours verrouillé[10] » et qui se contente de « singer une vision conjecturale de l’homme et du monde hautement moralisée et moralisatrice[11] », l’ensemble des manquements aux principes scientifiques : lorsqu’un article qui ne cherche ni à énoncer des interprétations claires, ni même à faire semblant d’avoir un dispositif de recherche très sérieux (« où seule la déambulation photographique ou la promenade dans la rue font office de “méthode” »), et qui n’hésite pas à tenir des propos abscons, normatifs, généralisants, et pseudo-anthropologiques ou métaphysiques, est accepté aussi facilement et sans remarque particulière, c’est la revue qui est ridiculisée et totalement discréditée. Et la défense aura bien de la peine à évoquer l’erreur (humaine) passagère d’évaluation tant les auteurs du canular n’ont pas lésiné sur les moyens.

Boule de bowling (crédits : Joonas Tikkanen, via Flickr)
Boule de bowling (crédits : Joonas Tikkanen, via Flickr)

Le canular force à mettre en lumière les propriétés des textes qui sont régulièrement publiés dans une telle revue sans soulever l’indignation de la communauté scientifique[12] : abus de métaphores approximatives[13] ou d’oxymores qui tiennent lieu d’explication, phrases incompréhensibles qui font passer le creux pour du profond et le vague pour du complexe, renvoi à une nature humaine anhistorique, postulat d’une société postmoderne sans administration de la preuve, absence de méthode et de terrain, données illustratives des thèses (exemples sur mesure[14]) mais non tirées d’enquêtes en bonne et due forme, etc.

Le canular et la critique rationnelle frontale ne s’opposent pas, bien au contraire. Quand il est réussi, le canular, capable de réveiller une « communauté » assoupie, suppose l’analyse critique rationnelle des caractéristiques de la démarche des imposteurs et pas sa simple « imitation pratique ». En effet, pour rédiger un article « à la manière de », il faut soit en maîtriser pratiquement le modus operandi, ce que font les auteurs qui publient ordinairement dans la revue Sociétés, soit, ce qui est le cas des auteurs du canular, en avoir fait l’analyse et repérer l’ensemble des points qui contreviennent à la logique de création scientifique. Même si les armes de la critique savante sont socialement faibles, il faut continuer imperturbablement à les mobiliser pour montrer la voie à suivre.

*

*             *

Il m’est souvent arrivé de penser, en lisant certaines thèses issues de ce secteur de la sociologie ou les productions publiées par leurs auteurs, qu’il suffirait presque de republier ces textes en indiquant en fin de chaque phrase, en guise de didascalie, un « [rires !] », pour faire ressentir au lecteur l’absurdité ou le ridicule du propos. Et c’est au fond ce que sont parvenus à réaliser Manuel Quinon et Arnaud Saint-Martin avec ce texte absurde et ridicule à souhait. Pour cela, c’est toute la communauté des sociologues, et au-delà, qui doit leur en savoir gré. Et parce que le rire s’accompagnera de toute une série de commentaires, d’analyses et de témoignages critiques, on peut espérer que l’adversaire en sortira affaibli, et la discipline sociologique, de même que l’institution universitaire, un tant soit peu grandies.

Bernard Lahire

Image en bandeau : vestige d’une actualisation de la base Cairn.info (capture d’écran par ASM).


[1] M. Quinon et A. Saint-Martin, « Le maffesolisme, une “sociologie” en roue libre. Démonstration par l’absurde », Carnet Zilsel, 7 mars 2015.
[2] G. E. Hanselmann-Teissier, Situation épistémologique de l’astrologie à travers l’ambivalence fascination/rejet dans les sociétés postmodernes, thèse de doctorat de sociologie, Université Paris V, le 7 avril 2001, 900 p. Les membres présents de son jury, outre son directeur de thèse, étaient Serge Moscovici (Directeur d’études à l’EHESS), Françoise Bonardel (Professeur de philosophie à l’Université de Paris I) et Patrick Tacussel (Professeur de sociologie à l’Université de Montpellier III). Ils lui accordèrent la mention « Très honorable ». Deux professeurs avaient préalablement donné un avis favorable à la soutenance de cette thèse sur la base d’une lecture du document : Patrick Tacussel et Patrick Watier (Professeur de sociologie à l’Université de Strasbourg II).
[3]. Les deux collègues étaient Philippe Cibois (sociologue, Professeur à l’Université de Versailles Saint-Quentin) et Dominique Desjeux (anthropologue, Professeur à l’Université Paris V). Les autres membres du comité de relecture étaient : Jacques Bouveresse (philosophe, professeur au Collège de France), Henri Broch (physicien, professeur à l’Université Nice Sophia-Antipolis), Denis Savoie (historien des sciences, Palais de la Découverte) et Jean-Paul Krivine.
[4] On trouve une version publiée de ce rapport sous le titre « Une astrologue sur la planète des sociologues ou comment devenir docteur en sociologie sans posséder le métier de sociologue ? » in B. Lahire, L’Esprit sociologique, Paris, La Découverte/Poche, 2007, p. 351-387.
[5] M. Quinon et A. Saint-Martin, « Le maffesolisme, une “sociologie” en roue libre… », op. cit.
[6] « Non sans une certaine audace théorique, Maffesoli parle à cet égard d’“invagination du sens” propre au moment postmoderne : on ne saurait mieux dire. Afin de démontrer la justesse empirique de cette analogie du “retour à la matrice”, on ne manquera pas de remarquer que le fil reliant la voiture à la borne de rechargement n’est pas sans évoquer le cordon ombilical qui relie la mère à l’enfant. L’électricité, telle une substance nutritive, pulse à flots continus via un fil noir. Et le cycle naissance-vie-mort de se rejouer à chaque arrêt à la station. » (« Automobilités postmodernes : quand l’Autolib’ fait sensation à Paris », Sociétés, 2014/4, n° 126, p. 119).
[7] Par exemple : « L’abandon de toute signature colorée dit assez l’épuisement d’une urbanité vorace, phagocytant les pulsions de vie, absorbant la vivacité des couleurs. » (Ibid., p. 117) ou encore « “L’inconscient spécifique” que représentent les structures synthétiques et mystiques de l’imaginaire, et qu’incarne l’Autolib’ sous une forme archétypique-concrète, est en effet un imaginaire potentiel, en devenir, “ferment de changement social et de mythe directeur”. » (Ibid., p. 123).
[8] « Son existence précède les flux de son essence et des extases qu’elle promet à l’abonné-e » (Ibid., p. 117). Les auteurs du canular qualifient l’expression d’« invraisemblable calembour sartriano-pétrochimique » (M. Quinon et A. Saint-Martin, « Le maffesolisme, une “sociologie” en roue libre… », op. cit.).
[9] Dans les sciences sociales, lorsque la contribution est théorico-empirique, il s’agit du respect d’un équilibre entre les thèses avancées et les preuves empiriques apportées, de l’explicitation des conditions de réalisation de l’enquête afin de fournir au lecteur les éléments de contextualisation de la production des données, et de la mise en œuvre d’une argumentation rationnelle, basée sur des concepts un tant soit peu définis plutôt que sur des mots ésotériques pseudo-savants.
[10] Ibid.
[11] Ibid.
[12] « Tout cela aurait pu passer inaperçu. Des articles de ce genre, Sociétés en publie à la chaîne depuis “plus de vingt ans”. Rien de surprenant, rien de neuf, dira-t-on. », Ibid.
[13] Cf. J. Bouveresse, Prodiges et vertiges de l’analogie. De l’abus des belles-lettres dans la pensée, Raisons d’agir, Paris, 1999.
[14] B. Lahire, « Risquer l’interprétation », in B. Lahire, L’Esprit sociologique, op. cit., p. 59-62.


2 réflexions sur « Comment confondre les imposteurs : les vertus critiques du canular »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *