Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS

Au mois d’octobre dernier, le colloque annuel de la Society for Social Studies of Science a eu lieu à San Diego. Cette association, la « 4S » pour les intimes, équipée de sa revue, Science, Technology & Human Values, s’est affirmée depuis le milieu des années 1970 comme un lieu central de rassemblement et d’administration collective des études sur les sciences et les technologies, la caisse de résonnance de la communauté « STS » (Science and Technology Studies).

Mise au vert
Mise au vert. Crédits : 4S

À San Diego, plus que nulle part ailleurs, l’espèce du « chercheur STS » se sent chez elle. C’est son écosystème, sa matrice amniotique. San Diego, la Californie, ses plages, ses surfeurs, ses startups, sa base navale, son Institut Salk – dont Bruno Latour a fait, il y a bien longtemps, le terrain de son ethnographie séminale –, sa chaleur, ses phoques et ses lions de mer, sa douceur de vivre. Jeune chercheur, historien des sciences soigneusement acculturé aux diverses tendances des « studies » tout au long de ma formation doctorale, c’est donc avec une certaine fébrilité que je décollais pour San Diego, m’apprêtant à fouler pour la première fois le sol américain et à me joindre aux 1200 participants venus communier lors de cette grand messe annuelle.

Suspendre le jugement, tant faire se peut

L’arrivée au Town and Country Resort and Convention Center est quelque peu effrayante. Un hôtel massif, à l’architecture soviétisante, nous fait face et isole le complexe hôtelier où a lieu le colloque de la route austère et du centre commercial qu’il jouxte. Heureusement, quelques camions remorques aux couleurs éclatantes et aux chromes astiqués sont disposés sur le parking et égayent un peu le cadre. Oui, c’est étonnant : en même temps que le meeting de la 4S a lieu cette année celui de la California Tow Truck Association, l’association californienne des camions remorques. Les hasards du calendrier…

Un autre univers. Crédits : Volny Fages
Un autre univers. Crédits : 4S

En contournant le bâtiment, et les dépanneuses, l’on découvre alors un vaste réseau de petits bâtiments, agréablement disposés, séparés de fontaines et de palmiers. C’est là qu’auront lieu les conférences. Ou plus précisément, c’est dans les multiples îlots de ce complexe isolé du monde (mais pas des camions remorques), qu’auront lieu simultanément les 24 (!) sessions parallèles du colloque.

Dans ce type de rassemblement, on est vite submergé par la quantité et la simultanéité des événements. Aussi ai-je pris le parti de tenter de structurer ma déambulation d’une session à l’autre (inévitablement quelque peu erratique) en essayant, certes, de varier les thématiques, mais en cherchant également à trouver des éléments de réponses aux questionnements qui me taraudent ces temps-ci sur l’état des STS. Où en sont les tendances critiques sur les sciences et les technologies ? Peut-on espérer un renouvellement générationnel sur cet aspect, et lequel ? Où en sont les réflexions qui devraient, à mon sens, obséder tout chercheur STS, à savoir celles de l’articulation problématique entre critique sociale de l’autorité épistémique et politique de la science et des scientifiques, constitutive d’une partie du champ depuis au moins les années 1970, et volontés performatives, ou ambitions expertes, qu’elles se manifestent dans la société civile ou au niveau de la gouvernance de structures institutionnelles ? A-t-on définitivement tourné la page des STS de combat au profit de STS de gouvernance ?

Armé de ces interrogations, en quête de surprises et avide de découvertes, je commence donc mon parcours par quelques interventions sur le « critical making », les « STS in practice », et les STS (toujours) « in the making ». Les titres sont charmeurs, provocateurs, pleins de promesses à la fois contestatrices et productives. La réalité de contenu est tout autre. Je me rends compte que mon anglais est parfois un peu approximatif, et l’adjectif « critical » est bien loin de renvoyer, comme je l’imaginais, à la théorie critique (tropisme européen, probablement, quoi que…). Ces sessions sont essentiellement dominées par le monde du « design ». Il s’agit de montrer comment il est possible (souhaitable ?) de « co-designer » la technoscience en faisant intervenir différents types d’acteurs (dans des metalabs, par exemple), de souligner la dimension STS d’un projet d’arboretum, de discuter des mérites comparés du « design style critique » et du « traditional peer review »… Il faut se rendre à l’évidence, il y a peu de chance qu’au milieu de la forêt de lunettes à épaisses montures noires en plastic ou en écaille qui orne l’auditoire, un Corcuff puisse dénicher une quelconque pépite.

Gueule de bois

Je sors déprimé de cette première session, un peu assommé par tous ces hipsters aux airs inspirés. Pour me remonter, il me faut du plus radical, de l’authentiquement critique. Je me dirige donc (naturellement) vers la session « feminist postcolonial science studies » organisée par Sandra Harding. Ambiance différente, plus lumineuse. La salle est pleine, une bonne centaine de personnes. Beaucoup de femmes, mais pas uniquement. Peu de dieux ou de déesses, beaucoup de cyborgs. Cheveux courts, teints de couleurs vives, ou une moitié de crâne rasé, une tablette en mains, vérifiant en temps réel sur le web les auteurs et références citées durant les interventions. Bref, un auditoire tel que je me le figurais avant d’arriver dans la salle. Je jubile. Je suis Lévi-Strauss arrivant chez les Bororos, Latour arrivant au Salk Institute.

Mise au verre. Crédits : 4S
Mise au verre. Crédits : 4S

Les stars vieillissantes sont là, accompagnées d’une nouvelle génération, nombreuse. J’attends donc le début de la « représentation » avec impatience. Hélas, cette fois encore je suis déçu. Les sujets abordés ne sont pas dénués d’intérêt, mais la ferveur n’y est plus. Harding elle-même semble manquer d’enthousiasme et même parfois s’ennuyer lorsque se succèdent les invités de sa session, lesquels égrènent les exemples : de biais genrés dans les social-neurosciences, d’interactions entre mouvement féministe et science indigène chez les indiens Cheyenne, ou les injonctions à une décolonisation radicale de l’innovation et des brevets. Après les luttes acharnées des années 70-80, où les enjeux de libération étaient patents et où les acteurs impliqués prenaient parfois de vrais risques, pour leur carrière voire pour leur vie, les chevaux de batailles (cheveux en bataille ?) enfourchés ici paraissent un peu dérisoires. La marge représentée ici ayant, dans une certaine mesure, perdu sa position marginale a perdu du même coup la puissance de sa critique et son génie subversif. Dommage.

Bon, qu’à cela ne tienne, je ne m’avoue pas vaincu et me remets en marche, cette fois bien déterminé à assister à quelque chose de neuf et d’original. Ce sera la session sur le DIY (Do It Yourself). Les espaces de fabrication communautaires (FabLab), les groupes de hackers qui extraient de l’ADN dans leur garage, voilà des sujets à la mode et sur lesquels les STS sont susceptibles de dire des choses intéressantes, de repenser les questions de propriété, de régulation des pratiques technoscientifiques, de communautés épistémiques, etc. Je suis (encore, encore !) confiant. Dans la salle, une trentaine de personnes. Ma voisine tricote (normal, c’est une session DIY). Les exposés s’enchaînent. Ils discutent tous, divers exemples à l’appui, des modalités du passage des communautés DIY, des hackers la plupart du temps, à un statut professionnalisé. Il s’agit, pour les chercheurs ici présents, de s’interroger sur les éventuelles transformations dans les valeurs véhiculées par les pratiques sociales de ces groupes dans l’un ou l’autre des contextes (hackers vs. pros), mettant toujours en avant la profonde ingéniosité de ces communautés, leur inventivité pour passer le pas de la professionnalisation. Les intervenants sont (tous) fascinés par leur objet d’étude ; sidéré, le chercheur STS accompagne le mouvement et témoigne, sans plus, aveuglé par le cliquant du High-tech « populaire ». Du hype pour les masses ? Dans le monde doré de l’imprimante 3D (parangon du DIY), même le capitalisme individualiste le plus effréné prend des airs de collectivisme communautarien.

Consulter l’oracle ?

Bon, bon, je me perds dans le labyrinthe de la 4S et, par malchance, ma déambulation ne m’a probablement donné à voir que l’écume de l’actualité des STS. Il me reste encore une chance d’assister à des choses sérieuses : la session où intervient LA star du colloque, j’ai nommé Sheila Jasanoff de Harvard. Je cours donc vers le Garden Salon Two. Une ambiance cosy et ouatée, la salle d’une cinquantaine de place est pleine mais silencieuse, attentive. Là, on aborde du dur, de la gouvernance, des réflexions épistémologiques. On parle « subsidiarité » ou « intégration épistémique », on définit, on classifie, on taxonomise, on recherche les modalisations « in the making » de la théorie, on jurisdictionne, on cosmopolitanise, on constitutionalise, on co-produit. Tout cela est très intéressant, souvent un peu abstrait, parfois un peu approximatif lorsqu’il s’agit de donner des exemples concrets, mais rien de choquant, ni, il faut le reconnaître, de vraiment nouveau.

Bref, je suis quelque peu rassuré, les STS ne se sont pas totalement délitées, diluées théoriquement par excès de coolité, quelques discussions sérieuses demeurent. Mais difficile de s’enthousiasmer pour ces questions abordées avec une focale tellement large que les acteurs semblent avoir disparus, écrasés par les concepts emboîtés et les institutions transnationales.

Retour d’expérience

L’offre de conférences du colloque de la 4S est pléthorique et je suis sûrement passé à côté de travaux intéressants, essentiels peut-être, comme la session « knowledge production at the fringe » qui m’a malheureusement échappée. Mais il n’en demeure pas moins que mon sentiment général est plus que réservé. Difficile de sortir satisfait intellectuellement de ce rassemblement, de cet « assemblage ». À force de trouver de tout, on finit par ne plus rien voir, ne plus rien comprendre. En diversifiant kaléidoscopiquement ses intérêts, ses approches, ses thématiques, les STS sont devenues nébuleuses.

Envers du décor. Crédits : Volny Fages
Envers du décor. Crédits : Volny Fages

La réponse à mes questions initiales ? Peut-être un constat amer que les rapports de force dans le domaine ont (définitivement) changé. Certes Sandra Harding a reçu cette année le prix Bernal pour son œuvre, la plus haute distinction de la 4S, et, dans son discours de remerciements, elle a tenu à remercier la « left tradition of science studies », marxiste mais aussi féministe et post-coloniale. Mais si la politique, la contestation, la critique, l’activisme intellectuel des STS sont ainsi statufiés, aucune relève ne semble véritablement poindre à l’horizon. Les composantes critiques ont perdu la foi, elles ont été remplacées par l’obsession de la performativité. La critique n’est plus sociale, elle est devenue « participative », « in the making ». Les composantes critiques ont été happées par les sujets et les domaines disciplinaires à la mode. Le design, le radical-chic, les technolâtres underground en tous genres ont achevé d’effacer les ambitions politiques des premières STS. Voilà la leçon que je tire de San Diego 2013.

Les hasards de calendrier ne sont pas toujours inutiles, et les Tow Trucks ont ainsi pu nous aider à nous rendre compte à quel point les STS sont à la remorque. À la remorque du hype.

 Volny Fages


Une pensée sur “Retour de San Diego : les STS sont mortes, vivent les STS”

  1. Plutôt « à la remorque du hip », car il existe une différence profonde entre hype (extravagant or intensive publicity) et hip (very fashionable). L’article parle de « hipsters » et d’autres dispositifs à la mode (imprimantes 3D)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.