Dans la pénombre de l’histoire des sciences

À propos de Guy Boistel et Stéphane Le Gars (dir.), Dans le champ solaire. Cartographie d’un objet scientifique, Paris, Hermann, 2015.

En historien, j’aime à regarder les marges. Les marges épistémiques surtout. J’aime à analyser les processus conduisant par exemple en 1863 un Urbain Le Verrier, alors directeur de l’Observatoire de Paris, à affirmer péremptoirement, dans une lettre au ministre de l’Instruction Publique à propos de Jean Chacornac, un de ses astronomes titulaires en passe d’être mis à l’écart de l’institution astronomique officielle, que celui-ci « n’est pas un savant »[1].

dans-le-champ-solaireCeci n’est pas un savant. Comme dans le cas de Le Verrier, cet énoncé est d’abord un acte d’autorité, édictant en un même mouvement une norme et une déviance, stigmatisant un individu, un ensemble de pratiques. Ceci n’est pas un savant. Cet énoncé peut également signifier, dans une tradition surréaliste bien connue, que malgré les apparences les choses ne sont pas forcément ce qu’on croit qu’elles sont. Dire « ceci n’est pas un savant » de quelqu’un se prétendant tel, dire de ses publications qu’elles n’appartiennent pas au domaine de la fabrication d’un savoir (académique), c’est aussi tenter « d’abattre la forteresse où la similitude (est) prisonnière de l’assertion de ressemblance »[2].

Disons-le tout de go, malgré les apparences, malgré les ressemblances, le livre dont il s’agit ici de faire la recension n’est pas un livre d’histoire des sciences. Enfin, comme j’espère le montrer, il ne devrait pas pouvoir être considéré comme le résultat d’un travail de recherche. Bien que cela ne soit pas particulièrement agréable, je jouerai, une fois encore, et peut-être un peu schizophréniquement, le rôle de gatekeeper dont je souligne pourtant fréquemment le caractère parfois autoritaire chez tant d’acteurs du 19e et du début du 20e siècle. Ne perdons pas de vue qu’être aux marges d’un champ, celui de l’histoire des sciences en l’occurrence, c’est encore appartenir à ce champ, et il est bon de rappeler, pour tenter de préserver notre propre crédibilité en tant que (sous- ?)discipline produisant un certain discours sur le monde, que tous les travaux ne se valent pas, et, en l’occurrence, qu’il ne faut pas confondre historiens et antiquaires des idées scientifiques.

Le livre collectif co-dirigé par Stéphane Le Gars et Guy Boistel traite de l’histoire du Soleil comme « objet scientifique », en se concentrant sur le 19e et le 20e siècles. Au vu de l’importance des études solaires en astronomie, aussi bien dans les plus grands observatoires que chez de nombreux amateurs, observateurs, photographes, spectroscopistes, c’est un sujet qui mérite largement un éclairage spécifique. Le titre de l’ouvrage intrigue et donne envie d’en savoir plus. Pourquoi parler de « champ solaire » ? Un trait d’esprit en référence à Bourdieu ? Pourquoi parler de « cartographie » ? pourquoi parler d’« objet scientifique » ? Avant même d’ouvrir l’ouvrage, ceci laisse augurer une certaine structuration théorique des analyses historiques, ce qui nous met, en bon zilselien, dans une posture bienveillante a priori.

(source : phototheque.net/Luberon.html)
Champ tournesolaire (source : phototheque.net/Luberon.html)

Hélas, cet enthousiasme initial est rapidement tempéré par la lecture de l’introduction de Stéphane Le Gars. Les ambitions affichées par le co-directeur de l’ouvrage sont grandes. Rien de moins que la constitution d’une « épistémologie solaire » (c’est l’objet de la première partie du livre). Cette terminologie quelque peu grandiloquente désigne en réalité, on s’en rend compte page 14, une tentative de réflexion sur la modélisation à partir du cas de l’étude du Soleil par quelques savants. Pourquoi pas. Nous jugerons sur pièce à la lecture de la première partie. Explicitant l’objet de la deuxième partie du livre, Le Gars nous explique qu’il s’agit également d’étudier «  le Soleil comme un objet source de possibles : source de rayonnement bien évidemment, mais également source d’énergie, voire source de controverses » (p. 14). Là on commence à se perdre. Quel rapport entre le fait d’être une « source de rayonnement » et celui de constituer une « source de controverses » ? Des jeux de mots ne font pas une problématique et l’on sent d’emblée que la structuration de l’ensemble risque de n’être qu’un mirage. Mais le problème principal est ailleurs. En effet, le lecteur de l’introduction ayant quelques connaissances en histoire, sociologie, et philosophie des sciences et des techniques risque surtout d’être pour le moins troublé par l’utilisation maladroite d’une gamme assez large de concepts empruntés aux STS. Le cas de la notion d’immersion (embeddedness) est particulièrement frappant. Développée en 2000 par Lorraine Daston dans son ouvrage Biographies of scientific objects afin de décrire la manière dont certains « objets scientifiques » (c’est donc de ces objets-là dont il est question dans le titre…) peuvent être insérés dans des contextes culturels différents de ceux dans lesquels ils ont émergé, l’immersion est utilisée par Le Gars pour mettre en parallèle deux textes, l’un de Bruno Latour, l’autre de Colette Le Lay (si si !!). Latour, dans l’ouvrage dirigé par Daston, se demande si l’on peut considérer qu’il s’agit bien du bacille de Koch qui a tué Ramsès II alors que ce bacille, comme objet scientifique, n’est apparu qu’au XIXe siècle. Le Gars indique que, « dans le même ordre d’idée », on peut s’interroger (comme le fait Le Lay au chapitre 7) sur la réminiscence d’arguments utilisés au début du 19e siècle (reliant activité solaire et prix du blé) chez les climato-sceptiques d’aujourd’hui. Quel rapport avec Latour ? En quoi s’agit-il ici d’une question d’immersion ? Epistémologiquement ces deux cas n’ont absolument rien à voir. D’ailleurs, Le Gars abandonne rapidement la notion d’immersion (mais pourquoi l’avait-il introduite déjà ?), lui préférant les « expressions » de « dissolution » et de « recristallisation » du Soleil, absolument vides de contenu théorique. Soudain, tout s’éclaire pour le lecteur. Bon sang mais c’est bien sûr ! Contrairement aux apparences, ce n’est pas en chercheur de SHS, pas en historien, pas en épistémologue, ni en sociologue que pense et écrit Le Gars, et il en sera de même de la quasi totalité des auteurs de cet ouvrage, mais bien en physicien. Voici la clé de lecture de ce livre. C’est un livre écrit par un physicien, passionné d’histoire et d’épistémologie, à destination d’un lectorat de physiciens. Les imprécisions notionnelles, les incorrections terminologiques, tout ceci doit finalement être relativisé et sans doute être mis sur le compte d’une activité relevant plus du loisir sérieux que d’une activité professionnelle de recherche.

Mais continuons notre parcours des chapitres du livre.

Épistémologie scolaire

Le premier chapitre de Francis Beaubois se propose d’étudier la constitution de ce qu’il appelle un « nouveau champ disciplinaire », à savoir la « physique solaire ». Je passerai ici sur l’utilisation désinvolte de la notion de « champ disciplinaire », ne renvoyant en réalité dans ce texte à aucun corpus sociologique ou épistémologique précis. Comme l’augurait l’introduction, le texte de Beaubois, plutôt érudit, est tout à fait caractéristique d’une histoire de physicien pour physicien. Ne mobilisant quasiment aucune source archivistique, l’auteur se contente d’une compilation des écrits des auteurs qu’il met au centre de son histoire (d’ailleurs pourquoi choisit-il ceux-là plutôt que d’autres ?). Il rapporte frontalement les analyses que ceux-ci formulent sur leurs propres pratiques (en particulier celles d’Hervé Faye) sans jamais les soumettre à aucune analyse critique comme devrait le faire tout historien. Beaubois est également toujours à la limite d’une histoire jugée, téléologique, largement obsolète en histoire des sciences et des techniques, soulignant par exemple « l’intuition physique hors du commun » d’Arthur Eddington laquelle constituerait, selon lui, le moteur de la contribution de celui-ci à la transformation radicale de l’astrophysique (p. 57). Lire une histoire des sciences de ce type aujourd’hui a quelque chose de déprimant. Comme si rien ne s’était passé depuis quarante ans dans notre discipline.

Epidémiologie solaire (source : journaldemontreal.com)
Épidémiologie solaire (source : journaldemontreal.com)

L’ouvrage se poursuit avec un texte de Guy Boistel consacré à la « théorie astro-chimique d’Albert Brester ». Attiré par les marges, le projet d’étudier l’auteur méconnu d’une théorie du Soleil m’intéresse tout particulièrement. Mais, encore une fois, la lecture n’est que déception. L’analyse pâtit ici d’un manque terrible de théorisation conduisant Boistel à adopter, malgré lui semble-t-il, une posture condescendante par rapport à l’auteur qu’il étudie. Il cherche ainsi régulièrement à justifier, sans jamais y parvenir vraiment, l’intérêt qu’il peut y avoir à mettre en avant ce Brester, qu’il qualifie de « second couteau ». Afin de sauver ce « second couteau » ayant produit une « théorie fausse », Boistel traque les travaux dans lesquels il a pu malgré tout être précurseur, dans lesquels il a pu être « le premier », n’imaginant pas que ce personnage puisse être digne d’intérêt historique pour lui-même. Outre ces problèmes méthodologiques, et axiologiques, le déroulé du texte est particulièrement frustrant. De nombreuses pistes sont ouvertes sans jamais être empruntées. A part quelques remarques vagues, nous ne saurons par exemple rien des relations de Brester avec les « stars » de l’astronomie française de son époque. Et contrairement à ce que Boistel annonce dans la dernière partie de son texte, nous ne saurons rien non plus de la circulation des idées et des pratiques locales relatives à l’étude du Soleil. Emaillé d’annonces d’analyses qui ne viennent jamais, ce texte se réduit en fait tout simplement à une entreprise de réhabilitation d’un auteur oublié, comme le reconnaît d’ailleurs Boistel dans sa conclusion, encore une fois dans la pure tradition d’une histoire de scientifiques pour scientifiques.

Passons rapidement sur le court texte de Joao Fernandes, écrit par un scientifique qui, même s’il ne prétend pas être historien, plutôt que de développer un point de vue sur sa pratique présente et/ou passée (ce qui aurait pu se révéler digne d’intérêt), propose une histoire héroïque des sciences, à laquelle on préfèrera sans hésiter l’original (R. Taton par exemple) à la copie.

Après la lecture de ces trois textes, on ne voit pas bien en quoi ils ont pu participer à la constitution de l’« épistémologie solaire » que Stéphane Le Gars appelait de ses vœux dans l’introduction…

Vient ensuite une partie consacrée au Soleil comme « source des possibles » dont on pressent qu’il s’agit d’une partie consacrée aux techniques liées d’une manière ou d’une autre au Soleil. Le premier texte, d’Emmanuelle Gallo, retrace rapidement une histoire des manières d’aborder la question du Soleil dans l’aménagement des bâtiments d’habitation. Ecrit par une architecte en reconversion, engagée, selon ses dires, dans une thèse au long cours sur ce thème, ce chapitre est plus modeste que les précédents dans ses aspirations épistémologiques et ne cache pas son jeu. Ponctué de nombreux éléments d’ordre autobiographique (on apprend pas exemple que la famille de l’auteur est liée à l’industrie de la fonte, non, rien ne nous sera épargné), l’ensemble s’apparente plutôt à une communication de société savante qu’à un article de recherche (ce qui n’a rien d’infamant lorsque, comme ici, c’est assumé comme tel). Le récit évoque rapidement des cas, tous potentiellement très intéressants, mais dont on ne saisit à aucun moment l’importance cruciale.

Suivent deux textes, l’un de Jérôme de la Noë, l’autre de Jérôme Fatet, proposant des récits linéaires et édifiants sur, respectivement, l’histoire de la radioastronomie et l’histoire de l’instrumentation développée par Edmond Becquerel. On est confronté ici à un inventaire un peu fastidieux de radiotélescopes, puis à une histoire instrumentale complètement centrée sur les idées et faisant totalement abstraction de toute matérialité des objets, ignorant ainsi (une fois encore) un large pan de l’historiographie des sciences et des techniques de ces dernières décennies.

Rien de nouveau sous le soleil, qui va se coucher du coup (crédits : .vision-region.fr/pays-de-la-loire/nantes)
Rien de nouveau sous le soleil, qui va se coucher du coup (crédits : vision-region.fr/pays-de-la-loire/nantes)

La dernière partie, consacrée aux « dissolutions » et « recristallisations » du Soleil (ne perdons plus de temps à tenter de comprendre le sens profond de ces pseudo-concepts), rassemble des textes très hétérogènes. Vanessa Fernandez, une autre architecte, nous propose un chapitre sortant un peu du lot dans ce recueil. Si la méthodologie et le style de l’écriture relèvent ici aussi plutôt de l’inventaire des techniques que d’une histoire problématisée, le caractère exotique de l’architecture et des objets étudiés retient l’attention du lecteur. De plus, les développements sur les techniques de calcul de l’ensoleillement laissent entrevoir quelques éléments des pratiques effectives des architectes dans leur relation au Soleil, justifiant à eux seuls la lecture de ce texte. On reste quand même très frustrés concernant les usages de ces dispositifs architecturaux.

Sans vraiment de transition (s’est-elle « dissoute » lors du processus éditorial ?), le lecteur passe ensuite à un texte de Colette Le Lay consacré à une analyse de l’utilisation de la figure de William Herschel, et plus précisément d’un Mémoire publié par celui-ci en 1801, par certains climato-sceptiques (les « solaristes »), lesquels le présentent apparemment comme « le père de leurs thèses ». On sent le profond agacement de Le Lay devant cet « usage (…) à des fins partisanes » d’un des héros de l’histoire de l’astronomie du 19e siècle. Elle se propose donc de revenir à la source, à savoir le Mémoire de 1801, et à mettre à l’épreuve de son exégèse l’usage qui en est fait dans l’espace public, et en particulier dans les sites web climato-sceptiques. La démarche est intéressante et pourrait se révéler riche d’enseignements sur l’utilisation de l’histoire dans les controverses climatiques. Mais une fois encore, on est assez vite déçu. Les critiques érudites portées aux climato-sceptiques sont tout à fait fondées et montrent clairement que ceux-ci n’ont jamais lu le Mémoire de 1801 (mais faut-il s’en étonner ?). Néanmoins, paradoxalement, l’impression générale est finalement que l’auteur se concentre sur des détails qui paraissent marginaux, donnant l’air de chercher la petite bête dans une contre-attaque ayant peu de chance de porter. C’est dommage car la question de la transposabilité transchronologique des arguments, des raisonnements scientifiques, ainsi que de l’invention de traditions peuplées de héros fondateurs dans le cadre d’une controverse sociotechnique, sont des points essentiels qui auraient pu être éclairés par ce cas potentiellement passionnant. L’auteur termine son texte par une évocation de la problématique du « précurseur », en effet déjà largement étudiée (dénoncée) par Koyré ou Canguilhem. Cette dimension aurait mérité une analyse plus fouillée, notamment afin de tenter de comprendre l’histoire de la construction de la figure d’Herschel comme précurseur des climato-sceptiques par certains d’entre eux. Cette analyse aurait même pu être enrichie par une comparaison avec ce qui se passe du côté des mouvements écologistes, avec la constitution de Charles Fourier comme « précurseur » de l’idée de la possibilité d’une action de l’homme sur le climat terrestre.

Enfin, il faut souligner que c’est malgré tout un des rares textes de ce volume à utiliser des sources archivistiques, mais, hélas, leur citation manque souvent de rigueur, le lecteur se retrouvant privé des références précises des documents mobilisés (cf par exemple p. 177 et 178).

La lumière au bout du tunnel (et retour)

Après ce long tunnel où l’on croise histoire approximative, histoire jugée, et inventaires de faits, d’objets, ou de personnages importants, le texte de Pierre Teissier nous arrive comme une bouffée d’oxygène. Ce long article d’une quarantaine de pages constitue peut-être la seule raison de se plonger dans ce livre. Très documenté, témoignant d’un travail mobilisant des sources diverses, il a également le mérite de tenter d’intégrer un peu de théorie afin de structurer ses analyses. L’auteur utilise par exemple les régimes de production des savoirs de Terry Shinn, indiquant que le « domaine des hautes températures » est un « régime transversal ». Il souligne également le « caractère interstitiel » du milieu dans lequel les acteurs circulent entre diverses institutions publiques et privées. D’une écriture claire et précise, Teissier tisse efficacement les réseaux de sociabilité dans lesquels s’insère le personnage principal de son histoire, Félix Trombe, et montre leur importance dans les projets solaires qu’il décrit et les évolutions du LES (Laboratoire de l’énergie solaire).

Le chapitre est particulièrement intéressant lorsqu’il analyse le développement de certaines recherches sur l’énergie solaire durant les trente glorieuses dans leur dimension néocoloniale (notamment durant la décennie solaire de l’UNESCO pour les zones arides entre 1948 et 1958). L’« utopie solaire » est alors présentée comme un mode de « gouvernement idéal des populations des zones arides » depuis le Nord. A Mont-Louis, lieu d’installation d’un four solaire, se jouent ainsi à la fois des enjeux Est-Ouest, liés à la Guerre Froide (notamment à cause des travaux relatifs aux hautes températures), et des enjeux Nord-Sud par le « solaire passif », destiné à améliorer la consommation énergétique et la qualité de vie dans les maisons, en particulier dans les régions africaines sous influence française. L’histoire que nous raconte Teissier se poursuit jusqu’aux années 1980, proposant notamment des analyses convaincantes de l’échec économique de la production d’énergie solaire à Odeillo.

Rayons de soleil providentiels (source : http://alwaysinfo.fr/)
Rayons de soleil providentiels (source : http://alwaysinfo.fr/)

Pour terminer sur ce texte, soulignons que certaines trouvailles rhétoriques en égaillent régulièrement la lecture. Le jeu sur les acceptions du terme « utopie » utilisé afin de scander l’histoire de la « trajectoire du LES » en identifiant trois périodes « utopiques » (le LES « en aucun lieu », puis le LES comme « gouvernement idéal des populations », et enfin le LES comme « projet irréalisable ») est ainsi comme un rayon de soleil pour l’esprit endormi par lecture des textes qui précèdent.

Cet ouvrage collectif se termine, en guise de conclusion, par un texte d’Anne-Françoise Schmid nous invitant à prendre de la hauteur, à nous projeter dans les cimes de la réflexion épistémologique. Schmid appelle, une énième fois, à la mise en œuvre d’une « épistémologie générique », c’est-à-dire d’une épistémologique de l’interdisciplinarité, qu’elle oppose à l’ensemble des théories épistémologiques qui auraient été, jusqu’à aujourd’hui, bâties sur des socles essentiellement disciplinaires, ce qui les rendraient incapables de saisir les « nouveaux » objets « complexes » qui se développent dans les sciences depuis quelques décennies. Largement déconnecté des autres textes du recueil, ne faisant pas véritablement l’effort de penser en quoi l’étude historique du Soleil comme objet complexe pourrait venir enrichir son épistémologie de l’interdisciplinarité, ce texte reste à un niveau de généralité tel qu’on peine à saisir sa pertinence dans ce contexte. Ce n’est pas le lieu de discuter en détails les propositions théoriques d’Anne-Françoise Schmid, on soulignera néanmoins que son insistance sur la spécificité des « objets scientifiques contemporains » (p. 229), lesquels exigeraient une pensée interdisciplinaire (sous-entendu par rapport aux objets étudiés par les sciences durant tout le reste de l’histoire qui auraient, eux, été traités par les seules disciplines) plonge le lecteur dans une certaine perplexité. N’est-ce pas justement l’objet de ce livre que de montrer en quoi le Soleil a été constitué en objet interdisciplinaire depuis le 19e siècle, notamment par les entreprises de modélisation et les développements techniques qui lui ont été associés ? On est également sidéré par la naïveté des attaques à l’encontre de « la sociologie des sciences », laquelle serait incapable de saisir ces mêmes objets interdisciplinaires (p. 229). Mais de quelle sociologie des sciences l’auteur parle-t-elle ? Que fait-elle de tout l’attirail conceptuel développé par les STS destiné, quoi qu’on en pense, justement à penser ces objets (« objets frontières », « trading zones », « boundary work », etc.) ?

*

*             *

Je ne peux terminer cette recension sans un commentaire quelque peu agacé concernant la direction de cet ouvrage collectif. Il est apparemment nécessaire de rappeler que diriger un ouvrage collectif publié dans une collection prétendant rendre compte de l’avancée de la recherche ne se résume pas à demander des textes à des auteurs sur un thème large et rassembleur, et à les compiler en cherchant artificiellement à les mettre en cohérence par des discours généraux ne mobilisant pas réellement les concepts évoqués, et sans problématisation générale claire. Diriger un ouvrage collectif c’est reprendre les textes, les éditer, les corriger, harmoniser le niveau littéraire et scientifique de l’ensemble, s’interroger sur la cohérence globale et sur l’apport spécifique du projet par rapport à un état de l’art. Diriger un ouvrage collectif c’est exiger que les auteurs améliorent leurs productions et s’intègrent au projet constitué par l’ouvrage. Bref, diriger un ouvrage collectif c’est un métier et, contrairement aux apparences, ce n’est pas un jeu, aussi sérieux soit-il.

Un dieu pas commode du tout et qui exige des sacrifices : Tonatiuh (crédits : wisegeek.com)
Un dieu pas commode du tout et qui exige des sacrifices : Tonatiuh (crédits : wisegeek.com)

Enfin, précisons qu’être un scientifique et s’efforcer d’écrire une histoire des sciences n’est pas un problème en soi. Le problème apparaît lorsqu’un scientifique aborde l’écriture de l’histoire des sciences comme un jeu dont les règles iraient de soi, lorsqu’il est entendu qu’il suffit de connaître les sciences pour en faire l’histoire. Comme le soulignait déjà Thomas Kuhn dans l’introduction de sa Structure, et comme le dénonçait encore récemment Steven Shapin à propos d’un ouvrage de Steven Weinberg, l’ignorance historiographique précipite irrésistiblement la plupart des scientifiques/historiens dans les travers d’une histoire anachronique, jugée, héroïque, conforme à leur propre acculturation paradigmatique en tant que scientifiques. Le travail de frontière visant à circonscrire une histoire des sciences pratiquée professionnellement ne relève pas uniquement d’un processus de constitution d’une juridiction spécifique, il est également essentiel à la conservation de certains acquis historiographiques des dernières décennies[3] toujours menacés par les allants de soi d’une histoire indigène. Résultat de ce travail de frontière, l’ouvrage de Le Gars et Boistel se retrouve résolument hors-champ.

Volny Fages

Image en bandeau : taches solaires, 2011, via futura-sciences.com.


[1] Lettre de Le Verrier au ministre de l’Instruction Publique, 14 août 1863, AN F/17/22785.
[2] Michel Foucault, Ceci n’est pas une pipe, Fata Morgana, 1973.
[3] On pense notamment à l’importance retrouvée de l’histoire en histoire des sciences, notamment dans le rapport aux sources archivistiques et dans l’accent mis sur les pratiques et leur dimension matérielle.


3 réflexions au sujet de « Dans la pénombre de l’histoire des sciences »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *