Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou

Vous croyiez avoir tout vu lors de notre campagne présidentielle ? D’autres surprises vous attendent. Selon une récente étude, basées sur des méthodes scientifiques novatrices, Philippe Poutou serait en passe de gagner cette élection. Les projections de la cladopolitique, récente discipline qui entend appliquer les acquis de la biologie évolutive à la théorie politique, lui donnent en effet une confortable avance de 17 points[1].

Raoul Dupleux, professeur au Centre de Recherches En Théorie INtégratives (FNRS/Université de Dax), auteur de l’étude et père de cette nouvelle approche, n’en est pas à son coup d’essai. En 2002 et selon les mêmes algorithmes, il avait prévu le Brexit et annonçait l’élection de Donald Trump à la présidence américaine, alors que celui-ci était encore présentateur de l’émission de TV Réalité The Apprentice[2].

D’après Dupleux, la cladopolitique permet de dépasser le flou qui entoure toute étude basée sur les intentions de vote, en se focalisant sur la dynamique intrinsèque du changement d’intention électorale. Galilée avait révolutionné la physique en substituant l’accélération à la vitesse comme cible de l’analyse du mouvement, de même la cladopolitique entend remettre la science politique sur ses pieds en dépassant l’opacité sondagière inhérente au recueil d’opinions, et en privilégiant à la statique des croyances la dynamique des préférences. La cladopolitique repose en effet sur le transfert des méthodes éprouvées de la cladistique – école aujourd’hui dominante en analyse phylogénétique de l’évolution biologique – à la réalité sociale. Dupleux l’a développée dans les années 1990, et il en reste aujourd’hui l’un des rares praticiens. Cela ne l’étonne guère : en biologie même, la cladistique aura mis pas moins de trente ans à s’imposer. Moralité, il s’agit donc simplement d’être patient.

La cladistique, initiée par le biologiste danois Willi Hennig en 1961, a révolutionné la classification biologique en ne considérant comme pertinentes que les questions de distance relative entre espèces dans une métrique de la similarité, indépendamment de toute hypothèse sur leurs temps d’évolution ou leur ancestralité. Comparer des ressemblances entre trois individus permet ainsi de dire qui est plus proche de qui que de qui, et ainsi d’inférer lesquelles ont un ancêtre commun qui n’est pas ancêtre commun du troisième, donc de construire des arbres phylogénétiques minimaux. Les clades, groupements d’organismes ainsi reconstruits, sont donc des groupes constitués de tous les descendants d’une même espèce hypothétique. Selon la cladistique, un groupe biologique authentique inclut tous, et uniquement tous, les descendants d’une espèce. La cladistique conduisit parfois à des résultats contre-intuitifs, comme la découverte selon laquelle – biologiquement parlant – les poissons n’existent pas en réalité[3], puisque le groupe que l’on appelle ainsi n’est pas un authentique groupe biologique. On ne s’étonnera donc pas que, transposées à la politique, les méthodes cladistiques mènent à des résultats inattendus, tels que le succès électoral présumé de Philippe Poutou.

Président Poutou (Source : Sipa Press/JDD, http://www.lejdd.fr/Politique/Philippe-Poutou-Hollande-est-notre-adversaire-777849)

Dupleux avait commencé ses recherches en appliquant de façon orthodoxe la cladistique. En 2006, il démontrait dans un article des Annals of Cucurbitology que les concombres sont des marsupiaux[4]. Grisé par le succès, il a ensuite élaboré la transposition sociologique de la cladistique. La cladopollitique est certes complexe, mais l’idée générale consiste à considérer les croyances d’un individu comme héritées des croyances antérieures du même individu. À partir de ce schème, on peut retracer les origines et l’évolution d’ensembles de croyances, en lestant chaque croyance d’une pondération égale au poids général de l’héritage qu’elle est susceptible, à tout instant donné, d’induire sur ses porteurs[5]. Dans le cas qui nous occupe, l’un des facteurs explicatifs dominants est l’intensité avec laquelle l’intention d’un vote Poutou percole aux intentions ultérieures de l’agent, comparée avec cette même intensité telle qu’elle affecte les autres possibles intentions de vote. Un résultat majeur de la cladistique, à savoir la corrélation de la tendance d’un clade donné à la diversification – donc à la croissance – avec la minceur initiale du clade mesurée à l’épaisseur des clades avec lesquels il est en compétition, sous-tend ensuite l’approche de la dynamique du vote Poutou. Bien entendu, un phénomène complique ce schéma, à savoir l’équivalent de ce qu’est le transfert horizontal de gènes chez les bactéries, phénomène reconnu récemment et qui a bien complexifié les affaires des biologistes dévoués à la classification du vivant. Ici, c’est bien évidemment le fait qu’une intention de vote que l’agent hérite de lui-même dans un état précédent peut-être aussi transmise à un autre agent, cette transmission étant alors, dans le modèle, affectée d’un coefficient inversement proportionnel à l’intensité héritable d’une croyance sœur, divisée par la moyenne de l’intensité des croyances héritables dans la population.

Dans ce type de modèle, les mathématiques ne sont pas triviales, et cela explique la prédiction apparemment si surprenante que Dupleux fait pour la prochaine présidentielle. La dynamique cladopolitique est en effet essentiellement basée sur des équations non linéaires ; or, chacun sait que les non-linéarités induisent des effets de seuil et parfois des conséquences apparemment imprédictibles. C’est ce qu’il était convenu à une époque d’appeler l’« effet papillon », soit la disproportion entre des causes de petite envergure apparente et des effets massifs sur des aspects éloignés du même système. « Quand on deale avec des exposants de Lyapounov, dit familièrement Dupleux dans un article de synthèse, on doit s’attendre à n’importe quoi »[6].

La cladopolitique reste encore le domaine de quelques happy few. Elle est regardée avec scepticisme par les sociologues ou politistes mainstream. Néanmoins, insiste Dupleux, ce sont ces mêmes chercheurs orthodoxes qui se sont trompés sur le Brexit, sur le vote Trump, et de manière générale dès qu’il a été question de prédire l’état du monde social. « Pensez qu’une semaine avant la chute du mur de Berlin, la science politique tenait la division Est/Ouest pour une donnée naturelle ! », nous rappelait-il récemment. Quoi qu’il en soit, si la cladopolitque doit s’imposer un jour, cela prendra sans doute du temps ; sauf si les prédictions de son initiateur se réalisent. « Après l’élection probable de Poutou, les thuriféraires de l’excellence scientifique couvriront la cladopolitique de leurs subventions », présage Thomas Letreuil, chercheur au Norwegian Marine Technology Research Institute, spécialiste des sciences du Système-Terre, et l’un des rares parmi ses pairs à oser la cladopolitique[7]. Letreuil vient de soumettre un article à paraître sur la relation charnelle à la terre mère, « “Des poutous avec la Terre” : acknowledging the flesh of the Earth Systems Sciences », à la jeune revue Ecosexuality Studies[8].

Quant à Philippe Poutou lui-même, contacté par nos soins, il n’a fait aucun commentaire. D’aucuns murmurent qu’il préparerait déjà son futur gouvernement. On l’a aperçu dîner en ville ave Jean-Vincent Placé.

Service d’information du Carnet Zilsel

Image en bandeau : variétés de courges, sur Bio à la Une.


[1] Dipleux R. (2017), « A minor major prediction in cladopolitics: the weak scenario for voters dilemmas », Open Journal for Stochastic Humanities, article en ligne le 1 avril 2017.
[2] Dupleux R. (2008), « From real TV to real nightmare: assessing multivariate MonteCarlo routines for cladopolitics », International Journal for Qualitative Metrics, vol. 45, p. 345-376.
[3] Voir le blog Les poissons n’existent pas.
[4] Dupleux R., Ulman P. (2001), « See: cucumbers, and sea cucumbers. » Annalso of Cucurbitology, vol. 34, p. 87-99.
[5] Dupleux R. (1999), « Cladology and bladology: beyond the correlation between razor’s choice and voter preferences », Far eastern Journal of Biophysics and Metaphysics, vol. 56, p. 342-388.
[6] Dupleux R. (2012), « Cladoplitics: a synthetic framework for making sense of the Anthropocene », Applied Petrochemistry, vol. 56, p. 155-178.
[7] Voir « Entretien croisés : T. Letreuil et R. Dupleux, vers une vraie science de l’homme », Revue mensuelle du CRETIN, avril 2017.
[8] Voir aussi Neil McArthur, « Les écosexuels veulent baiser avec la Terre pour la sauver », Vice, 7 novembre 2016.


2 réflexions au sujet de « Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou »

  1. Les lecteurs avertis de l’article de Dupleux, publié dans Open Journal for Stochastic Humanities, auront remarqué qu’il y a une petite erreur de parenthèse dans le deuxième terme de l’équation différentielle à double hélices (hélas!), qui est proposée à la page 1042017 de l’article. Corrigée de cette erreur, l’équation donne des résultats encore plus surprenants : c’est un candidat qui ne se présente pas à l’élection qui sera élu. Il s’agit d’un vendeur de costumes, mais qui tient, pour on ne sait quelles raisons, à garder son anonymat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *