L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7).

Un jury d’admission « dans la main » de la direction de l’InSHS

Ce jury d’admission est souverain… et il travaille vite. Dans le domaine qui est le sien (les sciences humaines et sociales ou SHS), il examine en une demi-journée les classements des neuf sections qui relèvent de l’Institut. La question qui importe alors est double : qui compose ce jury ? Comment travaille-t-il ?

Pour les concours de chargés de recherche, le jury d’admission est composé exclusivement de membres nommés par le ministre de la recherche, sur proposition du  directeur de l’InSHS, M. Bourdelais[2], – ce point est très important, car les membres du jury d’admissibilité sont, pour les deux-tiers, élus par leurs pairs. Les membres du jury d’admission sont des chercheurs qui appartiennent à quelques-unes des disciplines des SHS, certains étant membres d’une section du Comité national (où ils peuvent avoir été nommés ou élus), d’autres non, certains, enfin, étant des universitaires. Dans le cas du concours CR de cette année, sur les 10 membres nommés du jury d’admission, trois sont des sociologues dont deux ont siégé, l’une issue de la section 40 (Pascale Trompette) et l’autre de la commission interdisciplinaire 53 (David Pontille). Le directeur de l’InSHS a, on l’imagine, bien fait son travail en nommant une majorité de personnes « sûres », c’est-à-dire dont il sait qu’elles ne vont pas s’opposer à sa politique scientifique. La preuve en est que la décision qui fait l’objet du scandale actuel a été prise, selon M. Bourdelais lui-même, à l’unanimité moins une voix. On peut donc dire, sans risque de se tromper, ni trahir de grand secret, que le jury d’admission de l’InSHS est acquis à la cause que défend M. Bourdelais. On peut supposer aussi, qu’en tant que président de jury, il a la possibilité de l’influencer ou du moins de l’orienter de mille et une manières. C’est, en quelque sorte, le B.A.BA de toute politique d’un pouvoir autoritaire : pour contrôler les décisions, on contrôle la composition des instances qui les prennent.

Ce n’est pas banal de destituer à ce point de ses prérogatives une section du Comité national de la recherche scientifique. Pour y parvenir, il faut très bien « préparer son affaire » et, pour comprendre comment cela a pu se passer, nous avons mené l’enquête. Nous avons tout d’abord consulté la liste de ses membres sur le site du CNRS[3]. Munis de cette information, nous avons contacté certains d’entre eux que nous connaissions. Or, notre collègue de la section 36, suppléante et par ailleurs en mission à l’étranger, n’a pas siégé ce jour-là. Ce qui fait qu’elle n’a pas pu dire que les classements de la section 36 avaient été obtenus à l’unanimité de ses 18 membres, ni justifier le classement du jury d’admissibilité en entrant dans le détail des dossiers des quatre sociologues déchus. Un historien membre titulaire du jury n’a pas non plus siégé : or, il se serait sans doute levé contre ce déclassement brutal et massif car il a signé, sans aucune hésitation, la pétition protestant contre cette décision du jury d’admission. Bien dommage que ces voix n’aient pu se faire entendre… Mais qui a donc siégé ce jour-là ? Mystère ! « Secret des délibérations » ! Il faut se transformer en Sherlock Homes pour le savoir.

Un jury qui travaille vite et de façon superficielle

Deuxième question. Quand nous protestons contre ce fait du prince, il nous est tout de suite opposé par les bonnes âmes qui croient aux grands principes : « Mais c’était un jury ! Vous faites un procès d’intention à ses membres, vous n’avez pas le droit », etc. Alors voyons les règles et les faits. Que s’est-il vraiment passé lors de cette funeste séance du jury d’admission ? Difficile de le dire : nous n’y étions pas, le système est opaque, entièrement protégé par le secret des délibérations et les membres de ce jury d’admission ne parlent pas. Faute de témoignages de première main, nous ne pouvons procéder que par recoupements d’informations et par la constitution d’un faisceau d’indices.

Ce que nous savons de manière assurée, c’est que le jury d’admission ne travaille pas du tout comme le jury d’admissibilité. Celui-ci a examiné pendant de nombreuses heures 212 candidatures (!) pour les trois postes de CR2 du concours 36/04, dont 85 % de sociologues et 15 % de juristes. Deux rapports ont été établis à ce stade sur chaque dossier. Puis le jury a sélectionné 58 candidats : pour chacun ont été nommés à nouveau deux rapporteurs chargés de prendre connaissance de l’ensemble du dossier, notamment la thèse, les publications du candidat, ainsi que le projet de recherche. Ces 58 candidats ont été auditionnés pendant cinq jours fin mars 2017 devant la section 36 réunie en séance plénière. Le centre de l’audition et de la discussion a été le « projet de recherche », c’est lui qui a été déterminant pour le classement. Chaque journée se concluait par une discussion provisoire. À la suite de ces longues auditions, éprouvantes pour tous (candidats et membres du jury), il a fallu une journée complète de délibérations pour parvenir au classement final. C’est une charge de travail tout à fait considérable et une forme de sacerdoce scientifique, en même temps qu’une procédure qui garantit l’objectivité du concours. Mais n’en attendons pas de miracle : lorsqu’il y a trois postes pour une quarantaine de très très bons dossiers au moins, la seule assurance que nous avons est que les candidats classés ont été choisis parmi les meilleurs, et non que tous les meilleurs aient été classés.

Le jury d’admission, en revanche, où ne siège qu’une toute petite minorité de sociologues, se réunit en une demi-journée, ne voit pas les candidats et ses membres, ou la plupart d’entre eux, n’ont pas lu les projets de recherche. D’ailleurs, on n’entend jamais ce mot dans la bouche de M. Bourdelais ou de celles et ceux qui soutiennent la décision du jury d’admission. Étrange, là encore, qu’un-e chercheur soit recruté-e in fine par un jury d’admission sans que n’aient été examinées attentivement ses perspectives de recherche.

Le jury d’admission a examiné les cas des 6 candidats classés par le jury d’admissibilité (il y avait trois postes offerts sur concours dit 36/04) : les deux sociologues classés premiers ex aequo, une juriste classée troisième, et sur la liste complémentaire en rang 4 et 5, deux sociologues et une juriste en rang 6. À la suite d’un processus que nous ne connaissons pas encore, le jury d’admission a décidé à l’unanimité (moins une abstention) de chambouler entièrement le classement proposé par le comité national : exit les 4 sociologues, place aux deux juristes et foin du 3e poste de CR2 qui sera reversé dans un pot commun…mais pour qui ?

Au fond, on ne sait pas comment a travaillé, cette année, le jury d’admission de l’INSHS. Seuls les futurs historiens nous le diront. Lors d’un entretien téléphonique avec un collègue qui a siégé dans le jury d’admission de l’InSHS dans une précédente mandature, celui-ci a bien voulu nous indiquer la manière dont ils avaient procédé. Voici un verbatim : « Chaque membre de section, présent au jury d’admission, lisait le rapport de section du jury d’admissibilité sur les candidats classés [par ce dernier]. Si l’un d’entre eux était absent, c’est M. Bourdelais qui le lisait. Il n’y avait aucun rapport écrit par un membre du jury d’admission et pas de rapporteurs nommés. À la suite de cette lecture extrêmement formelle des rapports de section sur les classés, c’est M. Bourdelais qui prenait la parole et débriefait. Il donnait son avis personnel sur chacun des candidats classés, avec ses commentaires et ses jugements, du type “candidat peu internationalisé”… C’est lui qui avait des CV en main, c’est lui seul qui avait les dossiers… Les autres membres du jury d’admission n’avaient aucune autre donnée. Les projets de recherche ne circulaient pas. Des questions étaient posées parfois sur certains candidat.e.s au représentant de chaque section, mais sans réel débat contradictoire. »

Politique de la science façon InSHS : allégorie (crédits : service photographique du Département du Val-de-Marne, 2010, https://www.flickr.com/photos/valdemarne/)

La direction du CNRS précise elle-même dans une lettre justifiant les faits[4] que le jury d’admission arrête « la liste des candidats admis au vu de la liste des candidats admissibles et notamment du rapport établi par le jury d’admissibilité ». Il semble donc bien que les textes précisent que le jury d’admission ne mène pas d’évaluation des dossiers sur le fond. Il y a des raisons de penser que ce mode de fonctionnement a changé cette année. On possède une source assez sûre, celle provenant de tweets publics de Jérôme Denis, sociologue, chercheur au Centre de sociologie de l’innovation de l’École des Mines, coïncidence heureuse, le laboratoire auquel appartient Didier Torny, le directeur scientifique adjoint (DAS) chargé de la sociologie et David Pontille qui a siégé au jury d’admission.

Jérôme Denis
‏ @jrmdns
, 15 juin : « Pour info : Deux sociologues dans le jury, ce qui est rarissime, qui ont bossé de longues heures sur les dossiers. »

Cette année donc, il semble que les membres du jury d’admission soient allés au-delà de leurs prérogatives – utiliser les rapports d’admissibilité- et sont rentrés dans les dossiers. Mais avec quelles pièces ? De quelle manière ? Les questions qui restent encore pendantes sont les suivantes (et peut-être que la publication de cet article va décider un membre du jury d’admission à lever le voile sur cette procédure délibérément opaque) : y a-t-il eu des rapports faits sur les 4 sociologues ? Par qui ? Remarquons que, s’ils existent, ces rapports ne sont pas publics, ils sont verrouillés par l’institution (seuls les candidats déchus peuvent y avoir accès via la CADA ou même leurs avocats). Pour l’heure, il nous faut continuer notre travail de fins limiers. Pour savoir à quoi auraient pu ressembler ces rapports, rien de mieux que de connaître les possibles rapporteurs du jury d’admission, leurs identités professionnelles et autres accointances.

Si les tweets de Jérôme Denis disent vrai, et leur grossièreté a un parfum d’authenticité qui ne ment pas[5], il y aurait bien eu deux rapporteurs, les deux sociologues du jury. L’un, David Pontille, est directeur de recherche au CNRS et se trouve être un collègue de laboratoire de M. Torny ; ils sont très proches intellectuellement et ont publié ensemble des articles… sur les vertus et les problèmes de la bibliométrie en matière d’évaluation scientifique[6]. En ces temps où on ne cesse de parler de « conflit d’intérêts », personne ne semble s’être ému qu’un des rapporteurs s’avère plus que proche du DAS, le conseiller officiel de M. Bourdelais sur les affaires de la sociologie et qui semble dicter (non sans brutalité) la politique en la matière. Il y a donc de fortes chances pour que la proximité intellectuelle entre D. Pontille et D. Torny les amène à adopter sur les candidats classés le même regard. Pascale Trompette, l’autre rapporteure probable, n’est pas connue pour une aussi forte proximité avec le DAS. Elle est spécialisée en sociologie et anthropologie économique, sociologie des marchés et de l’innovation. Elle a beaucoup publié sur le marché des services de pompes funèbres[7], elle est très « internationalisée »[8]. Elle participe à un comité de rédaction de revue (la Revue d’anthropologie des connaissances) où l’on retrouve curieusement D. Pontille. Bref, on peut juste assurer que le trio, constitué du DAS et deux rapporteurs, appartient à une fraction de l’espace sociologique assez nettement délimitée.

 Il fallait bien entrer dans le détail de la composition et du mode de fonctionnement des deux jurys (admissibilité/admission) pour mieux mesurer leur forte différence. Pour résumer, le premier est un jury de chercheurs majoritairement élus par leurs pairs, un jury de spécialistes qui a examiné attentivement les projets de recherche, publications et CV et le second est un jury de membres nommés par la direction de l’InSHS, qui ne sont pas spécialistes de la discipline. S’il comprend des membres de la discipline, ces derniers ne peuvent à eux seuls la représenter dans son ensemble. Les membres du jury d’admission ont, sans doute, cru bien faire, mais se sont laissés entraîner à outrepasser leurs compétences, sinon juridiques, du moins scientifiques. En jugeant les dossiers de façon rapide et superficielle ou en se prononçant sur le fond de dossiers sur lesquels ils n’avaient pas compétence et en imposant des critères personnels, ils ont participé à produire une série de décisions qui contreviennent à l’esprit de l’évaluation collégiale par les pairs.

On comprend bien que, dans la pratique normale du CNRS, le jury d’admission n’ait qu’un rôle second, mais important de vérification formelle, car il n’a tout simplement pas les moyens de juger sur le fond. S’il chamboule, comme il l’a fait, le classement du jury d’admissibilité, ce n’est rien d’autre qu’un abus de pouvoir qui devrait peut-être être condamné en droit[9], mais peut déjà l’être du point de vue de l’éthique intellectuelle et professionnelle.

« Ce n’était pas de bons sociologues »

Quand ce scandale du déclassement des sociologues a éclaté, notamment relayé par les associations professionnelles (Association française de sociologie, Association des enseignant-e-s du supérieur, Association nationale des candidats aux métiers de la science politique), des associations de doctorants en sciences sociales, des revues de sociologie, des syndicats de chercheurs, etc., M. Bourdelais, est sorti de sa réserve. On aurait pu penser naïvement qu’il allait expliquer le choix du jury d’admission au président de la section 36 et à ses membres. Cela aurait été la moindre des politesses. Que nenni ! Il s’est adressé directement par un mail à la puissante ANCMSP (forte d’une mailing list de 4500 personnes). Que dit-il ?

« Titre : message du directeur de l’InSHS

Chères et chers collègues,

Comme vous le savez sans doute, le jury d’admission des concours CR de l’InSHS, comme de chaque Institut du CNRS, décide de la liste des candidats admis (en liste principale et complémentaire). Cette année, il n’a pas retenu un certain nombre de candidats préalablement classés en tête de liste par les jurys d’admissibilité, et notamment pour le concours 36/04.

Suite à cela, j’ai proposé au Président et au Secrétaire de la section 36 de les rencontrer avec notre Directrice générale à la science afin de leur expliquer quels sont les rôles du jury d’admission et les raisons qui ont conduit à cette décision approuvée à l’unanimité moins une abstention, ce qui est tout à fait remarquable. Je rappelle que ce jury est règlementairement composé de collègues, pour partie issus des sections du comité national, pour partie extérieurs à elles (chercheurs CNRS et professeurs des universités), et présidé par le directeur d’Institut.

L’un des rôles de ce jury qui, seul, dispose d’une vision transversale, est bien entendu de veiller à ce que la politique d’excellence des recrutements menée par l’organisme soit mise en œuvre dans toutes les sections. Dans le cas du concours CR2 36/04, les membres du jury et la Directrice générale n’ont pas manqué de comparer les profils accomplis et aux parcours très internationalisés des candidats CR2 des autres sections, y compris la 40 (publications dans des supports internationaux en langue anglaise, participation à des colloques à l’étranger, collaborations internationales, bourses Marie Curie, projet à dimension transnationale ou internationale) à la faiblesse relative des dossiers de sociologues proposés par la section 36. Cette comparaison a suscité bien des questions.

En outre, tenant compte de leur âge académique relatif, les écarts considérables d’ampleur et d’internationalisation des dossiers entre les juristes et les sociologues à l’intérieur des propositions de la section 36 ont également ému de nombreux membres du jury. Même si d’autres critères entrent bien évidemment en compte dans l’évaluation des dossiers, ces écarts ont fortement pesé dans la décision que vous connaissez, également prise par des pairs, mais cette fois-ci à l’échelle de l’ensemble des sections de l’InSHS et avec le regard transversal de la Directrice générale qui participe à l’ensemble des jurys d’admission des concours CR du CNRS.

Hors de ce concours particulier, je me réjouis que quatre très bons sociologues aient pu être admis cette année au CNRS, d’une part sur le concours CR2 de la section 40, d’autre part grâce aux autres concours ouverts dans la section 36, en CR2 pour un poste fléché vers l’InS2I et en CR1.

Il s’agissait de la première session de concours de cette nouvelle section et je veux croire que les discussions que nous aurons, Direction générale à la science, Institut des SHS, avec les membres de la section permettront de préciser encore davantage quelles sont les attentes de notre organisme en termes de recrutements d’excellence des chercheurs. »

L’une des premières questions qui vient à l’esprit à la lecture de cette prose directoriale est la suivante : qu’est-ce qu’un « bon » ou une « bonne » sociologue ? Pour y répondre, faisons une courte digression sur la sociologie comme discipline. Elle n’a pas toujours bonne réputation et pas toujours à tort : un doctorat de sociologie a bien été attribué en Sorbonne en 2001 à l’astrologue Elizabeth Teissier, que dirigeait le professeur Maffesoli, expert de la « post-modernité » naguère apprécié des plateaux de télévision. Sans compter que les sociologues qui font bien leur travail sont souvent accusés d’être « incorrigibles », « frondeurs » et « rebelles ». On a appris l’an dernier d’un Premier ministre que leurs efforts pour expliquer la violence revenaient à excuser les terroristes. Quand il faut « taper sur la sociologie », beaucoup de monde se bouscule au portillon.

Mais les raisons de cette vulnérabilité des sciences sociales aux oukases des bureaucrates de la recherche sont sans doute plus profondes. La première tient à ce que les sciences sociales n’ont jamais eu (et n’auront sans doute jamais) la forte légitimité des sciences dites « dures » ou « exactes ». Celles-ci peuvent se prévaloir d’une cumulativité de leurs résultats – au prix, d’ailleurs d’un oubli des crises paradigmatiques qu’elles ont connu au cours de leur histoire mouvementée. Les sciences sociales, en revanche, si elles progressent, c’est par une série de déplacements de leurs questionnements, de changements de vocabulaire, d’invention de nouvelles méthodes. Chaque changement permet de voir de nouveaux aspects du monde social, souvent au prix d’une disqualification ou d’un oubli de résultats antérieurs. En outre, la sociologie se trouve dans la situation inconfortable d’avoir souvent pour objet des réalités sociales dont beaucoup d’autres parlent aussi, à moindres frais : politiques, journalistes, penseurs, prophètes. Elle est constamment provoquée à répondre, trop vite, à des questions que d’autres ont formulées, plutôt qu’élaborer ses propres questions, comme toutes les autres sciences, et d’essayer d’y faire face par des procédures réglées. Les sciences sociales, comme le dit Jean-Claude Passeron, sont des sciences historiques d’observation. Elles ont leurs formes propres de scientificité, tout en étant sans doute structurellement plus fragiles et divisées. Il est désormais reconnu que la sociologie est une science qui repose sur l’enquête – il a fallu du temps pour que cette norme s’impose. Mais, au-delà de cette forte composante empirique, les désaccords sont légion dans la discipline et dans la profession. À quoi reconnaît-on une bonne recherche en sociologie ? Quel est un bon objet ? Quel est le bon mode d’administration de la preuve ? Les débats autour de ces questions cruciales constituent la « science normale » pour la discipline, dont la dynamique est assurée tant que ces controverses se développent de manière réglée entre professionnels.

Mais cette situation devient dangereuse si une des façons de répondre à ces questions l’emporte sur les autres. Une discipline cousine, la science économique est en train d’étouffer, au CNRS tout particulièrement, du fait de la domination sans partage d’une école et la pure et simple répression des autres. On aurait pourtant pu croire dépassées les querelles stériles : le travail empirique (ethnographique, statistique, archivistique…), l’armature théorique (concepts, outils, méthodes…), les modalités d’administration de la preuve (causalités, idéaux-types…) font dorénavant partie du métier de sociologue, de tous les sociologues dignes de ce nom. Les candidats au CNRS, surtout lorsqu’ils ont été retenus pour l’audition, ont amplement prouvé, et à maintes reprises, qu’ils possédaient ce métier : devant des jurys de thèse, d’allocations de recherche, de post-docs, en publiant dans des revues à comité de lecture où leurs pairs ont évalué la robustesse, l’originalité et le sérieux de leurs travaux, dans les séminaires, les colloques, les congrès où ils exposent ces travaux à des publics de spécialistes qui les critiquent et les discutent. On peut être en désaccord sur telle ou telle approche, être plus sensible à telle ou telle méthodologie, plus ou moins convaincu par tel ou tel outillage conceptuel, – il en va ainsi dans toutes les sciences –, mais on comprend mal ce qui peut conduire à dénigrer à ce point des collègues et les candidat-e-s choisis par eux. La sociologie est sortie de ses maladies infantiles, du moins l’espérions-nous, et elle devrait trouver en ses représentants à la direction du CNRS ses défenseurs les plus ardents, non ses contempteurs les plus cyniques ou les plus agressifs.

« Internationalisez-vous », qu’ils disaient !

Une des questions soulevées par le déclassement massif des sociologues sélectionnés par la section 36 du Comité national est celle de l’internationalisation. M. Bourdelais, quand il a souhaité justifier la décision du jury d’admission qu’il a présidé, animé et guidé de bout en bout, d’éliminer en une demi-journée les quatre sociologues du concours, a recouru à deux arguments. D’abord, ce ne sont pas de « bons dossiers » car ils ne sont pas au niveau d’« excellence » attendu. Les quinze sociologues qui composent la commission n’auraient donc rien compris aux standards de l’excellence et le directeur, pédagogue, une fois donnée cette leçon un peu rude, se propose de bien leur expliquer pour qu’ils comprennent mieux la prochaine fois. Il explique, avec émotion, que le jury a comparé des productivités scientifiques (quand on rapporte une « ampleur de dossier » à un « âge académique », on calcule une productivité). En d’autres termes, ce sont des critères bibliométriques qui permettent de définir l’excellence. Mais attention, il ne s’agit pas de compter comme production scientifique n’importe quoi ! Comme d’ordinaire chez les bureaucrates qui utilisent ce langage, l’« excellence » n’est pas définie, car ce serait dévoiler le pot aux roses : on n’est pas excellent si on ne publie pas dans des revues, et en anglais. Quid des revues françaises de premier ordre, dont pourtant l’« excellence » ne fait aucun doute dans notre communauté scientifique ? Quid de la publication de livres qui permettent de répondre à une question avec de la profondeur, de la complexité et de la mise en cohérence d’enquêtes ou travaux sinon saucissonnés ? Quid de la participation, par des chapitres, à des ouvrages collectifs, qui permettent de produire par regroupement de travaux individuels, des avancées scientifiques ? Quid de la qualité du projet de recherche, qui n’est pourtant pas tout à fait sans intérêt lorsqu’on recrute un chercheur ou une chercheuse ? M. Bourdelais n’en dit mot et se retranche derrière l’incantation commune à ceux qui n’ont rien à dire. Deuxième argument, ce ne sont pas des dossiers assez « internationalisés ». Si ce dernier mot magique et flou est bien prononcé, remarquons qu’il l’est dans un sens très particulier. Quand le directeur de l’InSHS a daigné recevoir le président et le secrétaire scientifique de la section 36 et que ceux-ci lui ont objecté qu’un des deux sociologues classés premiers avait effectué un Ph.D. à New York, il a indiqué qu’il y avait là méprise : pour M. Bourdelais, « internationalisation » signifie essentiellement la capacité d’un jeune chercheur d’aller décrocher des contrats de recherche internationaux, notamment ceux distribués par l’ERC (European Research Council). Il est vrai qu’un million d’euros de subvention c’est un beau chiffre d’affaires. Mais recrute-t-on un chercheur ou un entrepreneur ? Les institutions scientifiques françaises ont-elles renoncé à avoir leurs propres programmes et leurs propres critères, ou doivent-elles s’en remettre aux « experts » de l’ERC et épouser les thématiques décidées par eux ? Les candidats sont-ils là pour assurer le financement d’un CNRS rendu exsangue par le transfert des ressources vers l’ANR et les dispositifs d’« excellence » ? Si tel est le cas, alors évidemment cela change la donne du concours et des profils attendus, et il faudrait avoir le courage de le dire clairement. À quand la science bling bling ?

Chercheur-entrepreneur bankable internationalisé, en détachement à Wall street : allégorie (bis) (crédits : grazia.fr)

On pourrait penser que tout ceci est une galéjade, que nous exagérons, qu’il n’a pas vraiment dit cela. Mais la réalité est bien celle-ci : les nouveaux managers de la recherche, « à la Bourdelais », ont tellement intériorisé la novlangue bureaucratique, les objectifs comptables de la recherche et l’immense vide intellectuel qui en résulte, qu’ils peuvent en venir à privilégier ce critère comme condition du recrutement au CNRS. La preuve en est que dans la section 39 (géographie, aménagement du territoire), le même jury d’admission a fait remonter au premier rang (il n’y avait qu’un seul poste) le candidat classé 2e (ou 1er sur la liste complémentaire) au seul motif qu’il apportait avec lui un contrat ERC…

Il faut bien le reconnaître : la sociologie n’est pas une science qui traverse aisément les barrières nationales. Il en est de même, d’ailleurs, de l’histoire et de quelques autres sciences humaines. Au lieu de le déplorer, on peut déjà essayer de comprendre les raisons qui font que ces disciplines restent marquées par des histoires et des traditions nationales, aussi bien dans d’autres pays qu’en France. Si une norme internationale a pu s’imposer en science économique et, désormais, en linguistique ou en psychologie, ce n’est pas le cas en sociologie, en histoire ou en science politique. Dans ces disciplines, la diversité prévaut et elle stimule de puissants et passionnants courants d’échange entre nations et entre écoles – Bourdieu, Foucault[10], Boltanski et tant d’autres n’ont pas eu besoin d’écrire dans un quelconque volapük ou lingua franca de colloque pour être mondialement reconnus. C’est cette diversité des sciences humaines françaises qui en fait la richesse, ce que la politique de traduction vers l’anglais promue par M. Bourdelais au CNRS n’a pas compris, puisqu’il a décidé de concentrer les ressources sur une revue officielle par discipline. Plus sérieux encore, l’immense risque des dispositifs centralisés à l’échelle européenne est de favoriser, dans les sciences humaines de ce continent, une uniformité que les États-Unis, en particulier, ne connaissent pas. Parler d’« internationalisation » comme le fait le directeur de l’InSHS témoigne, en tous cas, d’une vue bien étriquée de celle-ci et d’une méconnaissance inquiétante de la réalité internationale.

Car ce qui pousse à ce double impératif d’internationalisation et de standardisation de la sociologie est moins le fruit d’un projet scientifique que des transformations du mode de financement des sciences sociales et de formation au métier de recherche que les managers de la science veulent nous imposer en force. Il se trouve qu’en sociologie, les cours en master sont encore prodigués en français, la bibliographie est encore majoritairement en langue française, la règle est encore de publier des articles en français et majoritairement dans des revues françaises. Seules quelques institutions françaises d’enseignement supérieur et de recherche poussent dans le sens de cette internationalisation, et cette injonction et le sens qu’elle doit prendre font souvent débat en leur sein. En effet, il ne s’agit pas de s’élever par principe contre toute forme d’internationalisation du recrutement, mais il s’agit de rester vigilant quant à cette quête obsessionnelle d’international.

Comment cette injonction à l’internationalisation se traduit-elle dans les dossiers des candidats au CNRS en sociologie, qui ont été aussi préparés en amont lors de leurs échanges avec les laboratoires qui ont décidé de soutenir leur candidature ? Tout simplement par des effets d’affichage très nets dans la comparaison internationale. Ce n’est pas trahir le secret des délibérations que de pointer le fait que le jury d’admissibilité a été, cette année, particulièrement attentif à débusquer ce qui relève bien souvent de la fausse monnaie : des terrains multi-situés, sans que la comparaison internationale ne soit pensée dans sa capacité heuristique. Il a envoyé aux candidats un signal clair et net : pas de dossiers où l’on promet une grande comparaison internationale « bidon ». La direction de l’InSHS ne prend pas de telles précautions et privilégie l’affichage de l’international à l’intérêt raisonné de l’international. C’est peu dire qu’on marche sur la tête.

Des critères cachés qui apparaissent ex-post

Si l’on met bout à bout le fait que le jury d’admission a cherché à faire une évaluation scientifique sur les dossiers, tout en appliquant des critères d’excellence tels que définis ci-dessus, on comprend mieux l’ampleur de la crise. Des rapporteurs qui jugent du point de vue de leur position personnelle dans l’espace sociologique, à partir de critères qui n’ont pas été rendus publics par le CNRS et ne sont pas ceux de la section, ne peuvent pas avoir le même avis qu’un jury divers qui fonctionne de façon collégiale, en appliquant des critères qu’il a rendus publics et auxquels les candidats se sont préparés.

En relisant les critères publiés sur le site du Comité national du CNRS par les sections 36 et 40, et servant de guide aux candidats (voir encadrés 1 et 2), on s’aperçoit que ni la bibliométrie, ni la publication dans des revues en anglais, ni l’obtention de bourses ERC ou autres ne sont mentionnées comme critères. Ces critères interviennent ex post, introduits en apparence par le jury d’admission, en réalité par la direction de l’InSHS. Cela pose une question juridique très importante dans le cas d’un concours de la fonction publique. Car il y a bien des critères cachés, manipulés de façon ad hoc par le jury d’admission, que la direction de l’INSHS ne peut pas écrire, car ce serait matière à annulation, mais qu’elle entend appliquer in fine. Les DAS ont pour fonction de relayer ces critères aux sections, tout en leur faisant comprendre qu’on ne peut pas les écrire. En plus des critères précédemment évoqués, il en est un autre, totalement choquant en ces temps de précarité dans l’ESR, l’âge. Oui, on ne doit pas le dire, mais il ne faut pas recruter des candidats trop vieux, ou depuis trop longtemps « dans le circuit ». Il paraît que le CNRS n’a pas vocation « à être la voiture-balai » de l’Université (entendez des comités de sélection). Concernant les concours de Directeurs de recherche, deux critères reviennent : avoir soutenu son habilitation au moment du concours, ne pas être extérieur au CNRS. La section est prévenue par son DAS : si elle s’avise de ne pas respecter ces critères, le jury d’admission cassera ses classements. Et M. Bourdelais d’expliciter dans sa lettre que ces échanges « avec les membres de la section permettront de préciser encore davantage quelles sont les attentes de notre organisme en termes de recrutements d’excellence des chercheurs. ». En d’autres termes, le directeur exige de la section qu’elle n’applique pas les critères qu’elle a elle-même définis et communiqués aux candidats sur le site. À bon entendeur salut ! Dans ces conditions, autant dire que pour réussir le concours d’entrée au CNRS, il vaut mieux être dans les réseaux de ceux qui vous expliqueront que les critères ne sont pas les vrais critères.

Encadré 1 : Critères de la section 36

 (http://www.cnrs.fr/comitenational/doc/criteres/CE_Section_2012-16.pdf)

Critères communs à tous les chercheurs

– Qualité et originalité de la recherche

– Qualité, cohérence, originalité et faisabilité du projet

Critères spécifiques selon les grades

Accès au grade CR2

– Qualité et originalité des premiers travaux de recherche et publications

– Thématiques et problématiques novatrices

– Portée du projet de recherche et pertinence de la méthodologie 
employée.

Accès au grade CR1

– Qualité, régularité et importance des travaux de recherche et des publications

– Qualité et originalité des recherches théoriques et empiriques

– Thématiques et problématiques novatrices et/ou 
pluridisciplinaires

– Visibilité scientifique et expérience de la recherche.

Encadré 2 : Critères de la section 40

 (http://www.cnrs.fr/comitenational/doc/criteres/CE_Section_2012-16.pdf)

La section 40 est consciente du fait que l’accè̀s au corps des CR1 exige une expérience de recherche et un dossier de publications plus conséquent que ce qui est demandé pour l’accès au corps des CR2. Elle souligne toutefois que le concours CR1 n’est pas fermé aux candidats qui auraient récemment soutenu leur thèse mais dont le dossier ferait apparaître des publications relativement nombreuses et une expérience de recherche.

Le principal critère d’appréciation des candidats CR2 est la qualité des travaux de recherche antérieurs (à commencer par la thèse) et la pertinence, l’originalité et la rigueur du programme de recherche. Pour les candidats à un poste de CR2, et plus encore pour les candidats à un poste de CR1, le projet de recherche doit se distinguer du travail déjà effectué, notamment dans le cadre de la thèse, même s’il s’inscrit dans son prolongement.

Autres éléments d’appréciation:

Le cursus universitaire et/ou professionnel ;

La maîtrise des méthodes et des outils de recherche ;

L’intérêt du projet pour la communauté scientifique ;

L’adéquation du candidat au poste à pourvoir (en cas de fléchage et de coloriage) ;

Le potentiel scientifique et créativité ;

L’aptitude au travail collectif, à l’insertion dans une équipe ;

La culture scientifique ;

La qualité de la présentation orale du projet.

Une sanction vis-à-vis d’une certaine sociologie ?

Une autre chose qui intrigue, c’est que ce n’est pas l’ensemble du concours qui a été invalidé. C’est étonnant. En effet, si la section est incompétente à repérer les candidats « excellents » (copyright CNRS), pourquoi valider les choix qu’elle a faits pour les juristes, le poste de CR2 fléché et le poste de CR1 ? Comment le jury d’admission peut-il déjuger seulement une partie du travail, alors même qu’il désavoue la capacité de ses membres à avoir intégré « les attentes » du CNRS ? Dans un tel cas de désaveu, la seule solution tenable est de casser l’intégralité du concours.

C’est donc qu’il y a une autre explication derrière la prétendue incompétence de la section. Il est important aussi de signaler que les critères de l’excellence sont utilisés de façon ad hoc pour disqualifier les 4 sociologues. Mais ils auraient pu permettre de disqualifier de la même façon les autres sociologues classés sur l’autre concours CR2 de la 36 et sur les concours CR2 de la 40. Car à bien y regarder, les dossiers ne diffèrent pas fondamentalement. Nulle trace d’ERC ou autres bourses européennes, des travaux en anglais mais pas centraux. En ce qui concerne le « poids » des dossiers, ils apparaissent équivalents, si on tient compte de l’ensemble des publications –dont bien sûr les livres-. La question devient donc : pourquoi ce choix de 4 sociologues a-t-il entraîné la décision que l’on connaît ?

Là encore d’après nos informations, plusieurs explications ont été données : ces sociologues représenteraient une sociologie « qui fait du social ». Autre vocabulaire : « une sociologie gauchiste ». Bref, elle ne s’intéresserait pas aux sujets sérieux et ne serait pas du bon côté. On entend aussi : une sociologie d’universitaires, pas assez proche des institutions « d’excellence » et donc pas assez haut de gamme pour le CNRS. Il est clair que ces jugements sont inacceptables d’un point de vue scientifique, car de nature soit clairement politique, soit purement managériale : le CNRS ne devrait donc investir que dans les pôles d’excellence et abandonner le reste de l’université. Mais qu’en est-il vraiment ? Si on regarde du côté des sujets (voir tableau ci-dessous), on aperçoit une diversité des objets investigués : travail indépendant, accidents routiers et domestiques, syndicalisme, construction de la féminité, quartiers populaires. Ce qui fait leur point commun, c’est une prise en compte des rapports sociaux et des inégalités.

Titre de la thèse Titre du projet
Des classes populaires à la lisière du salariat. Une analyse des bûcherons entre emploi, marché et stratification sociale. Travailleurs indépendants et transformations de la structure sociale : mobilités, pluriactivité et inégalités
Corps, honneur et domination dans les espaces urbains marginalisés en France et aux États-Unis : ethnographie d’une salle de musculation et de boxe dans un ghetto new-yorkais et de boxe thaï dans une banlieue populaire parisienne La genèse des figures d’intellectualité populaire.

Pratiques culturelles, rapport au politique et ancrage local des classes populaires urbaines (1970-2020)

Des ouvrières en lutte. Mondes populaires et genre du syndicalisme dans un secteur d’emploi “féminin”. Le cas de l’usine Chantelle à Nantes (1966-2005) Vendre les féminités

Sociologie des commerçantes en féminité dans le monde du prêt-à-porter

La sécurité routière au radar des inégalités sociales. codage et décodages d’un problème public Des accidents domestiques pas si accidentels

Classes populaires, inégalités ménagères et non-émergence d’un problème public

C’est sans doute cet ancrage sur la question des rapports sociaux qui fait dire que ces sociologues « font du social ». D’autres diraient que c’est la définition même de la sociologie et qu’il n’y a là rien de si spécifique. La façon dont ces sociologues abordent leur objet et leur question est-elle homogène, au point de représenter une même approche théorique ? Pour répondre à cette question, nous avons essayé d’objectiver la position de ces sociologues dans l’espace de la sociologie, à partir de plusieurs variables : les institutions qu’ils ont traversées (thèse et post-doc), les membres de leur jury de thèse, le nom des revues dans lesquelles ils ont publié, le nom des éditeurs des livres auxquels ils ont collaboré et le nom des personnes avec qui ils ont collaboré (co-écriture, programme de recherche). Les résultats sont dans le tableau ci-dessous, présentés de façon globale. Quand un nom apparaît plusieurs fois, c’est qu’on le retrouve commun à plusieurs candidats (un chiffre entre parenthèses signifie qu’un candidat a publié plusieurs fois dans le même support).

Institutions Sciences Po Toulouse, Université Paris Nanterre, ENS, Université de Nantes, New-York University, CURAPP, OSC, CESSP, CMH, Centre de Recherches sur le Sport & le Mouvement, CESAER (INRA), IRISSO, CENS
Membres du jury de thèse Roger Establet, Thierry Lang , Jean-Louis Loubet Del Bayle , Stéphane Beaud, Erik Neveu, William Kornblum, David Lepoutre, Gérard Mauger, Mitchell Duneier, Stephen Steinberg, Stéphane Beaud, Alain Chenu, Pierre François, Annie Lamanthe, Olivier Schwartz, Bénédicte Zimmermann, Catherine Achin, , Olivier Fillieule , Gilles Moreau, Frédéric Sawicki, Delphine Serre, Jacques Defrance, Florence Weber, Eric Darras,
Revues Cahiers du genre ; Actes de la Recherche en Sciences Sociales (2) ; Genèses ; Sociologie ; Questions de communication ; Terrains et travaux ; Revue d’anthropologie des connaissances ; La vie des idées ; Genèses ; Nouvelle revue travail ; Revue Agone ; Revue française de socioéconomie ; Sociologie du travail ; Genre et histoire ; Sociétés contemporaines ; Genèses ; Le mouvement social ; Politix ; Savoir/Agir ; Travail, genre et société ; Revue française de science politique
Éditeurs Éditions du Croquant, PUG, La Découverte, L’Harmattan, PUR, Editions rue d’Ulm, Greenwood Press, PUR, PUR, Éditions du Croquant, PUR, Presses Universitaires de Nancy
Collaborations

 

Jean- Baptiste Comby, Philippe Coulangeon, Julien Duval , Hugues Cunegatti, Charles Suaud, Stéphane Beaud, Gérard Mauger, David C.Brotherton, Louis Kontos, Cyril Nazareth , Sarah Abdelnour, Gilles Laferté, Nicolas Renahy, Stéphane Beaud, Gérard Mauger, Cyril Nazareth, Sarah Abdelnour, Gilles Laferté, Nicolas Renahy, Anaïs Albert, Fanny Gallot, Katie Jarvis, Anne Jusseaume, Clyde Plumauzille, Mathilde Rossigneux-Meheust, marie Cartier, Hélène Lechien, Bantigny (L.), Bugnon (F.), Gothuey (J.), Morales La Mura (Q.), Oudin (F.), Pierre (T.), Sinigaglia (J.), Sinigaglia-Amadio (S.), Jalabert (L.), Patillon (C.), Marie Charvet, Annie Collovald, Virginie Grandhomme, Dorian Marceau, Séverine Misset, Sophie Orange, Fabienne Pavis

De toute évidence, à voir ces données, on ne peut que constater la diversité des liens noués par ces candidats avec les institutions et individus de la sociologie française. Ils ne représentent pas une fraction de la sociologie, mais sont bien situés au cœur de ce qui constitue la sociologie française, dans ses différentes variantes. Un des candidats a des liens avec la sociologie états-unienne.

Ce résultat n’est pas étonnant si on regarde le processus qui a amené le jury d’admissibilité à proposer de classer ces candidats. Rappelons que ce jury est composé de 18 personnes, 13 sociologues et 5 juristes. Élus et nommés, les membres du jury représentent différentes tendances au sein de leur propre discipline. Pour mener à bien son travail d’évaluation des dossiers, le travail du jury consiste à produire une interprétation collective des critères formels : qu’est-ce que la qualité d’un dossier ? L’originalité des travaux ? etc. Notons que la section a considéré que l’évaluation d’un dossier se fait à partir d’un « faisceau » de critères, et non à partir d’un critère surplombant, ou rédhibitoire. C’est ensemble que les membres ont élaboré, discussion après discussion, des critères de jugement commun. C’est le principe du travail collégial. C’est pourquoi le classement final a une valeur, pour l’ensemble de la communauté, que n’aurait pas un classement effectué par quelques experts, nommés par la direction, travaillant solitairement et réunis de façon ponctuelle.

Il se trouve que dans ce jury, les membres, venant pourtant d’horizons assez différents, ont réussi à se mettre d’accord assez facilement sur ces critères. Au point que c’est par consensus que ce classement a été élaboré.

Et pourtant malgré sa légitimité, cette sélection n’a visiblement pas plu à la direction de l’institut. On sait que D. Torny, dès qu’il a pris connaissance du classement, l’a immédiatement contesté : ces quatre sociologues classés n’étaient tout simplement pas à son goût. Être le DAS chargé de la sociologie à l’InSHS lui donnerait le droit de décider, à titre personnel, de ceux/celles qui, à ses yeux, sont dignes d’être recrutés au CNRS. Rien que cela ! Bref, sans vouloir ici réhabiliter le rôle des hommes dans l’histoire, force est de constater que ce DAS n’a pas mégoté dans sa conception de l’étendue de ses prérogatives. Depuis l’annonce du déclassement, il n’a d’ailleurs pas pris la peine de s’adresser à la section pour expliquer la décision entérinée par le jury. Quant à M. Bourdelais, on connaît sa position. D’une sociologie attentive aux rapports sociaux, à une sociologie gauchiste faisant du social, il n’y a pour lui qu’un pas. D’une sociologie représentative de la sociologie française, il n’y a qu’un pas vers une science sociale « à la papa ».

Évaluation par les « pairs » ou par les « experts » ?    

Ce que cette crise montre avec force, c’est la capture des règles institutionnelles pour mettre en œuvre des décisions individuelles, nécessairement arbitraires et intéressées, au mépris du principe essentiel de la collégialité. Le règne du management autoritaire contre une gouvernance délibérative.

La crise en cours pose aussi un problème très fondamental en matière d’évaluation de la recherche scientifique : lorsqu’un jury d’admission fonctionne de cette façon et outrepasse ses prérogatives normales, a-t-on encore affaire à une « évaluation par les pairs » ?

Deux formes d’évaluation sont ici en cause : l’évaluation par délibération collégiale ou l’évaluation qui se pare des atours de l’expertise. Les nouvelles instances d’évaluation et de pilotage de la recherche, la direction du CNRS leur emboîtant le pas, essaient de nous imposer le vocabulaire de l’« expertise » : l’Agence nationale pour la recherche (ANR) recrute des « experts » pour juger les projets qui lui sont soumis, Bruxelles l’avait précédée dans cette voie, l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) munissait ses comités de visite d’un « guide de l’expert » et nous serions, dans les instances du Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) ou du Conseil national des universités (CNU), dans les comités de sélection de nos universités et les comités de lecture de nos revues, rien moins que des « experts ».

Que nous soyons, dans l’ensemble, compétents dans nos domaines respectifs, on peut l’espérer. C’est cette présomption qui nous rend éligibles à participer à l’évaluation de nos pairs, de leurs travaux, de leurs projets. Mais cela fait-il de nous des « experts » ? Accepter ce coup de baguette magique symbolique, c’est oublier une caractéristique fondamentale de la science : elle est construite sur la controverse, elle est validée par le libre débat public au sein des communautés savantes. L’autorité attribuée à l’« expert » repose sur une double supercherie : faire croire que les savants sont toujours d’accord entre eux, faire le silence sur la procédure de l’arbitrage entre leurs opinions. Ce dernier point est crucial dans les machines que la politique actuelle a mises en place : les « experts » remplissent leurs fiches et l’administration décide ou, dans la caricature que donne à voir la crise actuelle de l’InSHS, les experts font de la figuration tandis que le chef recrute qui bon lui semble.

À ces pratiques dangereuses pour la qualité de la science comme pour l’égalité de traitement des candidats, s’oppose l’évaluation collégiale par les pairs : des évaluations élaborées de façon collective et contradictoire, au sein d’instances mandatées pour cette tâche par la communauté au nom de laquelle elles portent des jugements dont elles ont à répondre. C’est le fondement même de deux institutions créées à la Libération pour garantir l’autonomie des universitaires et des scientifiques vis-à-vis de l’administration et du pouvoir politique : le CoNRS et le CNU. C’est ainsi que la légitimité des sections du CoNRS procède de l’élection de la majorité de leurs membres par les chercheurs et autres personnels du CNRS, mais aussi par les enseignants-chercheurs. La loi leur confère une indépendance statutaire vis-à-vis de la direction du CNRS. La qualité de leurs évaluations et de leurs classements est garantie par le fait qu’elles constituent un collège qui travaille dans la durée (4 ans voire 5 ans dorénavant), selon des critères et des procédures élaborées en commun et rendues publiques.

On en conviendra sans peine, le travail des sections n’est pas toujours exempt de reproches et chacun peut évoquer, au fil des années, des cas qui l’ont choqué. Comment pourrait-il en être autrement dans des communautés savantes traversées de concurrences parfois féroces, d’intérêts particuliers, de rapports de pouvoir complexes ? Mais l’immense avantage d’un collège élu, c’est que chacun a la possibilité de s’y trouver un jour et devra répondre de son mandat. Bien loin de la caricature qu’essaient de propager certains, dans un groupe d’une vingtaine de personnes qui ont toutes une égale légitimité à siéger, la diversité des points de vue est assurée, les cliques éventuelles se neutralisent, des normes se mettent en place, chacun est fondé à en surveiller l’application et le respect se gagne par la qualité de l’argumentation. On voit la différence avec un groupe nommé pour suivre les recommandations d’une direction à laquelle il doit sa présence même.

Cette indépendance des collèges de pairs est difficile à admettre pour les managers de la science qui ont pour mission d’imposer un ordre nouveau à la recherche et l’enseignement supérieur français. C’est la raison pour laquelle la restructuration autoritaire des universités par le moyen des Idex a été confiée à l’ANR, dont le « jury international indépendant » n’a pour seul rôle que d’imposer la « gouvernance resserrée » à nos institutions et d’appliquer les consignes du ministère dans le grand meccano des regroupements forcés. C’est la raison pour laquelle le CoNRS a été dépossédé de l’évaluation des unités de recherche au profit de l’HCERES, une institution qui procède entièrement de la nomination administrative, depuis son conseil jusqu’au dernier comité de visite. C’est aussi la raison pour laquelle, la direction du CNRS et de ses instituts, lorsqu’elle est saisie de démangeaisons autoritaires en vue d’aligner la recherche sur les lubies managériales, s’efforce de délégitimer le CNRS au profit de jurys à sa main. M. Migus, naguère directeur général du CNRS, ne disait-il pas à propos d’un déclassement surprenant en jury d’admission d’un concours DR : « C’est pour que les sections comprennent bien que ce ne sont pas elles qui font la politique du CNRS ».

C’est bien là l’enjeu de la crise en cours.

Épilogue

Mardi 27 juin. Siège du CNRS, le conseil scientifique de l’INSHS se réunit pour la dernière fois en la présence de M. Bourdelais, directeur de cet Institut. La présidente de ce Conseil, Cécile Michel (anthropologue), lit une motion de défiance (encadré 3) condamnant fermement la politique autoritaire de l’InSHS en matière de recrutement de chercheurs au CNRS. Les membres du conseil scientifique se retirent ensuite de la salle pour descendre au bas de l’immeuble et lire la déclaration devant une trentaine de personnes (sociologues pour la plupart) venues soutenir ce mouvement de protestation. Une délégation de cinq personnes (deux chercheures, chargées de liaison au SNCS, et trois membres de la section 36) raccompagne les membres du Conseil scientifique dans la salle de réunion et y lisent une autre déclaration (encadré) devant M. Bourdelais. Celui-ci leur répond de la manière suivante, le sourire aux lèvres et assez satisfait de son effet : « Pour tout vous dire, je suis heureux de ce qui se passe… Cela fait 7 ans que mes amis me demandent quand je vais faire changer les choses en SHS [au CNRS]. Là, il y a un mouvement social, ça montre que je fais changer des choses ».

Et M. Bourdelais n’hésite pas à remercier ceux qui l’ont aidé à « changer les choses ». Cerise sur le gâteau : nous avons appris la nomination de Didier Torny en tant que Directeur de Recherches au CNRS (son institution d’appartenance est l’INRA dont il était détaché), à deux jours du départ à la retraite de M. Bourdelais, sur le contingent des « postes de la direction ». Qu’en est-il exactement ? Difficile à dire, car c’est la première fois que l’on entend parler de ce contingent… On sait juste que la section 40 a dû donner un avis scientifique sur le candidat Torny (sur la base d’un seul rapport), mais il n’y a pas eu, en l’occurrence, un véritable concours comme c’est la règle pour passer Directeur de Recherches au CNRS. Fait du prince pour services rendus ? Ironie de l’histoire, c’est le même D. Torny qui expliquait à la section qu’il ne fallait pas classer sur des postes de DR des candidats ne venant pas du CNRS…

Le nouveau directeur de l’InSHS et sans doute le Président du CNRS (M. Alain Fuchs) apprécieront à sa juste mesure le cynisme et le sens de l’intérêt général de M. Bourdelais (sans oublier M. Torny). C’est ce qui restera, sans aucun doute, de son (trop long) passage au CNRS, à la direction de l’InSHS.

Stéphane Beaud, Valérie Boussard, Romain Pudal, Christian Topalov

Image en bandeau : bowling, 2011, par Adam Jacksonvia Flickr.


[1] Sur laquelle est revenue très récemment l’Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur (ASES) lors d’une journée dédiée.
[2] Plus précisément : « Le jury d’admission quant à lui comprend le directeur d’institut, président, 5 membres nommés par le ministre chargé de la recherche, sur proposition du président du CNRS et 5 membres nommés par le ministre chargé de la recherche parmi les membres des sections du Comité national de la recherche scientifique, après consultation du conseil scientifique d’institut (ce conseil étant lui-même une instance du Comité national de la recherche scientifique) ». Voir le site : http://cnrsinfo.cnrs.fr/intranet/actus/170629-recrutement.html.

[3] Liste disponible sur le site du CNRS.

[4] Liste disponible sur le site du CNRS.

[5] Séquence de tweets, non corrigés :

Jérôme Denis‏ @jrmdns 15 juin« J’ai juste une qº : les 4 sociologues qui rentrent au cnrs cette année, c’est pas des vrais pour les signataires de la pétition, c’est ça ? »

Jérôme Denis‏ @jrmdns 19 juin

« Alors je récapitule : la section 36 a fait un remarquable travail. Mais la section 40 a fait de la merde. C’est Dallas au CNRS cette année. »

Jérôme Denis‏ @jrmdns 19 juin

« Dallas et le bal des faux-culs aussi un peu. Les torts ne sont que du côté de ceux qui ne soutiennent pas les potes, on dirait, un peu. »

Jérôme Denis‏ @jrmdns 14 juin

« “L’autonomie scientifique remise en cause” ou le “On a pris des potes en virant les meilleurs, on croyait c’était Noël” sanctionné » ?

Jérôme Denis‏ @jrmdns 13 juin

« C’est marrant comme les conflits d’intérêt de Maffesolli et ses potes ça fait scandale, mais quand c’est de la VRAIE socio, spa grave. »

[6] David Pontille et Didier Torny, « Revues qui comptent, revues qu’on compte : produire des classements en économie et gestion », Revue de la régulation (en ligne), vol. 8, 2010/2, mis en ligne le 07 décembre 2010 ; David Pontille et Didier Torny, « The controversial policies of journal ratings: evaluating social sciences and humanities », Research Evaluation, vol. 19, n° 5, 2010, p. 347-360 ; David Pontille et Didier Torny, « La manufacture de l’évaluation scientifique. Algorithmes, jeux de données et outils bibliométriques », Réseaux, vol. 177, n° 1, 2013, p. 23-61.

[7] Ou, dit de façon plus sophistiquée, qui étudie « the consumer-oriented techniques and practices of capture and enticement at work in a range of different market settings » (http://www.charisma-network.net/home/about-charisma).

[8] Voir le CV sur la page professionnelle.

[9] Notons que dans une situation parallèle, le rapport entre comités de sélection et conseil d’administration dans le cadre des recrutements universitaires, un arrêt du Conseil d’État de 2012 (Conseil d’État du 23 septembre 2012) encadre clairement les pouvoirs accordés au Conseil d’administration (CA) par la loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU) et confirme la prééminence donnée au comité de sélection, constitué de pairs-experts.

[10] Mais M. Bourdelais lui-même ne raillait-il pas récemment Foucault lors de la journée des « entrants au CNRS ». Un participant à cette journée de l’InSHS, début mai 2017 à Marseille, a relaté à l’un d’entre nous ce qui s’y est passé. Voici ses notes.

Patrice Bourdelais, ce jour-là, a tenu un discours de politique générale sur les sciences sociales au CNRS. À deux mois de son départ en retraite, il n’a pas mis de gants et a livré le fond de sa pensée, sans édulcorer. « En deux mots, la sociologie à la Papa au CNRS, c’est terminé. Le chercheur qui rédige ses livres dans son coin, dans sa maison de campagne, en bord de mer ou ailleurs, c’est fini. Désormais les jeunes chercheurs devront d’abord et avant tout s’efforcer de candidater, avec de bonnes chances de succès, à des contrats de type ANR et ERC. Et travailler sur des sujets aujourd’hui importants comme le terrorisme et la sécurité… Mais pas la sécurité au sens de Foucault… » [sentant monter un murmure de protestation dans la salle… où il y a aussi des philosophes] Il force le trait non sans plaisir : « Oui, parce que Foucault, c’était d’une autre époque (la sienne), et on est d’ores et déjà aujourd’hui passé à autre chose, “fort heureusement” [notre interlocuteur se souvient bien de ces deux derniers mots]. » C’est vrai que lorsque nous avons entendu cela, et nous avons été un certain nombre tout de même, ce qui transparaissait au travers des regards que j’ai pu échanger avec des gens autour de moi, à s’être demandé : « Mais, là, qu’est qu’il dit ? » On l’a senti vraiment en roue libre… Et de fait, j’ai personnellement été étonné par un discours aussi « cash ».

Annexe 1: Motion du CSI de l’INSHS

Annexe 2. Lettre de M. Jacques Lautman, ancien directeur scientifique (SHS) au CNRS, à M. Alain Fuchs, Président du CNRS

Jacques Lautman                                                                                      19 juin 2017
lautman@mmsh.univ-aix.fr

à Monsieur le Président Fuchs
CNRS

L’émoi que suscite dans les Laboratoires et équipes SHS le renversement par le jury d’admission CR2 de l’ordre d’admissibilité proposé par la Section 36 siégeant en jury me semble assez grave pour que je vous fasse part d’une inquiétude que seule une action extraordinaire (hors des pratiques régulières et balisées) pourrait calmer.

Déclasser en jury interdisciplinaire un(e) candidat(e) pour faire monter un dossier mal sorti du vote électronique ou bizarrement mal évalué en Section est assez fréquent et suscite toujours une certaine crispation chez les chercheurs, tous très attachés à l’indépendance de leur Section. Il n’en reste pas moins que le jury d’admission est alors dans son rôle.

Ce qui vient de se produire avec le classement de la Section 36 est non seulement plus ample : 3 sociologues au tapis mais, comme le montre da façon éclatante le fait qu’un poste n’ait pas été pourvu, d’une autre nature.

En effet, ce poste non pourvu interdit d’y voir une revanche prise par des juristes minoritaires contre des sociologues majoritaires qui les brimeraient usuellement. La Section 36 fait, depuis 26 ans, vivre ensemble des sociologues et des juristes. Cette composition remonte à la volonté, fin 1990, du ministre Hubert Curien et à l’ordre, donné par le directeur général François Kourilsky, de réduire quelque peu le nombre des Sections afin de favoriser des décloisonnements et l’interdisciplinarité. Se sont ajoutés certains soucis de gestion. Les sociologues étaient trop nombreux et il a semblé bon d’en envoyer une partie se frotter avec les politologues ; les juristes entre eux avaient comme du mal à se débarrasser d’usages jadis admis, mais devenus tout à fait inacceptables au CNRS. Pour preuve que droit et sociologie, trop séparés dans les universités françaises peuvent avantageusement ne pas l’être au CNRS, je rappelle que le doyen Carbonnier, éminent juriste mais tout autant sociologue du droit et du protestantisme en France fut président de la Société française de sociologie de 1973 à 1975.

Le classement établi au printemps par la Section 36 n’avait, semble-t-il, pas suscité de désapprobation partagée. Alors comment ne pas lire ce coup de force du jury pluridisciplinaire d’admission comme une manifestation collective d’hostilité aux sociologues ou à la sociologie, et peut-être, derrière, de peur chez certains de se voir obligés à composer sur partie de leur pré carré ? Le fait révélé par la lettre du directeur de l’InSHS que d’autres jurys aient recruté deux sociologues montre bien que certains éléments du savoir et des techniques des sociologues peuvent être recherchés ailleurs qu’en SHS.

Les collègues avec qui j’ai travaillé comme directeur scientifique (1986-1991) savent que mon jugement était critique sur certains travaux conduits en SHS et particulièrement en sociologie. Sous l’effet, notamment, de la compétition devenue terrible, d’une ouverture internationale bien plus grande, du fonctionnement en équipes grâce au CNRS, le niveau en SHS a partout monté. Je suis enclin aujourd’hui à penser que les prénotions et préjugés hostiles à la sociologie de certains historiens, économistes, géographes ou autres de bonne foi, mais insuffisamment informés datent. La sociologie historique des sciences a documenté de nombreux cas, y compris en physique, voire même en mathématiques.

En résumé, l’acceptation par la direction de l’INSHS et finalement par le CNRS de ce classement serait, je dis, une erreur politique car il est insupportable pour la grande majorité des 12 000 au moins chercheurs, ingénieurs, professeurs et maîtres de conférences de la mouvance SHS CNRS et Universités. Il est aussi, et d’abord, une manifestation de retard culturel franco-français et je pense qu’il fait tort à la démocratie scientifique tempérée qui est le cœur vivant du CNRS comme institution.

Je vous prie, Monsieur le président, d’agréer mes saluts déférents.

Jacques Lautman

Professeur émérite des Universités, ancien directeur-adjoint de l’ENS, ancien chef du département SHS CNRS


Annexe 3. Lettre des directeurs d’unité CNRS SHS à M. Fuchs, Président du CNRS

De: Sylvie Ollitrault <sylvie.ollitrault.1@sciencespo-rennes.fr>

Objet: [ancmsp] Lettre des DU des UMR 40 et 36 adressée à Alain Fuchs

Date: 30 juin 2017 à 23:27:39 UTC+2

À: diffusion@listes.ancmsp.com

Chers collègues,

Les directeurs/trices d’UMR section 36 et 40 se mobilisent pour la clarification de l’évaluation des candidats aux concours CR et DR et souhaitent une meilleure « sécurité » de ces concours autant pour les docteurs sans poste, que pour les UMR et les EA qui les forment. La perte de poste ne peut qu’inquiéter l’ensemble de la profession dans un contexte de forte pression (nombre de candidats par poste ouvert) et de départ à la retraite d chercheurs. Le besoin en pilotage est important à un moment où les UMR doivent se transformer en un espace de formation professionnalisée des jeunes chercheurs (comité de suivi de thèse, raccourcissement de la durée du parcours doctoral…). Si les UMR sont soumises à la rationalisation, à des normes de management, il semble important que le CNRS ne se contente pas de répondre par l’appréciation souveraine du jury d’admission sans expliquer sa grille d’évaluation dite transversale à toutes les disciplines.

Cette lettre a été adressée au début de la semaine à Alain Fuchs, président du CNRS et au président du Conseil scientifique du CNRS.

Sylvie Ollitrault (ARENES-Rennes), Olivier Borraz (CSO-Science Po Paris), Marie Cartier (CENS, Nantes), Marie Claire Lavabre, Jérome Tournadre, Stéphanie Lacour, (ISP, Nanterre) Patrick Michel (CMH, ENS, EHESS)


Le 26 juin 2017,

À l’attention de Monsieur Alain Fuchs, président du CNRS

Copies à : Monsieur Bruno Chaudret, président du Conseil scientifique du CNRS,

Madame Cécile Michel, présidente du Conseil scientifique de l’INSHS,

Monsieur Patrice Bourdelais, directeur de l’INSHS,

Monsieur Didier Torny, directeur adjoint scientifique de l’INSHS

Madame Sandrine Lefranc, chargée de mission pour la section40 de l’INSHS

Monsieur le président, cher collègue,

En tant que directeur-trice d’UMR relevant du périmètre de la section 36 et 40, nous sommes préoccupés par les dysfonctionnements liés aux concours de recrutement 2017.

Nos UMR ont pour mission de former des doctorants et post-doctorants aux différentes facettes de la profession de chercheur. Cela requiert de tenir compte des transformations actuelles du champ de la recherche, plus tournées vers l’international. Mais pour mener cette tâche à bien, il nous faut disposer d’informations claires concernant les procédures et les critères employés par les jurys d’admissibilité et d’admission du CNRS pour évaluer les dossiers de candidature et opérer un classement. Sans cela, dans un contexte de raréfaction du nombre de postes, nous ne pouvons pas accomplir notre mission d’accompagnement de ces jeunes chercheurs.

Des efforts conséquents, que nous saluons, ont déjà été accomplis par les jurys d’admissibilité des sections 36 et 40 du comité national pour clarifier procédures et critères. Pour le moment, le jury d’admission de l’INSHS n’a pas accompli un travail comparable, ce qui rend particulièrement problématique sa décision prise le 6 juin dernier de réviser entièrement le classement proposé par la section 36.

Nous demandons donc, à la suite de la section 40 du comité national et de l’AFSP, organisation professionnelle qui nous fédère, de connaître :

  • les règles de composition du jury d’admission
  • ses méthodes d’évaluation des dossiers
  • les critères employés pour évaluer les dossiers
  • la justification du classement auquel il procède

Il ne s’agit absolument pas de procéder à une quelconque uniformisation des procédures et critères. Chaque jury reste libre de définir ceux qui lui semblent les plus appropriés, notamment au regard des spécificités de chaque discipline et de ses nombreuses sensibilités théoriques et épistémologiques. Mais il s’agit de permettre aux candidats et à nos UMR de se préparer en amont, en toute connaissance de cause. En jury d’admission, si les rapports sur un dossier sont contradictoires entre la section et le DAS ou le CM INSHS, il est important que ces deux pièces soient prises en considération et que, si la dissonance est forte, le président de section soit présent pour expliquer le classement, y compris sans participer au vote mais pour éclairer la décision.

Les jurys d’admissibilité et d’admission sont constitués de collègues dont il ne s’agit ni de nier les compétences, ni l’engagement pour faire vivre un paysage de la recherche en SHS, fort et ambitieux. Nous souhaitons que les procédures de concours fonctionnent dans la concertation et le respect mutuel des uns et des autres, au profit de nos jeunes chercheurs qui seront la Science de demain. La perte de poste (gel), l’éviction brutale d’un concours de candidats relevant du même champ disciplinaire sans justification claire, amènent à une incompréhension générale qui ne facilite pas la mobilisation de nos collègues qui participent à la formation des docteurs.

Veuillez agréer, monsieur le Président, cher collègue, l’expression de nos cordiales salutations.

Marie Cartier, CENS, UMR 6025

Olivier Borraz, CSO, UMR 7116

Marie-Claire Lavabre, Jérome Tournadre, Stéphanie Lacour ISP, UMR 7220

Patrick Michel, CMH, UMR 8097

Sylvie Ollitrault, ARENES, UMR 6051

Anne-Laure AMILHAT SZARY, PACTE, UMR 5194

Jean-Louis Briquet, CESSP, UMR 8209

Carole Brugeilles, Christine Cadot, Laurent Jeanpierre, Michel Kokoreff, Cédric Lomba, Laure Pitti, comité de direction du Cresppa, UMR 7217

Jean Gabriel Contamin, Étienne Pénissat (dir.-adjoint) CERAPS, UMR 8056

Alain Dieckhoff, CERI, UMR 7050

Sébastien Fleuriel, CLERSE, UMR 8019

Martial Foucault, CEVIPOF, UMR 7048

Claude Gautier, TRIANGLE, UMR 5206

Bertrand Geay, CURAPP, UMR 7319

William Genieys, CEPEL, UMR 5112

Olivier Giraud, LISE, UMR 3320

Florence Haegel, CEE, UMR 8239

Olivier Martin, CERLIS UMR 8070 et ancien président du CNU19

Dominique Méda, IRISSO UMR 7170

Ariel Mendez, LEST UMR 7317

Bruno Milly et la direction Jean-Yves Authier, Ahmed Boubeker, Bernard Lahire, Emmanuelle Santelli, Centre Max Weber, UMR 5283

Hélène Michel, Philippe Hamman (dir.-adjoint) SAGE UMR 7363

Marie-Gabrielle Suraud, CERTOP UMR 5044

Marc Oberti, OSC, UMR 7049

Laurent Willemez, Printemps, UMR 8085

Eric Wittersheim, IRIS, UMR 8156, CNRS, Inserm


14 réflexions au sujet de « L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales »

  1. Merci pour cette enquête sur ce qui s’est passé en section 36 et de la mise en perspective avec le néomanagement autoritaire de la bande à Bourdelais

  2. J’ai présidé pendant deux ans le conseil scientifique d’une unité, sous l’autorité du directeur InSHS dont il est question. J’ai gardé un mauvais souvenir de la façon dont il supervisait l’unité en question. Il fallait être sur la même ligne que lui, et la critique était difficilement admise.

  3. « C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s (…) »

    Quand on est incapable d’écrire le français, faut-il s’étonner de n’être pas reçu au CNRS ?

    1. Merci infiniment pour cette contribution ô combien utile et perspicace.
      Arnaud Saint-Martin, auteur du chapô, chercheur au CNRS

    2. Tiens un trolleur manifestant sa suffisance et sa supériorité (fantasmée) en critiquant la forme pour s’épargner le fond ! Quelle surprise…

  4. L’enquête est salutaire et la dénonciation de ces pratiques plus que bien venue, mais il est dommage que les auteurs de l’article semblent davantage s’attarder sur la défense de leur discipline et de son autonomie que sur le sort des candidats déboutés, qui rejoint celui de bien d’autres précaires, sinon de toute une génération de chercheurs…

    Bourdelais aurait-il pu faire carrière avec les « critères » qu’il croit bon d’appliquer autoritairement aux autres ? Pourquoi les nouveaux entrants devraient pâtir de ces réformes et pas les chercheurs installés qui ne sont jamais inquiétés et pourront garder leur maison « en bord de mer » quoi qu’il arrive, quand la nouvelle génération ne pourra jamais se payer une chambre de bonne, après être passé par tant d’épreuves, de désillusions et d’humiliations pour obtenir un peu moins de 2 smic à 35, sinon 40 ans passés ? A quand la grande remise à plat ? La grande évaluation égalisatrice ? Voilà qui soulèverait bien d’autres débats…

  5. « Une discipline cousine, la science économique est en train d’étouffer, au CNRS tout particulièrement, du fait de la domination sans partage d’une école et la pure et simple répression des autres. »

    Sans me prononcer sur le fond de l’affaire (membre de la section 37, je ne peux pas le faire dans un contexte aussi informel), serait-il possible d’éviter de taper sur la discipline d’à côté et de servir l’éternel couplet sur la méchante économie dominante sous prétexte de défendre la sociologie? Pourriez-vous s’il vous plaît vous concentrer sur votre discipline qui a bien assez de soucis visiblement et laisser les autres tranquilles?

    Merci d’avance

    1. Encore heureux que l’économie ne soit pas ridiculisée par des « économistes » qui lisent Marx en boucle et qui n’ont aucune reconnaissance internationale, et aucune utilité pour qui que ce soit.

  6. Merci pour ce travail d’explication, d’enquête, et de réflexivité. Ce qui se passe au CNRS est symptomatique d’une dérive autoritaire et bureaucratique qui a touché les universités et les grandes écoles également. La question des concours et de l’évaluation n’est, malheureusement, qu’un des aspects de ces évolutions délétères pour la qualité de la recherches en Lettres, sciences sociales et sciences humaines. En résumé : le Marché et la Sainte Inquisition des experts et des managers n’a plus besoin ni de la démocratie, ni du savoir critique. Nous sommes donc entrés dans la phase de liquidation des déviants…

    Igor Babou
    Professeur des universités

  7. Vous transformez cette affaire en tribune pour exposer vos idées sur la sociologie et la marche de la société dominées par l’ultra libéralisme. En cela, je vous suis. Mais ce n’est pas le coeur du sujet. J’ai eu connaissance, de source certaine, de la pratique habituelle et généralisée du piston. Pardon, c’est dit crûment mais c’est le seul mot qui convient.
    Si vraiment Bourdelais avait souhaité se débarrasser de candidats aux perspectives « gauchistes », il n’aurait pas seulement déclassé ces deux-là. Ce que vous n’évoquez même pas, c’est le probable soutien haut placé à l’évidence d’une de ces personnes au moins. Peut être la 5e. La remontée inespérée de la 3e serait dans cette hypothèse destinée à noyer le poisson en créant une guéguerre ridicule entre sociologues gauchistes et juristes libéraux.
    Non, ce n’est pas le sujet. Le sujet concerne le caractère profondément malhonnête du recrutement, où, en coulisses, tout se passe : petits arrangements, soutiens intéressés et renvois d’ascenseurs. Comme le dit une personne plus haut, votre tribune sert vos idées mais pas ceux qui rejoignent la longue cohorte des sacrifiés du système, précaires ad nauseam.

  8. Votre article adopte et/ou relaie un point de vue à sens unique et s’en prend nommément à des personnes. Ne serait-il pas plus utile de faire un article d’investigation critique qui permette aux lecteurs de mieux comprendre les positions des différents protagonistes ? L’enjeu n’est-il pas que les critères des jurys (admissibilité + admission et pas seulement jury d’admission) soient précisés et connus pour assurer la transparence du recrutement ? N’est-ce pas ce qui serait le plus profitable aux futurs candidats ?

  9. Article interminable, et personne pour s’émouvoir de la laideur et de la bêtise de cette orthographe « dégenrée », qui signale le pédantisme militant. Le féminisme n’a pas besoin de ça.
    Sur le fond, on n’en sait pas plus à la fin de l’article qu’au début : posture autoritaire ? réaction un peu raide à du piston et des arrangements à l’échelon du dessous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *