« “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

Roberto Pippo est du genre modeste, il se présente à vous sans arrogance ni faux-semblants. Il est direct, franc, volontiers séducteur, il n’y va pas par quatre chemins pour vous persuader de l’importance de sa cause. L’excellence, il l’a dans la peau et la défend bec et ongles. Parce que l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique qu’il préside s’est aujourd’hui imposée comme le point de passage obligé de la recherche scientifique de pointe, en France comme à l’international, parce qu’il est un personnage truculent et inévitable, le Carnet Zilsel a désiré en savoir plus. M. Pippo a accepté de nous rencontrer pour une brève mais féconde interview. Avec une déroutante sincérité, il nous a livré les secrets d’une savante alchimie, qui transforme l’air en vent. S’il n’est pas toujours évident de suivre le CEO de l’ANES dans tous ses raisonnements, tant ils rompent avec les habitudes de la communauté de l’ESR, on doit lui reconnaître un talent inouï : celui de donner goût à l’« excellence » et de nous projeter dans un avenir radieux où chaque entrepreneur de l’innovation techno-scientifique peut devenir milliardaire pourvu qu’il sache jouer du pipeau. L’ESR, rappelait récemment Roberto Pippo non sans provocation, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. C’est bien l’intérêt et la puissance de l’ANES que d’aider à faire le tri, l’air de rien !

Commençons par le début : pourquoi l’ANES ?

C’est une bonne question ! Je n’y avais jamais réfléchi ! D’ailleurs je crois que personne n’y a jamais réfléchi… c’est curieux ! Je pense qu’à l’ANR non plus d’ailleurs !

Vous tenez un discours radical sur la gestion et le pilotage de l’ESR. Faut-il approfondir l’autonomie des universités ? Qu’en est-il de votre projet de les connecter de façon plus « synergétique » avec l’univers de l’entreprise, que vous considérez comme salvateur ?

Je préfère le terme d’université agile. Pour moi, les universités doivent être flexibles, numériques et connectées. Nous en reparlerons sûrement, mais je crois sincèrement à la dématérialisation totale de l’université. C’est un vrai challenge pour la #FrenchTech et le projet est actuellement en co-maturation dans une pépinière. Notre Sink Tank[1] ANES-PEPITE travaille également sur la question.

Grand auditorium du siège de l’ANES, quelques minutes avant l’annonce des résultats de l’année 2016 (crédits : Delegación de Turismo, Ayuntamiento de Aranjuez, 2007, via Flickr)

Pour être disruptif, encore faut-il en avoir les moyens. Mais tous les moyens sont bons ?

À mon avis oui. Il faut en finir avec les complexes. Pour disrupter, il ne faut se mettre aucune limite. La libération des énergies repose sur une approche totalement en rupture. C’est pour cela, par exemple, que nous avons créé U[ni]bersity, la première université à la demande. Les enseignants sont payés « à la course », cela évite les problèmes administratifs, les grèves, et autres freins à l’excellence fluide. Nous rencontrons un gros succès notamment auprès des recalés d’APB. Notre objectif est de capter 50 % du marché de l’étudiant français d’ici à 2020… avant de se lancer à l’international !

Quelles sont les recettes les plus efficaces pour faire de la recherche disruptive ?

Nos principales recettes viennent de la plus-value que nous faisons sur la vente de cours en ligne avec l’appli U[ni]bersity. Sur ce produit, nos marges sont de 40 %, c’est comparable à l’industrie du luxe ! Nous pensons pouvoir encore les augmenter en optimisant le process, et grâce au déplafonnement du crédit impôt recherche. Notre objectif est d’être compétitifs avec l’industrie pétrolière d’ici 2025. Aujourd’hui, nous sommes l’entreprise la plus profitable sur le marché de l’économie de la connaissance. Nous avons également des revenus importants générés par la titrisation en produits financiers toxiques de la dette étudiante. Nous souhaitons également augmenter les recettes liées à la vente de nos produits dérivés vendus sous la marque ANES™.

Quels sont les principaux critères d’évaluation des projets soumis à l’ANES ?

L’excellence pure reste le critère principal. Néanmoins, nous attachons également une importance cruciale aux aspects innovants et disruptifs des projets. La transdisciplinarité ainsi que les leviers d’attractivité sont également des critères de sélection pour nous. Je vous donne un exemple : nous avons financé le projet NANO-DRONE dont le but était de créer les plus petits drones du monde, si petits qu’ils peuvent voler à l’intérieur du corps humain. Au départ tout le monde a trouvé que c’était fou, mais maintenant que le projet est financé par l’ANES, tout le monde trouve cela génial !

Succursale de l’ANES, plateau du Nevada (crédits : https://www.flickr.com/photos/jaredhanson/, 2009)

 Ce projet a-t-il abouti ?

Je ne suis pas au courant, mais peu importe ! On a fait un buzz formidable avec ce projet !

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

L’air. Je sais que certains vont chercher leur inspiration chez des philosophes, des économistes ou pire, des sociologues… mais moi je trouve mon inspiration dans l’air. Quand il y a un nouveau terme qui flotte dans l’air (disruption, innovation, etc.), je n’hésite pas une seconde : je l’attrape et je le fais mien. Ensuite, je contacte les équipes de communication qui rédigent les appels à projets, et je leur demande de baser la rédaction sur ces termes uniquement. Le reste a peu d’importance.

 L’ANES monte en puissance depuis quelques mois et propose des appels originaux dont le succès n’est pas démenti, comme c’est le cas du très novateur AAP « Koh-Labo ». L’objectif est-il de prendre de vitesse l’ANR ?

Très honnêtement l’ANR est en perte de vitesse. La dépasser n’est pas un objectif mais une évidence. Avec Koh-Labo, nous cassons les codes. La ministre de l’ESRI a souhaité « expérimenter », nous avons donc répondu à cette demande à 200 %, et la communauté nous a suivis, comme toujours, et même avec un certain engouement. C’est cela qui est fascinant je trouve : plus on frappe fort, moins les chercheuses et les chercheurs semblent s’opposer à ce que nous leur proposons. Donc on aurait tort de ne pas continuer !

 Comment faire en sorte que les chercheurs français comprennent qu’il est dans leur intérêt de soumettre des projets à l’ANES ?

Je crois qu’ils l’ont bien compris ! Nous avons eu plus de 7000 réponses à l’appel Koh-Labo, quand le programme make our planet great again n’en a reçu que quelques centaines. D’ailleurs, le très sérieux Sink Tank « Scientists of America » avait prédit que « make our planet great again » serait un échec.

Appel à projets interdisciplinaire « Roues de la fortune » (crédits : https://www.flickr.com/photos/panchenks/, 2010)

 On est frappé par la synergie intellectuelle entre ce que prône avec force et passion l’ANES et la philosophie politique de la « start-up nation ». Est-ce un heureux hasard ? Ou alors, vos experts interviennent-ils d’une façon ou d’une autre dans la conception de ce nouveau paradigme sociétal ? Nous voulons dire : sont-ils « En Marche » ?

À l’ANES, rien n’est dû au hasard. Nous recrutons nos conseillers dans les meilleurs instituts : cabinets de groupes pétroliers, OCDE, FMI, Rothschild, Goldman Sachs, trafiquants d’armes internationaux, en bref tout le gratin du business de pointe qui est évidemment très proche des milieux politiques. Pour ma part, je ne suis pas « En Marche » car c’est encore trop lent : je suis « En Route » pied au plancher.

Vous caressez, dit-on, l’idée de faire un appel à projets sans financement au final. Est-ce de l’art pour l’art ?

En effet c’est une idée qui me tient à cœur. Je pense que la communauté est bientôt prête pour cela. La rémunération symbolique associée au prestige que procure un projet accepté par l’ANES est désormais suffisante pour qu’un ou une chercheur.euse passe plusieurs semaines à préparer un dossier sans aucune contrepartie. C’est très beau je trouve, de pouvoir éloigner ces gens à ce point de leur métier d’origine. Juste pour le sport, pour la « performance ».

Vous avez aussi un temps songé à des financements en trombones et gommes. Où en êtes-vous sur ce dossier ?

L’AAP Kopex fonctionne sur ce principe, mais il fournit de l’argent et non directement les ustensiles. Nous travaillons sur un appel à projets où les lauréats seraient invités à fabriquer eux-mêmes leurs ustensiles à partir de matière première bio… Il parait qu’il faut être green de nos jours !

Regrettez-vous que la sélection des projets par projection depuis le haut d’un escalier ait été retoquée par le ministère ?

Oui, c’était vraiment une belle idée je trouve. Mais ce qui me console, c’est que le nouveau gouvernement a prévu de placer des dizaines de milliards d’euros au commissariat général à l’investissement (en vendant notamment la Française des jeux dont le business-plan est, au passage, admirable à mon avis). Cette enveloppe conséquente échappe totalement au ministère de la Recherche, ce qui est formidable car si nous héritons de la gestion de ce budget, nous aurons les mains libres pour mener à bien une politique d’excellence de rupture dans la disruption. Je me bats actuellement pour faire passer cette idée. J’ai bon espoir !

Comment se fait-il que le financement de la gestion interne de l’ANES soit bien supérieur au financement des projets ? Est-ce à dire que l’ANES finance l’ANES ?

Évidemment, le fonctionnement interne de l’ANES est soumis à appels à projets. L’ensemble du personnel doit faire des demandes et des dossiers spécifiques pour financer son travail. Les communicants font des demandes de financement pour leurs logiciels, les secrétaires pour leurs stylos et leurs ordinateurs, etc.

Banco à l’ANES Casino (crédits : Royal Flush at Casino, https://www.flickr.com/photos/59937401@N07/ 2011)

Les pouvoirs publics ne cessent de regretter les mauvais résultats de la France dans le classement de Shanghai. Selon vous, comment redresser la situation et, éventuellement, décrocher la première place ?

Sur ce point je suis très clair. Il faut fusionner l’ensemble des établissements français en un seul méga-établissement, comme l’avait rêvé Napoléon en 1806 ! D’ailleurs, la Méta-COMUE @realunivfrance va dans ce sens et c’est une excellente chose.

Pour finir cet entretien qui assurera la communauté de votre dévouement pour la cause de l’économie de la connaissance, pourriez-vous nous dire quelles sont les futures grandes orientations que l’ANES compte mettre en œuvre ? Et aussi, à un niveau plus personnel, quels sont vos motifs de satisfaction en tant que « pilote en chef » de cet établissement promis à un bel avenir ?

Nous avons plusieurs projets sur le grill si vous me permettez l’expression (rires). Nous lancerons, je l’espère en 2018, l’ANES Casino, où les jeunes scientifiques pourront jouer leur financement post-doc à la roulette russe ou au Black-Jack. Nous réfléchissions aussi avec l’institut de Chimie du CNRS et l’ESPCI à une filière de transfert de technologie qui permettrait de se positionner sur le marché des narco-produits de synthèse, en particulier les méta-amphétamines. Enfin, à titre personnel puisque vous me posez la question, ma plus grosse satisfaction reste mon salaire : j’ai réussi à faire voter une augmentation conséquente au conseil d’administration cette année, ce qui le rend compétitif avec les salaires de patrons du CAC40.

Propos recueillis par Jean-Pierre Tremblay, étudiant-stagiaire au Carnet Zilsel

Image en bandeau : © Station F – Wilmotte&Associés, via L’Usine nouvelle.


[1] Un Sink Tank est un groupe de personnes dont le but est de trouver des solutions pour couler un pays.


5 réflexions au sujet de « « “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES) »

  1. Très belle interview. Inspirante. J’espère que ces beaux projets parviendront à motiver les fainéants de tout poil.

  2. Roberto Pippo oublie d’envisager une fusion disruptive des établissements désuniversitaires en vue d’améliorer leur écrasement dans le placement de Bonzaï. Ce placement est piloté par le Fonds d’investissement regroupant les Fées Néants qui veillent avec lucidité sur les perspectives ouvertes par une transformations des Universités en Grand parc d’attraction et la conversion de leur bâtiment en hôtels de charme ou relais et châteaux, selon leur situation géographique et leur architecture.

  3. Extrait de la lettre du premier ministre (a.k.a. Roberto Pippo ?) confiant à Cédric Villani une mission sur l’intelligence artificielle :

    « Compte tenu de votre expérience et de votre expertise, votre mission aura pour objectif :
    – d’étudier les actions nécessaires pour permettre à la France et à l’Europe d’être à la pointe de l’économie fondée sur l’intelligence artificielle. Vous réfléchirez aux leviers transverses (soutien à la recherche, formation, financement, règlementation) à mobiliser pour permettre l’émergence d’un ecosystème performant et de champions nationaux et continentaux, et identifierez les secteurs et sous-domaines de recherche dans laquelle la France pourrait disposer d’un avantage comparatif. Sur ces derniers sujets, vous pourrez émettre des premières recommandations, tout en ouvrant la voie à des analyses plus approfondies ; »

  4. « C’est pour cela, par exemple, que nous avons créé U[ni]bersity, la première université à la demande. Les enseignants sont payés « à la course », cela évite les problèmes administratifs, les grèves, et autres freins à l’excellence fluide. »

    Vous êtes ringards avec votre U[ni]bersity. Le système de chargé d’enseignements vacataires (VacatAirBnB) a déjà été adopté par les early adopters disruptifs (universités autonomes) depuis une bonne vingtaine d’années.

  5. J’ai trouvé tout celà très baudet lorsque je l’ai lu …!!
    Pour rester dans la modernité, et respecter la parité, je pense qu’il faudrait transformer l’ANES en ANESSE, agence nationale de l’excellence scientifique sans exceptions …!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *