Avancer sur le chemin d’une sociologie de la critique. Réponses à un théoricien du statu quo se faisant le prophète du pire

Dans un texte publié en plusieurs versions et à différentes reprises, Philippe Corcuff propose son analyse des controverses qui ne cessent d’agiter la sociologie française. Au détour d’une exégèse scolastique dont il a le secret, l’auteur s’en prend aux propositions récemment formulées par Elsa Rambaud visant à articuler à nouveaux frais les perspectives critiques et le travail sociologique. Difficile d’y voir autre chose qu’un rappel à l’ordre qui s’autorise de l’épistémologie de pointe et de l’extra-lucidité politique, de la part d’un sociologue-philosophe qui ne manque pas une occasion de rappeler combien sa science est infuse en la matière. Dans la réponse qui suit Elsa Rambaud explique en quoi sa démarche – une sociologie des pratiques critiques normalisée, ouverte à la philosophie mais empiriquement étayée – l’oppose à Philippe Corcuff. Elle invite, notamment, à mettre un peu moins de morale dans la sociologie de la critique et un peu plus d’éthique dans le jeu de la controverse scientifique. Elle propose également une analyse bien différente des contraintes rencontrées par les jeunes chercheurs·ses, dans un contexte de réduction drastique de postes toujours plus fléchés, pour engager des réflexions fécondes sur l’inventivité sociale et politique explorée sur leurs terrains d’enquête ou de mobilisation. Espérons qu’au fond – que l’on n’arrête pas de toucher hélas – l’incompréhension chronique de Philippe Corcuff puisse témoigner, au-delà d’un prévisible conflit de génération, d’un renouvellement salutaire de l’espace des prises de positions critiques possibles et de leur intelligence sociologique. JL &ASM

Ayant intégré le panthéon des dangers sociologiques et des périls politiques contemporains finement bâti dans la dernière livraison des Possibles publiée par ATTAC (Philippe Corcuff, « Controverses dans la sociologie française : autour du danger sociologique de G. Bronner et E. Géhin »), je ne peux rester sans réaction. Cette réaction a deux objectifs :

  • Rendre un peu mieux compte du travail incriminé et, indissociablement, défendre une certaine idée de l’éthique de la discussion intellectuelle qui, à mon sens, n’est pas sortie grandie de ces « Controverses » (1).
  • Souligner qu’il est peu probable que les dangers politico-épistémologiques identifiés dans ce cadre soient ceux de la génération de chercheurs dont je suis censée être l’incarnation. Mais surtout, saisir l’occasion pour proposer une lecture différente des rapports contemporains que l’Université entretient à la science et à la politique, lecture au demeurant guère plus réjouissante. C’est là l’essentiel, car si l’on me suit sur ce point, on comprendra que j’aurais presque préféré pouvoir souscrire au diagnostic de Ph. Corcuff (2).

Une critique problématique sur la forme et « conventionnelle » sur le fond  sert-elle la contradiction ?

Rapidement, de quoi est-il question dans l’article (« La petite critique, la grande et la révolution », Revue française de science politique, vol. 67, 2017, p. 469-495) critiqué sur ce support ? De suivre le chemin ouvert par le philosophe Michaël Walzer dans son analyse des apories de la « perspective conventionnelle » de la critique (Critique et sens commun, La Découverte, 1990, p. 51 et sq.) Ce papier étudie (principalement) la manière dont cette perspective transite dans deux programmes souvent opposés (la « sociologie critique » de P. Bourdieu/ la « sociologie de la critique » de L. Boltanski) et dans leur opposition même. Il analyse ainsi la résistance d’un imaginaire confus mais têtu de la (bonne) critique : détachée de l’ordre existant, intellectuelle et émancipatrice. Il montre comment cet imaginaire est engagé dans l’étude de ces pratiques et, souvent indissociablement, dans la conception que le sociologue se fait de son propre rôle critique. Sa ligne démonstrative tient en trois volets : 1. analyser la consistance de cet imaginaire de « la » critique sociale ; 2. montrer qu’il passe à côté d’une partie de la diversité des ressorts, des formes et des effets de la critique des acteurs sociaux ; 3. proposer une acception alternative susceptible d’élargir le spectre des objets critiques considérés et de renouveler les questionnements qui leur sont adressés.

Il ne reste pas grand-chose, dans la contribution de Ph. Corcuff, ni de ces propositions, ni – et c’est au moins aussi regrettable – de la qualité des débats approfondis et en ce sens plutôt rares, que j’ai pu avoir antérieurement avec l’auteur. Pour permettre aux personnes intéressées par ces sujets (à savoir l’analyse des pratiques critiques, les débats entre sociologie critique/pragmatique et la place de la morale dans le travail scientifique) une compréhension fine de nos arguments respectifs, il serait souhaitable d’en revenir à cet échange initial et d’accepter d’en publiciser une version synthétique – ce à quoi le Carnet Zilsel se prête. Comme toujours, la meilleure manière de se faire une idée du contenu de l’article incriminé ou de la manière dont j’aurais mal tourné ces dix dernières années, puisque c’est aussi de cela dont il est question, consiste encore à en venir aux textes.

« Four costumed kittens entangled in yarn », par Harry Whittier Frees, 1914, via Shorpy.com.

Mais je ne peux trop en demander. Je tiens donc à donner d’autres clefs de lecture de mon travail et/ou des objections qui me sont adressées – quand ces objections me semblent problématiques ou qu’il n’est pas possible d’y répondre entièrement sur le fond. La tâche n’est en effet pas simple : à la fois parce qu’une critique si peu argumentée donne difficilement prise à une réponse argumentée et parce qu’un travail de recherche ne peut pas toujours relever de l’« easy reading ». C’est ce qui explique qu’il n’ait pas été possible de livrer de manière plus synthétique encore les éléments de réponses suivants :

Sur la présentation – tautologique donnée de mon argument (i.e. le problème résiderait dans les Lumières, le marxisme et de l’émancipation, la solution serait donc de les sacrifier). Mon article s’intéresse à la cohérence approximative et néanmoins prégnante d’un imaginaire de la (bonne) critique. Cet imaginaire travaille la façon qu’ont les sciences sociales de concevoir et d’analyser la critique, notamment la tendance à considérer comme indissociables critique et émancipation. Je souligne effectivement qu’il s’inscrit dans la filiation de la pensée des Lumières et ses prolongements marxistes. Je ne dis évidemment pas qu’il faut éteindre la lumière. Simplement que projeter ou viser cette lumière sur l’intégralité des pratiques critiques tend à laisser dans l’ombre tout une partie de la compréhension de leurs formes, ressorts et effets. À sa manière, la présentation circulaire de ma démonstration par Ph. Corcuff le renseigne : en mettant à distance la perspective conventionnelle, je propose autre chose. Dans la réorientation que je défends, les critiques qui donnent chair à cet imaginaire de la (bonne) critique (les critiques les plus hétérodoxes, intellectuelles, radicales et/ou émancipatrices) restent présentes, mais à côté de toutes les critiques empiriquement différentes que cet imaginaire peine à reconnaitre comme authentiquement critiques.

Sur la « confusion entre le niveau de la théorie (sociologique) et le niveau de l’objet (la critique) ». Il n’y a pas de confusion chez moi. Mon argument est qu’il y a une tendance à la confusion (à rabattre un niveau sur un autre) chez les auteurs discutés. C’est une chose de ne pas souscrire à la démonstration (considérer qu’elle est mal faite). C’en est une autre, moins acceptable du point de vue de l’éthique de la discussion, de ne pas dire un mot de cette démonstration (faire comme si elle n’existait pas).

Sur la « neutralité axiologique » et les « complications de la sociologie » de Max Weber. Cette notion, originellement « Wertfreiheit », est étrangère à ma démonstration. L’enjeu n’est pas d’atteindre un improbable PH moral neutre (la « neutralité axiologique ») mais la « non-imposition de valeur » (M. Weber, I. Kalinowski, La science, profession et vocation, Agone, 2005). C’est-à-dire, ici, ne pas faire des critiques du social scientist ou de leur idéal, l’étalon de mesure à l’aune duquel sont rapportées des critiques différentes. Ce qui revient soit à rater ces formes critiques, soit à les considérer sous l’angle du manque, soit à en distordre l’analyse. Mon propos n’appelle donc pas seulement, comme on pourrait le croire à lire ces « Controverses sociologiques », à élargir le périmètre des objets considérés comme critiques à des critiques oubliées. Mais aussi à repenser l’analyse de critiques qui, sans être oubliées de la perspective conventionnelle, s’y retrouvent métamorphosées (par exemple, considérer les critiques les moins argumentées comme des ébauches de critiques).

Sur la critique de droite. Qu’il existe un livre engagé (L. Boltanski, A. Esquerre, Vers l’extrême. Extension des domaines de la droite, Éditions Dehors, 2014) pour en traiter ne suffit pas à infirmer cette (part) de la démonstration. Chacun pourra le constater : la critique reste associée à un patrimoine de gauche ; la critique de droite est principalement étudiée – quand elle est étudiée – sous l’angle du « rappel à l’ordre » (versus la « critique », sous-entendu la vraie) et pour être combattue ; elle est traitée en dehors des réflexions sur les aménagements à apporter au modèle d’analyse initial ; et, enfin, elle est étudiée séparément de la critique de gauche, comme si leur analyse comparée ne pouvait rien nous apprendre de leurs différences et possibles points communs.

Sur « l’amalgame » entre des corpus de textes différents. Le meilleur moyen de montrer le caractère « conventionnel » d’une perspective consiste à en retrouver les traces dans des textes écrits à des époques différentes ou par des auteurs différents et, plus encore, dans des programmes opposés sous tout autre rapport. Il n’y a donc pas d’amalgame mais une discussion croisée relevant des lignes de fracture et surtout de convergence, caractéristiques de cet imaginaire collectif de la critique.

Sur les œuvres traitées comme des ensembles homogènes. Une lecture rigoureuse de mon travail et, pour commencer, de cet article devrait suffire à convaincre que le propos porte essentiellement sur leurs tiraillements et ambiguïtés.

Sur la documentation insuffisante. J’en appelle ici aussi à un constat sur pièces mais pas seulement. Car cette objection lapidaire revient à considérer qu’aucune discussion ou aucun contrôle scientifique n’a eu lieu sur ce point. En l’espèce, c’est estimer que les lecteurs de la Revue Française de Science Politique qui ont évalué ce papier, très débattu, auraient à leur tour manqué de professionnalisme. Et c’est aussi – puisque j’ai connu Ph. Corcuff meilleur lecteur – ne faire aucun cas de nos échanges détaillés (plus de 30 pages compilant une série de réponses précises à des objections précises) sur les références travaillées, mobilisées et/ou écartées dans mon texte. L’insuffisance de la documentation semble donc plutôt renvoyer à la difficulté à comprendre, sinon à accepter, qu’une partie des productions et des dialogues (entre P. Bourdieu et L. Boltanski ou entre sociologie et philosophie) dont on s’est fait le spécialiste puissent se prêter à une lecture différente. A fortiori, si à tort ou à raison, avec ce papier traitant du rapport du social scientist à la (bonne) critique, son détracteur estime en être l’objet.

Au fil du texte. Sous couvert de concéder quelques qualités initiales, l’analyse glisse insensiblement de la critique d’un texte à celle d’un parcours de recherche saisi par les deux bouts : mon premier article de 2009 (la « réflexion amorcée ») et mon dernier article de 2017 (l’« échafaudage » inutile). Pourquoi pas. Mais il existe un trou – de taille – dans les sources mobilisées et/ou présentées : ma thèse (Médecins Sans Frontières, Sociologie d’une institution critique soutenue en 2013, publiée en version remaniée chez Dalloz en 2015), référencée par un vague renvoi à l’article de 2009 (« L’organisation sociale de la critique à Médecins sans frontières », Revue française de science politique, vol. 59, 2009, p. 723-756) et absente de la bibliographie. Même à supposer que la lecture de cette thèse, au moins de son chapitre introductif, n’apporterait rien à la compréhension (des évolutions) de ma recherche, il restait possible d’en indiquer au lecteur les références exactes pour lui permettre de se faire sa propre opinion sur ce point.

Sur (davantage que) la forme. Cette façon de suggérer, en conclusion, que j’aurais moins gâché mes débuts prometteurs si seulement j’avais bien voulu m’en tenir à des ambitions plus modestes vient confirmer une impression diffuse. Il y a dans la disparition de mon nom en sous-titre (les autres « dangers » du tableau « neutralité » ont, eux, conservé leur patronyme) et l’accent mis sur ma « jeunesse », sans doute plus qu’une manière de signifier le caractère générationnel des « dérives » que j’incarnerais (sur ce point cf. supra 2). On a dans cet ensemble un malheureux exemple de ce que résume l’expression « remettre à sa place », guère propice à la qualité des controverses, quelles que soient les parties au débat et rendant assez mal justice à un impératif émancipateur. En outre, pour avoir pu apprécier l’originalité de certains des travaux de Ph. Corcuff, il est triste de voir se confirmer ici la propension à pratiquer à son tour ce dont on pâtit, c’est-à-dire en l’espèce à céder à la « domestication du corps des universitaires » qu’il déplore à raison. Je n’appelle nullement à plus de clémence dans l’expression bien légitime des objections plus ou moins (en l’espèce) nuancées qu’il est possible d’adresser à mon travail. Je n’ai pas non plus la bêtise de les réduire à un rappel à l’ordre statutaire. Je me borne à regretter qu’il n’ait pas été possible d’y résister. Sans doute parce que cela engage autre chose, plus profonde encore que le rapport aux textes discutés évoqué plus haut : un attachement indiscutable à une certaine conception de la critique, c’est-à-dire l’objet même de mon papier.

 Au fond du texte donc et sur « la drôle de manière de fêter mai 68 ». Cet article ne s’inscrit pas dans cette – ni d’ailleurs dans aucune autre – perspective commémorative. Que Dieu me pardonne. Plus sérieusement, on peut se demander pourquoi et pour quelles conséquences il est si difficile d’accepter qu’un article consacré à l’imaginaire de la critique et à sa compréhension ne soit pas en train, ce faisant, de « fêter » les critiques sociales jugées les plus symboliques de « la » critique sociale. C’est une des questions auxquelles mon article propose quelques éléments de réponse.

On peut donc voir dans la violence plus ou moins bien contenue de cette contribution, un nouvel indice de la force des représentations qui font la matière de mon article mais cela reste de faible consolation si, comme c’est malheureusement le cas dans ces « Controverses », l’échange prend la tournure d’une entreprise d’excommunication épistémologique et politique expédiée en deux paragraphes.

Le « virus du savoir pour le savoir » est-il devenu mortel pour les sciences sociales ?

Dans cette livraison, le travail de la « jeune docteure » que je suis est considéré comme symptomatique des dominantes de l’air du temps et d’une nouvelle génération conquérante (des noms ? une adresse ?) censée être restée au stade infantile de la neutralité axiologique et qui, de ce fait, se condamnerait à se faire l’allié objectif d’un « ultra-conservatisme » à coloration nationaliste. Toujours du point de vue de l’auteur, ce serait donc là pêcher par –sinon prôner – une « éthique d’irresponsabilité ».

Librement inspirée de Max Weber, cette trouvaille conceptuelle nous ramène très exactement à ce dont mon article proposait de sortir : « le procès en inefficacité (ici en dangerosité) critique ». C’est-à-dire, en dernière sinon en première instance, la tendance à juger de la qualité d’une option sociologique sur le critère des services qu’elle est supposée rendre, non pas à la compréhension de l’activité critique, mais au développement de la critique sociale la plus souhaitable. Elle passe surtout à côté de ma démonstration, laquelle ne se place ni sur le terrain de la neutralité axiologique, ni sur le terrain de la responsabilité politique. Et, à mon sens, cela ne suffit pas, comme mécaniquement, à la placer sur le terrain de l’irresponsabilité politique.

Petits chats, par Harry Whittier Frees, vers 1914

Plus encore, à supposer que je fasse une représentante convaincante de cette nouvelle génération aux contours vagues, les conditions favorables au développement d’une science « pure » (d’un scientisme aussi sociologiquement stérile que politiquement dangereux) ne semblent pas réunies. Et la relation entre production académique et investissement militant parait sous un jour sensiblement différent, mais pas moins inquiétant. Inquiétant, au sens où l’on y perd sur le terrain de la connaissance pour la connaissance et sans nécessairement y gagner sur le terrain politique, celui d’une cause progressiste loin d’être seulement menacée par des forces « ultra ».

Car si la nouvelle génération existe, elle attend aux portes. Toute occupée à se débattre dans des conditions de travail souvent inacceptables, pour des postes trop rares, étroitement « fléchés » (comprendre spécialisés dans les segments représentés comme porteurs en termes d’employabilité future de nos étudiants ou de politiques publiques immédiates), elle tend à sacrifier ce qui lui reste d’originalité pour entrer dans les niches de recherche les mieux financées et faire consensus lisse sur le plus petit dénominateur commun émergeant des arènes d’évaluation. S’il lui en reste la force, elle se mobilise pour sauver un peu de l’Université qui, en plus de se dévorer elle-même à force de petites lâchetés, est attaquée de toute part, avec un redoutable sens tactique.

L’essentiel de nos contributions involontaires à des politiques nuisibles se joue à cet endroit, dans la rencontre de deux dynamiques interdépendantes : celle des forces grignotant le service public en général et celle des forces « propres » qui minent le monde universitaire. Si abandon militant il y a, il renvoie d’abord à cet état des rapports sociaux et non au contenu idéel, réputé insuffisamment engagé, des productions contemporaines et/ou d’une génération. On peut certes penser qu’avec un contenu plus engagé, on entérinerait un peu moins l’état général des rapports sociaux. Mais c’est là se faire une bien haute idée de notre capacité à armer des mouvements sociaux qui ne nous ont pas attendu pour s’exprimer. Et ce alors qu’il apparait déjà bien difficile de se mobiliser nous-mêmes.

J’écris « si abandon militant il y a », dans une littérature « réputé (e) insuffisamment engagé(e) », car les regrets de l’auteur renseignent peut-être davantage son souci de conserver un degré élevé d’engagement que l’affaiblissement réel du degré d’engagement de ce qui se produit. À le suivre, on en oublierait presque qu’une recherche, même un peu pauvre, mais de bon goût militant (celle qui vous désigne sans ambiguïté comme un sympathique sociologue de gauche) peut aussi offrir quelques chances supplémentaires à l’impétrant de conforter ses chances, statistiquement bien minces, de recrutement.

Même à ne pas chasser et/ou obtenir cette prime discrète au politiquement correct, on peut douter que les productions actuelles prennent la forme d’un combat pour la science et sa pureté bénéficiant de la force d’un sens commun partagé. Au vu du tableau brossé plus haut, et notamment de l’hyperspécialisation des postes ouverts sur fond de précarisation croissante, la nouvelle génération d’enseignants et/ou chercheurs n’a guère les moyens d’investir l’échange disons épistémologique. Il n’est pas payant d’investir le terrain de cette « théorie » qui n’est pas loin d’être devenu un gros mot dans la quête effrénée de publications pesées au poids et/ou dans la constitution de gros corpus d’entretiens, de préférence en nombre pair, cela fait plus crédible, idéalement au-dessus de 100, histoire d’assommer toute contradiction. Et tout cela bien sûr à l’international, comme s’il s’agissait d’un gage de sérieux.

En outre, de l’éternel candidat en campagne au (moins en moins) jeune titulaire s’efforçant comme il peut de faire deux, sinon trois, métiers en un (enseignant, chercheur et chercheur publiant, administrateur de chaos et chercheur de fonds), cette génération sacrifiée est encore moins en capacité de défendre quelque chose comme l’autonomie (évidemment) relative de « la » science. Autonomie qui en aurait pourtant bien besoin dans le monde merveilleux de la recherche appliquée, sous différentes formes, mais toujours moins accueillantes (dans leurs points de départ) au principe d’incertitude et (dans leurs points d’arrivée) au souci difficile de comprendre pour comprendre. Sans même parler de ce qui se passe au milieu du chemin, parce qu’ainsi borné par les deux bouts, il ne s’y passe plus grand-chose.

Par ailleurs, rien ne garantit que défendre (la normativité propre de) la tour d’ivoire revienne pour autant à se désarmer politiquement. Si cette génération et les précédentes s’y autorisaient davantage, il est possible qu’elles seraient moins constamment enjointes de faire la preuve d’une « utilité sociale » définie sur des critères bien différents et par des forces sociales autrement plus puissantes. Pour ce qui est de la dangerosité sociale, on ne peut que soutenir le souci de combattre des cautions scientifiques apportées à des projets politiques inacceptables. Mais, s’il faut le faire au nom de la science et pas seulement de la politique, c’est peut-être d’abord en rappelant que les sciences sociales (leurs postulats et leurs résultats) n’ont pas le pouvoir de prescrire, en tant que telle, une orientation politique spécifique, qu’elle soit heureuse ou désastreuse.

Et cette indétermination a quelque chose de réjouissant. Elle signale (aussi) que la capacité à trouver dans cette « science » des raisons de militer relève de l’inventivité sociale. Autre manière de dire que les acteurs n’ont pas nécessairement besoin d’une recherche engagée pour faire avancer leurs combats avec le secours de nos productions – ou d’ailleurs sans. Tandis que les acteurs universitaires que nous sommes ont sans doute intérêt à ne pas réprimer trop vite des travaux défendant, non pas l’éradication improbable de toute contamination normative, mais le droit de vouloir attraper ce que Paul Veyne qualifie de « virus du savoir pour le savoir ». Et ce, au point, parfois, de pouvoir éprouver « une sorte de jouissance (…) (à voir) démenties des convictions qui (nous) étaient chères ». (Comment on écrit l’histoire?, Paris, Seuil, 1971, p. 91.)

Harry Whittier Frees/Library of Congress, https://www.theatlantic.com/photo/2014/05/cats-and-dogs-dressed-as-people-100-years-ago/100736/

On en était loin avec ces « Controverses ». Et la série de difficultés évoquées plus haut quant à l’état du conformisme politico-universitaire ne risque pas de s’arranger si, en lieu et place d’une discussion serrée sur le fond de ce qui se produit d’un peu original et comme pour rentabiliser le temps qu’on y a consacré, tombe une sentence académique et politique. Mais le problème est bien plus vaste : il engage la capacité, individuelle et collective, à lutter contre la détérioration des conditions auxquelles il est possible de produire un fond quelconque et aussi de se montrer un peu plus accueillant à des analyses difficilement lisibles dans les trames existantes. Et ce, en pariant sur le fait qu’elles peuvent peut-être ouvrir à autre chose, même si l’on ne sait pas encore bien quoi.

Elsa Rambaud

 

Image en bandeau : Feu ! Photographie par Harry Whittier Frees, tirée d’une série de scènes anthropomorphiques mignonnes publiées en 1914.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.