« Pour des recherches sur la guerre indépendantes » ? Droit de réponse : la parole à la défense

La rédaction du Carnet Zilsel a reçu cette semaine le texte qui suit, accompagné d’un chapô explicatif : « L’Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES) remercie les responsables de Zilsel de bien vouloir publier ce droit de réponse à leur billet du 23 juin (“pour des recherches sur la guerre indépendantes”) ». Comme il s’agit d’un « droit » garanti par des textes de loi et que nul ne saurait l’ignorer, y compris le Carnet, nous nous exécutons donc. Il eût été certes plus intéressant de lire une contre-argumentation sur le fond, mais – comme les signataires l’annoncent à la fin de leur réponse – pour cela il faudra patienter l’organisation d’un débat en bonne et due forme. Il serait bon qu’il soit publicisé au-delà des cercles de spécialistes et de l’academia, car les problèmes soulevés dans le premier billet sont fondamentaux et d’intérêt général. JL & ASM

Le 23 juin 2018, plusieurs collègues universitaires ont pris position sur le Carnet Zilsel pour défendre l’indépendance de la recherche publique sur la guerre. Plaidant pour le renforcement des financements du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ils critiquent le soutien plus ciblé du Ministère des armées en direction des chercheurs, qui concerne pour l’essentiel les jeunes chercheurs (doctorants et postdoctorants). L’Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES) ne peut que souscrire à la démarche consistant à défendre l’investissement public dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’indépendance des chercheurs. Nombre des questions soulevées par ce texte sont aussi les nôtres : la réalité d’un « retard français », les questions de financement de la recherche, le positionnement des enseignants-chercheurs doivent bien évidemment être discutés.

Cependant, il n’est pas acceptable pour nous de laisser entendre que l’AEGES n’est pas ou ne peut être indépendante. Depuis sa création en 2015, notre association défend l’ouverture et la discussion avec tous les acteurs du champ des études sur la guerre et la stratégie, sans exclure a priori personne, mais en portant les valeurs qui font le cœur de notre engagement : pluralisme, indépendance et transparence.

1/ Pluralisme d’abord. L’AEGES est une association scientifique qui vise à rapprocher celles et ceux qui s’intéressent aux études sur la guerre et la stratégie dans le but de favoriser le dialogue et l’échange. La variété des sensibilités et des orientations des membres de notre CA témoigne de ce souci permanent. L’AEGES ne défend aucune ligne singulière ou officielle. Nous sommes attachés à conserver au sein notre équipe une diversité de disciplines, d’approches et d’opinions. Nos discussions et nos profils témoignent de ce qu’il n’y a ni pensée unique, ni dominante au sujet de notre champ d’études, lui-même multiple et débattu. La diversité de nos groupes de travail reflète aussi notre ouverture, comme en témoigne notamment la création de groupes sur les études critiques et les approches non-occidentales de la guerre.

2/ Indépendance ensuite. Toutes et tous, nous sommes vigilants à ce que notre liberté de chercheurs ou d’universitaires ne soit pas mise en cause ou instrumentalisée. Notre charte éthique et notre constitution nous obligent. Rien dans nos activités n’autorise à nous qualifier d’agents d’un ministère et de promoteurs d’une pensée officielle. Comme bien d’autres associations, nous touchons des subventions publiques. Ce financement demeure toutefois très minoritaire dans nos ressources et n’implique aucune conditionnalité. Nous conservons une pleine liberté dans nos publications (voir par exemple les ouvrages d’Elie Baranets ou de Myriam Benraad).

3/ Transparence enfin : tous les documents relatifs, à la vie de l’association, notamment les rapports financiers, figurent en toute transparence sur notre site Internet Ils sont présentés et discutés lors de notre Assemblée générale annuelle.

Fidèles à ces principes, nous souhaiterions achever ce texte par une proposition : notre prochain colloque à Caen (« gagner la guerre, gagner la paix » les 5 et 6 décembre) ou d’autres événements académiques en France pourraient être l’occasion d’une table ronde représentative des différentes positions sur les questions plus générales soulevées par les recherches sur la guerre. Nous invitons les auteurs du billet à organiser ensemble cette discussion, en toute indépendance, transparence et souci du pluralisme.

Les membres du CA de l’AEGES : Olivier Chopin, Gégory Daho,
Delphine Deschaux, Julian Fernandez, Sonia Le Gouriellec, Thomas Hippler, Jean-Vincent Holeindre, Julien Malizard, Hugo Meijer,
Alice Pannier, Olivier Schmitt, Alina Surubaru, Manon-Nour Tannous

 

Image en bandeau : Rogue One & Jedha Planet, par Antonio Hidalgo, 2016, via Flickr.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.