Crever l’abcès

« Vous avez raison, continuez à changer le monde avec les comptes rendus du cahier Zilsel. »
@edouard_louis, 22 juin 2015, Twitter.  

Crever d’excès

En février 2016, nous avons publié ici même avec Vincent-Arnaud Chappe une note critique à propos du livre de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, qui venait de paraître dans sa propre collection chez Fayard. La recension pointait toutes les limites d’un ouvrage superficiel, faussement radical et empiriquement vide. L’auteur semble nous en avoir tenu rigueur – ce qui est bien son droit. Avec Didier Eribon et Édouard Louis, ses « frères d’armes et d’esprit », ils multiplient dans la foulée, notamment sur les « réseaux sociaux », les invectives, les anathèmes et les attaques ad personam. Comme ces mises en cause se répètent régulièrement (avec l’espoir, chez notre trio infernal, de susciter un petit buzz médiatique de plus, ce qui a pour l’instant lamentablement échoué), qu’elles atteignent des intensités de plus en plus grandes et qu’elles s’inscrivent désormais dans le registre bien discernable de l’injure publique, nous nous permettons ici une analyse sur « le vif » de cette attitude si caractéristiques du dévoiement de la critique.

Nous le réaffirmons, s’il en est besoin : G. de Lagasnerie peut légitimement considérer que notre critique de son livre est injuste, insuffisante, sans fondement, etc. Mais encore eût-il fallu qu’il se donne la peine de répondre à nos arguments par des contre-arguments, comme il se doit. Après une vague promesse de réponse dans un message laconique adressé sur une liste professionnelle, il n’a pas semble-t-il trouvé le temps de répondre aux nombreuses questions que nous avions soulevées à propos de son essai. Tant pis, nous avons passé notre chemin. Les choses auraient pu en rester là. Les impasses critiques et les points d’achoppement sont nombreux dans l’univers académique ; ils balisent des oppositions frontales dans la façon de concevoir des objets de recherche, de les définir, de les analyser, de les appréhender, éventuellement de tirer des leçons normatives des résultats engendrés par ces recherches. Mais G. de Lagasnerie s’est fait une spécialité d’invectiver, sur Twitter notamment, à coup de captures d’écran et de tweets péremptoires, soit « Zilsel » dans son ensemble, c’est-à-dire le carnet et la revue fondée en 2017 (où notre critique a été reprise dans le premier numéro disponible sur Cairn), soit ses deux fondateurs (nous, donc). Aidé (si l’on peut dire) par ses amis D. Eribon (qui, nolens volens, a été jusqu’à l’année dernière « professeur de sociologie » à l’Université Jules Verne d’Amiens, et s’occupe aujourd’hui de faire fructifier ses actifs sur le marché globalisé de la Pensée Critique) et É. Louis (détenteur d’un contrat doctoral dans la même université, bien que son directeur de thèse D. Eribon considérât qu’il était trop « surdimensionné » pour y être inscrit, mais surtout auteur de produits littéraires à succès), G. de Lagasnerie aime pointer notre appartenance au petit monde grisâtre de la fonction publique de la recherche (l’ironie voulant que normalien, agrégé et professeur dans une école d’Art, il est tout aussi fonctionnaire que nous – le mépris de classe est ici patent, et assez peu flatteur pour un « philosophe et sociologue » radical-cheap, mais passons). Cette abomination de la recherche publique – de son labeur, de son ascèse, du refus du clinquant – est partagée par D. Eribon qui, toujours sur Twitter, chacun ayant les grandes surfaces d’expression qu’il peut, déborde de passion rance pour la critique du fonctionnariat de la recherche, étriqué, étroit, sans originalité[1]. Là encore, la chose ne manque pas d’ironie de la part d’un ancien journaliste qui a fait une partie de sa carrière éditoriale au Nouvel Observateur (aujourd’hui L’Obs), hebdomadaire plus connu, dans les années 1980 et 1990, pour aller dans le sens du vent médiatique que pour son intransigeance politique et intellectuelle[2]. D. Eribon pratique une méthode très classique pour mettre en forme sa détestation de notre travail (nous nous avançons un peu trop : il ne connaît pas, il ne s’abaisserait tout de même pas à lire d’obscurs « sous-chercheurs » !) : il s’agit rien de moins que de retirer à ses adversaires leur qualité d’êtres humains (nous serions « humainement gênants » [sic]). Ce sont là des pratiques qui ont beaucoup de succès dans le camp réactionnaire. Les pulsions conservatrices que nous avions pointées dans le livre de G. de Lagasnerie constituent bien, dans la clarté des insultes, le plan idéologique sur lequel se situent nos trois « contradicteurs ». Mais l’offense répétée sur ce ton ne nous a pas amenés à répondre, car pour tout dire nous avons franchement ri devant l’inanité et la puérilité des attaques.

Mais il y a des limites. Plus récemment, G. de Lagasnerie, D. Eribon et É. Louis sont passés à une étape supérieure en nous accusant entre autres (nous et le Carnet Zilsel) d’homophobie. Enfin « nous »… surtout l’un de nous (ASM), coupable d’avoir partagé, sans commentaire ou presque (en plus du lien vers l’article, il était écrit dans le tweet : « Actualités du monde intellectuel »), un article de la journaliste Violette Lazard de l’Obs, en février 2017, qui revenait sur « l’affaire Édouard Louis » (le viol dont il a été victime et qui constitue la trame de son deuxième roman, Histoire de la violence) : c’était là, selon É. Louis, faire « l’apologie de la culture du viol » (!) et cela méritait donc de « balancer » un nouveau « porc » (!) au plus fort du mouvement #MeeToo. Il n’y avait rien de cela, il n’y avait pas non plus d’homophobie dans ces propos ou ailleurs, mais cela a suffi à provoquer un déchaînement de violence verbale ordurière.

Dean Hochman, Triangle, via Flickr, 2016, https://www.flickr.com/photos/deanhochman/29885931442/

C’est une tactique qu’ils renouvellent régulièrement. Quand ce n’est pas l’homophobie, c’est le « fascisme ». Notre collègue Christian Laval a également eu à subir le même type d’injure. (Et nous avons d’ailleurs tous subi la même vindicte de D. Eribon et G. de Lagasnerie en juillet 2016. Parce que nous avons osé critiquer ce dernier dans une émission de l’incontournable média Hors-Série, que Christian Laval a eu la faiblesse d’y donner une [très bonne] interview, les Penseurs Critiques ont enjoint les ami·e·s de Hors-Série à retirer les émissions dont ils furent les invités, dans un accès d’autoritarisme et de menace par le recours à la justice.) Et cela fait tache d’huile. Une petite cour d’e-idolâtres bien dressés du trio et une foule de lectrices et lecteurs pas complètement au fait de la situation se perdent ainsi dans un mouvement de suivisme, à copier-coller les mêmes calomnies. Cette stratégie bien éprouvée par le triumvirat (i. e. tout opposant se voit désigné comme homophobe, non parce qu’il a prononcé un discours qui le laisserait penser, mais parce qu’il a déplu aux Nouveaux Sociologues), est à la fois grave, dangereuse et perverse. Grave, car l’homophobie est une abjection qu’il ne faut pas cesser de combattre ; et accuser ses contradicteurs d’homophobie, c’est mépriser cette cause ; en l’instrumentalisant pour faire taire des collègues, G. Lagasnerie, D. Eribon et É. Louis, en viennent à banaliser sa dénonciation. Dangereuse, car ainsi prononcée dans l’espace public, ces fausses accusations d’homophobie en viennent à fouler au pied les règles de la disputatio académique pour tenter non seulement de dénigrer les critiques, mais également de les flétrir moralement. Perverse, car elle est trop rarement dénoncée par des collègues qui ont eu à subir l’avanie : de fait, il est quasiment considéré comme normal dans le monde universitaire aujourd’hui que critiquer Lagasnerie/Eribon/Louis amène une dénonciation pour homophobie de leur part. Ahurissante situation ou trois auteurs dégagés du champ scientifique parviennent, à force d’intimidations fallacieuses, à réduire les possibles critiques au silence, par crainte de se voir publiquement dénoncé·e·s pour un crime dont ils/elles ne sont pas les autrices·eurs.

En ce qui nous concerne, une telle attitude nous impressionne assez peu bien qu’elle nous en coûte moralement. Il est inadmissible de se faire accuser de faits abominables quand tout laisse à penser que ce qui motive ces injures se résume à un ego froissé par une critique certes vigoureuse.

Les Nouveaux Sociologues 2.0

La bassesse intellectuelle et morale consistant à traîner ses contradicteurs dans la boue n’a pourtant pas que des inconvénients. Elle est un puissant révélateur des rapports de force dans et à l’extérieur du champ académique. Qu’il nous soit permis d’esquisser quelques raisons sociologiques au sentiment délirant de toute puissance qui anime les prises de position sectaires de G. de Lagasnerie, D. Eribon et É. Louis.

Chronologiquement, c’est avec Retour à Reims (2009) que s’impose une formule appelée à faire florès. Ouvrage d’auto-analyse, dans la lignée du manuscrit laissé par Bourdieu et publié après sa mort, le livre de D. Eribon a suscité un grand intérêt du public et des sociologues (l’un d’entre nous a même chroniqué élogieusement le livre détaillant la réception de Retour à Reims dans l’Humanité[3], preuve s’il en est que nos priorités critiques ne sont pas mues par des orientations systématiquement négatives à son endroit). Le succès du livre témoigne d’une appétence publique pour les écrits sociologiques vulgarisés, sans appareil théorique et reposant sur une thèse claire (ici la transgression de classe et la transformation de l’habitus). Cette demande est redoublée par la mise en œuvre d’une publicisation dont presque aucun livre de philosophie ou de sciences sociales ne peut se prévaloir aujourd’hui : Les Inrockuptibles et Libération constituent des relais efficaces d’une production éditoriale qui s’est peu à peu émancipée de toutes les attentes académiques. Il ne s’agit pas de juger ce choix, mais de constater qu’il définit un mode de réception devenu une sorte de routine pour le trio. Désormais, leurs livres privilégient l’arène mondaine, les espaces culturels (textes transformés en pièces de théâtre, conférences dans des espaces hybrides comme le Carreau du Temple), l’exportation à l’adresse des consommatrices et consommateurs de « pensée made in France » et les journaux encore bienveillants. Mais de cette position il résulte un fait d’importance : le champ scientifique ne constitue pas un espace de réception. Ce sont les réceptions à petits fours mondaines qui constituent l’horizon d’attente de ces pensées critiques pour les nuls. Le trio se vante fréquemment d’être invité dans des universités prestigieuses aux États-Unis (Harvard, très récemment). Mais lorsqu’on y regarde d’un peu plus près (et qu’on ne se laisse pas aveugler par le miroitement fort peu subversif des étiquettes ronflantes et de la vie de campus étasunienne, tellement surcotée), ce ne sont jamais les départements de sociologie ou de philosophie qui accueillent nos intrépides Grands Penseurs. Ainsi, D. Eribon abreuve son site personnel de programmes d’interventions qui évitent soigneusement les espaces académiques des sciences sociales : Institut d’études romanes à Iéna, Centre interdisciplinaire à Harvard, Département de français et d’italien au Dartmouth College, Académie des Beaux-Arts à Vienne… Pour qui n’y prendrait pas garde, l’invitation dans les institutions élitistes peut paraître la preuve robuste d’une reconnaissance complète du monde académique. Mais en évitant presque systématiquement les ancrages disciplinaires des sciences sociales et de la philosophie qu’ils prétendent pourtant révolutionner par la grâce de leurs Pensées, G. de Lagasnerie, D. Eribon et É. Louis parviennent à transmuter leur refus de se soumettre au jugement des collègues en une édification glorieuse de leur propre démarche. Et tout cela, en faisant pompeusement croire qu’il s’agit de la plus grande des subversions de la Pensée Critique dont ils prétendent monopoliser les Principes. Alors certes, l’un d’eux vient de soutenir en juin dernier une Habilitation à Diriger des Recherches à Paris 1 dans la prestigieuse salle Liard, en Sorbonne, devant un jury ô combien légitime du point de vue académique, ce qui dénote un souci de conformation disciplinaire assez étonnant et, on imagine, la constitution d’un dossier pour les recrutements de la prochaine campagne. Mais qu’on ne s’y laisse pas prendre : le texte présenté à la soutenance, disponible sur le site personnel de l’auteur, est tellement boursouflé et pétri de l’arrogance désarmante et de la sincérité naïve de « l’intellectuel » qui s’imagine déjà en haut de l’affiche académique, que nous sommes enclins à penser que les critiques que nous avons formulées en 2016 sont encore pertinentes. Que des collègues tombent encore dans le panneau et engagent leur autorité professionnelle pour accréditer cette fumisterie constitue pour nous une énigme.

Fdecomite, via Flickr, Slide together experiments, 2013, https://www.flickr.com/photos/fdecomite/9166036711/

L’articulation des exigences d’une réception large et d’une attente académique forte n’est pas réduite à la stratégie mondaine. L’histoire mondiale de la France dirigée par Patrick Boucheron et un groupe de chercheuses et chercheurs suggère une autre voie possible : ouvrage collectif, références aux travaux de pointe dans le domaine de l’histoire et thèse valorisant une certaine politique des savoirs (ici le décentrement de l’histoire de la France contre les tenants réactionnaires du roman national)… Mais les Nouveaux Sociologues ont pour eux un modèle mondain qui repose sur la figure ancienne de l’intellectuel : travaillant seul (la Grande Œuvre, capable de signaler l’excellence label rouge d’une pensée pourtant creuse), inséré dans les réseaux médiatiques, cherchant les appuis culturels jusque dans les ambassades, dédaignant la science en tant que système d’oppression et vantant les mérites d’une radicalité de façade. Le tout sous l’étiquette d’un vague collectif soudé par une même ambition narcissique. Toute ressemblance avec les « Nouveaux Philosophes » des années 1970 ne serait absolument pas fortuite. On sait aujourd’hui le poids intellectuel de ces anciens « Nouveaux Philosophes » (il est nul, mort), leur nuisance médiatique (elle est maximale, toxique) et leur trajectoire politique vers une droite néo-conservatrice. Nous parions dès maintenant que les pulsions sectaires, dogmatiques et réactionnaires déjà bien sensibles dans les diatribes du trio Lagasnerie/Eribon/Louis finiront par occuper le même espace que la philosophie de supermarché des BHL et compagnie.

La comparaison avec les « Nouveaux Philosophes » est poussive ? Minute papillon ? Franchement pas. C’est étonnant comme tout se recoupe sans que nous l’ayons prémédité : il se trouve que le label « Nouveaux Sociologues » a été utilisé pour qualifier des universitaires aussi controversés que Michel Maffesoli. Dans sa préface à La conquête du présent paru en 1980, Gilbert Durand osait le rapprochement. Cela faisait d’autant plus sens que M. Maffesoli avait eu l’occasion de se rapprocher de BHL, à l’occasion d’une conférence à Grenoble à la fin des années 1970. Tous n’étaient pas encore entrés dans la spirale du grand n’importe quoi. M. Maffesoli, Nouveau Sociologue, ne s’est pas ménagé dans sa critique virulente des « bureaucrates » des sciences sociales et plus généralement de « l’establishment universitaire » médiocre et parvenu, dans son essai La connaissance ordinaire publié en 1985. Sa critique et ses insultes sont érigées en sport de coup bas depuis lors, et cela court jusque dans Les nouveaux bien-pensants (2013), dans lequel d’ailleurs l’un de nous prend quelques flèches prévisibles (« rentier de la République » !). Tiens, tiens… ça nous rappelle diablement quelque chose ! Nos Nouveaux Sociologues ne sont pas si neufs que cela ! D’autres connexions et homologies existent entre le positionnement du trio infernal et celui de M. Maffesoli, elles sont intellectuelles et professionnelles, mais il serait trop fastidieux d’administrer la preuve ici (c’est le fragment significatif d’un livre en cours d’élaboration, qui traîne hélas parce que cela prend du temps d’enquêter…).

***

Nous avons écrit ce texte en quelques heures. Il n’engage que nous. La rédaction de Zilsel a d’autres chats à fouetter, surtout des numéros à préparer. Ces lignes, nous les ruminions depuis quelques semaines. Ras-le-bol. Marre de voir proliférer ces impostures. Cette captation d’héritage intellectuel à des fins mercantiles et d’agrandissement égomaniaque. Quand 99 % des travailleuses et travailleurs des sciences sociales sont acquis à la noble idée de l’intellectuel collectif, un petit 1 % se vautre dans la complaisance de l’Intellectuel au singulier, jouissant de son privilège désuet sur les scènes d’un intello-tainment de bazar. Cela persévère tant qu’il y a des gogos pour y croire. Et y mettre la main à la poche. Au moment où nous écrivons, nous apprenons ainsi que G. de Lagasnerie et É. Louis se produisent le 3 octobre prochain à Bruxelles. La description en ligne est flatteuse : « Le grand espoir de la littérature française entre en dialogue avec son alter ego philosophique. Les deux hommes sont sur le point de se faire connaître dans le monde entier. Aux États-Unis, on les appelle déjà “les nouveaux intellectuels français” ». « Nouveaux » : ce n’est pas nous qui le disons ! On apprend aussi qu’É. Louis est « le nouveau talent de la littérature française » et que son « alter ego » est « considéré comme l’un des penseurs français les plus importants à l’heure actuelle ». N’en jetez plus, ils pourraient rougir ! Cette dramaturgie de l’Intellectuel français n’est cependant pas gratuite. Le plein tarif est de 8 euros, les moins de 26 ans auront droit à une ristourne de 2 euros. La Pensée Critique, ça se paie ; la Pensée Critique, ça paie. Et pendant ce temps, les Nouveaux Sociologues continuent de se payer de mots et de parole, de se payer la tête de leur clientèle.

Craig Rodway, Flood’d, via Flickr, 2009, https://www.flickr.com/photos/m0php/3288476665/

Ce cirque est dérisoire, nous enrageons à l’idée même de réagir, de céder à l’impulsion critique quand il faudrait faire mine d’indifférence, à la « sainte colère » qui naît dans la confrontation pénible à la connerie et à l’enflure intellectuelle ; mais voilà, c’est plus fort que nous, nous ne pouvons pas rester sans rien dire. Et tant que les Nouveaux Sociologues pourriront ce qu’il nous reste de champ intellectuel, nous serons là, déraisonnablement parés à livrer critique, quitte à user les rares collègues qui pensent que c’est une dépense d’énergie vaine. Et puis, le monde intellectuel est ainsi fait que, malgré tout, l’on sait que ces disputes acrimonieuses sont de celles qui suscitent un engouement honteux. L’appétence prétendument suspecte pour les clashs est, qu’on le veuille ou non, une régularité observable. Prenons-en acte et tâchons donc d’être à la hauteur du spectacle. Mais pour ce qui nous concerne au moins, cela restera gratuit sur le Carnet Zilsel.

En attendant de nouveaux rebondissements, nous retournons à nos petites « sous-recherches », dont les résultats sont enregistrés méthodiquement sur la plateforme RIBAC.

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

Image en bandeau : Picture Wendy, Structure, 2011, via Flickr.


[1] Le dossier dans lequel nous archivons patiemment les diverses insultes est épais. Nous n’avons pas saisi d’avocat mais ça démange.

[2] Louis Pinto, L’Intelligence en action : le Nouvel Observateur, Paris, Métailié, 1984.

[3] Jérôme Lamy, « L’émancipation de soi-même selon Eribon », L’Humanité, 9 février 2012, p. 18.


10 réponses sur “Crever l’abcès”

  1. Dommage que les critiques justifiées du trio et de ses invectives utilisent le même ton agressif, l’invective et n’esquissent pas la moindre critique (autocritique ) sur la « science » universitaire.

    1. La réponse est à la mesure des insultes. Par ailleurs, nous esquissons une critique de l’université : ne serait-ce qu’en évoquant le recrutement de D. Eribon, la thèse qu’E. Louis ne terminera pas, l’HDR habilitée par des collègues qui s’y laissent prendre. Ce n’est pas rien. Et on n’en dira pas plus. ASM.

  2. J’ai l’impression que vous avez oublié vos propos agistes sur Morin et TOuraine

    https://twitter.com/gdelagasnerie/status/995333953874812930

    et vos collaborateurs qui likent des post sur Lagasnerie/Louis/Eribon avec des blagues à base de trou du cul…

    https://twitter.com/gdelagasnerie/status/1031223658839252993
    ou de « raclures de bidet » https://twitter.com/yannbgiraud/status/1032021998661185547

    Mais ca n’a pas l’air de vous choquer… et visiblement vous préférez attaquer ceux qui dénoncent ces propos que ceux qui les tiennent…

    Quand à la posture de deux hétéros qui viennent dire à 3 gay comment lutter contre l’homophobie au secours…

  3. Comme toujours dans la tradition des agresseurs et de leurs complices, vous préférez dénoncer ceux qui dénoncent l’homophobie, l’agisme, etc. que ceux qui tiennent ces propos (vous ou vos amis…) et mener une critique de votre milieu… Comme ça on voit bien dans quel camp vous vous situez… Je plains les étudiants gay et lesbiennes qui auraient à vous avoir, vous et vos amis, comme profs et en tout cas je les encourage à témoigner publiquement dès qu’ils subiront vos comportements et la violence que vous exercer.
    Par ailleurs, sur votre homophobie, je rajouterai un exemple : le fait que vous ayez invité à parler au lancement de votre revue Nathalie Heinich, bien connue pour ses engagements contre l’homosexualité et le mariage gay qu’elle désigne comme pervers.
    Quand je critique le « mythe du terrain » et la méthodologie de la production contemporaine de la sociologie, vous le voyez comme un scandale absolu. Quand Heinich dit que les gays sont des pervers infantiles ça ne vous empêche pas de la promouvoir, de la voir comme une amie, de lui dire bonjour, de vous afficher avec elle.
    Autrement dit, l’homophobie est pour vous un détail, un à côté, alors que la réflexion critique sur la sociologie est une impossibilité. Ce qui montre bien comment vous alliez conservatisme des valeurs et méthodologique.

    Sur la description de mon positionnement, il suffit d’aller deux minutes sur mon site pour voir que, contrairement à ce que vous avancez, je suis très régulièrement invité dans des départements de philo ou de shs, mais vous le savez très bien :) Vous qui n’avez que le mot « terrain » à la bouche, quand les faits (ma thèse, mon hdr, mes invitations, mes publications, etc.) s’opposent à vos prénotions, vous devriez plutôt changer vos attentes idéologiques que les nier, les dissimuler ou les manipuler :)
    Bien sûr, cela se fait en complément avec d’autres invitations dans d’autres types de lieux, mais je ne vois vraiment pas où est le problème – surtout quand on entend réfléchir comme moi à la question des publics et de l’articulation des sciences sociales et de la politique.

    Si on se réfère au nombre d’invitations, de publications, de travaux, etc. il est évident que j’incarne aujourd’hui beaucoup plus l’université, à l’échelle internationale, que vous – l’université ca ne se réduit pas à quelques labos… Je ne sais pas quel fantasme vous avez de vous pour croire le contraire.

    Sur les accusations d’essaysisme, de brouillage des frontières, de contournement, etc. il s’agit de l’accusation traditionnelle portée contre les penseurs critiques et novateurs… C’est ce que Picard disait de Barthes, Bouveresse de Derrida, les historiens conservateurs de Foucault, ou encore Boudon de Bourdieu ou Foucault. Lorsqu’on lit les passages de Boudon contre Surveiller et Punir de Foucault, on a l’impression de lire ce que vous écrivez sur mon livrer Juger. Boudon avance par exemple que Surveiller et Punir « ne résiste pas à un examen sérieux » et qu’il ne respecte pas certaines « exigences méthodologiques », ce qui lui fait commettre des « dérapages ». Boudon se demande comment une telle théorie « idéologique » selon lui a pu avoir du succès. Et Il répond, comme vous à propos de mes travaux, que ce livre ne s’adressait pas à une « communauté scientifique » bien déterminée : il s’adressait à plusieurs communautés (historiens, sociologues, criminologues) et, de surcroît, « directement et ostensiblement » à des groupes extérieurs à la communauté scientifique – politiques, médiatiques. Or comme on ne peut, selon Boudon, attendre un véritable travail méthodologique sur la « logique de l’argumentation » que dans des « revues professionnelles », la réception profane permet de « faire passer des idées éventuellement contradictoires avec les connaissances les mieux établies » et favorise le « terrorisme de l’idée fausse » – Boudon fait exactement le même raisonnement à propos des Héritiers ou de la Reproduction et il renvoie Bourdieu à l’essayisme et à l’idéologie. Donc, personnellement, ce que vous dites de moi ne me surprend pas. Vous mobilisez tous les réflexes rhétoriques classiquement utilisés contre la tradition critique incarnée par Bourdieu, Foucault, Derrida et Deleuze et que j’essaye de prolonger… Ce que vous dites est plutôt pour moi la confirmation joyeuse que je réussis dans l’entreprise de prolonger cette tradition et de la faire vivre au présent.

    Comme l’avait bien vu Derrida dès les années 1980, l’un des pièges essentiels est que la critique légitime et nécessaire de l’essayisme et de la philosophie médiatique débouche sur une restauration de la philosophie académique. Les normes académiques ne sont pas des référents pertinents pour mettre en cause ce qui circule dans l’espace médiatique car elles comportent aussi leur censure, leur limite, leur restriction de pensée. La travail critique dit Derrida, c’est de combattre simultanément la production la plus conformes aux exigences médiatiques et la production la plus conforme aux attentes académiques – qui sont en fait assez complices et complémentaires.

    Le geste critique, c’est celui qui combat ces deux polarités complices, et c’est le mien. Mais pour le comprendre il faut savoir sortir des logiques binaires et compter jusqu’à 3…

    Je renvoie à ce texte : https://blogs.mediapart.fr/geoffroy-de-lagasnerie/blog/190815/combattre-simultanement-la-philosophie-mediatique-et-celle-academique-par-jacques-derrid

  4. Je serais intéressé à comprendre cette dernière phrase de la réponse à cet article : en quoi les « exigences médiatiques et [les] attentes académiques […] sont en fait assez complices et complémentaires » ? C’est apparemment un point important de la réponse, mais je ne comprends sur quoi cela repose et à quoi cela renvoie ? Pourriez vous expliquer davantage ?

  5. Votre critique est un peu perturbante dans le sens où elle donne le sentiment que son moteur central est de vouloir faire coïncider coute que coute et surtout sans objectif bien clair, la définition de « Nouveaux sociologues » aux travaux que produisent G. De Lagasnerie, Didier Eribon et Edouard Louis (qui font en fait, il me semble, des choses différentes, à des endroits différents, à l’intention de gens différents, alors que votre critique est complètement homogène). La coïncidence confirmée, je trouve que vous en dites bien peu sur les conséquences pratiques qu’auraient sur le champ académique (parce qu’apparemment votre analyse s’arrête à ce que pourrait produire le trio à l’intérieur de l’université) les travaux des trois personnes concernées. Est-ce que ça ne devrait pas être le sujet principal, c’est-à-dire l’évaluation d’une praxis que vous jugeriez néfaste à l’égard d’une production scientifique critique dans la sociologie contemporaine ? C’est un peu gênant, en plus, de vous voir vous justifier un peu ironiquement d’une « sainte colère » que vous adressez à de Lagasnerie et qui a peu à voir avec ce qu’explique Pierre Bourdieu à propos de sa position face au travail de Bruno Latour dans « Science de la science et reflexivité ». Identifier Geoffroy Delagasnerie comme LE danger pour la sociologie d’aujourd’hui, c’est peut-être passer complètement à côté des vrais dangers, moins visibles sûrement, car subtilement intégrés aux pratiques le plus quotidiennes de la sociologie (dans les salles de cours et les amphis notamment, où on n’entend JAMAIS parler de lui mais énormément de Bruno Latour, de manière complètement décomplexée…)

    1. Merci pour vos remarques. C’est un billet vite expédié, pas une analyse en bonne et due forme – là n’était pas l’objectif ni la prétention. Nous donnons quelques éléments sur les effets de ce genre de posture dans la note critique citée dès le début. S’agissant cette fois de la « sainte- colère », la référence n’était pas ironique et entendait rappeler la rémanence d’un type de positionnement pseudo hybride qui – pour dire vite – confond tout et permet de jouer sur toutes les scènes avec profit et en trompant son monde. Concernant la critique de Bruno Latour et de ses usages, nous avons déjà donné – et sans doute trop, nous levons le pied –, et ici même. Quelques références : sur l’effet de discipl(in)e : https://zilsel.hypotheses.org/1199 ; les « modes d’existence » : https://journals.openedition.org/sociologie/1573 ; Gaïa : https://www.cairn.info/revue-zilsel-2017-2-p-387.htm + https://www.monde-diplomatique.fr/2017/12/LAMY/58186, etc.

  6. « Cette sous-vie intellectuelle que l’on appelle la recherche, dont les objets et les problèmes ne sont déterminés que par l’état du champ universitaire et ne sont appelés que par ses demandes internes, au lieu d’être en prise directe avec les luttes de l’époque et les crises du temps, n’a donc en réalité qu’une seule fonction : celle de contribuer à la reproduction de l’institution. » (Lagasnerie, /Logique de la création/, p.241) À lire et à relire, cette magnifique critique de l’université qui ne prend en compte ni les disciplines, ni les époques, ni les aires culturelles, ni la différence en France entre université et CNRS, Institut universitaire, Collège de France, EHESS, etc., et qui ne cite non plus aucun journal, ni aucun labo, ni aucun groupe intellectuel (c’est vrai aussi de cette autre dissertation de khâgne, /L’Empire de l’université/). Prenez-en de la graine chez Zilsel! Ça c’est de la vraie analyse de la vie intellectuelle. Ça c’est de la pensée critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.