François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante »

On peut définir la novlangue comme un outil de domination et d’aliénation : il s’agit de vider les mots de tout sens pour voiler la réalité des politiques mises en œuvre et, dans le même temps, désarmer toute critique. L’envahissement de la sphère publique par la novlangue n’est pas une chose nouvelle, mais le champ politique et les médias (réseaux sociaux compris), à toutes les échelles, semblent aujourd’hui submergés par une expression aussi creuse intellectuellement que formatée. Dans le domaine de l’éducation, plus particulièrement de « l’innovation pédagogique » (jamais clairement définie), un expert en novlangue a su trouver l’oreille de l’institution, à savoir les Ministères de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : François Taddei[1]. Sa posture décontractée, le fait qu’il n’ait jamais de notes pour ses interventions ni la moindre référence vraiment précise (au mieux « une étude de untel a prouvé que… ») pour étayer ses affirmations pourraient laisser croire qu’il s’agit d’un outsider. Bien au contraire, François Taddei a su tisser des réseaux puissants et à bien des égards, il est un faiseur d’opinion[2]. Ce biologiste de renom, chercheur à l’INSERM[3], est proche des deux derniers ministres de l’Éducation Nationale, pourtant réputés antagonistes dans leur conception de la politique éducative. Najat Vallaud-Belkacem comme Jean-Michel Blanquer ont, à plusieurs reprises, utilisé le vocabulaire de François Taddei dans leur communication. On peut penser par exemple à « l’école de la confiance » de Blanquer, slogan directement transposé de la phraséologie de notre héraut. Plus encore, ce dernier a rédigé deux rapports fort similaires pour les deux ministres, en 2017 et en 2018[4]. Devenu ainsi spécialiste incontournable et multi-casquettes en matière éducative, il est président fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires[5], fellow de l’organisation Ashoska, a été membre du Conseil National du Numérique et du Haut Conseil de l’éducation. Il est responsable de la chaire UNESCO « Sciences de l’apprendre » en France[6], rapporteur pour l’OCDE et il intervient auprès de la Commission européenne, laquelle a lancé une étude sur le rôle de la créativité dans l’éducation. Au-delà de ce CV impressionnant, il est intéressant de voir que la trajectoire de François Taddei a connu une inflexion décisive il y a quelques années, comme il l’a expliqué lui-même au journal Le Monde :

« Quand j’ai eu à me frotter, à l’Inserm, aux questions éthiques posées par mes travaux ou ceux de mes collègues, j’ai pris conscience que la recherche, que j’avais toujours considérée comme un jeu, ne l’était plus vraiment. J’ai alors préféré travailler sur les questions d’éducation. »[7]

Une sortie d’une rare franchise, mais atterrante. On conçoit aisément qu’un chercheur soit lassé de son premier objet de recherche. On peut tout de même s’étonner de voir l’éducation assimilée à un objet de réflexion ludique, débarrassé de questions éthiques trop lourdes. Mais cela souligne l’essentiel : François Taddei est devenu un communicant professionnel, rompu à toutes les astuces du storytelling[8], largement appuyé par un réseau à la croisée des mondes médiatique, politique, et scientifique. Or, le discours qu’il déploie et la pensée qui en émerge portent un projet préoccupant pour l’éducation. Sous le flou d’une novlangue vaseuse, on peut distinguer un projet de délégitimation voire de destruction de l’école publique. Ce projet trouve aujourd’hui des relais dans l’Éducation Nationale, où les analyses et préconisations des deux rapports précédemment cités percolent depuis le Ministère jusqu’aux académies devenues « apprenantes ».

La société apprenante, un projet au-dessus de tout soupçon

Le discours sur la société apprenante est construit de façon à paralyser toute critique de plusieurs façons : parce qu’il prétend défendre un projet bon pour l’humanité, parce que ceux qui s’y opposeraient seraient des criminels, et parce qu’il est volontairement confus.

Scream. Somewhere in London, par alice.d, 2005, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/aliced/2182891768/

La société apprenante naît d’un constat répété de manière lancinante sinon obsessionnelle par tous ses adeptes : le monde n’a jamais changé aussi vite, il est soumis à une accélération sans précédent, il doit faire face à des défis inédits et nombreux, et surtout, il n’a jamais été aussi incertain[9]. Heureusement, François Taddei sait quoi faire et nous montre la voie :

« [La société apprenante] est au service du développement du capital humain. La confiance, l’ouverture, le partage et la coopération en sont des valeurs essentielles ; elles favorisent la mise en commun des expériences de chacun et facilitent le progrès de tous. Cette société apprenante s’appuie sur la recherche, sur les possibilités du numérique et s’ouvre aux innovations issues de tous les pays pour les adapter à chaque écosystème quand elles sont pertinentes et contribuer à relèvent les défis globaux. »[10]

La société apprenante est une sorte de panacée, de solution à tous les maux qui ravagent la planète. C’est un monde sans conflit, où « la hiérarchie a disparu », laissant place à l’horizontalité, où les « politiques publiques et les stratégies d’entreprises » co-participent à la mise en place de « projets écologiques, solidaires et d’inclusion sociale »[11]. « La co-évolution des intelligences, individuelles, artificielles et collectives » permet de « construire un avenir souhaitable qui bénéficie à tous »[12]. La société apprenante, nouvel Eden, permet à chacun de s’épanouir à tout âge : les enfants y sont tous des chercheurs, apprenant à apprendre en autonomie, le « développement professionnel et personnel » y est facilité par « une formation de qualité tout au long de la vie »[13].

De telles promesses ne devraient susciter que l’adhésion, la concorde dans la béatitude, mais hélas les critiques perdurent :

« Il faut passer d’une structure de contrôle à une société de la confiance (…) On a trop peu confiance en nos chefs d’où toutes les grèves, tous les machins qu’on connaît trop bien (…) on sait râler, on sait critiquer, mais on ne sait pas le faire comme une force de proposition, comme une force d’innovation. »

La ficelle est grossière et le masque commence déjà à craqueler : la société apprenante aime la démocratie, mais moins le mouvement social et les autres machins dans le genre ; la critique y est pensable si elle reste dans les bornes du saint consensus ; la hiérarchie peut être remise en cause, tant qu’on fait confiance aux leaders[14]. La société apprenante est finalement à l’image des open spaces : l’ouverture et l’horizontalité y sont au service du contrôle et de la hiérarchie.

Dans le rapport de 2018, François Taddei va bien plus loin lorsqu’il dresse le portrait de ses contradicteurs :

« La société apprenante n’a pas que des alliés. Le néo-obscurantisme prospère lorsque certains acteurs n’ont pas intérêt à ce que la connaissance soit partagée ou que les résultats de la science remettent en cause leurs positions… Si, pour Nelson Mandela, “l’éducation est la meilleure arme pour changer le monde”, ceux qui ne veulent pas de ces changements attaquent aujourd’hui les écoles. Boko Haram (littéralement “livre interdit”) est une des multiples entités à avoir pris pour cible les écoles ces dernières années. Certains demandent que, comme les attaques des hôpitaux, les destructions ciblées d’écoles soient considérées comme des crimes de guerre. Le champ de la connaissance scientifique est également un terrain de bataille, certains défendant l’innocuité du tabac, d’autres niant le réchauffement climatique ou défendant des thèses créationnistes. Si les Lumières ont su s’imposer contre bien des conservatismes depuis le 18e siècle, le combat contre le néo-obscurantisme est loin d’être terminé. Ainsi, en France un centre de culture scientifique, “la Casemate” de Grenoble, vient-il d’être détruit par un acte criminel revendiqué par des néo-luddites. »

La société apprenante n’a pas donc pas de contradicteurs, elle a des ennemis. C’est un Eden et ceux qui s’y opposent viennent tout droit des Enfers, des temps obscurs des briseurs de machines balayés par les lumières de la Raison. Et pourtant, comme il pourrait rester des sceptiques peu impressionnés (voire carrément amusés) par ce registre apocalyptique, il faut poser d’autres obstacles à la critique.

Toute approche critique des discours sur la société apprenante est tout d’abord entravée par une expression saturée de novlangue, par définition vague et insaisissable. Ainsi, présentant un plan quinquennal de gouvernance, le rapport de 2018 propose de mettre en place « une capacité de prototypage agile et de mobilisation, dans des lieux dédiés, de tous les acteurs des apprentissages aux différents âges de la vie (chercheurs, formateurs, apprenants, décideurs, etc.), permettant de co-construire des solutions qui seront disponibles pour tous grâce à une capacité à documenter et partager via le numérique »[15] De plus, François Taddei est capable, à travers l’éloge de la société apprenante, de dire tout et son contraire. Il fait par exemple la promotion de systèmes scolaires aussi différents que ceux de la Finlande, de Singapour ou encore de certaines villes chinoises comme Shanghai ou Shenzhen. Quoi de commun entre ces systèmes éducatifs ? Quid de Shenzhen comme immense zone d’exploitation de la main-d’œuvre et comme archétype du gaspillage de ressources à des fins productivistes et obsolescentes ? Quid de l’autoritarisme du gouvernement singapourien ? La société apprenante n’est-elle déjà plus garante de « solutions écologiques, démocratiques et solidaires » ?

Autre stratégie pour tenter de paralyser les critiques : un « style », à l’oral comme à l’écrit, sinueux et redondant. François Taddei multiplie les pseudo-raisonnements, comme ici :

« Quand on a appris ceux qui vous suivent doivent pouvoir apprendre plus facilement. Chacun doit laisser des traces et transmettre. Dans les années 60 on avait le choix entre une seule chaîne de télévision et son enseignant pour apprendre. Aujourd’hui les canaux sont multiples avec un monde Internet dans lequel l’autorité n’est pas nécessairement hiérarchique. Dans lequel l’intelligence collective peut apporter le meilleur ou… n’être qu’une foule pas forcément intelligente.

Il faut donc développer d’autres compétences et plus seulement se remémorer, lire, écrire quand les machines le font mieux que nous. Il faut travailler sur le sens, l’empathie, des compétences que le système éducatif ne développe pas alors que l’esprit critique est plus que jamais utile. »[16]

Chacune de ces phrases est approximative, contestable, non sourcée. Les « idées » s’enchaînent, elles prétendent à un raisonnement dans la forme par l’introduction d’un « donc » qui relève plus du lien magique que du lien logique. Mélange de truismes, de demi-vérités et de mensonges, le discours sur la société apprenante espère convaincre par l’accumulation qui fait exploser toute capacité à saisir un sens.

Ainsi, loin de se cantonner à une « société apprenante », le rapport, dans une stratégie de saturation qui confine au grotesque finit par qualifier tout et n’importe quoi d’apprenant : sont apprenant·e·s les territoires, les villes, les académies, l’Europe, la planète, mais aussi les organisations, les collectifs, les entreprises, l’environnement, les écosystèmes, les familles même ! On « apprend » également qu’existeraient des démarches et des initiatives apprenantes, des « services publics eux-mêmes apprenants », que seront mis en place une « fête de l’apprendre », un « Institut des hautes études de la société apprenante », un « carnet apprenant ». On se prend à rêver en imaginant des ESPE[17], des universités, des établissements scolaires et même des classes apprenantes (si si) !

Si tout doit devenir apprenant, c’est que rien ne l’est : ni la société, ni les territoires, ni, surtout, l’école. Et c’est là un point sur lequel nous devons insister, car il est au cœur de la vision du monde de François Taddei et de toutes celles et ceux qui lui emboîtent le pas, en premier lieu au sein même de l’Éducation nationale.

La société apprenante une arme contre l’école publique

Les écrits et les discours publics de toutes celles et ceux qui se réclament de la société apprenante s’inscrivent dans le vaste mouvement de « réflexion » sur le système éducatif français, qui va – forcément – très mal, et qui doit donc – forcément – être réformé. Ce qui n’a jamais été accompli auparavant, avant la venue du prophète.

François Taddei l’affirmait dès 2009 dans un rapport commandé par l’OCDE, et il l’a répété à de nombreuses reprises sous différentes formes : l’éducation « prépare encore trop souvent les étudiants à un monde statique » et « les systèmes éducatifs utilisent encore trop souvent les outils du 19e siècle »[18].

Il faut dire qu’il fonde sa critique sur des bases solides. Un jour, venant chercher à l’école son fils de 6 ans, il s’est entendu reprocher par l’enseignant : « il est charmant votre enfant, mais il pose beaucoup de questions ». L’anecdote est si amusante et si édifiante que François Taddei la répète de manière quasi systématique, au fil de ses interviews et conférences, depuis son premier TEDx en 2010 jusque dans le film documentaire Demain l’école très récemment diffusé par Arte. C’est de là que vient selon lui son « engagement citoyen ». Fort de cette expérience de parent d’élève, il peut donc affirmer que l’école doit travailler « sur le sens, l’empathie, des compétences que le système éducatif ne développe pas ». On pourrait reprendre de nombreuses citations plus récentes, mais il faut avouer que François Taddei ne s’est jamais montré aussi clair que dans cet écrit destiné à l’OCDE. Ayant appris sans doute à arrondir les angles.

Scream!, Danny Perez Photography, 2009, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/da100fotos/5201102796/

Cette école dépassée, c’est surtout une école dont il faut savoir se passer. Dans cette optique, le choix du terme « apprenant » est capital, en ce qu’il induit par son usage systématique une confusion fondamentale entre enseigner et apprendre.

En janvier 2018, de passage à l’émission la « Conversation Scientifique » sur France Culture, François Taddei dispose d’une énième opportunité pour expliquer ce qu’est une société apprenante. Plutôt que de le faire dans la clarté, il multiplie ses effets de manche désormais routiniers. Au détour d’une conversation sans queue ni tête, il évoque la mise en place « d’un service public de la société apprenante » (sic), ayant recours à une analogie sibylline :

« Si j’ai la trace de mon chemin d’apprenant et qu’il y a un dispositif qui cumule ces traces, un peu comme les fourmis laissent des traces avec des phéromones et que de la trace individuelle de la fourmi naît une intelligence collective de la fourmilière qui permet de savoir où sont les ressources qui sont pertinentes. Donc en utilisant des algorithmes inspirés par exemple de ce qui se passe chez les fourmis, on peut par exemple prendre l’ensemble de ces traces d’apprenant, de ce carnet de l’apprenant comme il y a des carnets de santé… »[19]

La parole radiophonique et la forme de la discussion participent sans doute au caractère particulièrement abscons du propos tenu. Mais l’analogie entre les apprentissages humains et ceux des fourmis est révélatrice. On y retrouve une tendance, assumée, à transposer les processus d’adaptation biologique dans le domaine éducatif[20]. Apparaît aussi une obsession, qui irrigue tout le rapport de 2018, de la collecte de données exclusivement numériques, seules à même de fournir à la recherche de quoi rendre plus performants les apprentissages[21]. À lire François Taddei, le cœur du métier de professeur·e semble se réduire à la production en série de données numériques pour construire un enseignement ainsi paré d’atours plus « scientifiques »[22].

Mais plus encore, l’analogie de la fourmi procède d’une confusion, centrale dans les rapports sur la « société apprenante », entre deux types d’apprentissages : d’une part les apprentissages adaptatifs par la pratique (comme apprendre à parler une deuxième langue en famille…) et en autodidaxie ; ces apprentissages correspondent à des passions, des inclinaisons spontanées, à des nécessités professionnelles et utilitaires…

Et d’autre part, les apprentissages scolaires qui, précisément, comme l’expliquent les spécialistes en psychologie cognitive Franck Amadieu et André Tricot, « ne correspondent ni à l’environnement immédiat [des élèves], ni à leur passion »[23]. Les mêmes poursuivent : « le cœur du métier des enseignants réside dans cette capacité à faire apprendre à tous les élèves des connaissances qui ne leur sont pas immédiatement utiles ».

La confusion entre ces deux types d’apprentissage est volontaire et elle fonde le projet de société apprenante : si c’est toute la société qui est apprenante, les apprentissages scolaires ne sont ni fondamentaux, ni spécifiques :

« On peut apprendre de son expérience, de sa vie, de ses erreurs. L’éducation est une institution. Évidemment c’est une institution qui est censée favoriser les apprentissages. Mais ce n’est pas le seul lieu de l’apprentissage. Apprendre c’est apprendre tout au long de la vie, de la naissance à tout ce qui vient après. »[24]

L’idée d’apprentissages tout au long de la vie est utilisée ici comme un levier pour minimiser la place de l’école, une institution qu’il faut savoir dépasser[25]. Et pourtant, comme le rappellent Amadieu et Tricot « si l’école n’existait pas, il est probable qu’une grande majorité d’enfants de 9 ans ne pratiquerait pas le calcul mental, n’apprendrait pas à compter, ni à orthographier, ni probablement à lire... »[26]. Un simple regard vers d’autres lieux et d’autres temps suffit à se rappeler qu’une société sans école – et sans école publique ! – est une société encore plus violemment injuste que la nôtre.

Quant à la conception du métier enseignant qui découle de cette marginalisation de l’enseigner au profit de l’apprendre, elle confine à la dépossession. Les enseignants, de la maternelle à l’université, devraient toujours être dans une posture de recherche (il s’agit pendant ses études « d’apprendre par la recherche » puis « d’enseigner par la recherche »), documentant leurs pratiques (grâce au numérique) auprès de « mentors » et de scientifiques à même de valider leurs démarches[27]. Ainsi disparaît sous cette priorité donnée à la « recherche » le cœur d’un métier (la conception de situations d’apprentissage), et la possibilité d’en devenir un expert, maîtrisant des savoirs et des compétences propres.

Une société apprenante, c’est une société dans laquelle le rôle de l’école et des enseignants est noyé dans une continuité à la fois synchronique (les enfants apprennent ailleurs, spontanément, entre eux, etc.) et diachronique (on apprend tout au long de la vie, l’école n’est qu’un moment parmi tant d’autres).

On comprend mieux pourquoi le discours « apprenant » fait florès dans l’administration de l’Éducation Nationale, des ministres jusqu’aux chefs d’établissement en passant par les rectorats et les ESPE. Il permet de justifier un sous-investissement chronique voire la sous-traitance au privé de pans entiers de l’éducation et de la formation. Il permet d’exiger des professionnels qu’ils ne se reposent jamais sur leurs « acquis » et cherchent à améliorer sans cesse leurs performances – sans moyens supplémentaires, technique de management « agile » désormais commune aux secteurs privé et public[28].

La société apprenante : une société dévorée par le capitalisme

La diffusion des concepts « clés » de la « société apprenante » n’aurait pas été si rapide et efficace si la personne de François Taddei n’avait été partie prenante d’un réseau d’intérêts bien compris. Loin d’être isolé, il bénéficie de ce réseau autant qu’il le sert, aux côtés de personnalités diverses, à la croisée des mondes de l’entreprise, du service public d’éducation (depuis les hauts fonctionnaires jusqu’aux enseignants « de base »), de la recherche, et des médias.

Au centre des réseaux Taddei se trouve le CRI, Centre de Recherches Interdisciplinaires, dont il est le directeur. Dans le rapport de 2017, le lieu a ainsi droit à un encart laudatif (publicitaire), et la carte mentale (laide et peu opératoire) présente en p. 1 est attribuée à une personne du CRI. C’est en tant que directeur du CRI que François Taddei a présenté ensuite le rapport 2018 – et l’un de ses 4 co-rapporteurs, Gaëll Mainguy est « directeur du développement et des relations internationales du CRI ». Dans ce même document, le CRI est cité comme un exemple à suivre à plus de dix reprises, le mettant sur le même plan que l’École 42 de Xavier Niel, Harvard ou Stanford. Deux fois, à propos d’un centre de recherche étranger pris en exemple, le rapport précise qu’il « collabore avec le CRI ». Étonnant de trouver une telle auto-promotion dans un rapport officiel. D’autant plus étonnant que le CRI est une institution privée, fondée et entretenue grâce aux largesses de la Fondation Bettencourt, délivrant des diplômes spécifiques appelés le « Bettencourt curriculum » (sic). Même les partenariats du CRI avec des structures publiques comme l’université Paris-Descartes se font sous la houlette de la fondation, à tel point qu’il existe une « équipe Paris-Bettencourt » dans ladite université, et que l’École doctorale « Frontière du Vivant » est elle-même une initiative de la Fondation… Il s’agirait là d’un exemple parfait de ces « tiers-lieux » qu’il faudrait multiplier dans la société apprenante idéale, permettant à tous les acteurs de « se rencontrer », de manière à brouiller la distinction devenue obsolète entre le service public et les intérêts privés[29].

Screaming Bubo, Björn Rudner, 2009, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/b-j-oe-r-n/14660333270/

Il est un autre titre que François Taddei a oublié de mentionner sur chacun des rapports rendus aux ministres : celui de fellow d’Ashoka. Cette organisation se présente comme une association à but non lucratif spécialisée dans « l’entrepreneuriat social » : dans les faits, elle agit comme un lobby en faveur de la marchandisation de l’école[30]. Son idéologie et sa stratégie sont simples et d’ailleurs fort bien présentées par François Taddei lui-même : en 2015 à l’occasion d’une conférence « Up » organisée par l’Institut Montaigne, il déplorait les pesanteurs du système éducatif français expliquant :

« On a d’un côté les structures publiques qui ont du mal à se mettre en mouvement pour tout un tas de raisons historiques et d’autre part des structures privées qui font peur à beaucoup d’acteurs. Et donc si on veut éviter la privatisation de l’éducation, on a besoin de l’innovation sociale qui soit portée par des entrepreneurs sociaux. »[31]

Le service public conservateur et frileux, des acteurs privés incompris ; une privatisation qu’on ne peut éviter qu’en acceptant que des acteurs privés puissent prendre en main les services publics… voilà un beau tableau aussi caricatural que prévisiblement libéral. La rengaine est connue, c’est celle qui a permis « d’ouvrir à la concurrence », de « libéraliser » les secteurs des télécommunications, de la santé ou de l’énergie : les services publics font mal le travail, des entreprises privées vont se charger de le faire plus efficacement. Dans ce cadre, Ashoka se présente comme une sorte de médiateur philanthrope et humaniste, mettant en synergie les acteurs, pour le bien commun[32].

Si François Taddei oublie de se signaler comme ambassadeur d’Ashoka, il n’en oublie pas pour autant de remplir sa mission. L’organisation est en effet présentée comme un modèle à suivre dans le rapport 2018 : reprenant mot pour mot son marketing[33], vantant les mérites d’une de ses écoles espagnoles, célébrantle film Une idée folle produit par Ashoka, et diffusant son idéologie[34]. Mieux encore : une des expérimentations citées comme modèle est celle de la transformation du Grand Lyon en « une métropole apprenante », grâce au travail commun d’acteurs publics (ESPE, universités, ENS, métropole, rectorat, préfecture), mais aussi des acteurs privés (entrepreneur sociaux, startups), et bien sûr d’Ashoka. Faisons tomber les barrières entre public et privé !

« Le programme Global Change Leaders (GCL) ambitionne de rassembler et mettre en réseau des personnes ayant la volonté et la capacité de transformer leur écosystème éducatif, à l’échelle locale, nationale ou internationale. (…) Il est incubé à Ashoka depuis 2016 et a officiellement été lancé à Lyon, en février 2018, au cours du premier rassemblement international du réseau. (…) »

« La création, pour les entreprises, d’un “crédit d’impôt innovation”, adossé à la recherche, pourrait participer du financement d’une telle expérimentation (par exemple dans le cadre de la responsabilité sociétale des entreprises). Cela rejoint la proposition du Grand Plan d’Investissement de faire infuser davantage la recherche universitaire dans les entreprises, notamment pour la formation continue. Cette expérimentation coûterait 20 M€ sur 3 ans. Ces projets pourront être financés en partie sur l’appel d’offres territoires pédagogiques innovants du PIA 3 en 2018. L’action est dotée au total de 400 M€ de subventions et 100 M€ de dotations décennales. La première tranche engagée en 2018 est de 70 M€. »

Cet extrait du rapport 2018 s’apparente au marketing territorial auquel nous sommes maintenant habitués : le désengagement public est habillé d’anglicismes, maquillé en PPP ruineux à moyen terme. Il est structuré par l’idéologie de la mise en concurrence des territoires à toutes les échelles, et par la nécessité très chère à Ashoka de faire émerger des leaders. Loin de la façade gentillette de la société apprenante, les exemples concrets nous renseignent sur son objectif profond : que la logique du marché investisse plus encore le système éducatif, que des infrastructures et des dépenses publiques considérables profitent à des entreprises privées, que de richissimes philanthropes désireux d’échapper à l’impôt, comme les Bettencourt par exemple, puissent faire don de quelques miettes. Car François Taddei ne fait pas que défendre ses propres intérêts et ceux des réseaux auxquels il appartient et ne cesse de faire signe[35]. Son discours est de fait en continuité avec des discours bien plus anciens. Esquisser leur histoire nous permettra de comprendre qu’il défend avec d’autres le projet d’une école capitaliste[36].

« Nombre de nos recommandations sur la société apprenante valent également pour les organisations publiques et privées, les associations et les entreprises qui doivent elles aussi mettre à jour leurs connaissances et revoir leurs comportements pour s’adapter à un monde en changement accéléré. »[37]

Si l’on suit Taddei, la société apprenante est un concept humaniste dont les recommandations devraient aussi s’appliquer aux entreprises qui seraient sommées de s’adapter comme les autres. On ne peut que s’étonner de cette inversion du réel. En effet, comme il le reconnaît lui-même dans le rapport 2018, ou encore sur les ondes de France Culture le 16 septembre 2018, l’idée d’une société apprenante lui vient de Stiglitz et de son ouvrage co-écrit avec Greenwald, Creating a Learning Society: A New Approach to Growth, Development, and Social Progress (2014). Or, ceux-ci écrivent :

« Cet apprentissage revêt deux formes différentes : l’amélioration des bonnes pratiques, que reflète la croissance de la productivité des entreprises capables de mobiliser tout le savoir et toute la technique disponibles ; et les gains de productivité des entreprises qui “rattrapent” les plus avancées, qui accèdent aux bonnes pratiques. »

Le concept même de learning society (ici traduit par apprentissage) est un produit du monde de l’entreprise dans le cadre d’une pensée capitaliste, où le seul lieu de production de richesses et de croissance sont les entreprises privées, où la recherche de la croissance économique est de l’ordre de l’impératif et de la névrose. Si l’on remonte l’histoire du concept de learning society, on en trouve les origines dans la pensée de Donald Schön, Peter Sege ou encore Chris Argyris dans les années 1960 et 1970. Il s’agit alors déjà de l’obsession d’une adaptation à un monde « qui accélère », à la nécessité d’innover dans un cadre concurrentiel et donc à la mise en place d’« organisations apprenantes » qui seraient les plus compétitives… Avec l’essor du numérique, la même idée a été reprise, subissant une légère inflexion lexicale/marketing : il s’agissait alors de l’économie de la connaissance (voire de l’information) que l’on pouvait présenter avec des mots quasi identiques à ceux de Stiglitz et Greenwald[38].

La société apprenante n’est donc pas une idée nouvelle. Et elle est depuis sa naissance liée à une vision du monde profondément capitaliste, à l’obsession de la croissance économique. C’est d’ailleurs ce que François Taddei exprimait de manière peu originale au Figaro en 2008 :

« La connaissance scientifique croît de façon exponentielle. Pour rester dans la course, il faut savoir se remettre en cause et innover sans cesse, remarque François Taddei. L’Europe ne pourra rivaliser avec la Chine sur le terrain des salaires ; il faut miser sur l’inventivité permanente, la créativité… »

C’est à la fin des années 1980 et plus encore dans les années 1990 que le concept de learning society a commencé à prendre, au-delà de quelques cercles d’intellectuels et de patrons. On doit par ailleurs l’arrivée du terme « apprenance » dans le champ de l’éducation et de la formation à un chercheur en sciences de l’éducation, Philippe Carré. Toutefois, il n’est cité en référence dans aucun des rapports officiels de François Taddei, ce qui nous incline à penser que ce ne sont pas ces travaux académiques qui sont à l’origine de son engouement pour la « société apprenante ». Une recherche un peu approfondie – mais qui mériterait de l’être encore – nous a permis de relever différentes utilisations et utilisateurs de cette expression :

– au sein des Ministères de l’Éducation Nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche : les deux rapports de François Taddei, celui de Catherine Bechetti-Bizot (Repenser la forme scolaire à l’heure du numérique, 2017) (par ailleurs co-autrice du premier rapport), ainsi que d’autres plus anciens (Fourgous par exemple) ;

– dans des organisations internationales : l’OCDE et l’UE (Towards Europe of knowledge, 1997) ;

– par des syndicats et associations patronales au niveau européen : l’UNICE et la plus discrète ERT.

À partir de ce panel, croisant différentes échelles et différents types d’acteurs, publics et privés, nous pouvons nous livrer à une comparaison des idées des tenants de la société apprenante (qui forment – pour reprendre leurs propres mots – un véritable « écosystème »).

Propositions Taddei Traduction concrète
Carnet apprenant[39] ; micro-diplômes[40]  Remise en cause des qualifications collectives des travailleurs remplacée par des compétences individuelles et non durables ; nouveau livret ouvrier
Apprendre à apprendre[41] pour répondre aux défis du 21e siècle ; formation tout au long de la vie ; agilité Une école, une université et des formations utilitaristes, nécessité de s’adapter en permanence aux besoins des entreprises ; mobilité forcée sous peine de chômage ; flexibilité : la formation comme un devoir et un marché, non comme un droit.
Dépasser les barrières, faire travailler en synergie et en écosystème agile[42] les différents acteurs Multiplier les montages de type PPP ; faire de l’éducation un marché ; privatiser
Nécessité de « dépasser » le cadre institutionnel et physique des écoles et des universités, « tiers-lieux » Une société sans école, sans service public, des enseignants fonctionnaires marginalisés
Favoriser la coopération et la créativité Faire de futurs travailleurs compétitifs, agiles, adaptables…
Éviter le contrôle, la hiérarchie, une école de la confiance, horizontale ; développer une culture professionnelle des enseignants[43] New public management : en finir avec le statut de fonctionnaire, favoriser les pouvoirs locaux des personnels de direction, le travail en équipe comme outil de contrôle et non d’émancipation et de maîtrise de son métier.
Rôle clé du numérique dans cette révolution, comme facteur d’ouverture au monde et de libération, et comme moyen de recueillir des données « pour la science » qui aidera à gagner en efficacité[44] Le numérique comme levier de marchandisation et de profit – déposséder les enseignants de leurs savoir-faire – prolétariser : outil de contrôle, de management

Cette comparaison montre une formidable continuité, une communauté de vue, sinon une filiation entre ces différentes instances et contraste sérieusement avec le discours de François Taddei et de ses supporteurs au sein de l’Éducation Nationale et de l’ESR, qui présentent la société apprenante comme une nouveauté, une urgence, et même une nécessité pour atteindre les objectifs du millénaire pour le développement de l’ONU. La société apprenante est une arme idéologique et rhétorique au service d’une attaque contre les services publics, mais aussi contre les droits des travailleurs, leurs qualifications et leurs conditions de travail…

Conclusion

Le discours sur la société apprenante semble creux, sorte d’assemblage plus ou moins aléatoire de termes clés liés par des connecteurs magiques. Mais comme tout discours marketing, il n’existe que pour nous vendre quelque chose. Derrière la prétendue avancée collective et horizontale des savoirs, il y a de fait défense et promotion d’une attaque contre les services publics de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche, et de la formation. Ce discours est aussi porteur d’une vision réductrice, appauvrie et utilitariste de la recherche et des savoirs, ainsi que d’un projet de contrôle accru sur le monde du travail, à commencer par celui de l’éducation. De nombreux cadres de l’Éducation nationale ont bien compris à quel point la novlangue des rapports sur la société apprenante pouvait séduire et montrer que le service public est capable d’innover, sous la houlette de leaders « disruptifs »[45]

Seagull scream, Dani Vázquez, 2010, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/dani_vazquez/4511893138/

François Taddei est en quelque sorte devenu le Pierre Rabhi de l’éducation : même discours lisse et sinueux, même apparence de simplicité, même packaging humaniste, révolutionnaire, voire libertaire (des solutions locales, horizontales, venues du terrain grâce aux pionniers, aux « acteurs du changement »), même imposture[46]. Ainsi, la récente démission de Nicolas Hulot du ministère de l’Écologie a donné à François Taddei l’occasion de lancer la promotion de son nouvel ouvrage, Apprendre au 21e siècle. Prenant acte de l’inefficacité des « petits pas » accomplis par l’ancien ministre quand il était au gouvernement, il en profite de nouveau pour faire de la société apprenante la réponse « aux défis de l’humanité » :

« Je pense que c’est une manière de faire beaucoup de petites gouttes d’eau qui vont contribuer à faire de grandes rivières du changement. Plutôt que de se plaindre qu’un gouvernement ne fait pas suffisamment de petits pas, je pense qu’il vaut mieux inviter chacun d’entre nous à contribuer à faire des micro-pas, mais des micro-pas faits par des milliards de gens, ça peut permettre à l’humanité de faire les pas de géants dont on a besoin. »[47]

Voilà la supercherie de la légende du colibri mise à nu : une entreprise de dépolitisation où les « micro-pas » devraient prendre la place de la critique du pouvoir en place et de la mobilisation sociale ; une fable où la concorde factice d’une humanité à l’unisson masque et protège les intérêts privés ennemis du bien commun. Il devient ainsi possible de promouvoir l’éducation avec Bettencourt, de protéger l’environnement avec Total, et de soutenir les libertés individuelles et l’émancipation avec Google et Facebook.

On comprend in fine que la société apprenante est une idéologie qui nous somme de nous adapter au monde capitaliste et libéral tel qu’il va et de renoncer à toute lutte collective.

Christophe Cailleaux & Amélie Hart-Hutasse

 

* Image en bandeau : Diego Diaz, Your kid is really quiet, 22 janvier 2011, via Flickr.


[1] Christophe Cailleaux, « À propos d’un expert en éducation », Le Club Mediapart, 27 mai 2018. 

[2] Derniers exemples en date : il intervient longuement dans un film documentaire en deux parties Demain l’école, diffusé sur la chaîne Arte et disponible en replay (du 15 septembre au 13 novembre 2018). Le lendemain de la diffusion en direct de ce film, le 16 septembre, il est également invité par Louise Tourret dans l’émission de France Culture « Être et savoir ». Il y bénéficie d’un accueil totalement bienveillant pour faire la promotion de son livre Apprendre au 21e siècle qui vient de paraître.

[3] Dont voici la biographie en ligne qui mentionne divers prix obtenus, notamment celui de la recherche fondamentale à l’Inserm en 2003.

[4] On ne trouve pas le deuxième rapport directement sur le site officiel du MEN, le lien pointant vers le site du CRI, et lui donnant d’ailleurs par là même une visibilité importante.

[5] On peut y découvrir que c’est « a convivial place at the crossroads of life sciences, learning and digital sciences ». Selon le script du documentaire Demain l’école, « le CRI qui fait figure de référence en termes d’innovation dans l’éducation ».

[6] Titre souvent transformé en un plus prestigieux « titulaire de LA chaire UNESCO etc. », par exemple ici.

[7] On peut lire ici encore un portrait sans concession, féroce même : « François Taddei, chercheur interdiscipliné », Le Monde, 21 mars 2013. 

[8] Il suffit de comparer son rapport pour l’OCDE écrit en 2009, lourd, parfois brutal et les deux derniers rapports pour le MEN ; ou encore de comparer sa conférence TEDx de 2010 et ses dernières interventions et conférences, pour voir à quel point François Taddei a su s’adapter et développer de nouvelles compétences.

[9] « L’éducation et les institutions scolaires connaissent actuellement des changements inédits et rapides dans le monde entier. Le contexte socioéconomique, en pleine mutation, et les bouleversements qui affectent nos sociétés globalisées obligent les enseignants à faire évoluer leurs pratiques », écrit Pascale Haag pour promouvoir les lab schools elles-mêmes parées de toutes les vertus par François Taddei (in AOC, 3 septembre 2018).

[10] Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p. 69.

[11] Ibid., p. 38.

[12] Ibid., p. 63

[13] Ibid., p. 64.

[14] Par ailleurs, la stature institutionnelle de François Taddei (rapports pour OCDE, ministres, directeur du CRI etc.) et le fait que des territoires deviennent solennellement « apprenants » en la co-présence de François Taddei et de cadres de l’Éducation Nationale sont, en soi, des signes de son aspiration à renforcer une horizontalité très hiérarchique, à l’image des open spaces.

[15] Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p. 67

[16] « Comment construire une “société apprenante” : les réponses de François Taddei », blog Le Monde d’Olivier Rollot, 12 juin 2017. 

[17] Écoles supérieures du professorat et de l’éducation, qui forment les futurs personnels enseignants.

[18] Rapport pour l’OCDE, p. 10 à 12.

[19] Il est hélas coupé dans son élan lyrique par le philosophe et animateur de radio Étienne Klein, mais explique ensuite que lui-même tient ce « carnet de l’apprenant » chaque soir en partageant sur Twitter et en proposant l’ajout d’un bouton « I learn ». Émission déjà citée, à partir de 55’35.

[20] Cf. le Rapport pour l’OCDE : « L’adaptabilité et l’exploration sont capitales pour toute espèce vivant dans un environnement qui se transforme, dans lequel des mécanismes générateurs d’innovations sont sélectionnés. Les métaphores biologiques décrites nous aident à comprendre pourquoi la créativité humaine revêt une importance croissante alors que notre environnement se transforme toujours plus vite grâce au développement exponentiel de la science et des technologies de l’information et de la communication. Pourtant, les systèmes éducatifs évoluent plus lentement que la société dans son ensemble et l’éducation traditionnelle n’est pas idéalement organisée pour promouvoir de façon optimale la créativité et l’aptitude à renouveler nos connaissances. »

[21] « L’informatique et les sciences du numérique, notamment, peuvent aider à tirer parti du foisonnement des traces digitales d’apprentissages et faire face aux enjeux multiples du traitement de données qui appellent une complémentarité entre les intelligences humaine et artificielle. » Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p 14.

[22] « 6. Penser un centre sécurisé de données numériques de l’éducation et de l’apprendre tout au long de la vie. Il favorisera le suivi des trajectoires au-delà des actuelles barrières entre les bases de données des différents ministères, et augmentera grandement les possibilités des programmes scientifiques les exploitant pour faciliter les orientations et les évolutions personnelles et professionnelles. » Ibid., p 55.

[23]Franck Amadieu et André Tricot, Apprendre avec le numérique. Mythes et réalités, Paris, Éditions Retz, 2014, p. 96-98.

[24] Émission de France Culture cité précédemment.

[25] Il rejoint curieusement les délires de l’entreprise Cisco « beyond the school, beyond the university ».

[26] Franck Amadieu et André Tricot, Apprendre avec le numérique. Op. cit., p. 98.

[27] Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p 60.

[28] Mélanie Mermoz, « Parlez-vous manager ? Tous agiles ! », L’Humanité, 11 août 2018.

[29] « Pour faire émerger un écosystème territorial apprenant, il est indispensable de faciliter les rencontres et les synergies sur la formation et la pédagogie, dans et en dehors des établissements scolaires et d’enseignement supérieur et de recherche. Ces lieux permettront de penser des actions qui peuvent impliquer tous les acteurs motivés, institutionnels ou associatifs, publics ou privés, mais aussi de fédérer les individus et les familles, les retraités ou les étudiants, tous pouvant être acteurs et porteurs de projets innovants favorisant le vivre ensemble et l’innovation construite collectivement. » Un Plan pour co-construire la société apprenante, op. cit., p 47.

[30] Amélie Hart-Hutasse et Christophe Cailleaux, « Qui a eu cette idée folle, un jour de vendre l’école ? », Le Club Mediapart, 17 septembre 2017.

[31] Il est intéressant de noter que FT fait mention des entrepreneurs sociaux, après avoir dit quelques secondes auparavant en faire partie lui-même.

[32] Dans l’émission de France Culture Être et savoir du 16 septembre 2018, interrogé par Louise Tourret sur la création « d’écoles alternatives » par des fondations d’entreprise aux États-Unis, François Taddei minimise le risque qu’un tel modèle ferait peser sur le service public d’éducation en France. Il prône comme modèle transposable à la recherche dans les « sciences de l’apprendre » celui de la recherche médicale : l’argent des laboratoires pharmaceutiques, celui des pouvoirs publics, et la philanthropie se conjuguent harmonieusement. Il en vient à faire le parallèle entre Jeff Bezos le patron d’Amazon (qui vient d’annoncer la création d’un fonds de 2 milliards de dollars pour investir notamment dans des écoles maternelles) et celles et ceux qui choisissent de donner pour le Téléthon…

[33] Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p. 33. « Ashoka, une organisation internationale à but non lucratif, accélère l’innovation sociale en soutenant les solutions les plus impactantes dans tous les domaines de la société, notamment l’éducation et l’apprentissage de nouvelles compétences »

[34] Voir notre article déjà cité « Qui a eu cette idée folle, un jour de vendre l’école ? ».

[35] Dernier indice de ces « synergies », repérable au moment où nous achevons cet article : Blanquer a récemment inauguré un de ces épicentres de la « disruption » au sein du ministère, appelé le « 110 bis ». Ce dernier accueille les 27 et 28 septembre 2018 les « Paris EdTech Days », événement destiné à célébrer en grande pompe le financement public des marchands numériques d’éducation (multinationales et startups). On ne sera pas étonné d’y retrouver plusieurs membres du CRI, pour l’occasion présenté comme « a university with strong appeal to Edtech » (voir la page).

[36] Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément et Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, 2011.

[37] Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p. 49.

[38] Or, comme le rappellent M Clevenot et D. Douyère cette vision des choses ignore les conditions matérielles de production – et c’est central chez Taddei.

[39] Un Plan pour co-construire la société apprenante, 2018, p. 18 :passage édifiant sur le carnet d’apprenant… qui suit tout au long de la vie. Qui bien sûr facilite l’intégration des migrants (p. 26).

[40] Ibid., p. 31 : « la tendance est au micro-diplômes ».

[41] Ibid., p 53 entre autres…

[42] Ibid., p 70.

[43] Ibid., p 16.

[44] Ibid., p 17 à 19 entre autres.

[45] Sans rire : « Je me propose de transformer l’académie de Dijon en académie apprenante ».

[46] Jean-Baptiste Malet « Le système Pierre Rabhi », Le Monde Diplomatique, août 2018.

 


4 réponses sur “François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante »”

  1. Les spécialistes de l’évolution seraient unanimes pour dire que l’analogie et la comparaison qu’il fait entre l’humain et les fourmis sont invalides sur le plan scientifique et scandaleuses sur le plan philosophique.
    Les scientifiques se sont justement de longue date demandé comment un arthropode, la fourmi, d’une branche évolutive fort éloignée de la nôtre, pouvait adopter de tels comportements sociaux, et surtout si efficaces, avec un cerveau rudimentaire.
    De là a été utilisé le terme d’intelligence collective, qui est un succédané de celui d’émergence (le tout est plus que la somme de ses parties).
    Des mathématiciens comme John Conway se sont approprié le concept pour réfléchir à l’émergence de formes à partir de règles simples (le fameux « jeu de la vie ») avec des « automates ».
    Le cadre conceptuel est à la base de l’intelligence artificielle qui a subi une période de longue stagnation avant les découvertes récentes d’apprentissage profond.
    Mais revenons à nos fourmis. Justement elles n’ont pas « d’intelligence » individuelle.
    À la différence de nous, elles n’ont pas de libre arbitre. C’est bien pratique une société apprenante, sans libre arbitre.
    Cela serait certainement une société plus efficace, ou plus efficiente. Il n’y aurait peut être pas de réchauffement climatique par exemple dans une société apprenante. Mais est ce que cela serait une société humaine ?
    Ce type fantasme une société de robots humanoïdes.

  2. J’ai lâché l’article assez vite. Long, creux et qui critique des choses qui me paraissent naturelles. Un exemple : ce scientifique a rédigé le MÊME rapport (ou similaire) pour deux ministres pourtant antagonistes… hahaha! Ben oui, c’est un peu le principe, tu ne changes pas tes découvertes pour le plaisir ou selon les idéologies au pouvoir… Et votre novlang à vous est indigeste.
    Soyez plus simples vous serez d’autant mieux entendus…

  3. Et puisque le carnet Zilsel aime les canulars, voici un extrait de texte dans une revue « référencée HCERES », dont on se demande quels sont ses critères d’évaluation:
    L’École en tant qu’« institution imaginaire de la société» est affectée par un changement de paradigme sociétal qui en questionne le sens dans la double acception de signification et de direction. L’École, hier lieu de définition du sujet discipliné, est aujourd’hui aux prises avec un sujet trans-moderne , un individu cyborg (…). L’espace interne de Savoir-Relation doit être dé-fonctionnalisé par une pluralité des espaces d’éducation modulables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.