Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (1/3)

Francis Chateauraynaud est un chercheur touche-à-tout, original dans l’approche de ses objets – souvent limites – et très en pointe sur le front des études des sciences et techniques. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, fondateur du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) et connu pour avoir créé la notion ô combien populaire de « lanceur d’alerte », il a publié différents ouvrages (La faute professionnelle en 1991, Experts et faussaires en 1995 avec Christian Bessy, Les sombres précurseurs en 1999 avec Didier Torny, et plus récemment Argumenter dans un champ de forces, 2011) qui ont fait date et continuent d’inspirer au-delà de la sociologie, sa discipline native. Autant de bonnes raisons pour que le Carnet Zilsel décide de réaliser un entretien avec lui.
Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin se sont donc rendus le 27 janvier 2014 au « village des irréductibles », sis boulevard Saint-Michel, à Paris, pour engager le dialogue. Quelques allers-retours plus tard, nous livrons un texte riche. Francis revient sur les moments forts de sa carrière, à commencer par sa formation. Il défend une certaine stratégie pragmatique d’insertion dans les milieux qu’il observe et à la vie desquels il participe, en particulier le milieu académique. Les lecteurs intéressés par les développements des sciences sociales en France dans les années 1980 trouveront intérêt à redécouvrir l’effervescence intellectuelle de l’époque, restituée ici par un
 insider perspicace qui résiste aux classements et aux modes d’emplois.
Comme l’entretien est très long, il sera réparti en trois billets.

Confrontation castelologique (Copyright : Francis Chateauraynaud)

Avant toute chose, j’aimerais faire part de mes réserves à l’endroit des exercices autobiographiques. Ils sont sans doute pertinents à certaines occasions, mais, globalement, alors qu’il y a d’immenses tâches d’enquêtes et d’analyses devant nous, on assiste à une dérive narcissique importante dans les milieux intellectuels – cela devient tendance de se raconter, au point qu’il faudrait peut-être instaurer une forme d’egotaxe dont la collecte serait reversée au profit du fonctionnement ordinaire des unités de recherche… Ces réserves portent sur plusieurs aspects puisqu’au gré de la discussion, il y a des éléments personnels sans grand intérêt qui surgissent, ainsi que la description de rencontres ou de ruptures qui ont eu des conséquences plus ou moins fortes, et dont le récit peut parfois être lu comme une sorte de règlement de comptes. Pour avoir fréquenté pendant de nombreuses années la galaxie qui s’est formée autour de personnalités imposantes de la sociologie française, comme Bruno Latour ou Luc Boltanski, dont j’ai fini par m’éloigner, décrire ma trajectoire intellectuelle peut prendre la forme d’un roman à clés, dans lequel se déploie une succession de confrontations théoriques, de jeux institutionnels, de mouvements collectifs et de relations personnelles, le tout ayant été fort chargé en tension émotionnelle. Comme le risque de dévoilement, et d’instrumentalisation, est loin d’être négligeable, je choisis d’interpréter l’exercice que vous proposez comme le prolongement d’un processus réflexif de longue haleine sur la construction, dans un moment assez particulier de la sociologie, d’objets qui n’allaient pas de soi, ce que d’aucuns appelleraient sans doute des « objets frontières ». D’ailleurs, autant que les objets, ce sont les instruments et les chemins d’enquête qu’il importe de rendre plus perceptibles et intelligibles – et de ce point de vue, se ranger sous telle ou telle bannière, comme par exemple « la sociologie pragmatique », est bien insuffisant. J’ajouterai que l’exercice de l’entretien n’est pas non plus celui du séminaire. À l’EHESS, où j’anime des séminaires depuis le début des années 1990, il y a, en séance, une liberté de questionnement, d’exploration et de discussion assez exceptionnelle, très éloignée des dispositifs communicationnels tournés vers un public indéterminé, anonyme ou distant. A ce propos, la tendance actuelle des MOOC, qui pénètre l’EHESS, via le PRES Hesam, à travers le double argument de l’impératif de visibilité et de l’accès de tous aux savoirs, au nom d’une transparence totale, fait peser un risque sur la fabrique des recherches. Plus les formats de communication seront impliqués en amont, moins il nous sera possible d’explorer librement les différents chemins que peut emprunter une enquête ou une discussion : il faudra être bref, clair et précis, ne plus dériver, anticiper la réception à distance, entrer dans des boucles d’évaluation, et donc éliminer au maximum tout ce qui apparaîtra brouillon, incertain, infondé… La définition des lignes de recherche ne se fera plus dans des séminaires mais dans des ateliers conçus pour déployer les tâches prévues dans les « workpackages » des projets financés ou dans les formations conformes aux maquettes validées en haut lieu…

Soit ! Mais il faut bien nous donner quelques éléments biographiques pour planter le décor ! Pourrais-tu commencer par situer le début de ta carrière, en particulier les lieux où tu as été formé aux sciences sociales, notamment l’École des hautes études ? Comment s’est opéré le rapprochement avec Luc Boltanski, mais aussi Pierre Bourdieu, dont tu suivais le séminaire ? Comment as-tu défini ta propre façon d’envisager la sociologie à partir de ce stock de connaissances à disposition ?

Pour limiter mon egotaxe, je me contenterai de confirmer ce qu’indique Wikipedia : je suis né dans une ville de province, au tout début des années 1960. Je ne pense pas qu’il y ait le moindre intérêt à raconter ma vie périgourdine qui a duré jusqu’au Baccalauréat. Aussi, je propose de partir de Bordeaux, où j’ai fait mes premières études, sur le campus de Talence. A l’époque, je faisais beaucoup de musique, et j’envisageais sérieusement de m’y consacrer à plein temps, quitte à passer par la filière des ingénieurs du son – mes connaissances en électronique me donnaient quelques chances au concours. Mais au cours de l’année 1980, j’ai été quelque peu détourné de cette première trajectoire. Qui me croira si je dis que je me suis inscrit en sociologie par hasard ? Par des réseaux d’amitiés sur le campus, j’avais découvert parallèlement le monde des Lettres et des Sciences Humaines. Désireux de rester encore étudiant quelque temps, j’ai cherché un moyen de poursuivre des études dans ce domaine, et j’ai monté un dossier de demande de poste de surveillant. Comme il fallait présenter une carte d’étudiant, deux événements successifs m’ont aidé à choisir la discipline et à m’inscrire en sociologie à Bordeaux II : Alain Accardo, qui avait une influence notable à l’époque sur pas mal de mes amis, avait fait venir Bourdieu à Bordeaux, peu après la sortie de La Distinction ; ses étudiants, quelque peu prosélytes, m’avaient mis entre les mains Questions de sociologie (Bourdieu 1980). Cela sonnait différemment de ce que j’avais entendu chez les militants de Gauche et d’Extrême-Gauche, tout en ayant une claire tonalité critique. Je me suis lancé corps et âme, dans la lecture de grands textes de sociologie, avec des lunettes bourdieusiennes, cela va de soi. À Bordeaux, je suivais les cours de François Dubet, qu’il m’arrivait d’interpeller en cours et qui me rabrouait vertement, c’était sportif et très Sud-Ouest comme ambiance. Je suivais aussi les cours de François Chazel, qui introduisait pas mal d’auteurs américains et, à l’opposé de l’échiquier sociologique, ceux de vieux marxistes althussériens, grâce auxquels j’ai passé plus d’un semestre à étudier ligne après ligne l’Introduction à la critique de l’économie politique de Marx !

Campus de Nanterre (Copyright : Gongashan, via Flickr)
Campus de Nanterre (Copyright : Gongashan, via Flickr)

Ayant le sentiment que la sociologie enseignée à Bordeaux ne me permettrait pas de trouver ma voie, j’ai quitté la province pour continuer mes études à Nanterre – après avoir obtenu un poste de surveillant à Rueil-Malmaison. A Paris X, l’offre sociologique n’était pas beaucoup plus palpitante – à l’exception du séminaire de Jean Baudrillard, où je découvrais en même temps ce qu’est un rendez-vous mondain… J’allais surtout écouter les philosophes, les anthropologues ou les économistes. Ces disciplines étaient d’un bon niveau à Nanterre – en philosophie on étudiait déjà Habermas. Je me suis également nourri de sémiologie, de psychanalyse, d’études en cinéma… Bref, tout ce qui était autour de la sociologie. Et comme ma fascination pour la théorie de Pierre Bourdieu n’avait pas faibli, et qu’elle n’était pas relayée à Nanterre, j’allais suivre ses cours au Collège de France. Cours qui se déroulaient dans une ambiance quasi-religieuse. Cela m’irritait un peu, car il y avait chez les disciples de Bourdieu que je fréquentais à l’époque, une quête de complétude dont je ne parvenais pas à m’arracher moi-même – seuls des gens de Nanterre m’en faisaient prendre conscience en ironisant sur la « chapelle ». Ce point est important, car dès cette époque – nous sommes entre 1982 et 1984 – j’ai commencé à développer une forme de défiance, d’abord très intériorisée, puis plus explicite, vis-à-vis des systèmes théoriques de grande portée. Mais, pour mes interlocuteurs, enseignants compris, entre 1982 et 1984, je suis un bourdieusien intégral. Je lisais tout et je ne sautais jamais la moindre footnote. La sociologie des champs et des habitus s’appliquait à tout, colonisait la vie quotidienne, et celle du pion en particulier, bref elle remplissait tout.

Alors que je ne savais pas trop où tout cela pouvait me conduire, mon travail de maîtrise s’est révélé assez décisif. J’avais investi le terrain médical, en m’intéressant aux médecines parallèles. Dès cette époque, on voyait venir une forte poussée de l’homéopathie, de l’acupuncture et bien d‘autres disciplines ou thérapies alternatives. Contre l’avis de mon directeur de mémoire je me suis lancé dans une enquête assez poussée auprès de médecins. J’avais attaqué le sujet avec des hypothèses bourdieusiennes assez classiques, fondées sur l’idée de stratégies de reconversion de positions dominées du champ médical, mais cela ne me satisfaisait pas. Il n’y avait pas de lien très clair entre les trajectoires, les positions des différents médecins et le jeu complexe entre médecine libérale et médecine publique. Je comprenais aussi, peu à peu, que l’enquête fonctionnait comme un espace d’expression pour les médecins que j’interviewais, tous en quête de légitimité : je devenais peu à peu un porteur de leur cause, supposé rendre justice à l’authenticité de leurs pratiques – alors décriées voire sanctionnées par le Conseil de l’Ordre. Suivant des séminaires autour de la psychanalyse, j’avais lu le livre de Daniel Friedmann consacré aux guérisseurs (1981). La théorie du don qu’il avait développée montrait l’importance de l’échange relationnel entre guérisseur et patient, l’efficace propre de la qualité de la relation, c’est-à-dire la capacité de donner et de prendre, et cela m’apparaissait détruit ou réduit à peu de choses par la dialectique du champ et de l’habitus.

Facade de la MSH, 54, bd Raspail, à Paris, en 2007 (Copyright : André Gunthert, via Flickr).
Facade de la MSH, 54, bd Raspail, à Paris, en 2007 (Copyright : André Gunthert, via Flickr)

Dans le mémoire que je rends au cours de l’été 1985, je décris une tension entre deux formes de capital, le capital médical et le capital thérapeutique. L’expression même de « capital thérapeutique » posait problème mais je cherchais à rester cohérent avec le cadre initial. Cette forme de capital rassemblait d’autres ressources que les savoirs, les titres et les procédures objectivés, en ouvrant sur l’art de la guérison, la qualité du lien thérapeutique ainsi que la réputation de guérisseur – beaucoup des médecins interrogés jouissant d’une forme de notoriété informelle, transmise par les patients de bouche à oreille. Il n’y avait pas de révolution conceptuelle mais cette approche à partir de la tension entre logique médicale et logique thérapeutique marchait assez bien. Arrivé à ce point de mon parcours, je dois souligner le rôle de Nicolas Dodier, qui m’a aiguillé vers Claudine Herzlich, ce qui a précipité mon passage de Nanterre à l’EHESS. La sociologie de la médecine et de la santé, c’était, dans les années 1980, un tout petit monde – ça l’est encore d’une certaine manière. Comme j’avais repéré les travaux de thèse de Dodier sur la maladie et la médecine dans les relations de travail, je l’ai contacté, et il m’a conseillé de m’inscrire en DEA avec Claudine Herzlich. Claudine c’est quelqu’un qui a beaucoup compté pour moi et à qui je dois largement mon élection comme Maître de conférences à l’EHESS une dizaine d’années plus tard. Dès fin 1985, elle me propose de publier un article dans Sciences sociales et santé (Chateauraynaud 1986). Là, pour rebondir sur mon propos liminaire quant à l’impératif de pertinence biographique, je pense qu’on est dans le cœur du sujet : sans le succès relatif de cette enquête inédite sur les médecins, je n’aurais sans doute pas rejoint l’EHESS et surtout pas mis le pied à l’étrier en publiant un premier article. Et même si c’est anecdotique, je crois bien que c’est à ce jour mon seul article appuyé sur une analyse factorielle. Un point important ici est que cet article parvient à se faufiler entre plusieurs écoles : il ressemble à une approche façon Bourdieu, il intéresse Herzlich et les spécialistes de la santé, et on y trouve déjà du Thévenot à propos des catégories ou du Latour sur l’exigence de symétrie, et il n’y a pas de rejet a priori des interprétations psychanalytiques ou autres… En faisant cet article, je découvre que la sociologie permet à la fois de construire littéralement des objets jusqu’alors refoulés comme sans intérêt ou illégitimes, de mettre en tension des concepts et des logiques d’enquêtes, et de travailler de nouvelles hypothèses à partir des points de rupture des travaux antérieurs. Au fond, c’est cette logique de recherche, déjà pragmatiste, qui sera à l’œuvre dans la formation d‘objets exclus du répertoire comme la faute professionnelle, les faussaires, ou plus tard les lanceurs d’alerte…

Tu entres au bon moment, car à l’époque, au milieu des années 1980, cela bouge énormément dans la sociologie française…

Absolument. Je suis entré dans un moment d’ébullition assez exceptionnel, un véritable foyer de reconstruction des sciences sociales, l’œil du cyclone en quelque sorte. Si les interactions étaient déjà concentrées autour de Boltanski et Thévenot d’un côté et de Callon et Latour de l’autre, il y avait toutes sortes de gens, Desrosières et Pollack, Orléan, Eymard-Duvernay, Salais, mais aussi Quéré, Pharo, Conein, Dulong, Ogien, toute une bande qui explorait des voies assez différentes et qui préparait l’émergence de la revue Raisons pratiques. Parallèlement, la nouvelle sociologie des sciences était en pleine ascension au cœur de ce petit monde, dont les idées fusaient, ce qui tranchait assez fortement avec le reste de la discipline, qui était devenue la « sociologie classique ». Lorsque Michel Callon fait une présentation de son texte sur « la domestication des coquilles Saint-Jacques » (Callon 1986), c’est tout un monde qui s’ouvre pour moi, comme lorsque Latour vient au séminaire de Boltanski et Thévenot présenter le livre de Steven Shapin et Simon Schaffer, Léviathan et la pompe à air (Shapin, Schaffer 1985). L’humour, l’aisance, le décalage qu’ils incarnaient m’ont incité à suivre aussi le séminaire du Centre de Sociologie de l’Innovation où je sympathise notamment avec Antoine Hennion et Madeleine Akrich qui étaient déjà dans la course à l’époque. Il y avait aussi Pierre Lagrange avec lequel j’aurai beaucoup d’échanges jusqu’à notre enquête commune sur l’affaire de Glozel. En tout cas, ce micro-monde ne cessait d’ouvrir de nouvelles connexions. Avec le recul, j’en garde le souvenir d’un incroyable espace de liberté et de créativité intellectuelles – et je ne suis certainement pas le seul. Ce qu’il faut voir, c’est que dans la même séquence, on pouvait parler couramment le Latour, celui de Laboratory Life, de Pasteur ou de La science en action, le langage des cités et de la philosophie politique associée, de l’ethnométhodologie ou de la sémantique de l‘action, sans oublier l’économie des conventions. Nicolas Dodier pourrait très certainement donner une autre version de cette période au cours de laquelle les échanges étaient d’une très grande densité.

F. Chateauraynaud, La faute professionnelle. Une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié, 1991.
F. Chateauraynaud, La faute professionnelle. Une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié, 1991.

Les trois courants qui se sont affirmés avaient en commun une rupture avec la sociologie de Bourdieu. On peut en retenir un tryptique maintenant bien connu : l’action située, la théorie de l’acteur-réseau et la sociologie des cités. Cela dit, ça n’allait pas sans appréhension ou sans tension, et j’ai vécu très intensément les controverses internes, qui se sont prolongées jusqu’au début des années 1990. Face aux contradictions qu’impliquait le fait de côtoyer tous ces gens, je me suis efforcé de surmonter les tensions épistémiques de l’époque. Dans ma thèse, soutenue en janvier 1990, on trouve deux préceptes qui se sont révélés fructueux pour la suite. Il s’agit d’abord de donner le primat aux questions posées par les objets de recherche et de ne pas projeter de cadre fournissant les questions et les réponses a priori – ce qui est déjà une orientation vers une forme de pragmatisme, au moins celui de James et Dewey. Cela n’empêche pas de « régler des comptes » ensuite avec les modèles théoriques : d’ailleurs, dans le livre issu de ma thèse, La faute professionnelle (1991), comme dans celui co-écrit avec Christian Bessy, Experts et faussaires (1995), la théorie ne survient qu’à la fin et elle est, à chaque fois, mise à l’épreuve des objets traités et non l’inverse. En second lieu, il faut se donner des instruments capables de résister aux effets de codage ou de sélection, lesquels sont inévitables, en dissociant l’espace de représentation des matériaux ou des données et l’espace de représentation des conjectures et des hypothèses théoriques. Et c’est un des piliers de l’épistémologie pragmatique et réflexive développée ensuite dans Prospéro (Chateauraynaud 2003).

Je reviens quelques instants sur cette période d’ébullition. Au-delà des nombreux aspects positifs liés à l’émulation intellectuelle, j’ai pu voir de près ce que produit la quête de maîtrise théorique consistant à placer les travaux des autres sous son contrôle, à utiliser auteurs et concepts comme arguments d’autorité ou de clôture (pour avoir le dernier mot ou définir ce qui est pertinent, ce qui est « tendance » ou « dépassé »). Aussi, avec quelques autres, j’ai très tôt vu la nécessité vitale de ne jamais couper les liens avec le terrain : la surenchère dans la maîtrise théorique peut affecter durablement non seulement les fonctions cognitives supérieures mais aussi le sens pratique le plus élémentaire, et pour éviter ça, rien de tel que l’expérience continue du terrain. En 1986, j’ai ouvert des terrains sur l’expertise psychiatrique, avec notamment des observations participantes aux urgences psychiatriques dans la banlieue nord et à travers le suivi de personnes luttant contre leur qualification de « paranoïaque », dont des pères divorcés ; pour le travail sur la faute professionnelle, j’ai cherché à élargir au maximum la casuistique et les modes d’accès aux litiges, avec une circulation dans de multiples dispositifs, des entreprises aux prud’hommes, des locaux syndicaux à l’inspection du travail ; il en a été de même ensuite pour les recherches liées à Experts et faussaires : à ce moment-là, il nous était demandé de contribuer à stabiliser l’économie des conventions, qui subissait divers assauts théoriques ; et c’est presque l’inverse que nos enquêtes nous ont conduits à faire à partir d’une liste invraisemblable de sites explorés, des puces de Vanves aux salles des ventes à Drouot, du champ de fouilles archéologique de Glozel aux bureaux des douanes ou de la DGCCRF… Concernant le rapport au courant de l’action située, c’est surtout l’expérience d’observation directe du pilotage d’une tranche nucléaire qui a été la plus marquante. Réalisé en 1993 avec Bernard Conein, ce terrain, peu accessible par définition, a nourri de nombreuses réflexions ultérieures, en donnant un ancrage précis aux discussions, parfois aussi conjecturales qu’interminables, autour des théories de l’action. Ne jamais se laisser enfermer dans un cadre théorique, un espace assertorique dirait Passeron, cela décrit assez bien la manière dont j’ai surnagé à la fois dans et hors du tryptique des « nouvelles sociologies ». En un sens, la posture qui me caractérise le plus c’est d’avoir un pied dedans, un pied dehors, d’avoir toujours une solution de repli sur le terrain, afin de garder la possibilité de construire la bonne distance vis-à-vis des propositions théoriques. C’est une position qui peut irriter car, en général, on aime bien placer les gens dans des tableaux, des espaces ou des cartes, et leur coller un « isme » définitif. J’ai encore rencontré récemment ces difficultés de label et d’identification à travers mes incursions multiples dans le champ de l’argumentation. On y reviendra sans doute.

En réexplorant tes écrits, nous avons découvert que tu as traduit Aaron Cicourel (« Note on the integration of Micro- and Macro Levels of Analysis ») pour un livre que dirigeait Bourdieu et qui finalement est paru sans cette traduction sous le titre Le raisonnement médical (2002). N’est-ce pas étonnant de voir Bourdieu en passeur d’une certaine ethnométhodologie en France ?

Aucun détail ne vous a échappé ! L’affaire s’explique à travers quelques médiations : Philippe Corcuff était fan de Cicourel et tenait absolument à le faire traduire. Comme j’avais travaillé sur la médecine, et utilisé un texte de Cicourel issu de l’ouvrage Toward an integration of micro- and macro- Sociologies édité par Knorr-Cetina et Cicourel en 1981, je me suis trouvé enrôlé dans ce projet de traduction. Lequel a traîné cinq ou six ans. Je me souviens avoir été sollicité par Bernard Conein, qui connaissait bien Cicourel et beaucoup de chercheurs de la côte Ouest des États-Unis, à San Diego notamment, à venir assister à un séminaire de Bourdieu vers 1990 ou 1991. Il s’agissait tout bonnement de faire nombre dans le public car Cicourel était invité à l’EHESS et Bourdieu craignait qu’il n’y ait personne – de fait on n’était pas très nombreux. L’ethnométhodologie, Bourdieu pensait en avoir digéré l’essentiel en y voyant la description fine de l’usage ordinaire des catégories de classement – cela est perceptible dès son Esquisse d’une théorie de la pratique (Bourdieu 1972), lorsqu’il parle de Garfinkel. Bref il y a eu un gros effet retard avec cette traduction de Cicourel, et quand le projet a été lancé par Corcuff, le clivage entre la sociologie de Bourdieu et les sociologies émergentes n’était pas encore très clair – ou plutôt, occupés sur d’autres fronts, faisant face à des ennemis héréditaires liés à Boudon, Crozier ou Touraine, et déterminés à triompher, les bourdieusiens n’avaient pas perçu la poussée de redoutables concurrents dans le réseau encore très informel des « nouvelles sociologies ». C’est ce dont témoigne d’ailleurs l’opération d’œcuménisme effectuée par Philippe Corcuff, dans son petit livre sur Les nouvelles sociologies (Corcuff 1995) puisque Bourdieu et Giddens sont au premier rang dans la liste les nouveaux sociologues. Quant au fait que Bourdieu fasse passer une forme d’ethnométhodologie, ce n’est pas très différent de la manière dont il avait très tôt incorporé une grande partie de l’œuvre de Goffman. Il faisait traduire Goffman dans sa collection aux Éditions de Minuit, alors même que sa théorie critiquait l’interactionnisme tout en reprenant la dimension critique des institutions et de la sociologie « structuro-fonctionnaliste ». Bourdieu a longtemps joué le décalage par rapport aux sociologies dominantes, mieux insérées dans l’université française.

Bourdieu, point de passage obligé (Photo : Patrick Messina, via Telerama.fr)
Bourdieu, point de passage obligé (Photo : Patrick Messina, via Telerama.fr)

Précisément, ce qui a été marquant au début des années 1990, c’est la découverte par des cercles de plus en plus larges des sciences sociales, de la rupture de Luc Boltanski, Laurent Thévenot et Alain Desrosières avec Pierre Bourdieu. La tentative de compromis qui tenait surtout sur la personne de Michael Pollak, décédé prématurément (en 1992), a été infructueuse. Globalement, dans la période de rupture, peu de gens sont restés dans la zone grise… Philippe Corcuff, qui va se radicaliser politiquement dès ces années-là, en particulier à l’occasion du mouvement social de décembre 1995, est un des seuls à être parvenu à nouer des cordes des deux côtés, ce qui n’est pas allé sans crise d’ailleurs. Il faut dire que l’entrée en politique de Bourdieu, dans les années 1990, avec La misère du Monde (1993), puis, à partir des grèves de 1995, avec son orientation militante et anti-néo-libérale, a produit des reconfigurations d’alliances et suscité différentes vocations : pour les uns il était urgent de reprendre le flambeau d’une théorie sociologique devant rester ancrée dans le jeu académique (je pense à Bernard Lahire par exemple) ; pour d’autres, le verrou de la critique avait sauté, ou plutôt avait changé de mode, et il s’agissait de se lier davantage aux mouvements altermondialistes ; pour d’autres encore, il convenait de recomposer des alliances en redéfinissant les programmes de recherche, avec une dimension internationale beaucoup plus affirmée.

Reprenons le fil chronologique de ton parcours de recherche. Tu termines ton mémoire de Maîtrise sur les médecines alternatives. Comment poursuis-tu tes enquêtes et comment abordes-tu ta thèse ?

Avant de m’inscrire en DEA à l’EHESS sous la direction de Claudine Herzlich, j’avais été marqué par deux textes : l’article de Luc Boltanski sur « La dénonciation » (Boltanski 1984), qui m’avait fortement déstabilisé dans un premier temps, puis convaincu que l’on pouvait déplacer la problématique de la domination ; le premier ouvrage en Français de Bruno Latour, Les microbes (1984) que j’avais lu d’une traite, lors d’une nuit blanche sur le pont d’un bateau, et qui avait fonctionné comme une illumination ! Au cours de l’année 1985 et 1986, je découvre via les séminaires l’ampleur des travaux lancés par ces deux transfuges de la planète bourdieusienne, mais je reste à distance car je suis inscrit en DEA avec Claudine Herzlich. L’objet de mon DEA est pour le moins atypique dans l’espace de la sociologie francophone : comment est posé un diagnostic de paranoïa ? Je passe une partie de mes journées à la bibliothèque de l’hôpital Saint-Anne et l’autre partie sur des terrains multiples. Je peux dire que pendant six mois environ, je suis devenu totalement ethnométhodologue, ce qui a fini de m’éloigner de Bourdieu. En m’inspirant de travaux nord-américains, j’essaye de démêler un sujet compliqué, marqué par Foucault et l’anti-psychiatrie. Concrètement, il s’agit de savoir comment surgit une qualification de paranoïa et comment les acteurs en présence jugent de cette qualification. Apparemment, ce que j’en propose colle aux attentes du moment puisqu’après mon DEA, fin 1986, c’est un peu comme dans le mercato du football, Boltanski et Thévenot se disent : « celui-là, il nous le faut ! ». Et, du coup, après avoir hésité à rejoindre le Cermes, le centre de Claudine Herzlich lié à l’INSERM, je suis recruté au Centre d’Études de l’Emploi (CEE) pour y introduire la bonne parole des Economies de la grandeur. En accord avec François Eymard-Duvernay, économiste, alors directeur du CEE, deux sujets de thèse me sont proposés au choix : le recrutement ou la faute professionnelle. Spontanément, je prends le deuxième. Les seules contraintes qui figuraient dans le cahier des charges étaient : primo, que mes terrains soient en rapport avec le monde de l’entreprise ; secundo, que je développe des descriptions donnant une base empirique aux tensions théorisées par le modèle des Cités ; tertio, que je fasse ma thèse en trois ans.

Cités à réciter = cécité ?
Cités à réciter = cécité ?

Si je finis ma thèse dans les délais impartis, soit fin 1989, je resterai finalement 8 ans au CEE, jusqu’en 1995. Dès mon entrée, j’y ai connu d’excellentes conditions de travail, avec bureau, secrétariat, photocopieuse, centre de documentation. Mais, au plan intellectuel, la greffe des éléments introduits par Laurent Thévenot est lente et douloureuse – j’aurais mille anecdotes, mais je préfère m’en tenir aux aspects « scientifiques ». A l’époque Thévenot cherche à enrôler autour de lui à travers un programme intitulé Protée (Programme de Recherche et d’Opérationnalisation sur les Topiques de l’Equité et de l’Equivalence) et ma recherche doctorale est supposée s’y inscrire. Au début, je suis très discipliné. A tel point que j’écris un draft dans lequel je développe ce que j’ai compris des six fameuses cités, dont ils n’arrêtaient pas de parler dans les séances du séminaire, sans que rien ne soit fixé dans un texte – accessible en tout cas. Or pour tenir mon programme, il me fallait les définir concrètement ! Suivant la procédure interne, je dépose le draft d’une trentaine de pages au secrétariat du directeur scientifique du CEE. Un ou deux jours plus tard, le directeur scientifique, qui n’est autre que Thévenot, me convoque et me demande de ne pas diffuser ce texte. Il m’explique que l’on ne me demande pas de théoriser mais de faire remonter des cas du terrain. Je rétorque alors qu’il m’est difficile d’attaquer un tel terrain sans repères préalables puisque la faute professionnelle n’est pas quelque chose que l’on trouve facilement… et c’est ainsi qu’au fil de la discussion, il me demande de lui composer une note de synthèse sur les modèles de justice à l’œuvre dans la revue Droit social. Ce fut une expérience inoubliable : la lecture de plus de trente ans d’analyse et de commentaire de jurisprudence a sur moi un impact considérable et pendant des mois, je n’arrête pas d’entrer et sortir de la sociologie pour pénétrer des raisonnements juridiques dont j’apprécie la consistance logique – et la portée sociale. Et de fil en aiguille, tout en commençant mes enquêtes de terrain, je fréquente de plus en plus de juristes du travail – notamment autour d’Antoine Lyon-Caen. L’air de rien, j’ai appris à raisonner à la manière des juristes, et lorsque j’interviens dans les séminaires de Boltanski et Thévenot ça se sent et ça produit de plus en plus d’accrochages. De fait, même si l’objet de ma thèse portait sur la formation des tensions entre principes de justice au travail, dont l’accusation de faute était en quelque sorte la résultante, la casuistique de ma thèse était par nature très juridique. Or, je voyais bien que quelque chose clochait lorsque j’essayais d’articuler les cités avec le droit. Les pratiques du raisonnement juridique rendaient visibles deux plans exclus par la simple référence à une « logique civique » : la puissance de la rhétorique dans la présentation des causes et, en face, la technicité dans les jugements – difficile de réduire ça à l’opposition d’une « logique inspirée » et d‘une « logique industrielle » ! Bref, l’air de rien, sans chercher la bagarre, je découvrais que les fameuses cités étaient d’une légèreté incroyable et que le raisonnement sociologique qui les portait était bien fragile face à la puissance du droit. Une tension que je redécouvrirai bien plus tard dans le domaine des risques, autour du principe de précaution…

Au début de mon travail de thèse, je continue de suivre des séminaires divers et en particulier celui d’Alain Desrosières et de Michael Pollak qui proposent une mise en histoire des instruments des sciences sociales, et en particulier la statistique. Or, au CEE, j’ai entre temps sympathisé avec des statisticiens, fascinés par les questions sociologiques, Bernard Gomel et Gilbert Macquart. En discutant, on a décidé de créer un espace expérimental pour organiser le test des conjonctures théoriques sur les cités, les mettre à l’épreuve de la pratique. Cela revenait à examiner les conséquences de l’application d’un corps de règles. Thévenot était très intéressé par cette initiative et nous a accordé quelques moyens. Mais rapidement, nous concluons qu’il faut laisser les utilisateurs définir eux-mêmes leurs propres catégories. Thévenot n’est pas du tout d’accord avec cela, ce qui amorce un processus de divergence, dont on peut dire après coup, qu’il était irréversible. On évite le conflit ouvert de très peu et, en insistant lourdement, je réussis à faire recruter un informaticien, Jean-Pierre Charriau, qui surgit au cours de l’année 1990 au Centre d’Etudes de l’Emploi…

Fin 1989, j’ai terminé ma thèse. Outre une énorme partie empirique, elle contient une mise à plat des grands systèmes théoriques qui s’imposent à moi : la sociologie de Bourdieu, et en particulier son rapport au déterminisme, les principes de l’ethnométhodologie, la théorie d’Habermas, la théorie de l’acteur-réseau de Latour et Callon, les Économies de la grandeur. Toutes ces grandes approches sont soumises à une même épreuve de congruence, pour laquelle je prends appui sur Wittgenstein et sa conception des jeux de langage : il en ressort l’idée que tout système de propositions théoriques a tendance à forcer les choses sur les bords, alors même qu’il perd en acuité et en pertinence, précisément parce qu’il cherche à réduire les signes d’incomplétude que rendent manifestes les cas limites. En somme, c’est une invitation à forger de nouveaux concepts pour couvrir les zones qui échappent aux énoncés sociologiques déjà formalisés. Une première façon donc d’être pragmatique.

Fin de la première partie. Suite à venir dans un prochain billet.

 

 Propos recueillis par Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

Références citées

Boltanski, L. (avec Y. Daré et M.-A. Schiltz), 1984, « La dénonciation », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 51 : 3-40.
Bourdieu, P., (ed.), 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil.
Bourdieu, P., 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Genève, Droz.
Bourdieu, P., 1980, Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.
Callon, M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année Sociologique, vol. 36 : 169-208.
Chateauraynaud, F., 1986, « Les médecins et les techniques de soins non allopathiques. Modes d’installation et formes de capital thérapeutique », Science Sociales et santé, vol. IV, n° 3-4 : 5-49.
Chateauraynaud, F., 1991, La faute professionnelle. Une sociologie des conflits de responsabilité, Paris, Métailié.
Chateauraynaud, F., 2003, Prospéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS éditions.
Chateauraynaud, F., Bessy, C., 1995, Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.
Circourel, A., 2002, Le raisonnement médical. Une approche socio-cognitive, Paris, Le Seuil.
Corcuff, P., 1995, Les nouvelles sociologies, Paris, Nathan.
Friedmann, D., 1981, Les Guérisseurs. Splendeurs et misères du don, Paris, Métailié.
Latour, B., 1984, Les Microbes.Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, Métailié.
Shapin, S., Schaffer, S., 1985, Leviathan and the Air-Pump. Hobbes, Boyle and Experimental Life, Princeton, Princeton University Press.


Une réflexion au sujet de « Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (1/3) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *