Archives de catégorie : À contre-science studies

Jean-Pierre Vernant, précurseur des Science & Technology Studies ?

Les Science and Technology Studies (STS) se sont fondées sur quelques grands principes épistémologiques : l’activité scientifique n’est pas essentiellement différente des autres activités humaines (il ne sert donc à rien de vouloir chercher les traces d’une autonomie des pratiques) et l’axiologie scientifique (la vérité, la raison) n’est jamais détachée d’un contexte historique donné (il n’existe pas de valeurs transcendantes). Ce ne sont là que deux principes parmi d’autres, mais on peut avancer sans se tromper qu’ils organisent une bonne part des études dans le domaine des STS. Leur succès tient aussi à une certaine forme d’ambiguïté : ce n’est pas parce que la communauté scientifique n’est pas autonome dans les faits qu’elles ne peuvent pas chercher à tendre vers cette autonomie ; l’historicisation des catégories de pensée comme la vérité ou la raison n’oblitère pas, pour autant, leur efficace hic et nunc. Autrement dit, bien qu’ils aient l’apparence d’un relativisme assumé, ces principes peuvent donner lieu à des lectures non relativistes tout à fait fructueuses pour des recherches empiriques. Mais les STS sont-elles vraiment à l’origine de ces positionnements heuristiques prétendument renouvelés ? N’existe-t-il pas des précédents ? On sait l’histoire des sciences humaines et sociales parsemée de précurseurs renvoyés dans l’obscurité d’une chronologie officielle. Laurent Mucchielli (1995) a ainsi démontré que les historiens fondateurs des Annales, Lucien Febvre et Marc Bloch, avaient travaillé à minimiser le rôle d’historiens qui, au début du 20e siècle, avaient proposé, sans la systématiser, une démarche historienne proche (sinon semblable) à celle proposée dans la célèbre revue (Lamy, Saint-Martin 2011).

Jean-Pierre Vernant, portrait tiré du film d'Emmanuel Laborie « La fabrique de soi » (2011, lahuit.com)
Jean-Pierre Vernant, portrait tiré du film d’Emmanuel Laborie « La fabrique de soi » (2011, lahuit.com)

Le cas que je propose d’évoquer ici concernant les STS et leurs principes épistémologiques est un peu différent. Celui dont je prétends qu’il a, bien avant ce que l’historiographie indigène des STS a retenu sous le terme d’« école d’Edimbourg », formulé quelques propositions décapantes sur la façon d’envisager les pratiques savantes n’est pas un chercheur obscur et oublié (comme l’histoire des sciences aime à retrouver). Il s’agit de Jean-Pierre Vernant, décédé en 2007. Helléniste de réputation mondiale, professeur au Collège de France, ancien résistant, proche du Parti Communiste, il a été l’un des fondateurs de l’anthropologie historique. On est loin d’un précurseur isolé dont la mémoire des travaux serait perdue sous la poussière des bibliothèques encombrées. Mais avant de questionner plus avant ce point aveugle d’une historiographie STS vouée à la nouveauté permanente, il est indispensable de revenir sur l’œuvre de Jean-Pierre Vernant et sur ses apports.

Continuer la lecture de Jean-Pierre Vernant, précurseur des Science & Technology Studies ?