Rideau

Mia Wallace : Don’t you hate that?
Vincent : Hate what?
Mia : Uncomfortable silences. Why do we feel it’s necessary to yak about bullshit in order to be comfortable?
Vincent : I don’t know. That’s a good question.
Mia : That’s when you know you’ve found somebody really special: you can just shut the fuck up for a minute and comfortably share silence.
        Pulp Fiction (1994).

Par le présent billet, nous annonçons la clôture du Carnet Zilsel. Nous mettons la clé sous la porte après plusieurs années d’activité : d’abord frénétique, puis moins appliquée depuis 2017 parce qu’une revue est sortie des tuyaux et qu’elle absorbe pas mal d’énergie. Et aussi, parce que le lien entre l’un et l’autre n’est pas si évident à mettre en cohérence.

Vous imaginez bien que ce n’est pas le genre de billet que l’on écrit de gaieté de cœur, et pour cause. C’est que nous y avons consacré beaucoup de temps et d’effort. Nous l’avons fait par plaisir, avec enthousiasme, parce que cela nous plaisait de disposer d’un formidable espace de liberté, hors contraintes académiques et routines bureaucratiques. (Merci, au passage, aux équipes d’Hypotheses.org de faire place à cette expression carnetière qui nous a tant apporté.)

Avec des amis, dont certains ont quitté le navire ou sont partis pour d’autres aventures, nous avions lancé en novembre 2013 ce carnet sans plan établi. Pas de manifeste, surtout pas de manifeste : il s’agissait, en premier lieu, de traiter des sujets qui nous importaient, sans nous poser la question de la réception ni anticiper les coûts de telle ou telle prise de position. Faire, sans théoriser. Des rubriques ont peu à peu émergé, certaines ont bien marché, d’autres, pourtant assez drôles dans l’esprit (Conference advisor), ont dépéri. Il y eut aussi des temps forts, l’expression de sympathies intellectuelles et d’admirations dès le départ (une série d’entretiens, des notes critiques augmentées d’entretiens « flash », des portraits, à commencer par celui d’Edgar Zilsel, des rapprochements avec des collègues dont la pratique du blog nous avaient inspirée), des excursions dans des domaines que nous avons découverts chemin faisant, ou à l’inverse, des moments de franche dispute – via des notes critiques parfois un peu rudes, des échanges par billets interposés, des demandes de réponse –, de réflexions tirées d’exercices de canularologie appliquée, des crispations durables, des interventions sur l’état peu réjouissant du milieu universitaire et de la recherche, en France et ailleurs, des débats sincères aussi sur ce qu’étudier les sciences et les techniques veut dire. L’ensemble s’est ainsi mis en place, au gré des billets, de la centaine (et un peu plus) que comptent nos archives – qui seront toujours consultables ici, tant que la plateforme est dûment administrée. Ces billets étaient parfois très longs, trop longs d’ailleurs, de vrais articles de revue, des brouillons de livre aussi, et c’était une gageure que de les assembler sur un blog… Au total, on pourra dire que ce fut plaisant d’organiser ces publications, de le faire sérieusement tout en injectant ça et là des touches de dérision, par le jeu des illustrations et – nous plaidons coupable – des jeux de mots plus ou moins réussis, des boutades ou des entretiens bidon.

Bien que nous signions à deux, c’est une entreprise collective ; ou plutôt, nous avons entraîné de nombreuses personnes, dont certaines que nous ne connaissions pas personnellement avant 2013. C’était donc plaisant de voir à l’œuvre un partage de centres d’intérêt et une certaine décontraction dans l’expression des points de vue, ce qui ne faisait nullement obstacle à la rigueur. C’est dingue, en passant, combien l’écriture à la Carnet Zilsel nous a contaminés. Ce ton « zilselisé » s’est progressivement affiné, s’est stabilisé ; mais il faut bien dire que le passage en revue est une autre affaire. On plaisante moins, ce qui ne veut pas dire qu’on ne plaisante plus. Ce sont d’autres contraintes qu’il nous a fallu apprivoisées, ça n’a pas été évident au départ, car il n’y a pas de mode d’emploi ni de Les revues pour les nuls à consulter avant de se jeter à l’eau. Alors que l’équipe vient de livrer le cinquième numéro de la revue, nous avons la faiblesse de penser que, d’accord avec les membres avec qui nous collaborons, nous commençons à nous y retrouver. (Teaser : dans un hors-série consacré à la vie des revues de SHS de la formidable revue Tracés, à paraître au printemps prochain, l’équipe presque au complet s’est employée à mettre à plat la philosophie éditoriale artisanale qui anime la fabrication de la revue.)

Si nous cessons d’entretenir le carnet, c’est aussi parce que nous avons pesé le pour et le contre des prises de bec passées. Par exemple, nous pensions avoir crevé l’abcès avec qui vous savez, mais c’était aller trop vite en besogne : ça ne passe toujours pas. Dans un thread sur Twitter animé par la bienveillance et le souci de compréhension de l’Autre, un philosophe et sociologue dont l’un des chefs d’œuvre fut décortiqué sur le carnet s’est cru autorisé à réduire nos publications à un vulgaire « trollage » homophobe, beauf et nous en passons des épithètes diffamatoires et des hashtags insidieux. C’est ridicule, c’est grotesque, ça ne convainc que la fan base réduite de ce monsieur, mais non seulement cela use de lire pareilles accusations, mais en plus cela contribue à entretenir une atmosphère merdique, une mauvaise réputation aussi – ce qui nous met en colère. Quiconque ne s’est pas donné la peine de lire la note critique par laquelle le scandale est arrivé aura tôt fait de prendre aux maux ce redresseur de torts et à travers. Sans compter les insinuations détestables et les intimidations de couloir dont nous nous sommes fait l’écho. Tout cela ne prêterait pas à conséquence si cela restait confiné au microcosme de l’intelligentsia en ligne. Mais force est de constater que cela rejaillit sur la revue, dont nous avions pourtant précisé qu’elle n’est pas à associer mécaniquement au carnet. C’est inacceptable, car le reste de l’équipe ne doit pas subir ces amalgames spécieux. Parce qu’elle occupe désormais la majeure partie de notre temps éditorial, que la livraison de numéros semestriels qui avoisinent les 500 pages demande de la concentration, nous avons donc choisi de marquer la priorité.

Clap de fin. Mais show must go on – ailleurs.

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

 

Image en bandeau : Bird Watching, par Doran, via Flickr, 2007.

Résultats du Prix Nobel 2018 de Sociologie

Communiqué de presse

Après le succès retentissant de son édition 2016, le Prix Une Heure de Peine en l’honneur de Robert Nobel, plus couramment appelé « Prix Nobel de Sociologie », n’a pas été décerné en 2017, parce qu’on a oublié de le faire, hein, voilà, ce sont des choses qui arrivent. Qu’à cela ne tienne, le très courageux Comité à la représentativité approximative et spontanée, constitué exclusivement de qui veut bien y participer et est d’ailleurs assez sympa pour le faire, a décidé de ne pas terminer l’année 2018 sans accomplir son devoir supérieur. Mieux : il a décidé que, désormais, le prix ne serait plus décerné en l’honneur de Robert Nobel, mais en l’honneur de Roberta, laquelle n’existe pas plus que Robert, mais s’appelle toujours Nobel parce que c’est quand même vachement pratique.

Parvenu au terme de tractations et de discussions sur lesquelles nous ne nous étendrons pas et à propos desquelles les futur·e·s historiennes et historiens de la discipline apporteront sans doute des éclairages indispensables, le Comité est fier de récompenser cette année :

Yasmine Bouagga et Lisa Mandel

Pour leur contribution à la diffusion de la sociologie par la création de l’excellente collection Sociorama chez Casterman, qui démontre à quel point il est possible, intellectuellement fécond et super cool d’associer restitution des résultats de la bonne sociologie et bande-dessinée.

Comme chaque année, la prestigieuse dotation du « Prix Nobel de Sociologie » (à savoir une poignée de main et une bière – ou n’importe quelle substance à usage festif[1]) sera remise aux lauréates quand elles le souhaiteront. La mention « “Prix Nobel” de Sociologie 2018 » pourra par ailleurs figurer dans toutes leurs communications officielles (cela marche, un exemple ici).

(Via la page Facebook de Sociorama.)

Par ailleurs, depuis 2016, le Comité exceptionnel décerne également le « Prix de l’Excuse Sociologique en l’honneur de Manuel Valls », visant à récompenser « les moments d’incompréhension patente et désolante de la nature de la sociologie et des sciences sociales – quitte à leur trouver des excuses ». Cette année, ce prestigieux prix, que tant de gens pourraient s’arracher, est remis à

Raphaël Enthoven

Pour tant de raisons qu’il est bien difficile d’en choisir une, mais s’il le faut vraiment nous citerons ce fragment de pensée qui pourrait inspirer des dissertations à la fois intelligentes et sophistiquées, profondes et distinguées, extraite d’un entretien (LVSL.fr, 12 mars 2018) gavé dans les esprits : « Le réel est d’une étoffe dont les moufles du sociologue peinent à saisir la finesse. » D’une prodigieuse inventivité lorsqu’il s’agit de bazarder sa « philosophie de service » partout où un crachoir lui est tendu, l’heureux lauréat fait, ici encore, un tel étalage de son ignorance de ce qu’il imagine être « la sociologie » que l’on s’est demandé si ce n’était pas une parodie.

Raphaël Enthoven, en direct du Salon du livre de Paris, 2010, via Wikipédia.

Le Comité pour l’attribution du prix Une Heure de Peine en l’honneur de Robert Nobel renouvelle ses félicitations aux lauréat·e·s et s’engage à recommencer l’expérience l’année prochaine et aussi longtemps que cela nous amusera. Il invite également toute personne sympa à le rejoindre afin de compenser son manque de représentativité sous le poids du nombre.

Le Comité Roberta Nobel

Crédits logo : @coulmont.
Crédits photo pour le bandeau : Shutterstock, via Nightlife.ca et la fête de la bière québécoise.
© Fondation (Robert) Nobel


[1] Dans les limites de la légalité.

Sortie en librairie du numéro 4 de la revue Zilsel

Ce ne fut pas de tout repos, mais enfin le dernier numéro de la revue Zilsel est aujourd’hui disponible dans toutes les bonnes librairies. Il peut être commandé également sur le site des Éditions du Croquant (envoi franco de port, 19 euros). Le sommaire est copieux et dense, comme d’habitude. 436 pages d’enquêtes, de réflexions qui prennent le temps d’approfondir, de notes critiques, d’articles inédits (Robert K. Merton et Pierre Bourdieu), et un bel entretien avec Marie-Noëlle Bourguet. Le prochain numéro (5/2019) est d’ores et déjà en cours de préparation. Il inclura un dossier Intelligence Artificielle et STS, plus un entretien au long cours avec Liliane Hilaire-Pérez.

Une partie de la rédaction sera présente lors de la soirée de rentrée des Éditions du Croquant, au Lieu-Dit à Paris, le 2 octobre à partir de 19h. Passez donc nous voir !

Dernière chose, de l’ordre du « teasing » : la rédaction de la revue publiera un texte collectif – « Si le roi savait », c’en est le titre – dans un hors-série de l’excellente revue Tracés, à la fin de l’année. L’occasion de mettre à plat une démarche et une stratégie éditoriale qui s’affinent avec le temps.

[Annonce] Séminaire Sciences sociales des sciences et techniques, 2017-2018

Cette année 2017/2018 aura lieu la première saison du nouveau séminaire de sciences sociales des sciences et techniques à l’EHESS. Il est coordonné par Wilfried Lignier (CESSP, CNRS) et Arnaud Saint-Martin (CESSP, CNRS). Des contributeurs du Carnet Zilsel et de la revue Zilsel s’y retrouveront, c’est l’occasion d’échanger autour des recherches en cours, dans un cadre académique mais propice à la discussion informelle. Huit séances sont prévues (13-15h, salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), le 2e mercredi du mois, sauf la première séance de novembre qui aura lieu le 15, puis 13 décembre, 10 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai, 13 juin.

Le séminaire réunit des chercheur·e·s du domaine désormais bien installé dans le paysage académique sous le label Science and Technology Studies. De par la nature des objets d’étude comme la pluralité des méthodes disponibles pour en rendre compte, ce domaine gagne à être dé-confiné. C’est pourquoi la stratégie de recherche mise en œuvre dans le séminaire est doublement interdisciplinaire : d’une part, dans les approches méthodologiques, les théorisations et les cadres disciplinaires mobilisés, qu’ils relèvent de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la science politique ou des science studies ; et d’autre part, à travers la grande variété des terrains et des objets d’étude, lesquels incluent autant les sciences de la nature et les sciences formelles que les sciences humaines et sociales et les humanités. Quels que soient les terrains et les études de cas, les modes de production et de circulation de ces catégories particulières de biens symboliques appellent des protocoles d’enquête inventifs. Interdisciplinaire par nécessité autant que par construction, à l’image du domaine qu’il couvre, le séminaire ne prend pas pour acquise et évidente l’intégration théorico-empirique des sciences sociales des sciences et techniques. C’est, à l’inverse, un défi épistémologique autant qu’une invitation à l’analyse réflexive et collective des conditions intellectuelles et académiques de la recherche en situation d’interdisciplinarité. Prolongeant sur de nouvelles bases l’expérience accumulée autour du séminaire de sociologie historique des sciences humaines et sociales, le séminaire 3ST élargit donc le spectre des centres d’intérêts en même temps qu’il propose de confronter, de façon aussi ouverte que rigoureuse, les démarches et les théorisations. En sorte que le séminaire 3ST entend constituer un forum où interviendront les chercheur·e·s en début de carrière autant que les auteur·e·s les plus confirmé·e·s, les présentations de recherches en cours autant que les livres marquants.

  • 15 novembre, Marine Dhermy-Mairal (Pacte, Sciences Po Grenoble/Université Grenoble Alpes), « Pour une approche processuelle de la scientificité : des enquêtes… de sciences sociales ? ». Discutant : Julien Duval (CSE/CESSP).
  • 13 décembre, Sylvie Fainzang (CERMES, INSERM), « L’auto-médicalisation : sous-partie ou contrepartie de la médicalisation ? ». Discutant : Wilfried Lignier (CSE/CESSP).
  • 10 janvier, Thibault Le Texier (GREDEG-CNRS, Université de Nice), « Le making of de l’expérience de Stanford sur la prison » (1971). Discutant : Nicolas Mariot (CSE/CESSP).
  • 14 février, Sylvain Laurens (CSE/CESSP), « Les militants de la raison. Une sociohistoire des organisations rationalistes françaises ». Discutant : Jérôme Lamy (CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès).
  • 14 mars, Séverine Louvel (Pacte, Sciences Po Grenoble), « Les disciplines sont mortes, longue vie aux disciplines ? Les politiques de l’interdisciplinarité dans la nanomédecine en France et aux États-Unis ». Discutant : Josquin Debaz (GSPR, EHESS).
  • 11 avril, Volny Fages (ENS Paris-Saclay), « De l’autorité et des marges savantes. Les coulisses cosmogoniques de l’institutionnalisation des sciences ». Discutant : Fabien Locher (CRH, CNRS/EHESS).
  • 16 mai, Morgan Jouvenet, « La mobilisation scientifique des archives climatiques polaires. L’ice core science en action (1957-2017) » (Printemps, CNRS-UVSQ). Discutant : Claude Rosental (CEMS, CNRS/EHESS).
  • 13 juin, Marc Joly, « Pourquoi il n’y a de sociologie que réflexive ? Réflexions sur le projet scientifique de Pierre Bourdieu » (CNRS, Printemps). Discutant : Nicolas Sembel (Espé/ADEF & LAMES, Aix-Marseille Université).

Lancement de la revue Zilsel !

Nous sommes ravis d’annoncer (enfin !) le lancement de la revue semestrielle Zilsel, publiée par les Éditions du Croquant. Elle prolonge et complète l’expérience éditoriale du Carnet Zilsel. Elle sera disponible en librairie à partir de 3 janvier prochain et peut être commandée dès maintenant via le site des éditions (420 pages, 19 €, franco de port pour la revue papier, 14 € pour la version électronique).

Cette première livraison donne le ton. Elle est composée d’analyses originales basées sur des enquêtes et des réflexions amples, d’essais critiques sur la philosophie d’Alain Badiou, de rééditions de textes classiques, d’un entretien avec l’historien Roger Chartier sur les transformations contemporaines du livre et de l’écrit et, enfin, d’une série de notes critiques d’ouvrages récents. Ces contributions sont documentées, critiques, engageantes et, pour certaines, clivantes. Chacune à sa manière, elles partagent une même ambition, qui est de faire bouger les lignes et les fronts de recherche, d’instiller le doute contre toutes les formes de dogmatisme et d’ouvrir des brèches, pas seulement dans les limites aujourd’hui rognées des mondes universitaires et de la recherche.

Les articles seront bientôt disponibles sur une plateforme de revues en ligne. Nous sommes en cours de négociation multilatérale, c’est en bonne voie. Nous mettrons en place un système d’abonnement dès que possible. Enfin, le numéro 2 est annoncé pour septembre 2017. Il est d’ores et déjà sur le métier. Il inclura un long entretien avec Diane Vaughan, un article inédit de Pierre Bourdieu sur la science présenté par Loïc Wacquant, un dossier sur les controverses en STS, des échanges d’arguments tranchés mais polis, et quelques surprises encore.

Bonne lecture !

Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin, pour la rédaction

Couverture du numéro 1, conçue par Alain Oriot, du Croquant

Couverture du numéro 1, conçue par Alain Oriot, du Croquant


Composition de l’équipe éditoriale

Directeurs de la publication : Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin

Comité de rédaction : Nicolas Benvegnu, François Briatte, Isabelle Bruno, Guillaume Carnino, Béatrice Cherrier, Cynthia Colmellere, Denis Colombi, Marine Dhermy-Mairal, Christopher Donohue, Volny Fages, Jean Frances, Yann Giraud, Morgan Jouvenet, Olessia Kirtchik, Séverine Louvel, Sébastien Plutniak, Daniel Poitras, Manuel Quinon, Oliver Schlaudt, Émilien Schultz.

Sommaire du premier numéro

Éditorial

Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Ceci n’est (toujours) pas un manifeste »

Confrontations

Renaud Debailly et Mathieu Quet, « Passer les Science & Technology Studies en revue-s. Une cartographie du champ par ses périodiques »

Claude Rosental, « Les conditions sociales des échanges dans la Silicon Valley. Complexe militaro-industriel, entrepreneuriat scientifique et démos »

Christopher Donohue, « “La philosophie est un extrémisme logique”. L’œuvre de Joseph Agassi »

Boris Attencourt, « Badiou versus Finkielkraut. Débat du siècle ou débat dans le siècle ? » 

Frictions

Arnaud Saint-Martin, « Un canular philosophique, et après ? »

Anouk Barberousse et Philippe Huneman, « L’agriculture (bio) et l’événement. Retour sur un canular métaphysique »

Pascal Engel, « Il Bidone. La soi-disant ontologie mathématique d’Alain Badiou »

Pierre Schapira, « L’Éloge des mathématiques d’Alain Badiou ou le fantasme d’une théorie absolue »

Marc Joly, « Du chauvinisme en philosophie »

Libres échanges

« L’histoire entre les lignes ». Entretien avec Roger Chartier. Réalisé par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin

Friches

Jérôme Lamy, « Le grand remembrement. La sociologie des savoirs ruraux depuis les années 1950 »

Classiques

Everett C. Hughes, traduit et présenté par Baptiste Coulmont, « La Gleichschaltung de l’annuaire statistique allemand. Un cas de neutralité professionnelle »

Nathalie Heinich, « Génie d’une sociologie du génie »

Critiques

Jean Frances, « En science, l’important c’est de contribuer » (David Pontille, Signer ensemble, 2016)

Jean Frances et Stéphane Le Lay, « La pensée easy rider » (Matthew Crawford, Éloge du carburateur, 2010, et Contact, 2016)

Yann Giraud, « Le blues du dominant » (Pierre Cahuc et André Zylberberg, Le négationnisme économique, 2016)

Arnaud Saint-Martin, « Gold Flush : d’un prêt-à-penser la Silicon Valley » (Éric Sadin, La silicolonisation du monde, 2016)

Vincent-Arnaud Chappe, Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « Le tribunal des flagrants délires “sociologique“ » (Geoffroy de Lagasnerie, Juger, 2015)


Image en bandeau : Imprimerie du journal Le Samedi, à Montréal, en 1939, par Conrad Poirier. Source : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, via Wikimedia Commons.