Pour des recherches sur la guerre indépendantes

Ce 30 mai 2018, une convention a été signée entre les directions du CNRS et du renseignement militaire. D’après le CNRS, cette convention doit permettre de donner un cadre formel à la coopération entre chercheurs et agents de renseignement militaire. Ce mélange des genres ne constitue pas un acte isolé. En 2014, le ministère des Armées a par exemple financé la création d’un Institut de la Guerre et de la Paix au sein d’une Unité Mixte de Recherche du CNRS de Paris 1. En 2016, le ministère des Armées a lancé un programme national, le « Pacte Enseignement supérieur », qui permet aux établissements d’enseignement supérieur d’obtenir le label « Centre d’Excellence Défense et Stratégie », un label associé à une subvention de 300 000 euros. Enfin, une « Association pour les Études sur la Guerre et la Stratégie » (AEGES) a vu le jour il y a quelques années avec le soutien financier du ministère des Armées.

Ces investissements militaires du champ académique s’accompagnent de mises en récit justifiant leur pertinence. Dans une interview publiée dans Défense et Sécurité Internationale, Jean-Vincent Holeindre explique ainsi que le but de l’AEGES est de faire en sorte « qu’enfin l’étude scientifique de la guerre (…) soit prise au sérieux par nos institutions universitaires et nos revues scientifiques »[1]. Dans le même entretien, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer juge que l’entreprise de l’AEGES est d’autant plus pertinente qu’elle jouit d’une « indépendance scientifique totale […] garantie par un conseil de 35 membres, civils et militaires »[2]. Pour ces universitaires, les rapprochements en cours entre champs académique et militaire ne présentent ainsi que des avantages.

D’autres partisans de ces rapprochements sont cependant plus prudents. C’est le cas, notamment, de Alexandre Jubelin, auteur d’un texte – « Qui pense la guerre ? » – publié en 2018 par la Revue du Crieur[3]. A. Jubelin cite Jean-Vincent Holeindre, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer et Olivier Schmitt (troisième co-auteur de l’entretien croisé susmentionné) et plaide, avec eux, pour un renforcement des financements consacrés aux études sur la guerre, y compris ceux venant du ministère des Armées et des Industries d’armement. Mais il pointe aussi les risques de ce renforcement. Il note par exemple que les financements ne sont pas gratuits car ils ouvrent une relation d’échange dont l’autre terme est le développement d’une certaine docilité à l’égard de ses financeurs car, remarque-t-il, « on ne mord pas la main qui vous nourrit » (p. 101). Par ailleurs, le propos de l’auteur est plus modéré que celui d’autres acteurs qui appellent à ouvrir davantage les portes du monde académique au « complexe militaro-industriel »[4] (CMI). Contrairement à J.B. Jeangène-Vilmer, A. Jubelin ne met par exemple pas « universités, think tanks, institutions et industries »[5] sur le même plan du point de vue de la production du savoir. Il croit en la spécificité du savoir scientifique mais propose de créer un espace d’enseignement et de recherche financé, en partie seulement, par le CMI comme dans les départements de « war studies » anglo-saxons.

« Firestorm », par Antonio Hidalgo, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/jose_antonio_hidalgo_jimenez/25781671700/in/photostream/

Continuer la lecture de « Pour des recherches sur la guerre indépendantes »

Avancer sur le chemin d’une sociologie de la critique. Réponses à un théoricien du statu quo se faisant le prophète du pire

Dans un texte publié en plusieurs versions et à différentes reprises, Philippe Corcuff propose son analyse des controverses qui ne cessent d’agiter la sociologie française. Au détour d’une exégèse scolastique dont il a le secret, l’auteur s’en prend aux propositions récemment formulées par Elsa Rambaud visant à articuler à nouveaux frais les perspectives critiques et le travail sociologique. Difficile d’y voir autre chose qu’un rappel à l’ordre qui s’autorise de l’épistémologie de pointe et de l’extra-lucidité politique, de la part d’un sociologue-philosophe qui ne manque pas une occasion de rappeler combien sa science est infuse en la matière. Dans la réponse qui suit Elsa Rambaud explique en quoi sa démarche – une sociologie des pratiques critiques normalisée, ouverte à la philosophie mais empiriquement étayée – l’oppose à Philippe Corcuff. Elle invite, notamment, à mettre un peu moins de morale dans la sociologie de la critique et un peu plus d’éthique dans le jeu de la controverse scientifique. Elle propose également une analyse bien différente des contraintes rencontrées par les jeunes chercheurs·ses, dans un contexte de réduction drastique de postes toujours plus fléchés, pour engager des réflexions fécondes sur l’inventivité sociale et politique explorée sur leurs terrains d’enquête ou de mobilisation. Espérons qu’au fond – que l’on n’arrête pas de toucher hélas – l’incompréhension chronique de Philippe Corcuff puisse témoigner, au-delà d’un prévisible conflit de génération, d’un renouvellement salutaire de l’espace des prises de positions critiques possibles et de leur intelligence sociologique. JL &ASM

Ayant intégré le panthéon des dangers sociologiques et des périls politiques contemporains finement bâti dans la dernière livraison des Possibles publiée par ATTAC (Philippe Corcuff, « Controverses dans la sociologie française : autour du danger sociologique de G. Bronner et E. Géhin »), je ne peux rester sans réaction. Cette réaction a deux objectifs :

  • Rendre un peu mieux compte du travail incriminé et, indissociablement, défendre une certaine idée de l’éthique de la discussion intellectuelle qui, à mon sens, n’est pas sortie grandie de ces « Controverses » (1).
  • Souligner qu’il est peu probable que les dangers politico-épistémologiques identifiés dans ce cadre soient ceux de la génération de chercheurs dont je suis censée être l’incarnation. Mais surtout, saisir l’occasion pour proposer une lecture différente des rapports contemporains que l’Université entretient à la science et à la politique, lecture au demeurant guère plus réjouissante. C’est là l’essentiel, car si l’on me suit sur ce point, on comprendra que j’aurais presque préféré pouvoir souscrire au diagnostic de Ph. Corcuff (2).

Une critique problématique sur la forme et « conventionnelle » sur le fond  sert-elle la contradiction ?

Rapidement, de quoi est-il question dans l’article (« La petite critique, la grande et la révolution », Revue française de science politique, vol. 67, 2017, p. 469-495) critiqué sur ce support ? De suivre le chemin ouvert par le philosophe Michaël Walzer dans son analyse des apories de la « perspective conventionnelle » de la critique (Critique et sens commun, La Découverte, 1990, p. 51 et sq.) Ce papier étudie (principalement) la manière dont cette perspective transite dans deux programmes souvent opposés (la « sociologie critique » de P. Bourdieu/ la « sociologie de la critique » de L. Boltanski) et dans leur opposition même. Il analyse ainsi la résistance d’un imaginaire confus mais têtu de la (bonne) critique : détachée de l’ordre existant, intellectuelle et émancipatrice. Il montre comment cet imaginaire est engagé dans l’étude de ces pratiques et, souvent indissociablement, dans la conception que le sociologue se fait de son propre rôle critique. Sa ligne démonstrative tient en trois volets : 1. analyser la consistance de cet imaginaire de « la » critique sociale ; 2. montrer qu’il passe à côté d’une partie de la diversité des ressorts, des formes et des effets de la critique des acteurs sociaux ; 3. proposer une acception alternative susceptible d’élargir le spectre des objets critiques considérés et de renouveler les questionnements qui leur sont adressés.

Il ne reste pas grand-chose, dans la contribution de Ph. Corcuff, ni de ces propositions, ni – et c’est au moins aussi regrettable – de la qualité des débats approfondis et en ce sens plutôt rares, que j’ai pu avoir antérieurement avec l’auteur. Pour permettre aux personnes intéressées par ces sujets (à savoir l’analyse des pratiques critiques, les débats entre sociologie critique/pragmatique et la place de la morale dans le travail scientifique) une compréhension fine de nos arguments respectifs, il serait souhaitable d’en revenir à cet échange initial et d’accepter d’en publiciser une version synthétique – ce à quoi le Carnet Zilsel se prête. Comme toujours, la meilleure manière de se faire une idée du contenu de l’article incriminé ou de la manière dont j’aurais mal tourné ces dix dernières années, puisque c’est aussi de cela dont il est question, consiste encore à en venir aux textes.

« Four costumed kittens entangled in yarn », par Harry Whittier Frees, 1914, via Shorpy.com.

Continuer la lecture de « Avancer sur le chemin d’une sociologie de la critique. Réponses à un théoricien du statu quo se faisant le prophète du pire »

Réponse à la réponse de Pascal Ragouet

Et donc, comme convenu, voici la réponse de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages à la réponse de Pascal Ragouet. Aux lectrices et aux lecteurs d’approfondir à présent, en allant d’abord découvrir l’ouvrage important et discutable (au sens le plus positif du terme) que ce dernier a publié.

Les recensions critiques, réalisées avec le plus grand soin et la plus grande attention qui soit, ont cette vertu heuristique d’amener l’auteur de l’ouvrage recensé à préciser un certain nombre d’éléments ou de points aveugles. A notre longue recension de dix-neuf pages, Pascal Ragouet a ainsi proposé une réponse argumentée de cinq pages : chacun d’entre nous a donc eu le plaisir d’être vraiment lu – chose qui est, somme toute, relativement rare, dans la mesure où les recensions sont, la plupart du temps et au mieux, un moyen pour faire circuler son nom dans les revues et pour attirer l’attention bienveillante de l’auteur, ou au pire un renvoi d’ascenseur qui se fond en éloges et ne mentionne que quelques critiques sans substance – pour la forme.

Du reste, la longueur de la critique et le temps consacré à la lecture est proportionnelle à l’intérêt de l’ouvrage. Un livre inintéressant ne mérite pas qu’on lui consacre la moindre ligne. Loin de nous, donc, de souscrire à la formule de Pascal Ragouet selon laquelle les quelques lignes consacrées à l’intérêt de son livre perdent toute leur valeur face au flot de critiques que nous faisons par ailleurs. Nous redisons que cet ouvrage est une contribution importante à la sociologie des controverses scientifiques, quels que soient nos avis respectifs sur l’avenir de ce courant de la sociologie des sciences et des techniques. Oui, il est bon d’entendre que les sciences sont traversées par des normes et que le mot de « rationalité » n’est pas un gros mot. Oui, la notion d’idioparadigme est stimulante et potentiellement heuristique (peut-être Pascal Ragouet prépare-t-il un autre ouvrage qui vise à en préciser les contours ?).

Nous laisserons de côté les réponses liées à la lecture des auteurs, car la discussion risque fort de tourner en conflit herméneutique et de n’aboutir qu’à une confrontation stérile de citations, aux dépens du contenu.

En revanche, nous souhaiterions revenir une fois encore sur la critique, à notre sens centrale, de la construction théorique de Pascal Ragouet, une construction pleinement axée, si nous l’avons bien lue, autour de la notion de « science normale ». On aurait attendu de l’auteur qu’il nous fournisse effectivement une définition de la « science normale » sans se contenter de renvoyer à Thomas Kuhn, car la confusion du lecteur ne cesse de s’épaissir au cours de l’ouvrage, tant l’usage que Pascal Ragouet en fait semble s’écarter du sens qu’en donnait l’auteur de La structure des révolutions scientifiques, y compris même dans son indétermination caractérisée (indétermination par ailleurs largement réduite dans la postface qu’il publie en 1969, mais passons). Se cacher derrière la pluralité des sens conférés à la « science normale » ne dispense pas, comme chercheur, de restreindre le périmètre scientifique de la notion, et ce d’autant plus qu’elle est au cœur de l’ouvrage. Sans compter que dans ces différents sens, Thomas Kuhn n’a jamais associé normalité et normativité. Rien n’empêche d’apporter un autre contenu aux concepts que l’on utilise, évidemment, mais il faut alors le préciser et le développer, ce qui nous semble insuffisamment fait ici. Cette association demeure implicite et peu questionnée, ce qui finit par fragiliser, du point de vue du lecteur, l’ensemble théorique de l’ouvrage.

Pour terminer, nous tenons à remercier Pascal Ragouet de s’être prêté à cet exercice de disputatio sans lequel nulle science n’est possible et qui, nous l’espérons, aura permis de faire avancer la discussion autour de son ouvrage, nous le répétons, tout à fait intéressant.

Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages

Image en bandeau :  StockSnap, via Pixabay.

Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster

Dans le dernier numéro de la revue Zilsel (n° 2, septembre 2017), la rubrique « Frictions » proposait d’interroger l’état actuel et les marges de progression éventuelles des études de controverses scientifiques et techniques[1]. Outre deux articles de mise au point bibliographique et de recadrage théorique, le dossier incluait une longue note critique de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages[2] – tous deux membres du comité de rédaction de la revue – du dernier ouvrage de Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique (Paris, Raisons d’agir, 2016). La rédaction avait jugé utile et pertinent d’engager une lecture de ce dernier, car l’ambition de l’auteur est de proposer un cadre d’analyse théoriquement renouvelé d’un genre d’enquête – que d’aucuns pensent vu et revu –, à partir d’une étude de cas en soi intéressante. On découvria rapidement que la lecture des collègues est franche et sur le fond, elle entre dans la contradiction comme c’est la norme. Néanmoins, Pascal Ragouet considère qu’ils font fausse route et a tenu à contre-argumenter dans le texte qui suit. Le Carnet et la revue Zilsel encouragent depuis le début les échanges critiques argumentés, c’est donc sans surprise qu’il accueille avec intérêt cette longue réponse. Naturellement, elle donnera lieu à une ulime réponse, à paraître dès le lendemain.

La rédaction

Dans un premier temps, je me suis senti honoré qu’un article de 19 pages vienne développer une critique de mon dernier ouvrage, parce que j’imaginais partager avec les auteurs de la recension une conception identique de la critique : un exercice attentif au contenu des arguments, tournant résolument le dos aux raccourcis et aux attaques ad hominem. Je me suis lourdement trompé. Si l’on excepte les quelques rares lignes censées rappeler l’intérêt de mon travail, il faut bien admettre qu’à l’issue de la lecture du texte de M. Dhermy-Mairal et V. Fages le lecteur risque trouver cet intérêt bien relatif puisqu’en conclusion, je passe pour quelqu’un qui se bat « contre des fantômes » (p. 184), qui n’a manifestement pas compris que « les « boîtes noires de la science [avaient] déjà été largement ouvertes » (p. 184) et qui continue à s’intéresser à un objet « qui a perdu de sa superbe analytique » (p. 184). Le lecteur était de toute façon fixé bien plus tôt dans le texte puisqu’au milieu de l’article à la page 177, ma critique du relativisme « semble rater sa cible » et qu’elle nous projette « des années en arrière dans une guerre des sciences largement refroidie ». La faute sans doute à mon âge puisqu’à la suite de ces affirmations péremptoires jamais étayées, l’explication de mon incapacité résiderait dans un possible « effet de génération » (p. 177). Cette incise me reste en travers de la gorge, je dois le dire. S’en tenir à l’évocation des manques argumentatifs, des problèmes conceptuels devrait suffire pour une critique. En tout cas, cette remarque superflue me rappelle tout le caractère utopique de la norme d’universalité dont Merton faisait l’un des éléments constitutifs de son ethos.

Alors que retenir de cette longue recension ? Je l’avoue, je suis vite passé en la lisant à la deuxième moitié de l’article, celle censée se faire plus critique. J’aimerais répondre aux préventions de mes évaluateurs. Continuer la lecture de « Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster »

Bernard Stiegler : lost in disruption ?

Bernard Stiegler est depuis quelques années une figure de proue de l’académisme médiatique. Sa voix chaude, traînante et légèrement chuintante est connue des auditeurs de radio – il enchaîne aussi conférences publiques et académiques (300 vidéos sur internet depuis huit ans), en même temps qu’une intense production d’essais (plus de 30 ouvrages depuis 1994).

Le caractère très abondant de cette production nécessiterait une analyse détaillée, portant sur la cohérence et/ou l’évolution de la pensée. Cette analyse ne semble pas avoir été faite puisque le philosophe est reçu (au sens de la réception de ses idées) au fil de l’eau. Côté médias, le rythme intense d’un livre publié tous les 9 mois[1] brouille la ligne de partage entre la promotion d’un ouvrage et l’analyse de fond. On est là dans une forme de « dévoration médiatique »[2] – de l’auteur comme du media lui-même : le rythme de production d’ouvrages s’impose au media, qui ne peut prendre de recul (à supposer que ce soit sa vocation) ; par invitations et tribunes de presse répétées, le media s’auto-dévore, en quelque sorte.

Quant à la réception en milieu universitaire, une question se pose : Stiegler est-il encore un universitaire (ou un chercheur) ? Il semble en fait naviguer depuis quelques années dans cet entre-deux que constitue l’académisme mondain ou « zone médiane », exploitant sa « rente de visibilité »[3] et préoccupé de l’accroître. S’il existe une littérature secondaire à son sujet[4], elle semble plus se rattacher à un phénomène tribal qu’à une réelle analyse critique. Comme souvent, personne ne prend le temps de se pencher de manière critique sur pareille œuvre, et la tâche devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que le temps passe.

« Bernard Stiegler au cours de l’une de ses nombreuses interventions », dans les années 2000 (Source : Wikimedia commons, auteur Joseph Paris)

Peut-être Stiegler a-t-il construit une œuvre philosophique, mais nous voudrions montrer ici que depuis cinq ans, sa parole dans les sphères intermédiaire (telle que mentionnée supra) et médiatique (grand public : radio et conférences) est plus proche de l’idéologie que de la pensée rationnelle, à l’instar d’un Badiou, et comme lui maniant à l’excès jargon et analogies. Son discours récent a quitté les rives de la pensée construite tout en souhaitant s’y rattacher – Stiegler opérant un véritable transfert de légitimité depuis son analyse philosophique (construite, sous réserve d’inventaire) vers un discours politico-médiatique tonitruant, aux fondements peu assurés. Continuer la lecture de « Bernard Stiegler : lost in disruption ? »