Archives de catégorie : Articles

Réponse à la réponse de Pascal Ragouet

Et donc, comme convenu, voici la réponse de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages à la réponse de Pascal Ragouet. Aux lectrices et aux lecteurs d’approfondir à présent, en allant d’abord découvrir l’ouvrage important et discutable (au sens le plus positif du terme) que ce dernier a publié.

Les recensions critiques, réalisées avec le plus grand soin et la plus grande attention qui soit, ont cette vertu heuristique d’amener l’auteur de l’ouvrage recensé à préciser un certain nombre d’éléments ou de points aveugles. A notre longue recension de dix-neuf pages, Pascal Ragouet a ainsi proposé une réponse argumentée de cinq pages : chacun d’entre nous a donc eu le plaisir d’être vraiment lu – chose qui est, somme toute, relativement rare, dans la mesure où les recensions sont, la plupart du temps et au mieux, un moyen pour faire circuler son nom dans les revues et pour attirer l’attention bienveillante de l’auteur, ou au pire un renvoi d’ascenseur qui se fond en éloges et ne mentionne que quelques critiques sans substance – pour la forme.

Du reste, la longueur de la critique et le temps consacré à la lecture est proportionnelle à l’intérêt de l’ouvrage. Un livre inintéressant ne mérite pas qu’on lui consacre la moindre ligne. Loin de nous, donc, de souscrire à la formule de Pascal Ragouet selon laquelle les quelques lignes consacrées à l’intérêt de son livre perdent toute leur valeur face au flot de critiques que nous faisons par ailleurs. Nous redisons que cet ouvrage est une contribution importante à la sociologie des controverses scientifiques, quels que soient nos avis respectifs sur l’avenir de ce courant de la sociologie des sciences et des techniques. Oui, il est bon d’entendre que les sciences sont traversées par des normes et que le mot de « rationalité » n’est pas un gros mot. Oui, la notion d’idioparadigme est stimulante et potentiellement heuristique (peut-être Pascal Ragouet prépare-t-il un autre ouvrage qui vise à en préciser les contours ?).

Nous laisserons de côté les réponses liées à la lecture des auteurs, car la discussion risque fort de tourner en conflit herméneutique et de n’aboutir qu’à une confrontation stérile de citations, aux dépens du contenu.

En revanche, nous souhaiterions revenir une fois encore sur la critique, à notre sens centrale, de la construction théorique de Pascal Ragouet, une construction pleinement axée, si nous l’avons bien lue, autour de la notion de « science normale ». On aurait attendu de l’auteur qu’il nous fournisse effectivement une définition de la « science normale » sans se contenter de renvoyer à Thomas Kuhn, car la confusion du lecteur ne cesse de s’épaissir au cours de l’ouvrage, tant l’usage que Pascal Ragouet en fait semble s’écarter du sens qu’en donnait l’auteur de La structure des révolutions scientifiques, y compris même dans son indétermination caractérisée (indétermination par ailleurs largement réduite dans la postface qu’il publie en 1969, mais passons). Se cacher derrière la pluralité des sens conférés à la « science normale » ne dispense pas, comme chercheur, de restreindre le périmètre scientifique de la notion, et ce d’autant plus qu’elle est au cœur de l’ouvrage. Sans compter que dans ces différents sens, Thomas Kuhn n’a jamais associé normalité et normativité. Rien n’empêche d’apporter un autre contenu aux concepts que l’on utilise, évidemment, mais il faut alors le préciser et le développer, ce qui nous semble insuffisamment fait ici. Cette association demeure implicite et peu questionnée, ce qui finit par fragiliser, du point de vue du lecteur, l’ensemble théorique de l’ouvrage.

Pour terminer, nous tenons à remercier Pascal Ragouet de s’être prêté à cet exercice de disputatio sans lequel nulle science n’est possible et qui, nous l’espérons, aura permis de faire avancer la discussion autour de son ouvrage, nous le répétons, tout à fait intéressant.

Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages

Image en bandeau :  StockSnap, via Pixabay.

Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster

Dans le dernier numéro de la revue Zilsel (n° 2, septembre 2017), la rubrique « Frictions » proposait d’interroger l’état actuel et les marges de progression éventuelles des études de controverses scientifiques et techniques[1]. Outre deux articles de mise au point bibliographique et de recadrage théorique, le dossier incluait une longue note critique de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages[2] – tous deux membres du comité de rédaction de la revue – du dernier ouvrage de Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique (Paris, Raisons d’agir, 2016). La rédaction avait jugé utile et pertinent d’engager une lecture de ce dernier, car l’ambition de l’auteur est de proposer un cadre d’analyse théoriquement renouvelé d’un genre d’enquête – que d’aucuns pensent vu et revu –, à partir d’une étude de cas en soi intéressante. On découvria rapidement que la lecture des collègues est franche et sur le fond, elle entre dans la contradiction comme c’est la norme. Néanmoins, Pascal Ragouet considère qu’ils font fausse route et a tenu à contre-argumenter dans le texte qui suit. Le Carnet et la revue Zilsel encouragent depuis le début les échanges critiques argumentés, c’est donc sans surprise qu’il accueille avec intérêt cette longue réponse. Naturellement, elle donnera lieu à une ulime réponse, à paraître dès le lendemain.

La rédaction

Dans un premier temps, je me suis senti honoré qu’un article de 19 pages vienne développer une critique de mon dernier ouvrage, parce que j’imaginais partager avec les auteurs de la recension une conception identique de la critique : un exercice attentif au contenu des arguments, tournant résolument le dos aux raccourcis et aux attaques ad hominem. Je me suis lourdement trompé. Si l’on excepte les quelques rares lignes censées rappeler l’intérêt de mon travail, il faut bien admettre qu’à l’issue de la lecture du texte de M. Dhermy-Mairal et V. Fages le lecteur risque trouver cet intérêt bien relatif puisqu’en conclusion, je passe pour quelqu’un qui se bat « contre des fantômes » (p. 184), qui n’a manifestement pas compris que « les « boîtes noires de la science [avaient] déjà été largement ouvertes » (p. 184) et qui continue à s’intéresser à un objet « qui a perdu de sa superbe analytique » (p. 184). Le lecteur était de toute façon fixé bien plus tôt dans le texte puisqu’au milieu de l’article à la page 177, ma critique du relativisme « semble rater sa cible » et qu’elle nous projette « des années en arrière dans une guerre des sciences largement refroidie ». La faute sans doute à mon âge puisqu’à la suite de ces affirmations péremptoires jamais étayées, l’explication de mon incapacité résiderait dans un possible « effet de génération » (p. 177). Cette incise me reste en travers de la gorge, je dois le dire. S’en tenir à l’évocation des manques argumentatifs, des problèmes conceptuels devrait suffire pour une critique. En tout cas, cette remarque superflue me rappelle tout le caractère utopique de la norme d’universalité dont Merton faisait l’un des éléments constitutifs de son ethos.

Alors que retenir de cette longue recension ? Je l’avoue, je suis vite passé en la lisant à la deuxième moitié de l’article, celle censée se faire plus critique. J’aimerais répondre aux préventions de mes évaluateurs. Continuer la lecture de Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster

Bernard Stiegler : lost in disruption ?

Bernard Stiegler est depuis quelques années une figure de proue de l’académisme médiatique. Sa voix chaude, traînante et légèrement chuintante est connue des auditeurs de radio – il enchaîne aussi conférences publiques et académiques (300 vidéos sur internet depuis huit ans), en même temps qu’une intense production d’essais (plus de 30 ouvrages depuis 1994).

Le caractère très abondant de cette production nécessiterait une analyse détaillée, portant sur la cohérence et/ou l’évolution de la pensée. Cette analyse ne semble pas avoir été faite puisque le philosophe est reçu (au sens de la réception de ses idées) au fil de l’eau. Côté médias, le rythme intense d’un livre publié tous les 9 mois[1] brouille la ligne de partage entre la promotion d’un ouvrage et l’analyse de fond. On est là dans une forme de « dévoration médiatique »[2] – de l’auteur comme du media lui-même : le rythme de production d’ouvrages s’impose au media, qui ne peut prendre de recul (à supposer que ce soit sa vocation) ; par invitations et tribunes de presse répétées, le media s’auto-dévore, en quelque sorte.

Quant à la réception en milieu universitaire, une question se pose : Stiegler est-il encore un universitaire (ou un chercheur) ? Il semble en fait naviguer depuis quelques années dans cet entre-deux que constitue l’académisme mondain ou « zone médiane », exploitant sa « rente de visibilité »[3] et préoccupé de l’accroître. S’il existe une littérature secondaire à son sujet[4], elle semble plus se rattacher à un phénomène tribal qu’à une réelle analyse critique. Comme souvent, personne ne prend le temps de se pencher de manière critique sur pareille œuvre, et la tâche devient de plus en plus difficile au fur et à mesure que le temps passe.

« Bernard Stiegler au cours de l’une de ses nombreuses interventions », dans les années 2000 (Source : Wikimedia commons, auteur Joseph Paris)

Peut-être Stiegler a-t-il construit une œuvre philosophique, mais nous voudrions montrer ici que depuis cinq ans, sa parole dans les sphères intermédiaire (telle que mentionnée supra) et médiatique (grand public : radio et conférences) est plus proche de l’idéologie que de la pensée rationnelle, à l’instar d’un Badiou, et comme lui maniant à l’excès jargon et analogies. Son discours récent a quitté les rives de la pensée construite tout en souhaitant s’y rattacher – Stiegler opérant un véritable transfert de légitimité depuis son analyse philosophique (construite, sous réserve d’inventaire) vers un discours politico-médiatique tonitruant, aux fondements peu assurés. Continuer la lecture de Bernard Stiegler : lost in disruption ?

L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7). Continuer la lecture de L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou

Vous croyiez avoir tout vu lors de notre campagne présidentielle ? D’autres surprises vous attendent. Selon une récente étude, basées sur des méthodes scientifiques novatrices, Philippe Poutou serait en passe de gagner cette élection. Les projections de la cladopolitique, récente discipline qui entend appliquer les acquis de la biologie évolutive à la théorie politique, lui donnent en effet une confortable avance de 17 points[1].

Raoul Dupleux, professeur au Centre de Recherches En Théorie INtégratives (FNRS/Université de Dax), auteur de l’étude et père de cette nouvelle approche, n’en est pas à son coup d’essai. En 2002 et selon les mêmes algorithmes, il avait prévu le Brexit et annonçait l’élection de Donald Trump à la présidence américaine, alors que celui-ci était encore présentateur de l’émission de TV Réalité The Apprentice[2].

D’après Dupleux, la cladopolitique permet de dépasser le flou qui entoure toute étude basée sur les intentions de vote, en se focalisant sur la dynamique intrinsèque du changement d’intention électorale. Galilée avait révolutionné la physique en substituant l’accélération à la vitesse comme cible de l’analyse du mouvement, de même la cladopolitique entend remettre la science politique sur ses pieds en dépassant l’opacité sondagière inhérente au recueil d’opinions, et en privilégiant à la statique des croyances la dynamique des préférences. La cladopolitique repose en effet sur le transfert des méthodes éprouvées de la cladistique – école aujourd’hui dominante en analyse phylogénétique de l’évolution biologique – à la réalité sociale. Dupleux l’a développée dans les années 1990, et il en reste aujourd’hui l’un des rares praticiens. Cela ne l’étonne guère : en biologie même, la cladistique aura mis pas moins de trente ans à s’imposer. Moralité, il s’agit donc simplement d’être patient.

La cladistique, initiée par le biologiste danois Willi Hennig en 1961, a révolutionné la classification biologique en ne considérant comme pertinentes que les questions de distance relative entre espèces dans une métrique de la similarité, indépendamment de toute hypothèse sur leurs temps d’évolution ou leur ancestralité. Comparer des ressemblances entre trois individus permet ainsi de dire qui est plus proche de qui que de qui, et ainsi d’inférer lesquelles ont un ancêtre commun qui n’est pas ancêtre commun du troisième, donc de construire des arbres phylogénétiques minimaux. Les clades, groupements d’organismes ainsi reconstruits, sont donc des groupes constitués de tous les descendants d’une même espèce hypothétique. Selon la cladistique, un groupe biologique authentique inclut tous, et uniquement tous, les descendants d’une espèce. La cladistique conduisit parfois à des résultats contre-intuitifs, comme la découverte selon laquelle – biologiquement parlant – les poissons n’existent pas en réalité[3], puisque le groupe que l’on appelle ainsi n’est pas un authentique groupe biologique. On ne s’étonnera donc pas que, transposées à la politique, les méthodes cladistiques mènent à des résultats inattendus, tels que le succès électoral présumé de Philippe Poutou.

Président Poutou (Source : Sipa Press/JDD, http://www.lejdd.fr/Politique/Philippe-Poutou-Hollande-est-notre-adversaire-777849)

Continuer la lecture de Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou