Un tournant relativiste chez les juristes ? La distinction entre les personnes et les choses n’est pas menacée par les robots humanoïdes

« Pour établir la différence entre un robot, même le plus humanoïde des robots, et un être humain, il n’est pas nécessaire de se creuser la tête ni de se livrer à des déductions compliquées et hasardeuses, sur les actes ou les paroles de ce robot. Il suffit par exemple d’essayer de le piquer avec une épingle. Avez-vous essayé de piquer R. Daneel, monsieur Baley ? »

Isaac Asimov, Le cycle des robots.

 

Lors du forum économique Future Investment Initiative qui s’est tenu à Riyad du 24 au 26 octobre 2017, Sophia, un robot à l’apparence humanoïde développée par l’entreprise Hanson Robotics était présentée à un parterre d’entrepreneurs, de journalistes et d’officiels[1]. Alors qu’un journaliste interviewe le robot et communique avec lui devant la foule, l’on apprend incidemment que le roi Salmane d’Arabie Saoudite a décidé d’attribuer la citoyenneté à Sophia, cette dernière s’empressant d’exprimer sa fierté à devenir le premier robot-citoyen.

Quelques mois plus tôt, dans une résolution datant du 16 février 2017, le parlement européen avait émis un certain nombre de recommandations au sujet de l’encadrement juridique de la robotique, en particulier s’agissant du problème épineux de la responsabilité civile qui pourrait découler des dommages causés par un robot[2]. Parmi les principes généraux proposés par le parlement, une proposition en particulier a fait l’objet d’une intense controverse. Il s’agissait de

« la création, à terme, d’une personnalité juridique spécifique aux robots, pour qu’au moins les robots autonomes les plus sophistiqués puissent être considérés comme des personnes électroniques responsables, tenues de réparer tout dommage causé à un tiers ; il serait envisageable de conférer la personnalité électronique à tout robot qui prend des décisions autonomes ou qui interagit de manière indépendante avec des tiers. »[3]

Suite à l’adoption de cette résolution, un collectif européen d’experts en robotique, d’industriels, de juristes, ou encore d’éthiciens a adressé une lettre ouverte à la Commission européenne afin de la convaincre de ne pas suivre la recommandation du Parlement, jugeant notamment que les besoins d’encadrement juridique exprimés par le Parlement découlaient d’une vision irréaliste des algorithmes, ces derniers étant beaucoup moins indépendants de leurs concepteurs que ne voudraient le croire les parlementaires européens[4].

Ces évènements successifs n’ont à juste titre pas manqué de susciter l’intérêt des juristes français. Un robot peut-il avoir la personnalité juridique et prétendre ainsi au statut d’humain ? Le but poursuivi par cet article est d’analyser une partie de ces discours juridiques afin de souligner leurs limites (relativisme et binarisme, entre autres) ainsi que les peurs irrationnelles qu’ils charrient à propos des algorithmes. Pour ce faire, je me concentrerai plus particulièrement sur deux articles publiés dans des revues de droit et qui sont à mon avis symptomatiques de certains errements de la pensée juridique française à l’égard des robots humanoïdes[5].

Dans le premier de ces articles, Marie-Anne Frison-Roche, professeure de droit économique à l’IEP de Paris, estime que l’attribution de la personnalité juridique à un robot, comme la marchandisation du corps de la femme à travers la gestation pour autrui, symboliserait l’effacement des frontières entre les personnes et les choses[6]. De son côté, Grégoire Loiseau, professeur à l’École de droit de la Sorbonne, a considéré que l’attribution de la personnalité juridique à un robot reviendrait à « [l’élever] à la condition de personne », en même temps que le transhumanisme rapprocherait l’humain du robot[7]. En effet, « Quand l’être humain est technologiquement amélioré, augmenté, le robot intelligent est personnifié dans un état commun de personne juridique. »[8]

La chose qui devient personne, la personne qui devient chose, le phénomène ne date pas d’aujourd’hui. Le travail d’usine dont Charlie Chaplin nous a montré le caractère aliénant et dégradant dans Les temps modernes, ce n’est rien d’autre que l’homme fait robot. De façon plus concrète encore, si l’on s’accorde à dire que le transhumanisme désigne l’utilisation de technologies en vue d’améliorer les capacités physiques ou mentales de l’humain, alors force est de constater que ce mouvement n’a rien de nouveau. Il suffit de mentionner le cas des lunettes de vue, dont personne ne songerait à questionner l’utilité aujourd’hui, alors même que leur apparition avait été entourée d’un certain scepticisme suite à leur invention au cours de la seconde moitié du 13e siècle[9], notamment lors de leur introduction dans les cercles monastiques bénédictins et franciscains[10].

En revanche, « ce qui [serait] radicalement nouveau », selon Marie-Anne Frison-Roche, « c’est qu’auparavant, ces phénomènes – et de l’automate et de la femme dont le corps est offert – étaient marginaux »[11]. En quoi ces phénomènes étaient plus marginaux hier qu’aujourd’hui, on ne le sait pas[12]. Toutefois, même en concédant ce point, la peur exprimée par Marie-Anne Frison-Roche et Grégoire Loiseau, celle d’une « destruction de la distinction entre les personnes et les choses »[13], apparaît largement infondée. Avant d’entrer dans le vif du sujet, je tiens à insister sur le caractère non normatif de mes analyses, dont l’objet n’est pas de proposer une solution juridique aux problèmes posés par la robotique. Pour le dire autrement, cet article ne constitue pas une défense – pas plus qu’une critique – de l’attribution de la personnalité juridique à certaines catégories d’algorithmes. Continuer la lecture de « Un tournant relativiste chez les juristes ? La distinction entre les personnes et les choses n’est pas menacée par les robots humanoïdes »

Raisonner a priori. Réponse de Fabien Truong à Éric Marlière

Suite et fin de l’échange critique amorcé la veille. Fabien Truong répond donc à la réponse d’Éric Marlière, comme il se doit. Et nous n’en dirons pas davantage. Point final pour ce qui nous concerne. JL & ASM

À ce stade de divergence, ma réaction n’aura quelque intérêt que si elle incite les lecteurs curieux à aller voir par eux-mêmes. Cet échange dit tout de même des choses sur « la » sociologie : c’est le seul point d’accord avec mon collègue. Je crois qu’elles méritent d’être explicitées. C’est la seule raison qui me pousse à répondre, une nouvelle fois, aux critiques d’un collègue dont la virulence, sur le fond comme sur la forme, est sans doute à la mesure d’options et de partis-pris irréconciliables.

Sur les divergences épistémologiques. La première recension de mon collègue me paraissant tellement éloignée de ce que j’ai eu le sentiment d’écrire – mais aussi des nombreux retours de lecture (critiques ou laudatifs, ce n’est pas la question), qu’elle me semblait être le symptôme de conceptions distinctes du métier – bref, de divergences épistémologiques. J’ai essayé de les clarifier, pointant des modes d’appréhension du monde social dans lesquelles je ne me reconnais pas et que cette lecture laisse, selon moi, transparaître (le typologisme descriptif, le positivisme textualiste et la réduction de l’expertise thématique). Tout est dans mon papier précédent (« De quoi la « radicalisation » d’une recension est-elle le nom ? », Zilsel), je n’y reviens pas. Je concluais que ces divergences dépassent, à mon sens, le cadre des « écoles de pensée » plus ou moins revendiquées par les sociologues (« bourdieusiens », « pragmatistes », « tourainiens », « boudoniens », « interactionnistes » etc.). Contrairement à ce que semble pourtant croire mon collègue, il ne s’agit pas, dans mon esprit, d’une querelle de chapelles dont je ne me suis par ailleurs jamais revendiqué. Je pense que ces divergences renvoient plutôt à des oppositions pratiques très transversales sur les façons de faire, de mobiliser les acquis de la sociologie classique et de construire un objet. Je constate, à la lecture des récriminations au carré de mon collègue, que c’est effectivement le cas. Si notre dialogue semble donc presque impossible, le débat avec d’autres collègues qui ne sont sans doute pas « classés » dans les mêmes zones du petit espace professionnel de la sociologie française que moi, mais avec qui je partage une certaine conception du métier, peut être fructueux (voir par exemple ce récent entretien croisé avec François Dubet dans la revue Diversité). Je note aussi que ma tentative d’expliquer nos désaccords par des divergences épistémologiques est perçue par mon collègue comme une forme d’arrogance. On lira entre les lignes que je suis quelqu’un « d’insistant » qui « se prend au sérieux », devant un modeste collègue méprisé (« on connaît ma position plus que mineure dans le champ ») et courageux (s’auto-congratulant de publier une recension « corsée »). Contrairement à mon collègue, je n’ai aucune envie de personnaliser le débat, mais tiens tout de même à apporter un minimum de transparence. Je n’ai rencontré qu’une seule fois mon contradicteur. Il m’a invité, avec une autre collègue, à donner une conférence plénière pour introduire un colloque qu’ils co-organisaient et qui a donné lieu à un livre collectif auquel il m’a été demandé de participer, ce que j’ai accepté. Il faut croire que ma présence, dans le contexte d’une entreprise collective et publique qu’il codirigeait, ne le gênait pas. Pour l’anecdote, il m’a demandé à la fin de cette journée si nous pouvions échanger nos livres respectifs, ce que j’ai bien sûr accepté trouvant le geste sympathique. Il reste tout de même que sa volonté de personnaliser ici la controverse alors qu’il ne me connaît absolument pas, traduit un certain état d’esprit. Fait d’imprécisions et – cela n’a rien de personnel – d’une once de malhonnêteté intellectuelle. Continuer la lecture de « Raisonner a priori. Réponse de Fabien Truong à Éric Marlière »

« Rationaliser a posteriori ». Réponse à l’auteur de Loyautés radicales

L’équipe de Zilsel (carnet et revue) est très attachée à l’organisation de la disputatio. On ne s’étonnera donc pas de trouve ici, en deux, actes, la clôture d’un échange contradictoire entre Éric Marlière et Fabien Truong. Tout a commencé par la recension d’Éric Marlière, dans la revue Sociologie, du livre de Fabien Truong Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, paru en 2017. L’ouvrage restituait une enquête auprès de six jeunes hommes de Grigny qui avaient connu le terroriste Amédy Coulibaly. L’enjeu était de comprendre comment la mise en tension de différentes « loyautés » (familiales, sociales, économiques, politiques) permet de mieux comprendre des trajectoires individuelles.

Dans sa critique, Éric Marlière reproche à Fabien Truong de se mettre « constamment en scène », de ne pas approfondir le sens et l’usage de certaines notions (e.g. radicalisé, injustice), de s’appuyer sur d’anciens schémas de la lutte des classes, de reconduire des « stéréotypes » ou de céder au « misérabilisme ». Fabien Truong a pris connaissance d’une première version de la recension d’Éric Marlière et a informé la rédaction de Sociologie d’un certain nombre de mésinterprétations et surtout d’erreurs manifestes. La revue n’a pas souhaité ouvrir un espace de contradiction et a fait modifier quelques éléments de la recension. Nous avons fait le choix, dans le numéro 4 de la revue Zilsel, de publier la réponse que Fabien Truong avait préparée (Fabien Truong, « De quoi la ʺradicalisationʺ d’une recension est-elle le nom », Zilsel, n° 4, 2018, p. 363-380). Il situait ainsi les lignes d’opposition qui le séparaient d’Éric Marlière. Outre la rectification des erreurs (notamment à propos du financement de l’enquête ou encore de la méthode employée qui se voulait immersive et ne comportait pas d’entretiens directifs), Fabien Truong précisait son approche en soulignant qu’il avait tenté de saisir par la voie des échanges et de la construction des relations un monde social spécifique (celui de jeunes garçons pris dans des conflits de loyauté). Il s’opposait ainsi au typologisme a priori que semblait défendre Éric Marlière. Au contraire, Fabien Truong envisage une sociologie qui saisit sur le vif les moments de tension entre la possibilité de la pacification et l’orientation vers la violence politique, et restant attentive aux facteurs les plus ténus qui peuvent expliquer les choix finalement faits. Contre l’approche culturaliste Fabien Truong défend la possibilité d’un comparatif exigeant de processus sociaux temporellement éloignés. Ce faisant, il interroge la démarche d’ultra-spécialisation qui semble conduire à une clôture du champ de recherche. Enfin, la défense d’une pratique immersive qui cerne au plus près la position du sociologue pour mieux comprendre le tissage relationnel opéré avec les enquêtés constitue un autre point de friction.

Après la parution de cette réponse à la critique, nous avons reçu une « réponse à la réponse » d’Éric Marlière. Ce texte, que nous publions aujourd’hui, creuse encore les différences de points de vue sociologiques et méthodologiques : surinterprétation, sous-estimation de la composante géopolitique dans les loyautés radicales, usage trop large du comparatisme et porte ouverte au sensationnalisme qui rendrait confuse la distinction avec les discours médiatiques. Nous avons sollicité Fabien Truong afin qu’il clôture cette controverse – au moins sur le papier. Nous publierons donc demain son texte, qui signale à nouveau les désaccords méthodologiques et épistémologiques avec Éric Marlière. Mais il souligne également le danger d’une critique qui finit par se personnaliser. Plus profondément encore, Fabien Truong remarque qu’il subsiste encore une forme de positivisme attendant de l’ethnographie qu’elle prouve par le nombre d’enquêté·e·s rencontré·e·s la validité de ses assertions. Le sociologue défend, quant à lui, un dispositif d’enquête, qui fait primer le souci du détail, la densité des échanges et l’attention à l’engagement corporel du/de la chercheur·euse. En conclusion, Fabien Truong appelle à un questionnement collectif sur la façon de faire de la sociologie qui reste articulée à la perception médiatique et grand public de la discipline.

L’équipe de Zilsel se réjouit que les échanges aient pu s’organiser sur le mode de la dispute cadrée. Il nous semble qu’ainsi toutes les dimensions des débats ont pu être abordées : des désaccords méthodologiques aux questions moins souvent abordées de la personnalisation de la critique. Nous ne pouvons que partager l’envoi final du texte de Fabien Truong appelant à faire de la sociologie une « discipline offensive et créative ».

JL & ASM

 

Ce texte répond à la contre-recension publiée par Fabien Truong, l’auteur de Loyautés radicales, parue dans le numéro 4 de la revue Zilsel en octobre 2018. Il s’agit, ici, de dresser l’inventaire de ses remarques à propos de ma propre recension (revue Sociologie, mai 2018 pour la seconde version).

En conclusion de cette contre-recension (p. 379), notre interlocuteur caractérise ainsi ma démarche sociologique : « Au fond, j’ai le sentiment que l’auteur de la recension parle plus de son rapport à la sociologie que de mon livre. En défendant implicitement une conception où dominent le typologisme descriptif, le positivisme textualiste et la réduction de l’expertise thématique. » Mais à quoi renvoie donc cette assertion proposée en guise de bouquet final ?

Avant d’y répondre, il faut dire que les éléments de réponse de Fabien Truong posent un certain nombre de questions. Tout d’abord, ce dernier affirme avec un certain aplomb que je n’ai pas rendu compte de son livre (p. 363). Il explique que ce travail de recension comporte deux versions, dont une remaniée et augmentée, car « il faut croire que la première version était perfectible » (p. 364). C’est oublier un peu vite que l’auteur de Loyautés radicales a insisté auprès du comité de lecture afin que je tienne compte de ses considérations. Dès lors que j’ai pris en compte les remarques (insistantes) de l’auteur, la seconde version devient bien évidemment différente de la première. Cela ne signifie pas que la première version était « perfectible ». Il constate par ailleurs un grand nombre d’erreurs factuelles. Il affirme ainsi que j’ai commis une erreur de chronologie à propos de sa réponse à l’appel du CNRS à la suite des attentats, puisqu’il était déjà présent sur le terrain. Il a donc intégré son enquête naissante dans le dispositif plus général du projet « La réaction sociale aux attentats » (REAT). Soit. Mais on ne voit pas bien comment il a pu adapter l’enquête ethnographique aux attentes soudaines de l’institution. A-t-il orienté son travail vers le terrorisme pour répondre à l’appel ou avait-il déjà, au préalable, envisagé de travailler sur cette question ? Nous n’en savons absolument rien. Continuer la lecture de « « Rationaliser a posteriori ». Réponse à l’auteur de Loyautés radicales »

François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante »

On peut définir la novlangue comme un outil de domination et d’aliénation : il s’agit de vider les mots de tout sens pour voiler la réalité des politiques mises en œuvre et, dans le même temps, désarmer toute critique. L’envahissement de la sphère publique par la novlangue n’est pas une chose nouvelle, mais le champ politique et les médias (réseaux sociaux compris), à toutes les échelles, semblent aujourd’hui submergés par une expression aussi creuse intellectuellement que formatée. Dans le domaine de l’éducation, plus particulièrement de « l’innovation pédagogique » (jamais clairement définie), un expert en novlangue a su trouver l’oreille de l’institution, à savoir les Ministères de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : François Taddei[1]. Sa posture décontractée, le fait qu’il n’ait jamais de notes pour ses interventions ni la moindre référence vraiment précise (au mieux « une étude de untel a prouvé que… ») pour étayer ses affirmations pourraient laisser croire qu’il s’agit d’un outsider. Bien au contraire, François Taddei a su tisser des réseaux puissants et à bien des égards, il est un faiseur d’opinion[2]. Ce biologiste de renom, chercheur à l’INSERM[3], est proche des deux derniers ministres de l’Éducation Nationale, pourtant réputés antagonistes dans leur conception de la politique éducative. Najat Vallaud-Belkacem comme Jean-Michel Blanquer ont, à plusieurs reprises, utilisé le vocabulaire de François Taddei dans leur communication. On peut penser par exemple à « l’école de la confiance » de Blanquer, slogan directement transposé de la phraséologie de notre héraut. Plus encore, ce dernier a rédigé deux rapports fort similaires pour les deux ministres, en 2017 et en 2018[4]. Devenu ainsi spécialiste incontournable et multi-casquettes en matière éducative, il est président fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires[5], fellow de l’organisation Ashoska, a été membre du Conseil National du Numérique et du Haut Conseil de l’éducation. Il est responsable de la chaire UNESCO « Sciences de l’apprendre » en France[6], rapporteur pour l’OCDE et il intervient auprès de la Commission européenne, laquelle a lancé une étude sur le rôle de la créativité dans l’éducation. Au-delà de ce CV impressionnant, il est intéressant de voir que la trajectoire de François Taddei a connu une inflexion décisive il y a quelques années, comme il l’a expliqué lui-même au journal Le Monde :

« Quand j’ai eu à me frotter, à l’Inserm, aux questions éthiques posées par mes travaux ou ceux de mes collègues, j’ai pris conscience que la recherche, que j’avais toujours considérée comme un jeu, ne l’était plus vraiment. J’ai alors préféré travailler sur les questions d’éducation. »[7]

Une sortie d’une rare franchise, mais atterrante. On conçoit aisément qu’un chercheur soit lassé de son premier objet de recherche. On peut tout de même s’étonner de voir l’éducation assimilée à un objet de réflexion ludique, débarrassé de questions éthiques trop lourdes. Mais cela souligne l’essentiel : François Taddei est devenu un communicant professionnel, rompu à toutes les astuces du storytelling[8], largement appuyé par un réseau à la croisée des mondes médiatique, politique, et scientifique. Or, le discours qu’il déploie et la pensée qui en émerge portent un projet préoccupant pour l’éducation. Sous le flou d’une novlangue vaseuse, on peut distinguer un projet de délégitimation voire de destruction de l’école publique. Ce projet trouve aujourd’hui des relais dans l’Éducation Nationale, où les analyses et préconisations des deux rapports précédemment cités percolent depuis le Ministère jusqu’aux académies devenues « apprenantes ». Continuer la lecture de « François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante » »

« Pour des recherches sur la guerre indépendantes » ? Droit de réponse : la parole à la défense

La rédaction du Carnet Zilsel a reçu cette semaine le texte qui suit, accompagné d’un chapô explicatif : « L’Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES) remercie les responsables de Zilsel de bien vouloir publier ce droit de réponse à leur billet du 23 juin (“pour des recherches sur la guerre indépendantes”) ». Comme il s’agit d’un « droit » garanti par des textes de loi et que nul ne saurait l’ignorer, y compris le Carnet, nous nous exécutons donc. Il eût été certes plus intéressant de lire une contre-argumentation sur le fond, mais – comme les signataires l’annoncent à la fin de leur réponse – pour cela il faudra patienter l’organisation d’un débat en bonne et due forme. Il serait bon qu’il soit publicisé au-delà des cercles de spécialistes et de l’academia, car les problèmes soulevés dans le premier billet sont fondamentaux et d’intérêt général. JL & ASM

Le 23 juin 2018, plusieurs collègues universitaires ont pris position sur le Carnet Zilsel pour défendre l’indépendance de la recherche publique sur la guerre. Plaidant pour le renforcement des financements du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, ils critiquent le soutien plus ciblé du Ministère des armées en direction des chercheurs, qui concerne pour l’essentiel les jeunes chercheurs (doctorants et postdoctorants). L’Association pour les études sur la guerre et la stratégie (AEGES) ne peut que souscrire à la démarche consistant à défendre l’investissement public dans l’enseignement supérieur et la recherche ainsi que l’indépendance des chercheurs. Nombre des questions soulevées par ce texte sont aussi les nôtres : la réalité d’un « retard français », les questions de financement de la recherche, le positionnement des enseignants-chercheurs doivent bien évidemment être discutés. Continuer la lecture de « « Pour des recherches sur la guerre indépendantes » ? Droit de réponse : la parole à la défense »