Science en f(r)iches. Compte rendu et entretien flash avec Jean-François Bert

À propos de Jean-François Bert, Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer, Paris, Anamosa, 2018, 221 p.

Georges-Louis Le Sage (1724-1803) a composé une œuvre étrange, atypique et, pour tout dire, monstrueuse. Sa contribution (volumineuse en taille) à la science des Lumières est un corpus de 35000 fiches, des cartes à jouer au dos desquelles il a consciencieusement noté absolument toutes les pensées, analyses, idées, découvertes, nouveautés, qui lui ont traversé l’esprit. Il a ensuite recomposé en sachets, boîtes, logettes et casiers cet immense fichier tout au long de sa vie.

Jean-François Bert s’est donc attaqué à ce massif documentaire aussi inédit que surprenant. L’ensemble de ces petits documents est un défi pour l’étude historique : comment saisir la logique simultanément cumulative et fragmentaire de ce jeu proliférant de cartes annotées ? Comment comprendre la démarche d’éparpillement de Georges-Louis Le Sage ? Comment problématiser ce travail continuel de ressassement, de reprise et de réajustement ? Jean-François Bert a choisi d’étendre et de poursuivre sur ce cas une « histoire matérielle des pratiques savantes » qui fasse droit aux « multiples “inscriptions” » de Le Sage (p. 22). L’enjeu est d’importance, car il s’agit de conjuguer deux problématiques : d’une part, il faut comprendre ce que la science fait à la pratique savante ; d’autre part, il importe de restituer le travail scientifique comme « une activité complexe qui est alternativement composée par des actes et des gestes inventifs, des pratiques routinières, des procédures de raisonnement (…) ». (p. 24). C’est en maintenant vive la tension entre ces deux grandes lignes d’analyse que Jean-François Bert entend rendre compte du travail titanesque de fichage entrepris par Le Sage. Les gestes, l’ergonomie de la recherche, le souci scrupuleux de la notation, l’effort de classement permettent de se repérer dans un vaste labyrinthe documentaire au sein duquel même son auteur peinait à se repérer.

Logique de la fiche

Georges-Louis Le Sage débute une trajectoire « classique » de savant des Lumières. Il fait des études de médecine, sans les achever, a soumis un mémoire intitulé Essai de chymie mécanique à l’Académie de Rouen – qui le distingue –, et défend une théorie physique originale. S’adossant à la gravitation newtonienne, il soutient que « les corps célestes ne s’attirent pas, mais sont poussés les uns vers les autres par l’effet de chocs répétés de petites particules qu’il appelle, suivant un conseil donné par le mathématicien et physicien Leonhard Euler dans une lettre de 1761, des “corpuscules ultramondains” » (p. 11). Il côtoie D’Alembert et Lalande, correspond avec l’Europe savante. Pourtant, ses propositions physiques ne feront l’objet d’aucune reprise sérieuse, les quelques travaux diffusés ne sont pas discutés, sa notoriété savante est quasi-nulle. Au cœur de cette apparente contradiction, il n’y a pas seulement la spéculation hasardeuse à propos de corpuscules indétectables : il y a, aussi et surtout, la construction démesurée d’un mode d’expression fonctionnant en vase clos. Les fiches, remplies d’observations, de pensées ou de notes, sont classées, inventoriées, transportées d’un sachet à un autre, d’une logique documentaire à une autre. Il en résulte un corpus inaccessible au monde savant, une forteresse d’informations pieusement conservée dans la soupente de la maison de Le Sage. L’érudition se trouve dispersée dans une myriade de documents. Il ne s’agit nullement de brouillons : si dans un premier temps Le Sage a ainsi préparé ses livres, très vite les fiches sont devenues ses productions finales. Continuer la lecture de « Science en f(r)iches. Compte rendu et entretien flash avec Jean-François Bert »

De la « crise » à la privatisation : l’Université de Californie, Berkeley en transition. Entretien avec Déborah Blocker

At Berkeley, film du documentariste Frederick Wiseman sorti en 2013, s’ouvrait sur l’expression d’une inquiétude, explicite au tournant des années 2010 : comment conserver le statut de grande université publique dans un contexte de désengagement financier de l’État ? Nous reprenons ici, quelques années plus tard, le fil de cette question avec Déborah Blocker, Associate Professor (soit l’équivalent de maître de conférences titulaire) à l’Université de Californie-Berkeley[1] (UC Berkeley ou UCB), rattachée principalement au département de littérature française et secondairement au département d’études italiennes. En 2009, l’année où l’UCB avait subi un premier gros choc budgétaire en contrecoup de la crise financière de l’automne 2008, Déborah Blocker avait publié un texte savoureux à l’occasion de la visite sur le campus de Berkeley de Valérie Pécresse, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Recrutée en 2005 à l’UCB, notre interlocutrice a, depuis, participé à plusieurs comités universitaires, notamment l’un consacré à la gestion de la recherche sur son campus (Committee on Research ou COR). Elle participe aussi à une liste d’information originellement liée à un groupe nommé « Save the University », créé en 2009 pendant la crise budgétaire ; à partir de ce groupe s’en est créé un autre, le « Berkeley Faculty Association », qui n’est pas un syndicat à proprement parler, plutôt un groupe de pression et de négociation avec la hiérarchie. Un groupe que Déborah Blocker trouve parfois efficace, parfois trop dans la cogestion, et dans certains cas pas assez dans l’opposition…
Réalisé en mai 2017 par Isabelle Bruno et Grégory Salle, revu et actualisé en mars 2018, cet entretien peut nourrir la réflexion qui anime les mobilisations universitaires actuelles : au-delà de l’« orientation et de la réussite des étudiants », objet officiel du projet de loi qui suscite la contestation, c’est évidemment à la fois le fonctionnement et la fonction de l’université qui sont en jeu — et même son caractère public (à travers l’augmentation des frais de scolarité actuellement envisagée pour les universités françaises).

Avant d’arriver à l’Université de Californie-Berkeley (UCB), tu as enseigné d’abord en France, puis aux États-Unis, à l’université de Pittsburgh. Rétrospectivement, comment juges-tu les conditions matérielles et intellectuelles d’exercice du métier de part et d’autre ?

DB : Il est difficile de comparer à la fois dans l’espace et dans le temps, parce que la profession s’est radicalement transformée au cours de cette période. C’est clair que l’institution la plus confortable, c’est celle dans laquelle je suis maintenant, en particulier pour la recherche : en termes de bourses pour aller travailler sur des archives, d’obtention d’années sabbatiques… De ce point de vue, j’ai obtenu tout ce dont j’avais besoin. Pour l’enseignement, c’est plus compliqué. Ces quinze ou vingt dernières années, l’université (en général) a énormément changé… Par exemple, j’ai enseigné à l’université de Rouen à un moment où, dans des TD de littérature du XVIIe siècle, il y avait soixante-dix personnes – je crains qu’aujourd’hui, il n’y en ait plus que dix ! Merci à ceux qui pensent qu’il ne faut pas enseigner La Princesse de Clèves ! [rires] Des transformations majeures ont affecté certaines disciplines, dont la mienne. Et même ici, les classes que j’avais en arrivant étaient plus pleines que maintenant. Depuis deux ou trois ans, on a des problèmes parce que les étudiants qui craignent les difficultés économiques dans leur vie professionnelle et ont peur pour l’avenir vont s’inscrire dans des disciplines type « informatique », ou plus généralement ce qu’on appelle les STEM : Science, Technology, Engineering and Math. Restent celles et ceux qui font des doubles cursus (« double major ») : souvent de très bons étudiants, mais qui généralement ne se spécialisent pas, à terme, dans les humanités.

At Berkeley (2013), de Frederick Wiseman (http://www.vivalacinema.net/at-berkeley-un-documentaire-de-frederick-wiseman-en-salle-le-26-fevrier-2014/)

Et ça affecte encore plus le recrutement des « graduate students » [c’est-à-dire ceux qui préparent un master ou un doctorat]. Dans les humanités, le nombre d’étudiant(e)s faisant des thèses baisse. On en recrute de moins en moins. Les bourses (« stipends ») avec lesquels on les recrute stagnent ou augmentent trop peu, alors que le coût de la vie dans la Baie de San Francisco s’envole d’année en année. Au final, ça devient très difficile, sur le plan économique, de faire une thèse dans un endroit comme la Bay Area. Depuis 2009, il y a aussi globalement de moins en moins de postes dits « tenure-track » (titularisables) pour ceux qui obtiennent des thèses, même si en ce moment ça varie. Du coup, il y a moins de candidat(e)s aux « graduate studies » dans les humanités et leur qualité me semble parfois baisser. J’étais venue ici aussi parce qu’il semblait possible de diriger des thèses, mais en fait ce n’est pas simple. Des universitaires spécialistes de littérature moderne (« early modernists »), on en a quatre dans mon département, dont moi, qui suis la plus jeune. Je me retrouve souvent à aider pour des comités de thèse : là par exemple j’ai deux thèses à faire terminer, ce n’est pas moi qui les dirige mais je lis quand même tout parce que je fais partie du comité. Donc c’est bien, c’est intéressant, j’apprends des choses, mais finalement je me retrouve très peu en situation de diriger vraiment des thèses alors que c’est techniquement possible ici à mon niveau de carrière. Il y a en fait une sorte de disette – disette largement construite bien sûr – de doctorant(e)s et de financements doctoraux.

Pour une part, c’est une politique, et une politique qui répond à une conception marchande de l’éducation. Le nombre de gens qui vont à l’université augmente, mais en face on met de moins en moins des gens qui ont des thèses, plutôt des gens qui sont moins formés ou qui, même titulaires de thèses, ne feront pas de recherche, comme les « lecteurs » (« lecturers »), car ça coûte moins cher. Maintenant, ces personnels souvent sous-payés et parfois sans véritable sécurité de l’emploi, sont devenus l’essentiel des enseignants dans le supérieur aux États-Unis (ils représentent 70% des enseignants en fait) ; or ce sont des enseignants qui ne sont pas ou plus des chercheurs en même temps. La transformation du marché du travail universitaire est donc considérable, et elle assèche les formations doctorales, notamment dans les départements d’humanités, les transformant peu à peu en départements centrés sur la formation d’étudiants « sous-gradués » (de premier cycle) toujours plus nombreux, mais pour qui les disciplines des humanités sont de plus en plus des formations complémentaires (si ce n’est des formations accessoires…), plutôt que leur cursus principal (ou leur visée professionnelle).

Et les publics étudiants, entre France et États-Unis, mais aussi entre institutions publiques et privées, comment les décrirais-tu ?

À Rouen, c’était généralement un public de première génération allant à l’université. Des enfants d’ouvriers et/ou d’immigrés, assez divers quand même (il y a avait aussi des jeunes issus de couches plus bourgeoises), mais souvent avec beaucoup de difficultés, d’écriture notamment. Et le système n’était pas équipé pour les recevoir et les former. Au début des années 2000, on avait des maquettes de licence qui ressemblaient à ce qui existait trente ans auparavant. Or il aurait sans doute fallu qu’on leur donne des cours de composition dès le début par exemple ; mais ça, c’était hors de la perspective de mes collègues, ils ne le comprenaient pas vraiment ou étaient surtout soucieux d’enseigner leur spécialité. Cependant, l’inadaptation des cursus aux besoins réels décourage les étudiants et peut gâcher des bonnes volontés.

Ici, à Berkeley, les étudiants sont aussi d’origine populaire et/ou immigrés de la première ou de la seconde génération. Les deux-tiers reçoivent une aide financière de l’université et environ 30% reçoivent ce qu’on appelle un « Pell Grant », des bourses qui peuvent aller jusqu’à 6000$ par an et par lesquelles l’État fédéral aide les étudiants dans le besoin à financer leurs études. Mais – c’est la différence majeure sans doute – ils sont très rigoureusement sélectionnés à l’entrée : il faut en gros avoir 20/20 dans toutes les matières au lycée pour rentrer à UC Berkeley et dans les autres campus de l’Université de Californie. Cependant (et la nuance est de taille par rapport aux sélections en général envisagées en France, y compris actuellement dans la Loi Vidal, qui sélectionnerait exclusivement sur le plan académique, si je comprends bien), cette sélection à l’entrée prend aussi en compte l’origine socio-économique des étudiant(e)s, et même leur « genre » (gender) et leur origine ethnique (dans le cadre de l’« affirmative action », qui existe toujours, mais n’est hélas pas aussi efficace qu’on aurait pu le souhaiter), ce qui donne naissance au final à des promotions assez diverses socialement, et même ethniquement. Évidemment, on pourrait faire encore mieux et les privilèges sociaux restent déterminants dans l’accès à l’Université de Californie, mais si on compare avec une classe préparatoire française ou des amphis de licence dans une faculté de l’Hexagone, la mixité sociale et ethnique est certainement plus beaucoup présente à l’UCB – et aussi plus harmonieuse. Par ailleurs, comme le mérite entre pour une grande part dans la sélection, les étudiant(e)s ici sont beaucoup mieux préparé(e)s aux études supérieures et d’un niveau plus uniforme que dans une faculté française (ils ressemblent davantage aux étudiants d’une classe préparatoire, sur ce plan) ; encore que ça change aussi, avec des écarts qui deviennent importants, ces dernières années, entre la tête et la queue de classe, pour laquelle il faudrait peut-être concevoir les cours différemment. C’est que les portes de l’université se sont ouvertes : le campus de l’UCB accueillait 23 400 undergraduates (étudiant(e)s de premier cycle) en 2005-2006, il en accueille 30 600 en 2017-2018 – donc le lieu devient un peu moins élitiste sur le plan académique. Ceci dit, ça reste quand même très sélectif : il y a à peu près 85 000 candidatures par an pour le premier cycle, pour environ 15 500 offres d’admission en première année.

On a souvent le cliché d’universités états-uniennes peuplées uniquement d’étudiant(e)s riches, auxquel(le)s s’ajoutent quelques boursiers méritants…

De ce point de vue, Berkeley est très différent de Stanford[2] : dans les UCs, on a je crois le plus grand pourcentage de boursiers fédéraux de tous les États-Unis. Là je parle encore une fois des bourses de l’État fédéral américain, dites « Pell Grants », qui financent environ le tiers de nos étudiants, suivant les années. On en a plus à Berkeley, en pourcentage, que dans toutes les universités de l’« Ivy League » réunies (34% des étudiants en 2014-2015 à l’UCB, contre 17% en moyenne dans les huit Universités Ivy League). Pour nous, les « Pell Grants », c’est vraiment une source de financement essentielle. Si elle venait à être supprimée par le gouvernement Trump, qui en a parlé à plusieurs reprises, je ne sais pas comment on ferait !

Il y a aussi des bourses attribuées directement par l’UCB, pour des étudiant(e)s très méritants. J’ai participé à des comités de sélection pour ces bourses au mérite et ce que j’ai pu observer, c’est que – comme on pourrait s’y attendre – les très méritants, généralement, c’est aussi ceux qui n’ont pas trop de problèmes d’argent… Souvent, ces bourses vont par exemple à des enfants de professeurs d’université, dont les rejetons sont bien adaptés au système scolaire.

Droit d’entrée. Sather Gate, UC Berkeley (crédits : John Loo, 2013, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/johnloo/8755988763/)

Continuer la lecture de « De la « crise » à la privatisation : l’Université de Californie, Berkeley en transition. Entretien avec Déborah Blocker »

« Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly

Un livre pour Bourdieu, plutôt qu’un livre sur Bourdieu ? C’est le pari de Marc Joly. Prenant pour point de départ l’ouvrage de Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuraliste héroïque (2016), dont il critique les partis pris et les erreurs, il revient, dans un style d’argumentation tonique et direct, sur le projet intellectuel du sociologue-le-plus-cité-dans-le-monde. Loin d’un « structuralisme » au rabais, Bourdieu a pris part de façon décisive à la révolution sociologique commencée à la fin du 19e siècle, que Marc Joly a documentée dans un grand et gros livre paru l’année dernière[1]. Avec d’autres, parmi lesquels Norbert Elias, Bourdieu approfondit les fondements théoriques de cette rupture épistémologique et met à l’épreuve d’innombrables objets d’enquête. Ce Pour Bourdieu (CNRS éd.) veut donc rendre justice à un sociologue incompris, non pas seulement en pointant la grande richesse des travaux empiriques et théoriques dans lesquels il s’est engagé, avec le concours des membres de l’équipe du Centre de sociologie européenne dont il a été longtemps l’« entraîneur », mais en explicitant les raisons de la haine et de la jalousie dont il a fait et fait encore l’objet. Marc Joly pose donc, très directement, sans la détestable habitude des sous-entendus malsains, des questions difficiles à entendre. Il nomme, cite, discute, conteste, argumente. Il nous a semblé d’autant plus légitime d’échanger avec lui que les conditions du débat sociologique sont pour le moins difficiles ces derniers temps lorsque l’on évoque la figure de Bourdieu (voir par exemple les polémiques stériles autour du Danger sociologique[2]). On l’aura compris, c’est avec une certaine sympathie, disons même une franche camaraderie, que nous avons préparé cette conversation qui n’engage que nous, i.e. JL & ASM[3].

Une première question, aussi simple que directe : pourquoi ce Pour Bourdieu ? 

Parce que, si on croit en la sociologie, si on pense que cette science est centrale pour penser ou, plutôt, pour repenser nos rapports les uns avec les autres et notre rapport au monde, on ne peut pas laisser dire que l’un des plus importants représentants de cette discipline, non seulement a échoué, mais, pire, ne pouvait qu’échouer. Or c’est le message que tend à faire passer Fabiani dans son Pierre Bourdieu. Deux autres considérations, en particulier, m’ont incité à le prendre en quelque sorte pour point de départ et pour objet. C’est, tout d’abord, qu’il s’agit à bien des égards d’une œuvre collective. Clairement, ce qui m’a paru problématique, c’est moins le livre en lui-même que ce qui l’a rendu possible. À savoir, pour l’essentiel : le tournant dit « critique » des Annales, l’épistémologie dite « wébérienne » de Passeron ainsi que le retour de la philosophie (politique et morale) en sociologie orchestré par Boltanski-Thévenot, qui a abouti à cette espèce de dogme faussement irénique et au contenu flou qu’est la « philosophie des sciences sociales ». Déconstruire le livre de Fabiani, c’était donc se donner les moyens de soumettre à critique toutes ces évolutions (en grande partie liées aux jeux de pouvoir propres à l’EHESS) qui, à mon avis, ont fait régresser les sciences sociales, pas seulement sur un plan épistémologique, d’ailleurs, mais aussi sur celui, disons, de la morale scientifique. Et puis j’ai vu, dans ce travail critique, l’opportunité de mettre à l’épreuve du cas Bourdieu le modèle théorique de l’émergence et du développement de la sociologie esquissé dans mon ouvrage La révolution sociologique. Continuer la lecture de « « Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly »

Dans les ruines fumantes de l’Université. Compte rendu et entretien flash avec Christophe Granger

À propos de Christophe Granger, La destruction de l’université française, Paris, La Fabrique, 2015.

Parce que la question de la survie de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) en France doit être posée avec soin, le Carnet Zilsel rend compte cette semaine d’un ouvrage particulièrement tranchant dans la production éditoriale. Christophe Granger propose une relecture historique de l’état de l’université française. Organisation d’un chaos administratif et gestionnaire, disparition de l’autonomie scientifique sous toutes ses formes, précarisation généralisée et érigée en système de management : le constat est impitoyable mais lucide, et l’entretien que nous a confié l’auteur y ajoute sans équivoque. Ces questions n’appartiennent pas seulement aux chercheurs, aux enseignants-chercheurs et aux personnels administratifs et techniques de l’ESR ; elle est, bien plus globalement, une question politique majeure qui doit être débattue ailleurs que dans les seuls amphis. C’est pourquoi nous avons accepté la reprise simultané de ces textes dans la rubrique « Débats » du site d’information Révolution Permanente. Place à la reconstruction !

Voici un livre cinglant. Tranchant même. D’une lecture aussi lucide qu’intransigeante. Depuis vingt ans il s’est passé quelque FAB_GRANGER_2015_2.previewchose dans l’Université française (entendue comme l’ensemble des ressources de la recherche scientifique et de sa transmission) et Christophe Granger en livre une chronique implacable. On peut résumer l’idée centrale du livre de cette façon : la précarisation et le délabrement actuels de l’Université ne sont pas les conséquences dramatiques d’une néolibéralisation à marche forcée, ils sont le but recherché par les idéologues de la trop fameuse « économie du savoir ». Il s’agit bien de faire céder la double spécificité d’un champ scientifique relativement autonome, à savoir le contrôle par les pairs – reconnus comme tels – du contenu des connaissances produites et enseignées ainsi que la maîtrise des carrières par des instances professionnelles. C’est sur cette légitimité duelle que les agents actifs ducapitalisme de la connaissance ont décidé de faire porter leurs actions les plus agressives. Avec, comme dans le cas de la LRU, la bénédiction des dirigeants politiques (très facilement) convaincus par la rhétorique usée jusqu’à la corde de la « compétitivité » et autres fadaises empruntées à l’économie orthodoxe qui n’en finit pas de ruiner tous les secteurs qu’elle met en coupes réglées.

L’ouvrage de Christophe Granger n’a rien d’une imprécation vaine, comme l’on en trouve régulièrement. Il s’agit d’un livre très documenté et construit selon une problématique concentrique, qui définit son objet et l’historicise. Sans lui dénier sa force pamphlétaire bienvenue, c’est à la rigueur du raisonnement que l’on doit la puissance argumentative du propos. L’auteur parvient à rassembler en moins de 200 pages les éléments d’un diagnostic implacable, préparant le terrain d’une politique de l’Université qui donne raison d’espérer encore un peu ­– un peu car, on le devine en explorant les évolutions les plus inquiétantes et navrantes, le pronostic vital est déjà engagé.

Γίγνωα κεκαιρόν

Remonter vers les débuts de l’Université moderne, ce n’est pas chercher un hypothétique âge d’or. C’est au contraire se donner les moyens de comprendre ce qui est aujourd’hui défait. Comme le note Christophe Granger en ce sens, l’une des conséquences de la crise permanente dans laquelle est plongée l’Université néolibéralisée est « l’oubli des généalogies » (p. 17).Le point de départ et d’inflexion historique du livre correspond à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, alors que les locaux universitaires sont délabrés et que le corps professoral est clivé entre les titulaires et des « adjoints » condamnés à errer dans l’antre d’un système d’enseignement et de recherche totalement misérable. Si Duruy avait imaginé que quelques ponts soient tendus entre ces deux conditions socio-intellectuelles, ce sont les réformateurs de la IIIe République qui vont repenser radicalement l’ordre universitaire – dans sa double acceptation de structuration des savoirs et de hiérarchisation professionnelle. Le changement qui survient est alors d’ampleur : ce ne sont pas simplement les locaux qui sont reconstruits ni les ambitions scientifiques qui sont déployées pour rattraper l’Allemagne – le grand « Autre » qui ne cesse d’influer sur les consciences gagnées par le déclinisme –, c’est la place même de la vie intellectuelle dans la société qui est renouvelée. L’État républicain s’appuie sur la Science et la Connaissance entend favoriser les lieux où elles sont produites, enseignées et discutées. Surtout, la prise en main par la puissance publique de la vocation intellectuelle met fin à l’omnipotence mécénale de la bourgeoisie. Alors que le siècle du romantisme s’achève, l’« autonomisation de la chose universitaire » est en marche (p. 36). D’autant qu’en interne, l’organisation de l’Université n’est plus clivée entre deux strates d’enseignement dont les carrières restaient résolument étanches. Désormais, des circulations sont possibles, des promotions dessinent des parcours professionnels. Il existe donc un « métier » d’universitaire et non plus des espaces sociaux indépendants entre l’aristocratie des professeurs en chaire et des subalternes plébéiens. Christophe Granger met ici au jour une transformation historique plus profonde qu’il n’y paraît : c’est une logique professionnelle de la vocation qui émerge et qui prend le pas sur une logique d’exclusion sociale. D’autant que l’accès au poste est régi par les pairs. Le travail d’autonomisation au cœur de l’Université est donc double : d’une part vis-à-vis des puissances de l’argent (puisque c’est la puissance publique qui assume son financement) et d’autre part, à l’intérieur même du corps professoral, qui ne fait qu’un, désormais. Bien sûr, cette organisation a été travaillée par toutes les secousses du 20e siècle,et l’on songe tout particulièrement aux saignées démographiques de la première Guerre mondiale. Mais c’est un édifice globalement structuré autour de la notion d’autonomie qui voit le jour en France à la fin du 19e siècle. Continuer la lecture de « Dans les ruines fumantes de l’Université. Compte rendu et entretien flash avec Christophe Granger »

Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet

À propos de Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015.

La nature a compté dans l’histoire du pouvoir associé au château du Versailles. Les résistances qu’elle a opposées à ses gouvernants l’ont même conduit à être un foyer d’invention d’une politique de la nature. Pour le montrer, G. Quenet délaisse le plan quadrillé du palais et du Petit Parc qui l’entoure, s’éloignant du même coup d’une historiographie peu regardante sur les rapports des hommes de la cour avec les êtres vivant au-delà. Sa proposition s’appuie ainsi sur une extension du domaine de l’histoire de Versailles, suivant les traces du roi et de sa cour (mais aussi celle de sa police) dans le Grand Parc et la campagne alentour, aménagés tant bien que mal pour leurs besoins. Les archives exploitées par l’historien témoignent de difficultés d’aménagement qui tranchent avec la thématique aujourd’hui bien polie de la domination « à la française » de la nature. Il s’agit dès lors pour lui de restituer ce Versailles « dynamique et mobile, vivant et giboyeux », mais aussi « heurté, incontrôlé, contesté » (pp. 7-8), loin donc du « fantasme de l’absolutisme environnemental » consacré par une historiographie centrée sur les principaux bâtiments (p. 31 sq.). « Resserr[ant] l’étau patrimonial autour de Versailles », celle-ci n’a pu faire du château un objet constitutif de l’identité nationale qu’au prix d’une artificielle mise à distance du Grand Parc et de la vie qui l’anime (dans cette veine, « pour que le château s’affirme, il faut que le Grand Parc s’enfonce dans l’ombre », p. 177).

70718494_000_CV_1_000Le but du Versailles de Quenet est d’éclairer à nouveau ce domaine royal au statut original, sous un jour plus contrasté que celui qui écrase les allées du Petit Parc. Il lui faut donc troquer la posture textualiste qui, en cherchant à déchiffrer le sens du château, l’a en quelque sorte « momifié » (p. 7), pour une autre heuristique. L’historien choisit pour cela un modèle « contemporain du palais », celui de l’histoire naturelle, pour saisir les quatre moments – « naissance, croissance, régénération et mort » – de la vie de « l’animal Versailles » (pp. 10-11). Celui-ci « se reproduit et se développe au prix d’un gigantesque métabolisme, parcouru de flux qui entrent (…), qui sortent (…), et qui se régénèrent » (p. 16) : c’est sous cette forme – hybride, pour le coup – que Quenet entend donner toute sa force à « la matérialité de la nature » dans l’histoire de Versailles. Dans cette présentation, l’effet est saisissant ; on frôle le « monster movie » (sous-titre : « Bruno Latour meets Louis XIV ! »).

Plus sérieusement, l’ouvrage présente une passionnante enquête d’histoire environnementale (dont G. Quenet est l’un des fers de lance en France[1]), proposant une nouvelle perspective sur un lieu de pouvoir qui étonne encore par sa démesure. Dans le domaine de Versailles, l’environnement royal est marqué notamment par la richesse de la faune et la rareté de l’eau, et l’auteur exploite brillamment la façon dont ces particularités travaillent et sont travaillées par la politique d’aménagement au service de la cour. La chasse est à la fois l’un de ses plaisirs favoris et l’occasion d’une confrontation planifiée avec la nature. Louis XIV, par exemple, chasse un jour sur trois à la fin de son règne : sangliers, loups, cerfs, chevreuils, daims, lièvres, faisans… Ceux-ci sont confinés – parfois élevés ou importés[2] – dans le Grand Parc, ceinturé d’une clôture : mais comment gérer cette ressource, i.e. en jouir sans l’épuiser, dans le cadre d’une pratique de chasse exceptionnellement sédentaire (pp. 30, 108-109) ? Pratiquée passionnément, la chasse au loup élimine l’espèce, ce qui met en évidence la « portée écologique considérable » de cette disparition sur la biodiversité et sa répartition dans le Grand Parc, sous la forme de ce que l’on appelle aujourd’hui des « cascades trophiques » (p. 123). On voit aussi comment les pratiques de gestion du domaine appellent de développer des techniques de classification semi-savantes : la création de route implique de classer les arbres (décoratifs ou non), et le maintien d’une réserve de gibier satisfaisante de distinguer les espèces nuisibles des autres. Belettes et fouines sont ainsi placées sur une liste noire que l’expérience apprend à mieux remplir : dans les années 1760, par exemple, « le service des chasses demande que les sommes consacrées [à l’éradication des] hiboux servent à exterminer les pies, ce que le roi approuve ». Le cas des lapins apparait en revanche insoluble, accédant finalement au rang de « problème national » (pp. 110-112). Continuer la lecture de « Faire l’histoire environnementale de Versailles. Compte rendu et entretien flash avec Grégory Quenet »