Crever l’abcès

« Vous avez raison, continuez à changer le monde avec les comptes rendus du cahier Zilsel. »
@edouard_louis, 22 juin 2015, Twitter.  

Crever d’excès

En février 2016, nous avons publié ici même avec Vincent-Arnaud Chappe une note critique à propos du livre de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, qui venait de paraître dans sa propre collection chez Fayard. La recension pointait toutes les limites d’un ouvrage superficiel, faussement radical et empiriquement vide. L’auteur semble nous en avoir tenu rigueur – ce qui est bien son droit. Avec Didier Eribon et Édouard Louis, ses « frères d’armes et d’esprit », ils multiplient dans la foulée, notamment sur les « réseaux sociaux », les invectives, les anathèmes et les attaques ad personam. Comme ces mises en cause se répètent régulièrement (avec l’espoir, chez notre trio infernal, de susciter un petit buzz médiatique de plus, ce qui a pour l’instant lamentablement échoué), qu’elles atteignent des intensités de plus en plus grandes et qu’elles s’inscrivent désormais dans le registre bien discernable de l’injure publique, nous nous permettons ici une analyse sur « le vif » de cette attitude si caractéristiques du dévoiement de la critique.

Nous le réaffirmons, s’il en est besoin : G. de Lagasnerie peut légitimement considérer que notre critique de son livre est injuste, insuffisante, sans fondement, etc. Mais encore eût-il fallu qu’il se donne la peine de répondre à nos arguments par des contre-arguments, comme il se doit. Après une vague promesse de réponse dans un message laconique adressé sur une liste professionnelle, il n’a pas semble-t-il trouvé le temps de répondre aux nombreuses questions que nous avions soulevées à propos de son essai. Tant pis, nous avons passé notre chemin. Les choses auraient pu en rester là. Les impasses critiques et les points d’achoppement sont nombreux dans l’univers académique ; ils balisent des oppositions frontales dans la façon de concevoir des objets de recherche, de les définir, de les analyser, de les appréhender, éventuellement de tirer des leçons normatives des résultats engendrés par ces recherches. Mais G. de Lagasnerie s’est fait une spécialité d’invectiver, sur Twitter notamment, à coup de captures d’écran et de tweets péremptoires, soit « Zilsel » dans son ensemble, c’est-à-dire le carnet et la revue fondée en 2017 (où notre critique a été reprise dans le premier numéro disponible sur Cairn), soit ses deux fondateurs (nous, donc). Aidé (si l’on peut dire) par ses amis D. Eribon (qui, nolens volens, a été jusqu’à l’année dernière « professeur de sociologie » à l’Université Jules Verne d’Amiens, et s’occupe aujourd’hui de faire fructifier ses actifs sur le marché globalisé de la Pensée Critique) et É. Louis (détenteur d’un contrat doctoral dans la même université, bien que son directeur de thèse D. Eribon considérât qu’il était trop « surdimensionné » pour y être inscrit, mais surtout auteur de produits littéraires à succès), G. de Lagasnerie aime pointer notre appartenance au petit monde grisâtre de la fonction publique de la recherche (l’ironie voulant que normalien, agrégé et professeur dans une école d’Art, il est tout aussi fonctionnaire que nous – le mépris de classe est ici patent, et assez peu flatteur pour un « philosophe et sociologue » radical-cheap, mais passons). Cette abomination de la recherche publique – de son labeur, de son ascèse, du refus du clinquant – est partagée par D. Eribon qui, toujours sur Twitter, chacun ayant les grandes surfaces d’expression qu’il peut, déborde de passion rance pour la critique du fonctionnariat de la recherche, étriqué, étroit, sans originalité[1]. Là encore, la chose ne manque pas d’ironie de la part d’un ancien journaliste qui a fait une partie de sa carrière éditoriale au Nouvel Observateur (aujourd’hui L’Obs), hebdomadaire plus connu, dans les années 1980 et 1990, pour aller dans le sens du vent médiatique que pour son intransigeance politique et intellectuelle[2]. D. Eribon pratique une méthode très classique pour mettre en forme sa détestation de notre travail (nous nous avançons un peu trop : il ne connaît pas, il ne s’abaisserait tout de même pas à lire d’obscurs « sous-chercheurs » !) : il s’agit rien de moins que de retirer à ses adversaires leur qualité d’êtres humains (nous serions « humainement gênants » [sic]). Ce sont là des pratiques qui ont beaucoup de succès dans le camp réactionnaire. Les pulsions conservatrices que nous avions pointées dans le livre de G. de Lagasnerie constituent bien, dans la clarté des insultes, le plan idéologique sur lequel se situent nos trois « contradicteurs ». Mais l’offense répétée sur ce ton ne nous a pas amenés à répondre, car pour tout dire nous avons franchement ri devant l’inanité et la puérilité des attaques. Continuer la lecture de « Crever l’abcès »

« “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES)

Roberto Pippo est du genre modeste, il se présente à vous sans arrogance ni faux-semblants. Il est direct, franc, volontiers séducteur, il n’y va pas par quatre chemins pour vous persuader de l’importance de sa cause. L’excellence, il l’a dans la peau et la défend bec et ongles. Parce que l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique qu’il préside s’est aujourd’hui imposée comme le point de passage obligé de la recherche scientifique de pointe, en France comme à l’international, parce qu’il est un personnage truculent et inévitable, le Carnet Zilsel a désiré en savoir plus. M. Pippo a accepté de nous rencontrer pour une brève mais féconde interview. Avec une déroutante sincérité, il nous a livré les secrets d’une savante alchimie, qui transforme l’air en vent. S’il n’est pas toujours évident de suivre le CEO de l’ANES dans tous ses raisonnements, tant ils rompent avec les habitudes de la communauté de l’ESR, on doit lui reconnaître un talent inouï : celui de donner goût à l’« excellence » et de nous projeter dans un avenir radieux où chaque entrepreneur de l’innovation techno-scientifique peut devenir milliardaire pourvu qu’il sache jouer du pipeau. L’ESR, rappelait récemment Roberto Pippo non sans provocation, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien. C’est bien l’intérêt et la puissance de l’ANES que d’aider à faire le tri, l’air de rien !

Commençons par le début : pourquoi l’ANES ?

C’est une bonne question ! Je n’y avais jamais réfléchi ! D’ailleurs je crois que personne n’y a jamais réfléchi… c’est curieux ! Je pense qu’à l’ANR non plus d’ailleurs !

Vous tenez un discours radical sur la gestion et le pilotage de l’ESR. Faut-il approfondir l’autonomie des universités ? Qu’en est-il de votre projet de les connecter de façon plus « synergétique » avec l’univers de l’entreprise, que vous considérez comme salvateur ?

Je préfère le terme d’université agile. Pour moi, les universités doivent être flexibles, numériques et connectées. Nous en reparlerons sûrement, mais je crois sincèrement à la dématérialisation totale de l’université. C’est un vrai challenge pour la #FrenchTech et le projet est actuellement en co-maturation dans une pépinière. Notre Sink Tank[1] ANES-PEPITE travaille également sur la question.

Grand auditorium du siège de l’ANES, quelques minutes avant l’annonce des résultats de l’année 2016 (crédits : Delegación de Turismo, Ayuntamiento de Aranjuez, 2007, via Flickr)

Continuer la lecture de « « “En Route” pied au plancher ». Entretien avec Roberto Pippo, PDG de l’Agence Nationale de l’Excellence Scientifique (ANES) »