Archives de catégorie : Oldies but goodies

Galilée hérétique, trente ans après. Réponse à une re-lecture récente

Suite à la publication, sur ce carnet, du billet de Jérôme Lamy sur une relecture de Galilée hérétique, nous avons sollicité son auteur, Pietro Redondi, pour qu’il nous livre ses propres impressions sur la réception de son ouvrage paru il y a maintenant trente ans. Il nous retrace ici les points aveugles des critiques qui lui ont été adressées et trace les perspectives d’une poursuite de son travail historien.

Galilée devant le Saint-Office au Vatican, par Joseph-Nicolas Robert-Fleury, 1847.
Galilée devant le Saint-Office au Vatican, par Joseph-Nicolas Robert-Fleury, 1847

En lisant le billet de Jérôme Lamy sur sa lecture de mon ouvrage Galilée hérétique, j’ai été très touché par la sincérité de son texte et sa façon de la communiquer au lecteur. Je me suis aperçu que j’aurais mieux fait de mettre davantage au clair ce qui, à mes yeux, constituait les points les plus importants de ma reconstruction et les perspectives à poursuivre. À mon avis, par exemple, le document de loin le plus important de l’accusation théologique contre l’auteur de l’Essayeur (et indirectement contre ses protecteurs au Vatican), ce n’est pas tellement le document G3, mais le livre Ratio ponderum, qui, bien qu’interdit à Rome, divulguait  une telle accusation tout en cherchant à embarrasser le Saint-Office en le mettant devant ses responsabilités. Et pourtant les commentateurs de mon livre n’ont jamais prêté beaucoup d’intérêt à cette publication. Elle est passée presque inaperçue et c’est probablement de ma faute.

Continuer la lecture de Galilée hérétique, trente ans après. Réponse à une re-lecture récente

Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée

Reprendre un ouvrage lu pendant les années d’études est toujours une expérience intellectuelle intéressante : les souvenirs des exaltations primitives se mêlent à l’effet d’une sédimentation lointaine. J’ai lu, lors de mes études de troisième cycle, le Galilée hérétique de Pietro Redondi, paru en France en 1983 (Redondi 1983). Il en restait les préventions des enseignants : le livre était une pyramide inversée, en ne s’appuyant que sur une archive unique, il remontait vers une généralisation douteuse, et la thèse défendue n’a pas été retenue par la communauté des historiens des sciences… Quelques mots, avant de revenir à ces arguments d’autorité (et pour cause), sur la progression du Galilée hérétique adoptée par Pietro Redondi.

Les pièces du dossier

Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985.
Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985

À l’origine du travail historien il y a une source étonnante, une archive inattendue, une irruption intempestive. Noté G3, un texte anonyme accuse le Saggiotore de Galilée de suivre la voie d’un atomisme hérétique. Ce ne serait donc pas la défense de l’héliocentrisme copernicien qui aurait initié le procès contre Galilée, mais une accusation plus grave encore, le retour à Démocrite, la remise en question des subtilités de l’Eucharistie. Dans le contexte post-tridentin, à l’ombre d’une puissance jésuite qu’on a cru, à tord, diminuée, au sein d’une géopolitique dont l’équilibre est menacé par la progression huguenote, les audaces du camp moderniste (dont Galilée est l’un des représentants les plus dynamiques) sont surveillées avec attention. Dès lors, dans le secret des commissions d’enquête, l’accusation anonyme (dont Redondi dévoile l’auteur en la personne du père Grassi) d’atomisme semble plus redoutable que celle d’héliocentrisme. L’accusation d’hérésie (et la possible condamnation à mort) pèse sur les discussions (dont nous n’avons pas la trace). Dans cette perspective, la défense de Copernic est un péché moins grave.

Continuer la lecture de Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée