Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde

un-monde-closÀ propos de Paul Edwards, Un monde clos. L’ordinateur, la bombe et le discours politique à l’époque de la guerre froide, Paris, Éditions B2, 2013, 212 p.

L’ouvrage de Paul Edwards publié par les éditons B2 sous le titre Un monde clos n’en est pas vraiment un. Entendons-nous, il s’agit bien d’un parallélépipède de papier composé de feuilles imprimées et reliées entre-elles. Mais le livre-matériel n’est pas nécessairement un livre-œuvre. Car en fait d’ouvrage, il s’agit d’un chapitre de l’édition américaine de The Closed World (Edwards 1996), chapitre déjà publié en français (Edwards 2004), aujourd’hui (brillamment) retraduit et augmenté d’une introduction conséquente. Le lecteur restera donc sur sa faim de ne découvrir qu’un entremet lorsqu’on lui a promis un repas complet.

Prenons donc cet objet pour ce qu’il est, une version intermédiaire, une « mise en bouche », avant, nous l’espérons la traduction complète de l’ouvrage.

D’un monde clos…

L’introduction (inédite) impressionne par son ampleur de vue. C’est peu dire qu’on adopte ici le point de vue de Sirius pour analyser les transformations massives d’une sphère techno-scientifique aux contours un peu flous il est vrai (la faute à cette hauteur de vue, précisément). La thèse est la suivante : la guerre froide a eu pour conséquence la clôture du monde sur lui-même, enfermant les tensions géopolitiques dans un espace politique, culturel, économique strictement borné. À l’opposé de cette conception, Edwards soutient (en puisant dans la théorie littéraire) que le monde vert (hanté par l’imaginaire et centré sur la nature) offre une alternative à la froide géographie (mentale) de l’après seconde guerre mondiale. Il s’agirait alors de retrouver « la communauté et l’ordre cosmique par la transcendance de la rationalité, de l’autorité, des conventions et de la technologie » (p. 4). À ce niveau de généralité, il est difficile de saisir exactement ce que signifierait une transcendance de la rationalité : s’agit-il de se déprendre des schèmes rationalistes ? Ou bien de considérer qu’il est possible de fonder une autre rationalité ? Visiblement, Edwards installe cette opération transcendantale dans la logique des couples d’opposition : au monde clos de la technologie s’opposent la magie et la nature. Sans que l’on sache très bien néanmoins les opérations cognitives et pratiques qui permettraient de faire jouer ces doublets. D’autant qu’il semble hasardeux, au vu des nombreuses études anthropologiques sur le sujet, d’opposer magie et technologie (voir par exemple : Gell 1988).

Continuer la lecture de « Les instruments de la peur. Sur l’hybris technologique et l’enveloppement du monde »

L’art délicat du manifeste épistémologique

À partir de Charles Camic, Neil Gross, Michèle Lamont (eds.), Social Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2011, 471 p. Reprise revisée (et autorisée) d’un compte rendu paru initialement dans la Revue française de sociologie, n° 4, 2012, p. 571-574.

SKMEn première lecture, Social Knowledge in the Making (SKM) ne laisse pas indifférent et excite la curiosité : pour qui veut étudier les pratiques de savoir des disciplines traitant de la vie sociale, l’ouvrage édité par Charles Camic, Neil Gross et Michèle Lamont fournit une introduction utile et un programme de recherche relativement intégré. Puisque nous vivons censément dans des sociétés saturées par la connaissance, des sociétés de la connaissance, que celle-ci frappe donc par son ubiquité, son caractère expansif et l’extrême variété de ses expressions, le projet d’une sociologie des pratiques du « social knowledge » devrait se justifier par soi selon les auteurs. La notion très extensive de « social knowledge » est le pivot de l’ouvrage et englobe les « informations descriptives et les assertions analytiques au sujet des actions, comportements, états subjectifs et capacités des êtres humains et/ou relatifs aux propriétés et aux processus des unités agrégées ou collectives », auxquelles s’ajoutent des « assertions normatives » empiriquement fondées et les « technologies et outils du savoir » (p. 3, souligné dans le texte). Malgré l’omniprésence de ces réalités, les trois sociologues soulignent l’existence de « lacunes », ces pratiques cognitives étant peu étudiées en tant que telles selon eux. Alors que les sciences de la nature sont l’objet d’innombrables monographies et la chasse gardée d’un domaine aux contours toujours flous, les Science and Technology Studies (STS), il y aurait semble-t-il urgence à se mettre au travail. Ainsi, tous les auteurs contribuant à SKM traitent à leur manière le problème de la construction en pratiques de ces savoirs. Les objets retenus sont très variés (pratiques historiographiques, préparation d’une communication à une conférence, modes d’évaluation des recherches académiques, sondages, usages de l’objectivité, techniques d’anticipation et de modélisation de scénarios dans des conjectures géopolitiques incertaines, analyse financière, etc.) et laissent deviner un champ de recherche extensible à l’envi.

Continuer la lecture de « L’art délicat du manifeste épistémologique »

L’historien sur la table des opérations

À partir de Sylvie Lindeperg, La voie des images. Quatre histoires de tournage au printemps-été 1944, Paris, Éditions Verdier, 2013, 288 p.

La voie des imagesPenser par le cinéma, penser par les images, sérieusement s’entend, c’est-à-dire en les considérant comme producteurs de savoirs, suppose d’en dépasser l’usage purement illustratif. Pour ma première contribution à Zilsel, je vais user d’un tour connu des amateurs de cinéma des premiers temps, l’escamotage, puisqu’à la place d’un billet en bonne et due forme je reviens sur la dernière publication d’une historienne du cinéma, Sylvie Lindeperg. Cela me permettra en effet d’introduire une réflexion élargie qui, au fil des billets, portera à la fois sur les statuts de l’« image » et du « visuel » dans la recherche en sciences humaines et sociales et dans les science studies, mais également sur le possible (l’improbable ?) métier de chercheur-spécialiste-en « études cinématographiques et audiovisuelles » et/ou en « études visuelles ». Je dis bien « possible » car de récents exemples montrent que n’importe quel universitaire, à condition qu’il se munisse d’un appareil d’enregistrement et glose sur ses photos de séjours vagabonds, à l’occasion de colloques ou de vacances, peut se ranger parmi lesdits spécialistes et commettre des ouvrages qui traiteront de tout sauf d’image. De la même manière, les films à succès (Matrix et consorts) — car je m’intéresse au premier chef aux films — n’ont pas été comme on dit bankables seulement pour les producteurs : certains philosophes en quête de reconnaissance ont su en tirer un profit (symbolique) non négligeable. Seulement, existe-t-il un véritable domaine, je n’ose parler de « champ », qui régulerait tout ça ? L’entreprise passionnante d’André Gunthert et des contributeurs du carnet « culture visuelle » le réalise à sa façon. Le travail historiographique dont je rendrai compte maintenant également.

Continuer la lecture de « L’historien sur la table des opérations »