Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou

Vous croyiez avoir tout vu lors de notre campagne présidentielle ? D’autres surprises vous attendent. Selon une récente étude, basées sur des méthodes scientifiques novatrices, Philippe Poutou serait en passe de gagner cette élection. Les projections de la cladopolitique, récente discipline qui entend appliquer les acquis de la biologie évolutive à la théorie politique, lui donnent en effet une confortable avance de 17 points[1].

Raoul Dupleux, professeur au Centre de Recherches En Théorie INtégratives (FNRS/Université de Dax), auteur de l’étude et père de cette nouvelle approche, n’en est pas à son coup d’essai. En 2002 et selon les mêmes algorithmes, il avait prévu le Brexit et annonçait l’élection de Donald Trump à la présidence américaine, alors que celui-ci était encore présentateur de l’émission de TV Réalité The Apprentice[2].

D’après Dupleux, la cladopolitique permet de dépasser le flou qui entoure toute étude basée sur les intentions de vote, en se focalisant sur la dynamique intrinsèque du changement d’intention électorale. Galilée avait révolutionné la physique en substituant l’accélération à la vitesse comme cible de l’analyse du mouvement, de même la cladopolitique entend remettre la science politique sur ses pieds en dépassant l’opacité sondagière inhérente au recueil d’opinions, et en privilégiant à la statique des croyances la dynamique des préférences. La cladopolitique repose en effet sur le transfert des méthodes éprouvées de la cladistique – école aujourd’hui dominante en analyse phylogénétique de l’évolution biologique – à la réalité sociale. Dupleux l’a développée dans les années 1990, et il en reste aujourd’hui l’un des rares praticiens. Cela ne l’étonne guère : en biologie même, la cladistique aura mis pas moins de trente ans à s’imposer. Moralité, il s’agit donc simplement d’être patient.

La cladistique, initiée par le biologiste danois Willi Hennig en 1961, a révolutionné la classification biologique en ne considérant comme pertinentes que les questions de distance relative entre espèces dans une métrique de la similarité, indépendamment de toute hypothèse sur leurs temps d’évolution ou leur ancestralité. Comparer des ressemblances entre trois individus permet ainsi de dire qui est plus proche de qui que de qui, et ainsi d’inférer lesquelles ont un ancêtre commun qui n’est pas ancêtre commun du troisième, donc de construire des arbres phylogénétiques minimaux. Les clades, groupements d’organismes ainsi reconstruits, sont donc des groupes constitués de tous les descendants d’une même espèce hypothétique. Selon la cladistique, un groupe biologique authentique inclut tous, et uniquement tous, les descendants d’une espèce. La cladistique conduisit parfois à des résultats contre-intuitifs, comme la découverte selon laquelle – biologiquement parlant – les poissons n’existent pas en réalité[3], puisque le groupe que l’on appelle ainsi n’est pas un authentique groupe biologique. On ne s’étonnera donc pas que, transposées à la politique, les méthodes cladistiques mènent à des résultats inattendus, tels que le succès électoral présumé de Philippe Poutou.

Président Poutou (Source : Sipa Press/JDD, http://www.lejdd.fr/Politique/Philippe-Poutou-Hollande-est-notre-adversaire-777849)

Continuer la lecture de Avec des méthodes innovantes issues de la recherche d’excellence, un scientifique prédit l’élection de Philippe Poutou