De la « crise » à la privatisation : l’Université de Californie, Berkeley en transition. Entretien avec Déborah Blocker

At Berkeley, film du documentariste Frederick Wiseman sorti en 2013, s’ouvrait sur l’expression d’une inquiétude, explicite au tournant des années 2010 : comment conserver le statut de grande université publique dans un contexte de désengagement financier de l’État ? Nous reprenons ici, quelques années plus tard, le fil de cette question avec Déborah Blocker, Associate Professor (soit l’équivalent de maître de conférences titulaire) à l’Université de Californie-Berkeley[1] (UC Berkeley ou UCB), rattachée principalement au département de littérature française et secondairement au département d’études italiennes. En 2009, l’année où l’UCB avait subi un premier gros choc budgétaire en contrecoup de la crise financière de l’automne 2008, Déborah Blocker avait publié un texte savoureux à l’occasion de la visite sur le campus de Berkeley de Valérie Pécresse, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Recrutée en 2005 à l’UCB, notre interlocutrice a, depuis, participé à plusieurs comités universitaires, notamment l’un consacré à la gestion de la recherche sur son campus (Committee on Research ou COR). Elle participe aussi à une liste d’information originellement liée à un groupe nommé « Save the University », créé en 2009 pendant la crise budgétaire ; à partir de ce groupe s’en est créé un autre, le « Berkeley Faculty Association », qui n’est pas un syndicat à proprement parler, plutôt un groupe de pression et de négociation avec la hiérarchie. Un groupe que Déborah Blocker trouve parfois efficace, parfois trop dans la cogestion, et dans certains cas pas assez dans l’opposition…
Réalisé en mai 2017 par Isabelle Bruno et Grégory Salle, revu et actualisé en mars 2018, cet entretien peut nourrir la réflexion qui anime les mobilisations universitaires actuelles : au-delà de l’« orientation et de la réussite des étudiants », objet officiel du projet de loi qui suscite la contestation, c’est évidemment à la fois le fonctionnement et la fonction de l’université qui sont en jeu — et même son caractère public (à travers l’augmentation des frais de scolarité actuellement envisagée pour les universités françaises).

Avant d’arriver à l’Université de Californie-Berkeley (UCB), tu as enseigné d’abord en France, puis aux États-Unis, à l’université de Pittsburgh. Rétrospectivement, comment juges-tu les conditions matérielles et intellectuelles d’exercice du métier de part et d’autre ?

DB : Il est difficile de comparer à la fois dans l’espace et dans le temps, parce que la profession s’est radicalement transformée au cours de cette période. C’est clair que l’institution la plus confortable, c’est celle dans laquelle je suis maintenant, en particulier pour la recherche : en termes de bourses pour aller travailler sur des archives, d’obtention d’années sabbatiques… De ce point de vue, j’ai obtenu tout ce dont j’avais besoin. Pour l’enseignement, c’est plus compliqué. Ces quinze ou vingt dernières années, l’université (en général) a énormément changé… Par exemple, j’ai enseigné à l’université de Rouen à un moment où, dans des TD de littérature du XVIIe siècle, il y avait soixante-dix personnes – je crains qu’aujourd’hui, il n’y en ait plus que dix ! Merci à ceux qui pensent qu’il ne faut pas enseigner La Princesse de Clèves ! [rires] Des transformations majeures ont affecté certaines disciplines, dont la mienne. Et même ici, les classes que j’avais en arrivant étaient plus pleines que maintenant. Depuis deux ou trois ans, on a des problèmes parce que les étudiants qui craignent les difficultés économiques dans leur vie professionnelle et ont peur pour l’avenir vont s’inscrire dans des disciplines type « informatique », ou plus généralement ce qu’on appelle les STEM : Science, Technology, Engineering and Math. Restent celles et ceux qui font des doubles cursus (« double major ») : souvent de très bons étudiants, mais qui généralement ne se spécialisent pas, à terme, dans les humanités.

At Berkeley (2013), de Frederick Wiseman (http://www.vivalacinema.net/at-berkeley-un-documentaire-de-frederick-wiseman-en-salle-le-26-fevrier-2014/)

Et ça affecte encore plus le recrutement des « graduate students » [c’est-à-dire ceux qui préparent un master ou un doctorat]. Dans les humanités, le nombre d’étudiant(e)s faisant des thèses baisse. On en recrute de moins en moins. Les bourses (« stipends ») avec lesquels on les recrute stagnent ou augmentent trop peu, alors que le coût de la vie dans la Baie de San Francisco s’envole d’année en année. Au final, ça devient très difficile, sur le plan économique, de faire une thèse dans un endroit comme la Bay Area. Depuis 2009, il y a aussi globalement de moins en moins de postes dits « tenure-track » (titularisables) pour ceux qui obtiennent des thèses, même si en ce moment ça varie. Du coup, il y a moins de candidat(e)s aux « graduate studies » dans les humanités et leur qualité me semble parfois baisser. J’étais venue ici aussi parce qu’il semblait possible de diriger des thèses, mais en fait ce n’est pas simple. Des universitaires spécialistes de littérature moderne (« early modernists »), on en a quatre dans mon département, dont moi, qui suis la plus jeune. Je me retrouve souvent à aider pour des comités de thèse : là par exemple j’ai deux thèses à faire terminer, ce n’est pas moi qui les dirige mais je lis quand même tout parce que je fais partie du comité. Donc c’est bien, c’est intéressant, j’apprends des choses, mais finalement je me retrouve très peu en situation de diriger vraiment des thèses alors que c’est techniquement possible ici à mon niveau de carrière. Il y a en fait une sorte de disette – disette largement construite bien sûr – de doctorant(e)s et de financements doctoraux.

Pour une part, c’est une politique, et une politique qui répond à une conception marchande de l’éducation. Le nombre de gens qui vont à l’université augmente, mais en face on met de moins en moins des gens qui ont des thèses, plutôt des gens qui sont moins formés ou qui, même titulaires de thèses, ne feront pas de recherche, comme les « lecteurs » (« lecturers »), car ça coûte moins cher. Maintenant, ces personnels souvent sous-payés et parfois sans véritable sécurité de l’emploi, sont devenus l’essentiel des enseignants dans le supérieur aux États-Unis (ils représentent 70% des enseignants en fait) ; or ce sont des enseignants qui ne sont pas ou plus des chercheurs en même temps. La transformation du marché du travail universitaire est donc considérable, et elle assèche les formations doctorales, notamment dans les départements d’humanités, les transformant peu à peu en départements centrés sur la formation d’étudiants « sous-gradués » (de premier cycle) toujours plus nombreux, mais pour qui les disciplines des humanités sont de plus en plus des formations complémentaires (si ce n’est des formations accessoires…), plutôt que leur cursus principal (ou leur visée professionnelle).

Et les publics étudiants, entre France et États-Unis, mais aussi entre institutions publiques et privées, comment les décrirais-tu ?

À Rouen, c’était généralement un public de première génération allant à l’université. Des enfants d’ouvriers et/ou d’immigrés, assez divers quand même (il y a avait aussi des jeunes issus de couches plus bourgeoises), mais souvent avec beaucoup de difficultés, d’écriture notamment. Et le système n’était pas équipé pour les recevoir et les former. Au début des années 2000, on avait des maquettes de licence qui ressemblaient à ce qui existait trente ans auparavant. Or il aurait sans doute fallu qu’on leur donne des cours de composition dès le début par exemple ; mais ça, c’était hors de la perspective de mes collègues, ils ne le comprenaient pas vraiment ou étaient surtout soucieux d’enseigner leur spécialité. Cependant, l’inadaptation des cursus aux besoins réels décourage les étudiants et peut gâcher des bonnes volontés.

Ici, à Berkeley, les étudiants sont aussi d’origine populaire et/ou immigrés de la première ou de la seconde génération. Les deux-tiers reçoivent une aide financière de l’université et environ 30% reçoivent ce qu’on appelle un « Pell Grant », des bourses qui peuvent aller jusqu’à 6000$ par an et par lesquelles l’État fédéral aide les étudiants dans le besoin à financer leurs études. Mais – c’est la différence majeure sans doute – ils sont très rigoureusement sélectionnés à l’entrée : il faut en gros avoir 20/20 dans toutes les matières au lycée pour rentrer à UC Berkeley et dans les autres campus de l’Université de Californie. Cependant (et la nuance est de taille par rapport aux sélections en général envisagées en France, y compris actuellement dans la Loi Vidal, qui sélectionnerait exclusivement sur le plan académique, si je comprends bien), cette sélection à l’entrée prend aussi en compte l’origine socio-économique des étudiant(e)s, et même leur « genre » (gender) et leur origine ethnique (dans le cadre de l’« affirmative action », qui existe toujours, mais n’est hélas pas aussi efficace qu’on aurait pu le souhaiter), ce qui donne naissance au final à des promotions assez diverses socialement, et même ethniquement. Évidemment, on pourrait faire encore mieux et les privilèges sociaux restent déterminants dans l’accès à l’Université de Californie, mais si on compare avec une classe préparatoire française ou des amphis de licence dans une faculté de l’Hexagone, la mixité sociale et ethnique est certainement plus beaucoup présente à l’UCB – et aussi plus harmonieuse. Par ailleurs, comme le mérite entre pour une grande part dans la sélection, les étudiant(e)s ici sont beaucoup mieux préparé(e)s aux études supérieures et d’un niveau plus uniforme que dans une faculté française (ils ressemblent davantage aux étudiants d’une classe préparatoire, sur ce plan) ; encore que ça change aussi, avec des écarts qui deviennent importants, ces dernières années, entre la tête et la queue de classe, pour laquelle il faudrait peut-être concevoir les cours différemment. C’est que les portes de l’université se sont ouvertes : le campus de l’UCB accueillait 23 400 undergraduates (étudiant(e)s de premier cycle) en 2005-2006, il en accueille 30 600 en 2017-2018 – donc le lieu devient un peu moins élitiste sur le plan académique. Ceci dit, ça reste quand même très sélectif : il y a à peu près 85 000 candidatures par an pour le premier cycle, pour environ 15 500 offres d’admission en première année.

On a souvent le cliché d’universités états-uniennes peuplées uniquement d’étudiant(e)s riches, auxquel(le)s s’ajoutent quelques boursiers méritants…

De ce point de vue, Berkeley est très différent de Stanford[2] : dans les UCs, on a je crois le plus grand pourcentage de boursiers fédéraux de tous les États-Unis. Là je parle encore une fois des bourses de l’État fédéral américain, dites « Pell Grants », qui financent environ le tiers de nos étudiants, suivant les années. On en a plus à Berkeley, en pourcentage, que dans toutes les universités de l’« Ivy League » réunies (34% des étudiants en 2014-2015 à l’UCB, contre 17% en moyenne dans les huit Universités Ivy League). Pour nous, les « Pell Grants », c’est vraiment une source de financement essentielle. Si elle venait à être supprimée par le gouvernement Trump, qui en a parlé à plusieurs reprises, je ne sais pas comment on ferait !

Il y a aussi des bourses attribuées directement par l’UCB, pour des étudiant(e)s très méritants. J’ai participé à des comités de sélection pour ces bourses au mérite et ce que j’ai pu observer, c’est que – comme on pourrait s’y attendre – les très méritants, généralement, c’est aussi ceux qui n’ont pas trop de problèmes d’argent… Souvent, ces bourses vont par exemple à des enfants de professeurs d’université, dont les rejetons sont bien adaptés au système scolaire.

Droit d’entrée. Sather Gate, UC Berkeley (crédits : John Loo, 2013, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/johnloo/8755988763/)

Continuer la lecture de « De la « crise » à la privatisation : l’Université de Californie, Berkeley en transition. Entretien avec Déborah Blocker »