François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante »

On peut définir la novlangue comme un outil de domination et d’aliénation : il s’agit de vider les mots de tout sens pour voiler la réalité des politiques mises en œuvre et, dans le même temps, désarmer toute critique. L’envahissement de la sphère publique par la novlangue n’est pas une chose nouvelle, mais le champ politique et les médias (réseaux sociaux compris), à toutes les échelles, semblent aujourd’hui submergés par une expression aussi creuse intellectuellement que formatée. Dans le domaine de l’éducation, plus particulièrement de « l’innovation pédagogique » (jamais clairement définie), un expert en novlangue a su trouver l’oreille de l’institution, à savoir les Ministères de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : François Taddei[1]. Sa posture décontractée, le fait qu’il n’ait jamais de notes pour ses interventions ni la moindre référence vraiment précise (au mieux « une étude de untel a prouvé que… ») pour étayer ses affirmations pourraient laisser croire qu’il s’agit d’un outsider. Bien au contraire, François Taddei a su tisser des réseaux puissants et à bien des égards, il est un faiseur d’opinion[2]. Ce biologiste de renom, chercheur à l’INSERM[3], est proche des deux derniers ministres de l’Éducation Nationale, pourtant réputés antagonistes dans leur conception de la politique éducative. Najat Vallaud-Belkacem comme Jean-Michel Blanquer ont, à plusieurs reprises, utilisé le vocabulaire de François Taddei dans leur communication. On peut penser par exemple à « l’école de la confiance » de Blanquer, slogan directement transposé de la phraséologie de notre héraut. Plus encore, ce dernier a rédigé deux rapports fort similaires pour les deux ministres, en 2017 et en 2018[4]. Devenu ainsi spécialiste incontournable et multi-casquettes en matière éducative, il est président fondateur du Centre de Recherches Interdisciplinaires[5], fellow de l’organisation Ashoska, a été membre du Conseil National du Numérique et du Haut Conseil de l’éducation. Il est responsable de la chaire UNESCO « Sciences de l’apprendre » en France[6], rapporteur pour l’OCDE et il intervient auprès de la Commission européenne, laquelle a lancé une étude sur le rôle de la créativité dans l’éducation. Au-delà de ce CV impressionnant, il est intéressant de voir que la trajectoire de François Taddei a connu une inflexion décisive il y a quelques années, comme il l’a expliqué lui-même au journal Le Monde :

« Quand j’ai eu à me frotter, à l’Inserm, aux questions éthiques posées par mes travaux ou ceux de mes collègues, j’ai pris conscience que la recherche, que j’avais toujours considérée comme un jeu, ne l’était plus vraiment. J’ai alors préféré travailler sur les questions d’éducation. »[7]

Une sortie d’une rare franchise, mais atterrante. On conçoit aisément qu’un chercheur soit lassé de son premier objet de recherche. On peut tout de même s’étonner de voir l’éducation assimilée à un objet de réflexion ludique, débarrassé de questions éthiques trop lourdes. Mais cela souligne l’essentiel : François Taddei est devenu un communicant professionnel, rompu à toutes les astuces du storytelling[8], largement appuyé par un réseau à la croisée des mondes médiatique, politique, et scientifique. Or, le discours qu’il déploie et la pensée qui en émerge portent un projet préoccupant pour l’éducation. Sous le flou d’une novlangue vaseuse, on peut distinguer un projet de délégitimation voire de destruction de l’école publique. Ce projet trouve aujourd’hui des relais dans l’Éducation Nationale, où les analyses et préconisations des deux rapports précédemment cités percolent depuis le Ministère jusqu’aux académies devenues « apprenantes ». Continuer la lecture de « François Taddei, héraut (plus) très discret de la « société apprenante » »

Science en f(r)iches. Compte rendu et entretien flash avec Jean-François Bert

À propos de Jean-François Bert, Comment pense un savant ? Un physicien des Lumières et ses cartes à jouer, Paris, Anamosa, 2018, 221 p.

Georges-Louis Le Sage (1724-1803) a composé une œuvre étrange, atypique et, pour tout dire, monstrueuse. Sa contribution (volumineuse en taille) à la science des Lumières est un corpus de 35000 fiches, des cartes à jouer au dos desquelles il a consciencieusement noté absolument toutes les pensées, analyses, idées, découvertes, nouveautés, qui lui ont traversé l’esprit. Il a ensuite recomposé en sachets, boîtes, logettes et casiers cet immense fichier tout au long de sa vie.

Jean-François Bert s’est donc attaqué à ce massif documentaire aussi inédit que surprenant. L’ensemble de ces petits documents est un défi pour l’étude historique : comment saisir la logique simultanément cumulative et fragmentaire de ce jeu proliférant de cartes annotées ? Comment comprendre la démarche d’éparpillement de Georges-Louis Le Sage ? Comment problématiser ce travail continuel de ressassement, de reprise et de réajustement ? Jean-François Bert a choisi d’étendre et de poursuivre sur ce cas une « histoire matérielle des pratiques savantes » qui fasse droit aux « multiples “inscriptions” » de Le Sage (p. 22). L’enjeu est d’importance, car il s’agit de conjuguer deux problématiques : d’une part, il faut comprendre ce que la science fait à la pratique savante ; d’autre part, il importe de restituer le travail scientifique comme « une activité complexe qui est alternativement composée par des actes et des gestes inventifs, des pratiques routinières, des procédures de raisonnement (…) ». (p. 24). C’est en maintenant vive la tension entre ces deux grandes lignes d’analyse que Jean-François Bert entend rendre compte du travail titanesque de fichage entrepris par Le Sage. Les gestes, l’ergonomie de la recherche, le souci scrupuleux de la notation, l’effort de classement permettent de se repérer dans un vaste labyrinthe documentaire au sein duquel même son auteur peinait à se repérer.

Logique de la fiche

Georges-Louis Le Sage débute une trajectoire « classique » de savant des Lumières. Il fait des études de médecine, sans les achever, a soumis un mémoire intitulé Essai de chymie mécanique à l’Académie de Rouen – qui le distingue –, et défend une théorie physique originale. S’adossant à la gravitation newtonienne, il soutient que « les corps célestes ne s’attirent pas, mais sont poussés les uns vers les autres par l’effet de chocs répétés de petites particules qu’il appelle, suivant un conseil donné par le mathématicien et physicien Leonhard Euler dans une lettre de 1761, des “corpuscules ultramondains” » (p. 11). Il côtoie D’Alembert et Lalande, correspond avec l’Europe savante. Pourtant, ses propositions physiques ne feront l’objet d’aucune reprise sérieuse, les quelques travaux diffusés ne sont pas discutés, sa notoriété savante est quasi-nulle. Au cœur de cette apparente contradiction, il n’y a pas seulement la spéculation hasardeuse à propos de corpuscules indétectables : il y a, aussi et surtout, la construction démesurée d’un mode d’expression fonctionnant en vase clos. Les fiches, remplies d’observations, de pensées ou de notes, sont classées, inventoriées, transportées d’un sachet à un autre, d’une logique documentaire à une autre. Il en résulte un corpus inaccessible au monde savant, une forteresse d’informations pieusement conservée dans la soupente de la maison de Le Sage. L’érudition se trouve dispersée dans une myriade de documents. Il ne s’agit nullement de brouillons : si dans un premier temps Le Sage a ainsi préparé ses livres, très vite les fiches sont devenues ses productions finales. Continuer la lecture de « Science en f(r)iches. Compte rendu et entretien flash avec Jean-François Bert »

Crever l’abcès

« Vous avez raison, continuez à changer le monde avec les comptes rendus du cahier Zilsel. »
@edouard_louis, 22 juin 2015, Twitter.  

Crever d’excès

En février 2016, nous avons publié ici même avec Vincent-Arnaud Chappe une note critique à propos du livre de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, qui venait de paraître dans sa propre collection chez Fayard. La recension pointait toutes les limites d’un ouvrage superficiel, faussement radical et empiriquement vide. L’auteur semble nous en avoir tenu rigueur – ce qui est bien son droit. Avec Didier Eribon et Édouard Louis, ses « frères d’armes et d’esprit », ils multiplient dans la foulée, notamment sur les « réseaux sociaux », les invectives, les anathèmes et les attaques ad personam. Comme ces mises en cause se répètent régulièrement (avec l’espoir, chez notre trio infernal, de susciter un petit buzz médiatique de plus, ce qui a pour l’instant lamentablement échoué), qu’elles atteignent des intensités de plus en plus grandes et qu’elles s’inscrivent désormais dans le registre bien discernable de l’injure publique, nous nous permettons ici une analyse sur « le vif » de cette attitude si caractéristiques du dévoiement de la critique.

Nous le réaffirmons, s’il en est besoin : G. de Lagasnerie peut légitimement considérer que notre critique de son livre est injuste, insuffisante, sans fondement, etc. Mais encore eût-il fallu qu’il se donne la peine de répondre à nos arguments par des contre-arguments, comme il se doit. Après une vague promesse de réponse dans un message laconique adressé sur une liste professionnelle, il n’a pas semble-t-il trouvé le temps de répondre aux nombreuses questions que nous avions soulevées à propos de son essai. Tant pis, nous avons passé notre chemin. Les choses auraient pu en rester là. Les impasses critiques et les points d’achoppement sont nombreux dans l’univers académique ; ils balisent des oppositions frontales dans la façon de concevoir des objets de recherche, de les définir, de les analyser, de les appréhender, éventuellement de tirer des leçons normatives des résultats engendrés par ces recherches. Mais G. de Lagasnerie s’est fait une spécialité d’invectiver, sur Twitter notamment, à coup de captures d’écran et de tweets péremptoires, soit « Zilsel » dans son ensemble, c’est-à-dire le carnet et la revue fondée en 2017 (où notre critique a été reprise dans le premier numéro disponible sur Cairn), soit ses deux fondateurs (nous, donc). Aidé (si l’on peut dire) par ses amis D. Eribon (qui, nolens volens, a été jusqu’à l’année dernière « professeur de sociologie » à l’Université Jules Verne d’Amiens, et s’occupe aujourd’hui de faire fructifier ses actifs sur le marché globalisé de la Pensée Critique) et É. Louis (détenteur d’un contrat doctoral dans la même université, bien que son directeur de thèse D. Eribon considérât qu’il était trop « surdimensionné » pour y être inscrit, mais surtout auteur de produits littéraires à succès), G. de Lagasnerie aime pointer notre appartenance au petit monde grisâtre de la fonction publique de la recherche (l’ironie voulant que normalien, agrégé et professeur dans une école d’Art, il est tout aussi fonctionnaire que nous – le mépris de classe est ici patent, et assez peu flatteur pour un « philosophe et sociologue » radical-cheap, mais passons). Cette abomination de la recherche publique – de son labeur, de son ascèse, du refus du clinquant – est partagée par D. Eribon qui, toujours sur Twitter, chacun ayant les grandes surfaces d’expression qu’il peut, déborde de passion rance pour la critique du fonctionnariat de la recherche, étriqué, étroit, sans originalité[1]. Là encore, la chose ne manque pas d’ironie de la part d’un ancien journaliste qui a fait une partie de sa carrière éditoriale au Nouvel Observateur (aujourd’hui L’Obs), hebdomadaire plus connu, dans les années 1980 et 1990, pour aller dans le sens du vent médiatique que pour son intransigeance politique et intellectuelle[2]. D. Eribon pratique une méthode très classique pour mettre en forme sa détestation de notre travail (nous nous avançons un peu trop : il ne connaît pas, il ne s’abaisserait tout de même pas à lire d’obscurs « sous-chercheurs » !) : il s’agit rien de moins que de retirer à ses adversaires leur qualité d’êtres humains (nous serions « humainement gênants » [sic]). Ce sont là des pratiques qui ont beaucoup de succès dans le camp réactionnaire. Les pulsions conservatrices que nous avions pointées dans le livre de G. de Lagasnerie constituent bien, dans la clarté des insultes, le plan idéologique sur lequel se situent nos trois « contradicteurs ». Mais l’offense répétée sur ce ton ne nous a pas amenés à répondre, car pour tout dire nous avons franchement ri devant l’inanité et la puérilité des attaques. Continuer la lecture de « Crever l’abcès »