Avancer sur le chemin d’une sociologie de la critique. Réponses à un théoricien du statu quo se faisant le prophète du pire

Dans un texte publié en plusieurs versions et à différentes reprises, Philippe Corcuff propose son analyse des controverses qui ne cessent d’agiter la sociologie française. Au détour d’une exégèse scolastique dont il a le secret, l’auteur s’en prend aux propositions récemment formulées par Elsa Rambaud visant à articuler à nouveaux frais les perspectives critiques et le travail sociologique. Difficile d’y voir autre chose qu’un rappel à l’ordre qui s’autorise de l’épistémologie de pointe et de l’extra-lucidité politique, de la part d’un sociologue-philosophe qui ne manque pas une occasion de rappeler combien sa science est infuse en la matière. Dans la réponse qui suit Elsa Rambaud explique en quoi sa démarche – une sociologie des pratiques critiques normalisée, ouverte à la philosophie mais empiriquement étayée – l’oppose à Philippe Corcuff. Elle invite, notamment, à mettre un peu moins de morale dans la sociologie de la critique et un peu plus d’éthique dans le jeu de la controverse scientifique. Elle propose également une analyse bien différente des contraintes rencontrées par les jeunes chercheurs·ses, dans un contexte de réduction drastique de postes toujours plus fléchés, pour engager des réflexions fécondes sur l’inventivité sociale et politique explorée sur leurs terrains d’enquête ou de mobilisation. Espérons qu’au fond – que l’on n’arrête pas de toucher hélas – l’incompréhension chronique de Philippe Corcuff puisse témoigner, au-delà d’un prévisible conflit de génération, d’un renouvellement salutaire de l’espace des prises de positions critiques possibles et de leur intelligence sociologique. JL &ASM

Ayant intégré le panthéon des dangers sociologiques et des périls politiques contemporains finement bâti dans la dernière livraison des Possibles publiée par ATTAC (Philippe Corcuff, « Controverses dans la sociologie française : autour du danger sociologique de G. Bronner et E. Géhin »), je ne peux rester sans réaction. Cette réaction a deux objectifs :

  • Rendre un peu mieux compte du travail incriminé et, indissociablement, défendre une certaine idée de l’éthique de la discussion intellectuelle qui, à mon sens, n’est pas sortie grandie de ces « Controverses » (1).
  • Souligner qu’il est peu probable que les dangers politico-épistémologiques identifiés dans ce cadre soient ceux de la génération de chercheurs dont je suis censée être l’incarnation. Mais surtout, saisir l’occasion pour proposer une lecture différente des rapports contemporains que l’Université entretient à la science et à la politique, lecture au demeurant guère plus réjouissante. C’est là l’essentiel, car si l’on me suit sur ce point, on comprendra que j’aurais presque préféré pouvoir souscrire au diagnostic de Ph. Corcuff (2).

Une critique problématique sur la forme et « conventionnelle » sur le fond  sert-elle la contradiction ?

Rapidement, de quoi est-il question dans l’article (« La petite critique, la grande et la révolution », Revue française de science politique, vol. 67, 2017, p. 469-495) critiqué sur ce support ? De suivre le chemin ouvert par le philosophe Michaël Walzer dans son analyse des apories de la « perspective conventionnelle » de la critique (Critique et sens commun, La Découverte, 1990, p. 51 et sq.) Ce papier étudie (principalement) la manière dont cette perspective transite dans deux programmes souvent opposés (la « sociologie critique » de P. Bourdieu/ la « sociologie de la critique » de L. Boltanski) et dans leur opposition même. Il analyse ainsi la résistance d’un imaginaire confus mais têtu de la (bonne) critique : détachée de l’ordre existant, intellectuelle et émancipatrice. Il montre comment cet imaginaire est engagé dans l’étude de ces pratiques et, souvent indissociablement, dans la conception que le sociologue se fait de son propre rôle critique. Sa ligne démonstrative tient en trois volets : 1. analyser la consistance de cet imaginaire de « la » critique sociale ; 2. montrer qu’il passe à côté d’une partie de la diversité des ressorts, des formes et des effets de la critique des acteurs sociaux ; 3. proposer une acception alternative susceptible d’élargir le spectre des objets critiques considérés et de renouveler les questionnements qui leur sont adressés.

Il ne reste pas grand-chose, dans la contribution de Ph. Corcuff, ni de ces propositions, ni – et c’est au moins aussi regrettable – de la qualité des débats approfondis et en ce sens plutôt rares, que j’ai pu avoir antérieurement avec l’auteur. Pour permettre aux personnes intéressées par ces sujets (à savoir l’analyse des pratiques critiques, les débats entre sociologie critique/pragmatique et la place de la morale dans le travail scientifique) une compréhension fine de nos arguments respectifs, il serait souhaitable d’en revenir à cet échange initial et d’accepter d’en publiciser une version synthétique – ce à quoi le Carnet Zilsel se prête. Comme toujours, la meilleure manière de se faire une idée du contenu de l’article incriminé ou de la manière dont j’aurais mal tourné ces dix dernières années, puisque c’est aussi de cela dont il est question, consiste encore à en venir aux textes.

« Four costumed kittens entangled in yarn », par Harry Whittier Frees, 1914, via Shorpy.com.

Continuer la lecture de « Avancer sur le chemin d’une sociologie de la critique. Réponses à un théoricien du statu quo se faisant le prophète du pire »

De la « crise » à la privatisation : l’Université de Californie, Berkeley en transition. Entretien avec Déborah Blocker

At Berkeley, film du documentariste Frederick Wiseman sorti en 2013, s’ouvrait sur l’expression d’une inquiétude, explicite au tournant des années 2010 : comment conserver le statut de grande université publique dans un contexte de désengagement financier de l’État ? Nous reprenons ici, quelques années plus tard, le fil de cette question avec Déborah Blocker, Associate Professor (soit l’équivalent de maître de conférences titulaire) à l’Université de Californie-Berkeley[1] (UC Berkeley ou UCB), rattachée principalement au département de littérature française et secondairement au département d’études italiennes. En 2009, l’année où l’UCB avait subi un premier gros choc budgétaire en contrecoup de la crise financière de l’automne 2008, Déborah Blocker avait publié un texte savoureux à l’occasion de la visite sur le campus de Berkeley de Valérie Pécresse, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Recrutée en 2005 à l’UCB, notre interlocutrice a, depuis, participé à plusieurs comités universitaires, notamment l’un consacré à la gestion de la recherche sur son campus (Committee on Research ou COR). Elle participe aussi à une liste d’information originellement liée à un groupe nommé « Save the University », créé en 2009 pendant la crise budgétaire ; à partir de ce groupe s’en est créé un autre, le « Berkeley Faculty Association », qui n’est pas un syndicat à proprement parler, plutôt un groupe de pression et de négociation avec la hiérarchie. Un groupe que Déborah Blocker trouve parfois efficace, parfois trop dans la cogestion, et dans certains cas pas assez dans l’opposition…
Réalisé en mai 2017 par Isabelle Bruno et Grégory Salle, revu et actualisé en mars 2018, cet entretien peut nourrir la réflexion qui anime les mobilisations universitaires actuelles : au-delà de l’« orientation et de la réussite des étudiants », objet officiel du projet de loi qui suscite la contestation, c’est évidemment à la fois le fonctionnement et la fonction de l’université qui sont en jeu — et même son caractère public (à travers l’augmentation des frais de scolarité actuellement envisagée pour les universités françaises).

Avant d’arriver à l’Université de Californie-Berkeley (UCB), tu as enseigné d’abord en France, puis aux États-Unis, à l’université de Pittsburgh. Rétrospectivement, comment juges-tu les conditions matérielles et intellectuelles d’exercice du métier de part et d’autre ?

DB : Il est difficile de comparer à la fois dans l’espace et dans le temps, parce que la profession s’est radicalement transformée au cours de cette période. C’est clair que l’institution la plus confortable, c’est celle dans laquelle je suis maintenant, en particulier pour la recherche : en termes de bourses pour aller travailler sur des archives, d’obtention d’années sabbatiques… De ce point de vue, j’ai obtenu tout ce dont j’avais besoin. Pour l’enseignement, c’est plus compliqué. Ces quinze ou vingt dernières années, l’université (en général) a énormément changé… Par exemple, j’ai enseigné à l’université de Rouen à un moment où, dans des TD de littérature du XVIIe siècle, il y avait soixante-dix personnes – je crains qu’aujourd’hui, il n’y en ait plus que dix ! Merci à ceux qui pensent qu’il ne faut pas enseigner La Princesse de Clèves ! [rires] Des transformations majeures ont affecté certaines disciplines, dont la mienne. Et même ici, les classes que j’avais en arrivant étaient plus pleines que maintenant. Depuis deux ou trois ans, on a des problèmes parce que les étudiants qui craignent les difficultés économiques dans leur vie professionnelle et ont peur pour l’avenir vont s’inscrire dans des disciplines type « informatique », ou plus généralement ce qu’on appelle les STEM : Science, Technology, Engineering and Math. Restent celles et ceux qui font des doubles cursus (« double major ») : souvent de très bons étudiants, mais qui généralement ne se spécialisent pas, à terme, dans les humanités.

At Berkeley (2013), de Frederick Wiseman (http://www.vivalacinema.net/at-berkeley-un-documentaire-de-frederick-wiseman-en-salle-le-26-fevrier-2014/)

Et ça affecte encore plus le recrutement des « graduate students » [c’est-à-dire ceux qui préparent un master ou un doctorat]. Dans les humanités, le nombre d’étudiant(e)s faisant des thèses baisse. On en recrute de moins en moins. Les bourses (« stipends ») avec lesquels on les recrute stagnent ou augmentent trop peu, alors que le coût de la vie dans la Baie de San Francisco s’envole d’année en année. Au final, ça devient très difficile, sur le plan économique, de faire une thèse dans un endroit comme la Bay Area. Depuis 2009, il y a aussi globalement de moins en moins de postes dits « tenure-track » (titularisables) pour ceux qui obtiennent des thèses, même si en ce moment ça varie. Du coup, il y a moins de candidat(e)s aux « graduate studies » dans les humanités et leur qualité me semble parfois baisser. J’étais venue ici aussi parce qu’il semblait possible de diriger des thèses, mais en fait ce n’est pas simple. Des universitaires spécialistes de littérature moderne (« early modernists »), on en a quatre dans mon département, dont moi, qui suis la plus jeune. Je me retrouve souvent à aider pour des comités de thèse : là par exemple j’ai deux thèses à faire terminer, ce n’est pas moi qui les dirige mais je lis quand même tout parce que je fais partie du comité. Donc c’est bien, c’est intéressant, j’apprends des choses, mais finalement je me retrouve très peu en situation de diriger vraiment des thèses alors que c’est techniquement possible ici à mon niveau de carrière. Il y a en fait une sorte de disette – disette largement construite bien sûr – de doctorant(e)s et de financements doctoraux.

Pour une part, c’est une politique, et une politique qui répond à une conception marchande de l’éducation. Le nombre de gens qui vont à l’université augmente, mais en face on met de moins en moins des gens qui ont des thèses, plutôt des gens qui sont moins formés ou qui, même titulaires de thèses, ne feront pas de recherche, comme les « lecteurs » (« lecturers »), car ça coûte moins cher. Maintenant, ces personnels souvent sous-payés et parfois sans véritable sécurité de l’emploi, sont devenus l’essentiel des enseignants dans le supérieur aux États-Unis (ils représentent 70% des enseignants en fait) ; or ce sont des enseignants qui ne sont pas ou plus des chercheurs en même temps. La transformation du marché du travail universitaire est donc considérable, et elle assèche les formations doctorales, notamment dans les départements d’humanités, les transformant peu à peu en départements centrés sur la formation d’étudiants « sous-gradués » (de premier cycle) toujours plus nombreux, mais pour qui les disciplines des humanités sont de plus en plus des formations complémentaires (si ce n’est des formations accessoires…), plutôt que leur cursus principal (ou leur visée professionnelle).

Et les publics étudiants, entre France et États-Unis, mais aussi entre institutions publiques et privées, comment les décrirais-tu ?

À Rouen, c’était généralement un public de première génération allant à l’université. Des enfants d’ouvriers et/ou d’immigrés, assez divers quand même (il y a avait aussi des jeunes issus de couches plus bourgeoises), mais souvent avec beaucoup de difficultés, d’écriture notamment. Et le système n’était pas équipé pour les recevoir et les former. Au début des années 2000, on avait des maquettes de licence qui ressemblaient à ce qui existait trente ans auparavant. Or il aurait sans doute fallu qu’on leur donne des cours de composition dès le début par exemple ; mais ça, c’était hors de la perspective de mes collègues, ils ne le comprenaient pas vraiment ou étaient surtout soucieux d’enseigner leur spécialité. Cependant, l’inadaptation des cursus aux besoins réels décourage les étudiants et peut gâcher des bonnes volontés.

Ici, à Berkeley, les étudiants sont aussi d’origine populaire et/ou immigrés de la première ou de la seconde génération. Les deux-tiers reçoivent une aide financière de l’université et environ 30% reçoivent ce qu’on appelle un « Pell Grant », des bourses qui peuvent aller jusqu’à 6000$ par an et par lesquelles l’État fédéral aide les étudiants dans le besoin à financer leurs études. Mais – c’est la différence majeure sans doute – ils sont très rigoureusement sélectionnés à l’entrée : il faut en gros avoir 20/20 dans toutes les matières au lycée pour rentrer à UC Berkeley et dans les autres campus de l’Université de Californie. Cependant (et la nuance est de taille par rapport aux sélections en général envisagées en France, y compris actuellement dans la Loi Vidal, qui sélectionnerait exclusivement sur le plan académique, si je comprends bien), cette sélection à l’entrée prend aussi en compte l’origine socio-économique des étudiant(e)s, et même leur « genre » (gender) et leur origine ethnique (dans le cadre de l’« affirmative action », qui existe toujours, mais n’est hélas pas aussi efficace qu’on aurait pu le souhaiter), ce qui donne naissance au final à des promotions assez diverses socialement, et même ethniquement. Évidemment, on pourrait faire encore mieux et les privilèges sociaux restent déterminants dans l’accès à l’Université de Californie, mais si on compare avec une classe préparatoire française ou des amphis de licence dans une faculté de l’Hexagone, la mixité sociale et ethnique est certainement plus beaucoup présente à l’UCB – et aussi plus harmonieuse. Par ailleurs, comme le mérite entre pour une grande part dans la sélection, les étudiant(e)s ici sont beaucoup mieux préparé(e)s aux études supérieures et d’un niveau plus uniforme que dans une faculté française (ils ressemblent davantage aux étudiants d’une classe préparatoire, sur ce plan) ; encore que ça change aussi, avec des écarts qui deviennent importants, ces dernières années, entre la tête et la queue de classe, pour laquelle il faudrait peut-être concevoir les cours différemment. C’est que les portes de l’université se sont ouvertes : le campus de l’UCB accueillait 23 400 undergraduates (étudiant(e)s de premier cycle) en 2005-2006, il en accueille 30 600 en 2017-2018 – donc le lieu devient un peu moins élitiste sur le plan académique. Ceci dit, ça reste quand même très sélectif : il y a à peu près 85 000 candidatures par an pour le premier cycle, pour environ 15 500 offres d’admission en première année.

On a souvent le cliché d’universités états-uniennes peuplées uniquement d’étudiant(e)s riches, auxquel(le)s s’ajoutent quelques boursiers méritants…

De ce point de vue, Berkeley est très différent de Stanford[2] : dans les UCs, on a je crois le plus grand pourcentage de boursiers fédéraux de tous les États-Unis. Là je parle encore une fois des bourses de l’État fédéral américain, dites « Pell Grants », qui financent environ le tiers de nos étudiants, suivant les années. On en a plus à Berkeley, en pourcentage, que dans toutes les universités de l’« Ivy League » réunies (34% des étudiants en 2014-2015 à l’UCB, contre 17% en moyenne dans les huit Universités Ivy League). Pour nous, les « Pell Grants », c’est vraiment une source de financement essentielle. Si elle venait à être supprimée par le gouvernement Trump, qui en a parlé à plusieurs reprises, je ne sais pas comment on ferait !

Il y a aussi des bourses attribuées directement par l’UCB, pour des étudiant(e)s très méritants. J’ai participé à des comités de sélection pour ces bourses au mérite et ce que j’ai pu observer, c’est que – comme on pourrait s’y attendre – les très méritants, généralement, c’est aussi ceux qui n’ont pas trop de problèmes d’argent… Souvent, ces bourses vont par exemple à des enfants de professeurs d’université, dont les rejetons sont bien adaptés au système scolaire.

Droit d’entrée. Sather Gate, UC Berkeley (crédits : John Loo, 2013, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/johnloo/8755988763/)

Continuer la lecture de « De la « crise » à la privatisation : l’Université de Californie, Berkeley en transition. Entretien avec Déborah Blocker »

« Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly

Un livre pour Bourdieu, plutôt qu’un livre sur Bourdieu ? C’est le pari de Marc Joly. Prenant pour point de départ l’ouvrage de Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuraliste héroïque (2016), dont il critique les partis pris et les erreurs, il revient, dans un style d’argumentation tonique et direct, sur le projet intellectuel du sociologue-le-plus-cité-dans-le-monde. Loin d’un « structuralisme » au rabais, Bourdieu a pris part de façon décisive à la révolution sociologique commencée à la fin du 19e siècle, que Marc Joly a documentée dans un grand et gros livre paru l’année dernière[1]. Avec d’autres, parmi lesquels Norbert Elias, Bourdieu approfondit les fondements théoriques de cette rupture épistémologique et met à l’épreuve d’innombrables objets d’enquête. Ce Pour Bourdieu (CNRS éd.) veut donc rendre justice à un sociologue incompris, non pas seulement en pointant la grande richesse des travaux empiriques et théoriques dans lesquels il s’est engagé, avec le concours des membres de l’équipe du Centre de sociologie européenne dont il a été longtemps l’« entraîneur », mais en explicitant les raisons de la haine et de la jalousie dont il a fait et fait encore l’objet. Marc Joly pose donc, très directement, sans la détestable habitude des sous-entendus malsains, des questions difficiles à entendre. Il nomme, cite, discute, conteste, argumente. Il nous a semblé d’autant plus légitime d’échanger avec lui que les conditions du débat sociologique sont pour le moins difficiles ces derniers temps lorsque l’on évoque la figure de Bourdieu (voir par exemple les polémiques stériles autour du Danger sociologique[2]). On l’aura compris, c’est avec une certaine sympathie, disons même une franche camaraderie, que nous avons préparé cette conversation qui n’engage que nous, i.e. JL & ASM[3].

Une première question, aussi simple que directe : pourquoi ce Pour Bourdieu ? 

Parce que, si on croit en la sociologie, si on pense que cette science est centrale pour penser ou, plutôt, pour repenser nos rapports les uns avec les autres et notre rapport au monde, on ne peut pas laisser dire que l’un des plus importants représentants de cette discipline, non seulement a échoué, mais, pire, ne pouvait qu’échouer. Or c’est le message que tend à faire passer Fabiani dans son Pierre Bourdieu. Deux autres considérations, en particulier, m’ont incité à le prendre en quelque sorte pour point de départ et pour objet. C’est, tout d’abord, qu’il s’agit à bien des égards d’une œuvre collective. Clairement, ce qui m’a paru problématique, c’est moins le livre en lui-même que ce qui l’a rendu possible. À savoir, pour l’essentiel : le tournant dit « critique » des Annales, l’épistémologie dite « wébérienne » de Passeron ainsi que le retour de la philosophie (politique et morale) en sociologie orchestré par Boltanski-Thévenot, qui a abouti à cette espèce de dogme faussement irénique et au contenu flou qu’est la « philosophie des sciences sociales ». Déconstruire le livre de Fabiani, c’était donc se donner les moyens de soumettre à critique toutes ces évolutions (en grande partie liées aux jeux de pouvoir propres à l’EHESS) qui, à mon avis, ont fait régresser les sciences sociales, pas seulement sur un plan épistémologique, d’ailleurs, mais aussi sur celui, disons, de la morale scientifique. Et puis j’ai vu, dans ce travail critique, l’opportunité de mettre à l’épreuve du cas Bourdieu le modèle théorique de l’émergence et du développement de la sociologie esquissé dans mon ouvrage La révolution sociologique. Continuer la lecture de « « Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly »

Science, information et révolution. L’expérience Cybersyn dans le Chili d’Allende

À propos d’Eden Medina, Le projet Cybersyn. La cybernétique socialiste dans le Chili de Salvador Allende, préface et postface de Marc Frochaux, Paris, Éditions B2, 2017, 139 p.

L’implication des scientifiques, de leurs programmes de recherche ou de leurs découvertes dans l’action politique est désormais bien étudiée. Le marxisme, lui-même conçu comme une science, a donné lieu à très large éventail d’articulations entre les projets savants et l’émancipation révolutionnaire : des tentatives de Nikolaï Vavilov pour une gestion située des ressources biologiques et alimentaires en URSS[1] jusqu’au dévoiement de la science officielle sur l’égide de Lyssenko[2], les formes d’investissement sont nombreuses. Mais il est plus rare que ce soit la logique infrastructurelle de l’action publique qui soit guidée par un corpus scientifique et technique spécifique. Le cas du Chili d’Allende, pour n’être probablement pas unique, constitue cependant un laboratoire singulier d’une révolution démocratique socialiste appuyée sur les savoirs de la cybernétique. C’est cette histoire d’une expérience simultanément politique et scientifique que Eden Medina retrace dans Le projet Cybersyn, avec beaucoup de soin et d’attention. Les Éditions B2 publient avec profit un élément central de son travail : l’article[3] qui précède et annonce sa thèse[4]. Complété par une préface et une postface de Marc Frochaux à propos du designer allemand Guie Bonsepi, qui fut impliqué dans Cybersyn, l’ensemble forme une approche originale des problèmes politiques interrogés sous l’angle de l’infrastructure, de la communication et de l’usage des technologies.

Le creuset chilien de la cybernétique 

Le texte s’ouvre sur la rencontre entre Stafford Beer et Salvador Allende en novembre 1971. Cet entretien entre un cybernéticien anglais et le président socialiste du Chili constitue l’officialisation d’un parti pris techno-politique, celui de l’introduction d’un « système technologique capable de réguler la transition économique du Chili dans le respect des principes socialistes de la présidence d’Allende » (p. 34). Il s’agissait de construire une infrastructure de gestion en temps réel des établissements nouvellement placés sous le contrôle de l’État. L’enjeu est alors capital, car la situation économique s’est progressivement dégradée après la prise de fonction d’Allende.

La cybernétique est un projet technique qui date du second conflit mondial. Appuyées sur les travaux de Norbert Wiener, les premières recherches visaient « à créer des servomécanismes antiaériens capables de pointer la position future d’un appareil ennemi » (p. 49). Le principe reposait sur une « théorie du contrôle de feedback capable de réaliser des calculs prédictifs à partir d’une série incomplète d’informations (…) » (p. 49). L’intrication entre les mathématiques, les sciences de l’ingénieur et le traitement de l’information permettaient d’envisager la résolution de problèmes systémiques qui ne soient pas seulement biologiques ou physiques. Les questions sociales et politiques pouvaient dès lors entrer dans le champ de la cybernétique. Continuer la lecture de « Science, information et révolution. L’expérience Cybersyn dans le Chili d’Allende »

[Annonce] Séminaire Sciences sociales des sciences et techniques, 2017-2018

Cette année 2017/2018 aura lieu la première saison du nouveau séminaire de sciences sociales des sciences et techniques à l’EHESS. Il est coordonné par Wilfried Lignier (CESSP, CNRS) et Arnaud Saint-Martin (CESSP, CNRS). Des contributeurs du Carnet Zilsel et de la revue Zilsel s’y retrouveront, c’est l’occasion d’échanger autour des recherches en cours, dans un cadre académique mais propice à la discussion informelle. Huit séances sont prévues (13-15h, salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), le 2e mercredi du mois, sauf la première séance de novembre qui aura lieu le 15, puis 13 décembre, 10 janvier, 14 février, 14 mars, 11 avril, 16 mai, 13 juin.

Le séminaire réunit des chercheur·e·s du domaine désormais bien installé dans le paysage académique sous le label Science and Technology Studies. De par la nature des objets d’étude comme la pluralité des méthodes disponibles pour en rendre compte, ce domaine gagne à être dé-confiné. C’est pourquoi la stratégie de recherche mise en œuvre dans le séminaire est doublement interdisciplinaire : d’une part, dans les approches méthodologiques, les théorisations et les cadres disciplinaires mobilisés, qu’ils relèvent de la sociologie, de l’histoire, de l’anthropologie, de la science politique ou des science studies ; et d’autre part, à travers la grande variété des terrains et des objets d’étude, lesquels incluent autant les sciences de la nature et les sciences formelles que les sciences humaines et sociales et les humanités. Quels que soient les terrains et les études de cas, les modes de production et de circulation de ces catégories particulières de biens symboliques appellent des protocoles d’enquête inventifs. Interdisciplinaire par nécessité autant que par construction, à l’image du domaine qu’il couvre, le séminaire ne prend pas pour acquise et évidente l’intégration théorico-empirique des sciences sociales des sciences et techniques. C’est, à l’inverse, un défi épistémologique autant qu’une invitation à l’analyse réflexive et collective des conditions intellectuelles et académiques de la recherche en situation d’interdisciplinarité. Prolongeant sur de nouvelles bases l’expérience accumulée autour du séminaire de sociologie historique des sciences humaines et sociales, le séminaire 3ST élargit donc le spectre des centres d’intérêts en même temps qu’il propose de confronter, de façon aussi ouverte que rigoureuse, les démarches et les théorisations. En sorte que le séminaire 3ST entend constituer un forum où interviendront les chercheur·e·s en début de carrière autant que les auteur·e·s les plus confirmé·e·s, les présentations de recherches en cours autant que les livres marquants.

  • 15 novembre, Marine Dhermy-Mairal (Pacte, Sciences Po Grenoble/Université Grenoble Alpes), « Pour une approche processuelle de la scientificité : des enquêtes… de sciences sociales ? ». Discutant : Julien Duval (CSE/CESSP).
  • 13 décembre, Sylvie Fainzang (CERMES, INSERM), « L’auto-médicalisation : sous-partie ou contrepartie de la médicalisation ? ». Discutant : Wilfried Lignier (CSE/CESSP).
  • 10 janvier, Thibault Le Texier (GREDEG-CNRS, Université de Nice), « Le making of de l’expérience de Stanford sur la prison » (1971). Discutant : Nicolas Mariot (CSE/CESSP).
  • 14 février, Sylvain Laurens (CSE/CESSP), « Les militants de la raison. Une sociohistoire des organisations rationalistes françaises ». Discutant : Jérôme Lamy (CERTOP, Université Toulouse Jean Jaurès).
  • 14 mars, Séverine Louvel (Pacte, Sciences Po Grenoble), « Les disciplines sont mortes, longue vie aux disciplines ? Les politiques de l’interdisciplinarité dans la nanomédecine en France et aux États-Unis ». Discutant : Josquin Debaz (GSPR, EHESS).
  • 11 avril, Volny Fages (ENS Paris-Saclay), « De l’autorité et des marges savantes. Les coulisses cosmogoniques de l’institutionnalisation des sciences ». Discutant : Fabien Locher (CRH, CNRS/EHESS).
  • 16 mai, Morgan Jouvenet, « La mobilisation scientifique des archives climatiques polaires. L’ice core science en action (1957-2017) » (Printemps, CNRS-UVSQ). Discutant : Claude Rosental (CEMS, CNRS/EHESS).
  • 13 juin, Marc Joly, « Pourquoi il n’y a de sociologie que réflexive ? Réflexions sur le projet scientifique de Pierre Bourdieu » (CNRS, Printemps). Discutant : Nicolas Sembel (Espé/ADEF & LAMES, Aix-Marseille Université).