Crever l’abcès

« Vous avez raison, continuez à changer le monde avec les comptes rendus du cahier Zilsel. »
@edouard_louis, 22 juin 2015, Twitter.  

Crever d’excès

En février 2016, nous avons publié ici même avec Vincent-Arnaud Chappe une note critique à propos du livre de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, qui venait de paraître dans sa propre collection chez Fayard. La recension pointait toutes les limites d’un ouvrage superficiel, faussement radical et empiriquement vide. L’auteur semble nous en avoir tenu rigueur – ce qui est bien son droit. Avec Didier Eribon et Édouard Louis, ses « frères d’armes et d’esprit », ils multiplient dans la foulée, notamment sur les « réseaux sociaux », les invectives, les anathèmes et les attaques ad personam. Comme ces mises en cause se répètent régulièrement (avec l’espoir, chez notre trio infernal, de susciter un petit buzz médiatique de plus, ce qui a pour l’instant lamentablement échoué), qu’elles atteignent des intensités de plus en plus grandes et qu’elles s’inscrivent désormais dans le registre bien discernable de l’injure publique, nous nous permettons ici une analyse sur « le vif » de cette attitude si caractéristiques du dévoiement de la critique.

Nous le réaffirmons, s’il en est besoin : G. de Lagasnerie peut légitimement considérer que notre critique de son livre est injuste, insuffisante, sans fondement, etc. Mais encore eût-il fallu qu’il se donne la peine de répondre à nos arguments par des contre-arguments, comme il se doit. Après une vague promesse de réponse dans un message laconique adressé sur une liste professionnelle, il n’a pas semble-t-il trouvé le temps de répondre aux nombreuses questions que nous avions soulevées à propos de son essai. Tant pis, nous avons passé notre chemin. Les choses auraient pu en rester là. Les impasses critiques et les points d’achoppement sont nombreux dans l’univers académique ; ils balisent des oppositions frontales dans la façon de concevoir des objets de recherche, de les définir, de les analyser, de les appréhender, éventuellement de tirer des leçons normatives des résultats engendrés par ces recherches. Mais G. de Lagasnerie s’est fait une spécialité d’invectiver, sur Twitter notamment, à coup de captures d’écran et de tweets péremptoires, soit « Zilsel » dans son ensemble, c’est-à-dire le carnet et la revue fondée en 2017 (où notre critique a été reprise dans le premier numéro disponible sur Cairn), soit ses deux fondateurs (nous, donc). Aidé (si l’on peut dire) par ses amis D. Eribon (qui, nolens volens, a été jusqu’à l’année dernière « professeur de sociologie » à l’Université Jules Verne d’Amiens, et s’occupe aujourd’hui de faire fructifier ses actifs sur le marché globalisé de la Pensée Critique) et É. Louis (détenteur d’un contrat doctoral dans la même université, bien que son directeur de thèse D. Eribon considérât qu’il était trop « surdimensionné » pour y être inscrit, mais surtout auteur de produits littéraires à succès), G. de Lagasnerie aime pointer notre appartenance au petit monde grisâtre de la fonction publique de la recherche (l’ironie voulant que normalien, agrégé et professeur dans une école d’Art, il est tout aussi fonctionnaire que nous – le mépris de classe est ici patent, et assez peu flatteur pour un « philosophe et sociologue » radical-cheap, mais passons). Cette abomination de la recherche publique – de son labeur, de son ascèse, du refus du clinquant – est partagée par D. Eribon qui, toujours sur Twitter, chacun ayant les grandes surfaces d’expression qu’il peut, déborde de passion rance pour la critique du fonctionnariat de la recherche, étriqué, étroit, sans originalité[1]. Là encore, la chose ne manque pas d’ironie de la part d’un ancien journaliste qui a fait une partie de sa carrière éditoriale au Nouvel Observateur (aujourd’hui L’Obs), hebdomadaire plus connu, dans les années 1980 et 1990, pour aller dans le sens du vent médiatique que pour son intransigeance politique et intellectuelle[2]. D. Eribon pratique une méthode très classique pour mettre en forme sa détestation de notre travail (nous nous avançons un peu trop : il ne connaît pas, il ne s’abaisserait tout de même pas à lire d’obscurs « sous-chercheurs » !) : il s’agit rien de moins que de retirer à ses adversaires leur qualité d’êtres humains (nous serions « humainement gênants » [sic]). Ce sont là des pratiques qui ont beaucoup de succès dans le camp réactionnaire. Les pulsions conservatrices que nous avions pointées dans le livre de G. de Lagasnerie constituent bien, dans la clarté des insultes, le plan idéologique sur lequel se situent nos trois « contradicteurs ». Mais l’offense répétée sur ce ton ne nous a pas amenés à répondre, car pour tout dire nous avons franchement ri devant l’inanité et la puérilité des attaques. Continuer la lecture de « Crever l’abcès »

Pour des recherches sur la guerre indépendantes

Ce 30 mai 2018, une convention a été signée entre les directions du CNRS et du renseignement militaire. D’après le CNRS, cette convention doit permettre de donner un cadre formel à la coopération entre chercheurs et agents de renseignement militaire. Ce mélange des genres ne constitue pas un acte isolé. En 2014, le ministère des Armées a par exemple financé la création d’un Institut de la Guerre et de la Paix au sein d’une Unité Mixte de Recherche du CNRS de Paris 1. En 2016, le ministère des Armées a lancé un programme national, le « Pacte Enseignement supérieur », qui permet aux établissements d’enseignement supérieur d’obtenir le label « Centre d’Excellence Défense et Stratégie », un label associé à une subvention de 300 000 euros. Enfin, une « Association pour les Études sur la Guerre et la Stratégie » (AEGES) a vu le jour il y a quelques années avec le soutien financier du ministère des Armées.

Ces investissements militaires du champ académique s’accompagnent de mises en récit justifiant leur pertinence. Dans une interview publiée dans Défense et Sécurité Internationale, Jean-Vincent Holeindre explique ainsi que le but de l’AEGES est de faire en sorte « qu’enfin l’étude scientifique de la guerre (…) soit prise au sérieux par nos institutions universitaires et nos revues scientifiques »[1]. Dans le même entretien, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer juge que l’entreprise de l’AEGES est d’autant plus pertinente qu’elle jouit d’une « indépendance scientifique totale […] garantie par un conseil de 35 membres, civils et militaires »[2]. Pour ces universitaires, les rapprochements en cours entre champs académique et militaire ne présentent ainsi que des avantages.

D’autres partisans de ces rapprochements sont cependant plus prudents. C’est le cas, notamment, de Alexandre Jubelin, auteur d’un texte – « Qui pense la guerre ? » – publié en 2018 par la Revue du Crieur[3]. A. Jubelin cite Jean-Vincent Holeindre, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer et Olivier Schmitt (troisième co-auteur de l’entretien croisé susmentionné) et plaide, avec eux, pour un renforcement des financements consacrés aux études sur la guerre, y compris ceux venant du ministère des Armées et des Industries d’armement. Mais il pointe aussi les risques de ce renforcement. Il note par exemple que les financements ne sont pas gratuits car ils ouvrent une relation d’échange dont l’autre terme est le développement d’une certaine docilité à l’égard de ses financeurs car, remarque-t-il, « on ne mord pas la main qui vous nourrit » (p. 101). Par ailleurs, le propos de l’auteur est plus modéré que celui d’autres acteurs qui appellent à ouvrir davantage les portes du monde académique au « complexe militaro-industriel »[4] (CMI). Contrairement à J.B. Jeangène-Vilmer, A. Jubelin ne met par exemple pas « universités, think tanks, institutions et industries »[5] sur le même plan du point de vue de la production du savoir. Il croit en la spécificité du savoir scientifique mais propose de créer un espace d’enseignement et de recherche financé, en partie seulement, par le CMI comme dans les départements de « war studies » anglo-saxons.

« Firestorm », par Antonio Hidalgo, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/jose_antonio_hidalgo_jimenez/25781671700/in/photostream/

Continuer la lecture de « Pour des recherches sur la guerre indépendantes »

« Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly

Un livre pour Bourdieu, plutôt qu’un livre sur Bourdieu ? C’est le pari de Marc Joly. Prenant pour point de départ l’ouvrage de Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuraliste héroïque (2016), dont il critique les partis pris et les erreurs, il revient, dans un style d’argumentation tonique et direct, sur le projet intellectuel du sociologue-le-plus-cité-dans-le-monde. Loin d’un « structuralisme » au rabais, Bourdieu a pris part de façon décisive à la révolution sociologique commencée à la fin du 19e siècle, que Marc Joly a documentée dans un grand et gros livre paru l’année dernière[1]. Avec d’autres, parmi lesquels Norbert Elias, Bourdieu approfondit les fondements théoriques de cette rupture épistémologique et met à l’épreuve d’innombrables objets d’enquête. Ce Pour Bourdieu (CNRS éd.) veut donc rendre justice à un sociologue incompris, non pas seulement en pointant la grande richesse des travaux empiriques et théoriques dans lesquels il s’est engagé, avec le concours des membres de l’équipe du Centre de sociologie européenne dont il a été longtemps l’« entraîneur », mais en explicitant les raisons de la haine et de la jalousie dont il a fait et fait encore l’objet. Marc Joly pose donc, très directement, sans la détestable habitude des sous-entendus malsains, des questions difficiles à entendre. Il nomme, cite, discute, conteste, argumente. Il nous a semblé d’autant plus légitime d’échanger avec lui que les conditions du débat sociologique sont pour le moins difficiles ces derniers temps lorsque l’on évoque la figure de Bourdieu (voir par exemple les polémiques stériles autour du Danger sociologique[2]). On l’aura compris, c’est avec une certaine sympathie, disons même une franche camaraderie, que nous avons préparé cette conversation qui n’engage que nous, i.e. JL & ASM[3].

Une première question, aussi simple que directe : pourquoi ce Pour Bourdieu ? 

Parce que, si on croit en la sociologie, si on pense que cette science est centrale pour penser ou, plutôt, pour repenser nos rapports les uns avec les autres et notre rapport au monde, on ne peut pas laisser dire que l’un des plus importants représentants de cette discipline, non seulement a échoué, mais, pire, ne pouvait qu’échouer. Or c’est le message que tend à faire passer Fabiani dans son Pierre Bourdieu. Deux autres considérations, en particulier, m’ont incité à le prendre en quelque sorte pour point de départ et pour objet. C’est, tout d’abord, qu’il s’agit à bien des égards d’une œuvre collective. Clairement, ce qui m’a paru problématique, c’est moins le livre en lui-même que ce qui l’a rendu possible. À savoir, pour l’essentiel : le tournant dit « critique » des Annales, l’épistémologie dite « wébérienne » de Passeron ainsi que le retour de la philosophie (politique et morale) en sociologie orchestré par Boltanski-Thévenot, qui a abouti à cette espèce de dogme faussement irénique et au contenu flou qu’est la « philosophie des sciences sociales ». Déconstruire le livre de Fabiani, c’était donc se donner les moyens de soumettre à critique toutes ces évolutions (en grande partie liées aux jeux de pouvoir propres à l’EHESS) qui, à mon avis, ont fait régresser les sciences sociales, pas seulement sur un plan épistémologique, d’ailleurs, mais aussi sur celui, disons, de la morale scientifique. Et puis j’ai vu, dans ce travail critique, l’opportunité de mettre à l’épreuve du cas Bourdieu le modèle théorique de l’émergence et du développement de la sociologie esquissé dans mon ouvrage La révolution sociologique. Continuer la lecture de « « Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly »

Réponse à la réponse de Pascal Ragouet

Et donc, comme convenu, voici la réponse de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages à la réponse de Pascal Ragouet. Aux lectrices et aux lecteurs d’approfondir à présent, en allant d’abord découvrir l’ouvrage important et discutable (au sens le plus positif du terme) que ce dernier a publié.

Les recensions critiques, réalisées avec le plus grand soin et la plus grande attention qui soit, ont cette vertu heuristique d’amener l’auteur de l’ouvrage recensé à préciser un certain nombre d’éléments ou de points aveugles. A notre longue recension de dix-neuf pages, Pascal Ragouet a ainsi proposé une réponse argumentée de cinq pages : chacun d’entre nous a donc eu le plaisir d’être vraiment lu – chose qui est, somme toute, relativement rare, dans la mesure où les recensions sont, la plupart du temps et au mieux, un moyen pour faire circuler son nom dans les revues et pour attirer l’attention bienveillante de l’auteur, ou au pire un renvoi d’ascenseur qui se fond en éloges et ne mentionne que quelques critiques sans substance – pour la forme.

Du reste, la longueur de la critique et le temps consacré à la lecture est proportionnelle à l’intérêt de l’ouvrage. Un livre inintéressant ne mérite pas qu’on lui consacre la moindre ligne. Loin de nous, donc, de souscrire à la formule de Pascal Ragouet selon laquelle les quelques lignes consacrées à l’intérêt de son livre perdent toute leur valeur face au flot de critiques que nous faisons par ailleurs. Nous redisons que cet ouvrage est une contribution importante à la sociologie des controverses scientifiques, quels que soient nos avis respectifs sur l’avenir de ce courant de la sociologie des sciences et des techniques. Oui, il est bon d’entendre que les sciences sont traversées par des normes et que le mot de « rationalité » n’est pas un gros mot. Oui, la notion d’idioparadigme est stimulante et potentiellement heuristique (peut-être Pascal Ragouet prépare-t-il un autre ouvrage qui vise à en préciser les contours ?).

Nous laisserons de côté les réponses liées à la lecture des auteurs, car la discussion risque fort de tourner en conflit herméneutique et de n’aboutir qu’à une confrontation stérile de citations, aux dépens du contenu.

En revanche, nous souhaiterions revenir une fois encore sur la critique, à notre sens centrale, de la construction théorique de Pascal Ragouet, une construction pleinement axée, si nous l’avons bien lue, autour de la notion de « science normale ». On aurait attendu de l’auteur qu’il nous fournisse effectivement une définition de la « science normale » sans se contenter de renvoyer à Thomas Kuhn, car la confusion du lecteur ne cesse de s’épaissir au cours de l’ouvrage, tant l’usage que Pascal Ragouet en fait semble s’écarter du sens qu’en donnait l’auteur de La structure des révolutions scientifiques, y compris même dans son indétermination caractérisée (indétermination par ailleurs largement réduite dans la postface qu’il publie en 1969, mais passons). Se cacher derrière la pluralité des sens conférés à la « science normale » ne dispense pas, comme chercheur, de restreindre le périmètre scientifique de la notion, et ce d’autant plus qu’elle est au cœur de l’ouvrage. Sans compter que dans ces différents sens, Thomas Kuhn n’a jamais associé normalité et normativité. Rien n’empêche d’apporter un autre contenu aux concepts que l’on utilise, évidemment, mais il faut alors le préciser et le développer, ce qui nous semble insuffisamment fait ici. Cette association demeure implicite et peu questionnée, ce qui finit par fragiliser, du point de vue du lecteur, l’ensemble théorique de l’ouvrage.

Pour terminer, nous tenons à remercier Pascal Ragouet de s’être prêté à cet exercice de disputatio sans lequel nulle science n’est possible et qui, nous l’espérons, aura permis de faire avancer la discussion autour de son ouvrage, nous le répétons, tout à fait intéressant.

Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages

Image en bandeau :  StockSnap, via Pixabay.

Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster

Dans le dernier numéro de la revue Zilsel (n° 2, septembre 2017), la rubrique « Frictions » proposait d’interroger l’état actuel et les marges de progression éventuelles des études de controverses scientifiques et techniques[1]. Outre deux articles de mise au point bibliographique et de recadrage théorique, le dossier incluait une longue note critique de Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages[2] – tous deux membres du comité de rédaction de la revue – du dernier ouvrage de Pascal Ragouet, L’eau a-t-elle une mémoire ? Sociologie d’une controverse scientifique (Paris, Raisons d’agir, 2016). La rédaction avait jugé utile et pertinent d’engager une lecture de ce dernier, car l’ambition de l’auteur est de proposer un cadre d’analyse théoriquement renouvelé d’un genre d’enquête – que d’aucuns pensent vu et revu –, à partir d’une étude de cas en soi intéressante. On découvria rapidement que la lecture des collègues est franche et sur le fond, elle entre dans la contradiction comme c’est la norme. Néanmoins, Pascal Ragouet considère qu’ils font fausse route et a tenu à contre-argumenter dans le texte qui suit. Le Carnet et la revue Zilsel encouragent depuis le début les échanges critiques argumentés, c’est donc sans surprise qu’il accueille avec intérêt cette longue réponse. Naturellement, elle donnera lieu à une ulime réponse, à paraître dès le lendemain.

La rédaction

Dans un premier temps, je me suis senti honoré qu’un article de 19 pages vienne développer une critique de mon dernier ouvrage, parce que j’imaginais partager avec les auteurs de la recension une conception identique de la critique : un exercice attentif au contenu des arguments, tournant résolument le dos aux raccourcis et aux attaques ad hominem. Je me suis lourdement trompé. Si l’on excepte les quelques rares lignes censées rappeler l’intérêt de mon travail, il faut bien admettre qu’à l’issue de la lecture du texte de M. Dhermy-Mairal et V. Fages le lecteur risque trouver cet intérêt bien relatif puisqu’en conclusion, je passe pour quelqu’un qui se bat « contre des fantômes » (p. 184), qui n’a manifestement pas compris que « les « boîtes noires de la science [avaient] déjà été largement ouvertes » (p. 184) et qui continue à s’intéresser à un objet « qui a perdu de sa superbe analytique » (p. 184). Le lecteur était de toute façon fixé bien plus tôt dans le texte puisqu’au milieu de l’article à la page 177, ma critique du relativisme « semble rater sa cible » et qu’elle nous projette « des années en arrière dans une guerre des sciences largement refroidie ». La faute sans doute à mon âge puisqu’à la suite de ces affirmations péremptoires jamais étayées, l’explication de mon incapacité résiderait dans un possible « effet de génération » (p. 177). Cette incise me reste en travers de la gorge, je dois le dire. S’en tenir à l’évocation des manques argumentatifs, des problèmes conceptuels devrait suffire pour une critique. En tout cas, cette remarque superflue me rappelle tout le caractère utopique de la norme d’universalité dont Merton faisait l’un des éléments constitutifs de son ethos.

Alors que retenir de cette longue recension ? Je l’avoue, je suis vite passé en la lisant à la deuxième moitié de l’article, celle censée se faire plus critique. J’aimerais répondre aux préventions de mes évaluateurs. Continuer la lecture de « Critique de la critique : réponse d’un ghostbuster »