Raisonner a priori. Réponse de Fabien Truong à Éric Marlière

Suite et fin de l’échange critique amorcé la veille. Fabien Truong répond donc à la réponse d’Éric Marlière, comme il se doit. Et nous n’en dirons pas davantage. Point final pour ce qui nous concerne. JL & ASM

À ce stade de divergence, ma réaction n’aura quelque intérêt que si elle incite les lecteurs curieux à aller voir par eux-mêmes. Cet échange dit tout de même des choses sur « la » sociologie : c’est le seul point d’accord avec mon collègue. Je crois qu’elles méritent d’être explicitées. C’est la seule raison qui me pousse à répondre, une nouvelle fois, aux critiques d’un collègue dont la virulence, sur le fond comme sur la forme, est sans doute à la mesure d’options et de partis-pris irréconciliables.

Sur les divergences épistémologiques. La première recension de mon collègue me paraissant tellement éloignée de ce que j’ai eu le sentiment d’écrire – mais aussi des nombreux retours de lecture (critiques ou laudatifs, ce n’est pas la question), qu’elle me semblait être le symptôme de conceptions distinctes du métier – bref, de divergences épistémologiques. J’ai essayé de les clarifier, pointant des modes d’appréhension du monde social dans lesquelles je ne me reconnais pas et que cette lecture laisse, selon moi, transparaître (le typologisme descriptif, le positivisme textualiste et la réduction de l’expertise thématique). Tout est dans mon papier précédent (« De quoi la « radicalisation » d’une recension est-elle le nom ? », Zilsel), je n’y reviens pas. Je concluais que ces divergences dépassent, à mon sens, le cadre des « écoles de pensée » plus ou moins revendiquées par les sociologues (« bourdieusiens », « pragmatistes », « tourainiens », « boudoniens », « interactionnistes » etc.). Contrairement à ce que semble pourtant croire mon collègue, il ne s’agit pas, dans mon esprit, d’une querelle de chapelles dont je ne me suis par ailleurs jamais revendiqué. Je pense que ces divergences renvoient plutôt à des oppositions pratiques très transversales sur les façons de faire, de mobiliser les acquis de la sociologie classique et de construire un objet. Je constate, à la lecture des récriminations au carré de mon collègue, que c’est effectivement le cas. Si notre dialogue semble donc presque impossible, le débat avec d’autres collègues qui ne sont sans doute pas « classés » dans les mêmes zones du petit espace professionnel de la sociologie française que moi, mais avec qui je partage une certaine conception du métier, peut être fructueux (voir par exemple ce récent entretien croisé avec François Dubet dans la revue Diversité). Je note aussi que ma tentative d’expliquer nos désaccords par des divergences épistémologiques est perçue par mon collègue comme une forme d’arrogance. On lira entre les lignes que je suis quelqu’un « d’insistant » qui « se prend au sérieux », devant un modeste collègue méprisé (« on connaît ma position plus que mineure dans le champ ») et courageux (s’auto-congratulant de publier une recension « corsée »). Contrairement à mon collègue, je n’ai aucune envie de personnaliser le débat, mais tiens tout de même à apporter un minimum de transparence. Je n’ai rencontré qu’une seule fois mon contradicteur. Il m’a invité, avec une autre collègue, à donner une conférence plénière pour introduire un colloque qu’ils co-organisaient et qui a donné lieu à un livre collectif auquel il m’a été demandé de participer, ce que j’ai accepté. Il faut croire que ma présence, dans le contexte d’une entreprise collective et publique qu’il codirigeait, ne le gênait pas. Pour l’anecdote, il m’a demandé à la fin de cette journée si nous pouvions échanger nos livres respectifs, ce que j’ai bien sûr accepté trouvant le geste sympathique. Il reste tout de même que sa volonté de personnaliser ici la controverse alors qu’il ne me connaît absolument pas, traduit un certain état d’esprit. Fait d’imprécisions et – cela n’a rien de personnel – d’une once de malhonnêteté intellectuelle. Continuer la lecture de « Raisonner a priori. Réponse de Fabien Truong à Éric Marlière »

« Rationaliser a posteriori ». Réponse à l’auteur de Loyautés radicales

L’équipe de Zilsel (carnet et revue) est très attachée à l’organisation de la disputatio. On ne s’étonnera donc pas de trouve ici, en deux, actes, la clôture d’un échange contradictoire entre Éric Marlière et Fabien Truong. Tout a commencé par la recension d’Éric Marlière, dans la revue Sociologie, du livre de Fabien Truong Loyautés radicales. L’islam et les « mauvais garçons » de la Nation, paru en 2017. L’ouvrage restituait une enquête auprès de six jeunes hommes de Grigny qui avaient connu le terroriste Amédy Coulibaly. L’enjeu était de comprendre comment la mise en tension de différentes « loyautés » (familiales, sociales, économiques, politiques) permet de mieux comprendre des trajectoires individuelles.

Dans sa critique, Éric Marlière reproche à Fabien Truong de se mettre « constamment en scène », de ne pas approfondir le sens et l’usage de certaines notions (e.g. radicalisé, injustice), de s’appuyer sur d’anciens schémas de la lutte des classes, de reconduire des « stéréotypes » ou de céder au « misérabilisme ». Fabien Truong a pris connaissance d’une première version de la recension d’Éric Marlière et a informé la rédaction de Sociologie d’un certain nombre de mésinterprétations et surtout d’erreurs manifestes. La revue n’a pas souhaité ouvrir un espace de contradiction et a fait modifier quelques éléments de la recension. Nous avons fait le choix, dans le numéro 4 de la revue Zilsel, de publier la réponse que Fabien Truong avait préparée (Fabien Truong, « De quoi la ʺradicalisationʺ d’une recension est-elle le nom », Zilsel, n° 4, 2018, p. 363-380). Il situait ainsi les lignes d’opposition qui le séparaient d’Éric Marlière. Outre la rectification des erreurs (notamment à propos du financement de l’enquête ou encore de la méthode employée qui se voulait immersive et ne comportait pas d’entretiens directifs), Fabien Truong précisait son approche en soulignant qu’il avait tenté de saisir par la voie des échanges et de la construction des relations un monde social spécifique (celui de jeunes garçons pris dans des conflits de loyauté). Il s’opposait ainsi au typologisme a priori que semblait défendre Éric Marlière. Au contraire, Fabien Truong envisage une sociologie qui saisit sur le vif les moments de tension entre la possibilité de la pacification et l’orientation vers la violence politique, et restant attentive aux facteurs les plus ténus qui peuvent expliquer les choix finalement faits. Contre l’approche culturaliste Fabien Truong défend la possibilité d’un comparatif exigeant de processus sociaux temporellement éloignés. Ce faisant, il interroge la démarche d’ultra-spécialisation qui semble conduire à une clôture du champ de recherche. Enfin, la défense d’une pratique immersive qui cerne au plus près la position du sociologue pour mieux comprendre le tissage relationnel opéré avec les enquêtés constitue un autre point de friction.

Après la parution de cette réponse à la critique, nous avons reçu une « réponse à la réponse » d’Éric Marlière. Ce texte, que nous publions aujourd’hui, creuse encore les différences de points de vue sociologiques et méthodologiques : surinterprétation, sous-estimation de la composante géopolitique dans les loyautés radicales, usage trop large du comparatisme et porte ouverte au sensationnalisme qui rendrait confuse la distinction avec les discours médiatiques. Nous avons sollicité Fabien Truong afin qu’il clôture cette controverse – au moins sur le papier. Nous publierons donc demain son texte, qui signale à nouveau les désaccords méthodologiques et épistémologiques avec Éric Marlière. Mais il souligne également le danger d’une critique qui finit par se personnaliser. Plus profondément encore, Fabien Truong remarque qu’il subsiste encore une forme de positivisme attendant de l’ethnographie qu’elle prouve par le nombre d’enquêté·e·s rencontré·e·s la validité de ses assertions. Le sociologue défend, quant à lui, un dispositif d’enquête, qui fait primer le souci du détail, la densité des échanges et l’attention à l’engagement corporel du/de la chercheur·euse. En conclusion, Fabien Truong appelle à un questionnement collectif sur la façon de faire de la sociologie qui reste articulée à la perception médiatique et grand public de la discipline.

L’équipe de Zilsel se réjouit que les échanges aient pu s’organiser sur le mode de la dispute cadrée. Il nous semble qu’ainsi toutes les dimensions des débats ont pu être abordées : des désaccords méthodologiques aux questions moins souvent abordées de la personnalisation de la critique. Nous ne pouvons que partager l’envoi final du texte de Fabien Truong appelant à faire de la sociologie une « discipline offensive et créative ».

JL & ASM

 

Ce texte répond à la contre-recension publiée par Fabien Truong, l’auteur de Loyautés radicales, parue dans le numéro 4 de la revue Zilsel en octobre 2018. Il s’agit, ici, de dresser l’inventaire de ses remarques à propos de ma propre recension (revue Sociologie, mai 2018 pour la seconde version).

En conclusion de cette contre-recension (p. 379), notre interlocuteur caractérise ainsi ma démarche sociologique : « Au fond, j’ai le sentiment que l’auteur de la recension parle plus de son rapport à la sociologie que de mon livre. En défendant implicitement une conception où dominent le typologisme descriptif, le positivisme textualiste et la réduction de l’expertise thématique. » Mais à quoi renvoie donc cette assertion proposée en guise de bouquet final ?

Avant d’y répondre, il faut dire que les éléments de réponse de Fabien Truong posent un certain nombre de questions. Tout d’abord, ce dernier affirme avec un certain aplomb que je n’ai pas rendu compte de son livre (p. 363). Il explique que ce travail de recension comporte deux versions, dont une remaniée et augmentée, car « il faut croire que la première version était perfectible » (p. 364). C’est oublier un peu vite que l’auteur de Loyautés radicales a insisté auprès du comité de lecture afin que je tienne compte de ses considérations. Dès lors que j’ai pris en compte les remarques (insistantes) de l’auteur, la seconde version devient bien évidemment différente de la première. Cela ne signifie pas que la première version était « perfectible ». Il constate par ailleurs un grand nombre d’erreurs factuelles. Il affirme ainsi que j’ai commis une erreur de chronologie à propos de sa réponse à l’appel du CNRS à la suite des attentats, puisqu’il était déjà présent sur le terrain. Il a donc intégré son enquête naissante dans le dispositif plus général du projet « La réaction sociale aux attentats » (REAT). Soit. Mais on ne voit pas bien comment il a pu adapter l’enquête ethnographique aux attentes soudaines de l’institution. A-t-il orienté son travail vers le terrorisme pour répondre à l’appel ou avait-il déjà, au préalable, envisagé de travailler sur cette question ? Nous n’en savons absolument rien. Continuer la lecture de « « Rationaliser a posteriori ». Réponse à l’auteur de Loyautés radicales »

Crever l’abcès

« Vous avez raison, continuez à changer le monde avec les comptes rendus du cahier Zilsel. »
@edouard_louis, 22 juin 2015, Twitter.  

Crever d’excès

En février 2016, nous avons publié ici même avec Vincent-Arnaud Chappe une note critique à propos du livre de Geoffroy de Lagasnerie, Juger, qui venait de paraître dans sa propre collection chez Fayard. La recension pointait toutes les limites d’un ouvrage superficiel, faussement radical et empiriquement vide. L’auteur semble nous en avoir tenu rigueur – ce qui est bien son droit. Avec Didier Eribon et Édouard Louis, ses « frères d’armes et d’esprit », ils multiplient dans la foulée, notamment sur les « réseaux sociaux », les invectives, les anathèmes et les attaques ad personam. Comme ces mises en cause se répètent régulièrement (avec l’espoir, chez notre trio infernal, de susciter un petit buzz médiatique de plus, ce qui a pour l’instant lamentablement échoué), qu’elles atteignent des intensités de plus en plus grandes et qu’elles s’inscrivent désormais dans le registre bien discernable de l’injure publique, nous nous permettons ici une analyse sur « le vif » de cette attitude si caractéristiques du dévoiement de la critique.

Nous le réaffirmons, s’il en est besoin : G. de Lagasnerie peut légitimement considérer que notre critique de son livre est injuste, insuffisante, sans fondement, etc. Mais encore eût-il fallu qu’il se donne la peine de répondre à nos arguments par des contre-arguments, comme il se doit. Après une vague promesse de réponse dans un message laconique adressé sur une liste professionnelle, il n’a pas semble-t-il trouvé le temps de répondre aux nombreuses questions que nous avions soulevées à propos de son essai. Tant pis, nous avons passé notre chemin. Les choses auraient pu en rester là. Les impasses critiques et les points d’achoppement sont nombreux dans l’univers académique ; ils balisent des oppositions frontales dans la façon de concevoir des objets de recherche, de les définir, de les analyser, de les appréhender, éventuellement de tirer des leçons normatives des résultats engendrés par ces recherches. Mais G. de Lagasnerie s’est fait une spécialité d’invectiver, sur Twitter notamment, à coup de captures d’écran et de tweets péremptoires, soit « Zilsel » dans son ensemble, c’est-à-dire le carnet et la revue fondée en 2017 (où notre critique a été reprise dans le premier numéro disponible sur Cairn), soit ses deux fondateurs (nous, donc). Aidé (si l’on peut dire) par ses amis D. Eribon (qui, nolens volens, a été jusqu’à l’année dernière « professeur de sociologie » à l’Université Jules Verne d’Amiens, et s’occupe aujourd’hui de faire fructifier ses actifs sur le marché globalisé de la Pensée Critique) et É. Louis (détenteur d’un contrat doctoral dans la même université, bien que son directeur de thèse D. Eribon considérât qu’il était trop « surdimensionné » pour y être inscrit, mais surtout auteur de produits littéraires à succès), G. de Lagasnerie aime pointer notre appartenance au petit monde grisâtre de la fonction publique de la recherche (l’ironie voulant que normalien, agrégé et professeur dans une école d’Art, il est tout aussi fonctionnaire que nous – le mépris de classe est ici patent, et assez peu flatteur pour un « philosophe et sociologue » radical-cheap, mais passons). Cette abomination de la recherche publique – de son labeur, de son ascèse, du refus du clinquant – est partagée par D. Eribon qui, toujours sur Twitter, chacun ayant les grandes surfaces d’expression qu’il peut, déborde de passion rance pour la critique du fonctionnariat de la recherche, étriqué, étroit, sans originalité[1]. Là encore, la chose ne manque pas d’ironie de la part d’un ancien journaliste qui a fait une partie de sa carrière éditoriale au Nouvel Observateur (aujourd’hui L’Obs), hebdomadaire plus connu, dans les années 1980 et 1990, pour aller dans le sens du vent médiatique que pour son intransigeance politique et intellectuelle[2]. D. Eribon pratique une méthode très classique pour mettre en forme sa détestation de notre travail (nous nous avançons un peu trop : il ne connaît pas, il ne s’abaisserait tout de même pas à lire d’obscurs « sous-chercheurs » !) : il s’agit rien de moins que de retirer à ses adversaires leur qualité d’êtres humains (nous serions « humainement gênants » [sic]). Ce sont là des pratiques qui ont beaucoup de succès dans le camp réactionnaire. Les pulsions conservatrices que nous avions pointées dans le livre de G. de Lagasnerie constituent bien, dans la clarté des insultes, le plan idéologique sur lequel se situent nos trois « contradicteurs ». Mais l’offense répétée sur ce ton ne nous a pas amenés à répondre, car pour tout dire nous avons franchement ri devant l’inanité et la puérilité des attaques. Continuer la lecture de « Crever l’abcès »

Pour des recherches sur la guerre indépendantes

Ce 30 mai 2018, une convention a été signée entre les directions du CNRS et du renseignement militaire. D’après le CNRS, cette convention doit permettre de donner un cadre formel à la coopération entre chercheurs et agents de renseignement militaire. Ce mélange des genres ne constitue pas un acte isolé. En 2014, le ministère des Armées a par exemple financé la création d’un Institut de la Guerre et de la Paix au sein d’une Unité Mixte de Recherche du CNRS de Paris 1. En 2016, le ministère des Armées a lancé un programme national, le « Pacte Enseignement supérieur », qui permet aux établissements d’enseignement supérieur d’obtenir le label « Centre d’Excellence Défense et Stratégie », un label associé à une subvention de 300 000 euros. Enfin, une « Association pour les Études sur la Guerre et la Stratégie » (AEGES) a vu le jour il y a quelques années avec le soutien financier du ministère des Armées.

Ces investissements militaires du champ académique s’accompagnent de mises en récit justifiant leur pertinence. Dans une interview publiée dans Défense et Sécurité Internationale, Jean-Vincent Holeindre explique ainsi que le but de l’AEGES est de faire en sorte « qu’enfin l’étude scientifique de la guerre (…) soit prise au sérieux par nos institutions universitaires et nos revues scientifiques »[1]. Dans le même entretien, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer juge que l’entreprise de l’AEGES est d’autant plus pertinente qu’elle jouit d’une « indépendance scientifique totale […] garantie par un conseil de 35 membres, civils et militaires »[2]. Pour ces universitaires, les rapprochements en cours entre champs académique et militaire ne présentent ainsi que des avantages.

D’autres partisans de ces rapprochements sont cependant plus prudents. C’est le cas, notamment, de Alexandre Jubelin, auteur d’un texte – « Qui pense la guerre ? » – publié en 2018 par la Revue du Crieur[3]. A. Jubelin cite Jean-Vincent Holeindre, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer et Olivier Schmitt (troisième co-auteur de l’entretien croisé susmentionné) et plaide, avec eux, pour un renforcement des financements consacrés aux études sur la guerre, y compris ceux venant du ministère des Armées et des Industries d’armement. Mais il pointe aussi les risques de ce renforcement. Il note par exemple que les financements ne sont pas gratuits car ils ouvrent une relation d’échange dont l’autre terme est le développement d’une certaine docilité à l’égard de ses financeurs car, remarque-t-il, « on ne mord pas la main qui vous nourrit » (p. 101). Par ailleurs, le propos de l’auteur est plus modéré que celui d’autres acteurs qui appellent à ouvrir davantage les portes du monde académique au « complexe militaro-industriel »[4] (CMI). Contrairement à J.B. Jeangène-Vilmer, A. Jubelin ne met par exemple pas « universités, think tanks, institutions et industries »[5] sur le même plan du point de vue de la production du savoir. Il croit en la spécificité du savoir scientifique mais propose de créer un espace d’enseignement et de recherche financé, en partie seulement, par le CMI comme dans les départements de « war studies » anglo-saxons.

“Firestorm”, par Antonio Hidalgo, via Flickr, https://www.flickr.com/photos/jose_antonio_hidalgo_jimenez/25781671700/in/photostream/

Continuer la lecture de « Pour des recherches sur la guerre indépendantes »

« Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly

Un livre pour Bourdieu, plutôt qu’un livre sur Bourdieu ? C’est le pari de Marc Joly. Prenant pour point de départ l’ouvrage de Jean-Louis Fabiani, Pierre Bourdieu. Un structuraliste héroïque (2016), dont il critique les partis pris et les erreurs, il revient, dans un style d’argumentation tonique et direct, sur le projet intellectuel du sociologue-le-plus-cité-dans-le-monde. Loin d’un « structuralisme » au rabais, Bourdieu a pris part de façon décisive à la révolution sociologique commencée à la fin du 19e siècle, que Marc Joly a documentée dans un grand et gros livre paru l’année dernière[1]. Avec d’autres, parmi lesquels Norbert Elias, Bourdieu approfondit les fondements théoriques de cette rupture épistémologique et met à l’épreuve d’innombrables objets d’enquête. Ce Pour Bourdieu (CNRS éd.) veut donc rendre justice à un sociologue incompris, non pas seulement en pointant la grande richesse des travaux empiriques et théoriques dans lesquels il s’est engagé, avec le concours des membres de l’équipe du Centre de sociologie européenne dont il a été longtemps l’« entraîneur », mais en explicitant les raisons de la haine et de la jalousie dont il a fait et fait encore l’objet. Marc Joly pose donc, très directement, sans la détestable habitude des sous-entendus malsains, des questions difficiles à entendre. Il nomme, cite, discute, conteste, argumente. Il nous a semblé d’autant plus légitime d’échanger avec lui que les conditions du débat sociologique sont pour le moins difficiles ces derniers temps lorsque l’on évoque la figure de Bourdieu (voir par exemple les polémiques stériles autour du Danger sociologique[2]). On l’aura compris, c’est avec une certaine sympathie, disons même une franche camaraderie, que nous avons préparé cette conversation qui n’engage que nous, i.e. JL & ASM[3].

Une première question, aussi simple que directe : pourquoi ce Pour Bourdieu ? 

Parce que, si on croit en la sociologie, si on pense que cette science est centrale pour penser ou, plutôt, pour repenser nos rapports les uns avec les autres et notre rapport au monde, on ne peut pas laisser dire que l’un des plus importants représentants de cette discipline, non seulement a échoué, mais, pire, ne pouvait qu’échouer. Or c’est le message que tend à faire passer Fabiani dans son Pierre Bourdieu. Deux autres considérations, en particulier, m’ont incité à le prendre en quelque sorte pour point de départ et pour objet. C’est, tout d’abord, qu’il s’agit à bien des égards d’une œuvre collective. Clairement, ce qui m’a paru problématique, c’est moins le livre en lui-même que ce qui l’a rendu possible. À savoir, pour l’essentiel : le tournant dit « critique » des Annales, l’épistémologie dite « wébérienne » de Passeron ainsi que le retour de la philosophie (politique et morale) en sociologie orchestré par Boltanski-Thévenot, qui a abouti à cette espèce de dogme faussement irénique et au contenu flou qu’est la « philosophie des sciences sociales ». Déconstruire le livre de Fabiani, c’était donc se donner les moyens de soumettre à critique toutes ces évolutions (en grande partie liées aux jeux de pouvoir propres à l’EHESS) qui, à mon avis, ont fait régresser les sciences sociales, pas seulement sur un plan épistémologique, d’ailleurs, mais aussi sur celui, disons, de la morale scientifique. Et puis j’ai vu, dans ce travail critique, l’opportunité de mettre à l’épreuve du cas Bourdieu le modèle théorique de l’émergence et du développement de la sociologie esquissé dans mon ouvrage La révolution sociologique. Continuer la lecture de « « Ce qu’impose le champ »… Entretien avec Marc Joly »