Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (1/2)

« Pourquoi si dur ? — dit un jour
au diamant le charbon de cuisine ;
ne sommes-nous pas proches parents ? »
Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra

 

Yves Gingras est professeur à l’Université du Québec à Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire et sociologie des sciences. Dans cet entretien donné au Carnet Zilsel (réalisé le 10 décembre 2013 par Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin à Paris, puis complété à distance), il revient sur les étapes-clé de sa carrière, depuis sa formation à l’Université de Montréal jusqu’à ses recherches les plus récentes. On apprendra beaucoup sur d’une part le contexte d’émergence du domaine appelé hier « Science, technologie et société », et de l’autre l’histoire des institutions qui le développèrent dès les années 1970. Les travaux d’Yves sont bien connus des historiens et des sociologues des sciences et techniques. Ils traitent de nombreux thèmes : de la sociologie historique de la physique (au Canada et au Québec, mais pas seulement), de l’histoire des universités, des recompositions du champ scientifique à l’échelle mondiale, à l’aide notamment des méthodes de la scientométrie dont il est un spécialiste. À noter, en passant, qu’il publiera le 9 janvier 2014 aux Éditions Raisons d’agir un ouvrage intitulé Les dérives de l’évaluation de la recherche : Du bon usage de la bibliométrie, synthèse de ses travaux sur la question et mise en garde contre les abus de l’évaluation équipée par l’une des méthodes les plus ordinaires de la sociologie des sciences. Pour naviguer entre ces nombreux fronts de recherche et cette bibliographie foisonnante, on trouvera sur le site de la Chaire la quasi-totalité des articles en accès libre.
Gingras_Yves_001En complément des éléments relatifs à sa trajectoire académique, nous avons souhaité interroger Yves sur sa pratique originale et finalement peu commune de la critique. Il est en effet connu pour une série de comptes rendus et de notes critiques, qui ont joué un rôle certain dans la discussion des développements et des « résultats » d’approches particulièrement visibles dans les STS, comme le sont (l’étaient ?) la théorie de l’« acteur-réseau », l’ineffable « mangle of practice » de Andrew Pickering, ou encore le « programme empirique du relativisme » de Harry Collins. Dans la seconde partie de l’entretien (billet n° 2), il revient sur ces controverses qui n’en sont finalement pas et défend résolument une éthique « conséquentialiste » de la recherche. C’est l’occasion de réfléchir sur le fonctionnement du champ des sciences sociales, en particulier sur la difficile percée d’une rationalité critique qui puisse prévenir l’illusionnisme des révolutions conceptuelles sans lendemain. Il faut souligner en outre qu’Yves intervient sur d’autres scènes que le seul monde académique pour faire valoir un point de vue toujours argumenté sur des sujets relevant de sa compétence. Ainsi, il a tenu de 1997 à 2012 une chronique mensuelle dans le cadre de l’émission radiophonique Les années lumière, diffusée sur Radio-Canada. Un livre d’entretiens en a été tiré (Parlons sciences. Entretiens avec Yanick Villedieu. Les transformations de l’esprit scientifique, Boréal, 2008 ; paru également sous le titre de Propos sur les sciences, Éditions Raison d’agir, 2010). Parler sciences exige des connaissances et l’exercice d’une certaine responsabilité cognitive : message que l’auteur ne cesse de marteler, quitte à cliver dans un domaine STS qui est loin de fonctionner comme champ scientifique.

Commençons par ta formation. Comment es-tu venu à l’histoire et à la sociologie des sciences ?

YG : C’est par l’histoire que je suis arrivé à la sociologie des sciences. Je faisais des études de physique à l’Université Laval à Québec. Lorsque je préparais ma maîtrise, je m’intéressais au fondement des concepts scientifiques. Mon projet de recherche portait alors sur la densité d’impulsion des ondes électromagnétiques dans les diélectriques. J’en ai d’ailleurs publié les résultats dans Physics Letters en 1980. J’étais frappé par le peu d’intérêt porté à cette question qui remontait pourtant à Einstein lui-même qui en avait traité dans un papier écrit avec Jacob Laub publié en 1908. Pour expliquer cet oubli d’un problème plutôt que sa résolution définitive, je me disais qu’il fallait tenir compte de la transformation du contenu des manuels de physique. Le manuel le plus courant au milieu des années 1970, et avec lequel j’avais étudié l’électrodynamique classique, était celui de John David Jackson, Classical electrodynamics, paru d’abord en 1962 et réédité en 1975. À l’époque, c’est la question de l’électromagnétisme dans le vide qui domine la physique car cela est utile pour la physique des particules. Les propriétés des champs dans les milieux continus étant alors reléguées au second plan, traitées superficiellement sinon simplement ignorées. Le contraste avec le livre standard antérieur Electromagnetic Theory de Julius Adams Stratton, paru en 1941, est frappant. Toutefois le problème que j’étudiais est réapparu juste avant que je termine mon mémoire et j’ai été agréablement surpris de le voir brièvement traité dans la seconde édition du livre de Jackson parue en 1975, mais que je n’ai consulté qu’à la fin de mon travail. Dans mon mémoire, avant de résoudre des équations pour comparer les différentes solutions du problème, je consacre le premier chapitre à l’histoire du problème de la densité d’impulsion électromagnétique en retraçant en quelque sorte sa généalogie. Pour réaliser ce chapitre, j’ai lu tout ce que j’ai trouvé sur la philosophie et l’histoire de la physique.

Continuer la lecture de « Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras (1/2) »

Longévité d’une œuvre : l’Histoire de la folie de Michel Foucault

Qu’est-ce qui, dans l’histoire intellectuelle, installe un œuvre, un livre, un article, une série de recherches, dans la durée ? Il s’agira dans ce billet de questionner le processus qui fait d’un texte un point d’appui durable pour les discussions, les débats, les prolongements, les continuations (plus ou moins directes). Soit, au départ, un livre aux apparences canoniques, puisqu’il s’agit de la version publiée d’une thèse de doctorat, celle de Michel Foucault, Histoire de la folie. histoire de la folie TELOn sait la réception enthousiaste (mais aussi agacée) d’un jury attentif à voir les premiers jalons d’une pensée prometteuse Sans céder à la téléologie, la thèse de Foucault tranche clairement, dans l’ordre de la philosophie comme celui de l’histoire des sciences au début des années 1960. Plusieurs ouvrages récents (Artières et al. 2011, Artières, Bert 2011, Lorenzini, Sforzini 2013) reviennent sur la genèse et les vies ultérieures de l’œuvre de Foucault. Ils seront l’occasion, pour moi, d’interroger les conditions socio-historiques d’une persistance intellectuelle. Comment et pourquoi un texte continue-t-il de polariser l’attention des lecteurs (nombreux) ? Doit-on tout rabattre sur le génie d’un texte qui renverrait à une forme de transcendance des idées, les meilleures devenant par une opération quasi mystique celles qui restent ? Ou bien peut-on construire un schéma global de longévité à partir d’une double articulation des pratiques de recherche et de leurs ancrages socio-intellectuels ? Je reviendrai, dans un premier temps, sur la formation du texte source, sa lente infusion dans la nuit suédoise, ses publications successives, en France et à l’étranger, ainsi que sur le tranchant d’une méthodologie ni réductible aux canons de l’histoire ni assimilable à un exercice scolaire de philosophe. Je détaillerai, ensuite, le feu polémique qui n’a cessé d’entourer le livre, formant le cercle d’une discussion que la mort de Foucault n’a pas apaisé.

Le grand remuement d’une thèse

La nef des fous, par Jérôme Bosch, vers 1500, Musée du Louvre (source : Wiki)
La nef des fous, par Jérôme Bosch, vers 1500, Musée du Louvre (source : Wiki)

Philippe Artières et Jean-François Bert (2011)[1] ont recomposé le puzzle matériel qui mène des origines du sujet de thèse de Foucault jusqu’à ses prolongements traduits dans le monde entier. Il manque une pièce (et de taille !) dans cette histoire des traces graphiques : le manuscrit lui-même, aujourd’hui disparu. Comme une béance originelle, le texte de la main de Foucault manque à toutes les recompositions de son histoire. La critique génétique est, du coup, inconsolable.

Continuer la lecture de « Longévité d’une œuvre : l’Histoire de la folie de Michel Foucault »

Jean-Pierre Vernant, précurseur des Science & Technology Studies ?

Les Science and Technology Studies (STS) se sont fondées sur quelques grands principes épistémologiques : l’activité scientifique n’est pas essentiellement différente des autres activités humaines (il ne sert donc à rien de vouloir chercher les traces d’une autonomie des pratiques) et l’axiologie scientifique (la vérité, la raison) n’est jamais détachée d’un contexte historique donné (il n’existe pas de valeurs transcendantes). Ce ne sont là que deux principes parmi d’autres, mais on peut avancer sans se tromper qu’ils organisent une bonne part des études dans le domaine des STS. Leur succès tient aussi à une certaine forme d’ambiguïté : ce n’est pas parce que la communauté scientifique n’est pas autonome dans les faits qu’elles ne peuvent pas chercher à tendre vers cette autonomie ; l’historicisation des catégories de pensée comme la vérité ou la raison n’oblitère pas, pour autant, leur efficace hic et nunc. Autrement dit, bien qu’ils aient l’apparence d’un relativisme assumé, ces principes peuvent donner lieu à des lectures non relativistes tout à fait fructueuses pour des recherches empiriques. Mais les STS sont-elles vraiment à l’origine de ces positionnements heuristiques prétendument renouvelés ? N’existe-t-il pas des précédents ? On sait l’histoire des sciences humaines et sociales parsemée de précurseurs renvoyés dans l’obscurité d’une chronologie officielle. Laurent Mucchielli (1995) a ainsi démontré que les historiens fondateurs des Annales, Lucien Febvre et Marc Bloch, avaient travaillé à minimiser le rôle d’historiens qui, au début du 20e siècle, avaient proposé, sans la systématiser, une démarche historienne proche (sinon semblable) à celle proposée dans la célèbre revue (Lamy, Saint-Martin 2011).

Jean-Pierre Vernant, portrait tiré du film d'Emmanuel Laborie « La fabrique de soi » (2011, lahuit.com)
Jean-Pierre Vernant, portrait tiré du film d’Emmanuel Laborie « La fabrique de soi » (2011, lahuit.com)

Le cas que je propose d’évoquer ici concernant les STS et leurs principes épistémologiques est un peu différent. Celui dont je prétends qu’il a, bien avant ce que l’historiographie indigène des STS a retenu sous le terme d’« école d’Edimbourg », formulé quelques propositions décapantes sur la façon d’envisager les pratiques savantes n’est pas un chercheur obscur et oublié (comme l’histoire des sciences aime à retrouver). Il s’agit de Jean-Pierre Vernant, décédé en 2007. Helléniste de réputation mondiale, professeur au Collège de France, ancien résistant, proche du Parti Communiste, il a été l’un des fondateurs de l’anthropologie historique. On est loin d’un précurseur isolé dont la mémoire des travaux serait perdue sous la poussière des bibliothèques encombrées. Mais avant de questionner plus avant ce point aveugle d’une historiographie STS vouée à la nouveauté permanente, il est indispensable de revenir sur l’œuvre de Jean-Pierre Vernant et sur ses apports.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre Vernant, précurseur des Science & Technology Studies ? »

Galilée hérétique, trente ans après. Réponse à une re-lecture récente

Suite à la publication, sur ce carnet, du billet de Jérôme Lamy sur une relecture de Galilée hérétique, nous avons sollicité son auteur, Pietro Redondi, pour qu’il nous livre ses propres impressions sur la réception de son ouvrage paru il y a maintenant trente ans. Il nous retrace ici les points aveugles des critiques qui lui ont été adressées et trace les perspectives d’une poursuite de son travail historien.

Galilée devant le Saint-Office au Vatican, par Joseph-Nicolas Robert-Fleury, 1847.
Galilée devant le Saint-Office au Vatican, par Joseph-Nicolas Robert-Fleury, 1847

En lisant le billet de Jérôme Lamy sur sa lecture de mon ouvrage Galilée hérétique, j’ai été très touché par la sincérité de son texte et sa façon de la communiquer au lecteur. Je me suis aperçu que j’aurais mieux fait de mettre davantage au clair ce qui, à mes yeux, constituait les points les plus importants de ma reconstruction et les perspectives à poursuivre. À mon avis, par exemple, le document de loin le plus important de l’accusation théologique contre l’auteur de l’Essayeur (et indirectement contre ses protecteurs au Vatican), ce n’est pas tellement le document G3, mais le livre Ratio ponderum, qui, bien qu’interdit à Rome, divulguait  une telle accusation tout en cherchant à embarrasser le Saint-Office en le mettant devant ses responsabilités. Et pourtant les commentateurs de mon livre n’ont jamais prêté beaucoup d’intérêt à cette publication. Elle est passée presque inaperçue et c’est probablement de ma faute.

Continuer la lecture de « Galilée hérétique, trente ans après. Réponse à une re-lecture récente »

Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée

Reprendre un ouvrage lu pendant les années d’études est toujours une expérience intellectuelle intéressante : les souvenirs des exaltations primitives se mêlent à l’effet d’une sédimentation lointaine. J’ai lu, lors de mes études de troisième cycle, le Galilée hérétique de Pietro Redondi, paru en France en 1983 (Redondi 1983). Il en restait les préventions des enseignants : le livre était une pyramide inversée, en ne s’appuyant que sur une archive unique, il remontait vers une généralisation douteuse, et la thèse défendue n’a pas été retenue par la communauté des historiens des sciences… Quelques mots, avant de revenir à ces arguments d’autorité (et pour cause), sur la progression du Galilée hérétique adoptée par Pietro Redondi.

Les pièces du dossier

Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985.
Pietro Redondi, Galilée hérétique, Paris, Gallimard 1985

À l’origine du travail historien il y a une source étonnante, une archive inattendue, une irruption intempestive. Noté G3, un texte anonyme accuse le Saggiotore de Galilée de suivre la voie d’un atomisme hérétique. Ce ne serait donc pas la défense de l’héliocentrisme copernicien qui aurait initié le procès contre Galilée, mais une accusation plus grave encore, le retour à Démocrite, la remise en question des subtilités de l’Eucharistie. Dans le contexte post-tridentin, à l’ombre d’une puissance jésuite qu’on a cru, à tord, diminuée, au sein d’une géopolitique dont l’équilibre est menacé par la progression huguenote, les audaces du camp moderniste (dont Galilée est l’un des représentants les plus dynamiques) sont surveillées avec attention. Dès lors, dans le secret des commissions d’enquête, l’accusation anonyme (dont Redondi dévoile l’auteur en la personne du père Grassi) d’atomisme semble plus redoutable que celle d’héliocentrisme. L’accusation d’hérésie (et la possible condamnation à mort) pèse sur les discussions (dont nous n’avons pas la trace). Dans cette perspective, la défense de Copernic est un péché moins grave.

Continuer la lecture de « Re-lecture. Galilée, l’archive et la pyramide inversée »