Archives par mot-clé : Sociologie de la sociologie

L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7). Continuer la lecture de L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

Réponse à Marc Joly

Dans un billet précédent paru sur le Carnet Zilsel, Marc Joly répondait au compte rendu de son ouvrage La révolution sociologique que Jean-Louis Fabiani venait de faire paraître sur le site En attendant Nadeau. Le propos y est vif et tranchant. Au tour de Jean-Louis Fabiani de répondre à la réponse. Inutile d’en rajouter : aux lecteurs/lectrices de reprendre le dossier (i.e. de lire l’ouvrage) et de se faire leur propre opinion. Commentaires bienvenus !
La rédaction

Le lecteur qui n’aurait en main que les critiques très violentes que M. Joly adresse à mon compte rendu pourrait être conduit à penser qu’il est négatif. Il n’en est rien. J’ai salué à plusieurs reprises les qualités de son ouvrage, et je l’ai encouragé à développer son point de vue de manière plus systématique et plus raisonnée. Je rappelle ici ma conclusion : « Ce compte rendu est donc à la fois admiratif et critique. Si Marc Joly est loin d’avoir corroboré sa thèse, il l’a proposée avec une telle audace et une telle vivacité intellectuelle qu’on doit lui savoir gré d’avoir partagé ses riches dossiers et sa verve polémique, tout en témoignant de l’air du temps, qui est plus tardien que durkheimien ».

J’apparais dans son texte, qui me semble témoigner d’une violence inutile, et sans doute, à terme, contre-productive, comme un individu « aux abois » qui n’a rien compris à la sociologie des sciences. Ce n’est pas la réputation que j’ai dans d’autres cercles que le sien, et si j’ai beaucoup de respect pour le travail des gens de Zilsel, je ne pense pas pour autant qu’ils aient le monopole de la compétence. Si j’aime la controverse, je déteste la police de la pensée, laquelle me semble gagner au sein des jeunes générations. Je crois que mon travail plaide pour moi : je suis convaincu que mon compte rendu restera comme une évaluation sérieuse et que M. Joly aura bien vite oublié son coup de colère.

Nous sommes l’un et l’autre sociologues, et il ne m’en voudra pas si, en passant, je fais un peu de sociologie du champ sociologique contemporain. Continuer la lecture de Réponse à Marc Joly

Réponse à Jean-Louis Fabiani

La révolution sociologique que vient de publier Marc Joly aux Éditions La Découverte est une somme importante. L’auteur envisage sous un jour nouveau l’avènement de la sociologie au tournant de 1900, sur la base d’un corpus d’archives riche et varié. Il n’esquive pas la critique des allants de soi de l’historiographie et, plus encore, les tentatives parfois désespérées de philosophes de reprendre le dessus devant l’essor d’un nouveau régime de pensée scientifique qui, en fait selon son analyse, sape les fondements de leur autorité intellectuelle. Parce que la thèse et la démonstration sont tranchantes, la probabilité que l’ouvrage suscite une discussion vive est grande. Dans le concert des comptes rendus favorables – disclaimer n° 1 : l’un de nous y a participé dans les colonnes de l’Humanité –, le compte rendu de Jean-Louis Fabiani paru sur le site En attendant Nadeau apporte son lot de dissonances et de points de divergence. Néanmoins, Marc Joly n’est pas d’accord – pour dire le moins – avec les critiques formulées par Jean-Louis Fabiani, et c’est pourquoi il a transmis à la rédaction d’En attendant Nadeau une réponse argumentée. La longueur du texte l’a rebutée. Sans plus attendre, Marc Joly a eu la bonne idée de proposer ce texte à la rédaction du Carnet Zilseldisclaimer n° 2 : il a contribué et contribuera encore à l’avenir à la revue Zilsel. Nous sommes ravis de le publier parce que nous estimons que les échanges longs et argumentés, fussent-ils sans complaisance ou âpres, sont la condition même d’une vie intellectuelle saine. Depuis 2013, l’exercice de la note critique est d’ailleurs l’une des activités privilégiées du Carnet Zilsel, et c’est une des bonnes raisons pour lesquelles nous avions pris le temps de lire La sociologie comme elle s’écrit, livre de notes critiques de Jean-Louis-Fabiani. S’il le désire, Jean-Louis Fabiani (précision n ° 1 : nous l’avons averti au préalable) peut nous transmettre une « réponse à la réponse », afin de clore l’échange.
Jérôme Lamy & Arnaud Saint-Martin

Je remercie Jean-Louis Fabiani d’avoir pris le temps de lire mon ouvrage La Révolution sociologique. De la naissance d’un régime de pensée scientifique à la crise de la philosophie (XIXe-XXe siècle) et d’en faire le compte rendu. Je suis néanmoins obligé de réagir aux multiples déformations que celui-ci comporte, et je suis très reconnaissant à l’équipe du Carnet Zilsel de m’en donner la possibilité.

Un sociologue peut-il proposer une reconstruction cohérente des prises de position philosophiques vis-à-vis des sciences et livrer une interprétation valable des textes philosophiques eux-mêmes ? Tout, dans les jugements de valeur de Fabiani à mon encontre (« brouillon », pas « clair », « caricature », « confus », etc.), témoigne que c’est pour lui inconcevable. Or je crois avoir démontré que c’est faisable et utile (qu’il s’agisse, par exemple, de Rickert, de Jaspers, de Merleau-Ponty ou de James). De même, aucun lecteur de bonne foi ne jugera que je « réhabilite » Tarde – constamment situé eu égard aux positions qu’il occupait dans une pluralité d’espaces de relations, et analysé comme un « personnage de transition » – et je vois difficilement ce qui peut conduire à conclure que j’« occulte » la dimension idéologique des débats intellectuels suscités par l’aliénisme, la criminologie, la psychologie scientifique et la sociologie à la fin du XIXe siècle (cf. les deux premiers chapitres de La Révolution sociologique et en particulier les p. 36-41 et 66-75). J’ajoute enfin que Durkheim est très présent dans mon étude et que cette omniprésence est d’autant plus significative que je n’ai pas centré mes recherches sur cet auteur. Cela confirme, si besoin est, le bien-fondé de la théorie des « champs » : les tenants de la « psychologie sociale » et du « spiritualisme », sur lesquels je me suis attardé, constituèrent autant de fronts en lutte contre la posture d’autonomie scientifique de la sociologie symbolisée par Durkheim (et autant de fronts contre lesquels lutta ce dernier pour rendre légitime une telle posture). Lorsqu’il se demande pourquoi Gaston Richard et Paul Lapie, deux compagnons de route de L’Année sociologique séduits par la « psychologie sociale » (ou, plus précisément, tentés par la fermeture sous les auspices de la « psychologie sociale » du champ naissant des sciences sociales), « sont convoqués dans une enquête sur une révolution scientifique à laquelle ils n’ont visiblement pas pris part », Fabiani passe à côté des implications méthodiques de la notion de « champ ». Pourquoi « ressusciter », en effet, Lapie et Richard (outre Tarde), mais aussi Daniel Essertier, Georges Palante, Raoul de la Grasserie, etc. ? Pas pour le plaisir de l’érudition. Nullement pour « réhabiliter » des figures injustement oubliées. Mais parce que cela m’est apparu, progressivement, comme le meilleur moyen : 1. de faire comprendre, via l’accent mis sur des processus de déclassement et de reclassement, l’ampleur d’un remodelage des pratiques de production des connaissances et des modes de pensée ; 2. d’insister sur la dimension existentielle de l’engagement (et du refus d’engagement) dans le jeu des sciences humaines et sociales (et, donc, d’éclairer la logique de ce dernier). Continuer la lecture de Réponse à Jean-Louis Fabiani

Prix Robert-Nobel 2016 de Sociologie, avec une lettre de Bernard Lahire, lauréat

robert-nobel

Créé en 2009 dans le but explicite et revendiqué de copier la bonne idée des économistes en créant un « Prix Nobel » afin de tirer un peu la couverture médiatique vers nous, le Prix « Une Heure de Peine » en l’honneur de Robert Nobel, plus communément appelé « Prix Nobel de Sociologie » (une appellation diablement pratique quand même), a été cette année décerné par un Comité exceptionnel composé de personnes plutôt sympas qui ont bien voulu participer. Au terme de tractations houleuses dont nous passerons les détails, ledit Comité a décidé de récompenser cette année :

Bernard Lahire

Pour sa contribution générale à la sociologie mais aussi, et surtout, pour avoir pris les armes dans son ouvrage Pour la sociologie (La Découverte 2016) contre un certain nombre d’incompétents médiatiques adeptes de la dénonciation des « excuses sociologiques ».

Comme chaque année, la prestigieuse dotation du « Prix Nobel de Sociologie » (à savoir une poignée de main et une bière) sera remise au lauréat quand bon lui semblera. Il pourra par ailleurs désormais se présenter comme « Bernard Lahire, “Prix Nobel” de Sociologie 2016 ».

25add51ef63134313734353239363138313130
Bernard Lahire (crédits : La Découvberte)

Le Comité exceptionnel rassemblé cette année a par ailleurs souhaité innover en créant un nouveau prix : le « Prix de l’Excuse Sociologique en l’honneur de Manuel Valls ». En effet, suite aux déclarations de ce dernier (« expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser »), il a semblé nécessaire de pouvoir distinguer chaque année les moments d’incompréhension patente et désolante de la nature de la sociologie et des sciences sociales – quitte à leur trouver des excuses. Inutile de dire que le Comité avait un choix pléthorique de candidats. En s’excusant par avance auprès des immanquables déçus, le jury a toutefois décidé de rester logique et de décerner pour cette première année ce prix à

Manuel Valls

Premier Ministre et inspirateur de cette récompense, à qui nous offrons une heure de cours de sociologie gratuite.

Manuel Valls (Source : Entevue.fr)
Manuel Valls (Source : Entevue.fr)

Le Comité pour l’attribution du prix « Une Heure de Peine » en l’honneur de Robert Nobel renouvelle ses félicitations aux lauréats et s’engage à renouveler l’expérience l’année prochaine et aussi longtemps que cela nous amusera. Il ajoute qu’il est conscient de la trop forte représentation masculine parmi les élus mais aussi en son sein, ce pour quoi il enjoint toutes celles qui le veulent à le rejoindre.

Suite à l’annonce extrêmement médiatisée du prix, le 13 octobre 2016, le Comité a reçu une lettre de Bernard Lahire, que nous sommes honorés de reproduire in extenso :

Madame, Messieurs, les membres du comité,

Je tiens solennellement à remercier les membres du comité du Prix (Robert) Nobel de sociologie de m’avoir distingué cette année pour (je cite le communiqué officiel parce que je l’aime bien) « (m)a contribution générale à la sociologie mais aussi, et surtout, pour avoir pris les armes dans (m)on ouvrage Pour la sociologie (La Découverte 2016) contre un certain nombre d’incompétents médiatiques adeptes de la dénonciation des “excuses sociologiques” ».

Dans des univers où la compétition prédomine, être récompensé par des pairs est une chose très improbable, et même quelque peu inquiétante. Si les membres du comité n’avaient pas été, comme je le crois, déraisonnablement alcoolisés ou sous l’emprise de drogues dures (on peut craindre notamment une fréquentation assidue des salles de shoot SHS), ils auraient sans doute émis plus normalement des jugements du type : « Ce qu’il fait est quand même moins original que ce que fait Boltanski ou Latour hein ! ». Ou encore, puisque le jury est composé essentiellement de Français : « Mouais… Bof… » Mais le mal a été fait, le prix décerné et, personnellement, j’en suis très content.

Que le Prix (Robert) Nobel de sociologie me soit, de plus, décerné la même année que le Prix (Alfred) Nobel de littérature, organisé par d’obscurs Suédois, à Bob Dylan est pour moi une belle coïncidence. C’est le signe d’une incroyable audace des institutions. Car fallait-il avoir de l’audace pour attribuer un prix de littérature à un vulgaire songwriter. Comme l’a rappelé Alain Finkielkraut avec la force argumentative qu’on lui connaît : « La littérature c’est des livres qu’on lit. Jusqu’à plus ample informé, ce n’est pas des chansons qu’on écoute » (sic). Bob s’en remettra-t-il ? Acceptera-t-il un prix aussi contesté ? Son silence (qui a suivi les propos du grand philosophe) montre qu’il encaisse difficilement le coup de l’évidence. Quant à moi, même si le poids de la notoriété peut être parfois difficile à porter (mais j’ai particulièrement apprécié la retenue impeccable des journalistes qui ont respecté la tranquillité de mon travail depuis l’annonce du Prix), j’accepte quand même joyeusement le Prix Nobel, la poignée de main et la pinte de bière.

PS : Si j’ai un peu tardé avant de faire cette déclaration, c’est parce que l’annonce du Prix m’a d’abord laissé sans voix, et quand je l’ai retrouvée, j’avais pas mal de choses à faire.

Lyon, le jeudi 27 octobre 2016.


Crédits logo : @coulmont.
Crédits photo pour le bandeau : Shutterstock, via Nightlife.ca et la fête de la bière québécoise.
© Fondation (Robert) Nobel

La sociologie comme elle se lit

À propos de Jean-Louis Fabiani, La sociologie comme elle s’écrit. De Bourdieu à Latour, Paris, Éditions de l’EHESS, 2015.

La sociologie comme elle s’écrit est un livre sur les livres, un livre sur les gens qui prennent la peine d’écrire des livres, et un livre pour les lecteurs qui considèrent que les livres sont une ressource intellectuelle inestimable – y compris les livres qui tombent des mains. Pour son auteur, Jean-Louis Fabiani, c’est un livre de bilan : le bilan de décennies de lectures ; pour le lecteur, c’est le témoignage d’un observateur participant de l’histoire des sciences humaines sociales depuis le début des années 1970. Et c’est pourquoi c’est un livre recommandable. Mais La sociologie comme elle s’écrit, c’est aussi un bilan de compétences herméneutiques : à travers ses lectures l’auteur défend la pratique de la recension et de l’exégèse, et plus encore ici de la collectio, du recueil et de l’assemblage de « textes apparemment dissemblables » (p. 16). Ce n’est pas le premier essai dans le genre « livre sur les livres »[1], mais cela n’enlève rien de son intérêt. Lisons-le donc, en écrivant.

Qu’est-ce qu’un sociologue qui lit ?

« Le sociologue ne doit jamais cesser d’affûter ses compétences de lecteur. En lisant, en écrivant. » (p. 17) Cet aspect-là du « métier de sociologue » est sans nul doute essentiel, et J.-L. Fabiani fait bien de le rappeler dans le prologue. Pourtant son titre, « Portrait du sociologue en lector », laisse apparaître ce qu’il en coûte de revêtir les habits du lecteur. Défendre et illustrer cette disposition intellectuelle, c’est dans une certaine mesure ramer à contre-courant. Car comme l’écrit J.-L. Fabiani, les carrières universitaires incitent plutôt à la créativité et à l’originalité (p. 9). Lire les autres, c’est suspendre le fil de ses propres recherches le temps d’une recension. Et le petit producteur académique de se laisser distancer par la concurrence dans la course à la publication. Mais ce n’est pas tout. On sait que Pierre Bourdieu, se remémorant ses années de khâgne et sa vocation refroidie d’historien de la philosophie, a contribué à façonner la figure repoussoir du lector, cette créature étrange végétant dans les eaux usées de l’academica mediocritas, cacatoès qui s’imagine en auctor par le seul jeu de ses commentaires scolastico-scolaires[2]. Cette charge n’était pas infondée, c’était de bonne guerre même, Bourdieu s’estimant victime d’un éternel misreading. À distance donc de cette posture caricaturée à l’excès sous sa plume féroce, Bourdieu exigeait de ses lecteurs qu’ils soient des lectores-auctores (p. 11). Il pensait bien faire, lui qui lisait beaucoup les auteurs de sa trempe, comme l’illustrent les longues séances d’explication de textes scandant ses premiers cours au Collège de France[3]. Mais n’est pas Bourdieu qui veut. Cela suppose de se mettre à la hauteur d’un auctor sûr de son pouvoir auctorial. D’avoir une œuvre avant de se risquer à lire un pair.

0a4c14697d

Pourtant, lire les autres, c’est aussi se placer dans le sens de l’enquête. J.-L. Fabiani souligne qu’Émile Durkheim était un infatigable lecteur et que sa revue, L’Année sociologique, faisait la part belle au compte rendu. Un peu désuète à l’heure du tout-terrain, cette sociologie de cabinet n’en recèle pas moins une grande force : elle rappelle combien la lecture, et l’écriture l’accompagnant, sont aussi créatrices. Enfin, pas n’importe comment. Il est des lectures expédiées et sans intérêt, des notes de lecture n’apportant rien d’autre qu’une nouvelle quatrième de couverture, des lectures qui n’ont d’autre fin que d’installer le lector en thésauriseur d’une « rente symbolique ». À l’inverse, le rendement d’une bonne lecture se mesure à sa capacité de faire surgir autre chose par l’interprétation, une plus-value cognitive, des « effets de connaissance et d’intelligibilité » (p. 12). Vous pensiez l’avoir lu, eh bien lisez ce compte rendu, le livre commenté s’y trouve transfiguré. Condenser, restituer, situer dans l’espace des possibles, mettre en perspective, (se) confronter, mais aussi lire entre les lignes, chercher à rendre raison des blancs et des manques, faire craquer les paquets de sens trop bien emballés : un texte, ça se presse comme un citron. Et il faut mettre du cœur à/dans l’ouvrage. Parler d’un livre qu’on a lu pour en dire quelque chose d’à peu près sensé, cela demande autant d’application que d’implication.

J.-L. Fabiani, qui transbahute son « vieil habitus de lecteur » (p. 12) de recension en recension, a de qui tenir. Ce travail du review essay, il s’y est familiarisé au contact de Jean-Claude Chamboredon – vous savez, le co-auteur du Métier de sociologue (1968) que l’on oublie hélas souvent de citer. Chamboredon transforma ce « genre mineur en un lieu d’innovation intellectuelle » (p. 12), et ses élèves ­­– parmi lesquels J.-L. Fabiani – d’emboîter le pas. Le prologue est l’occasion de se raconter à travers l’expérience de la lecture. J.-L. Fabiani livre peu à peu son panthéon référentiel et ses affinités sélectives. Il en a croisé du monde, entre les rédactions de Critique, des Actes de la recherche en sciences sociales ou de feu la revue Préfaces ; sans compter les séjours à l’étranger, en particulier à l’université de Californie à San Diego au cours des années 1970, où J.-L. Fabiani eut l’occasion de mettre des visages sur ses lectures sociologiques (Bennet Berger, Aaron Cicourel, Randall Collins, Cesar Graña, Joseph Gusfield) (p. 14).

Portrait du sociologue en Hannibal lector Pierre Bourdieu (crédits : college-de-france.fr/)
Portrait du sociologue Pierre Bourdieu en Hannibal lector (crédits : college-de-france.fr/)

La table des matières laisse deviner l’éclectisme mais aussi les choix ponctuels d’un lecteur sur une vingtaine d’années. Certains auteurs sont aujourd’hui canonisés. C’est le cas de Pierre Bourdieu (chap. 1, fatalement) et de Michel Foucault (chap. 3), dont les ouvrages continuent de susciter des milliers de recensions à travers le monde. Le processus de canonisation est en cours pour d’autres : Andrew Abbott (chap. 5)[4] et Bruno Latour (chap. 11, comme pour clore la marche). Ne déméritant pas une seconde, les autres auteurs commentés dans La sociologie comme elle s’écrit apportent tous à la pratique des sciences sociales, chacun à sa façon, et il se pourrait même que certains soient déjà canonisés par quelques happy few dans l’indifférence des échelles de cotation mainstream : Jean-Claude Passeron (chap. 2), Daniel Cefaï (chap. 4), Ivan Ermakoff, Randall Collins, Gérard Lenclud, Luc Boltanski, Cyril Lemieux (respectivement chap. 6, 7, 8, 9 et 10). Ce cortège est hétéroclite en première lecture. Il est très masculin, très blanc, très « 54/105 Boulevard Raspail », très franco-étasunien. Où se trouve donc la cohérence ? Pourquoi avoir retenu ces recensions-là plutôt que d’autres ? Pourquoi cet énigmatique sous-titre, De Bourdieu à Latour ? Cela relève-t-il du simple affichage vendeur pour attirer l’attention du lecteur-client ou d’une véritable intention théorique ? Pour tâcher d’y voir clair, observons donc à l’œuvre les lectures de J.-L. Fabiani – sans toutes les reprendre, car­ il ne faudrait pas que ce compte rendu exonère de les lire. Continuer la lecture de La sociologie comme elle se lit