Archives par mot-clé : Sociologie des techniques

La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

Du 9 au 11 juillet 2014 s’est tenu à Bordeaux le colloque « Science, innovation, technique et société ». Il était organisé à l’initiative des collègues bordelais, en particulier Pascal Ragouet, du centre Émile Durkheim (Émile, totem de l’étape), et sous la double égide des Réseau Thématique (RT) 29 de l’Association française de sociologie (AFS) et du Comité de Recherche (CR) 29 de l’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF). Avec quelques camarades, j’y ai participé du début jusqu’à la fin. Pour n’en pas perdre la mémoire, j’en proposerai ici un compte rendu dans la rubrique « Conference advisor ». Subjective, cette restitution le sera à plus d’un titre. D’abord, parce qu’il y a en théorie autant de restitutions possibles que de participants, chacun conservant un souvenir personnel de ce qu’il s’est passé, conditionné par ses expériences interactionnelles sur place et ses capacités d’observation, d’attention aux choses et de mémorisation. Ce retour d’expérience sera subjectif aussi parce que j’assumerai mes partis pris. Quelques commentaires critiques l’exprimeront au fil du texte.

Jour 1 : mise en bouche

Ce n’est pas tous les jours que les chercheurs/ses intéressé-e-s par les sciences et/ou les techniques (et/ou l’innovation, toujours à toutes les sauces) ont l’occasion de se retrouver. Je dis « chercheurs/ses intéressé-e-s » sans préciser d’appartenance(s) disciplinaire(s), parce que je me suis vite rendu compte que, contre ce à quoi je m’étais d’ailleurs préparé (l’identité disciplinaire de la « puissance invitante » le laissait pensait, à tout le moins), il ne s’agissait pas d’un colloque de sociologie-des-sciences-pour-sociologue-des-sciences. S’intéresser à la science, à la technique, à l’innovation, avec tout ce que l’on peut subsumer sous ces termes élastiques, était en effet le commun dénominateur, un principe d’agrégation thématique accueillant qui autorisait un maximum d’enrôlements et a priori un coût d’entrée peu élevé. À première vue, on dira « tant mieux » car s’il y a bien quelques séminaires çà et là, des congrès durant lesquels une ou deux sessions « études des sciences » se tiennent, il est bien rare de pouvoir échanger avec plus d’une dizaine de personnes. Qu’on le veuille ou non, qu’on le regrette ou pas, ce domaine reste encore confidentiel en France. C’était donc par principe une bonne nouvelle de savoir qu’à Bordeaux, au tout début de l’été, devait s’organiser un tel événement, sur trois jours en plus. Continuer la lecture de La sociologie des sciences et techniques française, cuvée 2014. Retour du colloque de Bordeaux, juillet 2014 (1/2)

À propos des buzzwords scientifiques et techniques

Dans cet article, Ronan Le Roux nous montre dans quelle mesure les buzzwords scientifiques et techniques (BST) restent un phénomène mal défini. Il l’illustre avec le cas des biologies « -omiques » (génomique, protéomique, etc.), pour questionner l’existence de critères objectifs permettant de construire les BST comme objets d’étude. Il envisage d’abord que les BST puissent être un artefact, dus à l’hétéronomie de notre perception, et/ou à une interférence entre instrument et phénomène observé (performativité de la scientométrie sur les pratiques d’écriture et de mise en visibilité à l’heure du numérique). Il met en doute ensuite le fait que la lexicométrie fournisse un modèle naturel de BST. Comme il le souligne, on ne peut définir les BST sans jugement de valeur, notamment en cherchant à les situer dans une typologie des néologismes scientifiques et techniques. Ils semblent devoir rester des objets flous et hétérogènes, convenant mieux à des études de cas comparatives.

Difficile aujourd’hui d’échapper aux « buzzwords » : mots à succès, mots à la mode, mots-phares, mots-étendards, formules, « petites phrases », mantras… Qui n’en a vu ou entendu, en tweet ou en 4×3, dans le cadre d’une conférence plénière ou d’une conversation de couloir, savamment agencés ou glissés comme en passant ? Fleurant la futilité sinon l’entourloupe, progéniture d’un brainstorming entre consultants ou trouvaille nec plus ultra de ténor cathodique, ils semblent pareillement destinés à conquérir le marché des temps de cerveaux disponibles ou à aveugler les masses par quelque tour de passe-passe sémio-cognitif, suscitant par réflexe d’humanisme cultivé la méfiance de tout citoyen nourri à l’esprit des Lumières et soucieux d’un bon usage du λόγος pour l’harmonie de la Cité.

Métastases lexicales d’une société hyperconnectée, on ne les conjure qu’en les détournant par des rituels jubilatoires consistant à les neutraliser par un excès d’usage (écholalies ironiques et autres « business lotos »). Cet exorcisme par mithridatisation impliquant a minima pour les locuteurs d’amplifier l’usage même de ce qu’ils souhaiteraient éventuellement voir disparaître, de vaincre le mal par le mal, la nature du buzzword apparaît en pleine lumière : sitôt franchi le seuil critique d’adoption qui le fait exister en tant que tel, son cycle de vie ne peut être interrompu et ne s’épuisera qu’en parvenant à son terme, après quoi il ira rejoindre le cimetière des expressions ringardes – sauf à trouver une seconde jeunesse dans son recyclage par un autre groupe social. C’est sans doute parce qu’un buzzword en tant que buzzword ne peut avoir de détracteur qu’il est aussi bien une instance remarquable de cette « voix de personne » (Valéry), atteignant précisément sa performativité maximale lorsqu’il n’a plus d’auteur et que sa signification s’attrape aussi peu que fumée entre les doigts.

alliageUn dossier récent de la revue Alliage est consacré au « Technobuzz »[1], les buzzwords de la technoscience. Le sourcil se lève spontanément : les buzzwords ne font-ils pas des ombres dans la caverne, ne sont-ils pas l’arsenal terminologique du sophiste contemporain, toute communication de leur part avec l’Académie et le ciel des Idées n’est-elle pas antinomique ou impitoyablement filtrée ? C’est le point de vue adopté, semble-t-il, dans l’article « Buzzword » de Wikipédia : « Les buzzwords dénoncés comme tels ont une fonction inverse du vocabulaire scientifique », ils seraient en fait du côté de la charlatanerie et de ce que les psychologues appellent « effet Dr Who ». Pourtant, ces frontières entre science et société ne sont pas perçues aujourd’hui si étanches qu’elles fassent du thème abordé par ce dossier d’Alliage un non-sujet. Bien au contraire, cette circulation transfrontalière est sans aucun doute un terreau fertile pour les buzzwords, pour le meilleur comme pour le pire : le meilleur, lorsque la société civile se saisit des Frankenstein de la « technoscience » (OGM, dépistage prénatal, nanotechnologies, etc.) comme d’autant d’objets de sains débats démocratiques ; le pire, avec ce que l’on pourrait appeler cette fois « l’effet Omega 3 », lorsque l’industrie, produisant des molécules comme M. Jourdain de la prose, épate le bourgeois avec un terme savant magnifiant tel aspect parfois trivial en guise d’argument de vente.

Des formes modernes et contemporaines de la vie scientifique. The Scientific Life de Steven Shapin

À propos de : Steven Shapin, 2008, The scientific life. A moral history of a late modern vocation, Chicago & London, The University of Chicago Press, 486 p.

Steven Shapin, marginal sécant

The Scientific Life est l’ouvrage d’un marginal. Steven Shapin l’affiche d’emblée, dans les premières lignes de sa préface : il n’a jamais considéré son rattachement à une discipline comme quelque chose de très sérieux. S’il est aujourd’hui (depuis 2004) professeur d’histoire des sciences à Harvard, il a en effet curieusement effectué la presque totalité de sa (belle) carrière en dehors des départements d’histoire. Figure centrale des science and studies studies (STS), il a passé 20 ans dans un département STS à Edinburgh, puis 15 ans dans un département de sociologie en Californie, à San Diego. Avant cela, comme le rappelle Jean-Yves Grenier dans Libération, « le plus illustre représentant de la nouvelle école anglo-saxonne d’histoire des sciences » était biologiste.

À venir : The Life ScientificComment expliquer cette – finalement heureuse – marginalité disciplinaire ? S. Schaffer a livré quelques indices pour répondre à cette question dans l’entretien qu’il a récemment accordé au Carnet Zilsel, en relatant avec bonhomie le début de sa propre carrière en tant qu’historien des sciences : le projet d’une histoire sociale des sciences n’était alors pas forcément très bien accueilli par les mandarins de l’histoire classique. Shapin occupe une place de choix dans ce récit, puisque le livre qu’ils ont publié ensemble en 1986, Leviathan and the Air Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life (Princeton University Press), est devenu un classique – sinon le classique – des STS, cité par tous, et toujours commenté. Shapin signera par la suite d’autres grands ouvrages (notamment A Social History of Truth: Civility and Science in Seventeenth-Century England, University of Chicago Press, 1994 ; The Scientific Revolution, University of Chicago Press, 1996) et une multitude d’articles et de chapitres couvrant une impressionnante variété de questions. Une partie d’entre eux se trouvent dans un imposant recueil, au titre explicite : Never Pure: Historical Studies of Science as if It Was Produced by People with Bodies, Situated in Time, Space, Culture and Society, and Struggling for Credibility and Authority (2010 Johns Hopkins University Press). On ajoutera encore que la plume de Shapin déborde volontiers de la littérature scientifique, au profit des lecteurs du New Yorker ou (surtout) de la London Review of Books. C’est dire aussi que ses centres d’intérêt l’entrainent sur des terrains contemporains, voire à faire de la sociologie ou de l’ethnographie – comme c’est le cas dans l’étonnant épilogue de The Scientific Life[1]. Continuer la lecture de Des formes modernes et contemporaines de la vie scientifique. The Scientific Life de Steven Shapin

Foucault à tort et à travers (2/2)

Dans ce second billet, Jérôme continue l’auscultation. Parce qu’il fallait bien en choisir quelques-uns dans l’océan des références à Foucault pour éviter de sombrer, il a choisi de revenir sur deux articles publiés récemment par Sezin Topçu et Jean-Baptiste Fressoz. Comme leurs travaux sont discutés et relativement visibles, c’est un choix qui s’impose de lui-même. Jérôme met en œuvre le même genre de travail critique qu’il a proposé dans le billet précédent, où Foucault apparaissait à peine entre chiens et loups. C’est direct, cela vise l’essentiel sans trop se perdre en vaines réductions sémantiques. Et puis surtout, cela engage le critique que les références allusives à Foucault continuent d’indisposer. Cela engage d’autant plus que Jérôme vient de publier un ouvrage collectif avec Jean-François Bert intitulé Michel Foucault : un héritage critique (Paris, CNRS Éd., 2014), dans lequel précisément une politique des usages du commun foucaldien est défendue, laquelle suppose un peu plus qu’une utilisation cosmétique des notions ou d’inoffensives et scolaires révisions à la marge. Bref, foucaldiens de tous les pays, encore un peu d’effort !

Une molle gouvernementalité

Dans un article récemment paru dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine, Sezin Topçu propose une approche des pouvoirs et des résistances aux technosciences par l’analyse de la gouvernementalité. Il s’agit là d’un concept finalement très peu exploité par Foucault. Le philosophe le définit ainsi dans son cours au Collège de France du 1er février 1978 :

« Par “gouvernementalité”, j’entends l’ensemble constitué par les institutions, les procédures, analyses et réflexions, les calculs et les tactiques qui permettent d’exercer cette forme bien spécifique, quoique très complexe, de pouvoir qui a pour cible principale la population, pour forme majeure l’économie politique, pour instrument technique essentiel les dispositifs de sécurité. Deuxièmement, par “gouvernementalité”, j’entends la tendance, la ligne de force qui, dans tout l’Occident, n’a pas cessé de conduire, et depuis fort longtemps, vers la prééminence de ce type de pouvoir qu’on peut appeler le “gouvernement” sur tous les autres : souveraineté, discipline, et qui a amené, d’une part, le développement de toute une série d’appareils spécifiques de gouvernement [et, d’autre part], le développement de toute une série de savoirs. Enfin, par « gouvernementalité », je crois qu’il faudrait entendre le processus, ou plutôt le résultat du processus par lequel l’État de justice du Moyen Âge devenu au XVe et XVIe siècles État administratif, s’est trouvé petit à petit “gouvernementalisé” » (Foucault 2004 : 111-112).

C’est peut dire qu’une telle épaisseur définitionnelle laisse peu de place aux envolées exégétiques. Mais dans le même temps, l’incarnation empirique (si l’on peut dire) est conditionnée par cette tri-dimensionnalité, c’est-à-dire le calcul visant les populations, la prééminence du gouvernement disciplinaire et la gouvernementalisation de l’État. C’est donc à l’intersection de ces trois propositions que l’on peut détecter une gouvernementalité en action.

Continuer la lecture de Foucault à tort et à travers (2/2)

Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (1/3)

Francis Chateauraynaud est un chercheur touche-à-tout, original dans l’approche de ses objets – souvent limites – et très en pointe sur le front des études des sciences et techniques. Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, fondateur du Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive (GSPR) et connu pour avoir créé la notion ô combien populaire de « lanceur d’alerte », il a publié différents ouvrages (La faute professionnelle en 1991, Experts et faussaires en 1995 avec Christian Bessy, Les sombres précurseurs en 1999 avec Didier Torny, et plus récemment Argumenter dans un champ de forces, 2011) qui ont fait date et continuent d’inspirer au-delà de la sociologie, sa discipline native. Autant de bonnes raisons pour que le Carnet Zilsel décide de réaliser un entretien avec lui.
Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin se sont donc rendus le 27 janvier 2014 au « village des irréductibles », sis boulevard Saint-Michel, à Paris, pour engager le dialogue. Quelques allers-retours plus tard, nous livrons un texte riche. Francis revient sur les moments forts de sa carrière, à commencer par sa formation. Il défend une certaine stratégie pragmatique d’insertion dans les milieux qu’il observe et à la vie desquels il participe, en particulier le milieu académique. Les lecteurs intéressés par les développements des sciences sociales en France dans les années 1980 trouveront intérêt à redécouvrir l’effervescence intellectuelle de l’époque, restituée ici par un
 insider perspicace qui résiste aux classements et aux modes d’emplois.
Comme l’entretien est très long, il sera réparti en trois billets.

Confrontation castelologique (Copyright : Francis Chateauraynaud)

Avant toute chose, j’aimerais faire part de mes réserves à l’endroit des exercices autobiographiques. Ils sont sans doute pertinents à certaines occasions, mais, globalement, alors qu’il y a d’immenses tâches d’enquêtes et d’analyses devant nous, on assiste à une dérive narcissique importante dans les milieux intellectuels – cela devient tendance de se raconter, au point qu’il faudrait peut-être instaurer une forme d’egotaxe dont la collecte serait reversée au profit du fonctionnement ordinaire des unités de recherche… Ces réserves portent sur plusieurs aspects puisqu’au gré de la discussion, il y a des éléments personnels sans grand intérêt qui surgissent, ainsi que la description de rencontres ou de ruptures qui ont eu des conséquences plus ou moins fortes, et dont le récit peut parfois être lu comme une sorte de règlement de comptes. Pour avoir fréquenté pendant de nombreuses années la galaxie qui s’est formée autour de personnalités imposantes de la sociologie française, comme Bruno Latour ou Luc Boltanski, dont j’ai fini par m’éloigner, décrire ma trajectoire intellectuelle peut prendre la forme d’un roman à clés, dans lequel se déploie une succession de confrontations théoriques, de jeux institutionnels, de mouvements collectifs et de relations personnelles, le tout ayant été fort chargé en tension émotionnelle. Comme le risque de dévoilement, et d’instrumentalisation, est loin d’être négligeable, je choisis d’interpréter l’exercice que vous proposez comme le prolongement d’un processus réflexif de longue haleine sur la construction, dans un moment assez particulier de la sociologie, d’objets qui n’allaient pas de soi, ce que d’aucuns appelleraient sans doute des « objets frontières ». D’ailleurs, autant que les objets, ce sont les instruments et les chemins d’enquête qu’il importe de rendre plus perceptibles et intelligibles – et de ce point de vue, se ranger sous telle ou telle bannière, comme par exemple « la sociologie pragmatique », est bien insuffisant. J’ajouterai que l’exercice de l’entretien n’est pas non plus celui du séminaire. À l’EHESS, où j’anime des séminaires depuis le début des années 1990, il y a, en séance, une liberté de questionnement, d’exploration et de discussion assez exceptionnelle, très éloignée des dispositifs communicationnels tournés vers un public indéterminé, anonyme ou distant. A ce propos, la tendance actuelle des MOOC, qui pénètre l’EHESS, via le PRES Hesam, à travers le double argument de l’impératif de visibilité et de l’accès de tous aux savoirs, au nom d’une transparence totale, fait peser un risque sur la fabrique des recherches. Plus les formats de communication seront impliqués en amont, moins il nous sera possible d’explorer librement les différents chemins que peut emprunter une enquête ou une discussion : il faudra être bref, clair et précis, ne plus dériver, anticiper la réception à distance, entrer dans des boucles d’évaluation, et donc éliminer au maximum tout ce qui apparaîtra brouillon, incertain, infondé… La définition des lignes de recherche ne se fera plus dans des séminaires mais dans des ateliers conçus pour déployer les tâches prévues dans les « workpackages » des projets financés ou dans les formations conformes aux maquettes validées en haut lieu…

Continuer la lecture de Faire de la sociologie « un pied dedans, un pied dehors ». Le pragmatisme et l’ouverture du répertoire sociologique. Entretien avec Francis Chateauraynaud (1/3)