Archives par mot-clé : Tout-terrain

L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

C’est avec stupeur et inquiétude que la communauté des chercheur.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s – sa très large majorité à tout le moins –a découvert les déclassements de candidats pourtant retenus après audition lors de la dernière campagne de recrutement du CNRS. Les sociologues de la section 36 en ont fait les frais, tout comme d’autres candidats dans des sections administrées sous l’autorité de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS. Tout le travail déployé par les jurys d’admissibilité s’est trouvé désavoué in extremis par un jury d’admission dont les critères d’évaluation apparaissent pour le moins discutables et opaques. Une pétition a aussitôt circulé et a recueilli près de 3200 signatures à ce jour et cela alimente la chronique jusque dans les colonnes du Monde. Dans l’article-billet substantiel qui suit, Stéphane Beaud (Professeur de science politique, Université de Paris-Nanterre), Valérie Boussard, Professeure de sociologie, Université de Paris-Nanterre), Romain Pudal (Chargé de recherches au CNRS), membres élus de la section 36 du Comité National du CNRS, ainsi que Christian Topalov (Directeur d’études à l’EHESS, directeur de recherches émérite au CNRS, ancien membre du Conseil scientifique de l’InSHS), proposent une analyse au scalpel de cette très dommageable affaire. Parce qu’il en va de l’autonomie scientifique et professionnelle de nos disciplines, parce qu’en outre – comme l’avancent les auteurs – ces déclassements révèlent l’arbitraire d’un « management autoritaire » et personnel de la recherche, le Carnet Zilsel ne pouvait pas ne pas contribuer à diffuser cette analyse critique qui a l’immense mérite d’exprimer de façon directe, transparente et informée une autre politique de la science : collégiale, appuyée sur des critères d’évaluation explicites et universalisables, indépendante, à distance de la fast science qui fait tant rêver les apparatchiks de la recherche.

Prenons le temps de réfléchir un moment à la grave crise qui secoue le CNRS et, plus précisément, l’Institut des sciences humaines et sociales (InSHS) du fait de l’élimination, pure et simple, par le jury d’admission des quatre sociologues qui avaient été classés, deux mois plus tôt, par le jury d’admissibilité du concours de CR2 (chargés de recherche de 2e classe), à savoir la section 36 du Comité national de la recherche scientifique (droit et sociologie), composée de treize sociologues et de cinq juristes (dont une majorité élus par leurs pairs). Précisons que ces concours de recrutement obéissent aux règles strictes des concours de la fonction publique française avec, dans ce cas, une spécificité : deux jurys distincts dont le second a prééminence sur le premier. Ainsi, le jury d’admissibilité effectue l’essentiel du travail d’évaluation en sélectionnant et classant les candidats reçus, puis un jury d’admission procède à une vérification formelle qui tend presque toujours à valider les résultats du jury d’admissibilité. Il est d’usage au CNRS, en effet, que les jurys d’admission ne modifient qu’à la marge le classement des jurys d’admissibilité, le plus souvent en faisant remonter une personne de la liste complémentaire pour des raisons de politique institutionnelle, notamment pour faire respecter la parité homme/femme dans le concours, ou pour régler un conflit d’intérêts inaperçu. A priori, dans ce qu’on peut appeler la « culture CNRS », il n’y aurait donc rien de choquant dans ces petits déclassements/reclassements qui sont de simples ajustements. De ce fait, depuis que nous alertons nos collègues CNRS, nombre d’entre eux ont tendance, dans un premier temps, à minimiser l’affaire : « Mais ça s’est toujours passé comme ça au CNRS !… Pas d’affolement », ou encore : « le jury d’admission est dans son rôle », rappelant « la légalité de cette instance », sans trop s’attarder sur sa légitimité à bouleverser le travail d’évaluation des collègues composant le jury d’admissibilité.

On ne peut leur donner raison ! Car l’ampleur du déclassement pratiqué cette année à l’encontre de la section 36 est inédite : quatre sociologues classés sont passés à la trappe sans compter que – cerise sur le gâteau – un poste si rare, si cher, de chargé de recherche (2e classe) a été perdu par cette opération du jury d’admission. Tout montre le caractère exceptionnel de l’affaire. Cette fois-ci, le jury d’admission de l’InSHS s’est, tout simplement, substitué au jury d’admissibilité du Comité national. Il s’agit là, sans aucun doute, d’un fait sans précédent dans l’histoire du CNRS. Soulignons enfin que si cette affaire suscite tant d’émoi chez les sociologues et dans l’ensemble du monde de la recherche en France et à l’étranger (la pétition en cours a recueilli plus de 3000 signatures), c’est qu’elle constitue une extraordinaire atteinte au principe fondamental de « l’évaluation par les pairs »[1]. C’est bien ce qui explique l’ampleur de la mobilisation collective en cours : une ligne rouge a été franchie par la direction de l’InSHS.

Outrepasser les frontières (crédits : CNRS)

Nous allons procéder en plusieurs temps. Tout d’abord, exposer les faits, entrer dans la mécanique de gestion du CNRS pour décrypter l’implacable logique du pouvoir qui a été à l’œuvre dans cette affaire et énoncer ses enjeux (sections 1 et 2). Dans un second temps, essayer d’expliquer les facteurs qui font que c’est la sociologie qui est ici (encore ! lassante habitude…) en première ligne (section 3). Ensuite, analyser la portée des arguments mobilisés par la direction du CNRS pour justifier sa décision (sections 4, 5 et 6). Enfin, montrer en quoi cette affaire doit être analysée comme un symptôme du nouveau management de la recherche publique en France et, notamment, de sa tendance autoritaire, incarnée de manière caricaturale par la personne même du directeur de l’InSHS (ultime section 7). Continuer la lecture de L’élimination des sociologues au concours du CNRS, symptôme du management autoritaire de la recherche en sciences sociales

La lutte climatique des classes

À propos d’Andreas Malm, L’anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital, traduit par Étienne Dobenesque, Paris, La Fabrique, 2017.

L’anthropocène a fait une entrée remarquée dans le lexique politique, sociologique et historien. Concept forgé par les géologues[1], l’anthropocène désigne la période pour laquelle l’activité humaine constitue la principale force de transformation de la Terre. Dans sa migration vers les sciences sociales, la notion a fini par désigner toutes les formes plus ou moins clairement identifiables de modification du climat et de l’environnement sous l’influence des êtres humains[2].

 

Dans son livre L’anthropocène contre l’histoire, Andreas Malm n’y va pas par quatre chemins : il entreprend d’interroger la vacuité de l’anthropocène comme concept politique. Sa thèse se résume ainsi : toute l’humanité n’a pas engagé une destruction avancée de la nature et des ressources terrestres, seule la classe capitaliste a élaboré un système d’exploitation généralisé dont on s’aperçoit maintenant qu’il ne détruit pas seulement la vie des travailleurs, mais s’attaque aussi à l’environnement. Comme le note l’auteur, « la série de technologies énergétiques qui ont succédé à la vapeur – l’électricité, le moteur à combustion interne, le complexe pétrolier (…) – ont toutes été introduites suite à des décisions d’investisseurs, parfois avec l’apport essentiel de certains gouvernements, mais rarement suite à des délibérations démocratiques » (p. 11). Il est donc tout à fait abusif de parler d’« anthropocène » en généralisant à l’humanité tout entière, puisque ce sont les tenants du capital qui sont responsables de la mobilisation des énergies carbonées dans l’économie contemporaine. L’argument, invariablement opposé à cette analyse de la rupture climatique par le jeu des antagonismes de classe, est que « même si toute l’espèce humaine » n’est pas « responsable » des transformations environnementales, c’est bien « au sein de l’espèce humaine » que se situe « son origine » (p. 13). Mais Malm rétorque que c’est un moyen fort commode de naturaliser de nouveau le réchauffement climatique en l’imputant à une espèce particulière (p. 14). Parce que la dégradation environnementale a une histoire, qu’elle est compréhensible du point de vue des transformations sociales et politiques des communautés humaines, il est dès lors important de repérer quels sont les acteurs qui ont produit cette situation de crise globale, afin de penser les (ir)responsabilités. Revenant à la conception marxiste des rapports sociaux de production – qui visent à dénaturaliser toutes les étapes d’une soi-disant maîtrise du feu, conçue comme une fin humaine évidente –, Malm construit son ouvrage autour d’une historicisation radicale et exigeante de l’adoption des énergies carbonées dans le régime capitaliste contemporain. Il envisage donc à la fois la tâche des historiens dans un « monde en réchauffement » (p. 23), les racines du « capital fossile », l’effet fictionnel de ce grand bouleversement et, enfin, quelques éléments pour « conjurer » la « catastrophe imminente ». Ces différents angles d’approche, même s’ils ne sont pas combinés de façon évidente, permettent malgré tout de dégager quelques lignes de force d’une nouvelle histoire du réchauffement climatique. Continuer la lecture de La lutte climatique des classes

Réponse à Marc Joly

Dans un billet précédent paru sur le Carnet Zilsel, Marc Joly répondait au compte rendu de son ouvrage La révolution sociologique que Jean-Louis Fabiani venait de faire paraître sur le site En attendant Nadeau. Le propos y est vif et tranchant. Au tour de Jean-Louis Fabiani de répondre à la réponse. Inutile d’en rajouter : aux lecteurs/lectrices de reprendre le dossier (i.e. de lire l’ouvrage) et de se faire leur propre opinion. Commentaires bienvenus !
La rédaction

Le lecteur qui n’aurait en main que les critiques très violentes que M. Joly adresse à mon compte rendu pourrait être conduit à penser qu’il est négatif. Il n’en est rien. J’ai salué à plusieurs reprises les qualités de son ouvrage, et je l’ai encouragé à développer son point de vue de manière plus systématique et plus raisonnée. Je rappelle ici ma conclusion : « Ce compte rendu est donc à la fois admiratif et critique. Si Marc Joly est loin d’avoir corroboré sa thèse, il l’a proposée avec une telle audace et une telle vivacité intellectuelle qu’on doit lui savoir gré d’avoir partagé ses riches dossiers et sa verve polémique, tout en témoignant de l’air du temps, qui est plus tardien que durkheimien ».

J’apparais dans son texte, qui me semble témoigner d’une violence inutile, et sans doute, à terme, contre-productive, comme un individu « aux abois » qui n’a rien compris à la sociologie des sciences. Ce n’est pas la réputation que j’ai dans d’autres cercles que le sien, et si j’ai beaucoup de respect pour le travail des gens de Zilsel, je ne pense pas pour autant qu’ils aient le monopole de la compétence. Si j’aime la controverse, je déteste la police de la pensée, laquelle me semble gagner au sein des jeunes générations. Je crois que mon travail plaide pour moi : je suis convaincu que mon compte rendu restera comme une évaluation sérieuse et que M. Joly aura bien vite oublié son coup de colère.

Nous sommes l’un et l’autre sociologues, et il ne m’en voudra pas si, en passant, je fais un peu de sociologie du champ sociologique contemporain. Continuer la lecture de Réponse à Marc Joly

Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Le premier numéro de la revue Zilsel circule fort bien et nous en sommes ravis. Tiré de nouveau, il est toujours disponible dans toutes les bonnes librairies et le site des Éditions du Croquant. Depuis peu, nous sommes également et diffusés sur la plateforme Cairn, et les premières données sur les consultations sont plutôt encourageantes. Donc, nous continuons sur notre lancée et préparons les prochains numéros. Parmi les bonnes résolutions, nous avions esquissé le projet de combiner les publications de la revue et celles du carnet de la façon la plus optimale possible. Car ce n’est pas parce que nous sommes « passés en revue » qu’il faut reléguer au second plan ce qui nous a tant mobilisé dans l’aventure zilselienne. Hors de question même. Donc, nous inaugurons une nouvelle rubrique, « Chutes », qui sera composée de billets publiés en complément des articles parus dans la revue. 420 pages, c’était en réalité très court, il nous aura fallu tailler dans certains textes. Ces coupes n’ont pas épargné l’article de Boris Attencourt, qui porte sur les trajectoires socio-intellectuelles d’Alain Badiou et d’Alain Finkielkraut. En cours d’édition, nous nous étions dit qu’il serait bon de replacer les éléments qui n’étaient pas complètement nécessaires – des « chutes », dirons-nous – pour étayer son argumentaire dans un nouveau billet. C’est annoncé en note de bas de page dans l’article, et désormais en ligne dans notre nouvelle rubrique. On y découvrira des données utiles pour objectiver la structuration des réseaux d’affinité et les partitions subtiles de la scène de l’intelligence contemporaine. C’est aussi l’occasion pour Boris – qui achève une thèse qui promet beaucoup – d’esquisser une réflexion sur son propre rapport à la vie intellectuelle et au possible désenchantement qu’induit l’analyse objectivante des conditions de son développement.
                                                                                                                              La rédaction

L’article que nous avons publié très récemment dans la revue Zilsel engageait un important matériel qui, comme c’est souvent le cas, nous a conduit pour diverses raisons (saturation, format, etc.), à laisser de côté de nombreux traitements. Or, ce que nous nous proposons de faire ici, c’est d’essayer dans une perspective réflexive sur l’analyse déployée de restituer une partie de ces « chutes » en matière d’administration de la preuve ayant jalonné le montage rédactionnel. Il est vrai que si l’on m’avait dit au début de ma thèse que j’écrirais un article sur Badiou et Finkielkraut, j’aurais répondu sans hésitations : « Faut pas exagérer tout de même ! ». Ma recherche a donc été de ce point de vue, et je le dis sans honte, un long travail de déniaisement vis-à-vis du monde intellectuel. Car, le noviciat dans cet univers va nécessairement de pair avec une certaine idéalisation morale des pratiques. En revanche, quelques années après, l’étude de cet espace du vedettariat intellectuel nous révélait toutes ses potentialités objectives et notamment qu’un tel rapprochement entre Badiou et Finkielkraut n’avait rien d’impossible. Toutefois, si j’avais osé anticiper cette rencontre, j’aurais sous doute eu droit à des remarques telles que : « Mais vous n’y pensez-pas ? », « Comment osez-vous ? », « Cela n’a rien à voir ! ». C’est la raison pour laquelle je tiens à remercier Aude Lancelin, Alain Badiou et Alain Finkielkraut d’avoir rendu possible par leur passage à l’acte l’écriture d’un tel papier. Précisons d’ailleurs qu’il aurait pu donner lieu à une suite, compte tenu du fait qu’Aude Lancelin avait cherché à ce qu’Alain Badiou et Bernard-Henri Lévy (un autre « nouveau philosophe ») se rencontrent de la même manière, mais sans succès finalement. Ni le fruit du hasard, ni d’un règlement de compte idéologique, cette co-production répond bien évidemment, et c’est ce que j’ai essayé de démontrer dans le papier, à des conditions sociales de possibilité et, parmi elles, à des carrières académiques marginales dont il faut rappeler qu’elles ne sont pas, loin s’en faut, dénuées de prestige. Il s’agit pour le dire vite de l’université de Vincennes et du Collège international de philosophie en ce qui concerne Badiou et de la revue Le Débat et de l’École Polytechnique du côté de Finkielkraut. Cela explique pourquoi nous avions alors procédé à l’analyse comparée des sujets de thèse encadrés par Alain Badiou depuis les années 1970, en vue d’appréhender sa marginalité universitaire et, tout particulièrement, l’absence de pouvoir reproducteur au sein de la discipline qui la caractérise. L’encadrement doctoral de Badiou ne peut en effet se comprendre qu’en référence à la définition scolaire de la discipline. D’où notre choix de le comparer sur ce plan à un représentant du pôle de l’orthodoxie philosophique, Jean-François Marquet, issu de la même génération de philosophes (il est né en 1938 soit une année seulement après Badiou), professeur à la Sorbonne (Paris 4), spécialiste de philosophie allemande (notamment Schelling auquel il a consacré sa thèse) et qui a de surcroît présidé durant de nombreuses années le jury d’agrégation. D’après le catalogue du SUDOC, Badiou a dirigé 56 thèses de 1973 à 2014 et Marquet 58 de 1974 à 2005. Le traitement des données qui a été effectué requiert deux remarques préalables. Bien que les périodes considérées ne se recoupent pas complètement puisque l’encadrement des thèses pour Marquet compte 9 années de moins, les volumes atteints sont quasi égaux et se prêtent donc tout à fait à la comparaison. D’autre part, le parti a été pris à la lecture des titres et résumés (parfois non disponibles) d’être le plus inclusif possible en faisant figurer les thèses dans toutes les catégories auxquelles elles pouvaient prétendre d’un point de vue nominal. S’il s’agissait là d’éviter de ne trop céder aux opérations de classification un pouvoir de sélection (surtout lorsqu’on a affaire à du contenu flou et des catégories ne s’excluant pas mutuellement) et de redoubler les effets de hiérarchisation déjà présents, nous n’ignorions pas pour autant le fait que les thèses classées dans les mêmes thématiques puissent entretenir des différences qualitatives importantes. Continuer la lecture de Badiou versus Finkielkraut, bis repetita placent : des blocs de données et une esquisse de retour réflexif

Un homme qui évalue. Une journée imaginaire dans la vie d’un chercheur précaire

Imagine vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Tu es dans une ville européenne, mais tu pourrais être aussi aux États-Unis, l’important est que tu sois quelque part en Occident, dans un état soi-disant libéral, et que tu sois là pendant ces années, pendant ces jours. Imagine être en Italie, à Milan, à Rome, ou bien – pourquoi pas ? – à Trieste. Mais tu pourrais être aussi en France, imagine, par exemple, d’être à Paris. Tu es l’un des très nombreux Italiens qui habitent à Paris, qui cherchent du boulot, qui trouvent un boulot, qui perdent leur boulot. Peut-être, es-tu un soi-disant travailleur cognitif – statut qu’on n’arrive jamais à bien définir, et pourtant tout le monde sait ce que c’est –, tu as bien fait une thèse, même deux – en fait, non, ce n’est pas ton cas –, par contre tu as fait plusieurs postdocs. Imagine-toi te réveiller le matin dans ton appartement et diviser ta journée en deux parties : le matin, tu étudies et tu écris pour attraper une autre bourse de recherche, l’après-midi, tu cherches un travail quelconque, sans savoir exactement lequel, peut-être un boulot alimentaire – on dit comme ça, en France –, un travail pour gagner ta vie, ou non, peut-être tu cherches le travail de ta vie, tu cherches l’occasion de la changer, ta vie. En tout cas, imagine vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Oui, car le matin, quand tu étudies et tu écris pour trouver une bourse de recherche, tu as constamment affaire aux procédures d’évaluation qui sont censées apprécier, trier, discriminer, classer, différencier, sélectionner, hiérarchiser et finalement retenir ces projets. Procédures, mécanismes, machines, dispositifs, outils, apparats, processus, systèmes, méthodes, normes – tu penses. Tu sais d’ailleurs que le dossier que tu as envoyé pour postuler à cette bourse est le numéro trois mille cinq cent etc., tu sais que chaque dossier comporte deux lettres de recommandation écrites par des scientifiques renommés, décriant les qualités excellentes, extraordinaires, absolument remarquables du candidat, tu sais qu’à trois mille cinq cent etc. projets – mais peut-être qu’ils sont moins nombreux, peut-être que pas tous ceux qui ont démarré la procédure en ligne pour postuler et qui ont reçu un numéro de dossier ont mené à terme la demande, imaginons qu’ils soient moins de la moitié, c’est-à-dire mille cinq cent etc. –, donc tu sais qu’à mille cinq cent etc. projets correspondent trois mille lettres de recommandation. Tu comprends qu’il existe une sorte de production à l’échelle industrielle de ce genre de lettres, et tu supposes qu’il y a des scientifiques renommés qui passent une bonne partie de leur temps, lorsque la date limite pour postuler une bourse de recherche se rapproche, à écrire des lettres de recommandation pour quelqu’un qu’ils ne connaissent peut-être qu’à peine. Tu penses même monter une entreprise de production de lettres de recommandation en sous-traitance, tu en ris et tu décales ce drôle de projet pour la deuxième partie de ta journée, celle où tu te consacres à la recherche d’un emploi. Imagine toi bien connaître les procédures, les dispositifs, les protocoles d’évaluation des projets, parce que, toi-même, dans ta petite expérience, tu as été chargé d’évaluer, et du coup tu sais bien ce que signifie une évaluation formalisée à travers un processus de double-blind peer review. Tu te demandes comment ils font pour gérer l’évaluation d’une telle quantité de projets en si peu de temps, le niveau moyen des projets étant très élevé – cela aussi tu le sais bien –, et tu te réponds à toi même que, sans une machine informatique capable de gérer en même temps l’aspect objectif et subjectif de l’évaluation, ce seront la chance et les rapports de force académiques qui trancheront. Tu comprends que les bourses que tu as obtenues jusqu’ici, tu les as obtenues grâce à l’horrible et immoral hasard – la chance de tomber sur un referee favorable, par exemple –, et pas vraiment parce qu’un jeu d’évaluations croisées aurait enfin rendu justice à ton mérite. Imagine toi t’interroger sur les raisons de cet effort démesuré d’évaluation et de ce gigantisme bureaucratique, en n’oubliant jamais que le hasard, le par-delà le bien et le mal que la bonne évaluation devrait chasser, finit toujours par revenir par la fenêtre. Tu te souviens d’avoir lu un livre de Béatrice Hibou intitulé La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, qui t’a appris combien et comment la bureaucratisation de la politique, de l’administration publique et de la vie quotidienne ne sont que le reflet d’une gouvernementalité néolibérale, et du coup tu ne peux pas t’arrêter d’énumérer, dans un catalogue borgésien infini, toutes les pratiques bureaucratiques et d’évaluation qui te concernent à ce moment précis : tu t’es inscrit au pôle emploi, tu as demandé le RSA, tu cherches un appartement à louer, tu dois renouveler la carte de la Bibliothèque Nationale de France, tu as ouvert un compte bancaire, tu as demandé ta carte vitale, tu as envoyé un article à une revue de philosophie, tu as postulé des bourses de recherche ainsi que plusieurs offres d’emploi – pour chacune de ces activités il t’a fallu monter un dossier assez nourri et suffisamment robuste pour une évaluation très attentive. Toutes ces pratiques, prises individuellement, sont nécessaires, convenables, presque évidentes, aucun doute ! – tu penses –, mais tout à coup tu les vois comme un ensemble, tu les imagines comme un complexe qui ne manque pas d’une involontaire cohérence. Sans compter le nombre de questionnaires d’évaluation que tu remplis quand tu profites d’un service internet ou téléphonique, et aussitôt tu te souviens également des questionnaires de satisfaction que tu distribuais aux étudiants à l’université, de ceux que tu as remplis quand toi-même tu étais étudiant, des interminables questionnaires d’évaluation que tu gérais quand tu travaillais en entreprise et tu galérais avec son système qualité ISO quelque chose. Tu te souviens de ce qu’il en était finalement de ces questionnaires, tu te souviens des arrangements, des petits stratagèmes afin d’ajuster les choses, d’esquiver les problèmes, d’accomplir les obligations du système. Tu te souviens des statistiques qui en étaient tirées, et de leur usage de propagande. Tu te souviens également d’avoir lu, une fois, un manuel de management consacré aux pratiques d’évaluation du travail, un ouvrage collectif, et tu te souviens que l’un des auteurs, dans un élan de franchise, avouait que ces pratiques se révélaient, au fond, inefficaces par rapport a l’objectif même qu’elles se donnaient. Et pourtant – il disait –, il faut les mettre en place, puisqu’elles contribuent à créer un climat de justice organisationnelle, sans lequel, aujourd’hui, il n’est pas possible de motiver les gens. Donc, tu repenses au livre de Béatrice Hibou sur la bureaucratisation du monde et tu constates que cela résonne avec ton expérience quotidienne. Tu comprends qu’évaluation et bureaucratie ne sont que deux miroirs opposés et que lorsque l’on affirme la nécessité de démanteler les molochs bureaucratiques du passé, de la science de l’administration du 20e  siècle, au nom de la flexibilité, bien sûr, du nivellement des hiérarchies, de l’empowerment, de la « proactivité », de la prise d’initiative individuelle, de la responsabilité, de la créativité, c’est à ce moment là qu’un nouveau système (post)bureaucratique va se dessiner comme arrière-plan de ces discours, et « évaluation » est le nom qui leur correspond le mieux. Tu imagines vivre dans un monde où l’évaluation est partout. Continuer la lecture de Un homme qui évalue. Une journée imaginaire dans la vie d’un chercheur précaire